Débauche : définition de débauche


Débauche : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉBAUCHE, subst. fém.

A.− Au sing.
1. Usage excessif ou déréglé de tous les plaisirs des sens, notamment de ceux de l'amour et de ceux de la table. S'adonner, se livrer à la débauche; mener une vie de débauche. Les évêques de Mingrelie sont journellement en fêtes, et passent leur vie en repas de débauche (Dupuis, Orig. cultes,1796, p. 550).En amour, tout ce qui n'était pas vice et débauche le rasait (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 243):
L'apprentissage de la débauche ressemble à un vertige; on y ressent d'abord je ne sais quelle terreur mêlée de volupté, comme sur une tour élevée. Tandis que le libertinage honteux et secret avilit l'homme le plus noble, dans le désordre franc et hardi, dans ce qu'on peut nommer la débauche en plein air, il y a quelque grandeur, même pour le plus dépravé. Musset, La Confession d'un enfant du siècle,1836, p. 104.
SYNT. Sombrer, tomber dans la débauche; lieu, maison de débauche; compagnon(s) de débauche; incitation, excitation de mineurs à la débauche.
P. plaisant., fam. [Sans nuance péj.] Petit écart, petit excès (de table, de conduite) inaccoutumé. Nous avons fait hier une petite débauche (Ac.). Un petit rentier maniaque dont l'unique débauche était d'acheter de la peinture (Zola, Œuvre,1886, p. 91).Valentin venait de manger une côtelette, de grand appétit, véritable débauche qu'il ne se permettait pas depuis des mois (Zola, D. Pascal,1893, p. 49).
2. Au fig. Usage excessif ou déréglé de quelque chose. Cet ouvrage est une débauche d'esprit (Ac.). Il ne cessait de fumer. Il faisait une débauche de cigarettes et d'allumettes (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 38).
P. ext. [Exprimant la quantité] Une débauche de + subst. Synon. profusion, surabondance.C'était une gigantesque débauche de fleurs, une colossale orgie aromale (T. Gautier, Le Roman de la momie,1858, p. 235).Débauche de couleurs : toutes les nuances de l'arc-en-ciel (Martin du G., Thib.,Épil., 1940, p. 942).
B.− P. méton., au sing. ou au plur. Acte de débauche. Une nuit dépensée en débauches raffinées et coûteuses (Milosz, Amour. initiation,1910, p. 225).Une société secrète qui se livrait à de dégoûtantes débauches (Camus, Possédés,1959, p. 1008).
Prononc. et Orth. : [debo:ʃ]. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme desbauche; ds Ac. 1740-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1499 (Gringore d'apr. P. Wexler ds Fr. mod., t. 29, 1961, p. 138); 1541 [éd. 1561] « abus des plaisirs des sens » (Calvin, Inst., 263 ds Littré); 1690 fig. j'ay fait une desbauche de melons « ce qui se fait au-delà de l'ordinaire » (Fur.); av. 1872 débauche de couleurs (T. Gautier, Caprices et zigzags, 286 d'apr. Matoré). Déverbal de débaucher*. Fréq. abs. littér. : 866. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 345, b) 1 373; xxes. : a) 1 604, b) 829. Bbg. Mat. Louis-Philippe 1951, p. 136.

Débauche : définition du Wiktionnaire

Nom commun

débauche \de.boʃ\ féminin

  1. (Familier) Action de se livrer un peu plus que de coutume aux plaisirs de la table.
    • Nous avons fait hier une petite débauche.
  2. Dérèglement des mœurs.
    • Il avait mené une vie bruyante de débauches, pleine de duels, de paris, de femmes enlevées. — (Gustave Flaubert, Madame Bovary, Michel Lévy frères, Paris, 1857)
    • Quel scandale ne ferait pas, en effet, cette créature perdue de débauche quand elle saurait qu’elle n’avait plus rien à espérer de lui ! — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • On dit que ces professionnelles ont des charmes secrets, […]; qu’un homme vicieux trouve en elles des partenaires expertes, aux impudeurs extraordinaires, aux habiles jeux de la débauche et de la lubricité. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  3. (Figuré) Excès.
    • Scènes du quotidien, débauche de couleurs, poésie et fantaisie sont les maîtres mots de sa peinture. — (Le Petit Futé République Dominicaine 2008)
    • Cette femme volontaire a converti la maison aux vertus du XXIe siècle, dans une débauche de luxe décomplexé, joyeux et mondialisé auquel le Paris haussmannien n’était pas habitué. — (Pascale Caussat, Fauchon, le luxe à la bouche, in "Stratégies" n°1515, de octobre 2008)
    • « Johnny se donne à Bercy » pendant trois semaines, à guichets fermés. Dans ce lieu gigantesque où l’on s’attend à une débauche de lumières et d’effets, le spectacle surprend par sa sobriété, […]. — (Frédéric Quinonero, Johnny live : 50 ans de scènes, éd. L’Archipel, 2012)
  4. (Régionalisme) Fin quotidienne du travail.
    • Chez le boulanger où je travaille il n'y a ni heure d'embauche ni heure de débauche. J'arrive le mardi matin et repars le dimanche midi. — (Maria Arondo, Max Chaleil, Moi la bonne, Éd Stock 1975)
    • [...] de même le travail ne devra cesser qu'à l'heure de débauche. — (Journal officiel de la République française, page 8035, 1938)

Forme de verbe

débauche \de.boʃ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de débaucher.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de débaucher.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de débaucher.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de débaucher.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de débaucher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Débauche : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉBAUCHE. n. f.
Excès dans le boire et dans le manger, et quelquefois Habitude, goût de ce genre d'excès. Faire la débauche. Faire débauche. Aimer la débauche. Il s'applique, dans un sens moins défavorable, à l'Action de se livrer un peu plus que de coutume aux plaisirs de la table. Nous avons fait hier une petite débauche. Ce sens est familier. Il signifie aussi, d'une manière générale, Dérèglement des mœurs. C'est un homme qui a sombré dans la débauche, abruti par la débauche, perdu de débauches. Fig., Débauche d'esprit ou d'imagination, Usage déréglé de l'esprit ou de l'imagination. Cet ouvrage est une débauche d'esprit. Cet auteur se livre à des débauches d'imagination.

Débauche : définition du Littré (1872-1877)

DÉBAUCHE (dé-bô-ch') s. f.
  • 1Excès condamnable dans le boire et le manger. Verville fut un grand quart d'heure à réveiller son valet breton, qui avait fait la débauche, Scarron, Roman com. 1re part. ch. 15. Et tu prétends, ivrogne, que les choses aillent toujours de même ? … que j'endure éternellement tes insolences et tes débauches ? Molière, Médecin malgré lui, I, 1. Il ne manque à leur débauche que de boire de l'eau forte, La Bruyère, VIII.
  • 2Excès inaccoutumé de table, partie de table. Ils aiment à faire de temps en temps une petite débauche. La Voisin [célèbre empoisonneuse] eut la question ordinaire et extraordinaire… elle soupa le soir et recommença, toute brisée qu'elle était, à faire la débauche avec scandale… Le mercredi se passa de même en confrontations et débauche et chansons, Sévigné, 407.

    Être en débauche, se livrer à quelques excès ou parties de table ; et fig. Une raison malade et toujours en débauche [c'est-à-dire qui n'est jamais réglée], Molière, l'Étour. II, 14.

    Fig. Excès. Vous n'y ferez pas débauche de sincérité, Sévigné, 181.

  • 3Déréglement de mœurs. Quand la débauche et le dévergondement sont poussés à un certain point de scan dale, je suis persuadée que cet excès fait plus de tort aux hommes qu'aux femmes, Sévigné, 15 octobre 1677. Alexis [fils du czar Pierre], âgé de vingt-deux ans, se livra à toutes les débauches de la jeunesse et à toute la grossièreté des anciennes mœurs qui lui étaient si chères, Voltaire, Russie, II, 10. La débauche au teint pâle, aux regards effrontés, Enflamme tous les cœurs vers le crime emportés, Gilbert, 18e siècle. Ces gens qui passent leur vie dans la mollesse et les débauches, Vertot, Révol. rom. I, p. 100.
  • 4 Fig. Débauche d'esprit, d'imagination, usage déréglé, mauvais, de son esprit, de son imagination.

HISTORIQUE

XVIe s. Ils pouvoient bien vivre ailleurs de debauche, Calvin, Instit. 263. Parquoy s'oppose à la sagesse, non seulement la folie, qui est un desreglement et desbauche…, Charron, Sagesse, Préface de la seconde édition.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉBAUCHE. Ajoutez :
5Au propre, action de se déranger du travail. L'horloge, se vantant qu'elle était admirable, Disait : on ne voit rien qui me soit comparable… Je marche sans débauche, afin d'apprendre aux gens Ce qu'ils ont d'heures, de moments, Pour employer à leur affaire, La Fontaine, Œuvres inédites, Paul Lacroix, édit. de 1863, p. 17.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « débauche »

Étymologie de débauche - Littré

Voy. DÉBAUCHER ; Berry, débau, interruption de travail.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : Saintonge, bauche, une tâche : Un tel a commencé une bauche de tant de mètres, de sorte que débaucher est bien faire cesser une bauche, une tâche, un travail, et embaucher, commencer une tâche.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de débauche - Wiktionnaire

Déverbal sans suffixe de débaucher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « débauche »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
débauche deboʃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « débauche »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « débauche »

  • Le mis en cause, actuellement en détention provisoire à la prison de Sefrou, risque de voir sa peine aggravée pour les délits d’ivresse publique, participation à l’adultère, et violation de l’état d’urgence sanitaire. Les 4 autres individus sont poursuivis pour incitation à la débauche et proxénétisme. Bladi.net, Maroc : un grand complexe touristique transformé en lieu de débauche
  • Au cours d’une conférence de presse, l’ancien commissaire de Gouvernement a qualifié de tous les mots le nouveau Code pénal publié par le pouvoir en place. »Le nouveau code pénal est libéral » a-t-il martelé, précisant que le pouvoir a publié un code pénal de débauche et s’est dit regretter que les travaux réalisés par la commission ne sont pas prises en considération et que ce nouveau document est contraire aux valeurs de la société haïtienne. Rezo Nòdwès, « Le nouveau code pénal, est un code de la débauche et libéral », dénonce Jean Renel Sénatus | Rezo Nòdwès
  • Mieux vaut cacher sa déraison, mais c'est difficile dans la débauche et l'ivresse. De Héraclite d'Ephèse
  • Appeler la guerre le ferment du courage et de la vertu est appeler la débauche le ferment de l’amour. De George Santayana
  • La débauche est une illusion de ceux qui n'en ont plus. De Etienne Rey / De l'Amour de Stendhal
  • Il en va de la lecture comme de toute débauche : fuite en avant, enfoncement sans fin. De Claude-Louis Combet
  • La débauche commence où commence à se dissocier de l'amour le plaisir. De André Gide
  • La mère de la débauche n’est pas la joie mais l’absence de joie. De Friedrich Nietzsche
  • L’avantage de l’amour sur la débauche, c’est la multitude des plaisirs. De Montesquieu / Cahiers
  • La pire débauche est celle des femmes froides. Les apathiques sont des louves. De Edmond et Jules de Goncourt
  • La santé ne s'accorde pas avec la débauche. De Proverbe oriental
  • Il entre, dans toute espèce de débauche, beaucoup de froideur d'âme. Elle est un abus réfléchi et volontaire du plaisir. Joseph Joubert, Carnets
  • La courtisane est un mythe. Jamais une femme n'a inventé une débauche. Gustave Flaubert, Correspondance, à Mme X, 1852
  • Toute débauche parfaite a besoin d'un parfait loisir. Charles Baudelaire, Les Paradis artificiels

Traductions du mot « débauche »

Langue Traduction
Corse debauchery
Basque debauchery
Japonais 道楽
Russe разврат
Portugais devassidão
Arabe الفجور
Chinois 放荡
Allemand ausschweifung
Italien dissolutezza
Espagnol libertinaje
Anglais debauchery
Source : Google Translate API

Synonymes de « débauche »

Source : synonymes de débauche sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « débauche »



mots du mois

Mots similaires