La langue française

Suprême

Sommaire

  • Définitions du mot suprême
  • Étymologie de « suprême »
  • Phonétique de « suprême »
  • Citations contenant le mot « suprême »
  • Images d'illustration du mot « suprême »
  • Traductions du mot « suprême »
  • Synonymes de « suprême »
  • Antonymes de « suprême »

Définitions du mot « suprême »

Trésor de la Langue Française informatisé

SUPRÊME, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − Qui est au-dessus de tout.
1. [En parlant d'un inanimé abstr.]
a) [L'adj. est souvent postposé]
Au-dessus de quoi il n'y a plus rien; qui ne peut être dépassé dans son genre, dans son domaine. L'éclaircissement de cette suprême antinomie [des lois physiologiques et des lois de la conscience morale] n'a paru nous conduire qu'à des conclusions négatives (Renouvier, Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 187).Cette espèce d'oisiveté suprême, cette fonction de contremaître sans spécialité du chantier divin ne vous détourne pas de lui, au contraire? (Giraudoux, Amphitr. 38, 1929, ii, 5, p. 119).
P. métaph. Le thème essentiel de la fugue et de la sonate s'affirme encore, en énergiques accords. Mais, au lieu de retomber, à la quatrième mesure, comme dans le dessin initial, il monte encore (...) jusqu'à cette crête suprême de la montagne, d'où le flot de passion, enfin assouvie, retombe irrésistiblement dans la plénitude du la bémol (Rolland, Beethoven, t. 2, 1937, p. 463).
Qui occupe la première place dans une hiérarchie de pouvoirs. Autorité, conseil, direction, loi, organisme, rang, Soviet suprême. L'absence de commandement suprême dans notre camp, qui était une des sources majeures de nos faiblesses (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 85):
1. En effet, diront-ils [des traîtres à la Patrie], c'est enlever au Monarque ses prérogatives que de transférer au Conseil national le pouvoir suprême, le droit de faire les lois, de contrôler l'administration, de surveiller les Ministres, de gêner la gloire des conquêtes... Marat, Pamphlets, Suppl. Offrande à la Patrie, 1789, p. 67.
DR. Cour suprême. [En France désigne souvent la cour de cassation] Juridiction la plus élevée. Savez-vous ce que c'est que l'ordonnance de la Cour suprême invitant Dreyfus à se défendre? (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 441).
Qui occupe la première place dans une hiérarchie de valeurs. La vie, le travail, toute la destinée humaine tient dans ces deux mots suprêmes (L. Blanc, Organ. trav., 1845, p. viii).Il existe enfin pour les compositeurs une récompense suprême, le grand prix de Rome (Arts et litt., 1936, p. 80-2).
Dieu suprême. V. dieu 1reSection I B 2 a.Être suprême. V. être2II B 1.Raison suprême. V. raison I A 5 b.
b) [L'adj. est antéposé ou postposé]
Qui est extrême. Je lui dis que cet homme gouvernoit en despote, que, sans talens, sans aucun des dons extérieurs qui paroissent faits pour séduire, il avoit pris un suprême ascendant sur la multitude (Genlis, Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 300).New-York est l'image même de la ville, l'expression suprême de la ruée urbaine (Morand, New-York, 1930, p. 267).
Au suprême degré. V. degré C 1 c.P. ell., vieilli, au suprême. L'intelligence et la bonté. J'aime au suprême de rencontrer ces deux choses ensemble (E. de Guérin, Journal, 1840, p. 393).
Vieilli, empl. subst. masc. Ce qu'il y a de mieux. La note personnelle de l'auteur [Cladel] (...) n'est pas assez voilée (...) Le suprême de l'art eût consisté à rester glacial et fermé, et à laisser au lecteur tout le mérite de l'indignation (Baudel., Art romant., 1861, p. 571).
[En parlant d'un affect] Qui est très vivement ressenti; intense. Bonté, douleur, espérance, félicité, jouissance suprême; suprême bonheur. Joie suprême du travailleur se voyant complété, continué, voyant sa couronne d'enfants: celui-ci et l'autre apportant déjà de l'argent à la maison (Michelet, Journal, 1854, p. 237):
2. Il ressassait sa déception, le mouvement trotzkyste russe décapité, le surréalisme qui se perdait dans les clichés littéraires, les républicains espagnols enlisés dans le réformisme et jusqu'aux trotzkystes français qui se repliaient, suprême honte, sur la S.F.I.O. Abellio, Pacifiques, 1946, p. 35.
Rem. Suprême est un superl., mais dans cette accept. on relève qqf. un empl. positif précédé d'un adv. de quantité: Un coup d'œil empreint du plus suprême mépris (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 160).
P. ext. Considérable. Affirmant que le plus sûr des exorcismes, pour cette sorte de bougres, était un raclée suprême et qu'il ne comprenait pas Gacougnol de leur avoir infligé ce saltimbanque (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 154).La méthode des tests fait ici un effort suprême pour rejoindre, au-delà d'une simultanéité, une structure verticale en profondeur (Mounier, Traité caract., 1946, p. 20).
2. [En parlant d'une pers.]
a) [L'adj. est gén. postposé] Au-dessus de qui il n'y a personne (dans une fonction, une responsabilité, une qualité, etc.). Chef, juge, législateur, magistrat, maître suprême. Ô ton front qui fourmille de lentes! Socrates et Jésus, Saints et Justes, dégoût! Respectez le Maudit suprême aux nuits sanglantes! (Rimbaud, Poés., 1871, p. 113).L'Assemblée, pour sa part, voudrait organiser des relations organiques avec les ministres, responsables suprêmes de la politique européenne (Ginestet, Ass. parlem. eur., 1959, p. 69).
b) [L'adj. est antéposé ou postposé] Qui se distingue, qui excelle (dans un domaine, une activité). Une grande demeure pleine de marbres et de tableaux, avec des paons sur des pelouses, des cygnes dans des bassins, une serre chaude et un suprême cuisinier (Flaub., Corresp., 1853, p. 352).La France où les poètes suprêmes, et surtout les poètes de naissance, font à tel point défaut (Du Bos, Journal, 1928, p. 208).
Artisan, auteur, horloger suprême. Dieu. Forcer le philosophe le plus obstiné à reconnoître qu'ici la volonté du suprême auteur de toutes choses a été nécessaire (Lamarck, Philos. zool., t. 1, 1809, p. 67).
Ouvrier suprême. V. ouvrier I B 2 a.
B. − [En parlant d'un inanimé abstr.] Qui est le dernier.
1. Qui revêt une très grande importance parce qu'il est le dernier. Synon. ultime.[Les] cahiers dressés par les trois ordres, en 1789 (...) resteront comme le testament de l'ancienne société française, l'expression suprême de ses désirs, la manifestation authentique de ses volontés dernières (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p. 45).La civilisation occidentale risque sa dernière mise. Ces divertissements sublimes de Salzbourg seront-ils la fête suprême que s'offre le vieux monde à l'agonie? (Mauriac, Journal 2, 1937, p. 133).
P. ext. Qui vient après tous les autres. Mallarmé s'inquiétait des suprêmes détails de la fabrication du Coup de dés. L'inventeur considérait et retouchait du crayon cette machine toute nouvelle (Valéry, Variété II, 1929, p. 189).Notre objectif suprême est la défaite de l'ennemi (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 21).
2. Relatif aux derniers moments de la vie. Heure, instant, moment suprême. Je te raconterai ma peine encore amère. Oui, le dernier baiser que me donna ma mère, Suprême embrassement après de longs adieux (Leconte de Lisle, Poèmes ant., 1852, p. 348).Roland vainqueur, mais grièvement blessé, se traîne dans le val de Roncevaux à la recherche des pairs de France et ramène un à un leurs cadavres au pied de l'archevêque Turpin qui leur donnera la bénédiction suprême (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p. 265).
Honneurs suprêmes. V. honneur II A.Volontés suprêmes. Dernières volontés d'un mourant. Sur la grotte où l'impie ourdissait ses blasphèmes, Sa mort avait vengé leurs volontés suprêmes (Lamart., Chute, 1838, p. 981).
II. − Subst. masc., ART CULIN. Ensemble des blancs et de la chair des ailes de volaille ou de gibier à plumes. La cuisson des suprêmes de volaille ou de gibier (souvent truffés, apprêt délicat et de grand style, d'où leur nom) se fait généralement rapidement, à sec ou à très court mouillement (CourtineGastr.1984).
P. anal. Filet de poisson. Le saucier, pressé par les commandes, poussait son cri de guerre: Des filets de soles! Le Gascon lui apporta, au trot, les suprêmes des poissons de la Marie-Rose (Hamp, Marée, 1908, p. 67).
P. ext. Suprême(s) de. Préparation(s) très élaborée(s) de; ce plat. Suprême de homard au beurre de Montpellier (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 719).On appelle « suprêmes » des apprêts de mets raffinés (suprêmes de foie gras) (CourtineGastr.1984).
Sauce au suprême, ou en appos., sauce suprême. Velouté de volaille et/ou de veau que l'on fait réduire et auquel on ajoute de la crème. Égoutter la poularde. La dresser sur un plat rond. La napper avec une sauce suprême que, avec une partie de la cuisson de la poularde, on aura préparée ainsi (Gdes heures cuis. fr.,P. Montagné, 1948, p. 190).
P. ell. Au suprême, à la suprême. Avec une sauce suprême. Les lexicographes (...) ne sont pas de ces savants aimables qui embouchent avec grâce une aile de perdrix au suprême (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 140).« Volailles à la suprême! » reprit le maître d'hôtel quand les perdreaux et les truffes eurent disparu sans laisser de traces de leur passage (Ségur, Auberge ange gard., 1863, p. 346).
Prononc. et Orth.: [sypʀ εm]. Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930, Martinet-Walter 1973 [-pʀ ε:m], le dernier à raison de 3 sujets sur 17. Ac. 1694: supreme, 1718: -préme, 1740: -prème, dep. 1762: -prême. Étymol. et Hist. 1. Mil. xves. adj. suppreme « qui est au-dessus de tout » (Jean de Bueil, Le Jouvencel, éd. L. Lecestre, t. 2, p. 67); 2. 1679 suprême « qui est le dernier de tous » (La Fontaine, Fables, Discours à Madame de la Sallière, éd. H. Régnier, t. 2, p. 465, 81: Ce sont tous ses honneurs suprêmes); 3. a) 1808 subst. masc. désigne une sauce (Grimod de La Reynière, Man. des amphitryons, p. 169 ds Quem. DDL à paraître: sauté de volaille au suprême); b) 1813 subst. masc. « parties les plus délicates d'une volaille » (Jouy, Hermite, t. 3, p. 91). Empr. au lat.supremus « le plus au-dessus, le plus haut »; « le dernier » superl. de superus « qui est au-dessus, supérieur », dér. de super « sur, au-dessus ». Fréq. abs. littér.: 4 680. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 6 607, b) 7 192; xxes.: a) 6 898, b) 6 262.
DÉR.
Suprêmement, adv.,littér. D'une manière suprême. a) [Corresp. à supra I A 1 a] C'est parce que la pensée divine est suprêmement immatérielle qu'elle est suprêmement formelle, et c'est parce qu'elle est suprêmement formelle qu'elle est acte pur (Gilson, Espr. philos. médiév., 1931, p. 188).b) [Corresp. à supra I A 1 b] Jetant de temps en temps une parole tranchante, contradictoire, suprêmement dédaigneuse (Goncourt, Journal, 1870, p. 588). [supʀ εmmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1878. 1reattest. 1542 (N. de Bris, Institut., fo91 vods Gdf. Compl.); de suprême, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 48.
BBG. Quem. DDL t. 13.

Trésor de la Langue Française informatisé

SUPRÊME, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − Qui est au-dessus de tout.
1. [En parlant d'un inanimé abstr.]
a) [L'adj. est souvent postposé]
Au-dessus de quoi il n'y a plus rien; qui ne peut être dépassé dans son genre, dans son domaine. L'éclaircissement de cette suprême antinomie [des lois physiologiques et des lois de la conscience morale] n'a paru nous conduire qu'à des conclusions négatives (Renouvier, Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 187).Cette espèce d'oisiveté suprême, cette fonction de contremaître sans spécialité du chantier divin ne vous détourne pas de lui, au contraire? (Giraudoux, Amphitr. 38, 1929, ii, 5, p. 119).
P. métaph. Le thème essentiel de la fugue et de la sonate s'affirme encore, en énergiques accords. Mais, au lieu de retomber, à la quatrième mesure, comme dans le dessin initial, il monte encore (...) jusqu'à cette crête suprême de la montagne, d'où le flot de passion, enfin assouvie, retombe irrésistiblement dans la plénitude du la bémol (Rolland, Beethoven, t. 2, 1937, p. 463).
Qui occupe la première place dans une hiérarchie de pouvoirs. Autorité, conseil, direction, loi, organisme, rang, Soviet suprême. L'absence de commandement suprême dans notre camp, qui était une des sources majeures de nos faiblesses (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 85):
1. En effet, diront-ils [des traîtres à la Patrie], c'est enlever au Monarque ses prérogatives que de transférer au Conseil national le pouvoir suprême, le droit de faire les lois, de contrôler l'administration, de surveiller les Ministres, de gêner la gloire des conquêtes... Marat, Pamphlets, Suppl. Offrande à la Patrie, 1789, p. 67.
DR. Cour suprême. [En France désigne souvent la cour de cassation] Juridiction la plus élevée. Savez-vous ce que c'est que l'ordonnance de la Cour suprême invitant Dreyfus à se défendre? (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 441).
Qui occupe la première place dans une hiérarchie de valeurs. La vie, le travail, toute la destinée humaine tient dans ces deux mots suprêmes (L. Blanc, Organ. trav., 1845, p. viii).Il existe enfin pour les compositeurs une récompense suprême, le grand prix de Rome (Arts et litt., 1936, p. 80-2).
Dieu suprême. V. dieu 1reSection I B 2 a.Être suprême. V. être2II B 1.Raison suprême. V. raison I A 5 b.
b) [L'adj. est antéposé ou postposé]
Qui est extrême. Je lui dis que cet homme gouvernoit en despote, que, sans talens, sans aucun des dons extérieurs qui paroissent faits pour séduire, il avoit pris un suprême ascendant sur la multitude (Genlis, Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 300).New-York est l'image même de la ville, l'expression suprême de la ruée urbaine (Morand, New-York, 1930, p. 267).
Au suprême degré. V. degré C 1 c.P. ell., vieilli, au suprême. L'intelligence et la bonté. J'aime au suprême de rencontrer ces deux choses ensemble (E. de Guérin, Journal, 1840, p. 393).
Vieilli, empl. subst. masc. Ce qu'il y a de mieux. La note personnelle de l'auteur [Cladel] (...) n'est pas assez voilée (...) Le suprême de l'art eût consisté à rester glacial et fermé, et à laisser au lecteur tout le mérite de l'indignation (Baudel., Art romant., 1861, p. 571).
[En parlant d'un affect] Qui est très vivement ressenti; intense. Bonté, douleur, espérance, félicité, jouissance suprême; suprême bonheur. Joie suprême du travailleur se voyant complété, continué, voyant sa couronne d'enfants: celui-ci et l'autre apportant déjà de l'argent à la maison (Michelet, Journal, 1854, p. 237):
2. Il ressassait sa déception, le mouvement trotzkyste russe décapité, le surréalisme qui se perdait dans les clichés littéraires, les républicains espagnols enlisés dans le réformisme et jusqu'aux trotzkystes français qui se repliaient, suprême honte, sur la S.F.I.O. Abellio, Pacifiques, 1946, p. 35.
Rem. Suprême est un superl., mais dans cette accept. on relève qqf. un empl. positif précédé d'un adv. de quantité: Un coup d'œil empreint du plus suprême mépris (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 160).
P. ext. Considérable. Affirmant que le plus sûr des exorcismes, pour cette sorte de bougres, était un raclée suprême et qu'il ne comprenait pas Gacougnol de leur avoir infligé ce saltimbanque (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 154).La méthode des tests fait ici un effort suprême pour rejoindre, au-delà d'une simultanéité, une structure verticale en profondeur (Mounier, Traité caract., 1946, p. 20).
2. [En parlant d'une pers.]
a) [L'adj. est gén. postposé] Au-dessus de qui il n'y a personne (dans une fonction, une responsabilité, une qualité, etc.). Chef, juge, législateur, magistrat, maître suprême. Ô ton front qui fourmille de lentes! Socrates et Jésus, Saints et Justes, dégoût! Respectez le Maudit suprême aux nuits sanglantes! (Rimbaud, Poés., 1871, p. 113).L'Assemblée, pour sa part, voudrait organiser des relations organiques avec les ministres, responsables suprêmes de la politique européenne (Ginestet, Ass. parlem. eur., 1959, p. 69).
b) [L'adj. est antéposé ou postposé] Qui se distingue, qui excelle (dans un domaine, une activité). Une grande demeure pleine de marbres et de tableaux, avec des paons sur des pelouses, des cygnes dans des bassins, une serre chaude et un suprême cuisinier (Flaub., Corresp., 1853, p. 352).La France où les poètes suprêmes, et surtout les poètes de naissance, font à tel point défaut (Du Bos, Journal, 1928, p. 208).
Artisan, auteur, horloger suprême. Dieu. Forcer le philosophe le plus obstiné à reconnoître qu'ici la volonté du suprême auteur de toutes choses a été nécessaire (Lamarck, Philos. zool., t. 1, 1809, p. 67).
Ouvrier suprême. V. ouvrier I B 2 a.
B. − [En parlant d'un inanimé abstr.] Qui est le dernier.
1. Qui revêt une très grande importance parce qu'il est le dernier. Synon. ultime.[Les] cahiers dressés par les trois ordres, en 1789 (...) resteront comme le testament de l'ancienne société française, l'expression suprême de ses désirs, la manifestation authentique de ses volontés dernières (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p. 45).La civilisation occidentale risque sa dernière mise. Ces divertissements sublimes de Salzbourg seront-ils la fête suprême que s'offre le vieux monde à l'agonie? (Mauriac, Journal 2, 1937, p. 133).
P. ext. Qui vient après tous les autres. Mallarmé s'inquiétait des suprêmes détails de la fabrication du Coup de dés. L'inventeur considérait et retouchait du crayon cette machine toute nouvelle (Valéry, Variété II, 1929, p. 189).Notre objectif suprême est la défaite de l'ennemi (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 21).
2. Relatif aux derniers moments de la vie. Heure, instant, moment suprême. Je te raconterai ma peine encore amère. Oui, le dernier baiser que me donna ma mère, Suprême embrassement après de longs adieux (Leconte de Lisle, Poèmes ant., 1852, p. 348).Roland vainqueur, mais grièvement blessé, se traîne dans le val de Roncevaux à la recherche des pairs de France et ramène un à un leurs cadavres au pied de l'archevêque Turpin qui leur donnera la bénédiction suprême (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p. 265).
Honneurs suprêmes. V. honneur II A.Volontés suprêmes. Dernières volontés d'un mourant. Sur la grotte où l'impie ourdissait ses blasphèmes, Sa mort avait vengé leurs volontés suprêmes (Lamart., Chute, 1838, p. 981).
II. − Subst. masc., ART CULIN. Ensemble des blancs et de la chair des ailes de volaille ou de gibier à plumes. La cuisson des suprêmes de volaille ou de gibier (souvent truffés, apprêt délicat et de grand style, d'où leur nom) se fait généralement rapidement, à sec ou à très court mouillement (CourtineGastr.1984).
P. anal. Filet de poisson. Le saucier, pressé par les commandes, poussait son cri de guerre: Des filets de soles! Le Gascon lui apporta, au trot, les suprêmes des poissons de la Marie-Rose (Hamp, Marée, 1908, p. 67).
P. ext. Suprême(s) de. Préparation(s) très élaborée(s) de; ce plat. Suprême de homard au beurre de Montpellier (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 719).On appelle « suprêmes » des apprêts de mets raffinés (suprêmes de foie gras) (CourtineGastr.1984).
Sauce au suprême, ou en appos., sauce suprême. Velouté de volaille et/ou de veau que l'on fait réduire et auquel on ajoute de la crème. Égoutter la poularde. La dresser sur un plat rond. La napper avec une sauce suprême que, avec une partie de la cuisson de la poularde, on aura préparée ainsi (Gdes heures cuis. fr.,P. Montagné, 1948, p. 190).
P. ell. Au suprême, à la suprême. Avec une sauce suprême. Les lexicographes (...) ne sont pas de ces savants aimables qui embouchent avec grâce une aile de perdrix au suprême (Brillat-Sav., Physiol. goût, 1825, p. 140).« Volailles à la suprême! » reprit le maître d'hôtel quand les perdreaux et les truffes eurent disparu sans laisser de traces de leur passage (Ségur, Auberge ange gard., 1863, p. 346).
Prononc. et Orth.: [sypʀ εm]. Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930, Martinet-Walter 1973 [-pʀ ε:m], le dernier à raison de 3 sujets sur 17. Ac. 1694: supreme, 1718: -préme, 1740: -prème, dep. 1762: -prême. Étymol. et Hist. 1. Mil. xves. adj. suppreme « qui est au-dessus de tout » (Jean de Bueil, Le Jouvencel, éd. L. Lecestre, t. 2, p. 67); 2. 1679 suprême « qui est le dernier de tous » (La Fontaine, Fables, Discours à Madame de la Sallière, éd. H. Régnier, t. 2, p. 465, 81: Ce sont tous ses honneurs suprêmes); 3. a) 1808 subst. masc. désigne une sauce (Grimod de La Reynière, Man. des amphitryons, p. 169 ds Quem. DDL à paraître: sauté de volaille au suprême); b) 1813 subst. masc. « parties les plus délicates d'une volaille » (Jouy, Hermite, t. 3, p. 91). Empr. au lat.supremus « le plus au-dessus, le plus haut »; « le dernier » superl. de superus « qui est au-dessus, supérieur », dér. de super « sur, au-dessus ». Fréq. abs. littér.: 4 680. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 6 607, b) 7 192; xxes.: a) 6 898, b) 6 262.
DÉR.
Suprêmement, adv.,littér. D'une manière suprême. a) [Corresp. à supra I A 1 a] C'est parce que la pensée divine est suprêmement immatérielle qu'elle est suprêmement formelle, et c'est parce qu'elle est suprêmement formelle qu'elle est acte pur (Gilson, Espr. philos. médiév., 1931, p. 188).b) [Corresp. à supra I A 1 b] Jetant de temps en temps une parole tranchante, contradictoire, suprêmement dédaigneuse (Goncourt, Journal, 1870, p. 588). [supʀ εmmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1878. 1reattest. 1542 (N. de Bris, Institut., fo91 vods Gdf. Compl.); de suprême, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér.: 48.
BBG. Quem. DDL t. 13.

Wiktionnaire

Adjectif

suprême \sy.pʁɛm\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est au-dessus de tout ; supérieur.
    • Le quiétisme […] érigeait en système et posait avec franchise comme suprême perfection l’état d’immobilité et d’impuissance où l’âme parvient à la longue quand elle abdique son activité. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.178)
    • Le fléau suprême, c’est dans le Tarn-et-Garonne comme dans toute la France, la tuberculose. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Ils remontaient au temps d’une certaine pègre pour qui la suprême élégance consistait à se pourvoir d’un couvre-chef de couleur tendre et de souliers vernis. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Dans le sillage de Milton Friedman, les « économistes » américains, et pas seulement américains, ont élevé l'argent – sous le pseudonyme rabâché de «marché» – au rang d'une autorité suprême et consciente. — (Jean-Claude Carrière, L’Argent: Sa vie, sa mort, Odile Jacob, 2014, p.31)
  2. Dernier.
    • Il s’était défendu jusqu’à la suprême minute, d’une fenêtre de l’hôtel canardant les agents qui devaient traverser la cour pour arriver jusqu’à sa chambre. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Condé eut une suprême hésitation, puis, levant la main, il prononça : "Demain, à quatre heures, je serai ici et nous marcherons sur le Louvre." — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Suprême espoir.
    • Suprême pensée.

Nom commun

suprême \sy.pʁɛm\ masculin

  1. (Cuisine) Blanc de poulet tendre découpé en morceaux.
    • Suprême de volaille aux truffes.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SUPRÊME. adj. des deux genres
. Qui est au-dessus de tout en son genre, en son espèce. Pouvoir suprême. Autorité suprême. Dignité suprême. Une vertu suprême. Une bonté suprême. Il est parvenu au suprême degré de la science, de la vertu, du pouvoir, de la félicité. La Cour suprême, La Cour de Cassation.

SUPRÊME est aussi synonyme de Dernier. Suprême espoir. Suprême pensée. Suprême ressource. L'instant, le moment suprême, l'heure suprême, L'heure de la mort. Les volontés suprêmes d'un mourant, Ses dernières dispositions, ses dernières recommandations. Les honneurs suprêmes, Les funérailles.

SUPRÊME s'emploie encore comme nom masculin en termes de Cuisine. Suprême de volaille, Poulet découpé en morceaux, revenu dans la poêle et accompagné d'un coulis. Suprême de volaille aux truffes.

AU SUPRÊME DEGRÉ, loc. adv. et fam. Beaucoup, extrêmement. Cette femme est belle, est laide au suprême degré. Il est sot, ennuyeux au suprême degré.

Littré (1872-1877)

SUPRÊME (su-prê-m') adj.
  • 1Qui est au-dessus de tout. J'atteste des grands dieux les suprêmes puissances, Corneille, Hor. III, 6. Vous-même, Venir me consoler de ce malheur suprême ! Corneille, Œdipe, v, 3. Amour, par son savoir suprême, Ne l'eut pas fait amant qu'il en fit un héros, La Fontaine, Filles de Minée. Qui est-ce qui s'est acquitté plus dignement de cette suprême magistrature que M. le Tellier ? Fléchier, le Tellier. Du reste il [Apollon] l'enrichit [le sonnet] d'une beauté suprême, Boileau, Art p. Songez-vous… Que j'ai sur votre vie un empire suprême ? Racine, Baj. II, 1.
  • 2Le pouvoir suprême, l'autorité de monarque. Claude vous adopta… Vous appela Néron, et du pouvoir suprême Voulut avant le temps vous faire part lui-même, Racine, Brit. IV, 2. On entend par suprême pouvoir cette autorité raisonnable, fondée sur les lois mêmes et tempérée par elles, Voltaire, Lois de Minos, not.
  • 3L'Être suprême, Dieu. Toute la philosophie de Newton conduit nécessairement à la connaissance d'un être suprême qui a tout créé, tout arrangé librement, Voltaire, Phil. Newt. I, 1.

    Céleste, divin. Suprême majesté [Dieu], qui jettes dans les âmes Avec deux gouttes d'eau de si sensibles flammes, Rotrou, Saint Genest, IV, 7. Souvent la sagesse suprême Sait tirer notre bonheur même Du sein de nos calamités, Rousseau J.-B. Od. II, 4. Lâche et faible instrument des vengeances suprêmes, Voltaire, Fanat. III, 6.

  • 4Dans le style soutenu et dans la poésie, qui appartient aux derniers moments de la vie. L'instant, le moment suprême. Les volontés suprêmes d'un mourant. Vole, et ne trahis point la volonté suprême D'un soudan qui commande et d'un ami qui t'aime, Voltaire, Zaïre, v, 10. Est-il quelque mortel, à son heure suprême, Qui n'expire appuyé sur le mortel qu'il aime ? Delille, Imag. VI. Mais puisque de ces bords, comme elle [l'espérance], tu t'envoles, Hélas ! et que voilà tes suprêmes paroles…, Permets-moi de répondre et de t'interroger, Lamartine, Mort de Socrate.

    Les honneurs suprêmes, les funérailles. Ces montagnes de morts privés d'honneurs suprêmes, Corneille, Pomp. I, 1.

  • 5Au suprême degré, loc. adv. Beaucoup, extrêmement.

    Au suprême, même sens. La faveur de Mme de Maintenon est toujours au suprême, Sévigné, 11 sept. 1680.

  • 6 S. f. Nom donné en Espagne, sous Charles II, au conseil de l'Inquisition. Un arrêt de la suprême (cour sous-entendu).
  • 7La suprême, nom d'un fort bonne poire, qui vient à la fin de l'été, et qui se nomme autrement poire de figue.
  • 8 S. m. Terme de cuisine. Les parties les plus délicates de la volaille, accompagnées d'un coulis. Un suprême de volaille. Je ne vous interrogerai pas sur les fricassées, les blancs-mangers, les suprêmes et autres plats vulgaires qui sont l'A B C du métier, Scribe Et Mélesville, le Secrétaire et le cuisinier, sc. 10.

REMARQUE

1. Suprême est un superlatif et ne prend aucun degré de comparaison. Cependant on l'a construit quelquefois avec si : Flots d'azur…, D'un charme si suprême Que l'incrédule même S'agenouille à leurs bords ! Hugo, Feuill. d'aut. 37.

2. Pautex remarque que dans suprême il n'y a point d's supprimée, et que, prenant dans ses dérivés l'accent aigu (suprématie), il devrait avoir non l'accent circonflexe, mais l'accent grave comme emblème, problème, système, etc.

HISTORIQUE

XVIe s. Quelque supreme plaisir et excessif contentement, Montaigne, I, 69. Cette vertu supreme, belle, triomphante, Montaigne, I, 176.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « suprême »

Lat. supremus, forme superlative de super, sur, au-dessus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Emprunté au latin supremus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « suprême »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
suprême syprɛm

Citations contenant le mot « suprême »

  • La vérité suprême de la vie est dans l'art. De Marcel Proust / Le temps retrouvé
  • La suprême ironie de la vie c’est que nul n’en sort vivant. De Robert Heinlein
  • Du ciel l’être suprême envoie les douces fleurs qui chassent notre amertume. De Sagesse aztèque
  • Le suprême triomphe de la raison est de jeter le doute sur sa propre validité. De Miguel de Unamuno
  • Si notre coeur ne répond pas à la joie suprême il répond à la douleur suprême. De Leah Goldberg / Cours d'eau à l'oeil vert
  • Le bien suprême de l'âme est la connaissance de Dieu ; et la vertu suprême de l'âme, c'est connaître Dieu. De Baruch Spinoza / L'Éthique
  • Qui comprend la réalité suprême ne regarde personne comme important ou insignifiant, car il reconnaît que toutes les âmes sont le suprême absolu. De Philippe Sollers / Passion fixe
  • La simplicité est la sophistication suprême. De Léonard de Vinci
  • Ce que tu fais, fais-le suprêmement. De Fernando Pessoa / Ricardo Reis
  • Le talent suprême est de faire croire qu'on en a. De Yvan Audouard
  • La fin de la Politique est la fin suprême. De Aristote / Ethique à Nicomaque
  • L'être qu'on peut nommer n'est pas l'être suprême. De Lao-Tseu
  • Savoir s'arrêter devant l'incompréhensible est la suprême sagesse. De Tchouang-Tseu
  • Les mots sont les objets suprêmes, ce sont des choses dotées d'esprit. De W. Gass
  • Si la famine vient, la suprême loi c'est le salut du peuple. De Montesquieu
  • Le guide suprême d’Iran, Ali Khamenei, a une nouvelle fois écarté vendredi toute éventuelle négociation avec les Etats-Unis car elle profiterait selon lui uniquement au président Donald Trump en campagne pour l’élection présidentielle. Dans un discours télévisé à l’occasion de l’Aïd al-Adha, la fête musulmane du sacrifice, le numéro un iranien a également estimé que la politique de sanctions des Etats-Unis contre son pays avait échoué. , Iran : Le guide suprême d’Iran écarte toute négociation avec Trump
  • La Cour suprême britannique aura le dernier mot pour décider si Shamima Begum, une jeune femme qui avait rejoint le groupe djihadiste Etat Islamique en Syrie, pourra ou non revenir au Royaume-Uni pour y contester la déchéance de sa nationalité, a décidé vendredi 31 juillet la justice britannique. Le Figaro.fr, Royaume-Uni: la Cour suprême saisie du cas d'une jeune femme qui avait rejoint l'EI
  • Dimanche, les partis Shas, Yahadout HaTorah et Yisrael Beytenu se sont tous prononcés contre une loi visant à limiter les pouvoirs de la Cour suprême pour bloquer des lois. Le projet de loi ne pourra donc pas être adopté puisqu’il n’aura pas assez de soutien en sa faveur. The Times of Israël, Le projet de loi visant à contourner le pouvoir de la Cour suprême peu soutenu | The Times of Israël
  • La Cour suprême accepte d’entendre sa cause Le Journal de Québec, Mike Ward en Cour suprême: Jérémy Gabriel accepte la décision | JDQ
  • La juge progressiste et doyenne de la Cour suprême américaine, Ruth Bader Ginsburg, dont la santé est scrutée de près aux Etats-Unis en raison de sa position cruciale, est de nouveau hospitalisée après une "intervention non chirurgicale", a annoncé mercredi la Cour suprême. Le Point, Etats-Unis: la juge de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg de nouveau hospitalisée - Le Point
  • La Cour suprême des Etats-Unis a récemment validé l’une des réformes les plus controversées de l’administration de Donald Trump, autorisant les employeurs à s’opposer au remboursement des contraceptifs au nom de « valeurs morales ou religieuses ». Le Monde.fr, « La Cour suprême des Etats-Unis privilégie les libertés religieuses aux droits des femmes »
  • WASHINGTON (AP) – La juge Ruth Bader Ginsburg est sortie d’un hôpital de New York et est rentrée chez elle, a annoncé vendredi la Cour suprême. News 24, Le juge de la Cour suprême Ginsburg est sorti de l'hôpital - News 24
  • La Cour suprême américaine a reconnu jeudi 9 juillet comme réserve indienne une partie de l’État de l’Oklahoma. Une « victoire » pour les Amérindiens dans un contexte de lutte nationale contre les discriminations raciales. La Croix, La Cour suprême américaine reconnaît une immense réserve indienne

Images d'illustration du mot « suprême »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « suprême »

Langue Traduction
Anglais supreme
Espagnol supremo
Italien supremo
Allemand höchste
Chinois 最高
Arabe أعلى فائق
Portugais supremo
Russe высший
Japonais 最高
Basque gorena
Corse suprana
Source : Google Translate API

Synonymes de « suprême »

Source : synonymes de suprême sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « suprême »

Partager