La langue française

Perfection

Définitions du mot « perfection »

Trésor de la Langue Française informatisé

PERFECTION, subst. fém.

Qualité, état de (ce) qui est parfait, sans défaut. Anton. imperfection.
A.− [Corresp. à parfait1I A; le compl. désigne un volume, un processus, etc.] Qualité, état de ce qui a atteint sa plénitude, de ce qui a été poursuivi jusqu'à son terme, de ce qui est parvenu à son achèvement. Synon. achèvement, épanouissement, fin, intégralité, plénitude, totalité; anton. début.Les armes des animaux atteignent leur perfection en même temps que les organes de la génération. Si on leur retranche ces organes avant leur développement, le corps n'atteint plus à sa perfection (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 326).Parvenir à la perfection de l'union dont elle [la connaissance par foi] est un commencement (Lacroix, Marxisme, existent., personn.,1949, p. 111):
1. Pour Aristote même, c'est à la politique que (...) tout demeure subordonné comme à la fin dernière. La cité n'est pas un étage dans l'édifice humain, c'est le couronnement universel. Et là où nous ne voyons plus qu'un degré ou un moyen, il trouvait le terme suprême et la perfection de l'activité humaine. Blondel, Action,1893, p. 275.
Loc., vx. Mener à perfection. Achever, terminer. Synon. parfaire.À présent le barbier, pour mener à perfection son ouvrage, étalait (...) une mousse onctueuse et, du clair d'un second rasoir (...), raffinait (Gide, Caves Vatican,1914, p. 798).
Rem. Les textes où perfection est employé dans le sens A ne sont pas sans évoquer les autres sens du mot, peut-être parce que le sens A commence à vieillir.
B.− Qualité, état de ce qui présente pleinement tous les caractères typiques.
1. [Corresp. à parfait1I B 1] Qualité, état de (ce) qui réalise pleinement les propriétés attendues, de (ce) qui répond à une norme idéale.
a) [Critères d'ordre quantitatif, physique, matériel] Synon. adéquation; anton. défectuosité, ébauche, esquisse, grossièreté.Perfection de l'organisation, du travail. En observant l'enchaînement de tous les phénomènes de la nature et leur progression hiérarchique, depuis ceux qui ont le plus de simplicité, (...) jusqu'à ceux qui offrent le plus de complexité et de perfection organique (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 608).Une de ces créatures médiocres qui ont besoin de la perfection des éléments et auxquelles il faut l'air le plus pur, l'eau la plus pure (Giraudoux, Sodome,1943, ii, 2, p. 98).Un modèle de perfection technique et de progrès médical (Le Monde,19 janv. 1952, p. 4, col. 2).
Absol. Dans ces maisons que ne trouble aucun écho du dehors, le silence atteint à une qualité, une perfection véritablement extraordinaires (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1034).V. perfectionnement ex. de Decaux.
P. méton. Chose parfaitement réalisée. Notre souper (...) avait cependant pour base une superbe volaille truffée. (...) c'était une perfection. Les truffes surtout étaient délicieuses (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 98).
b) [Critères d'ordre esthétique, intellectuel, affectif, éthique, social] Synon. correction, exactitude, impeccabilité, parachèvement, précision; anton. approximation, imprécision, incorrection, inexactitude, laideur, médiocrité.Perfection intellectuelle; perfection de l'/des art(s), de la/des forme(s), de l'œuvre, du style, des traits. Plan qu'il achèvera avec ce fini et cette perfection de détails qui caractérisent sa manière (Gautier, Fracasse,1863, p. 352).Un beau vers a cette plénitude, cette perfection, cette réconciliation merveilleuse du rythme, de la rime et du sens (Alain, Propos,1930, p. 911).V. bon1ex. 5 :
2. Le chef-d'œuvre, ce fut un livre parfait (...). Un livre qui, d'emblée, s'imposa comme un modèle. Si bien que peut-être, dans sa perfection, il est responsable de l'attachement un peu exclusif que les géographes français ont marqué, après lui, pour la monographie régionale. Du beau travail français, cette thèse, fignolée avec amour jusque dans ses petits détails. L. Febvre, J. Sion, A. Demangeon,[1941] ds Combats, 1953, p. 381.
Absol. C'est un objet parfait. Mais le goût de la perfection va se perdant et je pressens venir un temps où même elle fera sourire, (...) où (...) la pondération harmonieuse, la nuance, l'art enfin, céderont aux qualités « de choc » (Gide, Journal,1943, p. 243).V. perfectible ex. 2 :
3. Un homme de génie disait que la vue de l'Apollon du Belvédère ou d'un tableau de Raphaël, le rendait meilleur. En effet, il y a dans la contemplation du beau, en tout genre, quelque chose qui nous détache de nous-mêmes, en nous faisant sentir que la perfection vaut mieux que nous... Constant, Princ. pol.,1815, p. 132.
Locutions
Être la perfection (même). Être la meilleure expression ou représentation de toutes les qualités possibles dans tel domaine. C'est la perfection! l'idéal, l'oiseau rare, miss Watson!... (Pailleron, Monde où l'on s'ennuie,1869, ii, 7, p. 118).Non seulement l'andante est la perfection même, mais dans tout le premier mouvement je sens une singularité élégante, (...) partout un modelé gracile et accompli (Du Bos, Journal,1928, p. 29).
Être la perfection de (+ subst.). Être la forme la plus réussie de (quelque chose). Une union qui eût été (...) la perfection du mariage (Renan, Drames philos.,Abbesse Jouarre, 1886, i, 5, p. 628).
P. méton.
Gén. au plur. Qualité portée au plus haut degré. Anton. défaut, vice.Être doué de toutes les perfections possibles. Elle réunissait toutes les perfections, la jeunesse, la beauté, la vertu, l'amitié, la tendresse, l'amour, la générosité : c'était le chef-d'œuvre de la nature (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 200).Cette sensibilité exquise est-elle un avantage, une perfection? (Senancour, Rêveries,1799, p. 60).Une foule de délicatesses, de perfections petites mais charmantes, de raffinements particuliers auxquels l'esprit français peut seul prétendre (Gobineau, Pléiades,1874, p. 77).V. bonhomie ex. 2.
Personne ou (plus rarement) chose qui réunit toutes les qualités dans tel domaine. Synon. merveille, (fam.) [pour une pers.] ange, bijou, trésor.Personne (...) n'aurait osé soupçonner Isodore de la plus légère infraction à une loi quelconque de la morale. (...) C'était une perfection, une perle (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Rosier MmeHusson, 1887, p. 689).C'est une personne admirable, une perfection (Duhamel, Journal Salav.,1927, p. 7).Ce sont des pinceaux excellents dans la main d'un artiste parfait comme celui dont s'est servi Sesshiu quand il a dessiné ce cercle, une perfection pour toujours, sur la paroi de Kyotô (Claudel, Soulier,1929, 4ejournée, 2, p. 858).
c) MUS. ,,Depuis Francon de Cologne, p[erfection] désigne (...) la division ternaire de l'unité de mesure représentée par la longue ou le groupement par trois des brèves`` (Mus. 1976). Les signes de mesure si nombreux [dans la notation de la musique, dans la 2emoitié du XVes.] répondent aux subtils calculs rythmiques du principe impair, ou ternaire, appelé perfection, et pair, ou binaire, dit imperfection. Ils dérivent soit du cercle complet, qui est l'emblème de la perfection, soit du demi-cercle, celui de l'imperfection (BrenetMus.1926, p. 298).
d) Loc. adv. À la perfection ou (vieilli) dans la perfection, en perfection. De manière parfaite, sans défaut. Synon. le mieux du monde, parfaitement.C'est juste, c'est bien dit, c'est arrangé et concerté en perfection (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 383).Véronique continuait d'accomplir dans la perfection tout le détail de ses devoirs. Elle commençait, régulière, sa journée à quatre heures du matin (Jouhandeau, M. Godeau,1926, p. 197).Il réussissait les ressemblances à la perfection et nul ne savait mieux que lui reproduire avec son matériau les particularités des physionomies (Queneau, Pierrot,1942, p. 64).V. chanter ex. de Maupassant.
2. Avec une valeur péj. ou p. iron.
a) [La perfection (notamment formelle, dans le domaine artistique) considérée comme signe de pauvreté intérieure ou comme source d'ennui par sa régularité classique, son manque d'imprévu] Ses traits offraient la perfection et l'insignifiance de la beauté grecque (Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 266).Lu de Mérimée quelques pages dont l'ennuyeuse perfection me lasse. (...) Ce ton élégant, cette maîtrise parfaite de ses émotions, (...) cette phrase brillante et glacée (Green, Journal,1929, p. 10).V. amour ex. 273.
b) [Corresp. à parfait1I B 2 en partic.; le compl. implique un jugement négatif] Caractère de ce qui ne peut être surpassé dans un genre détestable. Par l'atroce comme par le grotesque, cela atteint l'idéal (...). Ces misérables-là sont des échantillons incomparables. Ils arrivent à la perfection de l'infamie (Hugo, Corresp.,1852, p. 43).Cette facilité musicale, qui se contente à peu de frais, cette perfection dans la médiocrité (Rolland, J.-Chr.,Aube, 1904, p. 61).
Loc. Dans toute sa perfection. Synon. péj. dans tout son éclat, dans toute sa splendeur.Je n'ai rien exagéré. La tête du cocu dans toute sa perfection (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 259).
C.− Domaine mor., relig.[Corresp. à parfait1I C; le compl. ou l'adj. se rapporte à une pers. à un aspect de la vie intérieure] Qualité, état de (ce) qui a toutes les vertus. La vertu, (...) la perfection de l'homme, qui consiste à se mettre au-dessus de tous les vains désirs, (...) et à maintenir son âme exempte de plaies et de souillures (Maine de Biran, Journal,1821, p. 337).Nous sommes nés pour tendre à la perfection de l'amour, d'un amour qui enveloppe réellement l'universalité des hommes, sans laisser place à la haine contre aucun d'eux (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 101).V. parfait1I C ex. de Billy :
4. La perfection de Bouddha est plus belle que celle du christianisme parce qu'elle est plus désintéressée. Six cents ans avant Jésus-Christ, il enseignait la charité, la vie religieuse et monastique, la contemplation (...), et par-dessus tout le sacrifice de soi aux autres sans espoir d'aucune récompense de vie future. Vigny, Journal poète,1859, p. 1346.
Absol. Si les cloîtres renferment de pures mystiques, de véritables saintes, ils tiennent aussi des religieuses moins avancées dans les voies de la perfection et qui conservent bien encore quelques défauts (Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 192).
SYNT. Perfection humaine, morale, spirituelle; rare perfection; chemin de la perfection; aspirer à la perfection; approcher, se rapprocher de la perfection.
RELIGION
Perfection chrétienne. ,,État le plus excellent de la vie chrétienne. Il consiste dans la charité, âme de toutes les vertus`` (Marcel 1938). V. bien3ex. 10.
État de perfection. ,,Sommet du progrès spirituel accessible en cette vie, après une première phase de purification du péché et une phase intermédiaire d'illumination à l'égard des réalités spirituelles positives (...) état religieux au sens défini par le triple vœu de pratiquer les conseils (pauvreté, chasteté, obéissance)`` (Bouyer 1963). Quand l'être humain est dans l'état de perfection, quand par le secours de la grâce, il a complètement détruit en lui-même le je (S. Weil, Pesanteur,1943, p. 36).
D.−
1. PHILOS., MÉTAPHYS. [Corresp. à parfait1I D] Gén. en empl. abs. Le bien, le bon absolu, l'infini. Synon. idéal, parfait1(v. ce mot I D empl. subst. masc. sing.).Un immense vœu de perfection et d'absolu, la quête d'un paradis promis, la restitution d'une innocence invraisemblable (Béguin, Âme romant.,1939, p. 393).Tous les obstacles, même la mort, sont enfin transfigurés (...). C'est une heureuse fortune qui nous les fait rencontrer, en nous donnant le sentiment et l'expérience de notre éternité et de notre infinitude. Désormais, nous possédons l'être et le sens de l'être, la perfection du Kosmos et l'accomplissement du moi (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 213).V. imperfection ex. de Blondel et ex. 2 :
5. Ils [les pythagoriciens] considéraient le monde comme un ordre en voie de formation, un progrès vers le bien. La limite et le nombre étaient à leurs yeux les caractères de cette perfection finie, qui réside dans l'harmonie (...). L'origine des choses devait être placée, non dans la perfection ou le bien, comme elle l'a été par la plupart des écoles, mais plutôt dans le mal, c'est-à-dire dans l'imperfection, croissante avec la série régressive des âges. Renouvier, Essais crit. gén.,3eessai, 1864, p. 167.
SYNT. Perfection absolue, idéale; absolue perfection; perfection de l'être, de la vie; amour de la perfection; besoin, désir, idéal de perfection; notion, sentiment de (la) perfection.
Proverbe. La perfection n'est pas de ce monde. Mais comme (...) le bonheur se trouve dans la perfection et pas ailleurs, que la perfection n'est pas de ce monde (...), il faut espérer une autre économie où la douleur, le mal et le désordre ne seront plus (Amiel, Journal,1866, p. 474).
2. THÉOL. Ce qui caractérise Dieu, valeur suprême de ses attributs. Perfection céleste, divine; perfection de Dieu. La perfection divine se définit en fonction de l'amour. (...) ou cette perfection est identifiée au bien en général − ce qui est ambigu et dangereux − ou bien il semble qu'elle se réduise à une sorte d'au-delà tout abstrait, sans communication aucune avec notre vie (G. Marcel, Journal,1914, p. 65).La souveraine perfection de Dieu et la bonté infinie qui s'est abaissée jusqu'à notre ordure (Bremond, Hist. sent. relig.,t. 4, 1920, p. 34).V. bien3ex. 4.
Absolument :
6. Le caractère de Dieu est la perfection : tout ce qui est renfermé dans l'idée de perfection, comme l'immutabilité, la sagesse, la justice, la bonté, doit être attribué à Dieu dans un degré infini, et constitue son caractère métaphysique et moral. Lacord., Conf. de N.-D.,1848, p. 63.
P. méton.
Au plur. Qualités infinies de Dieu. Comment les joies de Dieu et celles des saints, ne seroient-elles pas universelles (...)? Elles sont le reflet continu des éternelles perfections de notre Dieu (Saint-Martin, Homme désir,1790, p. 368).
Au sing., rare. Dieu même. Merci, mon Dieu! de m'avoir humiliée à ce point (...). J'ai été ingrate, ô souveraine perfection! J'avais ton image dans le cœur et j'ai cherché l'infini dans la créature (Sand, Lélia,1839, p. 404).
3. PSYCHOPATHOL. [La perfection considérée comme facteur d'inhibition, lorsqu'elle est l'objet d'un désir démesuré, d'un souci exagéré] La répugnance aux actes particuliers se laisse prendre pour une aspiration à l'infini. (...) ce souci de perfection universelle, loin de révéler une exceptionnelle ampleur de la personnalité, dénonce une origine narcissique chaque fois qu'il aboutit à l'inaction anxieuse (Mounier, Traité caract.,1946, p. 717).La recherche de la perfection peut paralyser toute initiative, bloquer toute activité et empêcher toute avance dans la vie (VirelPsych.1977).
Rem. (relative aux empl. B, C, D). Comme parfait1(v. ce mot I D rem.), perfection peut être affecté d'une « modification en plus ou en moins ». Dans ces diverses tournures indiquant une gradation, perfection tend à prendre le sens de perfectionnement. Perfection relative; grande, haute perfection; point de perfection. Voir ce qui, dans chaque nation, a favorisé ou retardé les progrès de ces arts; par quelles causes les divers genres (...) ont atteint (...) une perfection si inégale (Condorcet, Esq. tabl. hist., 1794, p. 196). Le plus ou moins de perfection pouvant dépendre de l'habileté de l'ouvrier (Voy. La Pérouse, t. 4, 1797, p. 34). Des élaborations répétées qui leur donnent une perfection progressive (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 211). J'étais à une hauteur, à un degré de perfection et de pureté que je n'atteindrai jamais plus (Alain-Fournier, Meaulnes, 1913, p. 251).
Prononc. et Orth. : [pε ʀfεksjɔ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1145 « état de plénitude dans la possession de toutes qualités et l'absence de tout défaut » (Wace, Conception ND, 412 ds T.-L.); 2. a) 1262 « état d'achèvement parfait, de réalisation idéale » (Jean le Marchand, Miracles ND de Chartres, 25, ibid.); b) 1360 « achèvement, action de finir » (Rançon du roi Jean, Arch. KK 10a, fo32 rods Gdf.); 3. a) ca 1530 (une) perfection « (une) qualité » (Songecreux, Prénostication, éd. P. Lacroix, 49 v. et 68 v. ds IGLF); b) 1791 d'une pers. (Restif de La Bretonne, Tableaux du XVIIIes., conversion subite ds Brunot t. 6, p. 1083); 4. a) 1636 en perfection « de manière parfaite, sans faute » (F. M. Mersenne, Harmonie universelle, p. 76); b) 1694 en perfection « de manière absolue, totale » (Dancourt, La Parisienne, Comédies, éd. Fr. Sarcey, 263 ds IGLF : elle hait Damis en perfection). Empr. au lat. perfectio « achèvement complet, état de ce qui est idéal en qualités et sans défauts ». Fréq. abs. littér. : 2 926. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 222, b) 3 000; xxes. : a) 2 813, b) 4 688. Bbg. Gall. 1955, p. 43, 45, 46, 86, 494.

Wiktionnaire

Nom commun

perfection \pɛʁ.fɛk.sjɔ̃\ féminin

  1. (Au singulier) Qualité de ce qui est parfait dans son genre.
    • C'est pour cela que les catalogues illustrés sur les expositions ont toujours été des entreprises sans lendemain, malgré la perfection des gravures. — (L'exposition universelle de 1867, illustrée, Paris, 1867, vol.1, page 480)
    • Il faut aspirer à la perfection.
    • Il est difficile d’atteindre, d’arriver à la perfection.
    • Donner à un ouvrage toute la perfection dont il est susceptible.
  2. (Religion) (Au singulier) L’état le plus accompli de la vie religieuse.
    • Le quiétisme […] érigeait en système et posait avec franchise comme suprême perfection l’état d'immobilité et d’impuissance où l'âme parvient à la longue quand elle abdique son activité. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.178)
    • Nous croyons avoir assez fait comprendre quʼil y a de sortes de perfections pour la langue internationale : l’une vraie, faite des qualités qui répondent amplement au rôle de l’organe. Celle-là, l’Esperanto la possède, et la pratique le prouve tous les jours. L’autre, fictive et trompeuse, loin de répondre à la fin de l’idiome, y nuit au contraire plus ou moins, selon qu’elle s’éloigne peu ou beaucoup des qualités que la langue internationale doit posséder pour tous. — (Louis de Beaufront, Commentaire sur la grammaire de la Langue Internationale « Esperanto », 1900)
  3. (Au pluriel) Qualités excellentes, soit de l’âme, soit du corps.
    • Être doué de toute sorte de perfections.
  4. (Religion) (Au pluriel) État parfait.
    • Les perfections divines.
  5. (Familier) Être, chose qui a toutes les qualités.
    • Cette personne est une perfection.
  6. (Quelquefois) Achèvement.
    • Il faut porter cet ouvrage à sa perfection.

Nom commun

perfection \Prononciation ?\

  1. Perfection.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PERFECTION. n. f.
Qualité de ce qui est parfait dans son genre. En ce sens, il n'a point de pluriel. Il faut aspirer à la perfection. Il est difficile d'atteindre, d'arriver à la perfection. Il est encore bien éloigné de la perfection. Approcher de la perfection. Porter un ouvrage à sa perfection. Donner à un ouvrage toute la perfection dont il est susceptible. Dans le langage religieux, La perfection chrétienne, la perfection de la vie religieuse et, absolument, La perfection, L'état le plus accompli de la vie chrétienne, de la vie religieuse. Travailler à sa perfection.

PERFECTION se dit aussi des Qualités excellentes, soit de l'âme, soit du corps. En ce sens, il est usité surtout au pluriel. Être doué de toute sorte de perfections. Dans le langage religieux, Les perfections divines, Les qualités qui sont en Dieu à l'état parfait. Fam., Cette personne est une perfection, Elle a toutes les qualités.

PERFECTION signifie quelquefois Achèvement. Il faut porter cet ouvrage à sa perfection.

EN PERFECTION, À LA PERFECTION, loc. adv. Parfaitement. Cet ouvrier travaille en perfection. Il joue de la flûte en perfection. Elle danse à la perfection.

Littré (1872-1877)

PERFECTION (pèr-fè-ksion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Achèvement. Cet édifice approche de sa perfection. Comme leur perfection [des sciences] dépend du temps et de la peine, Pascal, Fragm. d'un traité sur le vide. Je crois que vous serez obligés de venir achever ici la cérémonie de chevalier dans le cours de l'année prochaine, prendre le collier, prêter le serment, et achever ainsi la perfection d'un chevalier sans reproche, Sévigné, 13 déc. 1688. Ce sage législateur [Moïse], qui ne fait pas tant de merveilles que conduire les enfants de Dieu dans le voisinage de leur terre, nous sert lui-même de preuve que sa loi ne mène rien à la perfection, Bossuet, Hist. II, 3.
  • 2 Par extension, état de ce qui est parfait dans son genre. Je sais que la perfection ne se trouve pas du premier coup, Guez de Balzac, liv. IV, lett. 17. Je m'avisai de considérer que souvent il n'y a pas tant de perfection dans les ouvrages composés de plusieurs pièces et faits de la main de divers maîtres qu'en ceux auxquels un seul a travaillé, Descartes, Méth. II, 1. Vous me parlez de M. de Beauvilliers et de l'abbé de Fénelon, et de la perfection de tous ces choix, comme je vous en ai déjà parlé : ils sont divins, Sévigné, 11 sept. 1689. Elle connaissait si bien la beauté des ouvrages de l'esprit, que l'on croyait avoir atteint la perfection quand on avait su plaire à Madame, Bossuet, Duch. d'Orl. Elle [la mort] a effacé, pour ainsi dire sous le pinceau même, un tableau qui s'avançait à la perfection avec une incroyable diligence, Bossuet, ib. Je suis, dit-il, celui qui suis ; l'être et la perfection m'appartiennent à moi seul, Bossuet, Hist. II, 3. La poésie latine fut portée à sa dernière perfection par Virgile et par Horace, Bossuet, ib. I, 10. Ronsard et les auteurs ses contemporains ont plus nui au style qu'ils ne lui ont servi ; ils l'ont retardé dans le chemin de la perfection, La Bruyère, I. Ils [les stoïciens] lui ont tracé [à l'homme] l'idée d'une perfection et d'un héroïsme dont il n'est point capable, La Bruyère, XI. Le législateur se fatigua ; il fatigua la société, pour faire exécuter aux hommes par préceptes ce que ceux qui aiment la perfection auraient exécuté comme conseil, Montesquieu, Espr. XXIV, 7. Je suis difficile pour moi-même et pour les autres ; il est dur de sentir la perfection, et de n'y pouvoir atteindre, Voltaire, Lett. d'Argental, 25 févr. 1763. Encore un coup, ne cherchons point la chimère de la perfection, mais le mieux possible selon la nature de l'homme et la constitution de la société, Rousseau, Lett. à d'Alemb. Tout s'accorda [dans le siècle de Louis XIV] pour porter notre idiome à cette perfection qui se sent elle-même et n'est autre chose que le plus grand degré de justesse et de force heureusement réunies, Villemain, Dictionnaire de l'Académie, Préface.

    En perfection, loc. adv. Parfaitement. Il a en perfection le don de décrire et de contrefaire, Guez de Balzac, liv. VI, lett. 5. Elle [Mlle de Scudéry] fut remercier Sa Majesté un jour d'appartement ; elle fut reçue en toute perfection, Sévigné, 5 mars 1683. Parménion, dans la lettre qu'il écrivit à Alexandre, marque qu'il avait trouvé à Damas trois cent vingt-neuf concubines de Darius, qui savaient toutes la musique en perfection, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 258, dans POUGENS.

    En perfection, se dit aussi, par ironie, en un sens défavorable. Façonnière et coquette en perfection, Sévigné, 94.

    On dit de même : dans la perfection. J'ai quasi envie de ne vous rien dire sur ma santé ; elle est dans la perfection, Sévigné, 15 nov. 1684. Comédienne qui jouait dans la perfection, Hamilton, Gramm. 9.

    On dit encore dans le même sens : d'une perfection, mais toujours avec quelque déterminatif. Il dansa… les folies d'Espagne… d'une perfection, d'un agrément qui ne se peut représenter, Sévigné, 24 juill. 1689. Parlons de ma santé… Dieu me la donne jusqu'à présent d'une perfection qui me surprend moi-même, Sévigné, 8 janv. 1690.

  • 3 Terme de spiritualité. La perfection chrétienne, la perfection de la vie religieuse, et, absolument, la perfection. J'appelle perfection chimérique celle qui nous porte à faire le bien que nous ne sommes pas obligés de faire, et à omettre celui que nous devons faire, Bourdaloue, 10e dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 225. Une bigote altière Qui, dans son fol orgueil aveugle et sans lumière, à peine sur le seuil de la dévotion, Pense atteindre au sommet de la perfection, Boileau, Sat. X.
  • 4 Au plur. Qualités excellentes de l'âme et du corps. Et dans l'objet aimé tout leur devient aimable ; Ils comptent les défauts pour des perfections, Molière, Mis. II, 5. Cette éloquence n'était pas seulement de la clarté, de la justesse, de l'ordre, toutes les perfections froides que demandent les sujets dogmatiques, Fontenelle, Du Verney.

    Il se dit aussi des choses. J'étais présent quand on lui conseilla d'y aller [aux eaux de Balaruc], après lui en avoir dit les perfections, Sévigné, 1er juin 1689.

    En termes de spiritualité. Les perfections divines, les qualités qui sont en Dieu. Pour connaître la nature de Dieu autant que la mienne en était capable, je n'avais qu'à considérer, de toutes les choses dont je trouvais en moi quelque idée, si c'était perfection ou non de la posséder ; et j'étais assuré qu'aucune de celles qui marquaient quelque imperfection n'était en lui, mais que toutes les autres y étaient, Descartes, Méth. IV, 4.

REMARQUE

Elle chante à la perfection ; il faut en perfection, et non à la perfection comme on dit à la cour, De Caillières, 1690.

HISTORIQUE

XIIIe s. [Un moine] De grant perfection estoit, Et el desert parfont manoit, Gui de Cambrai, Barl. el Jos. p. 30.

XIVe s. Adont regarda Hues d'amoureuse fachon, De tous les biens du monde avoit perfection, Hugues Capet, v. 1792. Quatre vertus de moult grant pris, Par coi amans puet estre apris, Et à perfection venir, Jean de Condé, t. III, p. 7.

XVe s. Ils ne pouvoient, ce leur sembloit, venir à perfection de leur besogne fors que par bataille, Froissart, II, III, 70.

XVIe s. J'excuserois volontiers en nostre peuple de n'avoir aultre patron et regle de perfection que ses propres mœurs et usances ; car c'est un commun vice, Montaigne, I, 369. Car les perfections du duel sont de faire Un appel sans raison, un meurtre sans colere, D'Aubigné, Tragiques, Misères.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PERFECTION, s. f. (Métaphysique.) c’est l’accord qui regne dans la variété de plusieurs choses différentes, qui concourent toutes au même but. Tout composé fait dans certaines vûes est plus ou moins parfait, à proportion que ces parties s’assortissent exactement à ces vues. L’œil, par exemple, est un organe de plusieurs pieces qui doivent toutes servir à tracer une image claire & distincte de l’objet visible au fond de la rétine. Si toutes ces pieces servent autant qu’elles en sont capables, à cet usage, l’œil est censé parfait. La vie de l’homme, entant qu’elle désigne l’assemblage de ses actions libres, est censée parfaite, si toutes ses actions tendent à une fin qui leur soit commune avec les actions naturelles. Car de-là résulte cet accord entre les actions naturelles & les actions libres, dans lequel consiste la perfection de la vie humaine. Au contraire l’imperfection, ou le mal métaphysique, consiste dans la contrariété de diverses choses qui s’écartent d’un même but.

Toute perfection a une raison générale, par laquelle on peut comprendre pourquoi le sujet en qui réside la perfection, est disposé de telle maniere, & non autrement. On peut l’appeller la raison déterminante de la perfection : il n’y a point d’ouvrage de la nature ou de l’art, qui n’ait sa destination ; c’est par elle, en y rapportant tout ce qu’on observe dans le sujet, qu’on estime sa perfection. C’est, par exemple, de la combinaison d’une lentille concave placée à l’opposite d’une lentille convexe dans un tube, que résulte la possibilité de voir distinctement un objet éloigné, comme s’il étoit prochain. On démontre que les lentilles doivent être d’une telle grandeur & d’un tel diametre plutôt que d’un autre ; que le tube doit être construit ainsi & non autrement ; & on démontre, dis-je, la perfection de chacune de ces parties, & conséquemment celle du tout, par leur rapport au but qu’on se propose d’appercevoir les objets éloignés.

Si la raison déterminante est unique, la perfection sera simple ; s’il y a plusieurs raisons déterminantes, la perfection est composée. Si un pilier n’est planté que pour soutenir quelque voûte, il aura toute la perfection qu’il lui faut, pourvu que sa grosseur ou sa force soit suffisante pour porter ce poids ; mais s’il s’agit d’une colonne destinée à orner aussi-bien qu’à soutenir, il faut la travailler dans cette double vue. Les fenêtres d’une maison ont une perfection composée entant qu’elles servent à introduire la lumiere, & à procurer un point de vue agréable.

Il y a aussi des raisons prochaines & des raisons éloignées, primariæ, secundariæ, qui déterminent la perfection prochaine ou éloignée d’une chose. Toute perfection a ses regles, par lesquelles elle est explicable. Lorsque diverses regles qui découlent des différentes raisons d’une perfection composée se contrarient, cette collision produit ce qu’on appelle exception, savoir une détermination contraire à la regle née de la contrariété des regles. Une perfection simple ne sauroit être sujette à exception ; elle n’a lieu que dans la perfection composée. Dès qu’il n’y a qu’une regle à observer, d’où naîtroit le cas d’une collision ? Mais aussi-tôt qu’il s’en trouve seulement deux, leur opposition dans certain cas, peut produire des exceptions.

La perfection d’une maison, par exemple, embrasse plusieurs objets, la position, distribution commode des appartemens, proportion de ses différentes parties, ornemens intérieurs & extérieurs : un habile architecte ne perd rien de vue ; mais chaque chose entre dans son plan à proportion de son importance ; & quand il ne sauroit tout allier, il laisse ce dont on peut le plus aisément se passer.

Les défauts occasionnés par les exceptions, ne sont pas des défauts réels ; & la perfection du sujet n’en est point altérée. Placer l’idée de la perfection dans l’accord des choses qui ne sauroient être conciliées, ce seroit supposer l’impossible. Ainsi, les exceptions qui ne naissent que de cette impossibilité, n’ont rien qui nuise à la perfection du sujet. Un œil est parfait, quoiqu’il ne puisse pas faire tout-à-la-fois les fonctions du télescope & du microscope ; parce qu’un même organe ne sauroit les allier, & que l’une & l’autre nuiroient à la véritable perfection de l’œil, qui consiste à découvrir distinctement ce qui est à la portée du corps.

Le principe des exceptions se trouve dans la raison déterminante de la perfection du tout, qui doit toujours prévaloir sur la perfection d’une partie. C’est un principe capital pour écarter les jugemens faux & précipités sur la perfection des choses ; il faut en embrasser toute l’économie pour raisonner pertinemment. Qui ne connoît qu’une partie, & forme ses décisions là-dessus, court grand risque de s’égarer, & ne réussit que par hasard. La perfection du tout est l’objet de quiconque travaille d’une maniere sensée à quelque ouvrage que ce soit : on n’ira pas sacrifier les commodités d’une maison entiere, pour rendre une salle parfaite. En un mot, dans un tout, chaque partie a sa perfection qui lui est propre ; mais elle est relative & subordonnée à celle du tout, au point que trop de perfection dans une partie, seroit une vraie imperfection dans le tout.

La grandeur de la perfection se mesure par le nombre des déterminations de l’être qui s’accordent avec les regles. Plus il y a de convenance, entre les déterminations & les regles, plus la perfection s’accroît ; ou bien moins un sujet a de défauts réels & véritables, plus il a de perfection.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « perfection »

(c. 1140) Du latin perfectio (« complet achèvement »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin perfectio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. perfectio ; espagn. perfeccion ; ital. perfezione ; du lat. perfectionem, de perfectum, supin de perficere (voy. PARFAIT).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « perfection »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
perfection pɛrfɛksjɔ̃

Citations contenant le mot « perfection »

  • La simplicité est l'habit de la perfection. De Wladimir Wolf-Gozin
  • La perfection méprise le temps et la peine ! De Didier Le Pêcheur / Les Hommes immobiles
  • La perfection est un chemin, non une fin. De Proverbe coréen
  • Chaque chose cherche sa perfection dans la mort. De Augusto Roa Bastos / Moriencia
  • À ses côtés, dans le plus petit des dojos de l’université de Yamanashi, Cédric Taymans, le directeur sportif de la Fédération francophone de judo, scrute la demi-dizaine de ses protégés encore en action. Objectifs ? « Repérer les détails techniques à améliorer et s’assurer qu’ils ne lâchent pas le morceau. » Car, en face, leurs hôtes nippons s’évertuent à prouver qu’ils maîtrisent à la perfection leur discipline nationale, un art qu’ils cultivent souvent depuis leur plus tendre enfance. Mon Japon, En quête de perfection - Mon Japon
  • L’homme n’aura jamais la perfection du cheval. De Baruch Spinoza
  • Celui qui ne tend pas toujours à un plus haut degré de perfection ne connaît pas ce que c'est la perfection. La recherche de la perfection est la poursuite de la mort. De Pierre Baillargeon / La Neige et le feu
  • Il est aussi noble de tendre à l'équilibre qu'à la perfection ; car c'est une perfection que de garder l'équilibre. De Jean Grenier
  • La perfection esthétique est un souci omniprésent chez les stars, avec la nécessité d’entretenir une apparence parfaite en toute situation. Closermag.fr, Le Dr Gerbault nous parle de la chirurgie esthétique des stars - Closer
  • Plus on aime, plus on souffre. La somme des douleurs possibles pour chaque âme est proportionnelle à son degré de perfection. Henri Frédéric Amiel, Journal intime, 26 décembre 1868
  • L'humilité est l'antichambre de toutes les perfections. Marcel Aymé, Clérambard, II, 3, Clérambard , Grasset
  • Il n'y a qu'une vie c'est donc qu'elle est parfaite. Eugène Grindel, dit Paul Eluard, Une leçon de morale, les Souvenirs et le présent , Gallimard
  • Il est aussi noble de tendre à l'équilibre qu'à la perfection ; car c'est une perfection que de garder l'équilibre. Jean Grenier, Nouveau Lexique, Gallimard
  • Je ne sépare point l'idée de bonheur de l'idée de perfection. Anne Thérèse de Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert, Lettres, à l'abbé ***
  • Pour beaucoup de femmes, le plus court chemin vers la perfection, c'est la tendresse. François Mauriac, Asmodée, Grasset
  • C'est une absolue perfection, et comme divine, de savoir jouir loyalement de son être. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, III, 13
  • On se demande la raison de cette bizarrerie du cœur humain, qui lui fait goûter des idées de bien et de perfection, dont il s'éloigne continuellement dans la pratique. Antoine François Prévost d'Exiles, dit l'abbé Prévost, Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut
  • La joie est le passage de l'homme d'une moindre à une plus grande perfection. Baruch Spinoza, L'Éthique, Livre III
  • La tristesse est le passage de l'homme d'une plus grande à une moindre perfection. Baruch Spinoza, L'Éthique, Livre III
  • Une femme parfaite, qui la trouvera ? Elle a bien plus de prix que les perles. , Ancien Testament, Livre des Proverbes XXXI, 10
  • Par-dessus tout, la charité, en laquelle se noue la perfection. , Saint Paul, Épître aux Colossiens, III, 14
  • On trouve des disciples de la sagesse qui ne sont pas parfaits ; on n'a jamais vu un homme sans principes qui fût parfait. Confucius en chinois Kongzi ou Kongfuzi [maître Kong], Entretiens, VII, 14 (traduction S. Couvreur)
  • Qui donc est si parfait qu'il vive sans une erreur ? Joost Van den Vondel, Joseph à Dothan, III
  • Recherchez le succès, pas la perfection. De David Burns
  • Qui cherche la perfection obtient l’excellence. De Jori Cazilhac
  • Cette totale perfection : santé, amitié et amour. De Gaby Thibaudeau / De l'autre côté de la rivière
  • La perfection est une chose insupportable. De Alix Girod de l’Ain / Evene.fr - Juin 2006
  • La perfection dans le détail conduit à la perfection même de la vie. De Harry Bernard / La Maison vide
  • Les détails font la perfection, et la perfection n'est pas un détail. De Léonard de Vinci / Carnets
  • L'homme est la perfection de l'Univers, l'esprit est la perfection de l'homme, l'amour est la perfection de l'esprit, et la charité est la perfection de l'amour. De Saint François de Sales

Traductions du mot « perfection »

Langue Traduction
Anglais perfection
Espagnol perfección
Italien perfezione
Allemand perfektion
Chinois 完美
Arabe حد الكمال
Portugais perfeição
Russe совершенство
Japonais 完璧
Basque perfekzioa
Corse perfezione
Source : Google Translate API

Synonymes de « perfection »

Source : synonymes de perfection sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « perfection »

Perfection

Retour au sommaire ➦

Partager