Écart : définition de écart


Écart : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCART1, subst. masc.

Action d'écarter, de s'écarter; résultat de cette action.
A.− [P. réf. à une direction assignée, à un lieu donné]
1. [P. réf. à un certain espace matériel] Action de s'éloigner volontairement ou non à quelque distance; résultat de cette action. Il redressait un écart de ses chiens ou les ralliait (Fromentin, Dominique,1863, p. 5).La ligne de son itinéraire suivait à peu près le cent trente et unième méridien, et, par conséquent, faisait un écart de sept degrés à l'ouest de celui de Burke (Verne, Enf. cap. Grant,t. 2, 1868, p. 118).
a) Loc. À l'écart (de + subst.). Ils travaillaient ensemble, tout en haut d'une tourelle, à l'écart du bruit (Flaub., Trois contes,St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 83).Au fig. Impossibilité de se poser solidement à l'écart, à distance, de se tenir « sur son quant à soi », dans un état d'opposition ou même de simple indifférence (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 34).Être, rester, (se) tenir à l'écart. La maison est à l'écart, personne au monde n'y viendra (Zola, Débâcle,1892, p. 610).Me tenant à l'écart de mes camarades et ne fréquentant guère qu'Abel, je vivais avec la pensée d'Alissa (Gide, Porte étr.,1909, p. 530).Au fig. Rester à l'écart, c'est agir comme un individualiste (Martin du G., J. Barois,1913, p. 245).Emmener, mettre, prendre, tirer à l'écart. Il croit Bouvard coupable, le prend à l'écart, et l'engage à céder (Flaub., Bouvard,t. 2, 1880, p. 192).
b) En partic. [Gén. en parlant d'un cheval] Faire un écart. S'écarter brusquement. Mon cheval, qui est un animal difficile, a fait un écart et m'a envoyé à dix pas (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 529).P. anal. Il n'y a pas que les chevaux et les mulets à qui il faille des œillères pour marcher sans écart (France, Jard. Épicure,1895, p. 121).
c) Spécialement
BALIST. Déviation par rapport à une trajectoire moyenne idéale. Rendant son pistolet au garçon, et bouchant avec les doigts deux trous dans le carton, un peu éloignés des autres : − Vois-tu, sans ces deux écarts-là, ce serait un carton à encadrer (Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 267).La table de tir proprement dite [indique] (...) en regard des portées prises comme argument (...) les (...) écarts moyens en portée, en dérivation, en hauteur, angles de chutes (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav.,1890, p. 15).
COURSES (de taureaux, en partic. course landaise). L'homme attendait, jusqu'au moment où, prêt à être transpercé, d'un bond à droite ou à gauche il évitait la bête qui, emportée dans son élan, le dépassait. Ce fut l'origine de nos « courses landaises ». De ce bond est venu ce que nous appelons « l'écart », partie fondamentale de ce spectacle (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 14).
HABITAT. Localité, habitation écartée (cf. écarté1II B), isolée. La ville compte cent quarante feux, trois écarts et la maison du garde (Audiberti, Ampélour,1937, p. 93).Chacune d'elles [les maisons], à elle seule, constitue un « écart », un monde clos (Genevoix, Assassin,1948, p. 38).
MÉD. VÉTÉR. [Gén. à propos d'un cheval et sans doute p. réf. à A 1 en partic.] Entorse de l'épaule.
2. [P. réf. à une norme, une échelle de valeurs] (Quasi-)synon. déviation, variation; erreur, faute.
a) Domaine physique.Mon estomac éprouvé par quelques légers écarts de régime est faible (Maine de Biran, Journal,1817, p. 23).Élèves (...) incommodés par les écarts excessifs de température ou par l'humidité des lieux (Bourgat, Tech. danse,1959, p. 23).P. métaph. La machine 608, trop neuve, dont les caprices, les écarts de jeunesse le surprenaient (Zola, Bête hum.,1890, p. 283).
En partic., STAT. Variation d'une donnée par référence à un comportement idéal. Écart absolu, moyen, probable. La caractéristique la plus systématique qu'on puisse donner de la variation étudiée, c'est l'écart-étalon (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 2, 1931, p. 485).Les écarts observés ne sont jamais significatifs par rapport aux écarts probables (Amadou, Parapsychol.,1954, p. 277):
1. Le rapport entre l'écart observé et l'écart prévu − ou écart type − donne une valeur que l'on désigne en statistique sous le nom de valeur T... Amadou, Parapsychol.,1954p. 161.
b) Domaine intellectuel, moral.Écart de langage. Un écart de mon imagination qui se trompe (Balzac, Corresp.,1822, p. 168).Elle déplore (...) les écarts de conduite du prochain, tout en se réjouissant secrètement d'avoir un concurrent de moins sur le sentier des vertus domestiques (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 159):
2. ... les grammairiens du temps s'amusaient à montrer l'inconséquence, les fautes du langage, tel que le peuple l'a fait, et à corriger les écarts de l'usage par la raison logique, sans s'apercevoir que les tours qu'ils voulaient supprimer étaient plus logiques, plus clairs, plus faciles que ceux qu'ils voulaient y substituer. Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 27.
B.− P. ext. [À propos de choses formant un ensemble] Action de repousser volontairement ou non plusieurs personnes ou plusieurs choses à une certaine distance l'une de l'autre; résultat de cette action.
1. Domaine physique.Son rire riait si franchement, dans un écart des lèvres, montrant toutes les dents (Estaunié, Simple,1891, p. 53).Écart entre les températures mortelles aux semences et celles qui tuent les organismes développés (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 67).P. ext. Dans l'écart des deux collines, un brouillard de toits gris, de flèches, de coupoles qu'on lui dit être Paris (A. Daudet, Fromont jeune,1874, p. 213).
Spécialement
a) BLAS. Synon. écartelure*.
b) DANSE. Faire un écart. Porter le pied de côté. Faire le grand écart. Écarter les jambes jusqu'à ce que les cuisses touchent le sol :
3. Les deux femmes (...) faisaient avec leurs jambes des mouvements surprenants (...) les écartant comme si elles se fussent ouvertes jusqu'à mi-ventre, glissant l'une en avant, l'autre en arrière, elles touchaient le sol de leur centre par un grand écart rapide, répugnant et drôle. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Masque, 1889, p. 1160.
c) MUS. Espace, distance entre deux notes. Dans l'enseignement de l'harmonie, les É[carts] au-delà de l'octave ne sont pas admis entre les parties supérieures, et ils sont tolérés jusqu'à la quinzième, entre la basse et le ténor (Brenet, Dict. prat. et hist. mus.,1926, p. 126).
2. Domaine intellectuel.Écart extraordinaire entre une minorité de privilégiés et une immense majorité de serviteurs et d'opprimés (Gaultier, Bovarysme,1902, p. 117):
4. Nous vivons dans un temps où les philosophes s'abstiennent. Ils vivent dans un état de scandaleuse absence. Il existe un scandaleux écart, une scandaleuse distance entre ce qu'énonce la philosophie et ce qui arrive aux hommes en dépit de sa promesse... Nizan, Les Chiens de garde,1932, p. 53.
Rem. Écartement* est plus empl. dans l'accept. gén. de B.
Prononc. et Orth. : [eka:ʀ]. Littré : ,,le t ne se lie jamais``. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [Ca 1175 escard « expédient, faux-fuyant »? (ou faute de copiste pour esgard « résolution, détermination »?) (B. de Ste-Maure, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 11452)]. A. 1. Ca 1200 « entaille, incision » (Renaut de Montauban, 142, 31 ds T.-L.); 2. 1274 « distance séparant deux choses » (C'est Jehan Moriel, Chirog., A. Tournai ds Gdf. Compl.); 3. 1680 « terme de danse » (Rich.); 1739-47 grand écart (Caylus, Œuvres badines, Paris, Visse, X, 180); 4. 1864 fig. « différence entre deux grandeurs ou valeurs » (Littré). B. 1247 « endroit écarté » (Est. de Goz, Vil. de Verson, fo68 vods Gdf. Compl.); ca 1450 à l'escart (Mistere du viel Testament, éd. J. de Rothschild, 4476). C. 1. 1655 « action de s'écarter des règles de la morale, de la bienséance » (Molière, L'Etourdi, I, 4); 2. 1688 « faire des digressions, s'écarter du sujet » (Mmede Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, t. VIII, p. 241); 3. 1793-94 ici en parlant du style (C. Desmoulins, Le Vieux cordelier, p. 47). Déverbal de écarter1*. Bbg. Archit. 1972, p. 132. − Dubuc (R.). La Planification à long terme ds l'entr. Meta. 1974, t. 19, p. 211. − Gottsch. Redens. 1930, p. 310. − Pauli 1921, p. 6. − Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 407.

ÉCART2, subst. masc.

JEUX (cartes). Action d'écarter, de rejeter une ou plusieurs cartes; p. méton., ensemble des cartes qui ont été écartées. Faire son écart; (ne pas) toucher à son écart. Une querelle éclatait, entre Mouret et MmeFaujas, sur un quatorze de rois annoncé à tort ou sur une carte reprise dans un écart (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 974).
Prononc. et Orth. Cf. écart1. Étymol. et Hist. 1606 « cartes éliminées du jeu » (Nicot); av. 1611 « action d'écarter une carte de son jeu » (L'Estoile, Mém., 2ep., p. 636 ds Gdf. Compl.). Déverbal de écarter2*.

ÉCART3, subst. masc.

CONSTR. Assemblage, jonction de deux pièces (de bois, etc.) qui s'encastrent l'une dans l'autre.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. (sauf Ac. 1798-1932) et ds Will. 1831, Bonn.-Paris 1859, Bouillet 1859, Jossier 1881, Bach.-Dez. 1882, Soé-Dup. 1906, Forest. 1946, Gruss 1952.
Prononc. : [eka:ʀ]. Étymol. et Hist. 1694 (Corneille). Orig. obsc. Peut-être à rapprocher de l'a. fr. equerve (1559, esquerues cité ds Poppe, p. 238), lui-même d'orig. inc. (cf. FEW t. 23, 127, p. 100 b).
STAT. − Écart1, 2 et 3. Fréq. abs. littér. : 1 637. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 813, b) 1 984; xxes. : a) 2 516, b) 2 837.

Écart : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCART1, subst. masc.

Action d'écarter, de s'écarter; résultat de cette action.
A.− [P. réf. à une direction assignée, à un lieu donné]
1. [P. réf. à un certain espace matériel] Action de s'éloigner volontairement ou non à quelque distance; résultat de cette action. Il redressait un écart de ses chiens ou les ralliait (Fromentin, Dominique,1863, p. 5).La ligne de son itinéraire suivait à peu près le cent trente et unième méridien, et, par conséquent, faisait un écart de sept degrés à l'ouest de celui de Burke (Verne, Enf. cap. Grant,t. 2, 1868, p. 118).
a) Loc. À l'écart (de + subst.). Ils travaillaient ensemble, tout en haut d'une tourelle, à l'écart du bruit (Flaub., Trois contes,St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 83).Au fig. Impossibilité de se poser solidement à l'écart, à distance, de se tenir « sur son quant à soi », dans un état d'opposition ou même de simple indifférence (Sarraute, Ère soupçon,1956, p. 34).Être, rester, (se) tenir à l'écart. La maison est à l'écart, personne au monde n'y viendra (Zola, Débâcle,1892, p. 610).Me tenant à l'écart de mes camarades et ne fréquentant guère qu'Abel, je vivais avec la pensée d'Alissa (Gide, Porte étr.,1909, p. 530).Au fig. Rester à l'écart, c'est agir comme un individualiste (Martin du G., J. Barois,1913, p. 245).Emmener, mettre, prendre, tirer à l'écart. Il croit Bouvard coupable, le prend à l'écart, et l'engage à céder (Flaub., Bouvard,t. 2, 1880, p. 192).
b) En partic. [Gén. en parlant d'un cheval] Faire un écart. S'écarter brusquement. Mon cheval, qui est un animal difficile, a fait un écart et m'a envoyé à dix pas (Dumas père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 529).P. anal. Il n'y a pas que les chevaux et les mulets à qui il faille des œillères pour marcher sans écart (France, Jard. Épicure,1895, p. 121).
c) Spécialement
BALIST. Déviation par rapport à une trajectoire moyenne idéale. Rendant son pistolet au garçon, et bouchant avec les doigts deux trous dans le carton, un peu éloignés des autres : − Vois-tu, sans ces deux écarts-là, ce serait un carton à encadrer (Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 267).La table de tir proprement dite [indique] (...) en regard des portées prises comme argument (...) les (...) écarts moyens en portée, en dérivation, en hauteur, angles de chutes (Ledieu, Cadiat, Nouv. matér. nav.,1890, p. 15).
COURSES (de taureaux, en partic. course landaise). L'homme attendait, jusqu'au moment où, prêt à être transpercé, d'un bond à droite ou à gauche il évitait la bête qui, emportée dans son élan, le dépassait. Ce fut l'origine de nos « courses landaises ». De ce bond est venu ce que nous appelons « l'écart », partie fondamentale de ce spectacle (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 14).
HABITAT. Localité, habitation écartée (cf. écarté1II B), isolée. La ville compte cent quarante feux, trois écarts et la maison du garde (Audiberti, Ampélour,1937, p. 93).Chacune d'elles [les maisons], à elle seule, constitue un « écart », un monde clos (Genevoix, Assassin,1948, p. 38).
MÉD. VÉTÉR. [Gén. à propos d'un cheval et sans doute p. réf. à A 1 en partic.] Entorse de l'épaule.
2. [P. réf. à une norme, une échelle de valeurs] (Quasi-)synon. déviation, variation; erreur, faute.
a) Domaine physique.Mon estomac éprouvé par quelques légers écarts de régime est faible (Maine de Biran, Journal,1817, p. 23).Élèves (...) incommodés par les écarts excessifs de température ou par l'humidité des lieux (Bourgat, Tech. danse,1959, p. 23).P. métaph. La machine 608, trop neuve, dont les caprices, les écarts de jeunesse le surprenaient (Zola, Bête hum.,1890, p. 283).
En partic., STAT. Variation d'une donnée par référence à un comportement idéal. Écart absolu, moyen, probable. La caractéristique la plus systématique qu'on puisse donner de la variation étudiée, c'est l'écart-étalon (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 2, 1931, p. 485).Les écarts observés ne sont jamais significatifs par rapport aux écarts probables (Amadou, Parapsychol.,1954, p. 277):
1. Le rapport entre l'écart observé et l'écart prévu − ou écart type − donne une valeur que l'on désigne en statistique sous le nom de valeur T... Amadou, Parapsychol.,1954p. 161.
b) Domaine intellectuel, moral.Écart de langage. Un écart de mon imagination qui se trompe (Balzac, Corresp.,1822, p. 168).Elle déplore (...) les écarts de conduite du prochain, tout en se réjouissant secrètement d'avoir un concurrent de moins sur le sentier des vertus domestiques (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 159):
2. ... les grammairiens du temps s'amusaient à montrer l'inconséquence, les fautes du langage, tel que le peuple l'a fait, et à corriger les écarts de l'usage par la raison logique, sans s'apercevoir que les tours qu'ils voulaient supprimer étaient plus logiques, plus clairs, plus faciles que ceux qu'ils voulaient y substituer. Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 27.
B.− P. ext. [À propos de choses formant un ensemble] Action de repousser volontairement ou non plusieurs personnes ou plusieurs choses à une certaine distance l'une de l'autre; résultat de cette action.
1. Domaine physique.Son rire riait si franchement, dans un écart des lèvres, montrant toutes les dents (Estaunié, Simple,1891, p. 53).Écart entre les températures mortelles aux semences et celles qui tuent les organismes développés (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 67).P. ext. Dans l'écart des deux collines, un brouillard de toits gris, de flèches, de coupoles qu'on lui dit être Paris (A. Daudet, Fromont jeune,1874, p. 213).
Spécialement
a) BLAS. Synon. écartelure*.
b) DANSE. Faire un écart. Porter le pied de côté. Faire le grand écart. Écarter les jambes jusqu'à ce que les cuisses touchent le sol :
3. Les deux femmes (...) faisaient avec leurs jambes des mouvements surprenants (...) les écartant comme si elles se fussent ouvertes jusqu'à mi-ventre, glissant l'une en avant, l'autre en arrière, elles touchaient le sol de leur centre par un grand écart rapide, répugnant et drôle. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Masque, 1889, p. 1160.
c) MUS. Espace, distance entre deux notes. Dans l'enseignement de l'harmonie, les É[carts] au-delà de l'octave ne sont pas admis entre les parties supérieures, et ils sont tolérés jusqu'à la quinzième, entre la basse et le ténor (Brenet, Dict. prat. et hist. mus.,1926, p. 126).
2. Domaine intellectuel.Écart extraordinaire entre une minorité de privilégiés et une immense majorité de serviteurs et d'opprimés (Gaultier, Bovarysme,1902, p. 117):
4. Nous vivons dans un temps où les philosophes s'abstiennent. Ils vivent dans un état de scandaleuse absence. Il existe un scandaleux écart, une scandaleuse distance entre ce qu'énonce la philosophie et ce qui arrive aux hommes en dépit de sa promesse... Nizan, Les Chiens de garde,1932, p. 53.
Rem. Écartement* est plus empl. dans l'accept. gén. de B.
Prononc. et Orth. : [eka:ʀ]. Littré : ,,le t ne se lie jamais``. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. [Ca 1175 escard « expédient, faux-fuyant »? (ou faute de copiste pour esgard « résolution, détermination »?) (B. de Ste-Maure, Ducs de Normandie, éd. C. Fahlin, 11452)]. A. 1. Ca 1200 « entaille, incision » (Renaut de Montauban, 142, 31 ds T.-L.); 2. 1274 « distance séparant deux choses » (C'est Jehan Moriel, Chirog., A. Tournai ds Gdf. Compl.); 3. 1680 « terme de danse » (Rich.); 1739-47 grand écart (Caylus, Œuvres badines, Paris, Visse, X, 180); 4. 1864 fig. « différence entre deux grandeurs ou valeurs » (Littré). B. 1247 « endroit écarté » (Est. de Goz, Vil. de Verson, fo68 vods Gdf. Compl.); ca 1450 à l'escart (Mistere du viel Testament, éd. J. de Rothschild, 4476). C. 1. 1655 « action de s'écarter des règles de la morale, de la bienséance » (Molière, L'Etourdi, I, 4); 2. 1688 « faire des digressions, s'écarter du sujet » (Mmede Sévigné, Lettres, éd. M. Monmerqué, t. VIII, p. 241); 3. 1793-94 ici en parlant du style (C. Desmoulins, Le Vieux cordelier, p. 47). Déverbal de écarter1*. Bbg. Archit. 1972, p. 132. − Dubuc (R.). La Planification à long terme ds l'entr. Meta. 1974, t. 19, p. 211. − Gottsch. Redens. 1930, p. 310. − Pauli 1921, p. 6. − Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 407.

ÉCART2, subst. masc.

JEUX (cartes). Action d'écarter, de rejeter une ou plusieurs cartes; p. méton., ensemble des cartes qui ont été écartées. Faire son écart; (ne pas) toucher à son écart. Une querelle éclatait, entre Mouret et MmeFaujas, sur un quatorze de rois annoncé à tort ou sur une carte reprise dans un écart (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 974).
Prononc. et Orth. Cf. écart1. Étymol. et Hist. 1606 « cartes éliminées du jeu » (Nicot); av. 1611 « action d'écarter une carte de son jeu » (L'Estoile, Mém., 2ep., p. 636 ds Gdf. Compl.). Déverbal de écarter2*.

ÉCART3, subst. masc.

CONSTR. Assemblage, jonction de deux pièces (de bois, etc.) qui s'encastrent l'une dans l'autre.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. (sauf Ac. 1798-1932) et ds Will. 1831, Bonn.-Paris 1859, Bouillet 1859, Jossier 1881, Bach.-Dez. 1882, Soé-Dup. 1906, Forest. 1946, Gruss 1952.
Prononc. : [eka:ʀ]. Étymol. et Hist. 1694 (Corneille). Orig. obsc. Peut-être à rapprocher de l'a. fr. equerve (1559, esquerues cité ds Poppe, p. 238), lui-même d'orig. inc. (cf. FEW t. 23, 127, p. 100 b).
STAT. − Écart1, 2 et 3. Fréq. abs. littér. : 1 637. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 813, b) 1 984; xxes. : a) 2 516, b) 2 837.

Écart : définition du Wiktionnaire

Nom commun 1

écart \e.kaʁ\ masculin

  1. Action par laquelle deux parties d’une chose s’écartent plus ou moins l’une de l’autre.
  2. (Médecine vétérinaire) Entorse de l’articulation antérieure du cheval, du bœuf, etc.
    • Ce cheval s’est donné un écart.
  3. Action de s’éloigner (de la direction qu’on doit suivre).
    • […] Blanchette […] fit un écart terrible, et, bondissant en avant, envoya son conducteur rouler les quatre fers en l’air, toutes paumes ouvertes, en plein milieu du taillis. — (Louis Pergaud, L’Argument décisif, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Une table pour deux, un peu à l’écart de préférence.
  4. Variations qui se produisent dans un mécanisme.
    • Les écarts d’une montre, d’un thermomètre.
  5. (Figuré) Action de s’écarter de la raison, de la morale ou des bienséances.
    • Sans mentir et sans se leurrer aussi, il pouvait, en toute sécurité, s’écrier ; « Seigneur, j’ai aimé la beauté de votre maison et le lieu où habite votre gloire. » C’était la seule compensation qu’il pût proposer au Père, de ses contumélies et de ses mésaises, de ses écarts et de ses chutes. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • On peut comprendre qu’un hitlérien, jeune et fanatique, placé à l’improviste devant un français, se laisse aller aux pires écarts de langage. Ce qui semble bizarre, c’est qu’il vienne si vite à Canossa et qu’il fasse si complète amende honorable. — (Xavier de Hauteclocque, La tragédie brune, Nouvelle Revue Critique, 1934, p.88)
  6. (Économie) Différence, retard, intervalle, etc.
    • C’est un bon métier que celui de prophète, mais à la condition d’y éviter les trop grosses bourdes et de ne pas montrer aux simples mortels combien est peu sensible parfois l’écart entre une prédiction et une bévue. — (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.39)
  7. (Statistique) Valeur absolue d’une différence.
    • L’écart à la tendance centrale. — (Gérard CALOT, Cours de statistique descriptive, Dunod, 1969, p.51)
  8. (Cartographie) Localité éloignée de l’agglomération principale d’une commune, moins important qu’un hameau« Glossaire de cartographie », dans le Bulletin du Comité Français de Cartographie, mars-juin 1990, nos 123-124, Paris (2e édition), ouvrage placé sous licence CC BY-SA 4.0 et intégré au Wiktionnaire grâce à un don du Comité Français de Cartographie..
    • Dans ceux de Vouziers et d'Attigny, on la limite aux villages de Tourcelles-Chaumont, Quilly et Chardeny, trois communes aujourd'hui distinctes, mais réunies en 1828 en une seule municipalité. Tourcelles avait alors comme sections ou écarts : Chaumont, Quilly, Chardeny, le moulin de Chartogne, le Cloux et le Chauffour : c'est toute la région qui nous occupe. — (Octave Guelliot, Géographie traditionnelle et populaire du département des Ardennes, E. Nourry, 1931, p. 47)
    • De même, pour le département de Seine-et-Marne, le dictionnaire topographique paru en 1954 permet de relever les noms de 87 localités disparues : 4 seulement sont données pour paroisses ou villages ; les autres sont des hameaux ou encore des écarts de 3 ou 4 maisons. — (Jean-Marie Pesez et Emmanuel Le Roy Ladurie, Les villages désertés en France : vue d'ensemble , dans Économies, Sociétés, Civilisations, 1965, vol.20, n° 2, p. 261)
    • La commune peut ne comprendre qu’un chef-lieu, ainsi dans l’ouest aux abords de la Beauce, Desmonts et Courcelles, ou, un chef-lieu et une multitude d’écarts (maisons isolées, groupements élémentaires et localités autres que le chef-lieu…), dans le pays bocager aux allures de Puisaye. Lorris n’en compte pas moins de 83 et Montereau 111. — (Bruno Martinet, Maisons et paysages du Loiret, Nonette : Éditions Créer, 1988, page 25)
  9. (Sériciculture) Ce que l’on rejette des chambres des vers à soie.
  10. (Finance) Sur un marché d’instruments financiers, écart mesuré en taux d’intérêt entre les conditions qu’obtiendraient pour des opérations similaires des émetteurs différents.
  11. (Sports hippiques) Mouvement latéral brutal et incontrôlé d'un cheval pendant une course.
  12. (Bowling) Un split, résultat obtenu quand le premier lancer abat les quilles centrales séparant en deux les quilles restantes.[1] Voir aussi w:Split (bowling).

Nom commun 2

écart \e.kaʁ\ masculin

  1. (Marine) Jonction entre deux plaques de métal sur la coque d'un navire, ou sur sa chaudière.
  2. (Technique) Jonction entre deux pièce de bois.
  3. Morceau de grès utilisés en tant que revêtement de sol.

Nom commun 3

écart \e.kaʁ\ masculin

  1. (Héraldique) Écartelure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Écart : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCART. n. m.
Action par laquelle deux parties d'une chose s'écartent plus ou moins l'une de l'autre. Faire le grand écart, Écarter les jambes au point que les cuisses touchent le sol. En termes d'Art vétérinaire, il se dit d'une Entorse de l'articulation antérieure du cheval, du bœuf, etc. Ce cheval s'est donné un écart.

À L'ÉCART, loc. adv. À une certaine distance. Se tenir à l'écart dans une conversation. Mettre, tenir quelqu'un à l'écart. Tirer quelqu'un à l'écart. Par analogie, À l'écart de, se dit à propos d'une Maison, d'une localité éloignée de l'agglomération principale d'une commune. Sa villa est à l'écart du village.

ÉCART signifie encore Action de s'éloigner de la direction qu'on doit suivre. Son cheval prit peur et fit un brusque écart. En termes de Danse, Faire un écart, Porter le pied de côté. Il désigne aussi les Variations qui se produisent dans un mécanisme. Les écarts d'une montre, d'un thermomètre. Il signifie au figuré Action de s'écarter de la raison, de la morale, des bienséances. Les écarts de l'imagination. Se permettre des écarts. On avait à lui reprocher certains écarts de conduite. Les écarts de la jeunesse.

Écart : définition du Littré (1872-1877)

ÉCART (é-kar ; le t ne se lie jamais ; un é-kar habile ; au pluriel, l's ne se lie pas : des é-kar habiles ; cependant quelques-uns la lient : des é-kar-z habiles) s. m.
  • 1 Terme de jeu. Les cartes dont le joueur se défait. Faire son écart. Regardez l'écart. Je ne sais si souvent vous jouez au piquet ; Mais au moins faites-vous des écarts admirables, Molière, l'Étour. IV, 8.
  • 2À l'écart, loc. adv. En un lieu détourné, écarté. Nous pouvons à l'écart, sur ces rives du Phase, Parler en sûreté du feu qui vous embrase, Corneille, Tois. d'or, II, 1. Il va mourir à l'écart sur la montagne, Massillon, Av. Divinité de J. C.

    À part. Je vous demande que nous nous tirions à l'écart, Molière, Sicil. 13. Il se tenait à l'écart, n'osait lever les yeux sur elle, Hamilton, Gramm. 8. Elle prit à l'écart Mentor pour le faire parler, Fénelon, Tél. VII.

    Se jeter à l'écart, faire des digressions, s'écarter du sujet. Il se jette à l'écart à tout moment, Sévigné, 476.

    Mettre à l'écart, mettre en réserve. Il met à l'écart une partie de son revenu pour les besoins imprévus.

    Mettre à l'écart, faire abstraction, ne pas tenir compte. J'ai trop mis à l'écart le nom d'impératrice, Corneille, Pulch. IV, 2.

    Mettre, laisser quelqu'un à l'écart, ne pas le faire participer à un avantage, à une affaire, etc. Et celle qu'à l'écart laissera cet arrêt, Molière, Mélic. I, 4.

    Mettre à l'écart, se dit aussi de choses qu'on n'emploie pas. À l'égard de la collection des actes publics d'Angleterre par Thomas Rymer, il n'y a qu'à la parcourir pour être convaincu qu'il a mis beaucoup de pièces à l'écart, Saint-Foix, Ess. Paris, Œuvres, t. V, p. 6.

  • 3Action de s'écarter de sa direction, de se jeter de côté. Son cheval a eu peur, il a fait un écart.

    Terme de danse. Mouvement du pied pour se jeter de côté. Faire un écart.

  • 4 Terme de vétérinaire. Entorse de l'articulation des membres antérieurs du cheval, accompagnée de claudication, et devant son nom à ce qu'on croyait autrefois que la cause qui produisait cette lésion écartait le membre du thorax. L'écart très léger s'appelle faux écart, et celui qui est porté au plus haut degré, entr'ouverture.
  • 5 Terme de critique littéraire. Espèce de vide entre deux idées qui n'ont point de liaison intermédiaire ou de transition, et que l'on approuve néanmoins dans la poésie lyrique quand il ne nuit pas à la clarté. Les écarts ne doivent se trouver que dans les sujets qui peuvent admettre des passions vives, parce qu'ils sont l'effet d'une âme troublée, Batteux, De la poésie lyrique, ch. III.
  • 6Digression excessive, développement étranger au sujet que l'on traite. Les écarts d'un avocat.
  • 7Toute action par laquelle on s'écarte de la raison, de la morale, de la bienséance, etc. Vous êtes si fertile en pareils contre-temps, Que vos écarts d'esprit n'étonnent plus les gens, Molière, l'Étour. I, 5. Faut-il l'abandonner à lui-même, au moment qu'il fait les plus grands écarts ? Rousseau, Ém. IV. Adieu donc, quittez-vous ; cette privation Expiera ses écarts et sa rébellion, Lemercier, Frédég. et Brun. IV, 2. Il [l'Empereur] s'attacha à leur persuader l'utilité, la justice et la nécessité de cette guerre [la guerre de Russie] ; mais l'un d'eux surtout l'interrompait avec impatience ; car, dès qu'une discussion était établie, Napoléon en souffrait les écarts, Ségur, Hist. de Nap. II, 2.
  • 8Localité écartée. … il soit incessamment dressé des états de tous les hameaux et écarts, des villes, bourgs et paroisses de leurs départements, Déclarat. du Roi, 4 mai 1688. Les remaniements des circonscriptions postales ont atteint près de dix mille communes rurales, sans compter les écarts et hameaux qui en dépendent, Dictionn. des postes aux lettres, Avertissement, 1845.
  • 9 Terme de marine. Jonction de deux pièces de bois ou de deux bordages entaillés.

    Jonction de laizes de toile, qui se rejoignent dans leur longueur, soit bout à bout, soit lorsqu'il il y a lieu à remplacer de la toile.

  • 10 Terme de paveur. Fragments de grès propres à revêtir les fournils, etc.

    Terme de charpente. La longueur dont les bois se croisent dans les entures et les assemblages.

HISTORIQUE

XVe s. Et cil qui voit sa femme aller En lieu de gibier à l'escart, A-, t-il cause de grumeler ? Coquillart, dans le Dict. de DOCHEZ.

XVIe s. Il emplissoit les villes et places fortes qqi estoient à l'escart, d'armes, d'argent et de bons combatans, Amyot, P. Aem. 13. Loing de ses gens se retirant à part, S'en va plorer chaudement à l'esquart, Amyot, Comment il faut lire les poët. 33. Craignant que le chagrin dans lequel il estoit ne luy fist faire quelque escart, Mém. de Dug. ch. 32. Ils sont allez la placer sur un rochier à l'escart, emmy des ronces, Montaigne, I, 176. À l'escart lui estant venu encore un roy, il fit son reste, D'Aubigné, Faen. IV, 10. À la veue de quoi trois autres compagnies qui devoient armer la queue du Prince, prirent l'escart, D'Aubigné, ib. III, 273. Ni d'un pré l'oisiveté, Ni l'escart [solitude] d'un rivage, Ne nous met à sauveté De l'amoureux servage, Yver, p. 575.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. ÉCART. Ajoutez :
11Se dit de la quantité plus ou moins grande dont le résultat de toute observation et de toute expérience diffère d'un résultat moyen qui est considéré comme celui qu'on devait obtenir ; cette considération s'applique aux mesures de toute espèce, angulaires, linéaires, etc. ; dans l'ordre des phénomènes physiques, elle s'applique, en particulier, au tir des armes à feu. L'écart moyen est la moyenne des écarts mesurés à partir du résultat moyen obtenu. L'écart probable est celui qui n'est dépassé qu'une fois sur deux.
12Ce qu'on rejette des chambres des vers à soie. Des brocanteurs parcourent les villes et les campagnes, recherchant avec avidité les écarts des graisseurs… les écarts sont les toiles, pontes ou cellules reconnues, après examen microscopique ou autre, malades dans de fortes proportions, Messager du Midi, 3 mars 1877.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « écart »

Étymologie de écart - Littré

Voy. ÉCARTER ; ital. scarto, écart aux cartes.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de écart - Wiktionnaire

(Nom commun 1) Déverbal sans suffixe de écarter.
(Nom commun 2) Déverbal de écarver.
(Nom commun 3) Déverbal de écarteler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « écart »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
écart ekar play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « écart »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « écart »

  • L’écart entre Red Bull et Mercedes était déjà d’une demie seconde à l’issue de la première séance de qualifications de l’année F1only.fr - l'actu de la F1 en 2020, F1 - Verstappen n'est pas encore inquiet de l'écart d'une demie seconde avec Mercedes | F1only.fr - l'actu de la F1 en 2020
  • Battu par Valtteri Bottas, Lewis Hamilton soulignait toutefois l'écart creusé par les monoplaces de la marque à l'étoile face à la concurrence emmenée par Red Bull Racing. autohebdo.fr, F1 - Hamilton ne s'attendait pas à un tel écart face à la concurrence
  • Avec ou sans la VAR, l’écart reste le même entre le Real Madrid et le FC Barcelone en tête de la Liga. Onze Mondial, Barça / Real Madrid : l’écart sans la VAR en tête de la Liga
  • Les jours de Mattéo Guendouzi (21 ans) à Arsenal semblent comptés. Le milieu de terrain français a été écarté de l'équipe première par Mikel Arteta depuis son geste d'humeur sur son compatriote Neal Maupay, le 20 juin dernier à l'issue du match perdu face à Brighton (2-1). L'ancien Lorientais ne s'entraîne plus en compagnie de ses coéquipiers et doit se contenter de séances, seul, selon The Athletic. RMC SPORT, Arsenal: Guendouzi mis à l’écart par Arteta
  • Quand on veut embrasser une femme frigide, on a l'air de vouloir écarter de la neige. De Jules Renard / Journal
  • Celui qui attend que tout danger soit écarté pour mettre les voiles, ne prendra jamais la mer. De Thomas Fuller
  • Ne t'écarte pas des futurs possibles avant d'être certain que tu n'as rien à apprendre d'eux. De Richard Bach / Illusions
  • On a beau se tenir à l'écart, les gens finissent toujours par vous mêler à leurs intrigues. De August Strindberg / La Danse de mort
  • Un peu de philosophie écarte de la religion et beaucoup y ramène. De Antoine de Rivarol / Maximes, pensées et paradoxes
  • L'esprit vit de différence, l'écart existe, la plénitude le laisse inerte. De Paul Valéry
  • Tous nos actes visent à écarter de nous la souffrance et la peur. De Epicure / Lettre à Ménécée
  • En toutes choses, le plaisir croît à raison du péril qui devrait nous en écarter. De Sénèque / De beneficiis
  • Le même âge pour un couple, c’est un écart qui ne se rattrape pas. De Jean Poiret
  • La technique nous écarterait-elle de notre passé, au point de nous le rendre inintelligible ? De Alexis Philonenko
  • Celui qui a écarté la convoitise, la haine et la sottise, ressemble à un miroir frotté. De Bouddha
  • Une minute d'écart, ça peut se transformer en années de placard. De Michel Audiard

Images d'illustration du mot « écart »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « écart »

Langue Traduction
Corse differenza
Basque aldea
Japonais
Russe разница
Portugais diferença
Arabe فرق
Chinois 区别
Allemand unterschied
Italien differenza
Espagnol diferencia
Anglais difference
Source : Google Translate API

Synonymes de « écart »

Source : synonymes de écart sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « écart »



mots du mois

Mots similaires