La langue française

Apprivoiser

Sommaire

  • Définitions du mot apprivoiser
  • Étymologie de « apprivoiser »
  • Phonétique de « apprivoiser »
  • Évolution historique de l’usage du mot « apprivoiser »
  • Citations contenant le mot « apprivoiser »
  • Traductions du mot « apprivoiser »
  • Synonymes de « apprivoiser »
  • Antonymes de « apprivoiser »

Définitions du mot apprivoiser

Trésor de la Langue Française informatisé

APPRIVOISER, verbe trans.

I.− Emploi trans.
A.− [L'obj. désigne un animal sauvage] Rendre moins sauvage, moins farouche :
1. D'ailleurs, est-on jamais seul au monde? Ne peut-on choisir des amis dans la race animale, apprivoiser un jeune chevreau, un perroquet éloquent, un singe aimable? Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 2, 1868, p. 29.
2. J'en ai conclu, moi, que pour un homme, apprivoiser un animal, l'amener à vivre en société avec lui, c'est ne faire dans ces rapports avec cet animal que des mouvements dont cet animal puisse se rendre compte en les refaisant, c'est lui ressembler. P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 150.
P. métaph. :
3. Tandis que le christianisme brilloit au milieu des adorateurs de Fo-hi, que d'autres missionnaires l'annonçoient aux nobles Japonois, ou le portoient à la cour des sultans, on le vit se glisser, pour ainsi dire, jusques dans les nids des forêts du Paraguay, pour apprivoiser ces nations Indiennes, qui vivoient, comme des oiseaux, sur les branches des arbres. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 426.
B.− P. ext.
1. [L'obj. désigne une pers.] Rendre plus sociable.
Apprivoiser qqn à, avec qqc.Le familiariser progressivement avec quelque chose, lui faire abandonner son hostilité ou ses réticences... :
4. Bayonne vous force à l'écouter, à l'applaudir; il vous apprivoise à quelques-unes de ses idées; ... Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 18.
5. Après tant d'orgueil, après tant d'étrange Oisiveté, mais pleine de pouvoir, Je m'abandonne à ce brillant espace, Sur les maisons des morts mon ombre passe Qui m'apprivoise à son frêle mouvoir. Valéry, Charmes,1922, p. 148.
6. Quand la beauté n'excite plus en nous aucun besoin d'approche, de contact et d'embrassement, l'état de calme qu'on était assez fou pour souhaiter du temps que vous tourmentait un excès de désirs, cet état ne vous paraît plus qu'apathie et ne mériter qu'on le loue que parce que, peut-être, il rend moins atroce l'idée de la mort, en vous apprivoisant avec elle. (Un Henri Béraud compterait sans doute « apprivoiser avec » pour une faute; je doute que l'expression soit correcte, mais doute qu'aucune autre la vaille.) Gide, Journal,1923, p. 766.
En partic. Séduire, charmer progressivement :
7. Il n'y a point, dans les rares ouvrages de Mallarmé, de ces négligences qui apprivoisent tant de lecteurs et les flattent secrètement d'être familiers avec le poète; ... Valéry, Variété 2,1929, p. 170.
8. Elle ne pense pas toujours à l'amour : elle n'a pas le temps! Elle se souvient des premiers jours de ses fiançailles. Elle sourit : Herlin découvre soudain qu'il est amoureux (sans doute l'avait-il oublié?). Il veut lui parler, l'apprivoiser, la conquérir : ... Saint-Exupéry, Courrier Sud,1928, p. 23.
2. [L'obj. désigne une chose, gén. abstr.]
Dominer, maîtriser progressivement :
9. Une fois le coup reçu, eh bien! voilà, ce sera fini, il pourra essayer d'apprivoiser sa douleur, de s'établir dans le désespoir; il s'arrangera pour attendre la mort... Mauriac, Les Mal Aimés,1945, I, 3, p. 171.
10. ... ces remarques prendront tout leur sens par la suite quand on aura compris que l'effort s'applique principalement à un corps déjà ébranlé par l'émotion et disposé par l'habitude : si donc mouvoir mon corps c'est d'abord l'apprivoiser, le domestiquer, le posséder, cette fonction du vouloir double constamment la motivation. Une motivation volontaire est conditionnée par un vouloir maître de son corps. Ricœur, Philosophie de la volonté,1949, p. 189.
Apprivoiser avec :
11. Il eut bien tort de rêver avec ses yeux quand c'était avec toute sa vie qu'il devait apprivoiser l'amour. J. Bousquet, Traduit du silence,1936, p. 208.
Rare. Apprivoiser à.
a) Familiariser, accoutumer :
12. Il n'est nullement indifférent de voir un homme comme vous, avec le prestige de votre intelligence, de votre culture et de votre talent, s'en faire l'apologiste, ou simplement apprivoiser l'imagination de ses lecteurs à des pensées dont elle doit se détourner avec horreur. Claudel, Correspondance[avec A. Gide], 1899-1926, p. 221.
b) Harmoniser, accorder :
13. À l'extrémité élargie du môle se dressait la pyramide d'un énorme tas de charbon; on y puisait si rarement que des herbes folles, et même de petits arbrisseaux, avaient fini par le coloniser, l'apprivoiser au paysage comme les collines aux formes étranges des terrils de mine abandonnés. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 25.
II.− Emploi pronom.
A.− [En parlant d'un animal sauvage] Devenir progressivement moins sauvage, moins farouche :
14. Un lapin blanc, enfermé dans la chambre, s'effarouche d'abord puis s'apprivoise et vient manger dans la main de Moktir. Gide, L'Immoraliste,1902, p. 469.
B.− P. ext. [En parlant d'une pers.] S'accoutumer, s'habituer :
15. Léonard entra en scène. Il ne vit rien, d'abord. Il parlait d'une voix contenue. Devant lui, il percevait le vide fait par la salle, et qui, reculé par l'éclat de la rampe, devenait prodigieux. Puis, il s'apprivoisa. Son émotion se calmait. Il osa regarder, et c'étaient des yeux partout, rien que des yeux fixés magnétiquement sur les siens et réflétant ses frissons. Estaunié, L'Empreinte,1896, p. 110.
S'apprivoiser à, avec :
16. Je m'apprivoise au lit de fange, où je me vautre. Ponsard, Lucrèce,1843, II, 1, p. 31.
17. À la vérité ces vues nouvelles l'étonnent, mais il s'apprivoise peu à peu avec elles. Bremond, Hist. littér. du sentiment relig. en France, t. 4, 1920, p. 122.
Devenir plus sage, plus avisé :
18. − Ah! murmura la mère, quelle fille légère! quel aveuglement! quatre-vingt mille livres de rente! chère madame et ne pas savoir ce que c'est, les dédaigner! enfin, une fois mariée, elle s'apprivoisera. Duranty, Le Malheur d'Henriette Gérard,1860, p. 213.
Rem. 1. Les sens figurés de apprivoiser ont pour pendant ceux de l'adj. sauvage. 2. Lorsque apprivoiser se construit avec une prép., il devient le siège d'une ell. : (s')apprivoiser [de manière à se familiariser] avec qqc., [s'accouder ou s'adapter] à qqc.; le choix de la prép. est déterminé par la nature du concept verbal implicite.
PRONONC. : [apʀivwaze], j'apprivoise [ʒapʀivwa:z].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Début xiiies. aprivoisier « familiariser (un animal) » (De Brunain la vache au prestre ds Fabliaux, éd. A. de Montaiglon et G. Raynaud, t. 1, p. 133 : Li prestres comanda en oine C'on fasse pour aprivoisier Blerain avoec Brunain lier, La seue grant vache demaine); b) ca 1250 [date attribuée par l'éditeur] aprivoiser « rendre (des animaux) moins sauvages » (Renart, éd. Mario Roques, 3817-20); 2. 1436 « rendre qqn plus doux, plus traitable » (Charles d'Orléans, Ballades, 68, éd. Champion ds IGLF Techn. : De ce faulx vilain aveugler, Dieu scet se j'en suis desireux; Nul ne le peut aprivoiser). Empr. au lat. vulg. *apprivatiare, issu soit directement de privatus (FEW t. 252, p. 52) soit plus prob. de *apprivatare (cf. a. prov. aprivadar « familiariser », xiiies. ds Rayn. et voir Bl.-W.5). L'hyp. d'un croisement de *apprivatare avec *vitiare « habituer » (Fouché, p. 479; EWFS2) est moins probable étant donné que les représentants de *vitiare ne sont attestés au sens de « habituer » que dans le domaine d'oc (a. prov. vezar « habituer », xiiies. ds Rayn.), l'a fr. veseier n'étant attesté qu'au sens de « ruser, tromper » (Wace ds Gdf.). Il reste que -eisier, -oisier s'explique à partir de *apprivitiare par passage du groupe aty'- à -eyz'-, -ois'- (voir Rheinfelder, Altfr. gram., I, p. 277).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 405. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 382, b) 396; xxes. : a) 557, b) 845.
BBG. − Canada 1930. − Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, pp. 12-13. − Krings 1961, p. 179. − Le Roux 1752.

Wiktionnaire

Verbe

apprivoiser \a.pʁi.vwa.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’apprivoiser)

  1. Rendre un animal moins sauvage.
    • Le petit prince a apprivoisé le renard.
  2. Faire d’un animal sauvage un animal privé.
    • Le coq de Sonnerat est plein de courage et de résolution; aussi est-il très estimé dans l’Indoustan comme oiseau de combat. Les vrais amateurs indiens ne se servent pas de coqs élevés à l'état domestique, mais bien de sujets sauvages, que du reste ils apprivoisent en assez peu de temps; […]. — (Charles & Édouard Morren, Journal de l'agriculture pratique, […], du Royaume de Belgique, Bruxelles & Liège, 1857, vol.9, p.4)
  3. (Figuré) Rendre quelqu’un plus doux, plus traitable.
    • Apprivoiser un sauvage.
    • C’était un homme peu sociable, on a eu bien de la peine à l’apprivoiser.
    • La fille demeura. Tout doucement il vous l’apprivoisa ; Lui prit d’abord son joli bras d’ivoire; Puis s’approcha, puis en vint au baiser — (Jean de La Fontaine, L’Ermite, œuvres complètes, page 177)
  4. (Pronominal) Devenir moins sauvage (animal).
    • Les loups s’apprivoisent facilement.
  5. (Pronominal) (Figuré) Devenir plus doux, plus sociable, s’accoutumer, s’habituer (personne).
    • Cet enfant était bien farouche, il s’est apprivoisé peu à peu à notre contact.
  6. (Pronominal) (Vieilli) S’accoutumer à la vue du danger, à l’exemple du vice.
    • S’apprivoiser avec le danger, avec le vice,
    • C’est donc ainsi qu’insensiblement on avance vers le précipice ; [...] on s’apprivoise avec le danger, on commence à n’en avoir plus tant de peur, [...]. — (« Réflexions d’un Évêque de Languedoc sur quelques nouveaux Arrêts du Parlement de Toulouse », circa 1753, p. 66)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APPRIVOISER. v. tr.
Faire d'un animal sauvage un animal privé. Apprivoiser un lion. Il y a peu d'animaux farouches qu'on ne puisse apprivoiser. Apprivoiser des oiseaux. Il signifie figurément Rendre quelqu'un plus doux, plus traitable. Apprivoiser un sauvage. C'était un homme peu sociable, on a eu bien de la peine à l'apprivoiser. Cet enfant était bien farouche, il s'est apprivoisé peu à peu avec nous. S'apprivoiser avec le danger, avec le vice, S'accoutumer à la vue du danger, à l'exemple du vice.

Littré (1872-1877)

APPRIVOISER (a-pri-voi-zé) v. a.
  • 1Rendre privé. Apprivoiser un lion. Apprivoiser des oiseaux. Avec une lyre il apprivoisait les bêtes farouches, Fénelon, Tél. VIII.
  • 2 Fig. Si les tigres les plus sauvages Enfin apprivoisent leurs rages, Malherbe, V, 23. C'est un mérite que j'ai apprivoisé, Sévigné, 308. Le temps sait apprivoiser la bienséance, Hamilton, Gramm. 11. Que faire pour apprivoiser une impertinente vertu ? Hamilton, ib. 9. Et pour apprivoiser ce respect ennemi, Il faut qu'en dépit d'elle elle s'offre à demi, Corneille, Othon, III, 1. Il s'éloigne et reprend sa morne rêverie ; Mais la chanson du pâtre assis dans la prairie Apprivoisa du moins sa farouche douleur, La Harpe, Épît. à M. le comte de Schowaloff. Il parle, il adoucit la superbe Carthage, De sa puissante reine apprivoise l'orgueil, Delille, Én. I. Au lieu d'apprivoiser ses mœurs, L'âge n'a fait qu'aigrir ses farouches humeurs, Delille, Conversation, 2.

    Familièrement, apprivoiser une femme, l'accoutumer à entendre qu'on lui parle d'amour. Tout doucement il vous l'apprivoisa, La Fontaine, Herm.

  • 3S'apprivoiser, v. réfl. Devenir apprivoisé. L'ours s'apprivoise aisément.
  • 4S'accoutumer, se familiariser avec. S'apprivoiser avec le danger. La raillerie a été le premier métier des sages, qui par là se sont apprivoisés avec le peuple, Guez de Balzac, liv. VI, lett. 5. Ce qui nous paraissait terrible et singulier S'apprivoise avec notre vue, Quand ce vient à la continue, La Fontaine, Fab. IV, 10. Les grandes choses étonnent, et les petites rebutent ; mais nous nous apprivoisons avec les unes et les autres par l'habitude, La Bruyère, 12.

HISTORIQUE

XIIIe s. Les [bêtes d'] Evain assauvagissoient, Et les [celles d'] Adam aprivoisoient, Ren. 99. C'est cil qui por aprivoisier Bat son chat et puis le rapele Por le lier à sa cordele, la Rose, 9770. Li leus garous le fil le roi Acole de ses quatre piés ; Si est de lui aprivoisés, Guill. de Palerme.

XIVe s. Icelles bestes aprivoise l'en et attrait l'en par faire leurs plaisirs, Ménagier, I, 6.

XVe s. Ne le laissiez reposer ne dormir Ne nuit, ne jour, s'il ne me fait hommaige, Aprivoisiez ce compaignon sauvaige, Orléans, 10. De ce faulx vilain aveugler, Dieu scet si j'en suis desireux ; Nul ne le peut aprivoiser, Orléans, Bal. 69.

XVIe s. J'envie ceulx qui sçavent s'apprivoiser au moindre de leur suitte, Montaigne, III, 278. Ils s'apprivoisent de luy obeïr, La Boétie, 13. Nous appastons le cheval, dès lors qu'il est nay, pour l'apprivoiser à servir, La Boétie, 29. Qui ne s'apprivoisent jamais de la subjection, La Boétie, 43.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « apprivoiser »

(XIIIe siècle) De l’ancien français aprivoisier → voir privé et privauté.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

À et un adjectif fictif privois, qui suppose un bas-latin privensis, dérivé de privus (voy. PRIVÉ) ; provenç. aprivadar ; Berry. appriver.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « apprivoiser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
apprivoiser aprivwaze

Évolution historique de l’usage du mot « apprivoiser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « apprivoiser »

  • Il y a dans l'acteur une part d'enfance non maîtrisée. C'est grâce à elle qu'on peut le capturer, l'apprivoiser, le ranger en troupe, le réduire en dépendance, en esclavage. De Yves Reynaud
  • Dieu est un animal que l'on traque, que l'on tente d'apprivoiser, qui toujours s'enfuit, rompt la longe par laquelle on tente de le domestiquer, regagne les contrées sauvages, inaccessibles à qui a perdu l'innocence. De Edouard Brasey / Quand le ciel s'éclaircira
  • Dieu n’a créé les femmes que pour apprivoiser les hommes. De Voltaire / L’ingénu
  • On risque de pleurer un peu si l’on s’est laissé apprivoiser... De Antoine de Saint-Exupéry / Le petit prince
  • Jouer un rôle, c’est se laisser habiter sans se faire totalement envahir. C’est une manière d’apprivoiser quelqu’un. De Marion Cotillard / Isa - Mars 2007
  • L'amour est un oiseau rebelle Que nul ne peut apprivoiser, Et c'est bien en vain qu'on l'appelle S'il lui convient de refuser. De Henri Meilhac et Ludovic Halévy / Carmen
  • En ces temps difficiles, beaucoup s’inquiètent, doivent affronter un sentiment de solitude, de vide, ou s’interrogent sur ce qu’ils vivent : le post confinement, la peur de perdre son emploi, le chômage... Face à ces moments de tensions, d’irritabilité, d’anxiété (de stress), pas de panique. Les conseils pour apprivoiser ses émotions de la coach Anne-Marie Barreiro. , Comment apprivoiser ses émotions en période difficile ? | Psychologies.com
  • Après une perte de poids importante, le rapport au corps est souvent compliqué et la déprime peut pointer son nez. Mais pourquoi est-il si difficile de se sentir à l’aise dans ce nouveau corps, alors que l’objectif est atteint ? En réalité, il ne suffit pas de maigrir pour se sentir mince dans sa tête. Quand on s’est construit sur une image de femme très ronde, il faut du temps pour apprivoiser un nouveau reflet, reprendre confiance en soi et accepter une nouvelle identité. Maxi, Après une grosse perte de poids : comment apprivoiser son nouveau corps - - maximag.fr
  • EUR 78 78   Vous aimeriez tant faire quelque chose de vos mains. Vous désirez faire connaissance avec une matière aux couleurs chaudes et à la structure souple. Venez apprivoiser l’osier. En une journée, vous franchirez les étapes qui vous mèneront du brin d’osier à votre panier. Christian Boncour, osiériculteur-vannier, vous guidera tout au long de ce parcours initiatique. Unidivers, Une journée ? Une vannerie ! Anthé mardi 4 août 2020

Traductions du mot « apprivoiser »

Langue Traduction
Anglais tame
Espagnol domar
Italien domare
Allemand zähmen
Portugais domar
Source : Google Translate API

Synonymes de « apprivoiser »

Source : synonymes de apprivoiser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « apprivoiser »

Partager