La langue française

Hébéter

Définitions du mot « hébéter »

Trésor de la Langue Française informatisé

HÉBÉTER, verbe

A. − Priver (une personne ou l'une de ses fonctions) de vivacité, de sensibilité, de lucidité. Synon. émousser, engourdir :
... l'usage des liqueurs spiritueuses est toujours inutile, souvent nuisible, quelquefois tout-à-fait pernicieux (...) leur abus dégrade le système sensitif, autant que l'abus des narcotiques eux-mêmes. Il hébête également les fonctions de l'organe cérébral, il diminue plus directement encore la sensibilité des extrémités sentantes... Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 83.
Emploi abs. Les quatre degrés que descend l'ivrogne : la première ivresse, celle qui égaye; la deuxième, celle qui irrite, la troisième, celle qui hébète; la dernière enfin, celle qui abrutit (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 603).
B. − P. ext. Rendre stupide (une personne), priver d'intelligence, de sens critique. Synon. abasourdir, abêtir.Que peut devenir la sociabilité humaine entre un prince que le despotisme hébète et un paysan que l'esclavage abrutit? (Hugo, Rhin,1842, p. 441).Un monde de gueux et de gueuses hébétés d'oisiveté, et déformés par la satisfaction régulière et naïve de leurs vices pauvres (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 131).Ils cherchent [les Allemands] à nous exterminer. Ils ont essayé de nous hébéter par la terreur; ils épuisent sur nous et sur les Belges toutes les variétés des supplices les plus affreux de l'histoire ancienne (Barrès, Cahiers,1915, p. 127).
Emploi pronom. S'hébéter (de/par).Se rendre, devenir stupide (sous l'effet de). Je m'hébète depuis huit mois par le travail de bureau le plus excessif, et dans le fait le plus stupide (Stendhal, L. Leuwen, t. 3, 1836, p. 364).Mes camarades connaissaient, savouraient cet acide printemps, alors que je m'efforçais de n'y pas penser, que je m'hébétais de travail (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1211).
Réfl. indir. Mes efforts pour entendre et pour résumer ces analyses (...) eurent beau être suprêmes, je n'arrivai qu'à m'hébéter l'intellect et je me trouvai moins capable de résister à l'idée fixe (Bourget, Disciple,1889, p. 174).
Au part. prés. en emploi adj. Douze heures de travail hébétant par jour (Balzac, Lettres Étr., t. 1, 1850, p. 477).
REM.
Hébétation, subst. fém.,rare. Action d'hébéter; résultat de cette action. Hébétation de l'organe nerveux qu'occasionnent les narcotiques (Cabanis, Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 88).L'hébétation d'un sommeil lourd rendait hideuse cette face qui, éveillée et vivifiée par l'esprit, paraissait joviale (Gautier, Fracasse,1863, p. 37).
Prononc. et Orth. : [ebete], (j', il) hébète [ebεt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug. : devant syll. muette, change é du rad. en è : hébète. La graph. -bê- (supra ex.) est anal. de bête. Étymol. et Hist. 1. xives. [ms.] « émousser, affaiblir l'activité physique, intellectuelle... » ici part. passé adj. sens ... hebetez (Bersuire, T.-Liv., B.N. 20312ter, fol. 103 vods Gdf. Compl.); 2. 1631 « diminuer la vivacité de l'esprit, rendre stupide » ici part. passé subst. un hébété (Balz., Le Prince, 5 ds Littré); cf. 1690 (Fur. : Hebeter. Rendre beste & stupide); 3. 1813 part. passé adj. « qui traduit un état d'hébétude » des regards hébétés (Jouy, Hermite, t. 3, p. 107). Empr. au lat.hebetare « émousser, enlever la finesse, la pénétration », du lat. hebes, -etis « émoussé, qui manque de vicacité ». A été rapproché secondairement de bête (cf. ebester « rendre bête » xvies. ds Hug.; ébêtement, Voltaire ds FEW t. 1, p. 342b, également ds Boiste 1812-47), d'où les sens 2 et 3. Fréq. abs. littér. : 43.

Wiktionnaire

Verbe

hébéter \e.be.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre stupide.
    • Les dames s'empressèrent de le mettre au courant, […], et l'hébétèrent à tel point qu'il demeura planté sur ses jambes, clignant de l'œil gauche, secouant avec son mouchoir le tabac égaré sur sa barbe, et n'arrivant pas à saisir un traître mot de leur babil. (Nicolas Gogol, Les âmes mortes -1842 ; traduction de Henri Mongault -1949)
    • Les soldats regardèrent passer Dantès d’un air de curiosité hébétée. — (Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, édition de G. Sigaux, 1981 (date de l’édition), vol. 1, page 78)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HÉBÉTER. v. tr.
Rendre stupide. La trop grande rudesse des maîtres est capable d'hébéter les enfants, de leur hébéter l'esprit. L'ivrognerie l'a tout hébété. Le participe passé

HÉBÉTÉ, ÉE, est aussi nom et signifie Celui qui est hébété. Il parle, il agit comme un hébété.

Littré (1872-1877)

HÉBÉTER (é-bé-té. La syllabe bé prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : il hébète, excepté au futur et au conditionnel : j'hébéterai, j'hébéterais) v. a.
  • 1Rendre obtus, émoussé, en parlant de l'esprit, des sens, par comparaison à un tranchant qu'on émousse. Les esprits ont dégénéré dans l'Inde ; probablement le gouvernement tartare les a hébétés, Voltaire, Mœurs, 3. La fade galanterie n'a point hébété ta raison, Rousseau, Hél. II, 11.
  • 2S'hébéter, v. réfl. Devenir hébété. Le remède est de s'hébéter, de ne point penser, Sévigné, 543.

HISTORIQUE

XVIe s. L'accoustumance hebete nos sens, Montaigne, I, 106. Il est un sot, son goust est mousse et hebesté, Montaigne, I, 329. La vieillesse, ou bien la grandeur de ses malheurs, luy avoient troublé le sens et hebeté le sentiment de douleur, Amyot, les Gracques, 55.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HÉBÉTER. Ajoutez :
3Rendre insensible. C'est de cette façon que se passent les gouttes [la goutte]…, quand elles ont hébété la partie malade, à force de la tourmenter, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.

HISTORIQUE

Ajoutez :

XIVe s. Mes sens de oelx [yeux] et de oreilles sont hebetez, Bercheure, f° 103, verso.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hébéter »

Du latin hebetare (« émousser, affaiblir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. hebetare, de hebes, émoussé.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hébéter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hébéter ebete

Citations contenant le mot « hébéter »

  • Ne rien faire le week-end, ce n'est pas s'affaler des heures durant dans son canapé et s'hébéter devant la télé. C'est redorer leur blason aux loisirs, ce luxe des Grecs anciens de la haute et de l'aristocratie romaine, qui méprisaient le travail, et glorifiaient le temps libre.  Cosmopolitan.fr, Ne rien faire le week-end, le secret du bonheur - Cosmopolitan.fr
  • Là encore, on se dit que l’idée est bonne. Dans les faits, ça donne ceci : Reid affronte un boss. On utilise sa griffe pour le blesser. On prend des coups. Régénération. Oups, jauge de sang vide. Il faut hébéter l’ennemi pour boire son sang. Pour ce faire, on donne des coups non-létaux jusqu’à vider la jauge d’endurance adverse. Ça y est, on peut boire son sang. Zut ! Pendant qu’on essayait de l’hébéter, on a encore reçu des coups. Nouvelle régénération qui pompe la jauge de sang fraîchement remplie. Oups ! Jauge de nouveau vide. On recommence… … … Et dites-vous que le processus est aussi fastidieux que ne l’est la lecture de ces quelques lignes. Bref, une bonne idée mal exécutée qui procure plus de frustration que de satisfaction. Je salue sincèrement la volonté de produire quelque chose de subtil, mais j’attends personnellement quelque chose de plus dynamique et puissant quand j’incarne un vampire. Sitegeek.fr, Test | Vampyr - PS4 - La mort vous va... pas si bien
  • Après avoir déployé autant de puissance cérébrale, il ne manque plus qu’à enlever l’envie à Stripe de recommencer. Pétez donc sur cette nouvelle grille d’aération pour l’hébéter pour de bon. Super Craig vous remercie et vous laissera même prendre un selfie pour votre Coonstagram. WarLegend.net, Soluce South Park : L'Annale du destin - Les chaînes de Super Craig
  • Cette ambivalence, on la ressentait déjà autrefois, mais elle s'est exacerbée avec l'avalanche des photographies,des caricatures, des vidéos indéfiniment reproduites et diffusées, et avec tous les moyens croissants de tricher avec elles. L'image omniprésente peut être libératoire, si elle stimule l'attention, si elle nourrit la connaissance, si elle enrichit la réflexioncivique. Mais elle devient au contraire pernicieuse et délétère lorsqu'elle aiguillonnedes passions brutes et lorsque sa capacité de persuasion trompeuse vient hébéter l'intelligence et servir des passions délétères. France Culture, L'image comme preuve, l'image comme mensonge

Traductions du mot « hébéter »

Langue Traduction
Anglais daze
Espagnol aturdimiento
Italien stordimento
Allemand benommenheit
Chinois 发呆
Arabe دوخ
Portugais deslumbramento
Russe ошеломлять
Japonais 眩惑
Basque daze
Corse daze
Source : Google Translate API

Synonymes de « hébéter »

Source : synonymes de hébéter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « hébéter »

Hébéter

Retour au sommaire ➦

Partager