Accoler : définition de accoler


Accoler : définition du Wiktionnaire

Verbe

accoler \a.kɔ.le\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) (Rare) Jeter les bras autour du cou de quelqu’un en signe d’affection.
    • Il me vint accoler.
    • Ils s’accolèrent avec grande amitié.
    • Accoler la cuisse, accoler la botte à quelqu’un : Lui embrasser la cuisse, la botte ; ce qui était une marque de grande soumission et d’infériorité.
  2. (Viticulture) (Vieilli) Relever la vigne et la lier à l’échalas.
  3. (Figuré) Approcher, réunir, l’un à côté de l’autre.
    • Vers 1260 fut accolée au flanc sud du transept roman, une chapelle dont le sol est au niveau du pavé de l’ancien cloître […] — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Dans le complexe de représentations qui sont accolées à la figure du roi dans la littérature arthurienne du XIIe siècle, celle du primus inter pares, du souverain féodal au milieu de ses barons, est la plus visible. — (Amaury Chauou, L'idéologie Plantagenêt: Royauté arthurienne et monarchie politique dans l'espace (XIIe-XIIIe siècles), Presses universitaires de Rennes, 2001)
    • Ils s’accolaient aux murailles comme avec l’envie de se dissimuler mieux encore. — (Pierre Souvestre et Marcel Allain, Le Bouquet tragique, 1912, chapitre XV)
  4. (Figuré) Réunir par une accolade.
  5. (En particulier) Comprendre sous une seule marque, sous une seule somme deux ou plusieurs articles de compte.
  6. (Figuré) & (Familier) Présenter, faire figurer à côté l’un de l’autre, dans un même discours, en parlant deux personnes, deux noms.
    • Euphorique n'est pas précisément l’épithète que l'on peut impunément accoler aux personnages houellebecquiens. — (Murielle Lucie Clément, Michel Houellebecq revisité: l'écriture houellebecquienne, éd. L'Harmattan, 2007, page 14)
    • Les auteurs ont présenté à des étudiants universitaires des personnes souffrant de bégaiement et à qui on avait accolé une vignette explicative des causes à l'origine de leur bégaiement. — (David Bourguignon & Stéphanie Demoulin, « Bégaiement et stigma social », chap. 13 de Les bégaiements de l'adulte: Première synthèse des connaissances, sous la direction de Bernadette Piérart, éd. Mardaga, 2013)
  7. (Louisiane) Vivre en concubinage, être à la colle.
    • Ils ne sont pas mariés, ils vivent accolés.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Accoler : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACCOLER. v. tr.
Jeter les bras autour du cou de quelqu'un en signe d'affection. Il me vint accoler. Ils s'accolèrent avec grande amitié. Il est peu usité. Accoler la cuisse, accoler la botte à quelqu'un, Lui embrasser la cuisse, la botte; ce qui était une marque de grande soumission et d'infériorité. Accoler la vigne, La relever et la lier à l'échalas. Fig., Accoler deux ou plusieurs articles dans un compte, Les réunir par une accolade; ou bien Comprendre sous une seule marque, sous une seule somme deux ou plusieurs articles de compte. Fig. et fam., Accoler deux personnes, deux noms dans un même discours, Les y présenter, les y faire figurer à côté l'un de l'autre. Je ne suis point content de me voir accolé dans votre récit avec un tel. Le participe passé

ACCOLÉ, ÉE, est adjectif et se dit, en termes de Blason, de Deux choses attenantes et jointes ensemble. Les écus de France et de Navarre étaient ordinairement accolés. Il se dit dans le même sens, en termes de Numismatique, de Deux têtes jointes sur la même médaille, sur le même camée. Plusieurs camées antiques d'une grande beauté offrent des têtes accolées.

Accoler : définition du Littré (1872-1877)

ACCOLER (a-ko-lé) v. a.
  • 1Embrasser en jetant les bras autour du cou. … Lors, se tournant vers moi, M'accole à tour de bras…, Régnier, Sat. VIII.
  • 2Accoler la cuisse, la botte à quelqu'un, lui embrasser la cuisse, la botte, ce qui était une marque de grande soumission et d'infériorité.
  • 3Accoler la vigne, l'échalasser.
  • 4Réunir par une accolade. Accoler deux ou plusieurs articles dans un compte.
  • 5 Fig. Faire figurer ensemble. Il accola ces deux hommes, ces deux noms dans son discours.
  • 6S'accoler, v. réfl. Se donner l'accolade
  • 7S'embrasser, s'unir, en parlant de la vigne, du houblon, etc.

HISTORIQUE

XIIe s. Et vous avez, par Dieu, meilleur envie D'un bel valet baiser et accoler, Quesnes, Romanc. p. 108. Et doucement les a touz acolez, Ronc. 202.

XIIIe s. Ensanle [ensemble] dorment doucement, Acolé sont estroitement, Fl. et Bl. 2597. Assez fu Buiemons baisié et acollé, Ch. d'Ant. III, 477. Briefment, tuit clerc fors escoler Vuelent avarisce acoler, Rutebeuf, 222. Charles Martiaus meïsmes court son fil [fils] acoler, Berte, 3.

XVe s. Si les festa liement et baisa et accola chacun de grant cœur, Froissart, I, II, 185. Lors j'accolle mon oreille et crie : Merci amours…, Orléans, Bal. 12. Dieu a les bras ouverts pour t'acoler, Prest d'oublier ta vie pecheresse, Orléans, Complainte de la France.

XVIe s. C'est le saint nom du pape qui accolle Les chiens d'enfer, s'il lui plaist, d'une estolle, Marot, I, 257. Lors accollant chauldement son mari…, Montaigne, III, 119. Ils estoient joints face à face et comme si un plus petit enfant en vouloit accoller un plus grandelet, Montaigne, III, 136. Le lierre corrompt et ruine la paroi qu'il accole, Montaigne, IV, 151.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Accoler : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ACCOLER, v. a. c’est attacher une branche d’arbre ou un sep de vigne à un échalas ou sur un treillage d’espalier, afin qu’en donnant plus d’air aux fruits & aux raisins, leur maturité soit plus parfaite, & leur goût plus exquis. (K)

On dit accoler la vigne à l’échalas ; c’est l’attacher à l’échalas avec les branches les plus petites du saule qu’on reserve pour cet usage.

Accoler, terme de Commerce, signifie faire un certain trait de plume en marge d’un livre, d’un compte, d’un mémoire, d’un inventaire, qui marque que plusieurs articles sont compris dans une même supputation, ou dans une seule somme, laquelle est tirée à la marge du côté où sont posés les chiffres dont on doit faire l’addition à la fin de la page.

Exemple.

Dettes actives, tant bonnes que douteuses, à moi dûes par les ci-après.

Bonnes.
Par Jacques, 300 l. Accolade droite.png 500 l.
Par Pierre, 200 l.
Douteuses.
Par Jean, 400 l. Accolade droite.png 900 l.
Par Nicolas, 500 l.
Total,

1400 l.


Accolé, adj. se prend dans le Blason en quatre sens différens : 1°. pour deux choses attenantes & jointes ensemble, comme les écus de France & de Navarre qui sont accolés sous une même couronne, pour les armoiries de nos Rois. Les femmes accolent leurs écus à ceux de leurs maris. Les fusées, les lozanges & les macles, sont aussi censées être accolées quand elles se touchent de leurs flancs ou de leurs pointes, sans remplir tout l’écu : 2°. Accolé se dit des chiens, des vaches, ou autres animaux qui ont des colliers ou des couronnes passées dans le col, comme les cignes, les aigles : 3°. des choses qui sont entortillées à d’autres, comme une vigne à l’échalas, un serpent à une colonne ou à un arbre, &c. 4°. On se sert enfin de ce terme pour les chefs, bâtons, masses, épées, bannieres & autres choses semblables qu’on passe en sautoir derriere l’écu. Voyez Ecu, Fusée, Lozange, Macle, Chef, Baston, &c.

Rohan en Bretagne, de gueules à neuf macles d’or, accolées & aboutées trois trois en trois fasces. (V)

Accoler, c’est unir deux ou plusieurs pieces de bois ensemble sans aucun assemblage, simplement pour les fortifier les unes par les autres, & leur donner la force nécessaire pour le service qu’on en veut tirer.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Accoler : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « accoler » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « accoler »

Étymologie de accoler - Littré

À et col. D'après Palsgrave, p. 23, on prononçait les deux c.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de accoler - Wiktionnaire

(fin XIe siècle) Dérivé de col (« cou ») avec le préfixe a- et le suffixe -er, apparait en ancien français avec le sens de « jeter les bras autour du cou » ; voir embrasser. On constate dans accoler un affaiblissement du sens de « cou » et « bras » au bénéfice de « rapprochement » qui relève peut-être de coller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « accoler »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
accoler akɔle play_arrow

Conjugaison du verbe « accoler »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe accoler

Évolution historique de l’usage du mot « accoler »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « accoler »

  • Nelly est très sérieuse vis-à-vis de cette démarche qui lui est très chère. "Un petit gîte ou une petite ferme équestre conviendraient très bien à mon projet, explique-t-elle. J’aimerais également y accoler une activité de pension de chevaux pour les gens qui ne savent pas où laisser leurs animaux lorsqu’ils s’absentent." La sexagénaire envisage de mettre à disposition 4 ou 5 box pour cette activité de pension. ladepeche.fr, Ariège : elle cherche une structure pour sauver des chevaux maltraités - ladepeche.fr
  • La circulation automobile est possible et le stationnement, s’il n’est pas payant cette année n’empêche pas d’accoler le disque en zone bleue. Le Telegramme, Clap de fin pour les travaux du centre bourg - Carnac - Le Télégramme
  • Ce qui justement ne serait pas le cas de ses concurrents. Si Sarah Campredon fait partie de l’actuelle majorité, elle réfute l’étiquette que l’on veut lui accoler d’héritière de Pierre Verdier, le maire sortant, qui a décidé de ne pas se présenter. ladepeche.fr, Rabastens. Sarah Campredon se veut plus réaliste que politique - ladepeche.fr
  • Que deviendraient les responsables de l’ordre public sans les subtilités de la langue française ? Jusque-là, c’était simple, carré et personne ne pouvait s’y tromper : une manifestation était autorisée ou interdite. Un nouveau concept vient de faire son apparition, la tolérance. Tolérée, comme celle de samedi, est déjà plus mystérieux et sujet à interprétation. On retiendra qu’elle est permise sans être pour autant agréée. Il serait utile d’accoler d’autres adjectifs aux prochaines manifs, ce qui permettrait au pouvoir politique de donner son sentiment sans trop s’engager. Pourquoi ne pas parler de manifestation justifiée, approuvée ou consentie ? Une, commencée puis interrompue, serait qualifiée de suspendue. Et donc il faut nommer un linguiste ministre de l’Intérieur. L'Opinion, Tolérer, c’est nouveau | Le billet de Michel Schifres | L'Opinion
  • Bouygues est ainsi le premier opérateur à prendre les devants et à accoler la mention 5G sur certains de ses forfaits mobile. Alors même que Martin Bouygues est allé jusqu'à auditionner devant le Sénat pour demander un report des enchères des nouvelles fréquences 5G prévues désormais en septembre, Olivier Roussat, président de Bouygues Telecom, a déclaré "Cela ne va rien changer. Cela va donner une vitesse un poil plus rapide […] Mais il n’y aura aucune évolution dans la première partie de la 5G entre maintenant et 2023." Selectra, Forfaits mobile 5G : Bouygues Telecom modifie ses forfaits Sensation

Traductions du mot « accoler »

Langue Traduction
Italien allegare
Anglais attach
Source : Google Translate API

Synonymes de « accoler »

Source : synonymes de accoler sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « accoler »


Mots similaires