Licence : définition de licence


Licence : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LICENCE, subst. fém.

A. − Permission, liberté qui est accordée à quelqu'un.
1. Permission que donne une autorité supérieure; liberté que laisse la coutume, l'usage. Nous pouvons bien lui permettre les licences que nous permettons à Jacques, monsieur l'abbé? (Balzac, Lys,1836, p. 215).
Avec pleine, avec toute licence :
1. Monsieur, excusez-moi, je n'ai pas dit ainsi; vous êtes de la cour, et parlez comme vous voulez, avec pleine licence et liberté entière. Nous, gens de village, sommes tenus de parler français, pour n'être point repris... Courier, Pamphlets pol., Au réd. la Quotidienne, 1823, p. 205.
Avoir (toute) licence de + inf.Nous avions jusqu'alors licence de nous promener dans le parc, à la seule condition de ne pas franchir les routes qui le bordent (H. Bazin, Vipère,1948, p. 55).Donner (toute) licence à qqn de + inf., parfois + subst.Je vas vous laisser passage, si vous me donnez licence de vous suivre un bout de chemin pour causer avec vous (Sand, F. le Champi,1848, p. 154).Je vous supplie de me donner licence d'un peu de repos (Kahn, Conte or et sil.,1898, p. 135).
P. méton. Document écrit correspondant à une permission accordée par une autorité supérieure. J'ai là une licence que m'a donnée l'évêque de Mazzi, pour prendre des chevaux de poste (Dumas père, Lorenzino,1842, V, 5, p. 275).
2. Spécialement
a) DR. COMM., FISCAL
Autorisation délivrée par l'Administration d'exercer certaines activités économiques et plus particulièrement commerciales, moyennant redevance ou non. Droit de licence; licence de débit de boissons. On constatait l'accroissement proportionnel des maisons d'école et des licences de cabaretiers (Vogüé, Morts,1899, p. 223).Licence d'agence de voyages ou licence de plein exercice (...) licence de bureau de voyages ou licence limitée (Jocard, Tour. et action État,1966, p. 135):
2. ... la France se voyait obligée de faire la guerre à la Russie, parce qu'elle n'observait pas le blocus continental envers l'Angleterre. Or, pendant ce temps, Bonaparte accordait lui-même sans cesse à Paris des licences pour des échanges avec les négociants de Londres... Staël, Consid. Révol. fr., t. 2, 1817, p. 137.
Licence d'exportation. Autorisation délivrée par l'Administration d'exporter un produit dont la vente n'est pas libre. Vous vous êtes surpassé dans le scandale des licences d'exportation (Aymé, Tête autres,1952, p. 27).
Licence d'importation. Autorisation délivrée par l'Administration d'importer un produit soumis au contingentement. Vous recevrez, à titre de compensation accessoire, une licence d'importation pour des lentilles du Chili (Duhamel, Passion J. Pasquier,1945, p. 91).
Licence (d'exploitation, de fabrication). Autorisation accordée à un tiers d'exploiter une marque de fabrique, un brevet d'invention, de fabriquer des objets couverts par ceux-ci moyennant une redevance. Sous-marin atomique (...), prototype d'une série qui sera ensuite construite par l'industrie britannique sous licence américaine (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 202).L'« Émeraude » a déjà été produit à plus de 200 exemplaires (...). La licence de fabrication a été cédée dans deux pays (Industr. aéron. fr.,1962, p. 19).
PÊCHE. Autorisation accordée à un particulier par l'administration des Eaux et Forêts de pêcher sur une partie de voie navigable moyennant paiement d'une redevance. Les fermiers et porteurs de licences ne pourront user, sur les fleuves, rivières et canaux navigables, que du chemin de halage (Code pêche fluv.,1875, p. 19).
b) ENSEIGN. SUPÉRIEUR. Grade universitaire intermédiaire entre le baccalauréat et le doctorat et donnant accès à diverses fonctions; ensemble des études qui préparent à ce grade; diplôme correspondant à ce grade. Licence en droit; licence ès lettres, ès sciences; certificat de licence. Cours préparatoires à la licence (Renan, Souv. enf.,1883, p. 395).Elle préparait l'agrégation de philo. Lui n'en était qu'à la licence (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 102).
SYNT. Licence d'anglais, d'histoire, de philosophie; bourse, examen de licence; étudiant en licence; préparer, poursuivre, faire, passer, avoir sa licence; se présenter à la licence; entrer en licence (vieilli).
Licence libre. Licence dont les certificats étaient choisis par l'étudiant sauf incompatibilité, mais ne donnant accès ni aux concours de recrutement de l'enseignement public ni à cet enseignement. Auparavant, la sociologie constituait (...) la matière unique d'un certificat d'une licence libre (Encyclop. éduc.,1960, p. 230).
Licence d'enseignement. Licence qui comportait des certificats obligatoires pour enseigner dans les établissements de l'État et avoir accès aux concours de recrutement de l'enseignement public. [Obtenir] le dernier certificat de la licence d'enseignement à la session d'octobre-novembre (Encyclop. éduc.,1960p. 377).
Vx, au plur. Avoir, prendre ses licences :
3. Deux jeunes bacheliers logés chez un docteur Y travailloient avec ardeur À se mettre en état de prendre leurs licences. Florian, Fables,1792, p. 104.
c) SPORTS. Autorisation de pratiquer un sport dans le cadre d'une fédération et de participer aux compétitions; carte l'attestant. Les concurrents [pour le challenge d'escrime] devront obligatoirement être munis de la licence délivrée par l'O.S.S.U. [Office du Sport Scolaire et Universitaire] (L'Œuvre,17 janv. 1941, p. 4, col. 1).
d) Région. (Canada)
Plaque minéralogique. J'ramasse un client à Dorval, en m'retournant pour démarrer, j'vois un chien d'la Murray Hill qui prend mon numéro de licence (R. Gurik, Le Procès de...,1972, p. 46 ds Richesses Québec 1981).
Document d'immatriculation d'un véhicule automobile. Synon. usuel carte grise.− Ah bon! Tes papiers, vite. − J'ai pas de papiers. − Sais-tu ce que ça veut dire? (...) − Ouais! Parce que pas avoir de licence, c'est grave (J. Godbout, Kid Sentiment,1968, p. 2, ds Richesses du Quebec 1981).
Au plur. Permis de conduire. T'as même pas tes licences, comment veux-tu chauffer [conduire] un truck su'une glace? (A. Simard, La Soirée du fockey,1974, p. 26, ds Richesses du Quebec 1981).
Licence complète. Autorisation délivrée à un restaurant de vendre bières, vins et alcools. On discerne à travers toute cette séquence (snackbar et licence complète, (...) chiens chauds (...)) de Lexa et de Georges, les détails et les fissures de la ville (N. Brossard, French-Kiss,...1974, p. 119, ds Richesses du Quebec 1981).
B. − Liberté que se donne quelqu'un; son résultat.
1. Liberté généralement excessive que se donne une personne, parfois un groupe de personnes. Jamais elle n'a laissé prendre une telle licence à ses sentiments (Cottin, Mathilde, t. 2, 1805, p. 116).Depuis quelque temps vous prenez avec moi de singulières licences (Sue, Atar-Gull,1831, p. 20).
Prendre la licence de + inf.Vous prenez quelquefois la licence de vous moquer de mes succès (Stendhal, Armance,1827, p. 154).Se donner (toute) licence de + inf.L'un et l'autre, il est vrai, se donnent toute licence de faillir (Marmontel, Essai sur rom.,1799, p. 328).
2. En partic.
a) Licence (de la presse). Liberté excessive que prennent les journalistes; caractère qui en résulte pour la presse. Rendue libre [la presse], point d'abus à redouter : pour prévenir la licence, il suffira d'obliger tout auteur de signer ce qu'il publie (Marat, Pamphlets, Offrande à la Patrie, 1789, p. 26).
b) Dans le domaine des mœurs
État de dérèglement moral dans lequel vit une personne ou une collectivité. Licence effrénée; licence des camps (militaires). La licence même de la régence fut excusée, parce qu'elle les soulageait du poids de la cour intolérante de Louis XIV (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 34):
4. Il [mon père] faisait bien d'élever ma propre raison contre moi. C'est à cela que je dois tout ce que j'ai valu par la suite; d'avoir cessé de vivre à l'abandon, si plaisant que cet état de licence pût être. Gide, Thésée,1946, p. 1415.
(La) liberté n'est pas (la) licence :
5. « ... Et qui aimerait-elle? Elle ne voit que moi. Ouvrons la porte ». (...) il se reprend. « Cette jeunesse est facile à tromper. Quelque galant rôde peut-être par ici. Liberté n'est pas licence (...). Fermons la porte ». Alain, Propos,1928, p. 783.
Caractère d'un acte, d'une œuvre qui reflète une trop grande liberté morale. Licence des mœurs. Il y a trop de nudités exposées à ces devantures, dit le ministre. Il conviendrait de réprimer la licence des étalages (France, Orme,1897, p. 180):
6. le président : Considérant qu'en l'espèce, Lagoupille, en aucune circonstance, ne semble avoir scandalisé la moralité des clients du café du « Pied qui remue », soit par la licence de ses propos, soit par l'inconvenance de ses gestes... Courteline, Client sér.,1897, 3, p. 79.
Parole, acte révélant une telle liberté. Le capitaine se permit sur le buste une licence pour laquelle je le battis (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 179).Les licences des coulisses, et les poursuites dont sont l'objet les actrices (...) ne m'inspiraient que du dégoût (Gautier, Fracasse,1863, p. 445).
C. − LITT., et domaine des arts. Liberté que prend un écrivain, un artiste ou qui lui est laissée par l'usage, d'enfreindre certaines habitudes, certaines règles de son art; ce qui en résulte. Au xvesiècle s'établit une grande licence dans la sculpture d'ornement de nos contrées (Lenoir, Archit. monast.,1856, p. 269).Dans quelle mesure ces licences altèrent-elles l'essence même de la fugue? (Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 289).
POÉT. Faculté laissée au poète d'utiliser une forme, une construction, une prosodie, une prononciation qui n'est pas conforme à l'usage habituel; son résultat (d'apr. Mar. Lex. 1951). Licence grammaticale, poétique. La poésie populaire est le pays de la licence, de toutes les licences (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 266).Ce Jérimadeth, (...) la plus grande licence qu'un poète se soit peut-être jamais donnée (Péguy, V.-M., comte Hugo,1910, p. 756).
Prononc. et Orth. : [lisɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1170 « liberté, possibilité (de faire quelque chose) » (Piramus et Tisbé, éd. Ch. de Boer, 74); 2. 1509 « liberté exagérée, dérèglement des mœurs » (Lemaire de Belges, Illustrations de Gaule, I, 33, éd. J. Stecher, t. 1, p. 252); 1587 [éd. posthume] (Ronsard, Ode I, préf., éd. P. Laumonier, t. 1, p. 59 : la licence effrenee de la jeunesse); 1664 « désordre moral, anarchie » (Molière, Mariage forcé, I, 4 : une licence épouvantable règne partout); 3. 1534 licence poétique (Fabri, Rhét., II, fol. 3 vods Gdf. Compl.); 1550 licence (Ronsard, Ode I, Avertissement au lecteur, éd. citée, t. 1, p. 54); 4. 1674 « caractère de ce qui est contraire à la décence » (Boileau, Art poétique, III, éd. F. Escal, p. 177 : Enfin de la licence [de la Comédie antique] on arrêta le cours [cf. Horace, De arte poetica, 281-282 : Successit vetus his comoedia...; sed in vitium libertas excidit]). B. 1. 1174 « autorisation accordée de faire quelque chose » (Garnier de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 4290); 2. av. 1350 « autorisation d'enseigner, grade universitaire » (Isopet I, VIII, 9 ds Recueil gén. des isopets, éd. J. Bastin, t. 2, p. 214 : De Montpellier estoit venue Ma dame Hautene le Grue, Qui de phisique avoit licence); 3. 1780 admin. et fin. (Courrier de l'Europe, 14 avr. 1780 ds Proschwitz Beaumarchais, p. 264 : licences à accorder aux débitants de thé, café et chocolat). Empr. au lat.licentia « faculté, pouvoir (de faire librement quelque chose); liberté sans frein, licence, débordement »; « autorisation d'enseigner dans une Faculté, licence universitaire » à l'époque médiév. (1245 Bulle d'Innocent IV en faveur de l'Université de Toulouse ds M. Fournier, Statuts des Universités fr., t. 1, 1890, p. 451b; xiiies. Robert de Sorbon ds Du Cange, s.v.). Fréq. abs. littér. : 563. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 877, b) 357; xxes. : a) 918, b) 901. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 335. - Gohin 1903, p. 308. - Quem. DDL t. 3. - Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p. 263.

Licence : définition du Wiktionnaire

Nom commun

licence \li.sɑ̃s\ féminin

  1. Permission.
    • Ah ! cette ville imbécile et mortelle […]. Elle prend des aspects de nécropole où les macchabées folâtres auraient licence de grimacer et de gesticuler sous un ciel putride, gonflé comme un égout. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 10)
    • Pour ce soir, je te donne licence de débiter tes sornettes. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
  2. Permission spéciale, accordée par le gouvernement, pour exporter ou pour vendre certaines marchandises.
    • Il obtint une licence pour expédier du vin en pays étranger.
    • Licence pour le débit du tabac en détail.
    • Un nouveau cabaret ne peut ouvrir sans une licence.
    • Je vous affirme que je pense aux licences d'importation et à la prime de transport. La question vitale pour cette région. — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. III, Gallimard, 1937)
  3. (France) (Éducation) Degré qui est entre celui de bachelier et celui de docteur dans les facultés de lettres, de sciences, de droit.
    • C’est un lieutenant qui me demande. Au temps où il préparait la licence, il a connu à Louis-le-grand, mes camarades et désire me parler d’eux. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Une licence de France correspond à peu près à un grade de bachelier du Québec.
  4. Liberté trop grande, contraire au respect, à la retenue et à la modestie.
    • C’est un homme qui se donne de grandes licences.
    • Prendre bien des licences avec quelqu’un.
  5. Liberté excessive, dérèglement, insubordination.
    • La licence des mœurs.
    • Une licence effrénée.
    • Réprimer la licence.
    • Agir ainsi, c’est ouvrir la porte à la licence.
    • La licence n’a plus de frein, n’a plus de bornes.
    • Une liberté qui dégénère en licence.
    • Qu'il nous conjure de ne pas jouer le jeu fatal de la licence et, osons dire le mot, de l'immoralité, c'est dans notre intérêt. — (Arnaud Desjardins, L’audace de vivre, Éditions de la Table Ronde, Paris, 1989, p. 153)
  6. (Poésie) Toute liberté que le poète se donne dans ses vers contre la règle et l’usage ordinaire.
    • Licence poétique.
  7. (Informatique) Contrat ou déclaration par lequel le titulaire des droits d’un logiciel autorise un tiers (ou l'ensemble des tiers autorisés) vis-à-vis de l’usage, de la distribution ou de la modification. (S'utilise aussi pour des non-logiciels, pas forcément numérisés, pourvu que leur utilisation nécessite des droits d'auteur)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Licence : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LICENCE. n. f.
Permission. Ce religieux était sorti sans en avoir demandé la licence à son supérieur. Dites ce que vous avez à dire, je vous en donne pleine licence. Il désigne plus ordinairement une Permission spéciale, accordée par le gouvernement, pour exporter ou pour vendre certaines marchandises. Il obtint une licence pour expédier du vin en pays étranger. Licence pour le débit du tabac en détail. Un nouveau cabaret ne peut ouvrir sans une licence. Il se dit aussi, dans les Facultés de lettres, de sciences, de droit, du Degré qui est entre celui de bachelier et celui de docteur. Il a passé brillamment ses examens de licence en droit. Licence d'histoire. Licence libre. Licence d'enseignement. Il signifie encore Liberté trop grande, contraire au respect, à la retenue et à la modestie. C'est un homme qui prend des licences, qui se donne de grandes licences. Prendre bien des licences avec quelqu'un. Il signifie aussi Liberté excessive, dérèglement, insubordination. La licence des mœurs. Une licence effrénée. Réprimer la licence. Agir ainsi, c'est ouvrir la porte à la licence. La licence n'a plus de frein, n'a plus de bornes. Une liberté qui dégénère en licence. En poésie, il se dit de Toute liberté que le poète se donne dans ses vers contre la règle et l'usage ordinaire. Licence poétique.

Licence : définition du Littré (1872-1877)

LICENCE (li-san-s') s. f.
  • 1Liberté de faire donnée par permission. N'ai-je point à rougir de cette déférence Qui d'un combat illustre achète la licence ? Corneille, D. Sanche, II, 3. Faites parler les droits qu'on a dessus mon cœur, Je vous en donne la licence, Molière, le Dép. I, 2. Et je vous viens, monsieur, avec votre licence, Signifier l'exploit de certaine ordonnance…, Molière, Tart. V, 4. Hélas ! Ils se voyaient avec pleine licence ; Le ciel de leurs soupirs approuvait l'innocence, Racine, Phèdre, IV, 6.

    Il vieillit en ce sens. Cependant on dirait encore très bien, comme Racine, pleine licence.

  • 2Permission spéciale pour exporter ou importer ou pour vendre certaines marchandises. Lors du blocus continental, Napoléon 1er donnait des licences pour introduire les marchandises anglaises.

    Terme de pêche. Concession faite de gré à gré par les agents de l'administration des eaux et forêts, du droit d'exploiter un cantonnement de pêche sur un fleuve ou sur une rivière navigable.

  • 3Terme universitaire. Degré entre celui de bachelier et celui de docteur. Enfin, à force de battre le fer, il en est venu glorieusement à avoir ses licences, Molière, Mal. imag. II, 6.

    Aujourd'hui, on ne dit plus ses licences, on dit sa licence, à moins qu'il ne s'agisse collectivement de la licence ès lettres, de la licence ès sciences, etc. Les quatre licences.

    Temps que l'on passait sur les bancs avant de pouvoir devenir licencié.

    Licence, nom donné, dans la faculté de théologie, aux deux ans que les bacheliers passaient sur les bancs, pour fournir des preuves de leur capacité avant d'être reçus docteurs. Le cardinal de Guise n'a jamais été que sous-diacre et n'avait jamais songé à entrer en licence, Saint-Simon, 58, 226. Il [le cardinal de Fleury] commença sa licence en 1676 ; mais il ne prit le bonnet de docteur que longtemps après, Mairan, Élog. du card. Fleury.

    Les licences universitaires ont été ainsi nommées parce qu'elles donnaient la licence, la permission d'enseigner, de plaider, de traiter les malades, etc.

  • 4Trop grande liberté, contraire au respect, à la retenue, à la modestie. Il faut qu'enfin quelqu'un réprime ses licences, Rotrou, Vencesl. III, 2. Qui donc est ce coquin qui prend tant de licence Que de chanter et m'étourdir ainsi ? Molière, Amph. I, 2. Ils vous l'ont dit [qu'ils vous aimaient] ? - Aucun n'a pris cette licence, Molière, Femm. sav. II, 3. Mon mari avait le fonds excellent ; je l'avais corrigé de ses licences, Maintenon, Lett. à Mlle de l'Enclos, 8 mars 1666. Je sais sur ma conduite et contre ma puissance Jusqu'où de leurs discours ils portent la licence, Racine, Athal. II, 5.
  • 5Déréglement moral, insubordination. Arrêter la licence par la terreur des supplices, Patru, Plaid. 10, dans RICHELET. La licence qu'on a prise d'ébranler les règles, Pascal, Prov. X. Comme la république avait son faible inévitable, c'est-à-dire la jalousie entre le peuple et le sénat, la monarchie des Césars avait aussi le sien, et le faible était la licence des soldats qui les avaient faits, Bossuet, Hist. III, 7. N'a-t-il pas eu, dans la licence même de la guerre, une constante et scrupuleuse retenue ? Fléchier, Duc de Mont. Enfin de la licence [de la comédie] on arrêta le cours, Boileau, Art p. III. Ainsi que la vertu, le crime a ses degrés ; Et jamais on n'a vu la timide innocence Passer subitement à l'extrême licence, Racine, Phèdre, IV, 2. Quel frein pourrait d'un peuple arrêter la licence ? Racine, IV, 4. Cette jeunesse vécut avec une licence sans bornes, Fénelon, Tél. X. Cette ville est toujours dans la licence, Montesquieu, Esp. VIII, 2. Turenne laissa toujours à ses soldats une assez grande licence, Voltaire, Lett. Colini, 21 oct. 1767. Plongé dans la licence, au vice abandonné, Voltaire, Triumv. II, 1. La liberté n'est pas toujours licence, Voltaire, la Prude, II, 1.
  • 6 Terme de littérature. Ce qui se fait contre les règles exactes de l'art. Il y a d'heureuses licences qui plaisent plus que l'observation des règles. Alors qu'une œuvre brille, et d'art et de science, La verve quelquefois s'égare en la licence, Régnier, Sat. IX. C'est sur ces exemples [de Grotius et la Passion, de Buchanan et l'histoire de Jephté] que j'ai hasardé ce poëme, où je me suis donné des licences qu'ils n'ont pas prises, Corneille, Exam. de Poly. Purger notre théâtre des ordures que les premiers siècles y avaient comme incorporées, et des licences que les derniers y avaient souffertes, Corneille, Imit. Ép. au pape Alexandre VII. Si l'on veut s'arrêter aux licences de la conversation, c'est le vrai moyen d'estropier la langue à tout moment, D'Olivet, Ess. gramm. 2e sect. § 6.

    Licence poétique, impropriété dans les termes, irrégularité dans la construction, la dérivation et la syntaxe qu'on tolère chez les poëtes, comme : est-ce pas vous ? pour n'est-ce pas vous ? Monsieur, la poésie a ses licences, mais Celle-ci passe un peu les bornes que j'y mets, Piron, Métrom. V, 6.

    Fig. et familièrement. Gardez-vous bien de lâcher le moindre mot qui puisse faire connaître au bon d'Hacqueville que je vous ai envoyé sa lettre ; vous le connaissez, la rigueur de son exactitude ne comprendrait point cette licence poétique, Sévigné, 1er janv. 1676.

    Il se dit avec le même sens, en peinture, en sculpture, en architecture, en musique. Les colonnes accouplées ont été une licence en architecture.

  • 7 Au plur. Traits de plume hardis, composés pour orner les pages d'écriture.

HISTORIQUE

XIIe s. Madoc bailla les lettres, qui de l'aler contence ; Il les bailla la pape [au pape] quant il en out licence, Th. le mart. 112.

XIIIe s. Li rois commende que nus ne soit semons qui n'ait licence de venir à son jor, Liv. de jost. 93. Dame, à moi vous serez confesse, Car cil freres n'a pas licence De vous enjoindre penitence, Rutebeuf, 267.

XIVe s. Et en toutes autres commutacions, desqueles faire la loy donne licence, Oresme, Eth. 149. Lesquels se complegnoient les uns aus autres, de ce dont il avoient perdu celle licence et maniere de vivre, Bercheure, f° 28, recto.

XVIe s. Ilz abandonnerent de tout poinct la ville, appellans servitude le non avoir pleine licence de pouvoir vivre entierement à leur plaisir, Amyot, Pyrrh. 33. En pleine licence de divorces, il se passa 500 ans avant que nul s'en servist, Montaigne, III, 6. Chacun desireux de voir, l'un son frere, l'autre son oncle, demandoit licence aux superieurs, Lanoue, 557.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Licence : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LICENCE, s. f. (Gramm. Littérat. & Morale.) relâchement que l’on se permet contre les lois des mœurs ou des Arts. Il y a donc deux sortes de licence, & chacune des deux peut être plus ou moins vicieuse, ou même ne l’être point du tout.

Les grands principes de la Morale sont universels ; ils sont écrits dans les cœurs, on doit les regarder comme inviolables, & ne se permettre à leur égard aucune licence, mais on ne doit pas s’attacher trop minutieusement aux dernieres conséquences que l’on en peut tirer, ce seroit s’exposer à perdre de vûe les principes mêmes.

Un homme qui veut, pour ainsi dire, chicaner la vertu & marquer précisément les limites du juste & de l’injuste, examine, consulte, cherche des autorités, & voudroit trouver des raisons pour s’assurer, s’il est permis, par exemple, de prendre cinq pour cent d’intérêt pour de l’argent prêté à six mois ; & quand il a ou qu’il croit avoir là dessus toutes les lumieres nécessaires, il prête à cinq pour cent tant que l’on veut, mais ni à moins, ni sans intérêt, ni à personne qui n’ait de bonnes hypotheques à lui donner.

Un autre moins scrupuleux sur les petits détails, sait seulement que si tout ne doit plus être commun entre les hommes parce qu’il y a entr’eux un partage fait & accepté, qu’au moins il faut, quand on aime ses freres, tâcher de rétablir l’égalité primitive. En partant de ce principe, il prête quelquefois à plus de cinq pour cent, quelquefois sans intérêt, & souvent il donne. Il s’accorde une licence par rapport à la loi de l’usure, mais cette licence ainsi rachetée n’est-elle pas louable ?

On appelle licences dans les Arts, des fautes heureuses, des fautes que l’on n’a pas faites sans les sentir, mais qui étoient préférables à une froide régularité : ces licences, quand elles ne sont pas outrées, sont pour les grands génies, comme celles dont je viens de parler sont pour les grandes ames.

Dans les licences morales il faut éviter l’éclat, il faut éviter les yeux des foibles, il faut faire au dehors à-peu-près ce qu’ils font ; mais pour leur propre bonheur, penser & se conduire autrement qu’eux.

La licence en Théologie, en Droit, en Medecine, est le pouvoir que l’on acquiert de professer ces sciences & de les enseigner : ce pouvoir s’accorde à l’argent & au mérite, quelquefois à l’un des deux seulement. De licence on a fait le mot licencieux, produit par la licence. La signification de ce mot est plus étendue que celle du substantif d’où il dérive ; il exprime un assemblage de licences condamnables. Ainsi des discours licencieux, une conduite licencieuse sont des discours & une conduite où l’on se permet tout, où l’on n’observe aucune bienséance, & que par conséquent l’on ne sauroit trop soigneusement éviter.

Licence, (Jurisprud. & Théolog.) signifie congé ou permission accordée par un supérieur dans les universités. Le terme de licence signifie quelquefois le cours d’étude au bout duquel on parvient au degré de licencié ; quelquefois par ce terme on entend le degré même de licence. L’empereur Justinien avoit ordonné que l’on passeroit quatre ans dans l’étude des lois. Ceux qui avoient satisfait à cette obligation étoient dits avoir licence & permission de se retirer des études : c’est de là que ce terme est usité en ce sens.

Le degré de licence est aussi appellé de cette maniere, parce qu’on donne à celui qui l’obtient la licence de lire & enseigner publiquement, ce que n’a pas un simple bachelier. Voyez ci-après Licencié. (A)

Licence poëtique, (Belles-lettres.) liberté que s’arrogent les Poëtes de s’affranchir des regles de la Grammaire.

Les principales licences de la poésie latine, consistent dans le diastole ou l’allongement des syllabes breves, dans le systole ou l’abrégement des syllabes longues, dans l’addition ou pléonasme, dans le retranchement ou apherese, dans les transpositions ou métathese : de sorte que les poëtes latins manient les mots à leur gré, & sont en état de former des sons qui peignent les choses qu’ils veulent exprimer. Horace se plaignoit que les poëtes de son tems abusoient de ces licences, & data romanis venia est indigna poetis. Aussi a-t-on dépouillé peu-à-peu les Poëtes de leurs anciens privileges.

Les poëtes grecs avoient encore beaucoup plus de liberté que les latins : cette liberté consiste en ce que, 1°. ils ne mangent jamais la voyelle devant une autre voyelle du mot suivant, que quand ils mettent l’apostrophe ; 2°. ils ne mangent point l’m devant une voyelle ; 3°. ils usent souvent de synalephe, c’est-à-dire qu’ils joignent souvent deux mots ensemble ; 4°. leurs vers sont souvent sans césure ; 5°. ils emploient souvent & sans nécessité le vers spondaïque ; 6°. ils ont des particules explétives qui remplissent les vuides ; 7°. enfin ils emploient les différens dialectes qui étendent & resserrent les mots, font les syllabes longues ou breves, selon le besoin du versificateur. Voyez Dialecte.

Dans la versification françoise on appelle licence certains mots qui ne seroient pas reçus dans la prose commune, & qu’il est permis aux Poëtes d’employer. La plûpart même de ces mots, sur-tout dans la haute poésie, ont beaucoup plus de grace & de noblesse que ceux dont on se sert ordinairement ; le nombre n’en est pas grand, voici les principaux : les humains ou les mortels pour les hommes ; forfait pour crime ; glaive pour épée ; les ondes pour les eaux ; l’Eternel au lieu de Dieu, ainsi des autres qu’on rencontre dans nos meilleurs poëtes. (G)

Licences en Peinture, ce sont les libertés que les Peintres prennent quelquefois de s’affranchir des regles de la perspective & des autres lois de leur art. Ces licences sont toujours des fautes, mais il y a des licenses permises, comme de faire des femmes plus jeunes qu’elles n’étoient lorsque s’est passé la scene qu’on représente ; de mettre dans un appartement ou dans un vestibule celles qui se sont passées en campagne, lors cependant que le lieu n’est pas expressément décidé ; de rendre Dieu, les saints, les anges ou les divinités payennes témoins de certains faits, quoique les histoires sacrées ou prophanes ne nous disent point qu’ils y aient assisté, &c. Ces licences sont toujours louables, à proportion qu’elles produisent de beaux effets.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « licence »

Étymologie de licence - Littré

Provenç. licencia ; catal. llicencia ; espagn. licencia ; ital. licenzia ; du lat. licentia, de licere, être permis (voy. LICET).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de licence - Wiktionnaire

Du latin licentia (« permission »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « licence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
licence lisɑ̃s play_arrow

Citations contenant le mot « licence »

  • Pour la première fois une licence en ressources humaines est proposée sur le département du Gard. C'est le campus de la CCI Gard qui a décidé de lancer cette formation en septembre prochain. Il s'agit d'une année spécifique en gestion de la paye pour valider un bac+3. Une filière destinée à des étudiants qui ont déjà acquis des compétences en gestion et comptabilité. , VIDÉO Une nouvelle formation au campus de la CCI Gard : la licence ressources humaines – Objectif Gard
  • Alors que plusieurs jeunes ont fini par trouver un accord avec l'Olympique de Marseille pour un contrat, Ilyes Zouaoui qui était toujours sous licence amateur, souhaitait voir évoluer sa situation. Ce serait chose faite ! Actufoot, OM : Ilyes Zouaoui ne serait plus sous licence amateur !
  • (AOF) - Gaussin Manugistique a annoncé jeudi soir la signature d'une licence exclusive de 20 ans avec Al Attiya Motors and Trading Co., une société du groupe Al Attiya, portant sur ses véhicules électriques dédiés aux ports maritimes, aux aéroports, à la logistique et aux Smart cities. Capital.fr, GAUSSIN : signature d'une licence exclusive de 20 ans avec Al Attiya Motors - Capital.fr
  • Le drame des dictatures, c'est qu'elles donnent toute licence aux malades mentaux, aux mégalomanes, aux méchants, aux malhonnêtes gens d'aller jusqu'au bout de leur folie, de leur mégalomanie, de leur méchanceté, de leur malhonnêteté. De Henri Amouroux / Entretien avec Jacques Jaubert - Décembre 1979
  • La consolation du vieillard que l'on croit faits pour les grands du monde et pour les riches, sont plutôt le partage des gueux, qui en savourent la douceur avec plus de licence, plus de goût et plus de tranquillité qu'eux. De Alain-René Lesage / Guzman d'Alfarache
  • C'est avec l'idée des droits que les hommes ont défini ce qu'étaient la licence et la tyrannie. De Alexis de Tocqueville / De la démocratie en Amérique, 1835
  • Un coeur qui veut aimer, et qui sait comme on aime n'en demande jamais licence qu'à soi-même. De Pierre Corneille / Le Menteur
  • Les hommes ne se donnent licence que pour le mal. C'est la seule passion à laquelle ils ne mettent point de limites.
  • La république est une dépouille ; et sa force n’est plus que le pouvoir de quelques citoyens et la licence de tous. De Montesquieu
  • Il y a une liberté qui devient de la licence quand on dit que le corps appartient aux femmes. De Léon-Arthur Elchinger / France Inter - 8 Octobre 1979
  • Et jamais on n'a vu la timide innocence Passer subitement à l'extrême licence. De Jean Racine / Phèdre
  • L'offense négligée à la fin devient nôtre ; Qui souffre une licence en autorise une autre. De Jean de Rotrou / Don Bernard de Cabrèze
  • L'important n'est pas que vous soyez ou non licencieux. L'important c'est que vous ayez le droit de l'être. André Gide, Nouveaux Prétextes, Mercure de France
  • Nommez-vous liberté licence au populaire De faire impunément tout ce qu'il voudra faire ? Robert Garnier, Hymne de la monarchie

Images d'illustration du mot « licence »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « licence »

Langue Traduction
Corse licenza
Basque lizentzia
Japonais ライセンス
Russe лицензия
Portugais licença
Arabe رخصة
Chinois 执照
Allemand lizenz
Italien licenza
Espagnol licencia
Anglais licence
Source : Google Translate API

Synonymes de « licence »

Source : synonymes de licence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « licence »


Mots similaires