Éveiller : définition de éveiller


Éveiller : définition du Wiktionnaire

Verbe

éveiller \e.ve.je\ ou \e.vɛ.je\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’éveiller)

  1. Passer du sommeil à la veille.
    1. Tirer du sommeil.
      • Le chant des coqs, l’aboiement des chiens, les appels des oiseaux l’éveillèrent. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 99 de l’éd. de 1921)
      • Il prêta l’oreille. Rien ne remuait dans la maison. Le bruit du gond rouillé n’avait éveillé personne. — (Victor Hugo, Les Misérables, I, 2, 11 ; 1862)
    2. (Pronominal) Sortir du sommeil.
      • Deux berceaux côte à côte, dans sa chambre, renfermait les deux petits corps. La nuit, Zaheira s’éveillait pour leur donner le sein. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
      • Il s’éveille tous les jours à une certaine heure.
      • Elle s’est éveillée en sursaut.
      • On emporterait la maison, qu’il ne s’éveillerait pas.
      • S’éveiller au bruit.
      • Vous paraissez tout endormi, éveillez-vous.
  2. (Figuré) Déclencher (un sentiment chez quelqu’un).
    1. Faire naitre, susciter.
      • Et chacun de me plaisanter ; ma jeunesse à son lever, mon parfum de fille fraîche, ma chair toute neuve en son premier éclat éveillaient chez les hommes de sournoises concupiscences, aiguisaient leur regard. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 32)
      • Éveiller la curiosité. Éveiller des soupçons.
    2. (Pronominal) Naitre, éclore, se développer.
      • C’est ainsi en effet que s’éveille dans le cœur humain et que s’impose, même sans droit, l’âcre et bizarre jalousie de la chair. — (Victor Hugo, Les Misérables, III, 6, 8 ; 1862)
      • Son intelligence commence à s’éveiller.
  3. (Figuré) Sensibiliser (quelqu’un à quelque chose, à un sentiment).
    1. Faire sortir de l’ignorance.
      • Éveiller un enfant à la peinture.
    2. (Pronominal) Sortir de l’ignorance.
      • S’éveiller aux arts, à l’amour.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Éveiller : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉVEILLER. v. tr.
Tirer du sommeil. Quand il est une fois endormi, on ne peut l'éveiller. Le moindre bruit l'éveille. On est venu m'éveiller ce matin à cinq heures. Prov. et fig., Il ne faut pas éveiller le chat qui dort. Voyez CHAT.

S'ÉVEILLER signifie Sortir du sommeil. Il s'éveille tous les jours à une certaine heure. Elle s'est éveillée en sursaut. On emporterait la maison, qu'il ne s'éveillerait pas. S'éveiller au bruit. Vous paraissez tout endormi, éveillez- vous. En ces différents sens, on dit plutôt aujourd'hui RÉVEILLER. On dit toutefois, au sens figuré, Son intelligence commence à s'éveiller.

Éveiller : définition du Littré (1872-1877)

ÉVEILLER (é-vè-llé, ll mouillées, et non é-vè-yé) v. a.
  • 1Tirer quelqu'un du sommeil. … Les souris et les rats Semblent, pour m'éveiller, s'entendre avec les chats, Boileau, Sat. VI. Oui, c'est Agamemnon, c'est ton roi qui t'éveille, Racine, Iphig. I, 1. Il faut que tous les jours j'éveille tout mon monde, Racine, Plaid. I, 7. Dans mon réduit où l'on voit l'indigence, Sans m'éveiller assise à mon chevet, Béranger, Dieu des bonnes gens.
  • 2 Fig. Donner de la gaieté. Il est mélancolique, il lui faudrait quelque chose qui l'éveillât un peu.

    Rendre plus actif. L'ambition l'a éveillé.

  • 3Stimuler, exciter. Éveiller les soupçons, la jalousie. Mais laissez-nous le temps d'éveiller un parti, Voltaire, Mérope, v, 3. C'est moi qui la première éveillai son courage, Ducis, Macbeth, II, 2. L'aspect d'un tel censeur éveille ses remords, Lemercier, Agamemnon, I, 1.

    Absolument. Il faut que sa douceur [de l'idylle] flatte, chatouille, éveille, Boileau, Art p. II.

  • 4Faire naître. Quelle foule d'idées j'éveille dans son cerveau par ce peu de mots ! Rousseau, Ém. III.
  • 5S'éveiller, v. réfl. Sortir du sommeil. Il s'endort, il s'éveille au son des instruments, Racine, Esth. II, 9.

    Fig. Il n'est pas mauvais que le peuple s'éveille de temps en temps, Retz, IV, 128. [ô roi] Il est temps que tu t'éveilles : Dans le sang innocent ta main va se plonger, Racine, Esth. III, 3.

  • 6Prendre de la vivacité, en parlant de choses. Aussitôt des objets les images pressées En foule s'éveillaient dans ses vastes pensées, Delille, Imag. X. Dans mon cœur attendri quel sentiment s'éveille ? Delavigne, Paria, III, 4.

    PROVERBE

    N'éveillez pas, ou, il ne faut pas éveiller le chat qui dort, c'est-à-dire ne rappelez pas une mauvaise affaire assoupie.

SYNONYME

ÉVEILLER, RÉVEILLER. Ces deux verbes ne diffèrent que par le préfixe re-, qui marque réduplication de l'action. On dort et on s'éveille ; on se rendort et on se réveille. Cette distinction est réelle ; mais, dans l'usage, on la néglige souvent : Je vous réveillerai demain à six heures.

HISTORIQUE

XIe s. Charles se dort, qu'il ne s'esveille mie, Ch. de Rol. LV.

XIIe s. As oroilles vient la parole, Ausi come li vanz qui vole, Mes n'i areste ne demore, Se li cuers [cœur] n'est si esveilliez Qu'au prendre soit apareilliez, Chrestien de Troyes, Chev. au lyon, v. 157. Li sainz huem ne fist mie ses servans esveillier, Th. le mart. 101.

XIIIe s. Et que or avoit li rois d'Espaigne enveillet le chien qui dormoit, Chr. de Rains, p. 74. Car mesdisant felon et de put aire Font les amans à grant dolor languir, Qui sont touzjors esveillé de mau faire, Quant on cuide que il doient dormir, Poésies mss avant 1300, t. IV, p. 1468, dans LACURNE. Mez seulement pour le grant amour que il a en nous, nous esveille [Dieu] par ses menaces, Joinville, 285.

XVe s. Plus esveillé qu'un rat, Louis XI, Nouv. IX. Il appela son varlet, qui estoit un galant tout esveillé, Louis XI, ib. XVIII.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Éveiller : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « éveiller » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « éveiller »

Étymologie de éveiller - Littré

Provenç. esvelhar, esveillar ; ital. svegliare ; du lat. evigilare, s'éveiller, de e, ex, et vigilare, veiller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de éveiller - Wiktionnaire

(1175) Chrétien de Troyes. Du latin populaire exvigilare (« s’éveiller »), issu du latin vigilare (« être éveillé »), bâti sur le latin vigil (« attentif ») qui a donné vigilant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éveiller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éveiller evɛje play_arrow

Conjugaison du verbe « éveiller »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe éveiller

Évolution historique de l’usage du mot « éveiller »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éveiller »

  • Par notre refus, nous souhaitons éveiller les consciences face aux idéologies du rejet et du repli sur soi. En cela, nous restons fidèles à l’éthique, aux principes et aux valeurs qui nous habitent et qui, nous l’espérons, traversent nos œuvres respectives. Club de Mediapart, «Nous n’assisterons pas à la cérémonie de remise des Prix Méditerranée 2020» | Le Club de Mediapart
  • Certains indicateurs commencent à éveiller l’inquiétude. En Mayenne, le seuil des 54 cas pour 5 000 habitants a été franchi pour la première fois. Un plan de dépistage massif sera lancé la semaine prochaine. 300 000 personnes devraient être testés, soit l’ensemble de la population du département. Franceinfo, Coronavirus : des gestes barrières moins respectés
  • Par ailleurs, s’il semble important d’éveiller peu à peu ses enfants à la vie politique, il est nécessaire d’avoir pour cela avec eux de profondes discussions sur le vrai rôle de la politique, de rappeler que cette belle fonction est au service de la nation et que sa mission première est de servir le bien commun. Notre discernement et nos choix ne peuvent se faire qu’au regard de ces notions universelles qui seront le socle de notre réflexion. Elles nous éviteront donc de tomber dans le relativisme et dans le politiquement correct. Ce politiquement correct nous empêche de faire des choix libres et nous ligote au regard des autres. Former l’intelligence et le cœur de ses enfants, éveiller leur réflexion, oblige au dialogue. Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, Entre surprotection et surexposition, comment éveiller son enfant à la vie politique ?
  • L’histoire est un cauchemar dont je cherche à m’éveiller. De James Joyce / Ulysse
  • Le coeur de deux chambres se compose Dans lesquelles habitent Joie et Chagrin Lorsque Joie dans l'une s'éveille, Dans l'autre s'endort Chagrin, O Joie, prenez garde ! Parlez donc bas, De crainte d'éveiller Chagrin. De Herman Neuman / Le Coeur
  • L'idée de Dieu est ce que je puis éveiller ou ne pas éveiller en moi. De Léon Tolstoï / Journal

Traductions du mot « éveiller »

Langue Traduction
Corse svegliu
Basque esna
Japonais 起きている
Russe бодрствующий
Portugais acordado
Arabe مستيقظ
Chinois 苏醒
Allemand erwachen
Italien sveglio
Espagnol despierto
Anglais awake
Source : Google Translate API

Synonymes de « éveiller »

Source : synonymes de éveiller sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éveiller »


Mots similaires