La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « fouetter »

Fouetter

Définitions de « fouetter »

Trésor de la Langue Française informatisé

FOUETTER1, verbe.

I.− Emploi trans. Fouetter qqn, qqc.
A.− [Correspond à fouet A] Frapper à l'aide d'un fouet, à coups de fouet. Fouetter les chevaux, les chiens; fouetter un enfant; fouetter au sang; fouetter coup sur coup; fouetter en place publique. On fouettait autrefois les coupeurs de bourses (Ac.1835, 1878).Les cochers, penchés sur leurs sièges, fouettant leurs rosses, jetaient un regard, lâchaient une rigolade (Zola, Assommoir,1877, p. 580):
1. Il y a, actuellement, moins de divergences profondes entre deux chefs ennemis français (...) qu'entre deux nazis du même groupe et qui fouettent d'un même rythme, le même Juif. Arnoux, Contacts all.,1950, p. 93.
P. plaisant., fam. Et puis fouette cocher. [Exprime que l'on part en voiture avec une certaine rapidité] Nous montâmes en voiture, et puis fouette cocher (Ac.1835, p. 1878).
Au fig. [Exprime le fait de se lancer dans une affaire ou une action] J'engagerai la lutte et puis fouette cocher (Ac.1932).
Proverbe. Il n'y a pas de quoi fouetter un chat; il a bien d'autres chats à fouetter (v. chat II C 3).,,Donner des verges pour se faire fouetter `` (Ac. 1835, 1878). Fournir des armes contre soi-même (Ac. 1835, 1878).
B.− P. anal.
1. [P. anal. de mouvement] Frapper comme avec un fouet. Le Général, sur les derniers mots de chaque phrase, fouettant l'air avec son épée de façon à raser le nez de Petypon (Feydeau, Dame Maxim's,1914, III, 10, p. 63).J'aime (...) que de longues crinières blondes (...) fouettent des reins authentiquement nus (Colette, Jumelle,1938, p. 107).
P. métaph. ou au fig. [Correspond à fouet D] Censurer, critiquer. Fouetter les vices :
2. ... il perçoit parfaitement les bêtises, les niaiseries, les lâchetés et les butorderies qui lui sont données à voir : il leur pardonne, en les fouettant d'une ironie féminine. Sa verge est un sourire à peine sensible, une petite flèche qui lui part d'un coin de lèvre et qui, toute petite et toute légère qu'elle est, va droit à son but et entre dans le ridicule comme dans du beurre. Goncourt, Journal,1855, p. 204.
[Le suj. désigne ce qui fouette] Les voiles fouettent les mâts (Littré).
CONSTR. Jeter (du plâtre, du mortier, etc.) sur un mur ou un plafond pour faire un enduit (cf. Jossier 1881; Adeline, Lex. termes art, 1884).
ARTILL. L'artillerie fouettait l'autre rive du fleuve (Ac.1878).
Emploi abs. Le canon fouette tout le long de la courtine. Il y avait une batterie qui fouettait sur la rivière (Ac.1835, 1878).
2. [P. anal. quant au résultat de l'action] Irriter, stimuler, exciter. Des boissons affolantes qui fouettaient la luxure des propos (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 185).
Fouetter le sang. En activer la circulation. La belle fille [une danseuse] (...) avait retroussé ses jupes et (...), le sang fouetté par le plaisir, tourbillonnait maintenant sur elle-même un délirant cavalier seul (Lorrain, Sens. et souv.,1895, p. 33).P. ext. Stimuler, donner des forces.
Emploi pronom. réfl. indir. Se fouetter le sang, les nerfs. Il courait les cafés (...) s'aiguillonnant, se fouettant le cerveau, cherchant à retremper et à entraîner sa verve au bruit des mots, au choc des paradoxes (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 14).
Emploi pronom. réfl. Se secouer, réagir contre l'abattement. Des bombes, − reprit-il comme un écho très lointain, épuisé (...) mais il se fouetta, releva le menton : − j'emmènerai les bombes (La Varende, Goût esp.,1946, p. 128).
3. [P. anal. quant aux marques des coups de fouet] Synon. zébrer, tacheter.Jamais on n'aurait cru que la même main qui avait fouetté d'une brosse si libre la couleur de la Femme en violet, fût aussi celle qui serrait le contour du portrait d'Alba avec un dessin si sévère, presque rigide (Bourget, Cosmopolis,1893, p. 217).[Fragonard fut] un peintre excellent avec des raffinements de couleur savoureux, fouettant de vermillon des nudités potelées à la manière de Rubens (Hourticq, Hist. Fr.,1914, p. 278).
C.− P. ext. [Correspond à fouet C 3] ART CULIN. Fouetter de la crème, des œufs. Battre de la crème, des œufs (à l'origine avec des verges) pour les faire mousser. Crème fouettée (...). Fouettez (...) avec un paquet de brins d'osier sans écorce (Viard, Cuisin. roy.,1831, p. 338).
D.− Emploi techn. [Corresp. à fouet A 2]
1. ART VÉTÉR., vieilli. Fouetter un bélier. ,,Le châtrer en liant les bourses au-dessus des testicules`` (DG).
2. MAR. Fouetter une poulie, une bosse. La fixer au moyen d'un fouet (d'apr. Gruss 1952).
3. RELIURE. Fouetter un livre. ,,L'attacher avec des ficelles afin d'en former les nervures`` (Chesn. 1857).
II.− Emploi intrans.
A.−
1. Être animé d'un mouvement qui rappelle celui du fouet. La queue de la Noire fouette et se tord comme un serpent coupé (Colette, Mais. Cl.,1922, p. 248).
[En parlant d'un animal, en partic. du cheval] Fouetter de la queue. Agiter nerveusement la queue, se battre les flancs.
2. Battre violemment (contre). Synon. cingler.La pluie, la grêle fouette contre les vitres. Le vent fouette à la campagne (Ac.1835, 1878).
B.− Spéc., MAR. Un mât fouette. L'extrémité d'un mât fléchit et se balance d'une manière saccadée au roulis ou au tangage (d'apr. Gruss 1952). Une voile fouette. Une voile bat au vent (d'apr. Soé-Dup. 1906).
Prononc. : [fwεte] ou [fwete], (il) fouette [fwεt]. Ds Ac. dep. 1694 (foüetter dans les ex. Ac. 1694 et 1718). Cf. fouet. Étymol. et Hist. A. 1. 1514 condamné... a estre fouetté (Cout. Labourd, 19, 7 ds R. Ling. rom. t. 20, p. 81); 2. 1588 fig. « stigmatiser, condamner » (Montaigne, Essais, III, VIII, éd. A. Thibaudet, p. 1040); 3. 1784 fouetter le sang (Beaumarchais, Mariage de Figaro, II, 2); B. 1680 maçonn. p. anal. foueter le plâtre (Rich.). C. 1680 reliure foueter un livre (ibid.). D. 1878 pop. « puer » (d'apr. Esn.) [cf. arg. cogner, taper, cingler, schlinguer]. E. 1946 (arg. des lycéens) « avoir peur » (ibid.). Dér. de fouet*; dés. -er. E orig. obsc. Peut-être p. allus. à un emploi techn., mar. p. ex., où fouetter se dit de certains éléments, les mâts en l'occurrence, qui, sous l'effet de la tempête, éprouvent des mouvements violents qui les font plier, rappelant l'agitation d'une personne en proie à la peur. On pourrait aussi imaginer un passage entre fouetter « sentir mauvais » et fouetter « avoir peur » par l'intermédiaire de « lancer de mauvaises odeurs » (cf. péteux). Fréq. abs. littér. : 597 (fouettant : 76). Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 438, b) 1 238; xxes. : a) 1 173, b) 795. Bbg. Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 130. − Quem. DDL t. 8.

FOUETTER2, verbe intrans.

I.− Pop. Sentir mauvais. Fouetter du bec, de la carafe, du goulot. Ça fouette dans ton escalier (Colette, Fin Chéri,1926, p. 39).Une petite herbe à fleur d'un sale jaune verdâtre, et qui ne sentait pas trop bon, qui fouettait plutôt l'âcre et l'amer (Arnoux, Rhône,1944, p. 177).
II.− Arg. de lycéens. Avoir peur. Tu fouettes? (Riv.-Car.1969).
Prononc. Cf. fouetter1. Étymol. et Hist. Cf. fouetter1. Bbg. Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 607.

Wiktionnaire

Verbe - français

fouetter \fwe.te\ ou \fwɛ.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Frapper à l’aide d’un fouet.
    • Dans les premiers âges historiques, on ne voit pas seulement les maîtres frapper et fouetter leurs esclaves ; les rois eux-mêmes administrent le supplice de la bastonnade. — (La Bastonnade et la flagellation légales, dans le Le Magasin pittoresque, vol. 8, 1854, page 54)
    • Et fouette cocher ! se dit, en plaisantant, pour exprimer que l’on part en voiture avec une certaine rapidité. (Figuré) Se lancer dans une affaire avec précipitation.
    • J’engagerai la lutte, et puis fouette cocher.
  2. Frapper à coups de verge ou à l’aide d’une lanière.
    • Les flagellans inondèrent l’Europe au commencement du 16e siècle. Les confesseurs fouettaient leurs pénitens à cul nu. Les jeunes gens, presque nus, couraient les rues, une poignée de verges à la main , se fouettaient publiquement. Les femmes les regardaient à travers les jalousies des fenêtres, et se fouettaient entre elles. — (Vincent Fournier Verneuil, Paris, tableau moral et philosophique, Paris : chez les principaux libraires, 1826, page 512)
    • Puis il fit mettre à nu le traître, ordonna qu’on lui liât les mains derrière le dos, et le renvoya à Falérie sous la conduite de ses élèves, qu’il arma de verges pour qu’ils l’en fouettassent dans le trajet. — (Eugène Henriot, Mœurs juridiques et judiciaires de l’ancienne Rome d’après les poètes latins, Paris : chez Firmin didot frères, fils & Cie, 1865, vol. 3, part. 1, page 272)
    • Fouetter un enfant, un chien. — On fouettait autrefois les criminels.
  3. (Par analogie) Frapper contre quelque chose.
    • Maintenant il pleut… J’entends l’eau qui ruisselle des gouttières, et qui fouette les vitres de ma chambre… — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • On frappe le minaouet sur le hauban qu'il faut roidir en le fouettant dessus ; ensuite on tourne la ride du hauban sur la traverse, & on la fixe avec un autre bois qui qui sert de levier, pour faire tourner la traverse, […]. — (« Minahouet », dans l’Encyclopédie méthodique: Marine, tome 2, Paris : chez Charles-Joseph Panckoucke & Liège : chez Plomteux, 1786, page 750)
    • (Marine)Les voiles fouettent les mâts lorsque le vent n’est pas assez fort pour enfler les voiles et que, par l’effet du tangage et du roulis, elles frappent avec violence contre les mâts.
    • La pluie, la grêle fouette contre les vitres.
    • La neige fouette.
    • Le vent nous fouettait au visage.
    • La pluie nous fouettait le visage.
  4. (Par analogie) (Cuisine) Battre avec un fouet ou tout autre instrument de la crème, du blanc d’œuf, etc., pour les faire mousser.
    • Cassez l’œuf dans le verre mesureur et fouettez-le rapidement à l’aide d’une fourchette, puis ajoutez de l’eau glacée […] — (Masterchef Cookbook 2011, Place des Éditeurs, 2011, page 57)
  5. (Figuré) (Cuisine) Entretenir l'intérêt autour d’un produit pour faire monter les ventes.
    • « J’ai feuilleté le bouquin. Il fera vente, croyez-moi. J’ai déjà sorti quatre exemplaires. C’est un début. Dommage que la critique soit si lente à se prononcer… Il faut fouetter la crème, fouetter la crème ! C’est un commerçant qui vous parle. » — (Henri Troyat, Le mort saisit le vif, 1942, réédition Le Livre de Poche, page 67)
  6. Stimuler, encourager.
    • Les partisans de Trump, fouettés par des tweets aussi rageurs que mensongers, s’enfoncent chaque jour un peu plus dans l’amertume et le goût de vengeance. — (Richard Latendresse, Faire son deuil de la présidence, Le Journal de Québec, 29 novembre 2020)
  7. (France) (Argot) Puer ; sentir mauvais.
    • Ça fouette !
    • Il était rentré dans une minuscule piaule, dont l’éclairage qui valait pas lerche reposait au père Lachaise, qui fouettait grave le chacal ! — (Jean-Louis La Carbona, Toubkal sur Saône, Éditions Edilivre, 2014, page 196)
    • Et on m’a dit que tu te laves, Ponce Pilate, tous les jours! […] Je suis sûr que ta femme, la ravissante Claudia Procula, doit être heureuse d’avoir un homme aussi lisse qu’un galet ! Heureusement qu’elle n’a pas épousé l’un de nous. Elle s’évanouirait tant nous fouettons... — (Eric-Emmanuel Schmitt, Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000, page 205)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FOUETTER. v. tr.
Frapper à l'aide d'un fouet. Fouetter un cheval. Fam., Et puis fouette cocher, se dit, en plaisantant, pour exprimer que l'on part en voiture avec une certaine rapidité. Nous montâmes en voiture, et puis fouette cocher. Il signifie aussi, figurément, Se lancer dans une affaire avec précipitation. J'engagerai la lutte, et puis fouette cocher. Il signifie aussi Frapper à coups de verge ou à l'aide d'une lanière. Fouetter un enfant. Fouetter un chien. On fouettait autrefois les criminels. Fig., Donner des verges pour se faire fouetter. Voyez VERGE. Prov., Il n'y a pas là de quoi fouetter un chat. Voyez CHAT. Prov. et fig., Il a bien d'autres chiens à fouetter, Il a bien d'autres affaires en tête. Par analogie, Fouetter de la crème, fouetter des œufs, etc., Battre de la crème, battre des œufs, etc., pour les faire mousser. Crème fouettée. Voyez CRÈME. Fig., Fouetter le sang, Causer une excitation que l'on juge salutaire et vivifiante. Faites une bonne promenade, cela vous fouettera le sang. Il est trop apathique, il faut lui fouetter le sang de temps à autre. En termes de Marine, on dit que Les voiles fouettent les mâts lorsque le vent n'est pas assez fort pour enfler les voiles et que, par l'effet du tangage et du roulis, elles frappent avec violence contre les mâts. Il se dit, figurément et intransitivement, de la Pluie, de la grêle, etc., quand elles frappent violemment contre quelque chose. La pluie, la grêle fouette contre les vitres. La neige fouette. On l'emploie dans un sens analogue en parlant du Vent. Le vent nous fouettait au visage. Transitivement, La pluie nous fouettait le visage. Le participe passé signifie adjectivement Qui est marqué de petites raies comme de coups de fouet. On le dit surtout des Fleurs et des fruits. Des fleurs jaunes fouettées de rouge.

Littré (1872-1877)

FOUETTER (fouè-té ; quelques-uns disent foi-té ; mais cette prononciation n'est pas bonne) v. a.
  • 1Frapper du fouet. Fouetter les chevaux, les chiens. Fouetter un sabot.

    Et puis fouette cocher ! se dit, en plaisantant, pour exprimer le départ rapide d'une voiture. Nous montâmes en voiture, et puis fouette cocher !

    Fig. Il se dit pour signifier qu'on se lance dans quelque entreprise. Fouette, cocher ! dit la sagesse, Et me voilà sur le chemin, Béranger, Adieux à des amis.

  • 2Donner le fouet soit avec un fouet, soit avec des verges. On fouettait autrefois certains condamnés. Tu n'étais pas plus emporté quand tu faisais fouetter la mer ; en vérité, tu méritais bien d'être fouetté toi-même pour cette extravagance, Fénelon, Dial. des morts anc. Xercès, Léonidas. La patience et la fermeté des jeunes Lacédémoniens éclataient surtout dans une fête qu'on célébrait en l'honneur de Diane surnommée Orthia, où les enfants, sous les yeux de leurs parents, et en présence de toute la ville, se laissaient fouetter jusqu'au sang sur l'autel de cette inhumaine déesse, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 526, dans POUGENS. Vous seriez cause qu'on me fouetterait jusqu'au sang, Destouches, Fausse Agn. III, 4. Je regarde le désaveu fait par cette malheureuse, avant d'être fouettée et marquée, comme une espèce de testament de mort, Voltaire, Lett. Marin, 27 mars 1773.

    Familièrement. Il n'y a pas là de quoi fouetter un chat, un page, c'est une bagatelle, une faute légère. Il n'y avait pas certainement de quoi fouetter un page, Voltaire, Lett. à la duch. d'Enville, 26 nov. 1774. Raton n'a rien à craindre pour ses pattes, et il n'y a pas de quoi fouetter un chat dans la petite espièglerie qu'il vient de faire, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 4 fév. 1773.

    Fig. Avoir bien d'autres chiens à fouetter, avoir bien d'autres affaires en tête.

    Fig. Donner des verges pour se faire fouetter, pour se fouetter, fournir des armes contre soi-même.

  • 3 Fig. Frapper par la satire. Je veux, de vos pareils ennemi sans retour, Fouetter d'un vers sanglant ces grands hommes d'un jour, Gilbert, Apolog.
  • 4Fouetter des œufs, de la crème, les battre avec des verges pour les faire mousser.

    Fig. Fouetter le sang, exciter l'impatience, l'irritation. Pour tirer parti des gens de ce caractère, il ne faut qu'un peu leur fouetter le sang ; c'est ce que les femmes entendent si bien, Beaumarchais, Mar. de Fig. II, 2.

    Fouetter le sang, se dit aussi pour faire circuler le sang. Faites une bonne promenade, cela fouette le sang.

  • 5Frapper, cingler à la manière d'un fouet. Les hirondelles, rasant l'eau, la fouettaient de leurs ailes. La pluie me fouette le visage. Quand mes cheveux fouettaient mon front, que les torrents…, Lamartine, Joc. II, 57.
  • 6Lancer comme avec un fouet. La tourmente leur fouette au visage la neige du ciel et celle qu'elle enlève à la terre ; elle semble vouloir avec acharnement s'opposer à leur marche, Ségur, Hist. de Nap. IX, 11.

    Terme de marine. Les voiles fouettent les mâts, lorsque, le vent ne les tenant pas assez tendues, elles frappent avec violence contre les mâts par l'effet du roulis et du tangage.

    Terme de guerre. Se dit du canon qui bat sans obstacle un endroit. La hauteur des bords du Rhin, très supérieure à l'autre côté, aurait donné aux batteries des ennemis la facilité de rompre le pont, sous l'armée à demi passée, de fouetter l'autre rivage, et d'y démonter les batteries que nous y aurions faites, Saint-Simon, 29, 86.

    Il s'emploie neutralement. La pluie fouettait contre la fenêtre. Il acheva de se désespérer, Lorsque la neige, en lui donnant aux joues, Vint à flocons, et le vent qui fouettait, La Fontaine, Orais.

    Se dit du canon. Le canon fouettait sur tout le penchant du coteau.

  • 7Fouetter les cocons, l'une des opérations de l'art de tirer la soie.
  • 8 Terme de relieur. Serrer le volume, couvert avec des ficelles appelées fouet, entre deux ais, afin de bien marquer les nerfs.
  • 9 Terme de vétérinaire. Lier fortement le scrotum au-dessus des testicules pour rendre l'animal incapable de reproduction.
  • 10 Terme de marine. Tourner un fouet sur un cordage tendu de manière à l'empêcher de mollir.
  • 11 Fig. et familièrement. Fouetter un verre de vin, l'avaler d'un trait.
  • 12Se fouetter, v. réfl. Se donner à soi-même des coups de fouet. Le premier fou qui se fouetta publiquement pour apaiser les dieux, ne fut-il pas l'origine des prêtres de la déesse de Syrie, qui se fouettaient en son honneur ? Voltaire, Dict. phil. Austérités.

    Se donner réciproquement des coups de fouet.

HISTORIQUE

XVIe s. Sage et divin refrain qui fouette la plus commune erreur des hommes, Montaigne, IV, 45. Il n'est pas fouetté qui veut : car qui peut payer en argent, ne paie en son corps, Loysel, 836. Fouetter en chien enfermé [fouetter cruellement], Des Accords, Escr. dijonn. p. 36, dans LACURNE. Ainsi, mon ami, fouette moi ce voirre [avale ce verre de vin], Rabelais, Garg. I, 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « fouetter »

(1534) De fouet avec le suffixe verbal -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fouet 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fouetter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fouetter fwɛte

Fréquence d'apparition du mot « fouetter » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « fouetter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fouetter »

  • A quoi sert de fouetter l'âne affamé ?
    Anonyme — Si-jo
  • L'astuce consiste à mélanger le vinaigre avec l'ingrédient contenant le tensioactif et de bien homogénéiser le tout. L'huile doit ensuite être ajoutée très progressivement tout en continuant à fouetter. Utilisez un mixer pour plus d'efficacité.
    Magazine Gastronomie et Vins | Comment réussir vos vinaigrettes à tous les coups
  • Cela ne nous dérangerait pas de voir la Réminiscence 02 dans la gamme i de BMW, mais la compagnie a d'autres chats à fouetter. Entre le lancement de l'iX3 plus tard dans l'année et celui de l'i4 et de l'iNext en 2021, les Allemands ont d'autres priorités.
    Motor1.com — La BMW 02 Reminiscence est un hommage au premier véhicule électrique
  • Karine Le Marchand va avoir d’autres chats à fouetter que ceux qu’elle rencontre sur les exploitations agricoles. David Ginola écarté, elle lui succède à la présentation de La France a un incroyable talent. Un defi qu’elle a hâte de relever.
    Voici.fr — PHOTO La France a un incroyable talent : Karine Le Marchand « hyper fière » de succéder à David Ginola - Voici
  • Parfois, pour relancer l’économie et motiver son peuple à retourner au boulot, les présidents de la 5ème République ont dû donner de leur personne et aller battre le fer tant qu’il est chaud. On se rappelle tous de Nicolas Sarkozy allant mettre des balayettes aux racailles du 93, mais également de Chirac giflant les grévistes. Cette année, C’est Emmanuel Macron qui a désormais annoncé vouloir fouetter des pauvres tirés au sort afin de motiver les autres pauvres à retourner au travail.
    Francheinfo — Pour relancer l'économie, Macron fouettera des pauvres en direct sur BFM TV
  • Avec la vivacité et la grâce qui lui étaient naturelles quand elle était loin des regards des hommes, Mme de Rênal sortait par la porte-fenêtre du salon qui donnait sur le jardin, quand elle aperçut près de la porte d’entrée la figure d’un jeune paysan presque encore enfant, extrêmement pâle et qui venait de pleurer. Il était en chemise bien blanche, et avait sous le bras une veste fort propre de ratine violette.Le teint de ce petit paysan était si blanc, ses yeux si doux, que l’esprit un peu romanesque de Mme de Rênal eut d’abord l’idée que ce pouvait être une jeune fille déguisée, qui venait demander quelque grâce à M. le maire. Elle eut pitié de cette pauvre créature, arrêtée à la porte d’entrée, et qui évidemment n’osait pas lever la main jusqu’à la sonnette. Mme de Rênal s’approcha, distraite un instant de l’amer chagrin que lui donnait l’arrivée du précepteur. Julien, tourné vers la porte, ne la voyait pas s’avancer. Il tressaillit quand une voix douce lui dit tout près de l’oreille:– Que voulez-vous ici, mon enfant?Julien se tourna vivement, et, frappé du regard si rempli de grâce de Mme de Rênal, il oublia une partie de sa timidité. Bientôt, étonné de sa beauté, il oublia tout, même ce qu’il venait faire. Mme de Rénal avait répété sa question.– Je viens pour être précepteur, madame, lui dit-il enfin, tout honteux de ses larmes qu’il essuyait de son mieux.Mme de Rênal resta interdite, ils étaient fort près l’un de l’autre à se regarder. Julien n’avait jamais vu un être aussi bien vêtu et surtout une femme avec un teint si éblouissant, lui parler d’un air doux. Mme de Rênal regardait les grosses larmes qui s’étaient arrêtées sur les joues si pâles d’abord et maintenant si roses de ce jeune paysan. Bientôt elle se mit à rire, avec toute la gaieté folle d’une jeune fille, elle se moquait d’elle-même et ne pouvait se figurer tout son bonheur. Quoi, c’était là ce précepteur qu’elle s’était figuré comme un prêtre sale et mal vêtu, qui viendrait gronder et fouetter ses enfants !
    Stendhal — Le Rouge et le Noir

Traductions du mot « fouetter »

Langue Traduction
Anglais whip
Espagnol látigo
Italien frusta
Allemand peitsche
Chinois 鞭子
Arabe سوط
Portugais chicote
Russe кнут
Japonais ホイップ
Basque greba
Corse whip
Source : Google Translate API

Synonymes de « fouetter »

Source : synonymes de fouetter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fouetter »

Combien de points fait le mot fouetter au Scrabble ?

Nombre de points du mot fouetter au scrabble : 11 points

Fouetter

Retour au sommaire ➦