Cruauté : définition de cruauté


Cruauté : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CRUAUTÉ, subst. fém.

A.− Caractère de celui/celle/ce qui est cruel.
1. [Le compl. désigne une pers. ou un animal] Penchant à se montrer cruel, à faire souffrir autrui. Cruauté et volupté, sensations identiques, comme l'extrême chaud et l'extrême froid (Baudel., Cœur nu,1867, p. 648).La vie repose sur une somme de souffrance et de cruauté infinie; l'on ne peut vivre sans faire souffrir (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1411):
1. D'où peut venir cette étonnante contradiction entre la douceur avec laquelle ils traitent les prisonniers destinés au poteau, et la cruauté avec laquelle ils leur font endurer les tourmens de l'enfer? Crèvecœur, Voyage dans la Haute-Pensylvanie,t. 2, 1801, p. 221.
2. Laissez-moi vous faire souffrir. J'aimerai en vous le mal que je vous fais. Ainsi je me retrouverai en vous, et vous aimerai. Vous m'avez donné pendant cinq ans le plaisir de ma résistance, donnez-moi maintenant celui de ma cruauté. Montherlant, Pitié pour les femmes,1936, p. 1149.
SYNT. Cruauté affreuse, atroce, froide; horrible cruauté; excès de cruauté; avoir la cruauté de; pousser la cruauté jusqu'à.
Cruauté inconsciente. À un gosse, qui le torturait, la mère retire son moineau. (...) l'oiseau, qui supportait en silence la cruauté inconsciente du gosse, dans les mains de la mère aussitôt se met à crier (Montherl., Pte Inf. Castille,1929, p. 592).
Cruauté raffinée. Sourire de cruauté raffinée (Zola, E. Rougon,1876, p. 321).
Voluptueuse cruauté. La méchanceté n'a probablement pas dans l'âme du méchant cette pure et voluptueuse cruauté qui nous fait si mal à imaginer (Proust, Guermantes 1,1920, p. 174).
Raffinement de cruauté. Les mécréants, par un raffinement de débauche et de cruauté, se plaisaient à violer les femmes devant les yeux de maris et des pères (Barrès, Cahiers,t. 4, 1904-06, p. 252).
P. anal. [Le compl. désigne une entité plus ou moins personnifiée] S'il avait souffert, c'était par une cruauté du hasard (Zola, M. Férat,1868, p. 183).Elle restait toute froide devant ce que sa passion de douze ans devinait des cruautés de l'existence (Zola, Page amour,1878, p. 1026).
2. [Le compl. désigne une chose] Caractère de ce qui est cruel, de ce qui s'accompagne d'effets très pénibles. Synon. dureté, inhumanité, rigueur, sévérité :
3. ...le monde du sommeil (sur le seuil duquel l'intelligence et la volonté momentanément paralysées ne pouvaient plus me disputer à la cruauté de mes impressions véritables) refléta, réfracta la douloureuse synthèse enfin reformée de la survivance et du néant, dans la profondeur organique et devenue translucide des viscères mystérieusement éclairés. Proust, Sodome et Gomorrhe,1922, p. 760.
B.− P. méton., surtout au plur. Action cruelle. Les mêmes Polipison, Parthemius, Patroclus, qui conseillaient à Domitien des cruautés parce qu'ils le savaient cruel, parlent à Nerva de clémence parce qu'ils le savent clément (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr.,1828, p. 187):
4. Il n'y a plus de passions véritables au xixesiècle : c'est pour cela que l'on s'ennuie tant en France. On fait les plus grandes cruautés mais sans cruauté. − Tant pis! dit Julien; du moins, quand on fait des crimes, faut-il les faire avec plaisir : ... Stendhal, Le Rouge et le Noir,1830, p. 293.
En partic., domaine amoureux. Marque(s) d'indifférence à l'égard d'une personne qui aime (en particulier d'un homme). Avoir des cruautés. (Quasi-)synon. atrocité(s), barbarie(s), brutalité(s), horreur(s).Gageons que vous êtes triste à cause des cruautés de votre amoureuse lui dit-il (Murger, Nuits hiver,1861, p. 190):
5. Quand il poussait un soupir, il semblait le tirer du fond de son âme, et il se plaignait des cruautés de son amante d'un ton si doux, si tendre, si soumis, si pénétré que toutes les femmes dans la salle se dépitaient contre cette méchante et barbare Sylvie, prétendant qu'à sa place elles n'auraient point été si sauvagement farouches que de réduire au désespoir, et peut-être au trépas, un berger d'un tel mérite. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 234.
Prononc. et Orth. : [kʀyote]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1150 cruiauté « action cruelle » (La Prise d'Orange, éd. C. Régnier, 757); 2. ca 1150 cruëlté « tendance, plaisir à faire souffrir » (Cour. Louis, 732 ds T.-L.); 3. 1220-25 crüalté « caractère de ce qui fait souffrir » (G. de Cambrai, Barlaam et Josaphat, 2617, ibid. : crüalté del vivre). Du lat. class. crudelitas, -atis « cruauté » soit avec attraction de mots tels que loyauté, féauté, soit à travers une forme pop. *crŭdālitas, parallèlement à *crudalis, v. cruel. Fréq. abs. littér. : 1 213. Fréq. rel. littér. : xixes. a) 1 599, b) 1 349; xxes. : a) 1 738, b) 2 025. Bbg. Lew. 1960, p. 183. − Mimin (P.). La Défense du fr. chez les juristes. Déf. Lang. fr. 1967, pp. 26-27.

Cruauté : définition du Wiktionnaire

Nom commun

cruauté \kʁy.o.te\ féminin

  1. Plaisir que l’on éprouve à faire souffrir ou à voir souffrir.
    • Ils prirent des femmes parmi eux, et menèrent une vie agréable jusqu’à l’époque où leur insolence et leur cruauté poussèrent les naturels à en massacrer une partie. — (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Elle est captive parmi ces hommes de Bélial, et ils vont exercer leur cruauté sur elle, sans pitié pour sa jeunesse et pour sa beauté. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Obsédées par la crainte des « francs-tireurs », les troupes d'invasion ont déjà, le 24 août, incendié Haybes et mis à mort soixante civils du lieu, avec une grande cruauté […] — (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
    • (Par extension) La cruauté du tigre, du lion.
  2. (Figuré) Grande affliction, grand revers de fortune.
    • La cruauté du sort, du destin, de la fortune, etc.
  3. Action cruelle.
    • Pars pour Cordoue, […]; car les cruautés exercées par les Mores contre la race de Jacob sont moins sanglantes que celles des Nazaréens d’Angleterre. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La généralité des Américains s’imaginaient la guerre d’après les campagnes limitées, avantageuses et pittoresques, qui avaient eu lieu autrefois. Ils la voyaient comme ils voyaient l’histoire, à travers une brume iridescente, désodorisée, parfumée même, qui en dissimulait discrètement les cruautés essentielles. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 211 de l’éd. de 1921)
  4. (Par hyperbole) L'indifférence ou les rigueurs d'un être cher.
    • La cruauté, les cruautés d’une maîtresse,.
  5. (Par hyperbole) Acte rigoureux, injuste.
    • Vous refusez de m’entendre ; quelle cruauté! - Il a eu la cruauté de me laisser sans nouvelles.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cruauté : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRUAUTÉ. n. f.
Plaisir qu'on éprouve à faire souffrir ou à voir souffrir. Exercer sa cruauté sur des innocents. Traiter ses ennemis avec cruauté. User de cruauté envers quelqu'un. Par extension, La cruauté du tigre, du lion. Fig., La cruauté du sort, du destin, de la fortune, etc., se dit en parlant des Grandes afflictions, des grands revers de fortune. Il signifie aussi Action cruelle. Commettre des cruautés. C'est une cruauté inouïe de les faire ainsi souffrir. Par exagération, La cruauté, les cruautés d'une maîtresse, Son indifférence ou ses rigueurs. Il se dit par exagération de Tout acte rigoureux, injuste. Vous refusez de m'entendre ; quelle cruauté! Il a eu la cruauté de me laisser sans nouvelles.

Cruauté : définition du Littré (1872-1877)

CRUAUTÉ (kru-ô-té) s. f.
  • 1Penchant à infliger des souffrances et la mort. Exercer sa cruauté contre des innocents. Quels foudres lancez-vous quand vous vous irritez, Si même vos faveurs ont tant de cruautés ? Corneille, Hor. III, 1. Il y a de la cruauté à tuer un homme, Pascal, Prov. 7. Insensé qui ne voit pas que sa cruauté, à laquelle il se confie, le fera périr, Fénelon, Tél. III. Les remparts abattus, les palais mis en cendre Sont de ta cruauté les plus doux monuments, Rousseau J.-B. Odes, IV, 8. La loi séparait sans cesse la monarchie ; la crainte, l'ambition et la cruauté voulaient la réunir, Montesquieu, Esp. XVIII, 29. Le tyran le plus dur, l'esclave le plus bas, Si dans une même âme ils confondaient leur être, En lâche cruauté ne l'effaceraient pas, Masson, Helvét. II.
  • 2Action cruelle. Les cruautés de Néron. Il exerce des cruautés inouïes, Bossuet, Hist. II, 5. Père dénaturé, malheureux politique, Esclave ambitieux d'une peur chimérique, Polyeucte est donc mort, et par vos cruautés Vous pensez conserver vos tristes dignités, Corneille, Poly. V, 6. J'en ai fait un martyr, sa mort me fait chrétien ; J'ai fait tout son bonheur, il veut faire le mien ; C'est ainsi qu'un chrétien se venge et se courrouce ; Heureuse cruauté dont la suite est si douce ! Corneille, ib. L'excès de la douleur m'a fait commettre contre Lichas une cruauté que je me reproche, Fénelon, Tél. X.
  • 3Chose fâcheuse ; acte rigoureux. Quelle cruauté de se voir trahi par ses amis ! Vous refusez de me voir, quelle cruauté ! Je ne me ferais pas de cruautés comme cette fois [je ne m'infligerais pas une peine si grande], Sévigné, 287.

    Les cruautés du sort. Que nos plaisirs passés augmentent nos supplices ! Qu'il est dur d'éprouver après tant de délices Les cruautés du sort ! La Fontaine, Psyché, II, p. 133. Partout environnés des cruautés du sort, Des fureurs des méchants, des piéges de la mort, Voltaire, Dés. de Lisbonne. Je plain Gusman, son sort a trop de cruauté, Voltaire, Alz. V, 2.

  • 4La cruauté, les cruautés d'une maîtresse, son indifférence ou ses rigueurs. Que je bénis, seigneur, l'heureuse cruauté Qui vous rend… - Tu l'as vu comme elle m'a traité, Racine, Andr. II, 5.

HISTORIQUE

XIIe s. Par vos grant cruautez, Ronc. p. 14. Membrer vous doit que laide cruauté Fait qui ocist son lige homme demaine, Couci, XI.

XIIIe s. Or oés se ceste gens devoient terre tenir, qui si grant cruauté faisoient li uns envers les autres, Villehardouin, CXV. [Ils] Lui ont mis cele corde ; ce fut grant cruauté, Berte, X. Il meïsmes n'a pas vergoigne De recongnoistre, ains le tesmoigne, Et sa crualté pas ne cele, Quant perilleus miroir l'apele, la Rose, 20615. Ne nul testamens ne doit mie estre fes selonc crualté, mais selonc misericorde, Beaumanoir, XII, 55.

XIVe s. Crudelité ou ire, Oresme, Eth. 204.

XVe s. Sire de Laval, respondit le duc, laissez moy faire ma voulenté ; car Clisson m'a tant de fois courroucé, que maintenant il est heure que je luy monstre ; et partez vous d'icy ; je ne vous demande rien ; laissez moy faire ma cruauté ; car je vueil qu'il meure, Froissart, liv. IIII, p. 198, dans LACURNE. Et encores par tel folie As-tu hui fais regrès et plains ; Tu es un jeune homme tous plains De cruautés [de souffrances], Froissart, Poésies mss. p. 12, dans LACURNE. Et prendrons tribus et apatissemens sur nos adversaires le plus que pourrons ; et sur ceulx de nostre parti ferons aucune cruaulté [imposition] la moindre et la plus douce que faire se pourra, le Jouvencel, f° 31, dans LACURNE. Quant la dame se fust aucun peu advisée et qu'elle eut fort regardé le fondement du temple et la cruauté [aspect horrible] des lances qui y apparoient, Perceforest, t. IV, f° 73.

XVIe s. C'est comme une Heleine, pour laquelle les ennemis de la verité aujourd'hui bataillent en si grande crudelité, en si grande fureur, en si grande rage, Calvin, Instit. 1161. Comment se vient-il à enflamber de une telle cruauté ? Calvin, ib. 1199. Parquoi, si vous aimez mavie, en sauvant votre conscience de crudelité, vous me la sauverez, Marguerite de Navarre, Nouv. XXII. Que nul ne faict cruauté en la rendant, que les premieres s'appellent cruautés, les secondes justice, D'Aubigné, Hist. I, 155. Je ne leu jamais tant de rigueur (je ne dirai cruauté) comme celle qui fut exercée contre cette dame [Marie Stuart], ny de constance comme celle qui se trouva en elle, Pasquier, Rech. liv. VI, p. 512, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Cruauté : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CRUAUTÉ, s. f. (Morale.) passion féroce qui renferme en elle la rigueur, la dureté pour les autres, l’incommisération, la vengeance, le plaisir de faire du mal par insensibilité de cœur, ou par le plaisir de voir souffrir.

Ce vice détestable provient de la lâcheté, de la tyrannie, de la férocité du naturel, de la vûe des horreurs des combats & des guerres civiles, de celle des autres spectacles cruels, de l’habitude à verser le sang des bêtes, de l’exemple, enfin d’un zele destructeur & superstitieux.

Je dis que la cruauté émane de la lâcheté : l’empereur Maurice ayant songé qu’un soldat nommé Phocas devoit le tuer, s’informa du caractere de cet homme ; & comme on lui rapporta que c’étoit un lâche, il conclut qu’il étoit capable de cette action meurtriere. Auguste prouva que la lâcheté & la cruauté sont sœurs, par les barbaries qu’il exerça envers les prisonniers qui furent faits à la bataille de Philippes, où il paya si peu de sa personne, que la veille même de cette bataille il abandonna l’armée & s’alla cacher dans le bagage. La vaillance est satisfaite de voir l’ennemi à sa merci, elle n’exige rien de plus ; la poltronnerie répand le sang. Les meurtres des victoires ne se commettent que par la canaille ; l’homme d’honneur les défend, les empêche, & les arrête.

Les tyrans sont cruels & sanguinaires ; violateurs des droits les plus saints de la société, ils pratiquent la cruauté pour pourvoir à leur conservation. Philippe roi de Macédoine agité de plusieurs meurtres commis par ses ordres, & ne pouvant se confier aux familles qu’il avoit offensées, prit le parti, pour assûrer son repos, de se saisir de leurs enfans. Le regne de Tibere, ce tyran fourbe & dissimulé qui s’éleva à l’empire par artifice, ne fut qu’un enchaînement d’actions barbares : enfin dégoûté lui-même de sa vie, comme s’il eût eu dessein de faire oublier le souvenir de ses cruautés par celles d’un successeur encore plus lâche & plus méchant que lui, il choisit Caligula. Ceux qui prétendent que la nature a voulu montrer par ce monstre le plus haut point où elle peut étendre ses forces du côté du mal, paroissent avoir rencontré juste. Il alla dans sa férocité jusqu’à se plaire aux gémissemens de gens dont il avoit ordonné la mort ; dernier période de la cruauté ! Ut homo hominem non timens, tantum spectaturus, occidat. Sophiste dans sa barbarie, il obligea le jeune Tibere, qu’il avoit adopté à l’empire, à se tuer lui-même, parce que, disoit-il, il n’étoit permis à personne de mettre la main sur le petit-fils d’un empereur. Lorsque Suétone écrit qu’une des marques de clémence consiste à faire seulement mourir ceux dont on a été offensé, il paroît bien qu’il est frappé des horribles traits de cruauté d’un Auguste, d’un Tibere, d’un Caligula, & des autres tyrans de Rome.

La vûe continuelle des combats, d’abord d’animaux, ensuite de gladiateurs, au milieu des guerres civiles & d’un gouvernement devenu tout-d’un-coup arbitraire, rendit les Romains féroces & cruels. On remarqua que Claude qui paroissoit d’un naturel assez doux, & qui fit cependant tant de cruautés, devint plus porté à répandre le sang, à force de voir ces sortes de spectacles. Les Romains accoûtumés à se joüer des hommes dans la personne de leurs esclaves, ne connurent guere la vertu que nous appellons humanité. La dureté qui regne dans les habitans des colonies de l’Amérique & des Indes occidentales, & qui est inoüie parmi nous, prend sa source dans l’usage des châtimens sur cette malheureuse partie du genre humain. Quand on est cruel dans l’état civil, la douceur & la bonté naturel s’éclipsent bien promptement ; la rigueur de justice, que des gens inflexibles nomment discipline nécessaire, peut étouffer tout sentiment de pitié.

Les naturels sanguinaires à l’égard des bêtes, ont un penchant visible à la cruauté. C’est pour cette raison qu’une nation voisine, respectueuse à tous égards envers l’humanité, a exclu du beau privilége de jurés, ces hommes seuls qui sont autorisés par leur profession à répandre le sang des animaux : on a conçu que des gens de cet ordre n’étoient pas faits pour prononcer sur la vie & sur la mort de leurs pareils. C’est du sang des bêtes que le premier glaive a été teint, dit Ovide.

Primoque à cæde ferarum
Incaluisse puto maculatum sanguine ferrum.

Métam. lib. XV. fab. ij.

La fureur de Charles IX. pour la chasse, & l’habitude qu’il avoit contractée de tremper sa main dans le sang des bêtes, le nourrirent de sentimens féroces, & le porterent insensiblement à la cruauté, dans un siecle où l’horreur des combats, des guerres civiles, & des brigandages, n’en offroit que trop d’exemples.

Que ne peuvent pas l’exemple & le tems ! Dans une guerre civile des Romains, un soldat de Pompée ayant tué involontairement son frere qui étoit dans le parti contraire, il se tua sur le champ lui-même de honte & de regret. Quelques années après, dans une autre guerre civile de ce même peuple, un soldat, pour avoir tué son frere, demanda récompense à son capitaine. Tacite, liv. III. ch. lj. Une action qui fait d’abord frémir, devient par le tems une œuvre prétendue méritoire.

Mais le zele destructeur inspire sur-tout la cruauté, & une cruauté d’autant plus affreuse, qu’on l’exerce tranquillement par de faux principes, qu’on suppose légitimes. Voilà quelle a été la source des barbaries incroyables commises par les Espagnols sur les Maures, les Américains, & les habitans des Pays-bas. On rapporte que le duc d’Albe fit passer dix-huit mille personnes par les mains du bourreau pendant les six années de son gouvernement ; & ce barbare eut une fin paisible, tandis qu’Henri IV. fut assassiné.

Lorsque la superstition, dit un des beaux esprits du siecle, répandit en Europe cette maladie épidémique nommée croisade, c’est-à-dire ces voyages d’outremer prêchés par les moines, encouragés par la politique de la cour de Rome, exécutés par les rois, les princes de l’Europe, & leurs vassaux, on égorgea tout dans Jérusalem, sans distinction de sexe ni d’âge ; & quand les croisés arriverent au saint sépulcre, ornés de leurs croix encore toutes dégouttantes du sang des femmes qu’ils venoient de massacrer après les avoir violées, ils baiserent la terre & fondirent en larmes. Tant la nature humaine est capable d’associer extravagamment une religion douce & sainte avec le vice détestable qui lui est le plus opposé ! Voyez Croisade.

On a remarqué (consultez l’ouvrage de l’esprit des lois), & la remarque est juste, que les hommes extrèmement heureux & extrèmement malheureux, sont également portés à la cruauté ; témoins les conquérans & les paysans de quelques états de l’Europe. Il n’y a que la médiocrité & le mêlange de la bonne & de la mauvaise fortune, qui donnent de la douceur & de la pitié. Ce qu’on voit dans les hommes en particulier, se trouve dans les diverses nations. Chez les peuples sauvages qui menent une vie très-dure, & chez les peuples des gouvernemens despotiques, où il n’y a qu’un homme exorbitamment favorisé de la fortune, tandis que tout le reste en est outragé, on est également cruel.

Il faut même avoüer ingénuement, que dans tous les pays l’humanité prise dans un sens étendu est une qualité plus rare qu’on ne pense. Quand on lit l’histoire des peuples les plus policés, on y voit tant d’exemples de barbarie, qu’on est également affligé & confondu. Je suis toûjours surpris d’entendre des personnes d’un certain ordre, porter dans la conversation des jugemens contraires à cette humanité générale dont on devroit être pénétré. Il me semble, par exemple, que tout ce qui est au-delà de la mort en fait d’exécutions de justice, tend à la cruauté. Qu’on exerce la rigueur sur le corps des criminels après leur trépas, à la bonne-heure : mais avant ce terme, je serois avare de leurs souffrances ; je respecte encore l’humanité dans les scélérats qui l’ont violée ; je la respecte envers les bêtes ; je n’en prends guere en vie à qui je ne donne la liberté, comme faisoit Montagne ; & je n’ai point oublié que Pythagore les achetoit des oiseleurs dans cette intention. Mais la plûpart des hommes ont des idées si différentes de cette vertu qu’on présente ici, que je commence à craindre que la nature n’ait mis dans l’homme quelque pente à l’inhumanité. Le principe que ce prétendu roi de l’univers a établi, que tout est fait pour lui, & l’abus de quelques passages de l’Ecriture, ne contribueroient-ils point à fortifier son penchant ?

Cependant « la religion même nous ordonne de l’affection pour les bêtes ; nous devons grace aux créatures qui nous ont rendu service, ou qui ne nous causent aucun dommage ; il y a quelque commerce entre elles & nous, & quelqu’obligation mutuelle ». J’aime à trouver dans Montagne ces sentimens & ces expressions, que j’adopte également. Nous devons aux hommes la justice & la bonté ; nous devons aux malheurs de nos ennemis des marques de compassion, quand ce ne seroit que par les sentimens de notre bonheur, & de la vicissitude des choses d’ici-bas. Cette compassion est une espece de souci tendre, une généreuse sympathie, qui unit tous les hommes ensemble & les confond dans le même sort. Voyez Compassion.

Tirons le rideau sur les monstres sanguinaires nés pour inspirer de l’horreur, & jettons les yeux sur les êtres faits pour honorer la nature humaine & représenter la divine. Quand après avoir lû les traits de cruauté de Tibere & de Caligula, on tombe sur les marques de bonté de Trajan & de Marc-Aurele, on commence à avoir meilleure opinion de soi-même, parce qu’on reprend une meilleure opinion des hommes : on adore un Périclès qui s’estimoit heureux de n’avoir fait porter le deuil à aucun citoyen ; un Epaminondas, cette ame de si riche complexion, si je puis parler ainsi, qui allioit à toutes ses vertus celle de l’humanité dans un degré éminent, & de l’humanité la plus délicate ; il la tenoit de naissance, sans apprentissage, & l’avoit toûjours nourrie par l’exercice des préceptes de la Philosophie. Enfin on sent le prix de la bonté, de la compassion, on en est rempli, quand on en a soi-même été digne : au contraire on déteste la cruauté, & par bon naturel & par principes, non-seulement parce qu’elle ne s’associe avec aucune bonne qualité, mais parce qu’elle est l’extrème de tous les vices ; je me flate que mes lecteurs en sont bien convaincus. Art. de M. le Chev. de Jaucourt.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cruauté »

Étymologie de cruauté - Littré

Provenç. cruzeltat, crueltat ; catal. crudeltat ; espagn. crueldad ; portug. crueldade ; ital. crudeltà ; du latin crudelitatem, de crudelis (voy. CRUEL). Crudelité qu'on trouve dans quelques textes était refait sur le latin, qui, à l'origine, avait donné régulièrement cruelté, crualté, cruauté.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de cruauté - Wiktionnaire

Du latin crudelitas (« cruauté »), soit avec attraction de mots tels que loyauté, féauté, soit à travers une forme *crŭdālitas, parallèlement à *crudalis, qui donne cruel.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cruauté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cruauté kryote play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « cruauté »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cruauté »

  • Chemise impeccable, jean slim, baskets à la mode, Antoine se balance nerveusement sur ses jambes à la barre de la 5e chambre du tribunal correctionnel de Bordeaux. Cet habitant d’Arsac de 24 ans y comparaissait pour « sévices graves ou acte de cruauté envers un animal domestique », vendredi. Jusqu’à présent, cet intérimaire dans la restauration n’avait jamais… SudOuest.fr, Mérignac (33) : il risque la prison avec sursis pour actes de cruauté envers deux chats
  • Le parquet de Grenoble annonce ce jeudi soir dans un communiqué qu'un Grenoblois âgé de 31 ans est en détention provisoire. Il est mis en examen pour viols par concubin, actes de cruauté envers des animaux et détention d'images pédopornographiques. France Bleu, Un Grenoblois placé en détention provisoire, suspecté de viols par concubin, zoophilie et actes de cruauté
  • Un chien éventré en pleine rue, un autre traîné par une voiture, un troisième enfermé deux ans dans une camionnette… en 2019, au moins une soixantaine de jugements ont été rendus pour des actes de cruauté envers un animal domestique. D'après les données recueillies par l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, pas moins de 9504 infractions liées à des sévices sur des chiens ou des chats ont été comptabilisés en 2018. Chargé d'une mission sur le sujet par le gouvernement, le député LREM des Alpes-Maritimes Loïc Dombreval nous dévoile les grandes lignes du rapport qu'il remet ce mardi 23 juin. Il prône un renforcement des peines encourues pour ce type d'infraction afin que leurs auteurs puissent être punis plus sévèrement. leparisien.fr, Cruauté envers les animaux : un rapport demande des peines plus sévères - Le Parisien
  • Des chats retrouvés empoisonnés et caillassés fin mai dans une commune du territoire de Belfort, des chiots jetés par la fenêtre dans les Vosges, deux chiennes découvertes le jour de la Pentecôte enfermées dans le noir sur un sol jonché d'excréments dans un garage normand… Il ne se passe pas une semaine sans que la presse quotidienne régionale ne relate des actes de cruauté perpétrés sur des animaux domestiques. Des sévices graves que l'on imagine exceptionnels. Mais le nombre très élevé d'infractions relevées en une année par la gendarmerie pour des violences commises envers nos amis à quatre pattes prouve qu'il ne s'agit malheureusement pas d'un épiphénomène. leparisien.fr, Cruauté envers les animaux : pourquoi tant de haine ? - Le Parisien
  • Une enquête pour sévices graves ou actes de cruauté sur un animal a été ouverte par le parquet de Bastia.  France Bleu, Acte de cruauté envers les animaux: un jeune homme de 20 ans gardé à vue à Calacuccia
  • Le Code pénal prévoit que « le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 € d'amende. » leparisien.fr, Cruauté envers les animaux : de plus en plus de condamnations - Le Parisien
  • La cruauté est un geste de servitude : car elle atteste que la barbarie du régime oppresseur est encore présente en nous. De Jean Jaurès
  • La peur incite à la cruauté. Et il vaut mieux être le bourreau que la victime. De Yvette Naubert / Les Pierrefendre
  • Quand un être vit de cruauté, d'argent, d'hypocrisie, de mensonge, il est mort. De Guy Godin / IOM
  • Ceux qui pratiquent ouvertement la cruauté se vengent souvent des malheureuses conditions de leur existence. De Marie-Claire Blais / Vivre ! Vivre !
  • La cruauté demande un long apprentissage. De Pierre Turgeon / Faire sa mort comme faire l'amour
  • Un mariage devrait pouvoir être dissous dès que pour l'une des parties il devient cruauté. De Thomas Hardy / Jude l'obscur
  • Les dictatures fomentent l’oppression, la servilité et la cruauté ; mais le plus abominable est qu’elles fomentent l’idiotie. De Jorge Luis Borges
  • On compare parfois la cruauté de l’homme à celle des fauves, c’est faire injure à ces derniers. De Fiodor Dostoïevski / Les Frères Karamazov
  • Ce que nous prenons pour de la cruauté chez l’homme n’est presque toujours que de la lâcheté. De Marcelle Auclair / Connaissance de l’amour
  • La tendresse, c'est seulement de la cruauté qui se repose. De François Bott / Le boulevard des sentiments
  • La cruauté est le remède de l'orgueil blessé. De Friedrich Nietzsche / Le gai savoir
  • La cruauté, c'est comme une maladie, ça s'attrape. De Claire Martin / La joue droite
  • La cruauté envers les animaux peut devenir violence envers les hommes. De Ali McGraw
  • En cruauté impitoyable, l'homme ne le cède à aucun tigre, à aucune hyène. De Arthur Schopenhauer
  • […] Cette indifférence aux souffrances qu'on cause et qui, quelques autres noms qu'on lui donne, est la forme terrible et permanente de la cruauté. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swann , Gallimard
  • Je n'ai rien vu de grand dans la vie que la cruauté et la bêtise. Paul Léautaud, Journal littéraire, Mercure de France
  • Que Dieu serait cruel s'il n'était pas si grand ! Alphonse de Prât de Lamartine, Premières Méditations poétiques, les Oiseaux
  • La cruauté, c'est le premier des attributs de Dieu. André Gide, Les Faux-Monnayeurs, Gallimard
  • Pour savoir jusqu'où va la cruauté de ces charmants êtres que nos passions grandissent tant, il faut voir les femmes entre elles. Honoré de Balzac, Modeste Mignon

Traductions du mot « cruauté »

Langue Traduction
Corse a crudeltà
Basque krudelkeria
Japonais 残酷
Russe жестокость
Portugais crueldade
Arabe القسوة
Chinois 残酷
Allemand grausamkeit
Italien crudeltà
Espagnol crueldad
Anglais cruelty
Source : Google Translate API

Synonymes de « cruauté »

Source : synonymes de cruauté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « cruauté »


Mots similaires