Fortifier : définition de fortifier


Fortifier : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

FORTIFIER, verbe trans.

Rendre fort ou plus fort.
A.− Domaine concr.
1. [L'obj. désigne un animé, une partie du corps, un organe] Accroître la vigueur, la puissance physique ou la résistance. Fortifier le corps, le dos; fortifier le cœur, le poumon; fortifier la voix. Une fois que l'enfant [spartiate] commence à marcher (...) on le fortifie avec méthode (Taine, Philos. art,t. 2, 1865, p. 188).Il faudrait lui fortifier l'estomac, lui enseigner à la façon des anciens Romains les lois de la santé (Pourrat, Gaspard,1931, p. 104):
1. Voici une liqueur [le vin] qui active la digestion, fortifie les muscles, et enrichit le sang. Prise en grande quantité même, elle ne cause que des désordres assez courts. Baudel., Paradis artif.,1860, p. 342.
Emploi pronom.
réfl. Chaque organe peut se fortifier ou s'affaiblir (Cabanis, Rapp. phys. et mor.,t. 2, 1808, p. 10).Une personne de santé délicate qui à partir d'un certain moment se fortifie, engraisse, et semble pendant quelque temps s'acheminer vers une complète guérison (Proust, Swann,1913, p. 304).
réfl. indir. Les enfants de la « race nouvelle » tout en s'amusant, s'instruisant de droite à gauche, se fortifiant les poumons, nous fourniraient avec joie une main-d'œuvre toute spontanée! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 592).
2. [L'obj. désigne une chose]
a) Augmenter la solidité, la résistance. Synon. consolider, renforcer.Fortifier des piliers. Il [le duc] était machiniste à présent, pour bâtir et fortifier le caveau de l'hôtel Beaujon, où ses trésors seraient enfermés (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 93).
Spéc. Munir d'ouvrages de défense. Fortifier un camp, une place, une position, une ville. Les républicains arrivèrent à construire sous le feu une ligne de défense, et à fortifier leurs flancs (Malraux, Espoir,1937, p. 801).
Emploi pronom. réfl. Se protéger par des ouvrages de fortifications. La 6earmée se fortifiait sur le front Mareil-en-France, Dammartin, Montgé (Joffre, Mém., t. 1, 1914, p. 380):
2. Paris a dû faire craquer sciemment, une à une, les enceintes dont il s'est successivement fortifié, depuis les tours de Philippe-Auguste jusqu'aux forts de Joffre. Morand, Londres,1933, p. 328.
b) Vieilli. Rendre plus intense, plus marqué. Fortifier les teintes, les touches (Ac.1798-1878).Par combien de retouches il faut fortifier cette ombre! (Joubert, Pensées, t. 1, 1824, p. 321).
c) Rendre (un repas) plus consistant, plus réconfortant, élever le degré alcoolique (d'une boisson). Synon. corser.Pour me prémunir contre l'envie de dormir, je fortifiai mon dîner de deux grandes tasses de café, également fort et parfumé (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 112).C'est [le poiré] une boisson plus rafraîchissante que le vin, pendant les moissons. − Et plus saine que la bière, ajouta Kobus. On n'a pas besoin de la fortifier, ni de l'étendre d'eau, c'est une boisson naturelle (Erckm.-Chatr., Ami Fritz,1864, p. 46).
B.− Au fig.
1. Fortifier qqn.Accroître son courage, son énergie, sa fermeté morale. Je voudrais te soutenir, te fortifier, te communiquer cette absolue indifférence pour tous les examens, concours, étiquetages (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 93):
3. Il regarda M. Lantaigne. La douceur résolue, la tranquillité ferme, la quiétude de cet homme le révoltèrent. Soudain, un sentiment naquit et grandit en lui, le soutint et le fortifia, la haine du prêtre, une haine impérissable et féconde, une haine à remplir toute la vie. France, Orme,1897, p. 21.
Absol. J'invoquai avec élancement celui qui fortifie et qui attendrit (Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 245).
[Suivi d'un compl. prép.] Fortifier qqn de qqc., contre qqc.Tous les sentiments dont on les a fortifiées [certaines femmes] jusqu'alors viennent se grouper autour d'elles et demandent un sursis à la réalité (Dumas fils, Ami femmes,1864, IV, 9, p. 173).
Fortifier qqn dans qqc.Le rendre plus ferme, plus assuré dans (une attitude intellectuelle ou morale). Fortifier qqn dans une certitude, dans une décision, dans une résolution. − Elle est persuadée qu'elle a un esprit d'enfer. Tous ses auteurs et votre mari en particulier, la fortifient dans cette erreur (L. Daudet, Mésentente,1911, p. 92).
Emploi pronom. réfl. De bonne heure, Marc tint un journal intime de son état intérieur. Il y inscrivait (...) les maximes auxquelles il recourait pour se fortifier (Renan, Marc-Aurèle,1881, p. 258):
4. De tous côtés le désir apparaît de se mieux pénétrer de la doctrine de l'église, si misérablement ignorée de tant de baptisés, et de se fortifier contre l'erreur innombrable par une sérieuse formation philosophique et théologique. Maritain, Primauté spirit.,1927, p. 174.
En partic. Se fortifier dans (une discipline, un objet d'étude). Devenir plus expérimenté, progresser. À Vienne (...) je pourrai me fortifier dans la prononciation allemande (Nerval, Corresp.,1830-55, p. 55).
Emploi pronom. réciproque. De tout temps et dans tous les pays il a existé des associations secrètes, dont les membres avoient pour but de se fortifier mutuellement dans la croyance à la spiritualité de l'âme (Staël, Allemagne, t. 4, 1810, p. 148).
2. Fortifier qqc.
a) Rendre plus puissant, plus efficace.
[L'obj. désigne une faculté, une opération ou une production de l'esprit] Fortifier l'intelligence, les facultés, le jugement; fortifier une argumentation, une preuve, des conclusions. Le travail fortifie l'esprit. Je ne sais si la prière trop extatique ne l'affaiblit pas comme la rêverie mélancolique (Vigny, Journal poète,1833, p. 990).J'y ai entièrement refondu, augmenté, adouci un peu, et je crois fortifié mon article sur Auguste (J.-J. Ampère, Corresp.,1856, p. 314):
5. ... un chef d'unité, durant une partie au moins de sa carrière professionnelle, améliore vraisemblablement son pouvoir de combinaison et peut-être son aptitude à imaginer des schèmes nouveaux (...) ainsi l'aptitude à créer du chef d'unité est dynamiquement fortifiée. Perroux, Écon. XXes.,1964, p. 447.
[L'obj. désigne un collectif ou est un mot abstr. impliquant ou exprimant un pouvoir matériel] Fortifier un gouvernement, un parti; fortifier le parlement, l'armée; fortifier son autorité, son pouvoir (Ac.1932).Il fortifiait l'usine par une administration très sage (Zola, Travail, t. 2, 1901, p. 8):
6. Alors le gouvernement dut s'apercevoir qu'en se servant de la gauche pour battre la droite afin de suivre une politique moyenne, une politique modérée, de « juste milieu », il avait enhardi et fortifié le parti libéral, coalition de tous les adversaires de la dynastie. Bainville, Hist. Fr.,t. 2, 1924, p. 153.
Emploi pronom. réfl. Et pendant ce temps, la situation pourrit, le sang coule, les haines s'exaspèrent, le Trésor se vide, les fascistes se fortifient (Mauriac, Nouv. Bloc-notes,1961, p. 100).
b) [L'obj. désigne un phénomène moral individuel ou une disposition collective] Rendre plus ferme, plus stable, plus solide. Synon. affermir, corroborer, confirmer, consolider, renforcer.Rien n'a été épargné pour corrompre notre raison, sous le spécieux prétexte de fortifier les lois et la morale (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 467).Cette habitude que Proust a fortifiée chez tant d'entre nous de se considérer comme le lieu de certaines expériences (Du Bois, Journal,1925, p. 240):
7. ... je veux vous donner une nouvelle preuve de la force de mes sentiments pour vous; l'absence les fortifie, et demain, vous trouverez une lettre qui les exprime parfaitement. Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 87.
SYNT. Fortifier une certitude, des croyances, une résolution; fortifier une illusion, une impression, des doutes, des soupçons; fortifier le courage, la vertu, le vice; fortifier l'amour, la haine, une passion, une répugnance; fortifier la foi, les principes; fortifier la paix.
Emploi pronom. réfl. L'idée déjà naturelle au public que l'alcool préservait des maladies infectieuses se fortifia dans l'opinion (Camus, Peste,1948, p. 1282).
Prononc. et Orth. : [fɔ ʀtifje], (il) fortifie [fɔ ʀtifi]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1308 « rendre quelque chose plus fort, plus vigoureux » (Ystoire de li Normant, trad. Aimé, 322 [Bartholomaeis] ds Quem. DDL t. 2); 1580 « accroître les forces physiques » (Montaigne, Essais, éd. A. Thibaudet, livre I, chap. 25, p. 168 : si elle [la viande] ne nous augmente et fortifie); 1580 « affermir moralement » (Id., op. cit., livre 2, chap. 5, p. 405 : [la conscience] fortifie l'innocent contre la torture); 2. fin xives. « protéger une position » ici pronom. (Froissart, Chron., éd. S. Luce, I, 177); en partic. ca 1389 « au moyen de fortifications » (Guescl., 16911 ds Littré). Empr. au lat. fortificare « rendre plus fort ». Fréq. abs. littér. : 826. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 659, b) 1 143; xxes. : a) 940, b) 918.

Fortifier : définition du Wiktionnaire

Verbe

fortifier \fɔʁ.ti.fje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre fort, plus fort, robuste, plus robuste.
    • L’exercice fortifie le corps.
    • Cet enfant se fortifie tous les jours.
      • (Figuré)Alors elle s’enveloppa complètement de son voile, […], fortifiant, ou du moins essayant de fortifier son âme non seulement contre les dangers imminents qui menaçaient du dehors, mais aussi contre les sentiments intérieurs qui assaillaient son cœur malgré elle. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Figuré) Faire persister, affermir.
    • Fortifier quelqu’un dans une résolution.
    • Le temps fortifie l’amitié.
  3. (Militaire) Munir d’ouvrages de défense.
    • Les seigneurs, […], avaient maintenant repris leur ancienne licence dans toute son étendue, méprisant la faible intervention du Conseil d’État d’Angleterre, fortifiant leurs châteaux, augmentant le nombre des gens qui relevaient d’eux, réduisant tout ce qui les entourait à une sorte de vasselage. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • En attendant, les insurgés employèrent la journée du lendemain à se fortifier dans les casernes de l’artillerie, décidés à s’y défendre contre les troupes du gouvernement. — (Anonyme, Mexique.- Situation des partis, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fortifier : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FORTIFIER. v. tr.
Rendre fort, plus fort, robuste, plus robuste. L'exercice fortifie le corps. Cet enfant se fortifie tous les jours. Fig., Fortifier le courage. Fortifier son âme, son cœur. Le temps fortifie l'amitié. Cela fortifiait les soupçons. L'esprit se fortifie par l'étude. Fortifier son autorité, son pouvoir. Fortifier quelqu'un dans une résolution, L'y faire persister, l'y affermir. Il signifie particulièrement Munir d'ouvrages de défense. Fortifier une ville, une place, un poste, une position. Fortifier un camp. Ce côté de la place était mal fortifié. Se fortifier dans un poste.

Fortifier : définition du Littré (1872-1877)

FORTIFIER (for-ti-fi-é), je fortifiais, nous fortifiions, vous fortifiiez ; que je fortifie, que nous fortifiions, que vous fortifiiez v. a.
  • 1Rendre fort, donner des forces. Cet exercice est propre à fortifier le corps. Le bon vin fortifie l'estomac. L'évangéliste ne nous fait pas entendre que l'ange le consola [Jésus-Christ], mais seulement qu'il le fortifia, Bourdaloue, Exhort. sur la prière de J. C. t. I, p. 390. Le sang des Guises fortifia la ligue, comme la mort de Coligni avait fortifié les protestants, Voltaire, Ess. guerres civ. de France.

    Terme de peinture. Fortifier une figure, les membres d'une figure, leur donner plus de grosseur.

    Fortifier les teintes, les rendre plus vigoureuses.

    Fortifier les ombres et les touches, les rendre plus brunes et plus obscures.

  • 2 Fig. Il se dit au sens moral. Ces méditations fortifient l'esprit. Fortifier le courage. L'exemple de ma mort les fortifiera mieux, Corneille, Poly. II, 6. Fortifie, affermis ceux qu'ils auront séduits, Corneille, Héracl. I, 2. Comme le christianisme a pris naissance de la croix, ce sont aussi les malheurs qui le fortifient, Bossuet, Reine d'Anglet. Elle [l'Église catholique] enseigne que nous, qui ne pouvons rien de nous-mêmes, pouvons avec celui qui nous fortifie ; en telle sorte, que l'homme n'a rien de quoi se glorifier, ni de quoi se confier en lui-même, Bossuet, Proj. de réun. des protest. Explic. de points de controv. Vous-même contre vous fortifiez mon cœur, Racine, Bérén. IV, 5.

    Fortifier quelqu'un dans une résolution, l'y affermir, l'y faire persister.

    Corroborer, confirmer. Cela fortifie les soupçons. [Elle]… fortifie en toi cette inclination, Tristan, Panthée, III, 3. Plusieurs circonstances et divers motifs concoururent à faire naître [à Rome] cette haine implacable de la royauté et à la fortifier, Rollin, Trait. des Ét. v, III, 2. Tout fortifie dans les grands cette dangereuse impression, Massillon, Carême, Prosp.

  • 3 Terme de guerre. Fortifier une place, un poste, l'entourer d'ouvrages de défense. S'ils avaient pris encore dix autres de nos places avec un pareil succès [c'est-à-dire en les reperdant après les avoir fortifiées], notre frontière en serait en meilleur état, et ils l'auraient mieux fortifiée que ceux qui jusques ici en ont eu la commission, Voiture, Lett. 74. Qu'il embellît cette magnifique et délicieuse maison [Chantilly], ou bien qu'il munît un camp au milieu d'un pays ennemi et qu'il fortifiât une place…, Bossuet, Louis de Bourbon. Je suis un peu affligé, en ma qualité de Français, d'entendre dire que c'est un chevalier de Tott qui fortifia les Dardanelles, Voltaire, Lett. Catherine, 20 nov. 1770.
  • 4Se fortifier, v. réfl. Devenir plus fort. Cet enfant se fortifie tous les jours. Plus l'Église se fortifiait, plus elle faisait éclater sa soumission et sa modestie, Bossuet, Var. 5e avert. § 16.

    Fig. L'esprit se fortifie par l'étude. Ce devrait être aussi notre unique pensée De nous fortifier chaque jour contre nous, Corneille, Imitation, I, 3. Le cœur se fortifie dans la vertu, Fénelon, Tél. IX. Le fils qu'elle lui avait donné [au czar Pierre] en 1690 naquit malheureusement avec le caractère de sa mère, et ce caractère se fortifia par la première éducation qu'il reçut, Voltaire, Russie, II, 10.

    Avec ellipse du pronom personnel. Chaque jour voyait croître leur foi et fortifier leur charité, Massillon, Carême, Comm.

    S'affermir. Se fortifier dans sa résolution.

  • 5Se donner l'un à l'autre des forces, du courage. Ils s'encouragent, ils se fortifient les uns les autres. Ils se fortifient mutuellement dans leurs résolutions.
  • 6S'entourer de fortifications. L'ennemi se fortifie dans son camp.

    Se fortifier dans un poste, s'y mettre en état de tenir contre les attaques de l'ennemi.

HISTORIQUE

XIVe s. Car tous les fors Englois, de quoi il y a tant, Chasteaux, villes, citez se vont fortefiant, Guesclin. 16911.

XVe s. Et estoit l'intention des Anglois que… ils detruiroient toute Escosse pour la cause de ce que ils s'estoient fortifiés en celle saison des François [les avaient pris pour auxiliaires], Froissart, II, II, 236. Mes [les Anglais] sont fortiffiez leans, Que à peine en pourrez chevir, Myst. du siége d'Orléans, p. 479.

XVIe s. Si la viande ne se digere si elle ne nous augmente et fortifie… , Montaigne, I, 144. La conscience fortifie l'innocent contre la torture, Montaigne, II, 47. Il passa au travers l'armée ennemie pour aller fortifier ses gents de sa presence, Montaigne, III, 172. Il en avoit bien remparé et fortifié toutes les advenues avec clostures et fortifications de bois, Amyot, P. Aem. 20. Clermont d'Antragues averti fortifie [renforce] ses coureurs du capitaine Cartier, et de vingt hommes, avec charge de donner, D'Aubigné, Hist. II, 193. Et soit le tout distillé en fortifiant le feu petit à petit, Paré, XXV, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fortifier : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

FORTIFIER EN-DEDANS, (Fortific.) c’est prendre le côté du polygone pour le côté extérieur. Voy. côté extérieur & Fortifier en-dehors. (Q)

Fortifier en-dehors, (Fortificat.) c’est dans la Fortification faire servir le côté du polygone qu’on se propose de fortifier, de côté intérieur : on dit alors qu’on fortifie en dehors, parce que les bastions sont véritablement hors du polygone ; on dit au contraire qu’on fortifie en-dedans, lorsque le côté du polygone sert de côté extérieur, les bastions étant alors en-dedans le polygone.

On peut également fortifier les places en-dehors & en-dedans. Cette derniere méthode paroît mériter quelque préférence sut la premiere, parce qu’en la suivant on fixe les pointes des bastions où l’on veut, & qu’elle est plus propre à proportionner toutes les parties de la fortification aux côtés & aux angles des polygones qu’on fortifie.

Lorsqu’on fortifie en-dehors, on a l’avantage de fixer les lieux où doivent être les courtines ; ce qui peut servir lorsque la place a une vieille enceinte déterminée par un rempart, ou par des maisons qu’on veut conserver. Mais on peut indifféremment dans la fortification réguliere, se servir de l’une ou de l’autre de ces méthodes, suivant que le terrein & la situation de la place peuvent le demander. Car lorsque tous les côtés intérieurs se trouveront déterminés sur un plan bien exact, on peut en leur menant des paralleles, à la distance qui doit être entre le côté extérieur & l’intérieur, construire la fortification en-dedans sur ces paralleles ; & après avoir calculé & trouvé la grandeur de toutes ses parties & de ses angles, il est aisé ensuite de construire la fortification sur le côté intérieur. Voyez chacune de ces constructions à la suite du mot Fortification, dans les systèmes du chevalier de Ville, de Pagan, de Vauban, de Mallet, &c.

Si la place qu’on veut fortifier est irréguliere, & que les côtés intérieurs soient donnés de grandeur & de position, ou si elle a une vieille enceinte sur laquelle on doit prendre les courtines, il est fort difficile alors de parvenir par la fortification du polygone extérieur, à avoir pour côtés intérieurs les côtés de l’enceinte : car dans les polygones irréguliers, la distance du côté intérieur à l’extérieur n’est pas la même pour tous les côtés, comme dans les réguliers ; l’inégalité des angles du polygone rend cette distance plus ou moins grande, suivant les variations de ces angles : c’est pourquoi si l’on mene des paralleles aux côtés intérieurs & à la distance qui leur convient à chacun, la grandeur de ces paralleles ne répondra point à celle des côtés intérieurs correspondans ; ses paralleles qui seront les moins éloignés des côtés intérieurs, s’étendront sur celles qui le seront davantage, & elles en diminueront la grandeur. Mais comme les plus proches des côtés intérieurs se trouveront opposés aux plus petits de ces côtés, les côtés extérieurs qu’elles produiront se proportionneront en quelque maniere les uns & les autres, parce que les plus grands seront diminués par la rencontre des petits. C’est par cette espece de compensation de côtés, que quelques auteurs croyent qu’il est plus avantageux de fortifier par le polygone extérieur, que par l’intérieur. Mais ces auteurs n’ont pas fait attention que par cette méthode les courtines du polygone extérieur ne tombent pas toûjours sur les côtés de l’intérieur ; ce qui est un grand inconvénient, lorsque la ville a une enceinte sur laquelle on vent prendre les courtines.

Dans la pratique des fortifications, on peut lorsque les places n’ont point d’enceinte déterminée, se servir du polygone extérieur pour la trace de la ligne magistrale ; mais on doit préférer la méthode de tracer cette ligne par le polygone intérieur, s’il faut prendre nécessairement les courtines sur les côtés de l’enceinte. Voyez, dans la troisieme édition des élémens de fortification, l’examen du traité de la fortification par le polygone extérieur & par l’intérieur. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fortifier »

Étymologie de fortifier - Littré

Provenç. et espagn. fortificar ; ital. fortificare ; du lat. fortificare, de fortis, fort, et facere, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de fortifier - Wiktionnaire

Du latin fortificare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fortifier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fortifier fɔrtifje play_arrow

Conjugaison du verbe « fortifier »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe fortifier

Évolution historique de l’usage du mot « fortifier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fortifier »

  • Rien de plus efficace que le jus de citron pour fortifier ses ongles. Mélangez 2 cuillères à soupe de jus de citron et 2 cuillères à soupe d’huile d’olive. Massez délicatement vos ongles avec cette solution, et répétez l’opération deux fois par semaine. parismatch.be, 4 astuces pour fortifier vos ongles, au revoir les doigts abimés
  • Il faut les aider à se fortifier économiquement. Une autre possibilité est de laisser sauvage une partie de son jardin et de faire de la fauche tardive. Cela permettra aux abeilles de jouer leur rôle de pollinisation. , Seine-et-Marne. Une vingtaine de ruches pour la sauvegarde des abeilles | La République de Seine et Marne
  • Sans le savoir, Victoria a choisi de se servir de l’émotion de la colère pour faire le saut vers l’inconnu : trouver un autre job, dépasser un autre défi, se fortifier face au jugement des autres. , Comment apprivoiser ses émotions en période difficile ? | Psychologies.com
  • Mais le pompon du tracas estival, on le doit sans doute à l’inusable pépé Blocher, dont les capacités de nuisance paraissent se fortifier avec l’âge. Monsieur veut sa rente d’ancien conseiller fédéral. D’autant plus qu’il y a bêtement droit. Mais voilà avec Blocher rien n’est simple, surtout que l’homme cumule deux tares qui le rendrait inéligible à tout obole publique: il est bien riche et il pense mal. Largeur.com, Clochemerle pour un été | Largeur.com
  • Le monde matériel est plein d'analogies exactes avec l'immatériel, et c'est ce qui donne une couleur de vérité à ce dogme de rhétorique, qu'une métaphore ou une comparaison peut fortifier un argument aussi bien qu'embellir une description. De Edgar Allan Poe / Histoires Extraordinaires
  • L'esprit de la plupart des femmes sert plus à fortifier leur folie que leur raison. De François de La Rochefoucauld / Maximes
  • Il vaut mieux fortifier ses points forts que combler ses points faibles. De Bernard Werber / L'empire des anges
  • Il n'est plus temps, quand le danger est présent, de nous fortifier contre lui. De Sénèque / La tranquillité de l'âme
  • Ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force. De Blaise Pascal

Images d'illustration du mot « fortifier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fortifier »

Langue Traduction
Corse rinforza
Basque indartzen
Japonais 強化する
Russe укреплять
Portugais fortalecer
Arabe تقوية
Chinois 加强
Allemand stärken
Italien rafforzare
Espagnol fortalecer
Anglais strengthen
Source : Google Translate API

Synonymes de « fortifier »

Source : synonymes de fortifier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fortifier »



mots du mois

Mots similaires