Éveillé : définition de éveillé


Éveillé : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉVEILLÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de éveiller*.
II.− Emploi adj.
A.− Qui ne dort pas. Cette fois l'illusion ou plutôt la réalité dépassait tout ce que Valentine avait éprouvé jusque-là; elle commença à se croire bien éveillée et bien vivante (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 557).Il fut bien forcé de s'avouer qu'il ne rêvait pas, qu'il était, au contraire, très éveillé, et que rien n'était plus réel que tout ce qui lui advenait avec la rapidité d'un coup de foudre (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 270).J'ai une invitation ce soir, j'aurais besoin d'être éveillé, dispos, gai : et (...) je sens mes paupières tomber, mes genoux las, je bâille et voudrais m'aller coucher (Amiel, Journal,1866, p. 121).
B.− P. ext. Que l'on a, que l'on vit en état d'éveil. Songe éveillé. La vie d'un homme organisé poétiquement se divise en deux séries de sensations (...) l'une qui résulte des illusions de la vie éveillée, l'autre qui se forme des illusions du sommeil (Nodier, Smarra,1821, p. 12).D'ailleurs, à côté de ces souvenirs normalement endormis, il en est d'éveillés et d'agissants (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 120):
1. Je pris en dégoût les cérémonies, j'adorai les foules; j'en ai vu de toute sorte mais je n'ai retrouvé cette nudité, cette présence sans recul de chacun à tous, ce rêve éveillé, cette conscience obscure du danger d'être homme qu'en 1940, dans le stalag XII D Sartre, Mots,1964, p. 99.
C.− Plein de vie, de vivacité. (Quasi-)synon. alerte.
1. [En parlant d'une pers.] C'était un garçon bruyant, blême, leste, éveillé, goguenard, à l'air vivace et maladif (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 709).Un jeune homme pauvre, très éveillé et de jolie figure (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1906, p. 304):
2. Confortablement installée dans mon rôle d'aînée, je ne me targuais d'aucune autre supériorité que celle que me donnait mon âge; je jugeais Poupette très éveillée pour le sien; je la tenais pour ce qu'elle était : une semblable un peu plus jeune que moi... Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 45.
[En parlant d'un ensemble de pers.] :
3. Son métier, en l'obligeant à parler plusieurs heures par jour devant un auditoire très éveillé, le maintenait dans un entraînement qui a pris fin d'un coup. Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 109.
Avoir l'air, la mine éveillé(e). MmeLigneul avait l'air éveillé et pourtant naïf (Drieu la Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 71).V. dessalé, ée ex.
Éveillé à.Ouvert à :
4. ... la grande fille, éveillée peu à peu à la raison, n'osait encore intervenir dans ces conversations entre son père et mademoiselle Mazeline... Zola, Romanc. natur.,Vérité, 1902, p. 11.
2. En partic.
a) [En parlant des facultés, de traits de caractère d'une pers.] En éveil. Être d'une intelligence éveillée. [La nuit] c'est là que, seule et éveillée, la pensée plane à l'aise entre la terre et le ciel (Flaub., Corresp.,1846, p. 361).Un grand nombre de ces êtres donnaient l'impression d'avoir un esprit éveillé, et comme intelligent (Montherl., Célibataires,1934, p. 837):
5. Il était sur ce point facile à influencer, et sa méfiance naturelle, qui était grande et toujours éveillée, ne désarmait qu'à l'endroit des sinistres sornettes dont les uns avec conviction, les autres pour se jouer de lui, l'entretenaient. Valéry, Variété II,1929, p. 219.
b) [En parlant du corps, d'une partie du corps, du regard] Qui donne l'impression d'être plein de vivacité. Un regard, un visage éveillé. Un joli groom à l'œil éveillé et mutin, au visage rose et frais (Ponson du Terr., Rocambole,t. 3, 1859, p. 394).C'était une frêle petite bretonne, au visage éveillé et un peu garçonnier, sous des cheveux coupés très court (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 260):
6. Il était à demi couché, le front sur ses bras pliés; je l'aime toujours mieux, quand il cache son visage. Non qu'il soit laid, mais au-dessus du corps précis, éveillé, expressif, les traits du visage somnolent un peu. Colette, Naiss. jour,1928, p. 30.
3. P. ext. Actif. En dehors des volailles et produits laitiers, dont les arrivages ont été faibles, le marché était fort éveillé (L'Œuvre,15 juill. 1941):
7. Est-ce qu'on n'arriverait pas à pourvoir à la défense (...) sans considérer la mort des exécutants comme un prix fait pour le résultat? Je conçois quelquefois une défensive éveillée, clairvoyante, industrielle en quelque sorte, et qui userait froidement la fureur offensive. Alain, Propos,1935, p. 1256.
Rem. On rencontre ds la docum. l'emploi subst. fém. éveillée. Éveil. Que d'illusions alors, que de croyances! Quel joyeux ramage dans les feuilles, sur sa tête; en elle, quelle éveillée de sensations tendres et nouvelles! (A. Daudet, N. Roumestan, 1881, p. 287). La turbulente éveillée d'un pensionnat (Courteline, Train 8 h 47, 1888, 2epart., 7, p. 171). « Je me suis endormi (...) À l'ombre sous un thym, Mais à mon éveillée (...) Le thym était fleuri » (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 280),
Fréq. abs. littér. : 1 679. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 948, b) 2 508; xxes. : a) 2 579, b) 2 589.

Éveillé : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉVEILLÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de éveiller*.
II.− Emploi adj.
A.− Qui ne dort pas. Cette fois l'illusion ou plutôt la réalité dépassait tout ce que Valentine avait éprouvé jusque-là; elle commença à se croire bien éveillée et bien vivante (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 557).Il fut bien forcé de s'avouer qu'il ne rêvait pas, qu'il était, au contraire, très éveillé, et que rien n'était plus réel que tout ce qui lui advenait avec la rapidité d'un coup de foudre (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 270).J'ai une invitation ce soir, j'aurais besoin d'être éveillé, dispos, gai : et (...) je sens mes paupières tomber, mes genoux las, je bâille et voudrais m'aller coucher (Amiel, Journal,1866, p. 121).
B.− P. ext. Que l'on a, que l'on vit en état d'éveil. Songe éveillé. La vie d'un homme organisé poétiquement se divise en deux séries de sensations (...) l'une qui résulte des illusions de la vie éveillée, l'autre qui se forme des illusions du sommeil (Nodier, Smarra,1821, p. 12).D'ailleurs, à côté de ces souvenirs normalement endormis, il en est d'éveillés et d'agissants (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 120):
1. Je pris en dégoût les cérémonies, j'adorai les foules; j'en ai vu de toute sorte mais je n'ai retrouvé cette nudité, cette présence sans recul de chacun à tous, ce rêve éveillé, cette conscience obscure du danger d'être homme qu'en 1940, dans le stalag XII D Sartre, Mots,1964, p. 99.
C.− Plein de vie, de vivacité. (Quasi-)synon. alerte.
1. [En parlant d'une pers.] C'était un garçon bruyant, blême, leste, éveillé, goguenard, à l'air vivace et maladif (Hugo, Misér.,t. 1, 1862, p. 709).Un jeune homme pauvre, très éveillé et de jolie figure (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1906, p. 304):
2. Confortablement installée dans mon rôle d'aînée, je ne me targuais d'aucune autre supériorité que celle que me donnait mon âge; je jugeais Poupette très éveillée pour le sien; je la tenais pour ce qu'elle était : une semblable un peu plus jeune que moi... Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 45.
[En parlant d'un ensemble de pers.] :
3. Son métier, en l'obligeant à parler plusieurs heures par jour devant un auditoire très éveillé, le maintenait dans un entraînement qui a pris fin d'un coup. Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 109.
Avoir l'air, la mine éveillé(e). MmeLigneul avait l'air éveillé et pourtant naïf (Drieu la Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 71).V. dessalé, ée ex.
Éveillé à.Ouvert à :
4. ... la grande fille, éveillée peu à peu à la raison, n'osait encore intervenir dans ces conversations entre son père et mademoiselle Mazeline... Zola, Romanc. natur.,Vérité, 1902, p. 11.
2. En partic.
a) [En parlant des facultés, de traits de caractère d'une pers.] En éveil. Être d'une intelligence éveillée. [La nuit] c'est là que, seule et éveillée, la pensée plane à l'aise entre la terre et le ciel (Flaub., Corresp.,1846, p. 361).Un grand nombre de ces êtres donnaient l'impression d'avoir un esprit éveillé, et comme intelligent (Montherl., Célibataires,1934, p. 837):
5. Il était sur ce point facile à influencer, et sa méfiance naturelle, qui était grande et toujours éveillée, ne désarmait qu'à l'endroit des sinistres sornettes dont les uns avec conviction, les autres pour se jouer de lui, l'entretenaient. Valéry, Variété II,1929, p. 219.
b) [En parlant du corps, d'une partie du corps, du regard] Qui donne l'impression d'être plein de vivacité. Un regard, un visage éveillé. Un joli groom à l'œil éveillé et mutin, au visage rose et frais (Ponson du Terr., Rocambole,t. 3, 1859, p. 394).C'était une frêle petite bretonne, au visage éveillé et un peu garçonnier, sous des cheveux coupés très court (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 260):
6. Il était à demi couché, le front sur ses bras pliés; je l'aime toujours mieux, quand il cache son visage. Non qu'il soit laid, mais au-dessus du corps précis, éveillé, expressif, les traits du visage somnolent un peu. Colette, Naiss. jour,1928, p. 30.
3. P. ext. Actif. En dehors des volailles et produits laitiers, dont les arrivages ont été faibles, le marché était fort éveillé (L'Œuvre,15 juill. 1941):
7. Est-ce qu'on n'arriverait pas à pourvoir à la défense (...) sans considérer la mort des exécutants comme un prix fait pour le résultat? Je conçois quelquefois une défensive éveillée, clairvoyante, industrielle en quelque sorte, et qui userait froidement la fureur offensive. Alain, Propos,1935, p. 1256.
Rem. On rencontre ds la docum. l'emploi subst. fém. éveillée. Éveil. Que d'illusions alors, que de croyances! Quel joyeux ramage dans les feuilles, sur sa tête; en elle, quelle éveillée de sensations tendres et nouvelles! (A. Daudet, N. Roumestan, 1881, p. 287). La turbulente éveillée d'un pensionnat (Courteline, Train 8 h 47, 1888, 2epart., 7, p. 171). « Je me suis endormi (...) À l'ombre sous un thym, Mais à mon éveillée (...) Le thym était fleuri » (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 280),
Fréq. abs. littér. : 1 679. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 948, b) 2 508; xxes. : a) 2 579, b) 2 589.

Éveillé : définition du Wiktionnaire

Adjectif

éveillé \e.vɛ.je\

  1. Qui a cessé de dormir, qu'on a tiré du sommeil.
    • Éveillé par le bruit.
    • Éveillé avant le jour.
  2. Que l'on a, que l'on vit en état d'éveil.
    • Songe éveillé.
  3. Qui est gai, vif.
    • […] tout le monde me l'a dit à la clinique, Armand était de loin le plus beau, le plus éveillé : l'infirmière en bavait, le médecin n’en revenait pas, et la jalousie des autres femmes... Il fallait voir le bébé d'à côté : un monstre, rouge, fripé, braillard. — (Anne Loesch, Les imbéciles en liberté, Éditions Hachette,, 1969, p. 26)
    • Vous êtes bien éveillé aujourd’hui.
    • C’est un petit garçon bien éveillé.
    • Il a l’esprit éveillé, l’air éveillé, la mine éveillée.
    • Les yeux bien éveillés.
    • Il est éveillé comme une portée de souris, se dit d’un jeune enfant fort vif, fort remuant et fort gai.

Forme de verbe

éveillé \e.vɛ.je\

  1. Participe passé masculin singulier de éveiller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Éveillé : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉVEILLÉ, ÉE. adj.
Qui est gai, vif. Vous êtes bien éveillé aujourd'hui. C'est un petit garçon bien éveillé. Il a l'esprit éveillé, l'air éveillé, la mine éveillée. Les yeux bien éveillés. Fig. et fam., Il est éveillé comme une potée de souris, se dit d'un Jeune enfant fort vif, fort remuant et fort gai.

Éveillé : définition du Littré (1872-1877)

ÉVEILLÉ (é-vè-llé, llée, ll mouillées) part. passé.
  • 1Qui a cessé de dormir ; qu'on a tiré du sommeil. Éveillé par le bruit. Éveillé avant le jour.
  • 2Excité, suscité. Les admirations, les sympathies éveillées dans son cœur.
  • 3Gai, vif. Il a l'air éveillé. Les petites de Valençais qui sont fort éveillées, Sévigné, 362. Elle était des plus jeunes et des plus éveillées, et rassemblait chez elle ce qu'il y avait de plus jeunes femmes, La Fayette, Mém. cour de France, t. III, p. 44, dans POUGENS. Si ces yeux éveillés que vous savez si bien faire parler …, Rousseau, Hél. II, 16.

    Familièrement. Cette femme est bien éveillée, elle a de la vivacité dans le ton, et de la liberté dans les manières.

    Éveillé comme une potée de souris (voy. POTÉE).

    Substantivement. C'est un éveillé. C'est une petite éveillée. C'est ce petit éveillé de Gil Blas qui avait plus d'esprit qu'il n'était gros, Lesage, Gil Blas, X, 2. J'étais un éveillé, un gaillard ; ce qui me fit surnommer le garçon de bonne humeur, Lesage, Est. Gonz. ch. I. Sans compter que le diable est un éveillé qui pourrait bien tenter …, Marivaux, Paysan parv2e part.

  • 4Avisé, soigneux. Gens éveillés et alertes sur tout ce qu'ils croient leur convenir, La Bruyère, VIII.
  • 5Gaillard, leste. Ils lui faisaient des contes assez éveillés, Hamilton, Gramm. 11.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éveillé »

Étymologie de éveillé - Wiktionnaire

Participe passé de éveiller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éveillé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éveillé evɛje play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « éveillé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éveillé »

  • Un montage financier douteux qui a mis éveillé les soupçons du châtelain. Ce dernier a donc contacté la gendarmerie de Rezé et la délégation régionale de la Fondation du patrimoine. Prévenue le vendredi 3 juillet, la fondation a porté plainte auprès du parquet de Paris. Le lendemain, elle a alerté les 5 000 porteurs de projets sur l'existence de cette arnaque. La Fondation du patrimoine a indiqué qu'elle « ne verse pas de fonds par chèque, ne sollicite pas de virements des propriétaires qu'elle accompagne et ne prend jamais en charge le paiement des travaux elle-même ». Deux autres porteurs de projets auraient été concernés par cette tentative de fraude ces dernières semaines, précise France 3 Pays de la Loire. Boursorama, Escroquerie. Il se fait passer pour un agent de la « mission Stéphane Bern » pour soutirer 47 000 euros à un châtelain - Boursorama
  • Orlando Bloom a hâte de rester éveillé tard le soir avec sa fille à naître. , Orlando Bloom a hâte de rester éveillé tard le soir avec sa fille | LFM la radio
  • Le confinement selon Mourad Merzouki : “Un cauchemar éveilléTélérama, Le confinement selon Mourad Merzouki : “Un cauchemar éveillé”
  • Nous sommes plus curieux du sens des rêves que des choses que nous voyons éveillés. De Diogène
  • Les chemins tortueux ont au moins l'avantage de te garder éveillé. De Germain Véronneau
  • L'espérance est le songe d'un homme éveillé. De Aristote

Traductions du mot « éveillé »

Langue Traduction
Corse svegliu
Basque esna
Japonais 起きている
Russe бодрствующий
Portugais acordado
Arabe مستيقظ
Chinois 苏醒
Allemand erwachen
Italien sveglio
Espagnol despierto
Anglais awake
Source : Google Translate API

Synonymes de « éveillé »

Source : synonymes de éveillé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éveillé »



mots du mois

Mots similaires