Dévergondage : définition de dévergondage


Dévergondage : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉVERGONDAGE, subst. masc.

A.− Domaine des mœurs.Conduite licencieuse et libertine. Synon. débauche, dépravation.Au commencement du dévergondage d'une femme, il y a, à peu près toujours, une scélératesse d'homme! (Péladan, Vice supr.,1884, p. 71).Je n'aime dans l'amour que le dévergondage (Léautaud, Journal littér.,1, 1893-1906, p. 142):
1. On devine les affres que traverse la jeune princesse [de Clèves] dans ce pavillon aux fenêtres ouvertes. Elle s'enivre d'un portrait (...) Elle est surprise par le responsable de l'ivresse qui la submerge, morte de honte comme si le pire dévergondage avait eu lieu. Cocteau, Poésie critique 1,1959, p. 270.
B.−
1. P. ext. Écart par rapport à la norme morale et/ ou sociale. Il réfléchissait avec une affliction sincère au dévergondage de la jeunesse, au relâchement des mœurs (Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 1015):
2. Bonne éducation qu'il ne faut pas prendre trop au pied de la lettre d'ailleurs, plusieurs de ces dames versant très vite dans le dévergondage des mœurs sans perdre jamais la correction presque enfantine des manières. Proust, Le Côté de Guermantes 1,1920, p. 251.
2. P. métaph.
a) Domaine de la théorie, de la pensée.Développement excessif et dévoyé. Dévergondage de l'esprit, de l'imagination. Synon. excentricité.Papa (...) s'était livré au pire dévergondage patriotique (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 329).Monstrueux dévergondage de la théorie pastorienne! (J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 122).
b) Écart extrême par rapport à la norme, fantaisie débridée. Synon. débauche.Un dévergondage de dentelles et de clochetons (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 241).Ils revinrent au soleil, dans le dévergondage des plates-bandes et des corbeilles (Zola, Faute Abbé Mouret,1875, p. 1347).La discussion d'une équation du second degré (...) me fournit la matière d'un étrange dévergondage hyperbolique et parabolique, entre les axes des coordonnées (Arnoux, Écoute,1923, p. 140).
Prononc. et Orth. : [devε ʀgɔ ̃da:ʒ]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1. [Av. 1801 « conduite relâchée » (Restif, s. réf. ds S. Mercier, Néol.)]; 1792 (Linguet, Ann. polit. et littér. XIX, 49 ds DG); 2. 1825 fig. « excès, fantaisie » (Stendhal, Racine et Shakespeare, t. 2, p. 72 : Prodigieux dévergondage d'esprit). Dér. du rad. de dévergonder*; suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 53. Bbg. Gohin 1903, p. 237.

Dévergondage : définition du Wiktionnaire

Nom commun

dévergondage \de.vɛʁ.ɡɔ̃.daʒ\ masculin

  1. Libertinage effronté ou scandaleux.
    • Ce qui tourmentait et désolait et retournait le curé de Melotte, c’était le dévergondage des filles et des garçons du pays. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • À ces dévergondages, à ces déliquescences, à ces dépravations, il y a de douloureuses conséquences. […] ; une partie de la jeunesse aurait été atteinte en sa constitution physique, aux sources mêmes de la vie. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Comme chaque fois que pour quelque motif je cède à l’enthousiasme, il y avait dans mon exubérance une espèce d’indiscrétion et presque de dévergondage ; je m’en rendais compte, mais alors qu’autrefois j’aurais eu honte à m’y abandonner, maintenant au contraire, je m’y complaisais. — (Alberto Moravia, L’Amour conjugal, 1948 ; traduit de l’italien par Claude Poncet, 1948, p. 50)
    • Cet homme du XVIIe siècle qui n'a pas froid aux yeux, qui a voyagé dans une grande partie de l'Europe, qui a publié en 1808 un livre où il proposait un plan audacieux de nouvelles relations sexuelles et où il jetait les bases du féminisme moderne, va s'apercevoir qu'il était encore loin d'imaginer le degré de dévergondage que certains milieux pouvaient atteindre, que ses propres nièces, sous des dehors cafards, forment une bande de partouzardes fieffées, qui se gaussent de sa naïveté. — (Émile Lehouck, Vie de Charles Fourier, Éditions Denoël & Gonthier, 1978, page 151)
  2. (Figuré) Excès.
    • Il serait plus vrai de dire: La méthode exige qu'on justifie tout ce qu'on dit, tout ce qu'on écrit: donc, elle empêche le dévergondage de l’imagination; donc, elle oblige à ne parler que de ce qu'on sait. — (Journal de la Langue Française, grammatical, littéraire & philosophique, n° 44 , 2e partie : Littérature : « Méthode Jacotot : Discours improvisé par M. Bayard de la Vingterie », séance du 13 décembre 1829, en recueil dans le Journal philosophique, grammatical & littéraire de la Langue Française, rédigé par M. F. N. Boussi, tome 5, Paris : au bureau du journal, 1831, en note p. 186)
    • — J’adore les foires, ma cousine, nous nous y rendrons ensemble et je vous offrirai un petit cochon de pain d’épices avec dessus votre nom marqué en sucre blanc.
      — Mon nom… sur un porc ?
      — Mais oui… Ça se fait beaucoup !
      — Quel dévergondage !…
      — (Germaine Acremant, Ces dames aux chapeaux verts, Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, page 107.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dévergondage : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉVERGONDAGE. n. m.
Libertinage effronté, scandaleux. La plus grande partie de sa vie ne fut qu'un long dévergondage. Fig., Dévergondage d'esprit, d'imagination, Excès d'esprit, d'imagination.

Dévergondage : définition du Littré (1872-1877)

DÉVERGONDAGE (dé-vèr-gon-da-j') s. m.
  • 1Libertinage scandaleux.
  • 2 Par extension. Dévergondage d'esprit, d'imagination, excès auquel se livre un espirt déréglé.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dévergondage »

Étymologie de dévergondage - Littré

Dévergonder.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de dévergondage - Wiktionnaire

 Dérivé de dévergonder avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dévergondage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dévergondage devɛrgɔ̃daʒ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « dévergondage »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dévergondage »

  • L'exposition brasse très large. Elle va du mariage au dévergondage dans une nation alors très morcelée. L'essentiel se passe logiquement en Pays de Vaud. Bilan, Le château de Prangins raconte l'amour et le sexe dans la Suisse du XVIIIe siècle - Bilan
  • En réalité son « militantisme » de circonstance sur tout ce qui a trait au quotidien et à l’actualité au Maroc a, cette fois, dépassé les bornes. En s’attaquant aux sacralités du royaume et de ses citoyens, des valeurs que notre Constitution protège et à celles de ses concitoyens, il a fait fort dans le dévergondage. Hespress Français, « Moul Kaskita » : Jusqu’où préserver la liberté individuelle ? | Hespress Français
  • Le Grupetto réunit quatre "gregarios" qui s’accrochent les uns aux autres afin de mieux gravir les côtes escarpées d’un jazz sans mélo, qui tentent de vous faire croire, l’espace d’un instant, que tout va presque bien. Leur répertoire original est fait de petits arrangements, d’échappées en solo et d’audaces rythmiques qui sortent du lot. Le Grupetto est une formation atypique où la ligne de basse peut être tenue par le saxophone basse comme par la main gauche du piano électrique où la batterie ne cherche pas à être le centre rythmique, où le ténor peut allier facture classique et dévergondage éhonté où l’on utilise une flûte des Andes dans un contexte improvisé, ce qui démontre son universalité sans trahir ses origines. France Musique, Jazz Trotter : "Les Quat' Saisons du Grupetto"
  • Appelé à Paris par Diaghilev qui lui commande L’Oiseau de feu, un premier ballet, le compositeur abandonne son Rossignol… Il n’y reviendra que cinq ans plus tard, cette fois auréolé de la gloire de ses trois ballets parisiens : L’Oiseau de feu, Petrouchka et Le Sacre du printemps. La rupture, voulue, entre le calme et bucolique du 1er acte russe et les deux suivants composés en Suisse n’ajoute que plus de saveur à l’ouvrage investi d’un rythme nouveau et d’une polyphonie richement élaborée. Un charivari strident et un dévergondage ironique de timbres brûlants en rupture avec l’opéra traditionnel, au moment même où la Première Guerre mondiale confine Stravinsky en Suisse. La création à l’Opéra de Paris, sous la direction de Pierre Monteux dans une chorégraphie de Boris Romanov et des décors et costumes d’Alexandre Benois, le 26 mai 1914, fut un échec critique et public – seul Ravel, dans Comoedia illustré (5 juin 1914) défendit l’ouvrage, vantant la liberté contrapuntique absolue, cette indépendance audacieuse des thèmes, des rythmes, des harmonies, dont la combinaison, grâce à l’une des plus rares sensibilités musicales, nous offre un ensemble si séduisant. Concertlive.fr actualité concerts et festivals, LE ROSSIGNOL ET AUTRES FABLES à PARIS 01 à partir du 2021-02-14 – Concertlive.fr actualité concerts et festivals
  • Même les critiques les plus acharnés de Trump ne peuvent lui reprocher un virus qui serait venu de Chine, ni un effondrement économique connexe, ni quatre siècles d’esclavage, de ségrégation, de brutalité policière, et d’injustice sociale. L’histoire de la présidence de Trump, avec son mélange toxique de dévergondage, de cynisme, de rhétorique sauvage et vulgaire, a néanmoins conduit à ce nexus. Pris ensemble, ces accélérateurs, comme nous venons de le voir, ont mis feu à la poudrière. , D’outre-Atlantique - Le journal du Gers
  • Comment lire cet ensemble de textes, aussi énigmatiques que séduisants, écrits par l’auteur de « la Pornographie » alors qu’il se trouvait exilé en Argentine pour cause de Seconde Guerre mondiale ? S’agit-il d’une sinistre plaisanterie, appelant à la reddition, face au triomphant macho sud-américain, de la femme de Buenos Aires ? Ou bien au contraire d’un plaidoyer pour le dévergondage à outrance, d’une farce dopée à l’humour British, d’un manifeste révolutionnaire qui ferait du sexe le cœur d’un véritable « contrat social », lequel serait au chef-d’œuvre de Rousseau ce que les « Pendules molles » de Dali sont à la Patek Philippe ? L'Obs, Gombrowicz, l’érotomane qui voulait « faire sortir les filles de chez elles »
  • Quand nos exposés sont effrontés ou affolants, on nous accuse de donner au public des palpitations. Nous sommes les boucs émissaires du dévergondage répandu que la « société, » afin de l’endurer, préfère oublier. Tout ce que nous rapportons sera calomnié. , Journalisme : vocation ingrate, métier dangereux - Le journal du Gers
  • Mais que reste-t-il quarante-cinq ans plus tard d’« Emmanuelle », dont on garde surtout en mémoire la légendaire affiche avec son héroïne dévêtue assise dans un fauteuil en rotin ? Disons-le tout net : le film a affreusement mal vieilli. Avec ses images tournées en flou artistique typique des années 70, ses actrices qui jouent comme des pieds (tout en le prenant en même temps) et ses dialogues souvent ridicules (« Tu aimes te caresser ? Moi oui. »), on est face à un mauvais porno-soft affreusement daté. Les scènes de sexe, justement. Si audacieuses que cela ? Soyons francs, à une époque où les films X les plus hard sont à portée de clic de n’importe qui sur le web, les expérimentations auxquelles se livre Emmanuelle, qui est initiée en Thaïlande aux joies de la luxure et du dévergondage, sont plutôt sages. Tout est simulé, pas de gros plans. Même si Sylvia Kristel apparaît complètement nue (l’occasion de se souvenir d’une époque où l’épilation complète n’était pas de mise), certaines scènes prêtent parfois plus à sourire qu’autre chose (celle de Christine Boisson qui se met à se masturber devant Emmanuelle après avoir vu un poster de Paul Newman). La séquence la plus osée demeure celle où une strip-teaseuse thaïlandaise fume une cigarette… avec son sexe, d’où sort la fumée. sudinfo.be, «Emmanuelle» sur Netflix: le film cul-te est-il si sexe que ça?

Images d'illustration du mot « dévergondage »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dévergondage »

Langue Traduction
Corse wanton
Basque wanton
Japonais ワンタン
Russe беспричинный
Portugais devassa
Arabe وحشي
Chinois 放肆
Allemand mutwillig
Italien lascivo
Espagnol sin sentido
Anglais wanton
Source : Google Translate API

Synonymes de « dévergondage »

Source : synonymes de dévergondage sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dévergondage »



mots du mois

Mots similaires