Chasteté : définition de chasteté


Chasteté : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHASTETÉ, subst. fém.

A.− [À propos d'une pers.]
1. Vertu consistant à s'abstenir des plaisirs charnels illicites et de tout ce qui s'y rapporte (pensées, etc.); p. ext., à faire preuve de retenue dans les plaisirs charnels licites (dans le mariage). Pratiquer la chasteté; chasteté chrétienne; chasteté conjugale :
1. ... la mariée confie à sa mère « l'ivresse qu'elle a ressentie »; celle-ci l'engage « à cette pureté, à cette chasteté qui sont la base des États et qui font le bonheur d'une famille pendant les siècles entiers ». Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 385.
Ceinture de chasteté. Cf. ceinture, ex. 6.
PARAD. Anton. incontinence, lubricité; quasi-synon. abstinence, ascèse, innocence, pudeur, réserve, sagesse, vertu, virginité.
Rem. ,,La chasteté prescrit des règles aux plaisirs de la chair; la continence les interdit absolument`` (Bonnaire 1835). La chasteté est cette vertu considérée en elle-même, la continence est la même vertu considérée par rapport à son opposé, l'incontinence (d'apr. Littré). ,,On peut être chaste sans être continent, et continent sans être chaste`` (Quillet 1965).
SYNT. Chasteté inviolable, inviolée; chasteté forcée, (in)volontaire, obligatoire. [Saint] Jérôme appelle la chasteté des veuves, une chasteté laborieuse, parce qu'il faut qu'elles combattent les souvenirs des plaisirs qu'elles ont goûtés (S. Mercier, Néologie, t. 1, 1801, p. 108).
Au plur. Les chastetés. Les manifestations de cette vertu (désirs qui s'y rapportent, mortifications du corps et de l'esprit qu'une personne s'impose, attitudes inspirées par la chasteté). Des chastetés d'enfant (Banville, Les Cariatides,1842, p. 46).Les chastetés d'une sainte (A. Dumas Fils, L'Ami des femmes,1864, V, 3, p. 187).Les chastetés les plus contenues de la passion (Lamartine, Raphaël,1849, p. 240).Cf. amitié ex. 96 :
2. Enfin, après une cérémonie religieuse, où les anges eux-mêmes semblent lui faire fête, l'enfant pieuse, romanesque, ignorante, se trouve livrée à cet homme qui sait ce que c'est que l'amour, lui! Que vont devenir les pudeurs, les rêves, les chastetés de la jeune fille, en retombant du ciel sur la terre? A. Dumas Fils, L'Ami des femmes,1864, IV, 9, p. 173.
2. En partic., RELIG. Abstinence complète des plaisirs de l'amour. Vœu de chasteté. Renoncement volontaire au mariage en vue d'une plus grande disponibilité au service de Dieu. Une chasteté de cénobite (Zola, La Fortune des Rougon,1871, p. 142).Chasteté perpétuelle. Cf. abstinent ex. 3 :
3. ... quelquefois, le vœu de chasteté était joint à celui de l'obéissance; et remarquez que ces vœux étaient, ainsi que ceux des procès, perpétuels. Huysmans, L'Oblat,t. 1, 1903, p. 202.
B.− [À propos d'un inanimé] Caractère d'une chose chaste; pureté.
1. Abstr. La chasteté des mœurs. Quasi-synon. retenue :
4. ... le vote, en première lecture, de la loi sur les blés montra que 112 membres du parti seulement avaient voté pour Peel, alors que 240 d'entre eux « maintenaient avec Bentick la chasteté de leur honneur ». Maurois, La Vie de Disraëli,1927, p. 182.
2. Concr. Grand délice que celui de noyer son regard dans l'immensité du ciel et de la mer! Solitude, silence, incomparable chasteté de l'azur! (Baudelaire, Petits poèmes en prose,1867, p. 17).
3. Spéc., dans le domaine artistique (B.-A., litt., mus.).La chasteté du style. La chasteté de sa mélodie. Aucun d'eux [les sculptiers] n'a su trouver un aussi joli motif; aucun d'eux n'a ce grand goût et cette pureté d'intentions, cette chasteté de lignes qui n'exclut pas du tout l'originalité (Baudelaire, Salon,1845, p. 79).
Prononc. et Orth. : [ʃastəte]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1180 « pudicité » (De David li prophecie, 314 ds Z. rom. Philol., t. 19, p. 203); 1656-57 relig. « abstinence totale des plaisirs de la chair » (Pascal, Provinciales, IV, p. 258 ds IGLF); d'où 2. av. 1654 « correction, pureté du style » (G. de Balzac ds Bouhours, Rem. nouv. sur la lang. fr., Paris, 2eéd., 1676, p. 135). Empr. au lat. class. castitas attesté au sens de « chasteté, virginité (ici, en parlant des vestales) » (Cicéron ds TLL s.v., 541, 71), notion reprise dans la lang. des aut. chrét., v. Blaise; a remplacé l'a. fr. chastée (1121-35, Ph. de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg, 426; attesté encore au xves. ds Littré) dér. de chaste* avec suff. -ée (adaptation demi-savante du lat. -ĭtatem, Nyrop t. 3, § 198). Fréq. abs. littér. : 458. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 697, b) 674; xxes. : a) 671, b) 587. Bbg. Cohen 1946, p. 13.

Chasteté : définition du Wiktionnaire

Nom commun

chasteté \ʃas.tə.te\ féminin

  1. État de celui qui s’abstient en amour de tout plaisir illicite.
    • Beaucoup plus connue est la généralisation de la castration dans le monde arabe, par l'intermédiaire des eunuques de harem, ces « gardiens du lit » au sens littéral du mot, à qui revenait la responsabilité de la chasteté des femmes du sultan. — (Patrick Barbier, Histoire des Castrats, Grasset , 1989, p.15)
  2. (Par extension) (Figuré) Image de pureté des choses.
    • Les perpétuelles contradictions de l’amour et de la religion d’Atala, l’abandon de sa tendresse et la chasteté de ses mœurs, la fierté de son caractère et sa profonde sensibilité, l’élévation de son âme dans les grandes choses, sa susceptibilité dans les petites, tout en faisait pour moi un être incompréhensible. — (François-René de Chateaubriand, Atala, ou Les Amours de deux sauvages dans le désert)
  3. Entière abstinence des plaisirs de l’amour.
    • Telle fut la légende de sainte Énimie, fille de Clotaire II et sœur de Dagobert : Sollicitée au mariage, bien qu'ayant fait vœu de chasteté, cette fervente Mérovingienne avait prié Dieu de l’enlaidir pour écarter les prétendants. Dieu l'exauça : une lèpre horrible dévora son corps, rongea son visage. — (Louis Barron, Le Nouveau Voyage de France, Tours : chez Alfred Mame & fils, 1899, p. 164)
    • Les auteurs catholiques ne sont pas embarrassés pour si peu. Les jeunes gens demeureront chastes jusqu’au jour de leur mariage : les prêtres le demeurent bien![…] Et l’un de ces auteurs, (…), va même jusqu’à prétendre que la chasteté, loin de présenter des dangers pour la santé de ceux qui l’observent, leur est favorable. — (Alfred Naquet, Vers l’union libre, E. Juven, Paris, 1908)
    • Il m semble que la chasteté, d'une façon générale, consiste à s'abstenir des plaisirs charnels défendus, peut-être même à user avec modération des plaisirs charnels permis.
      Mais pour moi, Marcelle Gauvreau, la chasteté doit embrasser la vertu de pureté, dans son sens intégral, non seulement en ce qui concerne le domaine sexuel, mais aussi la pureté de cœur et celle de la pensée.
      — (Marcelle Gauvreau, Lettre à Marie-Victorin, 12 décembre 1939, dans Lettres au frère Marie-Victorin, éditions Boréal, Montréal, 2019, page 169)
    • Et puisque leur religion leur interdit toutes les pauvres astuces dont l'homme a appris à user pour restreindre sa progéniture, il ne resterait plus que la chasteté, dont Arthur, et peut-être même Mathilde, ne veulent pas. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 134)
    • « De toutes les aberrations sexuelles, la plus singulière est encore la chasteté » , disait Remy de Gourmont.
      Ses contemporains étaient de son avis. Dieu merci !
      — (Laure Desroches, Sous l'édredon : le couple de 1870 à 1914, Genève : Éd. Crémille, 1994, préface)
    • Quelques jours plus tard, en réponse à une longue apologie du célibat et de la chasteté due à la plume de notre « Sphinx ariégeois » de plus en plus dégoûté de la vie, je répliquais :
      Toute femme est faite pour rivancher comme dit l'argot des barrières, et ensuite pour reproduire.
      — (Françoise d'Eaubonne, Mémoires irréductibles: de l'entre-deux-guerres à l'an 2000, éditions Dagorno, 2001, p. 233)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Chasteté : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHASTETÉ. n. f.
État de celui qui s'abstient en amour de tout plaisir illicite. Garder la chasteté. Chasteté conjugale. Par extension, Chasteté des yeux, des gestes, du style. Il signifie aussi Entière abstinence des plaisirs de l'amour. Chasteté perpétuelle. Faire vœu de chasteté.

Chasteté : définition du Littré (1872-1877)

CHASTETÉ (cha-ste-té) s. f.
  • 1Vertu des personnes chastes. La chasteté dans le mariage. La chasteté déjà, la rougeur sur le front, Avait chez les humains reçu plus d'un affront, Boileau, Sat. X.
  • 2 Par extension, abstinence entière des plaisirs de l'amour. Faire vœu de chasteté. Il faudra garder la chasteté, Bossuet, Var. 7.
  • 3 Fig. Correction, pureté. Chasteté de style, Costar, dans BOUHOURS, Nouv. rem.

SYNONYME

CHASTETÉ, CONTINENCE. La chasteté est une vertu morale qui prescrit des règles à l'usage des plaisirs de l'amour ; la continence est une autre vertu qui en interdit absolument l'usage. La chasteté règne dans le mariage ; la continence règne dans les cloîtres. Il y a aussi cette différence que la chasteté est cette vertu considérée en elle-même, et que la continence est la même vertu considérée par rapport à son opposé qui est l'incontinence : il peut y avoir, dans un mariage chaste d'ailleurs, peu de continence.

HISTORIQUE

XIIe s. Vous portiez le pris de beauté Et l'enseigne de chasteé, Romancero, p. 60.

XIIIe s. Chasteé, qui dame doit estre Et des roses et des boutons, la Rose, 2858. Et Drois, et Chasteé et Fois S'enfoïrent à cele fois, ib. 5409.

XIVe s. La beauté et la chasteté de Lucrece, Bercheure, f° 26, verso. Luxure est le pechié, la vertu contraire est chasteté, Ménagier, I, 3.

XVe s. Comment, parler… Et de chasteé est-ce offense ? Mir. de sainte Genevi. En icelle fontaine, pour soi rafreschir, se baignoit Diane, la deesse de chasteté, Froissart, II, III, 14.

XVIe s. Il [Charles-Quint] aime la religion, justice et chasteté, Sleidan, f° 13.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Chasteté : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHASTETÉ, est une vertu morale par laquelle nous modérons les desirs déreglés de la chair. Parmi les appétits que nous avons reçus de la nature, un des plus violens est celui qui porte un sexe vers l’autre : appétit qui nous est commun avec les animaux, de quelque espece qu’ils soient ; car la nature n’a pas moins veillé à la conservation des animaux, qu’à celle de l’homme ; & à la conservation des animaux mal-faisans, qu’à celle des animaux que nous appellons bienfaisans. Mais il est arrivé parmi les hommes, cet animal par excellence, ce qu’on n’a jamais remarqué parmi les autres animaux ; c’est de tromper la nature, en joüissant du plaisir qu’elle a attaché à la propagation de l’espece humaine, & en négligeant le but de cet attrait ; c’est-là précisément ce qui constitue l’essence de l’impureté : & par conséquent l’essence de la vertu opposée consistera à mettre sagement à profit ce qu’on aura reçu de la nature, & à ne jamais séparer la fin des moyens. La chasteté aura donc lieu hors le mariage, & dans le mariage : dans le mariage, en satisfaisant à tout ce que la nature exige de nous, & que la religion & les lois de l’état ont autorisé ; dans le célibat, en résistant à l’impulsion de la nature qui nous pressant sans égard pour les tems, les lieux, les circonstances, les usages, le culte, les coûtumes, les lois, nous entraîneroit à des actions proscrites.

Il ne faut pas confondre la chasteté avec la continence. Tel est chaste qui n’est pas continent ; & réciproquement, tel est continent qui n’est pas chaste. La chasteté est de tous les tems, de tous les âges, & de tous les états : la continence n’est que du célibat ; & il s’en manque beaucoup que le célibat soit un état d’obligation. Voyez Celibat. L’âge rend les vieillards nécessairement continens ; il est rare qu’il les rende chastes.

Voilà tout ce que la philosophie semble nous dicter sur la chasteté. Mais les lois de la religion Chrétienne sont beaucoup plus étroites ; un mot, un regard, une parole, un geste, mal intentionnés, flétrissent la chasteté chrétienne : le Chrétien n’est parvenu à la vraie chasteté, que quand il a su se conserver dans un état de pureté angélique, malgré les suggestions perpétuelles du démon de la chair. Tout ce qui peut favoriser les efforts de cet ennemi de notre innocence, passe dans son esprit pour autant d’obstacles à la chasteté : tels que les excès dans le boire & le manger, la fréquentation de personnes déreglées, ou même d’un autre sexe, la vûe d’un objet indécent, un discours équivoque, une lecture deshonnête, une pensée libre, &c. Voyez à Celibat, Mariage, & aux autres articles de cet Ouvrage, où l’on traite des devoirs de l’homme envers lui-même, ce qu’il faut penser de la chasteté.

Chasteté, (Medecine.) Voyez Mariage, Medecine ; & Virginité, Medecine.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chasteté »

Étymologie de chasteté - Littré

Provenç. castitat, castetat ; espagn. castidad ; portug. castitade ; ital. castità ; du latin castitatem, de castus, chaste.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de chasteté - Wiktionnaire

Du latin castitas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chasteté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chasteté ʃastœte play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « chasteté »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chasteté »

  • S'engager dans la vie religieuse c'est décider de mener une vie de pauvreté, de chasteté et d'obéissance. Des vœux qui orientent l'être, des renoncements pour laisser place à l'essentiel. , Chasteté, pauvreté, obéissance: le sens des vœux religieux (suite)
  • Les prétendues “ténèbres” du Moyen Âge ont suscité beaucoup de contre-vérités historiques. Comme l'invention de la ceinture de chasteté. Valeurs actuelles, La ceinture de Chasteté, un phantasme historique ? | Valeurs actuelles
  • Ces jeunes femmes contemporaines ont des propos qui semblent dater du Moyen-Âge. Et peut-être même que les femmes de cette époque reculée avaient une autre conception du plaisir. Ne sont-ce pas elles qui ont imposé l’amour courtois, synonyme d’attention à leur égard, comme réponse symbolique à la sinistre ceinture de chasteté et à la brutalité des hommes ? Mais Mon nom est clitoris ne creuse pas cette voie historique, en s’attachant, avec pertinence, aux jeunes femmes d’aujourd’hui. Les confidences s’égrènent au fil de thèmes précis : la sexualité infantile, la masturbation, la découverte (ou non) du clitoris, sa nature, la première relation sexuelle, le rôle des hommes, le plaisir…Sur le .tournage de "Mon nom est clitoris" de Daphné Leblond, Lisa Billuart Monet. (La Vingt-Cinquième Heure) Cette enquête touche autant l’hétérosexualité que l’homosexualité, mais néglige un regard masculin qui aurait été éclairant, tout comme le sujet ô combien douloureux de l’excision. Elle révèle toutefois des différences dans les témoignages de jeunes femmes issues de familles juives, chrétiennes et musulmanes : intéressant. Elle a également le mérite d’aborder des sujets rarement traités, comme le vaginisme, et celui des femmes ne répondant pas aux canons de beauté en vigueur. D’une facture globalement télévisuelle, Mon nom est clitoris a le mérite de son originalité et de briser un tabou, mais demeure un peu répétitif sur sa courte durée (1h17), alors qu’il aurait pu s’élargir à des thèmes laissés de côté. Vaste sujet… L'affiche de "Mon nom est clitoris" de Daphné Leblond et Lisa Billuart Monet. (La Vingt-Cinquième Heure) Franceinfo, "Mon nom est clitoris" : drôle de documentaire sans fard sur ce qui se passe sous les jupes des filles...
  • Etrange destin de la masturbation : on est passé en quelques clics temporels d’un paradigme à l’autre. Vilipendée pendant des siècles par les autorités conservatrices, religieuse et médicale, elle est depuis la modernité tardive l’objet d’un culte exactement inverse. Cette revalorisation m’intéresse. Au départ, donc, Onan est maudit : être seul, c’est être méchant. On a pourtant des preuves que la vie à deux n’est pas des plus roses : je ne parle pas des viols mais de l’outrage, ravageur à long terme, qui consiste à ne pas faire l’amour à sa moitié. Que quelqu’un qui se donne du plaisir à soi-même soit condamné bien davantage que celui qui refuse le plaisir à autrui est un mystère qui s’explique par le fait que la masturbation préserve d’un rapport raté. C’est en somme un moindre mal. On parle sans arrêt du harcèlement sexuel : il existe, bien sûr, mais pourquoi ne parle-t-on jamais du non-harcèlement qui consiste à ne pas donner à l’autre ce qu’il mérite ? Le devoir conjugal étant un devoir, il s’étiole ipso facto. Les gens qui nous refusent le plaisir sont dangereux, or personne ne les poursuit jamais. Puisqu’une chasteté est toujours injuste, on devrait condamner les empêcheurs de rapports ; au lieu de quoi on dit «bas les pattes» ou «masturbez-vous, c’est bon pour le moral», ce qui n’est pas prouvé. Libération.fr, Per-mas-turbation - Libération
  • Noémie, 24 ans, gérante d'un magasin de sport et Julien, 27 ans, indépendant dans l'évènementiel, nous expliquent leur vœu de chasteté: une pratique encouragée par leur entourage chrétien, mais souvent incomprise des autres à l’heure de Tinder. Mariés depuis deux ans, lotis entre quelques reliefs gruériens et désormais parents d’un petit garçon, ils évoquent avec recul les enjeux de cette décision et ce qu’elle leur a apporté. Le Temps, «La chasteté, oui, j’avais envie de la vivre» - Le Temps
  • C’est un sujet sensible qui sera bientôt débattu à l’Assemblée nationale. Mercredi 3 juin, la députée LREM de l’Allier, Laurence Vanceunebrock, a annoncé avoir déposé une proposition de loi pour interdire les “thérapies de conversion”. Ces dernières sont utilisées dans le but de tenter de changer l’orientation sexuelle d’une personne ou de la convaincre de choisir la chasteté. Relativement connues aux Etats-Unis, elles sont beaucoup plus officieuses en France et souvent proposées sous forme de “stage”, “soin” ou “séminaire”. www.pourquoidocteur.fr, Une proposition de loi vise à interdire les “thérapies de conversion” en France
  • Même si cette pratique tend à disparaître, Ngoné Mbaye tient à cette tradition. Après sa lune de miel, l’actrice en présence de sa famille et de ses proches a montré sa chasteté. Senego.com - Actualité au Sénégal, toute l'actualité du jour, Chaste, l'actrice Ngoné Mbaye honore ses parents. Revivez en émotion son "Labane" ,[Photos+Vidéo] - Senego.com
  • Le Père Aymeric de Salvert revisite pour nous ce concept souvent mal compris de la chasteté que prône l'Eglise pour une sexualité résolument tournée vers l'autre. , La chasteté : un principe ringard de l'Eglise catholique ?
  • La chasteté, c’est du gaspillage. De Hugo Pratt / Hugo Pratt en verve
  • Le voeu de chasteté n’est qu’un défi d’orgueil à la nature. De Jules Renard / Mots d’écrits
  • De toutes les perversions sexuelles, la chasteté est la plus dangereuse. De George Bernard Shaw
  • O Dieu ! Accordez-moi la chasteté, mais pas encore maintenant. De Saint Augustin
  • La romance historique est le seul type de livre dans lequel la chasteté est importante. De Barbara Cartland
  • La plus sûre garde de la chasteté à une fille, c'est la sévérité. De Michel de Montaigne / Lettre à son père
  • Quelle candeur de croire à la chasteté en amour ! De August Strindberg / Plaidoyer d'un fou
  • De toutes les aberrations sexuelles, la pire est la chasteté. De Anatole France
  • La vérité est la chasteté de l’âme. De Saint Augustin / Contra mendacium
  • La chasteté c'est lutter contre l'amour. De Delphine Lamotte
  • La chasteté est le mirage des obscènes. De Ennio Flaiano
  • La beauté et la chasteté sont toujours en querelle. De Ovide / Les Héroïdes
  • Un moine est l'étalon de la chasteté. De Maurice Chapelan / Main Courante
  • La chasteté est le lis des vertus et, dès cette vie, elle nous rend presque semblables aux anges. Rien n’est beau que par la pureté et la pureté des hommes c’est la chasteté. De Saint François de Sales
  • Celui qui reste chaste et meurt d'amour meurt martyr. Mahomet en arabe Muḥammad, Tradition musulmane
  • […] Ce n'est pas toujours par valeur et par chasteté que les hommes sont vaillants et que les femmes sont chastes. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes

Traductions du mot « chasteté »

Langue Traduction
Portugais castidade
Allemand keuschheit
Italien castità
Espagnol castidad
Anglais chastity
Source : Google Translate API

Synonymes de « chasteté »

Source : synonymes de chasteté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chasteté »



mots du mois

Mots similaires