Distance : définition de distance


Distance : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DISTANCE, subst. fém.

I.− [Concerne l'espace]
A.−
1. Intervalle mesurable qui sépare deux objets, deux points dans l'espace; espace qu'on franchit pour aller d'un lieu à un autre. Calculer, parcourir une distance (en quelques heures). Sur un taximètre la distance nous est présentée transformée déjà en « shillings » et en « pence » (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 163):
1. « (...) Quatre jours plus tôt, le vendredi 2 octobre, Wright a établi le record de distance. Il a couvert 60 kilomètres 600 et tenu l'air pendant 1 h 31' 25" ... » Romains, Les Hommes de bonne volonté,1932, p. 29.
SYNT. Distance entre une ville et une autre, d'un lieu à un autre; distance de trois kilomètres, trois kilomètres de distance; à une certaine, à une faible distance; apprécier, déterminer une distance, franchir une distance (en quelques heures).
Spéc. ASTRON. Distance angulaire*; distance aphélie*, périphélie*, polaire*, zénithale*. GÉOM. Distance d'un point à une droite, d'un point à un plan. Longueur de la perpendiculaire abaissée du point sur la droite ou sur le plan. MUS. Synon. moins fréq. de intervalle (cf. Arts et litt., 1935, p. 3808).OPT. Distance focale*. SP. Longueur d'une course (cf. Lar. Lang. fr.)
Locutions
a) Loc. adj.
À distance. De loin, sans contact direct, par l'intermédiaire de quelque chose. Manipulation à distance, commande à distance. Les boutiquières de Paris ne s'étonnent jamais de ces amours à distance, qui sont des plus fréquents (Nerval, Illuminés,1852, p. 195):
2. De lui [le corps] émanent nos vraies lumières, et même les seules, qui sont nos besoins et nos appétits, par lesquels nous avons une sorte de perception « à distance » et superficielle de l'état de notre intime structure. Valéry, Suite,1934, p. 172.
P. ext. (rare). Parent à distance. À un degré éloigné. Notre peintre est parent, quoique à distance, de Martin Schoen et d'Albert Dürer (Taine, Philos. art,t. 2, 1865, p. 31).
À longue, à courte distance. Canon, tir à/de longue, courte distance. De grande ou de faible portée; transport à longue distance. Entre des lieux très éloignés. De longue distance. C'était un express de longue distance, sans clientèle locale (Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 297).
b) Loc. adv.
À distance. De loin. Il continuait à distance ses enseignements commencés aux Trembles (Fromentin, Dominique,1863, p. 102).Certaines fleurs, grâce à un ressort, aspergent à distance l'insecte inconsciemment complice et décontenancé (Proust, Sodome,1922, p. 629).
Au loin. Pour éviter le premier choc de la réaction il passa quelques années à distance (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 149).
P. métaph. :
3. Placé ainsi au dehors et à distance de ses personnages, le romancier peut adopter des procédés allant de celui des behavioristes à celui de Proust. Sarraute, L'Ère du soupçon,1956, p. 109.
À distance respectueuse. Assez loin (par respect ou par crainte). Se tenir, s'incliner à distance respectueuse. Il s'assit à distance respectueuse avec ses enfants pendant que le médecin remplissait ses rites (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 211).De distance en distance. De place en place. Placer, planter, poser, semer de distance en distance (cf. arbuste ex. 1).Les jeunes sapins plantés de distance en distance qui avaient marqué le chemin étaient presque tous tombés (Hémon, M. Chapdelaine,1916p. 26).
c) Loc. prép. À distance de [+ compl. précisant la mesure de l'intervalle]Les équipes se faisaient face, à distance de fléau les unes des autres (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 51).À distance de [+ compl. indiquant que l'intervalle permet une action, une perception]Les 1eret 2ecorps qui devaient opérer à l'est de Verdun (...) se rapprochaient pour entrer en ligne, et s'établir à distance d'assaut (Joffre, Mém.,t. 2, 1931, p. 68).Quand l'objet du besoin est présent à nos sens, et principalement à distance de vue et d'ouïe, alors il est un excitant (Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 92).À égale distance de, à mi-distance de. Au milieu de l'intervalle qui sépare deux choses. Des îles (...) se trouvant situées à peu près à distance égale de ses [de l'Espagne] possessions d'Amérique et d'Asie (Voy. La Pérouse,1797, p. 31).
2. En partic. Écart maintenu entre des personnes. Elle avait accéléré l'allure, et il avait du mal à garder sa distance sans courir (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 858).
Le plus souvent au plur. Intervalle entre soi et ses voisins en étendant les bras. Garder, conserver, prendre sa/ses distance(s). On les aurait dits à la parade, soucieux de conserver leurs distances, tandis qu'ils s'avançaient d'un train fou (Zola, Débâcle,1892, p. 308).
Tenir à distance. Empêcher d'approcher. Une varlope, tournoyante autour de sa tête, tenait à distance les assistants (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p. 343).
Au fig. Empêcher toute familiarité :
4. ... pour les godelureaux j'ai bien su, d'une mine froide, réservée et discrète, les tenir à distance comme il convient... Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 139.
3. P. ext. Étendue, vaste espace; éloignement. Assourdi, estompé par la distance. Des dunes que bleuit la distance (Du Camp, Hollande,1859, p. 75).La steppe orientale où les sonorités s'étouffent dans l'illimité des distances et le feutrage de la neige (Proust, Prisonn.,1922, p. 382).
Dans la distance. Dans le lointain. Montagnes vertes avec terre jaune dans la distance (E. Delacroix, Journal,1832, p. 132).La chaîne libyque, perdue dans la distance et noyée dans la lumière (Fromentin, Voy. Égypte,1869, p. 67).
B.− Au fig.
1.
a) Différence entre des choses concrètes ou abstraites. Distance entre des caractères; distance morale. Le Gaulois mourant (...) montre, si on le compare aux statues d'athlètes, la distance qui sépare un corps inculte et un corps cultivé (Taine, Philos. art,t. 2, 1865, p. 195).Dans cet ensemble, les distances zoologiques entre formes sont nettement plus grandes qu'entre ordres de mammifères (Teilhard de Ch., Phénom. hum.,1955, p. 137):
5. Quoique Clotilde fût plus âgée de quelques mois que Régina, le développement du corps et de l'âme, plus rapide dans les jeunes filles du midi, toutes couvées qu'elles soient à l'ombre, avait effacé toute distance entre elles. Lamartine, Nouvelles confidences,1851, p. 154.
À égale distance de. Une sagesse de juste milieu, à égale distance des hardiesses philosophiques et des austérités fanatiques (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 245).
Littér. Toute(s) distance(s) gardée(s). En tenant compte des différences. Je sais qu'il y a, toute distance gardée, bien des rapports entre nous et Chateaubriand. Il était, au fond, sceptique comme nous (Goncourt, Journal,1860, p. 841).
b) Différence entre des personnes. Distances sociales; établir, marquer, garder les distances, rapprocher les distances; avoir, perdre le sentiment des distances. L'armée est le refuge du formalisme. (...) On y a une superstition bizarre des distances et des hiérarchies (Rivière, Corresp.[avec Alain-Fournier], 1906, p. 164).Le mot [bourgeois] n'était employé que par la noblesse qui entendait ainsi souligner une distance entre les gens bien nés et la roture dorée (Aymé, Confort,1949, p. 46):
6. ... il [le gentleman] sera toujours attentif à conserver les distances, à nuancer les égards, à observer toutes les gradations de la politesse conventionnelle, suivant le rang, l'âge, la situation des personnes. Amiel, Journal intime,1866, p. 224.
2. Réserve, recul vis-à-vis de quelqu'un ou de quelque chose (cf. distanciation). L'intimité avec les chimères, les distances avec les réalités (Giraudoux, Siegfried,1926, I, 5, p. 34).C'était donc vous, chez Charles Morgan, qui aviez pris assez de distance pour bien observer mon pays (Mauriac, Cah. noir,1943, p. 382):
7. Elle garde dans son comportement une distance qui fait frissonner, une effrayante indifférence, et cette immobile sérénité du visage, qui appartient au sommeil et à la mort. Morand, Rococo,1933, p. 93.
P. ext. Hauteur, dédain. Il affectait le sérieux, la froideur et la distance (Larbaud, Journal,1935, p. 363).Son regard était plein de distance (Jammes, Mém., t. 3, 1923, p. 134).
II.− [Concerne le temps] Intervalle qui sépare deux événements, deux époques. Dubois, puis le régent, disparurent, en 1723, à quelques mois de distance (Bainville, Hist. Fr.,t. 1, 1924, p. 274):
8. Il neige sur le jardin, sur les buissons qui verdissaient déjà. J'essaie de voir cela comme je le verrai plus tard, par le souvenir, avec les embellissements que prête la distance des années. Green, Journal,1943-46, p. 98.
De distance en distance. Par intermittence :
9. ... le ministre anglican prononçait des prières dont toute l'assemblée répétait avec lui les dernières paroles. Ces voix confuses, et néanmoins assez douces, venaient de distance en distance ranimer l'intérêt et l'émotion. Staël, Corinne,t. 2, 1807, p. 212.
Prononc. et Orth. : [distɑ ̃:s]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. [Ca 1175 « désaccord » (Benoit, Chr. Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 3850), seulement dans l'Ouest et en ang. au Moy. Âge]; 1. a) Ca 1223 « écart, intervalle (dans l'espace) » ici, fig. « degré de séparation entre deux personnes » (G. de Coincy, Mir. Vierge, éd. V. F. Kœnig, II, chast 10, 778); av. 1558 « degré de séparation entre deux choses » (St Gelais, Œuvres complètes, éd. P. Blanchemain, II, 58); 1844 garder sa distance (Balzac, Splend. et mis., p. 309); b) 1762 à quelque distance de (J.-J. Rousseau, Émile, éd. B. Gagnebin et M. Raymond, p. 865); c) 1827 sp. (Mack. t. 1, p. 133); 1877 prendre sa distance (Zola, Assommoir, p. 533); 2. ca 1450 « écart (dans le temps) » (Mistere du viel Testament, éd. J. de Rothschild, VII, 4191, I, 159). Empr. au lat. class.distantia « distance, éloignement », fig. « différence »; à rapprocher de 1 c l'angl. distance, terme de sp. (turf) dep. 1674 (NED). Fréq. abs. littér. : 5 215. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 9 219, b) 8 533; xxes. : a) 4 269, b) 7 172. Bbg. Encyclop. Dir. par J.-P. Bouhot. Informatique (L'). 1973, no37, p. 61. Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 64.

Distance : définition du Wiktionnaire

Nom commun

distance \dis.tɑ̃s\ féminin

  1. Intervalle ; longueur.
    • A peu de distance de Dinant, en Belgique, dans la vallée de la Lesse, il existe un assez grand nombre de ces grottes qui ont dû servir d’habitation ou de refuge à nos ancêtres ; […] — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 176)
    • Les îles Galapagos, mon escale prévue, n’étaient qu’à huit cent milles à vol d’oiseau, mais malgré la courte distance, c’était une longue traversée. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, 1929)
    • — Il faut bien que je selle mon cheval pour suivre monsieur. Monsieur peut être tranquille, je tiendrai ma distance à six pas. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
  2. (Par extension) Intervalle de temps.
    • Ce sont donc le lunettes d'Argand que nous emprunterons pour suivre, à cinquante millions d'années de distance, la genèse des Alpes. — (Pierre Rousseau, Histoire de la Terre, vol. 2 : Jeunesse de la Terre, Nouvelles Éditions Latines, 1950, page 63)
  3. (Figuré) Différence de nature, de statut ou de classe sociale.
    • Le syndicalisme se trouve engagé, en France, dans une propagande antimili­tariste qui montre clairement l’immense distance qui le sépare du socialisme parlementaire sur cette question de l’État. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.III, Les préjugés contre la violence, 1908, p.150)
    • La distance qui sépare l’homme civilisé de l’homme sauvage.
    • Il y a trop de distance entre vous, entre sa condition et la vôtre.
    • Le danger commun rapproche les distances.

Forme de verbe

distance \dis.tɑ̃s\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de distancer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de distancer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de distancer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de distancer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de distancer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Distance : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DISTANCE. n. f.
Intervalle d'un lieu à un autre, d'un objet à un autre, d'une personne à une autre. La distance d'une ville à l'autre, la distance entre ces deux endroits. J'étais à quelque distance de lui. À une grande distance. À égale distance les uns des autres. De distance en distance. Une bonne vue perçoit la distance aussi bien que la forme et la couleur. Calculer, mesurer une distance. Une distance de vingt mètres, de cent lieues. La distance qui nous sépare. Fig., Conserver, garder ses distances, Se tenir à sa place dans une troupe qui marche. Garder ses distances signifie aussi figurément Se tenir à la distance convenable, à une distance respectueuse, éviter la familiarité. Tenir à distance, Empêcher d'approcher. Le général tenait toujours l'ennemi à distance. Cela se dit aussi figurément pour exprimer une certaine réserve d'orgueil ou de dignité, qui repousse la familiarité. Il est de certaines gens qu'il est prudent de tenir à distance. Il se dit, par extension, d'un Intervalle de temps. Du siège de Troie à la naissance de JÉSUS-CHRIST, il y a une distance d'environ douze siècles. La distance qui sépare ces deux époques. Il s'emploie souvent au figuré, surtout pour exprimer Différence. Du Créateur à la créature, la distance est infinie. La distance qui sépare l'homme civilisé de l'homme sauvage. Il y a trop de distance entre vous, entre sa condition et la vôtre. Le danger commun rapproche les distances.

Distance : définition du Littré (1872-1877)

DISTANCE (di-stan-s') s. f.
  • 1Espace qui sépare un lieu d'un autre. La distance de Paris à Versailles est de dix-huit kilomètres. Il parcourut rapidement cette longue distance. Mais comme assez souvent la distance des lieux Affaiblit dans le cœur ce qu'elle cache aux yeux, Corneille, Tois. d'or, II, 1. Nous sommes trop éloignés ou trop proches pour être dans la distance qu'il faut pour en faire un juste discernement, La Bruyère, Disc. s. Théophr. Ils l'avaient accompagné jusqu'à une certaine distance de la caverne, Fénelon, Tél. XVIII. Tunnebrige est à la même distance de Londres que Fontainebleau est de Paris, Hamilton, Gramm. 10. Dans cette vaste domination, des courriers placés de distance en distance instruisaient rapidement la cour de tout ce qui arrivait dans les provinces les plus reculées, Raynal, Hist. phil. VI, 9. Le temps, qui accroît les forces, abrége les distances, Raynal, ib. VII, 18. Entre nous l'Océan mit en vain sa distance, Delavigne, Paria, II, 1.

    Terme de droit. Distance légale, éloignement en raison duquel les délais de justice sont calculés. Chaque distance de trois myriamètres augmente ces délais d'un jour.

    Terme d'art militaire. L'espace laissé entre les rangs ou les subdivisions d'une colonne, par opposition à l'intervalle qui est l'espace qui isole les groupes principaux d'une ligne de bataille.

    Terme d'astronomie. Distance apparente de deux astres, angle sous lequel on voit de la terre l'espace qui est entre eux. Distance polaire, zénithale d'un astre, la distance angulaire de cet astre au pôle, au zénith.

    Terme d'architecture. Point de distance, point d'où il faut considérer l'élévation d'un édifice pour en bien saisir l'ensemble.

    Terme de perspective. Point de distance, point de concours à l'horizon sous un angle de 45 degrés.

    Distance explosive, le plus grand intervalle qui puisse exister entre un corps conducteur électrisé et un corps à l'état neutre qui en soutire l'électricité par étincelle.

    Tenir à distance, empêcher d'approcher. Le général tenait toujours l'ennemi à distance. Tenez-le toujours à quelque distance de votre personne, Rousseau, Ém. v.

    Fig. Tenir à distance, repousser la familiarité par une réserve calculée. Je puis l'instruire au moins combien sa confidence Entre un sujet et lui doit laisser de distance, Racine, Brit. I, 2.

  • 2Intervalle qui sépare dans le temps. La distance entre l'établissement de l'empire à Rome et sa chute est d'environ quatre siècles et demi. Ceux que la distance des temps et des lieux éloigne de nos regards.
  • 3 Fig. La distance qu'il y a entre vouloir et faire. De le croire à l'aimer la distance est petite, Corneille, le Ment. IV, 9. Vous savez combien votre naissance Entre l'empire et vous avait mis de distance, Racine, Brit. IV, 2. Ce rang entre elle et vous met-il tant de distance ? Racine, Bérén. I, 1. La distance qu'il y a de l'honnête homme à l'habile homme s'affaiblit de jour à autre, La Bruyère, XII. Des distances l'amour peut rire, L'amitié n'en supporte point, Béranger, Cons. de Lise.

REMARQUE

On dit : la distance des lieux ; la distance d'un lieu à un autre ; la distance entre ces deux lieux.

HISTORIQUE

XIIIe s. Si font bien diverses distances, Sans mireors, grans descevances, Sembler choses entr'eus lointaines Estre conjointes et prochaines, la Rose, 18409.

XVIe s. Sylla les alla charger en ce trouble, ayant passé en diligence ce qu'il y avait de distance entre les deux armées, Amyot, Sylla, 40. Ce que je veux et ce que je merite Sont separés de si longue distance Que mes faveurs et ma force petite Font l'un à l'autre ennuy et resistance, Saint-Gelais, 131.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Distance : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

DISTANCE, s. f. (Géom. & Physiq.) ce mot signifie proprement le plus court chemin qu’il y a entre deux points, deux objets, &c. Donc la distance d’un point à un point, est toûjours une ligne droite tirée entre ces deux points, puisque la ligne droite est la plus courte qu’on puisse mener d’un point à un autre. Par la même raison la distance d’un point à une ligne, est une perpendiculaire menée de ce point à cette ligne.

On mesure les distances en Géométrie par le moyen de la chaîne, de la toise, &c. V. Chaine, & c.

On découvre les distances inaccessibles en prenant d’abord une longueur que l’on appelle base, & observant ensuite la grandeur des angles, que font les rayons visuels tirés des extrémités de cette base aux extrémités de ces distances inaccessibles. Voyez Planchette, Graphometre, &c. (O)

Distance se dit aussi d’un intervalle de tems & de qualité. Ainsi l’on dit la distance de la création du monde à la naissance de J. C. est de 4000 ans. La distance entre le Créateur & la créature est infinie.

Distance apparente des objets. La maniere dont nous en jugeons, est le sujet d’une grande question parmi les Philosophes & les Opticiens. Il y a six choses qui concourent à nous mettre à portée de découvrir la distance des objets, ou six moyens dont notre ame se sert pour former ses jugemens à cet égard. Le premier moyen consiste dans cette configuration de l’œil, qui est nécessaire pour voir distinctement à diverses distances.

Il ne peut y avoit de vision distincte, à moins que les rayons de lumiere qui sont renvoyés de tous les points de l’objet apperçu, ne soient brisés par les humeurs de l’œil, & réunis en autant de points correspondans sur la rétine. Or la même conformation de l’œil n’est pas capable de produire cet effet pour toutes les distances ; cette conformation doit être changée, & ce changement nous étant sensible, parce qu’il dépend de la volonté de notre ame, qui en regle le degré, nous met à portée en quelque façon de juger des distances, même avec un œil seul. Ainsi lorsque je regarde un objet, par exemple à la distance de sept pouces, je conçois cette distance par la disposition de l’œil, qui m’est non-seulement sensible à ce degré d’éloignement, mais qui est même en quelque sorte incommode ; & lorsque je regarde le même objet à la distance de 27 pouces, ce degré d’éloignement m’est encore connu, parce que la disposition nécessaire de l’œil m’est pareillement sensible, quoiqu’elle cesse d’être incommode. L’on voit par-là comment avec un seul œil nous pouvons connoître les plus petites distances, par le moyen du changement de configuration qui lui arrive. Mais comme ce changement de conformation a ses bornes, au-delà desquelles il ne sauroit s’étendre, il ne peut nous être d’aucun secours pour juger de la distance des objets placés hors des limites de la vision distincte, qui dans nos yeux ne s’étendent pas au-delà de 7 à 27 pouces. Cependant comme l’objet paroît alors plus ou moins confus, selon qu’il est plus ou moins éloigné de ces limites, cette confusion supplée au défaut du changement sensible de configuration, en aidant l’ame à connoître la distance de l’objet qu’elle juge être placé plus près ou plus loin, selon que la confusion est plus ou moins grande. Cette confusion elle-même a encore ses bornes, au-delà desquelles elle ne sauroit être d’aucun secours pour nous aider à connoître l’éloignement où se trouve l’objet que nous voyons confus ; car lorsqu’un objet est placé à une certaine distance de l’œil, & que le diametre de la prunelle n’a plus aucune proportion sensible avec cet objet, les rayons de lumiere qui partent d’un des points de l’objet, & qui passent par la prunelle, sont si peu divergens qu’on peut les regarder en quelque façon, sinon mathématiquement, au moins dans un sens physique, comme paralleles. D’où il s’ensuit que la peinture qui se fera de cet objet sur la rétine, ne paroîtra pas à l’œil plus confuse, quoique cet objet se trouve placé à une beaucoup plus grande distance. Les auteurs ne conviennent point entr’eux quel est ce degré d’éloignement, avec lequel le diametre de la prunelle n’a plus de rapport sensible.

Le second moyen plus général, & ordinairement le plus sûr que nous ayons pour juger de la distance des objets, c’est l’angle formé par les axes optiques sur cette partie de l’objet sur laquelle nos yeux sont fixés.

Nos deux yeux font le même effet que les stations dont les Géometres se servent pour mesurer les distances. C’est-là la raison pour laquelle ceux qui n’ont qu’un œil se trompent si souvent, en versant quelque liqueur dans un verre, en enfilant une aiguille, & en faisant d’autres actions semblables qui demandent une notion exacte de la distance.

Le troisieme moyen consiste dans la grandeur apparente des objets, ou dans la grandeur de l’image peinte sur la rétine. Le diametre de ces images diminue toûjours proportionnellement à l’augmentation de la distance des objets qu’elles représentent ; d’où il nous est facile de juger par le changement qui arrive à ces images, de la distance des objets qu’elles représentent, sur-tout si nous avons d’ailleurs une connoissance de leur grandeur. C’est pour cette raison que les Peintres diminuent toûjours dans leurs tableaux la grandeur des objets à proportion de l’éloignement où ils veulent les faire paroître. Mais toutes les fois que nous ignorons la véritable grandeur des corps, nous ne pouvons jamais former aucun jugement de leurs distances par le secours de leur grandeur apparente, ou par la grandeur de leurs images sur la retine. C’est ce qui fait que les étoiles & les planetes nous paroissent toûjours au même degré d’éloignement, quoiqu’il soit certain qu’il y en a qui sont beaucoup plus proches que les autres. Il y a donc une infinité d’objets dont nous ne pouvons jamais connoître la distance, à cause de l’ignorance où nous sommes touchant leur véritable grandeur.

Le quatrieme moyen, c’est la force avec laquelle les couleurs des objets agissent sur nos yeux. Si nous sommes assûrés que deux objets sont d’une même couleur, & que l’un paroisse plus vif & moins confus que l’autre, nous jugeons par expérience que l’objet qui paroît d’une couleur plus vive, est plus proche que l’autre. Quelques-uns prétendent que la force avec laquelle la couleur des objets agit sur nos yeux doit être en raison réciproque doublée de leurs distances, parce que leur densité ou la force de la lumiere décroît toûjours selon cette raison. En effet, la densité ou la force de la lumiere est toûjours en raison réciproque doublée des distances ; car puisqu’elle se répand sphériquement, comme des rayons tirés du centre à la circonférence, sa force à une distance donnée du centre de son activité doit être proportionnelle à la densité de ses rayons à cette distance. Mais il ne s’ensuit pas de-là que la force avec laquelle les objets agissent sur notre vûe décroisse de même selon cette proportion : la raison en est sensible ; car comme la force de la lumiere diminue par la distance de l’objet d’où elle part, de même la grandeur de l’image sur la rétine décroît aussi selon la même proportion ; & par conséquent cette image sera aussi vive & agira aussi fortement sur la rétine quand l’objet sera éloigné que quand il sera proche. D’où il s’ensuit que l’objet paroîtra à toute sorte de distance aussi clair & aussi lumineux, à moins qu’il n’y ait quelqu’autre cause qui y apporte du changement. Pour connoître cette cause, nous n’avons qu’à laisser entrer dans une chambre obscure par un petit trou un rayon du soleil ; car ce rayon ou ce faisceau de rayons paroissant dans toutes les positions de l’œil comme une ligne de lumiere, il est évident que toute la lumiere ne continue pas son chemin selon la ligne droite, mais qu’il y en a une partie qui est réflechie en tous sens de tous les points du milieu qu’elle traverse, & que c’est par le moyen de ces rayons réflechis que le faisceau de lumiere est visible. Par conséquent ce même faisceau de lumiere, à cause de la diminution continuelle qu’il souffre, doit devenir continuellement de plus foible en plus foible, & cela proportionnellement à l’opacité du milieu à-travers duquel il passe : si l’air est pur & serain, il y aura peu de lumiere de réflechie, & il s’en transmettra une moins grande quantité : mais il n’est jamais si pur qu’il n’y ait toûjours quelque partie de la lumiere réflechie ou interrompue dans son trajet, & par conséquent sa force doit toûjours décroître, à mesure que la distance de l’objet d’où elle part augmente. Puis donc que la force de la lumiere décroît ainsi continuellement à proportion que la distance de l’objet d’où elle part augmente, il s’ensuit que les objets doivent toûjours paroître moins lumineux & plus teints de la couleur du milieu à travers desquels ils sont apperçus, à proportion de l’éloignement où ils seront par rapport à nos yeux. Lors donc que nous savons d’ailleurs que deux objets sont de la même couleur, si l’un paroît d’une couleur plus vive & plus frappante que l’autre, nous avons appris par l’expérience à conclure que celui qui paroît d’une couleur plus vive est le plus proche ; & c’est par cette raison que les corps lumineux ou très-éclairés paroissent toûjours plus proches qu’ils ne le sont en effet. De-là il est aisé de rendre raison pourquoi une chambre paroît plus petite après que ses murs ont été blanchis, & pourquoi pareillement les collines paroissent moins grandes & moins élevées lorsqu’elles sont couvertes de neige. Dans ces cas & dans d’autres de cette nature, la vivacité & la force de la couleur font paroître ces objets plus proches, d’où nous concluons qu’ils sont plus petits ; car nous jugeons toûjours de l’étendue & de la grandeur des corps, par la comparaison que nous faisons de leur grandeur apparente avec leurs distances. Par la même raison on explique encore pourquoi le feu & la flamme paroissent si petits lorsqu’on les voit à une grande distance pendant la nuit. La prunelle étant alors fort dilatée, laisse passer une plus grande quantité de rayons de lumiere dans l’œil, & cette lumiere agissant plus fortement sur la rétine, doit faire paroître l’objet plus proche, d’où l’on juge qu’il est plus petit. Comme les objets brillans & lumineux paroissent plus proches & plus petits qu’ils ne sont en effet, ceux au contraire qui sont obscurs, & ceux qui ne sont que foiblement éclairés, paroissent toûjours plus éloignés & plus grands à raison de la foiblesse & de l’obscurité de leur couleur. C’est ce qu’on remarque particulierement lorsqu’on regarde des objets obscurs à l’entrée de la nuit ; car ces objets paroissent alors toûjours plus éloignés & plus grands, que lorsqu’on les voit pendant le jour. C’est aussi par la même raison que la distance apparente & la grandeur des objets paroissent augmentées, lorsqu’on les voit à-travers un air chargé de brouillards ; car une plus grande quantité de lumiere étant interceptée, ou irrégulierement brisée dans son passage à-travers le brouillard, il en entrera moins par la prunelle, & elle agira par conséquent d’une maniere plus foible sur la rétine ; donc l’objet sera réputé à une plus grande distance & plus grand qu’il n’est. L’erreur de la vûe qui provient de cette cause est si grande, qu’un animal éloigné a été quelquefois pris pour un animal beaucoup plus gros étant vû par un tems de brouillard. Cette opacité de l’atmosphere, qui empêche une partie de la lumiere de parvenir jusqu’à l’œil, est encore la raison pourquoi le soleil, la lune, & les planetes paroissent plus foiblement lorsqu’elles sont proches de l’horison, & qu’elles deviennent plus brillantes par rapport à nous, à mesure qu’elles s’élevent ; parce que les rayons qui en partent ont une plus grande étendue d’air à traverser, & rencontrent plus de vapeurs lorsque ces astres sont proches de l’horison, que lorsqu’ils sont dans une plus grande élévation. Il semble encore que ce soit là une des raisons pourquoi ces corps paroissent toûjours plus grands à mesure qu’ils approchent de l’horison. Car puisqu’ils paroissent plus foibles ou moins brillans, ils paroîtront aussi à une plus grande distance ; d’où il s’ensuit qu’ils doivent paroître plus grands, par la raison que les objets paroissent tels lorsque l’air est chargé de brouillards. Il semble que nous pouvons avec assûrance conclure de tout ce qui vient d’être dit, que les couleurs apparentes des objets nous servent beaucoup pour nous faire juger de leurs distances, lorsque nous connoissons d’ailleurs la force & la vivacité de leur couleur à toute autre distance donnée. C’est en suivant ce principe, que les habiles peintres représentent sur un même plan des objets à diverses distances, en augmentant ou en diminuant la vivacité des couleurs, selon qu’ils ont dessein de les faire paroître plus proches ou plus éloignés. Il est bien vrai que la prunelle par la vertu qu’elle a de se contracter, se met toûjours dans un degré de dilatation proportionné à la vivacité ou à la force de la lumiere ; d’où l’on pourroit penser qu’il nous est impossible de juger de la distance des objets par le secours de leur couleur apparente, ou par la force avec laquelle elles agissent sur nos yeux. Mais il est aisé de répondre à cela, que l’état de dilatation ou de contraction de la prunelle nous est connu, parce qu’il dépend du mouvement de l’uvée que nous sentons, & qui procede du différent degré de force avec lequel la lumiere agit sur nos yeux, qui par conséquent doit toûjours être senti. Il s’ensuit de-là que quoique la prunelle par sa contraction ne laisse pas entrer dans l’œil une plus grande quantité de rayons, lorsque l’objet est proche que lorsqu’il est éloigné, nous connoissons cependant la force de la lumiere qui en part, parce que nous sentons que la prunelle est alors contractée. D’ailleurs lorsque la prunelle est dans un état de contraction, nous voyons plus distinctement que lorsqu’elle est dilatée, ce qui nous aide encore à juger de la distance des objets.

Le cinquieme moyen consiste dans la diverse apparence des petites parties des objets. Lorsque ces parties paroissent distinctes, nous jugeons que l’objet est proche ; mais lorsqu’elles paroissent confuses, ou qu’elles ne paroissent pas du tout, nous estimons qu’il est à une grande distance. Pour entendre cela il faut considérer que les diametres des images qui se peignent sur la rétine, diminuent toûjours à proportion que la distance des objets qu’elles représentent augmente ; & par conséquent un objet peut disparoître lorsqu’on le placera à une si grande distance de nos yeux, que la peinture qu’il fera sur la rétine, soit insensible à cause de sa petitesse ; & plus l’objet sera petit, plûtôt il cessera d’être visible : de-là vient que les petites parties d’un objet ne seront pas apperçues à toutes les distances ; car la partie la moins sensible sera toûjours plus petite ou plus grande, proportionnellement à la distance plus ou moins grande de l’objet même. Ainsi la plus petite partie visible à la distance d’un pié, deviendra invisible à celle de deux piés ; la plus petite partie visible à deux piés, disparoîtra à trois, & ainsi de toute autre distance à l’infini. Il résulte évidemment de ce que nous venons de dire, que lorsque l’œil peut voir distinctement les petites parties d’un objet, nous devons juger qu’il est plus proche qu’un autre dont nous ne voyons point du tout les mêmes petites parties, ou dont nous ne les voyons que confusément.

Enfin le sixieme & dernier moyen consiste en ce que l’œil ne représente pas à notre ame un seul objet, mais qu’il nous fait voir en même tems tous ceux qui sont placés entre nous & l’objet principal dont nous considérons la distance. Par exemple, lorsque nous regardons quelqu’objet éloigné, tel qu’un clocher, nous voyons pour l’ordinaire plusieurs terres & maisons entre nous & lui ; or comme nous jugeons de la distance de ces terres & de ces bâtimens, & que nous apperçevons en même tems le clocher au-delà de tous ces objets, nous concluons qu’il est beaucoup plus éloigné, & même qu’il est bien plus grand que lorsque nous le voyons seul & sans l’interposition d’aucun autre objet visible. Il est cependant certain que l’image de ce clocher qui est peinte sur la rétine, est toûjours la même dans l’un & dans l’autre cas, pourvû qu’il soit à une égale distance ; d’où l’on voit comment nous connoissons la grandeur des objets par leur distance apparente, & comment les corps placés entre nous & un objet, influent dans le jugement que nous portons au sujet de son éloignement. Il en est à-peu-près de ce jugement comme de celui que nous formons sur la grandeur de notre durée, par le souvenir confus de tout ce que nous avons fait & de toutes les pensées que nous avons eues, ou, ce qui est la même chose, de la grandeur & l’étendue du tems qui s’est écoule depuis telle action ; car ce sont ces pensées & ces actions qui mettent notre ame à portée de juger du tems passé ou de l’étendue d’une partie de notre durée : ou plûtôt le souvenir confus de toutes ces pensées & de toutes ces actions, est la même chose que le jugement de notre durée, comme la vûe confuse des champs & des autres objets qui sont placés entre nous & le clocher, est la même chose que le jugement que nous formons sur le clocher. Voyez essais & observ. de Medec. de la soc. d’Edimb. tome IV. p. 323 & suiv. Article de M. Formey.

Ajoûtons à cet article, d’après plusieurs philosophes, que quoique le sens de la vûe nous serve à juger des distances, cependant nous n’en aurions jamais eu d’idée par ce sens seul, sans le secours de celui du toucher. Voyez l’article Aveugle, la lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voyent, & les articles Vision, Toucher, & c. Voyez aussi l’essai de M. Jurin sur la vision distincte & non distincte, imprimé à la fin de l’Optique de M. Smith.

Distance accourcie, distantia curtata, signifie en Astronomie, la distance d’une planete au soleil réduite au plan de l’écliptique, ou l’intervalle qui est entre le soleil & le point du plan de l’écliptique où tombe la perpendiculaire menée de la planete sur ce plan. On l’appelle ainsi, parce que la distance réelle d’une planete au soleil est plus grande que sa distance réduite au plan de l’écliptique, puisque la premiere de ces distances est l’hypothénuse ou le grand côté d’un triangle rectangle, dont la distance accourcie est un des petits côtés. Voyez Lieu & Distance. (O)

Distance, (Art milit.) c’est dans l’ordre de bataille, l’espace ou l’intervalle qu’on laisse entre les corps de troupes dont l’armée est composée, ou qui sont rangés en ordre de bataille ou en ligne. Voyez Armée. Les rangs des différens corps de troupes doivent avoir des distances reglées. M. le maréchal de Puysegur donne douze piés à la distance d’un rang à l’autre dans le bataillon ; il prétend que c’est celle qui convient le mieux pour les marches & les différens mouvemens du bataillon. En bataille les files n’ont point de distance entr’elles, il faut au contraire qu’elles se touchent pour être plus en force : on leur donne deux piés d’épaisseur, pour l’espace occupé par le soldat. Dès que les distances des rangs & des files en bataille sont reglées, « il faut (dit l’illustre maréchal que nous venons de citer) que celle des files & des rangs en marchant, aussi-bien que pour tous les mouvemens, soient les mêmes qu’en bataille ; car dès que ces distances sont reglées pour un bataillon en bataille, si on le fait marcher tout entier, il ne doit en marchant ni les étendre ni les resserrer, afin que par-tout où l’on peut l’arrêter dans sa marche, il soit toûjours en bataille ; ce qui ne seroit pas s’il les changeoit ». Art de la guerre par M. le maréchal de Puységur.

Des troupes qui combattent ne peuvent avoir trop d’attention à garder leur ordre de bataille & leurs distances ; il est impossible qu’elles se soûtiennent & qu’elles agissent, lorsqu’elles font une espece de masse sans ordre ; c’est ce qui est bientôt remarqué de l’ennemi. « J’ai vû (dit M. le duc de Rohan dans son parfait capitaine) Henri le Grand poursuivant huit cents chevaux avec moins de deux cents, juger qu’ils ne rendroient point de combat, parce qu’ils se confondoient & n’observoient point leurs distances ; ce qui arriva comme il l’avoit prédit ». (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « distance »

Étymologie de distance - Littré

Provenç. et espagn. distancia ; ital. distanzia ; du latin distantia, de distans, distant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de distance - Wiktionnaire

Du latin distantia, de distans (« distant »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « distance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
distance distɑ̃s play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « distance »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « distance »

  • Les programmes ont été respectés, dans l’ensemble, même si les examens ont souvent été différés pour pouvoir se tenir en présentiel à l’automne plutôt qu’au printemps. L’encadrement de recherches (master et doctorat) et les soutenances se sont déroulés à distance systématiquement. The Conversation, Université à distance : en Afrique, des expériences encourageantes pendant la crise du Covid
  • Le rapport Diagnostic et gestion à distance des véhicules Market Overview 2020 met en évidence les points les plus importants et offre une recherche complète et approfondie du marché ainsi que les possibilités de croissance future et l’analyse des demandes de l’industrie mondiale à l’aide de l’ensemble du rapport avec des chiffres, des graphiques et une table des matières à analyser les conditions (taille du marché, part, prix, tendance) du marché mondial Diagnostic et gestion à distance des véhicules et évaluation jusqu’en 2027. Le rapport branché identifie et analyse également les développements émergents ainsi que les moteurs, défis et opportunités importants sur le marché international Diagnostic et gestion à distance des véhicules. L’étude propose également des informations / données perspicaces et correctes concernant les utilisateurs finaux, la réglementation, les projections du marché, les nouvelles technologies, la normalisation et les principaux acteurs évoluant sur le marché Diagnostic et gestion à distance des véhicules, et bien plus encore. Journal l'Action Régionale, Le marché de Diagnostic et gestion à distance des véhicules sera témoin d’une forte expansion tout au long de la période de prévision 2020-2027 – Journal l'Action Régionale
  • Étudiez des informations précises sur le march Systèmes avancés de surveillance des patients à distance: statistiques, faits et chiffres, aperçu de la croissance, taille, principaux acteurs, analyse Swot, perspectives de l’industrie et analyse régionale, et prévisions jusqu’en 2029. Étude approfondie sur l’impact du nouveau coronavirus (COVID- 19) pandémie sur le marché Systèmes avancés de surveillance des patients à distance à l’origine basée sur les recherches actuelles sur les défis de croissance potentiels et les progrès futurs jusqu’en 2029. boursomaniac, Systèmes Avancés De Surveillance Des Patients À Distance Marché Impact De Covid-19 Sur L'analyse Des Investissements Des Principaux Fabricants D'ici 2029 || Laboratoires Abbott, Aerotel Medical Systems, Alere - boursomaniac
  • 80 % des parents d'élèves souhaiteraient que l'Education nationale propose de l'enseignement à distance durablement, et pas seulement en période de crise, selon un sondage Odoxa pour Open Digital Education publié en cette veille de vacances scolaires. France Bleu, École : 8 Français sur 10 souhaitent que l'enseignement à distance perdure, selon un sondage
  • L’association UFC Que choisir dont le but est de défendre les intérêts des consommateurs et de lutter contre les arnaques poursuit son activité pendant l’été. Seulement, à cause des restrictions liées à l’accès aux locaux situés à la Maison des associations le traitement des litiges se poursuit à distance, jusqu’au 31 août. , Culture - Loisirs | UFC Que Choisir continue son activité à distance
  • Déjà visés par une obligation d'enregistrement et d'identification, les drones de plus de 800 g doivent désormais être équipés d'un système de signalement électronique à distance. Une mesure imposée aux utilisateurs qui n'a rien d'anodin. , Drones : la signalisation électronique à distance désormais imposée pour les appareils de plus de 800 g - Les Numériques
  • La formation à distance gagne en popularité : il suffit d’un ordinateur et d’une connexion internet haut débit pour se former sans quitter son domicile. Faire ce choix présente bien des avantages, et le CNED (Centre national d’enseignement à distance) l’a bien compris. Organisme public de formation à distance, le CNED dévoile lui aussi ses atouts. Chérie FM.fr, Les bonnes raisons de se former à distance avec le CNED - Chérie FM
  • Une guerre comme tout autre spectacle, se visionne mieux à distance. De Antonine Maillet / Le huitième jour
  • Entre l’amant et l’aimé il n’y a pas de distance. De Rabi’a Al-Adawiya
  • Une dispute est la plus longue distance entre deux points de vue. De Anonyme
  • Il est facile d’être courageux avec une distance de sécurité. De Esope
  • Comme pour la prière il n'y a pas de distance pour l'amitié. De Anonyme
  • Lorsqu’on chante dans une langue étrangère il y a une distance qui se crée naturellement du fait de la langue, la distance émotionnelle est très différente. De Philippe Jaroussky / Evene.fr - Mai 2007
  • Certaines choses et certains êtres ont besoin de la distance qui les sépare de nous, et que cette distance demeure infranchissable. Ils y puisent leur nourriture. De Christian Bobin / Geai
  • La distance rend toute chose infiniment plus précieuse. De Arthur Charles Clarke / 2001 l’odyssée de l’espace
  • La proximité installe, à la longue, une étrange distance. De Nathalie Petrowski / Il restera toujours le Nébraska
  • Le journalisme, c'est le contact et la distance. De Hubert Beuve-Méry
  • La femme est un mot qui se forme à distance. De Yvon Rivard / Mort et naissance de Christophe Ulric
  • Du dire au faire la distance est grande. De Miguel de Cervantès / Don Quichotte
  • Peinture et bataille ne sont belles qu’à distance. De Proverbe espagnol
  • On impose, à distance, plus de respect. De Tacite
  • La distance Grappille le temps. De Eugène Guillevic / Du domaine
  • La distance, âme du beau. LaoziLao-tseu, Tao-tö-king, LXXX
  • La distance est plus immense de Dieu à l'homme que de l'homme à la mort. Luis de Góngora y Argote, Sonetos, 265, Al nacimiento de Cristo, nuestro señor
  • Les riches d'aujourd'hui, c'est comme les fromages trop faits, ça ne sait plus garder les distances. Marcel Aymé, Travelingue, Gallimard

Images d'illustration du mot « distance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « distance »

Langue Traduction
Corse distanza
Basque distantzia
Japonais 距離
Russe расстояние
Portugais distância
Arabe مسافة
Chinois 距离
Allemand entfernung
Italien distanza
Espagnol distancia
Anglais distance
Source : Google Translate API

Synonymes de « distance »

Source : synonymes de distance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « distance »


Mots similaires