Éloigner : définition de éloigner


Éloigner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉLOIGNER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− [En parlant d'une distance spatiale] Mettre loin ou plus loin; faire aller à une certaine distance. Éloigner qqc., qqn, de qqc., de qqn.Éloignez-les l'un de l'autre (Ac.1798-1932).
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose] Des Cigales éloigna de quelques millimètres sa bouffarde de la bouche (Queneau, Loin,1944, p. 16).
P. ext. Faire paraître lointain ou plus lointain. Les verres concaves éloignent les objets (Lar. 19e-Lar. encyclop.).Son double binocle, dont un verre rapprochait et un verre éloignait (Giraudoux, Bella,1926, p. 193).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.] Pour approcher l'île Vavao, d'où les vents d'Ouest-Nord-Ouest nous éloignaient un peu (Voy. La Pérouse,1797, p. 246).On éloignait d'elle les jeunes filles comme d'une pestiférée (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, MmeBaptiste, 1882, p. 356):
1. Si elle allait le rejeter!... le repousser!... l'éloigner avec horreur!... lui, le petit voleur du collège d'Eu! (...) s'il allait ne plus la revoir, ne plus vivre à ses côtés, ... G. Leroux, Le Parfum de la dame en noir,1908, p. 25.
P. euphém. [Le compl. prép. désigne un groupe, un milieu soc. ou pol., une sphère d'activité] Mettre ou tenir à l'écart, exclure. Éloigner qqn des charges, de la vie publique. Il [le monarque] a besoin (...) de rendre les esprits frivoles et légers pour les éloigner des affaires (Destutt de Tr., Comment. sur Espr. des lois,1807, p. 101).Il te fait perdre tous tes amis; il t'éloigne des milieux qui pourraient t'être utiles plus tard (Lacretelle, Silbermann,1922, p. 143).Une Europe dont on éloignait la France (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 202).
B.− P. anal. [En parlant d'une distance temporelle]
1. Mettre plus loin dans le temps passé ou à venir. Chaque instant qui s'écoule repousse vers le passé l'instant où je te voyois encore; le temps s'éloigne, le dévore (Cottin, Cl. d'Albe,1799, p. 177).Ils éloignèrent pour quelque temps, le choix d'une autre gouvernante (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 41).
2. Accroître l'intervalle de temps séparant deux phénomènes destinés à se reproduire, espacer. Ils ordonnent d'éloigner, ou de rapprocher les saignées (Cabanis, Rapp. phys. et mor.,t. 2, 1808, p. 49).Je sentis que Gilberte désirait éloigner mes visites (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 582).
C.− Au fig. [La distance est d'ordre psychol., mor. ou intellectuel]
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.]
a) [Le compl. prép. est gén. un mot abstr. désignant p. ex. un système intellectuel, une valeur mor., etc.] Créer une séparation; écarter, détourner. Éloigner d'un but, d'un idéal, de son travail; éloigner du christianisme, du rationalisme; éloigner de Dieu. Tout ce qui peut éloigner l'homme de la fin sainte et divine à laquelle l'appelle sa nature (Renan, Souv. enf.,1883, p. 405):
2. Un détachement immense, insondable de tout ce qui tenait à son personnage intellectuel et moral et comme une distance en elle pour l'éloigner de tout ce qui la faisait participer à la vie, d'autant plus immense, me semblait-il, que ce dont elle se détournait la faisait plus réelle et définissait plus hautement son personnage. J. Bousquet, Traduit du silence,1935-36, p. 236.
b) [Le compl. prép., exprimé ou non, désigne une pers.] Établir une distance morale ou affective en empêchant la familiarité, l'intimité ou en inspirant de l'aversion, une certaine désaffection. Anton. attirer, rapprocher.L'aspect de ma longue infortune Éloigne, repousse, importune Mes frères lassés de mes maux (Lamart., Médit.,1820, p. 258):
3. ... cette opinion que j'ai de sa personne morale, au lieu de m'éloigner de lui, loin de mettre entre nous de l'horreur, fait, non pas que je l'aime peut-être, mais qu'il m'intéresse énormément. Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 180.
2. [Le compl. d'obj. dir. est un mot abstr. désignant un phénomène psychol., soc., etc.] Rejeter, dissiper, repousser, chasser, faire disparaître ou empêcher de se manifester. Éloigner des pensées, des préoccupations, des souvenirs, des soupçons; éloigner le sommeil; éloigner un péril, le scandale. Tout se passe en efforts pour éloigner la vérité de ces lieux qui revient pleurer sans cesse sur tout le monde (Céline, Voyage,1932, p. 119):
4. ... vous qui, depuis des siècles et des millénaires, avez tout fait pour éloigner l'idée de la mort, pour l'évincer de votre décor social et même du vocabulaire, vous autres, vous êtes heureux! Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 198.
3. [Le compl. d'obj. dir. et le compl. prép. sont de même nature, animés ou inanimés; la notion de distance traduit une différence entre deux choses, deux pers.] Séparer par des éléments distinctifs; distinguer, différencier. Le caractère de leurs travaux, leurs habitudes mentales, (...) tout les éloigne des hommes d'action enclins à dépasser la mesure (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 142).
II.− Emploi pronom.
A.− [En parlant d'une distance spatiale]
1. [Le suj. désigne une pers. ou une chose en mouvement; le compl. prép. est souvent sous-entendu] Aller au loin ou plus loin; quitter un lieu, une personne. S'éloigner à grands pas, à pas lents; s'éloigner brusquement, doucement, lentement, rapidement, vite. Le « Rendeer » allait s'éloigner pour un temps, et visiter au nord l'archipel des Marquises (Loti, Mariage,1882, p. 90).J'avais beau m'éloigner de la triste oasis, à mesure que j'avançais, mes impressions désolées se renforçaient (Tharaud, Fête arabe,1912, p. 151):
5. ... au lieu d'apprécier les grandeurs relatives d'apparence qui font la perspective, on pense la distance; on ne voit point un homme diminuer ou grossir, mais bien s'éloigner et se rapprocher; ... Alain, Système des Beaux-arts,1920, p. 241.
2. P. ext.
a) [Le suj. désigne un bruit; la distance est appréciée par une perception auditive] On l'entend passer, descendre en avant avec une vibration pesante et grandissante de métro entrant en gare; ensuite son lourd sifflement s'éloigne (Barbusse, Feu,1916, p. 232).
b) Paraître plus lointain. La lumière s'éloigne à mesure que la route s'allonge (France, Bonnard,1881, p. 383).
B.− P. anal. [En parlant d'une distance temporelle] Devenir plus lointain dans le passé ou l'avenir. S'éloigner de sa jeunesse, du présent. Je voyais, plein d'ennui, s'éloigner toujours le cher instant où je pourrais soigner l'intimité naissante du doux ami que je trouvais en vous (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1891, p. 42).Voilà bien leur tendance à tous et d'autant plus accusée qu'ils s'éloignent davantage de la période primitive (Bremond, Hist. sent. relig,t. 4, 1920, p. 299).
C.− Au fig. [L'idée de distance traduit celle d'une séparation psychol., mor. ou intellectuelle]
1. [Le suj. désigne une pers.; le compl. désigne une chose abstr. ou une pers.] Se séparer, se détourner de. S'éloigner de la question, du sujet; s'éloigner du réel. Pécuchet s'éloigna d'une religion devenue un moyen de gouvernement (Flaub., Bouvard,t. 2, 1880, p. 142).Ne vous éloignez pas de moi, parce que je vous dis mes petites lâchetés (Rolland, J. Chr.,Foire, 1908, p. 740).
2. [L'idée de distance traduit une différence, une divergence; le suj. désigne une pers. ou une chose] S'éloigner de la vérité. On voit à quel point l'expérience absurde s'éloigne du suicide (Camus, Sisyphe,1942, p. 77):
6. ... plus un type social est rapproché du nôtre, plus le droit coopératif devient prédominant; au contraire, le droit pénal occupe d'autant plus de place qu'on s'éloigne de notre organisation actuelle. Durkheim, De la Division du travail social,1893, p. 120.
3. [L'idée de distance traduit celle de disparition ou de régression; le suj. désigne une chose] Les deux cauchemars de l'humanité, la peste et la famine, semblent s'éloigner d'elle sans retour. La mort recule (Bloch, Dest. du S.,1931, p. 198).
Prononc. et Orth. : [elwaɳe], (j')éloigne [elwaɳ]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 [de l'espace, ici conçu abstraitement] soi esluiner (de Dieu et des préceptes de l'Écriture) (Saint Alexis, éd. Chr. Storey, 180 et 260); 2. 1267 « reculer dans le temps, différer » (Cart. de Champ., Richel. 1. 5993, fo190c ds Gdf.). Dér. de loin*; préf. é-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 5 995. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 10 409, b) 7 509; xxes. : a) 7 767, b) 7 917.

Éloigner : définition du Wiktionnaire

Verbe

éloigner \e.lwa.ɲe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Écarter une chose ou une personne d’une autre ; mettre, porter, ou envoyer loin de, en parlant des distances, comme du temps.
    • Éloignez cette chaise du feu. — Éloignez cette table de la fenêtre.
    • Éloignez-les l’un de l’autre.
    • (Absolument) Éloignez ce fauteuil.
    • (Absolument) Éloignez l’importun.
    • (Figuré) Le ministre l’a éloigné de la négociation.
    • (Figuré) Éloigner les soupçons.
    • Toutes ces difficultés éloignent la conclusion de la paix.
    • Chaque jour nous éloigne de cette heureuse période.
    • Ne vous éloignez pas ! On peut avoir besoin de vous.


s’éloigner (Pronominal) (pronominal : s’éloigner)

  1. Se mettre loin de, à distance.
    • Je monte sur le pont et aperçois dans la nuit très noire les nombreuses lumières d’un vapeur qui s’éloigne. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • […] et les deux acrobates, gagnant à pied le métro le plus proche, s’éloignèrent rapidement. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Le dirigeable ne s’éloignait pas des alentours du bâtiment de Park Row, où s’était assemblée la municipalité […] — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 231 de l’éd. de 1921)
    • Durant ces années, tu t'imagines, j'ai vécu tous les cas de figure possibles. Les louloutes qui s'éloignent sans un mot, celles qui se retournent brusquement et vous fusillent du regard. Celles qui vous traitent calmement de vieux salaud. — (Marc Bressant, Assurez-vous de n'avoir rien oublié, éd. de Fallois, 2010, p. 128)
    • (Absolument) L’orage s’éloigne.
    • (Figuré) S’éloigner des principes reçus. — S’éloigner de son but.
  2. (Figuré) Manquer à ses obligations vis-à-vis de.
    • S’éloigner de son devoir, s’éloigner du respect qu’on doit à quelqu’un.
  3. (Figuré) Devenir indifférent à quelqu'un.
    • Il s'est éloigné de ses amis.
  4. Différer de.
    • Cette opinion ne s’éloigne pas beaucoup de la mienne.
    • Leur doctrine s’éloignait peu de la sienne.
    • Cela s’éloigne beaucoup de la vérité.
    • (Absolument) Plus le temps où il a vécu s’éloigne, plus sa renommée grandit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Éloigner : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉLOIGNER. v. tr.
Écarter une chose ou une personne d'une autre; mettre, porter, ou envoyer loin de. Éloignez cette chaise du feu. Éloignez cette table de la fenêtre. Éloignez-les l'un de l'autre. Absolument, Éloignez ce fauteuil. Éloignez l'importun. Fig., Le ministre l'a éloigné de la négociation. Éloigner les soupçons. Éloignez de vous ces mauvaises pensées. Prions Dieu qu'il éloigne ce malheur de dessus nos têtes. Cette conduite éloignera de vous tous les cœurs.

S'ÉLOIGNER DE signifie Se mettre loin de, à distance de. Cette compagnie ne me convenait pas, je m'en suis éloigné. S'éloigner de son pays. S'éloigner du rivage. L'orage s'éloigne. Ne vous éloignez pas! On peut avoir besoin de vous. Fig., S'éloigner des occasions du péché, S'éloigner des principes reçus, S'éloigner de son but. S'éloigner de son devoir, s'éloigner du respect qu'on doit à quelqu'un, Manquer à son devoir, manquer au respect qu'on doit à quelqu'un. On dit, dans un sens analogue, S'éloigner des vues, des intentions, de quelqu'un.

ÊTRE ÉLOIGNÉ DE ou S'ÉLOIGNER DE signifie encore Différer de. Leur doctrine s'éloignait peu de la sienne. Leurs doctrines étaient peu éloignées l'une de l'autre. Cette opinion ne s'éloigne pas beaucoup de la mienne. Cela s'éloigne beaucoup de la vérité. Fig., Être bien éloigné de faire une chose, N'en avoir pas l'intention ou le pouvoir. Il est bien éloigné de faire ce que vous dites, ce que vous souhaitez; il en est bien éloigné. N'être pas éloigné de penser, de croire, Être près de penser, de croire.

ÉLOIGNER DE et S'ÉLOIGNER DE s'appliquent aussi au temps. Chaque jour nous éloigne de cette heureuse période. Toutes ces difficultés éloignent la conclusion de la paix. Absolument, Plus le temps où il a vécu s'éloigne, plus sa renommée grandit. Éloigner un paiement. Dans ces différentes acceptions, le participe passé s'emploie souvent comme adjectif et signifie Qui est loin, soit au propre, soit au figuré. Pays éloigné. Temps éloigné. Postérité éloignée. Ce récit est bien éloigné de la vérité. Cela est fort éloigné de ma pensée.

Éloigner : définition du Littré (1872-1877)

ÉLOIGNER (é-loi-gné ; on a prononcé aussi é-logné, et Ménage condamne cette prononciation ; au contraire, Chifflet, Gramm. p. 200, recommande de prononcer élogner) v. a.
  • 1Mettre loin. Éloignant les postes les uns des autres. Éloigner cette table, cette chaise du feu. Éloignez cela de moi. Le tyran, du palais nous a tous éloignés, Corneille, Héracl. IV, 6. Voici l'instant qui va nous éloigner, Voltaire, Brut. IV, 3. Dans les moments où le combat s'engage, M'éloigner du danger, c'est trop me faire outrage, Voltaire, Soph. I, 4.

    Par extension. Le roi éloigna ce favori. Éloigner un jeune homme des mauvaises compagnies.

  • 2Il se dit du temps. Chaque jour nous éloigne de cette époque.

    Retarder, différer. Éloigner un payement.

  • 3Rejeter, éviter, détourner. Éloignez de vous ces pensées. Le travail éloigne le vice. Considérons encore une fois devant Dieu et en éloignant l'esprit de dispute, ce qu'on a prouvé par tant de faits, tirés par exemple de l'histoire de l'arianisme, Bossuet, Var. 2e instruct. past. § 115.

    Éloigner de, avec un verbe à l'infinitif. Cet organe des dieux [un oracle] put se laisser gagner à ceux que ma naissance éloignait de régner, Corneille, Œd. III, 5. Une modestie qui l'éloigne de penser qu'il fasse le moindre plaisir, La Bruyère, II.

  • 4Ôter l'affection. Rien n'est plus capable d'éloigner les cœurs, les esprits.
  • 5S'éloigner, v. réfl. S'en aller, quitter un lieu. Il s'éloignait à pas lents. Éloignez-vous un peu. Pour éviter l'inceste, Je n'ai qu'à m'éloigner de ce climat funeste, Corneille, Héracl. II, 2. La galère s'éloigne avec son espérance, Corneille, Nicom. V, 5. Tu t'éloignes de nous pour consulter un homme Qui n'est que trop connu dans la ville de Rome, Mairet, Mort d'Asdrub. Je sens bien que sans vous je ne saurais plus vivre, Que mon cœur de moi-même est prêt à s'éloigner, Racine, Bérén. IV, 5. Qu'on s'éloigne un moment, Racine, Esth. I, 3.

    Terme de peinture. Cette figure s'éloigne bien, elle fuit bien.

  • 6 Fig. S'éloigner de son devoir, y manquer. S'éloigner du respect que l'on doit à quelqu'un, Maucroix, Schisme, liv. I, dans RICHELET.

    S'éloigner des vues, des intentions de quelqu'un, ne pas s'y conformer.

  • 7Ne pas s'éloigner de, n'être pas loin de, n'avoir pas de répugnance à. Il ne s'éloigne pas d'accepter les offres que vous lui faites. Il ne paraît pas qu'il s'éloigne fort des propositions.
  • 8Être différent. Ces deux doctrines s'éloignent peu l'une de l'autre.

REMARQUE

Malherbe et Corneille ont dit éloigner activement pour s'éloigner de : Le soleil qui dédaigne une telle carrière, Puisqu'il faut qu'il déloge, éloigne sa barrière, Malherbe, I, 4. Ses vaisseaux en bon ordre ont éloigné la ville, Corneille, M. de Pomp. III, 1. C'est un archaïsme et une locution d'ailleurs analogue à celle qu'on a conservée, et qui emploie approcher de la même façon : approcher une ville, pour s'en approcher.

SYNONYME

ÉLOIGNER, ÉCARTER. Éloigner, c'est mettre au loin ; écarter, c'est mettre à l'écart ; là est déjà une première nuance. De plus, éloigner signifie seulement que l'on veut mettre loin ce qu'on éloigne, tandis que écarter exprime que l'on désire se débarrasser de ce qu'on écarte.

HISTORIQUE

XIe s. Près est de Deu e des regnes del ciel ; Par nule guise ne s'en volt esluiner, St Alexis, XXXVI.

XIIe s. Et si enemi se esloignierent par paor de lui, Machab. I, 3. Un seul petit [seulement un peu] des autres s'eslongna, Ronc. p. 168. Par quel forfait et par quel mesprison M'avez, Amours, de vous si esloignié ? Couci, VII. Mais la pitié de Deu ne volt [veut] nul esluignier, Th. le mart. 32. Dunc l'unt saisi as puinz li fil à l'aversier, S'il comencent dorment à traire e à sachier, Mais del pilier nel purent oster ne esluignier, ib. 148.

XIIIe s. Amis, trop vous font eslongier De moi felon et losengier, Romancero, p. 42. Li empereres Morchufles n'est mie à celui jour esloingié de Constantinople plus de quatre journées, Villehardouin, CXIII. Lors appela Pieron de Douay et li dist que… il, por Deu, ne l'eslongast pas, que il tout adiès ne li fust priès en ceste besoigne, par son cors garder, Villehardouin, VII. Entreuz que [pendant que] Berte fu de Pepin esloignie, Berte, LX. Quant li rois Pepins fu du manoir eslongiés, ib. CXX. A poi que li cuers ne me part, Quant de la rose me souvient, Que si eslongnier me convient, la Rose, 2978. Un chevalier cuida descendre de la grant nef en la barge de cantiers, et la barge esloigna, et cheï en la mer et fu noyé, Joinville, 214.

XVe s. Si partit de nuit [messire Jean de Neufville] monté sur fleur de coursier et esloigna les Escots [s'éloigna des Écossais], car il savoit les adresses et les refuites du pays, Froissart, I, I, 161. Je esloigneroye [allongerais] ma matiere pour deviser l'assiette de tous les coups d'un chacun, laquelle chose pourroit tourner aux oyans à ennui, Bouciq. I, 16. Et se commença à eslongner d'elle l'evesque de Lyege, Commines, VI, 2.

XVIe s. Besoin luy est d'eslongner la personne à qui son cœur enamouré se donne, Marot, I, 162. Mais il n'est pas heure de l'eslongnier [de la quitter], Marguerite de Navarre, Lett. 3. J'ai prié le roy de Navarre, que l'on eslongnast de cette ville ceulx qui estoient au dit evesque, Marguerite de Navarre, ib. 149. Il n'est nulle pire prison que d'ung corps en liberté eslongnant les lieux où son cœur est aresté, Marguerite de Navarre, ib. 66. Estre esloingné de vouloir…, Montaigne, I, 25. Tu as bien largement affaire chez toy, ne t'esloingne pas, Montaigne, IV, 147. Estant esloingné de France, et encores plus esloingné d'un tel pensement, Montaigne, IV, 149. Estant devenu si amoureux de ceste femme, qu'il ne la pouvoit esloigner de veue, Amyot, Lucull. 12.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éloigner »

Étymologie de éloigner - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du moyen français esloigner, issu de l’ancien français esloignier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de éloigner - Littré

É- pour es- préfixe, et loin ; Berry, aloigner ; provenç. estoignar, eslueingnar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « éloigner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éloigner elwanje play_arrow

Conjugaison du verbe « éloigner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe éloigner

Évolution historique de l’usage du mot « éloigner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éloigner »

  • [DIAPORAMA] Comment éviter les piqûres de moustiques en été ? Voici 9 astuces à garder en tête pour s'efforcer d'éloigner les indésirables... Topsante.com, 9 astuces (qui fonctionnent vraiment) pour éloigner les moustiques - Top Santé
  • Et, évidemment, cette façon d’éloigner les ours des troupeaux pour éviter les prédations est très contestée par les amis des plantigrades qui la jugent inefficace et dangereuse, pour les ours comme les hommes. , Pyrénées : La (très officielle) brigade d’effaroucheurs d’ours entre en action en Ariège
  • Sachez vous éloigner car, lorsque vous reviendrez à votre travail, votre jugement sera plus sûr. De Léonard de Vinci
  • S’éloigner de son lieu de travail permet, en un sens, de s’éloigner de soi même ; et c’est souvent le principal avantage de voyager. De Charles Horton Cooley / Human Nature and the Social Order

Images d'illustration du mot « éloigner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « éloigner »

Langue Traduction
Corse caccià
Basque kendu
Japonais 削除する
Russe удалять
Portugais remover
Arabe إزالة
Chinois 去掉
Allemand entfernen
Italien rimuovere
Espagnol eliminar
Anglais remove
Source : Google Translate API

Synonymes de « éloigner »

Source : synonymes de éloigner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éloigner »


Mots similaires