La langue française

Libertinage

Sommaire

  • Définitions du mot libertinage
  • Étymologie de « libertinage »
  • Phonétique de « libertinage »
  • Citations contenant le mot « libertinage »
  • Traductions du mot « libertinage »
  • Synonymes de « libertinage »
  • Antonymes de « libertinage »

Définitions du mot libertinage

Trésor de la Langue Française informatisé

LIBERTINAGE, subst. masc.

A. − [Correspond à libertin A]
1. Cour. Conduite de celui qui a des mœurs très libres, qui s'adonne sans retenue aux plaisirs de la chair. Un libertinage effréné; camarades de libertinage. Parmi les emportements sensuels de son amour, il y avait tout à la fois des tendresses de jeune fille et du libertinage de courtisane (E. de Goncourt, Faustin,1882, p. 216).Le peintre s'est amusé à cette transposition d'une société élégante et frivole, qui pare encore son libertinage des voiles légers du sentiment (Nolhac, Boucher,1907, p. 57).La république de Sade n'a pas la liberté pour principe, mais le libertinage (Camus, Homme rév.,1951, p. 57):
1. Ah! monsieur, vous commencez bien plus tôt que mon père cette carrière de libertinage, de prodigalité qui déshonore un père de famille, qui diminue le respect des enfants, et au bout de laquelle se trouvent la honte et le désespoir. Balzac, Cous. Bette,1846, p. 235.
P. méton. Acte libertin. Il causait avec elle des amants qu'elle avait, sollicitait le récit de ses libertinages, et même il finissait par y trouver plaisir (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 708).
2. Vx. Attitude de celui qui refuse les contraintes, les sujétions. (Dict. xixeet xxes.).
3. Vieilli ou littér. Attitude de celui qui refuse le dogmatisme des croyances établies ou officielles et en particulier celui de la religion et la contrainte de sa pratique. [Théodore Jouffroy] aimait de la religion justement ce que les athées par libertinage en détestent : sa règle austère et son enseignement vertueux (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 55):
2. Le libertinage n'est pas, comme on l'a trop longtemps soutenu, l'attitude tapageuse et paradoxale de quelques jeunes fous. C'est un vaste mouvement où confluent les tendances les plus diverses, les courants d'idées les plus puissants de l'Europe intellectuelle (...). Le libertin n'admet qu'une faculté de connaître, la raison, organe de la critique individuelle. Il l'oppose fortement à l'autorité et à la tradition. A. Adam, Théophile de Viau et la libre pensée fr. en 1620, Paris, Droz, 1935, p. 432.
B. − [Correspond à libertin B]
1. Caractère de ce qui appartient au libertin, de ce qui est inspiré par le dérèglement des mœurs. Comme ce libertinage invisible de ma pensée ne pouvait choquer l'austérité de mes mœurs, je m'y livrais sans remords (Sand, Lélia,1833, p. 202).Dès que la luxure de la Renaissance s'annonça (...) ce fut, avec le libertinage de la statuaire et de la peinture, le grand stupre des basiliques (Huysmans, Cathédr.,1898, p. 153).
2. Vx. Caractère de ce qui dénote le refus des contraintes, l'absence de gêne, le goût de l'aventure. Libertinage d'une vie; libertinage d'opinion, de sensibilité. Cet écrivain s'abandonne au libertinage de son imagination. Un libertinage d'esprit qui ne laisse approfondir aucun sujet (Littré).C'est par tout le dessin, un très heureux et très habile libertinage de crayon (Goncourt, Ét. art,1893, p. 133).Ça été lui [Michel-Ange] qui a introduit le libertinage dans l'architecture par une ambition de faire des choses nouvelles et de n'imiter aucun de ceux qui l'ont précédé (Lemonnier, Art fr. Louis XIV,1911, p. 127):
3. ... on m'apporte des bouts d'étrennes. (...) ces trompettes d'un sou, ces bonbons à corset de dentelle, (...) ces odeurs de colle, ces parfums de vanille, ce libertinage du nez et cette audace du tympan, ce brin de folie, (...) ah! comme c'est bon, une fois l'an! Vallès, J. Vingtras, Enf., 1879, p. 69.
P. anal. ou au fig. Ici, je laisse à d'autres l'ordre et la mesure. C'est le grand libertinage de la nature et de la mer qui m'accapare tout entier (Camus, Noces,1938, p. 16).
Prononc. et Orth. : [libε ʀtina:ʒ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1603 « attitude de celui qui s'est affranchi des croyances religieuses » (Peleus, Actions forenses, 139, 161 ds Delb. Notes mss); 2. 1611 « licence de mœurs » (Cotgr.); v. aussi W.H. Lemke ds St. fr., no58, p. 58; 3. 1680 « indépendance, refus de toute sujétion » (Sév., Lettre à Mmede Grignan, éd. M. Monmerqué, t. 6, p. 460). Dér. de libertin* aux sens 2 et 3; suff. -age*. Fréq. abs. littér. : 151. Bbg. Lemke (W.H.). Libertin : from Calvin to Cyrano. St. fr. 1976, t. 20, pp. 58-60. - Quem. DDL t. 12. - Rizza (C.). Théophile de Viau : libertinage e libertà. St. fr. 1976, t. 20, pp. 430-462.

libertinage « inconduite du libertin »

Wiktionnaire

Nom commun

libertinage \li.bɛʁ.ti.naʒ\ masculin

  1. Refus des contraintes. Dérèglement dans les mœurs, dans la conduite, en particulier sur le plan sexuel.
    • – Vous êtes d’un naturel si doux et si aimable, me dit-il un jour que je ne puis comprendre les désordres dont on vous accuse. Deux choses m’étonnent : l’une, comment, avec de si bonnes qualités, vous avez pu vous livrer à l’excès du libertinage ; et l’autre que j’admire encore plus, comment vous recevez si volontiers mes conseils et mes instructions, après avoir vécu plusieurs années dans l’habitude du désordre. — (Prévost, Manon Lescaut, 1731)
    • Le Livre d’Ézéchiel n’en fut pas moins inséré dans le Canon des Auteurs inspirés de Dieu : il est vrai que la Synagogue n’en permettait pas la lecture avant l’âge de trente ans, comme nous l’apprend St. Jérôme ; mais c’était de peur que la jeunesse n’abusât des peintures trop naïves qu’on trouve dans les chapitres 16 et 23 du libertinage des deux sœurs Olla et Ooliba. En un mot, son Livre fut toujours reçu, malgré sa contradiction formelle avec Moïse. — (Voltaire, Traité sur la tolérance, 1763)
    • (…) L’irréligion, l’impiété, l’inhumanité, le libertinage découlent des lèvres de Dolmancé, comme autrefois l’onction mystique de celles du célèbre archevêque de Cambrai ; c’est le plus profond séducteur, l’homme le plus corrompu, le plus dangereux... — (Sade, La Philosophie dans le boudoir, 1795)
    • Ce qui est sûr, c'est que ce sont des Égyptiens.
      – Et qui ont certainement, ajouta Gervaise, les dents assez longues pour manger des petits enfants. Et je ne serais pas surprise que la Smeralda en mangeât aussi un peu, tout en faisant la petite bouche. Sa chèvre blanche a des tours trop malicieux pour qu'il n'y ait pas quelque libertinage là−dessous.
      — (Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Si tu ne lis l’Écriture, dit la juive, et l’histoire des saints hommes qu’afin de justifier ta conduite luxurieuse et ton libertinage, tu es aussi criminel que celui qui extrait du poison des herbes les plus salutaires et les plus utiles. — (Walter Scott, Ivanhoé, ch. XXIV, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Les chansons déshonnêtes sont souvent plus dangereuses que les discours impurs. L'expérience fait voir que rien ne porte plus au libertinage, ni n'entretient plus les mauvaises pensées, ni ne réveille, n'allume et ne fortifie plus les passions, qui ne sont déjà que trop subtiles pour le malheur des hommes. — (« Œuvres oratoires de P.-J. Henry, curé de Surice », dans la Collection intégrale et universelle des orateurs chrétiens, publiés par l'Abbé Migne, tome 98 (vol. 31 de la 2e série), Paris, chez J.-P. Migne, 1866, p. 1491)
    • La condition de l’homme nouvellement riche est comme une richesse mal acquise. Les préjudices qu'ils [les nouveaux riches] causent n'ont pas la méchanceté pour mobile, mais un penchant tantôt à l’arrogance, tantôt à l’intempérance, qui les porte soit aux voies de fait, soit au libertinage. — (Aristote, Rhétorique, II, 16, trad. Ruelle, 1922)
  2. (Anciennement) Liberté d'opinion en matière de religion. Liberté de mœurs qui accompagne ce scepticisme.
    • Haï, Épicure le fut et le sera parce qu'il est un des héros de l'humanité. […]. Et si, à sa suite, l'ensemble de l’épicurisme fut maudit, et calomnié comme libertinage dévergondé, c'est parce qu'il guérit de la peur dont tout pouvoir, religieux ou politique, a besoin ! — (Robert Redeker, Les épicuriens, professeurs de liberté, dans Marianne (magazine) du 5 au 11 février 2011, p.72-73)

Nom commun

libertinage \Prononciation ?\

  1. Libertinage.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIBERTINAGE. n. m.
Dérèglement dans les mœurs, dans la conduite. Vivre dans le libertinage, dans un libertinage continuel. Tomber dans le libertinage. Il signifiait anciennement Licence des opinions en matière de religion. Il faisait profession de libertinage. Libertinage d'esprit, d'imagination, Légèreté, inconstance dans les idées, qui fait qu'on passe d'un objet à un autre, sans s'arrêter à aucun. Cet écrivain s'abandonne à un libertinage d'imagination qui l'entraîne dans beaucoup d'écarts. Il se laisse aller à un libertinage d'esprit qui ne lui permet d'approfondir aucun sujet.

Littré (1872-1877)

LIBERTINAGE (li-bèr-ti-na-j') s. m.
  • 1Licence de l'esprit qui rejette les croyances religieuses. Mon frère, ce discours sent le libertinage, Molière, Tart. I, 6. Il y en a bien qui croient, mais par superstition ; il y en a bien qui ne croient pas, mais par libertinage : peu sont entre deux, Pascal, Pens. XXV, 47, édit. HAVET. Un des prétextes du libertinage est de prétendre que l'on ne croit point, que l'on n'a point de foi, Bourdaloue, 3e dim. après l'Épiph. Domin. t. I, p. 140. Le libertinage ne demande point précisément d'être applaudi, d'être soutenu et appuyé ; il se contente qu'on le tolère, Bourdaloue, Dim. oct. de l'Ascens. Dominic. t. II, p. 254. Est-ce en effet par un libertinage de créance qu'ils vivent dans une telle insensibilité à l'égard du salut ? Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 47.

    Ce sens a vieilli.

  • 2Caractère de ce qui va à l'aventure. J'aime fort la liberté et le libertinage de votre vie et de vos repas, et qu'un coup de marteau ne soit pas votre maître, Sévigné, 25 juill. 1689. Tout le libertinage de vos conversations, Sévigné, 15 juin 1680. La liberté sans ordre est un libertinage qui attire le despotisme, Fénelon, t. XXII, p. 318.

    En ce sens il ne se dit plus guère aujourd'hui qu'avec esprit, imagination, plume. Cet écrivain s'abandonne au libertinage de son imagination. Un libertinage d'esprit qui ne laisse approfondir aucun sujet. Voyez un peu où me porte le libertinage de ma plume ; mais vous jugez bien que les conversations sont pleines de ces grands événements, Sévigné, Lett. du 5 janv. 1689.

  • 3État de celui qui est libertin, déréglé dans ses mœurs. Vivre dans le libertinage.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIBERTINAGE, s. m. (Mor.) c’est l’habitude de céder à l’instinct qui nous porte aux plaisirs des sens ; il ne respecte pas les mœurs, mais il n’affecte pas de les braver ; il est sans délicatesse, & n’est justifié de ses choix que par son inconstance ; il tient le milieu entre la volupté & la débauche ; quand il est l’effet de l’âge ou du tempérament, il n’exclud ni les talens ni un beau caractere ; César & le maréchal de Saxe ont été libertins. Quand le libertinage tient à l’esprit, quand on cherche plus des besoins que des plaisirs, l’ame est nécessairement sans goût pour le beau, le grand & l’honnête. La table, ainsi que l’amour, a son libertinege ; Horace, Chaulieu, Anacréon étoient libertins de toutes les manieres de l’être ; mais ils ont mis tant de philosophie, de bon goût & d’esprit dans leur libertinage, qu’ils ne l’ont que trop fait pardonner ; ils ont même eu des imitateurs que la nature destinoit à être sages.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « libertinage »

Libertin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1603) De libertin avec le suffixe -age.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français libertinage.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « libertinage »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
libertinage libɛrtinaʒ

Citations contenant le mot « libertinage »

  • Rien n'est affreux en libertinage, parce que tout ce que le libertinage inspire, l'est également par la nature. Donatien Alphonse François, comte de Sade, dit le marquis de Sade, La Philosophie dans le boudoir
  • L'éternelle erreur consiste à prendre le libertinage pour la liberté. De Gerard Kornelis Van Het Reve / En route pour la fin
  • Trop de libertinage dans la jeunesse dessèche le coeur, et trop de continence engorge l'esprit. De Charles-Augustin Sainte-Beuve / Mes poisons
  • Il me semble qu'on pourrait dire que la débauche est l'aristocratie du vice, et le libertinage en est la démocratie. De Charles Joseph de Ligne / Pensées et fragments
  • Il y en a bien qui croient mais par superstition. Il y en a bien qui ne croient pas, mais par libertinage. De Blaise Pascal / Pensées sur la religion
  • Rien ne contient le libertinage... La vraie façon d'étendre et de multiplier ses désirs est de vouloir lui imposer des bornes. De Marquis de Sade / Les Cent vingt journées de Sodome
  • La petite pancarte rose est discrète au carrefour de Médine à Cauverville-en-Roumois, mais le lieu est connu à des kilomètres à la ronde. Le club de libertinage Élite club, le seul dans le département - les saunas libertins ne sont pas des discothèques -, est bien implanté puisqu’il a fêté ses 10 ans l’an dernier. www.paris-normandie.fr, Coronavirus. Près de Pont-Audemer, les gérants du club libertin attendent leur ouverture depuis mars
  • Le libertinage va se déconfiner lui aussi. Quatre soirées insolites et coquines sont prévues cet été à bord d'un Train des plaisirs. Explications... midilibre.fr, Pyrénées-Orientales : cinq heures de plaisir à bord d'un train libertin sur les rails pour cet été - midilibre.fr
  • Si le 15 mars à minuit, comme l’ensemble des restaurants, bars ou boîtes de nuit les clubs libertins ont fermé brutalement, il ne faut pas croire que les adeptes du libertinage ont renoncé à leurs plaisirs durant la période de confinement. Pas de « coïtus interrompüs… » , Lyon. Les clubs libertins rouvrent : comment gérer les gestes barrières et la distanciation sociale | Actu Lyon

Traductions du mot « libertinage »

Langue Traduction
Anglais libertinism
Espagnol libertinismo
Italien libertinaggio
Allemand libertinismus
Chinois 自由主义
Arabe التحرر
Portugais libertinagem
Russe распущенность
Japonais 自由主義
Basque libertinism
Corse libertinisimu
Source : Google Translate API

Synonymes de « libertinage »

Source : synonymes de libertinage sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « libertinage »

Partager