Charité : définition de charité


Charité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHARITÉ, subst. fém.

I.− Au sing. Principe de lien spirituel, moral qui pousse à aimer de manière désintéressée. Que charité soit synonyme d'amour, tu l'avais oublié, si tu l'avais jamais su (Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 111).
A.− THÉOL. CHRÉT.
1. Vertu spirituelle qui est l'amour parfait venant de Dieu et dont Dieu est l'objet, lien d'unité intime entre Dieu et les hommes, créatures de Dieu :
1. Que dirons-nous maintenant de cette charité fille, de J. C., qui signifie au sens propre, grace et joie? La religion voulant reformer le cœur humain, et tourner au profit des vertus nos affections et nos tendresses, a inventé une nouvelle passion : elle ne s'est servie pour l'exprimer, ni du mot d'amour qui n'est pas assez sévère, ni du mot d'amitié, qui se perd au tombeau, ni du mot de pitié, trop personnel et trop voisin de l'orgueil; mais elle a trouvé l'expression de caritas, charité, qui renferme les trois premières, et qui tient en même temps à quelque chose de céleste. Par-là, elle a dirigé nos penchans vers le ciel, en les épurant et les reportant au Créateur; par-là, elle nous enseigne cette vérité merveilleuse, que les hommes doivent, pour ainsi dire, s'aimer à travers Dieu qui spiritualise leur amour et n'en laisse que l'immortelle essence, en lui servant de passage. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 1, 1803, p. 90.
2. Ce saint homme ne faisait rien d'extraordinaire, mais il était tout pénétré de charité. (...) En lui se réalisait vraiment ce qu'a dit saint Paul : « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui sonne ou une cymbale qui retentit. Quand j'aurais le don de prophétie, que je connaîtrais tous les mystères et posséderais toute science, quand j'aurais même toute la foi, jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. Quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, tout cela ne me sert de rien. La charité est patiente, elle est bonne. La charité n'est point envieuse, la charité n'est point inconsidérée, elle ne s'enfle point d'orgueil, elle ne fait rien d'inconvenant, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne tient pas compte du mal, elle ne prend pas plaisir à l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité. Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne passera jamais... (...) [I. Cor., XIII, 1-8]. Billy, Introïbo,1939, p. 213, 214.
3. La Mère Angélique Arnauld (...) disait qu'en enfer, les âmes (...) souffrent grandement de la solitude, parce que là où il n'y a pas de charité, il n'y a pas d'union entre les âmes, et il n'y a pas d'amour en enfer. Green, Journal,Le Bel aujourd'hui, 1955-58, p. 182.
a) Amour de Dieu pour l'homme. Dieu est charité, et puisqu'il aime ses créatures, pourquoi ne les aimerions-nous pas comme lui? (Claudel, Feuilles de Saints,1925, p. 645):
4. ... nous ne sentons la distance que vers le bas. Il est beaucoup plus facile de se mettre par l'imagination à la place de Dieu créateur qu'à la place du Christ crucifié. Les dimensions de la charité du Christ, c'est la distance entre Dieu et la créature. La fonction de médiation, par elle-même, implique l'écartèlement... C'est pourquoi on ne peut concevoir la descente de Dieu vers l'homme ou l'ascension de l'homme vers Dieu sans écartèlement. S. Weil, La Pesanteur et la grâce,1943, p. 94.
b) Amour désintéressé des hommes pour Dieu considéré comme le Bien suprême, la perfection :
5. ... l'âme désire recouvrer sa ressemblance plénière à Dieu et à elle-même en éliminant la dissemblance qui la sépare à la fois de l'un et de l'autre. Elle ne le peut que par la charité et par la grâce. Or, recouvrer la charité, ce n'est pas seulement redevenir semblable à Dieu, donc à soi-même, c'est encore, puisque l'âme se connaît et se voit intimement elle-même, voir Dieu dans l'image enfin restaurée par la grâce et où il se mire désormais avec complaisance. Gilson, L'Esprit de la philos. médiév.,t. 2, 1932, p. 92.
Acte de charité. Prière exprimant cette attitude de l'âme envers Dieu (cf. acte, ex. 18).
2. Amour surnaturel du prochain, des hommes entre eux, considérés comme fils d'un même Père :
6. La loi de justice enseigne que tous sont égaux devant leur père qui est Dieu, et devant leur seul maître qui est le Christ. La loi de charité leur apprend à s'aimer et à s'entr'aider comme les fils d'un même père et les disciples d'un même maître. Lamennais, Les Paroles d'un croyant,1834, p. 258.
7. ... vous pratiquerez la charité dans ce qu'elle a de plus élevé, vous expierez pour les autres, vous prierez pour ceux qui ne prient point, vous aiderez, dans la mesure de vos forces, à compenser la haine que le monde porte au Sauveur. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 207.
En partic. Amour des malheureux :
8. hauviette [à Jeannette]. − (...) On s'imagine ici, dans la paroisse, que tu es heureuse de ta vie parce que tu fais la charité, parce que tu soignes les malades et que tu consoles ceux qui sont affligés; et que tu es toujours là avec ceux qui ont de la peine. Mais moi, moi Hauviette, je sais que tu es malheureuse. Péguy, Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc,1910, p. 16.
9. − (...) Je ne reconnais qu'une charité chrétienne, mon jeune camarade, et c'est celle qui procède directement de Jésus, (évangiles, passim,) ou plutôt ubique : c'est la constante communion, et spirituelle, et temporelle, avec le pauvre, avec le faible, avec l'opprimé. Péguy, L'Argent,1913, p. 1201.
B.− PHILOS. et MOR.
1. En gén. Amour mutuel des hommes, considérés comme des semblables; humanité, philanthropie :
10. La réunion de tant de peuples en un seul avait commencé à donner le soupçon de l'unité de nature, de l'unité d'espèce, le soupçon de la solidarité du genre humain. On sait de quels applaudissements le vers de Térence où la solidarité humaine est entrevue fut couvert à Rome sur le théâtre. Cicéron parle d'un lien de charité qui doit unir tous les hommes et Sénèque dit sur la fraternité humaine une foule de bonnes choses... P. Leroux, De l'Humanité,t. 2, 1840, p. 734.
11. Il est d'usage de distinguer avec soin la justice de la charité, c'est-à-dire le simple respect des droits d'autrui de tout acte qui dépasse cette vertu purement négative. On voit dans ces deux sortes de pratiques comme deux couches indépendantes de la morale : la justice, à elle seule, en formerait les assises fondamentales; la charité en serait le couronnement. (...) cette conception est peu d'accord avec les faits. En réalité, pour que les hommes se reconnaissent et se garantissent mutuellement des droits, il faut d'abord qu'ils s'aiment, que, pour une raison quelconque, ils tiennent les uns aux autres et à une même société dont ils fassent partie. La justice est pleine de charité. Durkheim, De la Division du travail soc.,1893, p. 90.
12. La charité chrétienne, que toujours accompagne un sentiment d'abnégation, ne s'oppose point tant à l'idée de justice qu'elle ne la pénètre et féconde. La charité, tout en soulageant temporairement la misère, ne s'attaque point à sa racine et l'on peut même dire que, par là même, elle l'entretient. (...) c'est contre quoi proteste à bon droit l'idée juive et marxiste de la justice. Mais celle-ci nous abuse en exaltant cette illusion qu'un état social meilleur puisse jamais venir à bout de la misère. Et même elle favorise, cette idée, chez ceux qu'elle abuse, une certaine misère de cœur, d'asséchement. De sorte que je doute quelle serait la plus préjudiciable à soi-même et aux autres, à l'humanité : une charité qui prendrait son parti de l'injustice, une justice qui se sentirait quitte d'aimer; une équitabilité sans amour? Gide, Feuillets,1937, p. 1291.
En partic. Amour des pauvres, des défavorisés :
13. Quant à la charité, nous n'avons même plus osé la prêcher. En effet, autrefois, le sacrifice qui fonde les êtres prenait le nom de charité quand il honorait Dieu à travers son image humaine. À travers l'individu nous donnions à Dieu, ou à l'homme. Mais, oubliant Dieu ou l'homme, nous ne donnions plus qu'à l'individu. Dès lors, la charité prenait souvent figure de démarche inacceptable. C'est la société, et non l'humeur individuelle, qui se doit d'assurer l'équité dans le partage des provisions. La dignité de l'individu exige qu'il ne soit point réduit en vassalité par les largesses d'un autre. Saint-Exupéry, Pilote de guerre,1942, p. 379.
P. allégorie, B.-A. :
14. À la galerie Correr, vaste collection, (...) charmants bas-reliefs (la Charité, avec les petits enfants et le vieillard, gracieux et touchant, [...])... Michelet, Journal,1838, p. 275.
SYNT. (concernant A et B). Charité ardente, chrétienne, divine, évangélique, fraternelle, grande; actes, précepte, sentiment, mouvement de charité; manquer de charité; recueillir (qqn) par charité.− PARAD. (concernant A et B). Amour, bienfaisance, fraternité, justice, piété.
2. Domaine de l'activité soc. ou interpersonnelle
a) La charité comme source de l'aide aux hommes. Exercice de la charité :
15. ... à défaut du travail de l'esprit, la charité offre-t-elle plus de ressources aux femmes? Que de déboires elle réserve à celles qui ont une âme trop sincère pour se satisfaire de la charité officielle ou mondaine, des parlotes philanthropiques, de ce mélange odieux de frivolité, de bienfaisance et de bureaucratie, de cette façon de jouer avec la misère, entre deux flirts, en papotant! Quand l'une d'elles, écœurée, a l'incroyable audace de se risquer seule au milieu de cette misère qu'elle ne connaît que par ouï-dire, quelle vision pour elle! Presque impossible à supporter! C'est un enfer. Que peut-elle pour y venir en aide? R. Rolland, Jean-Christophe,Les Amies, 1910, p. 1227.
16. Nous parlons ensuite de la charité, et je lui dis que la charité des riches n'est souvent qu'une forme de condescendance et qu'ils se débarrassent des pauvres avec de l'argent. Green, Journal,Le Bel aujourd'hui, 1955-58, p. 120.
Proverbe. Charité bien ordonnée commence par soi-même.
b) Subst. + charité.Source morale ou spirituelle d'assistance, d'aide matérielle aux plus défavorisés par la nature ou par la vie (malades, orphelins, pauvres, chômeurs).
[En parlant d'assemblées, de groupements, d'œuvres ayant pour but de s'occuper des défavorisés]
Association d'inspiration religieuse ou laïque. Assemblée de charité (Flaubert, Correspondance,1877, p. 8).Confrairie de charité (Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 521).Société de charité (Michelet, Journal,1842, p. 466).Société de charité maternelle (Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 13).
Personnes s'occupant bénévolement des défavorisés. Dame de charité (Balzac, La Cousine Bette,1846, p. 301 et Coppée, La Bonne souffrance, 1898, p. 138).Médecin de charité (Michelet, Journal,1839, p. 298).
[En parlant d'organismes ou d'institutions ayant pour but de remédier à certaines situations de fait (absence de travail, maladie, pauvreté)] Atelier de charité (Tocqueville, L'Ancien Régime et la Révolution,1856, p. 108).Bureau de charité (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 4, 1848, p. 69).Établissement de charité (Mmede Staël, De l'Allemagne,t. 1, 1810, p. 276 et Du Camp, En Hollande, 1859, p. 194).Maison de charité (Bonald, Législ. primitive,t. 2, 1802, p. 86). Œuvre de charité (Montalembert, Hist. de Ste Élisabeth de Hongrie,1836, p. 194 et Zola, L'Argent, 1891, p. 390).
[En parlant de manifestations ayant pour objet de récolter des fonds destinés aux défavorisés] Bal de charité (Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 297).Concert de charité (Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 116).Fête de charité (Anouilh, La Répétition,1950, I, p. 19).Représentation de charité (De Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 152).Vente de charité (Zola, Son Excellence E. Rougon,1876, p. 327).
C.− Usuel, parfois iron. et/ou péj. Condescendance, indulgence, extrême gentillesse. (Faire, avoir) la charité de... Ayez la charité d'écouter mon histoire (Duranty, Le Malheur d'Henriette Gérard,1860, p. 78).Marie-Jeanne me fait la charité de prendre le volant pour me laisser admirer le paysage (T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 40).MmeHautemare laissa son mari parler une heure sur ce sujet sans lui faire la charité d'une idée (Stendhal, Lamiel,1842, p. 38).
II.− P. méton. (au sing. et au plur.). Ce qui est fait par charité.
A.− Bienfait inspiré par l'amour du prochain.
1. Acte inspiré par la charité :
17. Il posait cent francs sur la tablette de verre, (...). (...) elle avait envie de lui dire : − Mais non, garde-les, mon pauvre vieux; tu n'as pas plus d'argent que moi. Elle se taisait, sachant qu'elle lui faisait une charité en acceptant. Druon, Les Grandes familles,t. 2, 1948, p. 222.
2. P. restriction. Chose donnée par charité. Synon. don, aumône :
18. Il [Olivier] (...) regardait avec un air de dédain le tricot gris en grosse laine qu'elles [Annette et sa mère] confectionnaient (...). − (...) c'est très laid, surtout dans un appartement Louis XV, où tout caresse l'œil. Si ce n'est pour vos pauvres, vous devriez, pour vos amis, faire vos charités plus élégantes. Maupassant, Fort comme la mort,1889, p. 130.
SYNT. La charité s'il vous plaît (Hugo, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 37). Implorer la charité (T. Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863, p. 363). Faire la charité (Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire? 1934, p. 430). Vivre de la charité publique (cf. Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, Le Père Judas, 1883, p. 101).
B.− Établissements, fondations, congrégations ayant ces actes pour but.
1. Vx, région. (Normandie). Personnes associées dans le but d'exercer la charité dans un domaine précis (ensevelissement des morts, etc.) :
19. À Foulques, d'abord, sur une civière de confrérie qu'on a dû prendre à l'église, une civière de Charité, le corbillard de ce temps-là. J. de La Varende, Esculape,1949, p. 24.
2. Congrégations religieuses :
20. Les Sœurs de charité, très nombreuses, (...) ne sont pas des religieuses. Elles ne veulent pas être appelées telles. Elles sont « les Filles de la charité », connues sous le nom de Sœurs de Saint-Vincent-de-Paul. Barrès, Cahiers d'Orient,1914, p. 398.
SYNT. Fils de la Charité (Green, Journal, 1945, p. 222). Pères de la Charité (Bourges, Le Crépuscule des dieux, 1884, p. 327). Sœurs de la charité (Chateaubriand, Génie du Christianisme, t. 2, 1803, p. 521).
3. Le bâtiment lui-même abritant un hôpital ou un hospice, où s'exerce la charité :
21. − Il faut dire à tes parents de le conduire pour la consultation de deux heures, à la Charité; le grand hôpital, à gauche, tu sais? R. Martin du Gard, Les Thibault,La Consultation, 1928, p. 1051.
Prononc. et Orth. : [ʃaʀite]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) 2emoitié xes. relig. « amour de Dieu et du prochain » (St Léger, 33 ds Henry Chrestomathie 1960, p. 10 : Perfectus fud in caritet); b) 2emoitié xes. id. « l'amour parfait qui est en Dieu » (Passion, 160 ds Bartsch Chrestomathie 1908, p. 8 : en caritad toz es uniz); 2. a) 1160-74 « repas de charité offert aux voyageurs dans les monastères » (Wace, Rou, II, 1745 ds Keller, p. 58a); 1172-76 plus gén. « don, aumône » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 1889 ds T.-L.); b) ca 1175 « attitude ou sentiment de générosité envers les pauvres » (Chr. de Troyes, Chevalier lion, éd. W. Foerster, 2839, ibid.); 3. 1662 « complaisance, bonté » surtout ds l'expr. avoir la charité de (Racine, Œuvres, éd. P. Mesnard, t. 4, 479, Lettres d'apr. Lexique par Marty-Laveaux, t. 8, Paris, 1873). Francisation du lat. caritas, -atis (signifiant d'abord « cherté » v. ce mot) « amour, tendresse » (Cicéron ds TLL s.v., 460, 5) d'où le sens du lat. chrét. (1) (Epître de St Paul aux Ephésiens, 3, 17 ds Blaise, cf. St Augustin ds TLL s.v., 460, 12 : caritatem voco motum animi ad fruendum deo propter ipsum et se atque proximo propter deum) qui traduisait le gr. α ́ γ α π η, le sens concret de « don, aumône » étant attesté dep. le iiies. (Tertullien, ibid.) et le sens précis de « repas de charité » dep. le vies. (St Grégoire le Grand ds Nierm.). Fréq. abs. littér. : 3 144. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 212, b) 4 493; xxes. : a) 4 042, b) 4 084. Bbg. Darm. Vie 1932, p. 50. − Mellot (J.). Les Charités. Vie Lang. 1966, pp. 623-627. − Sainte-Marie (H. de). Le Vocab. de la charité dans la règle de S. Benoît. In : [Mél. Mohrmann (C.)]. Utrecht, 1963, pp. 112-120.

Charité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

charité \ʃa.ʁi.te\ féminin

  1. (Religion) Vertu théologale, amour que l’on ressent pour Dieu, pour le bien et pour son prochain.
    • Pour une fille des champs qui dans sa jeunesse n’avait récolté que de mauvais traitements, pour une pauvresse recueillie par charité, le rire équivoque du père Grandet était un vrai rayon de soleil. — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834 ; p. 221 de l’éd. Houssiaux de 1855)
    • Tout cela n'empêche pas, mon ami, qu'il n'y ait sur cette terre de fort braves gens, des gens foncièrement honnêtes, organiquement bons, faisant le bien pour la satisfaction intime qu'ils en retirent: ne volant pas et n'assassinant pas, lors même qu'ils seraient sûrs de l'impunité, parce qu'ils ont une conscience qui est un contrôle perpétuel des actes auxquels leurs passions pourraient les pousser; des gens capables d'aimer, de se dévouer corps et âme, des prêtres croyant en Dieu et pratiquant la charité chrétienne, des médecins bravant les épidémies pour sauver quelques pauvres malades, des sœurs de charité allant au milieu des armées soigner de pauvres blessés. — (Loti, Aziyadé, 1879)
    • La charité est une vertu que les éloges mortuaires prêtent sans exception à tous les défunts, ce qui est déjà suspect. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 139)
    • Darlan a été descendu et Pucheu exécuté, c'est bien fait pour leur poire ! s'écria Micheline, toute charité chrétienne envolée. — (Robert Ichah, Juif malgré lui: 1940-44, la guerre d'un gamin de banlieue, Romillat, 2000, page 186)
  2. Bienveillance habituelle ; indulgence ; commisération.
    • Cette sollicitude ne la surprenait guère : Alice avait toujours eu cette espèce de charité très chrétienne, qui attendait que l'on fût au fond du trou pour vous tendre la main. — (Laure Pfeffer, Si peu la fin du monde, Éditions Buchet-Chastel, 2019)
  3. Bienfaisance ; aumône aux pauvres. Note : Dans ce sens, pouvait autrefois s’employer au pluriel.
    • Les catholiques sociaux […] veulent améliorer le sort des pauvres, non seulement par la charité, mais par une foule d'institutions propres à atténuer les douleurs causées par l'économie capitaliste. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.V, La grève générale politique, 1908, p.226)
    • Je prétends que la vraie charité doit être couillue, pas pleurnicharde, ni dégoulinante de bonté. Quand les gens éclatent en sanglots c'est souvent parce qu'ils ne peuvent pas te dire que tu les fais chier. — (Jean Tirelli, Le journal d'une cloche, Édition de la Mouette, 2012, page 21)
    • Il se recommande aux charités des personnes généreuses.
  4. (Vieilli) Groupe de personnes pieuses se dévouant pour secourir les pauvres.
  5. (Par métonymie) Hospice où étaient accueillis les pauvres.
    • C’est l’hôpital qui se moque de la charité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Charité : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHARITÉ. n. f.
L'une des trois vertus théologales : Amour que nous ressentons pour Dieu comme notre souverain bien et pour le prochain en vue de Dieu. Si je n'ai point la charité, je ne suis rien. La charité est la perfection. La charité des premiers chrétiens. Charité fraternelle. Avoir de la charité pour le prochain. Mouvement de charité. Il a fait telle chose par charité, par pure charité. En termes de Théologie, il se dit aussi de l'Amour de Dieu même pour l'homme. Il signifie plus particulièrement Aumône qu'on donne aux pauvres; et, dans ce sens, il peut s'employer au pluriel. Faire des actes de charité. Faire la charité à quelqu'un, ou absolument Faire la charité. Ce pauvre homme vous demande la charité. Il se recommande aux charités des personnes généreuses. Dames de charité, Dames bienfaisantes qui concourent au soulagement des pauvres d'une paroisse. Prov., Charité bien ordonnée commence par soi-même, Il est juste, ou du moins il est naturel de songer à ses propres besoins avant de s'occuper de ceux des autres.

Charité : définition du Littré (1872-1877)

CHARITÉ (cha-ri-té) s. f.
  • 1Amour du prochain. Dans les nécessités extraordinaires sa charité faisait de nouveaux efforts, Bossuet, Anne de Gonz. Ce n'était plus cet ardent vainqueur qui semblait vouloir tout emporter ; c'était une douceur, une patience, une charité qui songeait à gagner tous les cœurs et à guérir des esprits malades, Bossuet, Louis de Bourbon. Je suis reconnaissant de la charité que vous avez pour mon âme, Bossuet, Lett. quiét. 12. J'ai appris la charité que vous aviez pour ce pays, Bossuet, Lett. 1. Nos pères ont eu plus de charité que cela, Pascal, Prov. 8. Ces faux monnayeurs en dévotion, qui veulent attraper les hommes avec un zèle contrefait et une charité sophistiquée, Molière, 1er Placet au roi. Les grands ne semblent être nés que pour exercer la charité, Fléchier, Mont. Il se croit obligé d'exercer la charité dans une profession cruelle, Fléchier, Tur. Qu'est-ce qu'une charité qui n'a point de pudeur avec le misérable, et qui, avant que de le soulager, commence par écraser son amour-propre ? Marivaux, Vie de Marianne, 1re partie, p. 34. Comme ils voulaient demeurer attachés à l'Évangile par leur devoir envers Dieu, et aux gens du monde par leur charité pour le prochain, Pascal, Prov. 7.

    Ironiquement. Marchangy, ce vrai sage, M'a fait par charité Sentir de l'esclavage La légitimité, Béranger, Liberté.

    Une des trois vertus théologales, par laquelle nous aimons Dieu comme notre souverain bien. La fin de la religion, l'âme des vertus et l'abrégé de la foi, c'est la charité. La charité, qui bannit la crainte, opère un si grand miracle ; et, sans autre joug qu'elle-même, elle sait non-seulement captiver, mais encore anéantir la volonté propre, Bossuet, Fr. Bourgoing. La charité est la plus parfaite des vertus théologales, St-Cyran, Théologie familière, dans RICHELET.

  • 2Acte de bienfaisance, aumône. Voilà des charités qu'il a faites pour le salut de ses frères, Fléchier, Tur. Il faisait une infinité de charités que personne ne savait, Sévigné, 152. On lui vient demander des charités pour les églises, Sévigné, 275. Je n'aimais pas qu'on me fît la charité, Rousseau, Conf. II. Ignace avait de quoi vivre honnêtement par les charités qu'on lui faisait, Bouhours, Vie de saint Ignace, liv. II, dans RICHELET.

    Absolument. Demander la charité, être à la charité, mendier.

    Par antiphrase. Charité de cour, perfidie de courtisan.

    Prêter des charités à quelqu'un, le calomnier. Lorsque le P. La Chaise eut cessé de parler, je lui dis que j'étais étonné qu'on m'eût prêté des charités auprès de lui, Racine, Lett. Boil. 45. Une de ces personnes qui prêtent doucement des charités à tout le monde, de ces femmes qui donnent toujours le petit coup de langue en passant, Molière, Impromptu, 1.

    Nom, dans quelques ordres religieux, de la discipline qu'un religieux donne à un autre.

  • 3Les frères, les sœurs de la Charité, congrégations qui se vouent au soulagement de la misère. Il ne s'agit pas de faire de votre élève un frère de la charité, Rousseau, Ém. IV. Molière a terminé sa vie Entre deux sœurs de charité, Béranger, M. de santé.

    Frères de la Charité, ordre religieux fondé vers 1550 par saint Jean-de-Dieu pour le soulagement des malades ; ces religieux suivent la règle de Saint-Augustin ; ils bâtirent à Paris, dans le faubourg St-Germain, le célèbre hôpital qui porte encore leur nom.

    Charité de Notre-Dame, religieuses de l'ordre de Saint-Jean-de-Dieu rendant aux femmes les mêmes services que les frères de Saint-Jean-de-Dieu rendent aux hommes.

    Charité de Saint-Hippolyte, congrégation de religieux hospitaliers dans les Indes occidentales et qui rendent aux malades les mêmes services que les religieux de la congrégation de Saint-Jean-de-Dieu.

    Religieuses de Notre-Dame-de-Charité, établies pour retirer du mal les pauvres filles ou femmes de mauvaises mœurs. Elles suivent la règle de Saint-Augustin et commencèrent en 1642.

    Charité de la Sainte-Vierge, ordre religieux sous la règle de Saint-Augustin.

    La maison où résident les frères, les sœurs de Charité. Il n'y avait [dans le domestique de Mme de Maintenon] d'un peu distingué que cette ancienne servante du temps qu'elle était à la Charité de Saint-Eustache, Saint-Simon, 414, 209.

    Charité, nom d'hôpitaux divers. La Charité de Lyon. La Charité de Paris.

    Anciennement, la charité pour les pauvres honteux, service de charité composé uniquement du curé de la paroisse et des marguilliers et destiné aux pauvres honteux.

    Anciennement, tous les pauvres malades d'une paroisse. Il est le médecin de la charité d'une telle paroisse.

  • 4Aujourd'hui, dame de charité, bureau de charité dame, bureau qui distribuent des charités.

    Nom que, dans quelques localités, on donne à des confréries ou associations d'assistance.

  • 5Votre Charité, titre d'honneur donné aux princes de l'Église.

    PROVERBE

    Charité bien ordonnée commence par soi-même, c'est-à-dire avant de songer à faire du bien aux autres, il faut songer à soi, à ses intérêts, à ses avantages.

REMARQUE

La locution prêter des charités à quelqu'un, qui signifie le calomnier en lui attribuant une chose défavorable qu'il n'a pas faite ou dite, s'explique par une antiphrase : lui donner des charités, lui faire l'aumône d'une imputation calomnieuse ; locution à laquelle prêter ajoute une idée de méchanceté hypocrite, comme si le calomniateur ne faisait que prêter sa calomnie.

HISTORIQUE

XIIe s. Ne tieng, fait sainz Thomas, de lui fius [fiefs], n'eritez, Ne rien en barunie : mais tut est charitez, E parmenable aumosne tut ço dont sui fieffez, Th. le mart. 45. Deus, cum par est mainz huem pur le siecle avuglez ; N'i est amurs, ne fei, ne pais, ne charitez, ib. 121. Puis le proia assez que un petit menjast, Preïst la charité, un petit se dinast, Mez li dus [duc] n'i vout prendre ne disner ne repas, Wace, Rou.

XIIIe s. Ha ! rois, ce dist la vieille, pour sainte charité…, Berte, X. Il oït parler de la grant carité del hospital d'Acre, Chron. de Rains, p. 107. Ge t'ai veü carité prendre Deuz fois, sanz aller au mostier, Ren. 20610.

XIVe s. L'enfant fut nourri ches le roy en honneur et en charité, Bercheure, f° 20, verso.

XVe s. J'ai fait charité et hospitalité de tels biens que j'ai ceans à mon povoir, Perceforest, t. I, f° 12, dans LACURNE.

XVIe s. Cela advenu, on l'eust pu calompnier d'estre adherant aux rebelles (car les gens de bien et d'honneur ne manquent jamais de presteurs de charité), Carloix, VIII, 7. Charité oingt, peché poingt, Leroux de Lincy, Prov. t. I, p. 7. Les combats de nuict sont fort dangereux et subjects à de mauvaises charitez [traîtrises], Brantôme, Sur les duels, p. 202, dans LACURNE. C'est une charité que l'on luy preste quand on l'accuse de cruauté, Pasquier, Recherches, liv. V, p. 427, dans LACURNE. Comme disent les Hebreux, il faut commencer la charité par soy mesme, Charron, Sagesse, p. 468, dans LACURNE. Il me confirma en l'opinion que j'avoye que Maligny et d'autres ses compaignons lui avoyent presté ceste charité [d'être complice de la conjuration d'Amboise], Condé, Mémoires, p. 551.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHARITÉ. Ajoutez :
6Nom, en Normandie, de confréries établies pour rendre les derniers devoirs aux morts. Les charités, d'origine fort ancienne, sont encore en plein exercice dans tout le Lieuvin, H. Moisy, Noms de famille normands, p. 145.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Charité : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHARITÉ, s. f. (Théologie.) on la définit une vertu théologale, par laquelle nous aimons Dieu de tout notre cœur, & notre prochain comme nous-mêmes. Ainsi la charité a deux objets matériels, Dieu & le prochain. Voy. Objet & Materiel.

La question de la charité ou de l’amour de Dieu, a excité bien des disputes dans les écoles. Les uns ont prétendu qu’il n’y avoit de véritable amour de Dieu que la charité ; & que toute action qui n’est pas faite par ce motif, est un péché.

D’autres plus catholiques, qui n’admettent pareillement d’amour de Dieu que celui de charité, mais qui ne taxent point de péchés les actions faites par d’autres motifs, demandent si cette charité suppose, ou ne suppose point de retour vers soi. Alors ils se partagent, les uns admettent ce retour, les autres le rejettent.

Ceux qui l’admettent distinguent la charité en parfaite & en imparfaite. La parfaite, selon eux, ne differe de l’imparfaite que par l’intensité des degrés, & non par la diversité des motifs, comme le pensent leurs adversaires. Ils citent en faveur de leurs sentimens ce passage de saint Paul, cupio dissolvi & esse cum Christo, où le desir de la possession est joint à la charité la plus vive.

Les uns & les autres traitent d’erreur le rigorisme de ceux dont nous avons parlé d’abord, qui font des péchés de toute action qui n’a pas le motif de charité ; & ils enseignent dans l’église, que les actions faites par le motif de la foi, de l’espérance ou de la crainte de Dieu, loin d’être des péchés, sont des œuvres méritoires : ils vont plus loin ; celles qui n’ont même pour principe que la vertu morale, sont bonnes & loüables selon eux, quoique non méritoires pour le salut. Voy. Grace, Vertu morale, Contrition, &c.

Il y a deux excès à éviter également dans cette matiere ; & ce qu’il y a de singulier, c’est que, quoiqu’ils soient directement opposés dans leurs principes, ils se réunissent dans leurs conséquences. Il y en a qui aiment Dieu en pensant tellement à eux, que Dieu ne tient que le second rang dans leur affection. Cet amour mercenaire ressemble à celui qu’on porte aux personnes, non pour les bonnes qualités qu’elles ont, mais seulement pour le bien qu’on en espere : c’est celui des faux amis, qui nous abandonnent aussi-tôt que nous cessons de leur être utiles. La créature qui aime ainsi, nourrit dans son cœur une espece d’athéisme : elle est son dieu à elle-même. Cet amour n’est point la charité ; on y trouveroit en le sondant, plus de crainte du diable que d’amour de Dieu.

Il y en a qui ont en horreur tout motif d’intérêt ; ils regardent comme un attentat énorme cet autel qu’on semble élever dans son cœur à soi-même, & où Dieu n’est, pour ainsi dire, que le pontife de l’idole. L’amour de ceux-ci paroît très-pur ; il exclut tout autre bien que le plaisir d’aimer ; ce plaisir leur suffit ; ils n’attendent, ils n’esperent rien au-delà : tout se réduit pour eux à aimer un objet qui leur paroît infiniment aimable ; un regard échappé sur une qualité relative à leur bonheur, souilleroit leur affection ; ils sont prêts à sacrifier même ce sentiment si angélique, en ce qu’il a de sensible & de réfléchi, si les épreuves qui servent à le purifier exigent ce sacrifice. Cette charité n’est qu’un amour chimérique. Ces faux spéculatifs ne s’apperçoivent pas que Dieu n’est plus pour eux le bien essentiel & souverain. Plaçant le sublime de la charité à se détacher de toute espérance, ils se rendent indépendans, & se précipitent à leur tour dans une espece d’athéisme, mais par un chemin opposé.

Le champ est vaste entre ces deux extrèmes. Les Théologiens sont assez d’accord à temperer & l’amour pur & l’amour mercenaire ; mais les uns prétendent que pour atteindre la vérité, il faut réduire l’amour pur à ses justes bornes ; les autres au contraire, qu’il faut corriger l’amour mercenaire. Ces derniers partent d’un principe incontestable ; savoir que nous cherchons tous naturellement à nous rendre heureux. C’est, selon saint Augustin, la vérité la mieux entendue, la plus constante & la plus éclaircie. Omnes homines beati esse volunt ; idquè unum ardentissimo amore appetunt ; & propter hoc cætera quæcumque appetunt. C’est le cri de l’humanité ; c’est la pente de la nature ; & suivant l’observation du savant évêque de Meaux, saint Augustin ne parle pas d’un instinct aveugle ; car on ne peut desirer ce qu’on ne sait point, & on ne peut ignorer ce qu’on sait qu’on veut. L’illustre archevêque de Cambrai, écrivant sur cet endroit de saint Augustin, croyoit que ce pere n’avoit en vûe que la béatitude naturelle. Mais qu’importe, lui répliquoit M. Bossuet ? puisqu’il demeure toûjours pour incontestable, selon le principe de saint Augustin, qu’on ne peut se desintéresser au point de perdre dans un seul acte, quel qu’il soit, la volonté d’être heureux, par laquelle on veut toute chose. La distinction de M. de Fenelon doit surprendre. Il est évident que ce principe, l’Homme cherche en tout à se rendre heureux, une fois avoüé, il a la même ardeur pour la béatitude surnaturelle que pour la béatitude naturelle : il suffit que la premiere lui soit connue & démontrée. Qu’on interroge en effet son propre cœur, car notre cœur peut ici nous représenter celui de tous les hommes : qu’on écoute le sentiment intérieur ; & l’on verra que la vûe du bonheur accompagne les hommes dans les occasions les plus contraires au bonheur même. Le farouche Anglois qui se défait, veut être heureux ; le bramine qui se macère, veut être heureux ; le courtisan qui se rend esclave, veut être heureux ; la multitude, la diversité & la bisarrerie des voyes, ne démontrent que mieux l’unité du but.

En effet, comment se détacheroit-on du seul bien qu’on veuille nécessairement ? En y renonçant formellement ? cela est impossible. En en faisant abstraction ? cette abstraction fermera les yeux un moment sur la fin ; mais cette fin n’en sera pas moins réelle. L’artiste qui travaille, n’a pas toûjours son but présent, quoique toute sa manœuvre y soit dirigée. Mais je dis plus ; & je prétends que celui qui produit un acte d’amour de Dieu, n’en sauroit séparer le desir de la joüissance : en effet, ce sont les deux objets les plus étroitement unis. La religion ne les sépare jamais ; elle les rassemble dans toutes ses prieres. L’abstraction momentanée sera, si l’on veut, dans l’esprit ; mais elle ne sera jamais dans le cœur. Le cœur ne fait point d’abstraction, & il s’agit ici d’un mouvement du cœur & non d’une opération de l’esprit. S. Thomas qui s’est distingué par son grand sens dans un siecle où ses rivaux, qui ne le sont plus depuis long-tems, avoient mis à la mode des subtilités puériles, disoit : si Dieu n’étoit pas tout le bien de l’homme, il ne lui seroit pas l’unique raison d’aimer. Et ailleurs : il est toute la raison d’aimer, parce qu’il est tout le bien de l’homme. L’amour présent & le bonheur futur sont, comme on voit, toûjours unis chez ce docteur de l’école.

Mais, dira-t-on peut-être, quand nous ignorerions que Dieu peut & veut nous rendre heureux, ne pourrions-nous pas nous elever à son amour par la contemplation seule de ses perfections infinies ? je réponds qu’il est impossible d’aimer un Dieu sans le voir comme un Être infiniment parfait ; & qu’il est impossible de le voir comme un Être infiniment parfait, sans être convaincu qu’il peut & veut notre bonheur. N’est-ce pas, dit M. Bossuet, une partie de sa perfection d’être libéral, bienfaisant, miséricordieux, auteur de tout bien ? y a-t-il quelqu’un qui puisse exclure par abstraction ces attributs de l’idée de l’Être parfait ? Non sans doute : cependant accordons-le ; convenons qu’on puisse choisir entre les perfections de Dieu pour l’objet de sa contemplation, son immensité, son éternité, sa prescience, &c. celles en un mot qui n’ont rien de commun avec la liaison du Créateur & de la créature ; & se rendre, pour ainsi dire, sous ce point de vûe, l’Être suprême, étranger à soi-même. Que s’ensuit-il de-là ? de l’admiration, de l’étonnement, mais non de l’amour. L’esprit sera confondu, mais le cœur ne sera point touché. Aussi ce Dieu mutilé par des abstractions n’est-il que la créature de l’imagination, & non le Créateur de l’Univers.

D’où il s’ensuit que Dieu devient l’objet de notre amour ou de notre admiration, selon la nature des attributs infinis dont nous faisons l’objet de notre méditation ; qu’entre ces attributs, il n’y a proprement que ceux qui constituent la liaison du Créateur à la créature, qui excitent en nous des sentimens d’amour. Que ces sentimens sont tellement inséparables de la vûe du bonheur, & la charité tellement unie avec le penchant à la joüissance, qu’on ne peut éloigner ces choses que par des hypotheses chimériques hors de la nature, fausses dans la spéculation, dangereuses dans la pratique. Que le sentiment d’amour peut occasionner en nous de bons desirs, & nous porter à des actions excellentes ; influer en partie & même en tout sur notre conduite ; animer notre vie, sans que nous en ayons sans cesse une perception distincte & présente ; & cela par une infinité de raisons, dont je me contenterai de rapporter celle-ci, qui est d’expérience : c’est que ne pouvant par la foiblesse de notre nature partager notre entendement, & être à différentes choses à la fois, nous perdons nécessairement les motifs de vûe, quand nous sommes un peu fortement occupés des circonstances de l’action. Qu’entre les motifs loüables de nos actions, il y en a de naturels & de surnaturels ; & entre les surnaturels, d’autres que la charité proprement dite. Que les motifs naturels loüables, tels que la commisération, l’amour de la patrie, le courage, l’honneur, &c. consistant dans un légitime exercice des facultés que Dieu a mises en nous, & dont nous faisons alors un bon usage ; ces motifs rendent les actions du Payen dignes de récompense dans ce monde, parce qu’il est de la justice de Dieu de ne laisser aucun bien sans récompense, & que le Payen ne peut être récompensé dans l’autre monde. Que penser que les actions du Chrétien qui n’auront qu’un motif naturel loüable, lui seront méritoires dans l’autre monde, par un privilege particulier à sa condition de Chrétien, & que c’est-là un des avantages qui lui reviennent de sa participation aux mérites de J. C. ce seroit s’approcher beaucoup du Sémi-Pélagianisme ; qu’il y aura sûrement des Chrétiens qui n’ayant pour eux que de bonnes actions naturelles, telles qu’elles auroient été faites par un honnête Payen, ne seront récompensés que dans ce monde, comme s’ils avoient vêcu sous le joug du Paganisme. Que les motifs naturels & surnaturels ne s’excluent point ; que nous ne pouvons cependant avoir en même tems la perception nette & claire de plusieurs motifs à la fois ; qu’il ne dépend nullement de nous d’établir une priorité d’ordre entre les perceptions de ces motifs : que, malgré que nous en ayons, tantôt un motif naturel précédera ou sera précédé d’un motif surnaturel, tantôt l’humanité agira la premiere, tantôt ce sera la charité. Que, quoiqu’on ne puisse établir entre les motifs d’une action l’ordre de perception qu’on désireroit, le Chrétien peut toûjours passer d’un de ses motifs à un autre, se les rappeller successivement, & les sanctifier. Que c’est cette espece d’exercice intérieur qui constitue l’homme tendre & l’homme religieux ; qu’il ajoûte, quand il est libre & possible, un haut degré de perfection aux actions : mais qu’il y a des occasions où l’action suit si promptement la présence du motif, que cet exercice ne devient presque pas possible. Qu’alors l’action est très-bonne, quel que soit celui d’entre les motifs loüables, naturels, ou surnaturels qu’on ait présent à l’esprit. Que le passage, que l’impulsion de la charité suggere au Chrétien, de la perception d’un motif naturel, présent à l’esprit dans l’instant de l’action, à un motif surnaturel subséquent, ne rend pas, à parler exactement, l’action bonne, mais la rend avantageuse pour l’avenir. Que dans les occasions où l’action est de nature à suivre immédiatement la présence du motif, & dans ceux où il n’y a pas même de motif bien présent, parce que l’urgence du cas ne permet point de réflexion, ou n’en permet qu’une, sçavoir qu’il faut sur le champ éviter ou faire ; ce qui se passe si rapidement dans notre ame, que le tems en étant, pour ainsi dire, un point indivisible, il n’y a proprement qu’un mouvement qu’on appelle premier : l’action ne devient cependant méritoire, pour le Chrétien même, que par un acte d’amour implicite ou explicite qui la rapporte à Dieu ; cette action fût-elle une de celles qui nous émeuvent si fortement, ou qui nous laissent si occupés ou si abattus, qu’il nous est très difficile de nous replier sur nous-mêmes, & de la sanctifier par un autre motif. Que pour s’assûrer tout l’avantage de ses bonnes actions, & leur donner tout le mérite possible, il y a des précautions que le Chrétien ne négligera point ; comme de perfectionner par des actes d’amour anticipés, ses pensées subséquentes ; & de demander à Dieu par la priere de suppléer ce qui manquera à ses actions, dans les occasions où le motif naturel pourra prévenir le motif surnaturel, & où celui-ci pourra même ne pas succéder. Qu’il suffit à la perfection d’une action, qu’elle ait été faite par une habitude d’amour virtuel, telle que l’habitude d’amour que nous portons à nos parens, quand ils nous sont chers, quoique la nature de ces habitudes soit fort différente. Que cette habitude supplée sans cesse aux actes d’amour particuliers ; qu’elle est, pour ainsi dire, un acte d’amour continuel par lequel les actions sont rapportées à Dieu implicitement. Que la vie dans cette habitude est une vie d’amour & de charité. Que cette habitude n’a pas la même force & la même énergie dans tous les bons Chrétiens, ni en tout tems dans un même Chrétien ; qu’il faut s’occuper sans cesse à la fortifier par les bonnes œuvres, la fréquentation des sacremens, & les actes d’amour explicites ; que nous mourrons certainement pour la plûpart, & peut-être tous, sans qu’elle ait été aussi grande qu’il étoit possible, l’homme le plus juste ayant toûjours quelque reproche à se faire. Que Dieu ne devant remplir toutes nos facultés que quand il se sera communiqué intimement à elles, nous n’aurons le bonheur de l’aimer selon toute la plénitude & l’étendue de nos facultés, que dans la seconde vie ; & que ce sera dans le sein de Dieu que se fera la consommation de la charité du Chrétien, & du bonheur de l’homme.

Charité se prend encore, 1° pour l’amour que Dieu a porté de tout tems à l’homme ; 2° pour l’effet d’une commisération, soit chrétienne, soit morale, par laquelle nous secourons notre prochain de notre bien, de nos conseils, &c. La charité des conseils est la plus commune, il faut un peu s’en méfier ; elle ne coûte rien, & ce peut être aisément un des masques de l’amour propre. Hors de la Théologie, notre terme charité n’a presque point d’idées communes avec le charitas des Latins, qui signifie la tendresse qui doit unir les peres & les enfans.

Charité, (Hist. ecclés.) est aussi le nom de quelques ordres religieux. Le plus connu & le plus répandu est celui des freres de la Charite, institué par S. Jean-de-Dieu pour le service des malades. Leon X. l’approuva comme une simple société en 1520 ; Pie V. lui accorda quelques priviléges ; & Paul IV. le confirma en 1617 en qualité d’ordre religieux : dans lequel, outre les vœux d’obéissance, de pauvreté & de chasteté, on fait celui de s’employer au service des pauvres malades. Ces Religieux si utiles ne font point d’études, & n’entrent point dans les ordres sacrés. S’il se trouve parmi eux quelque prêtre, il ne peut jamais parvenir à aucune dignité de l’ordre. Le bienheureux Jean-de-Dieu leur fondateur, alloit tous les jours à la quête pour les malades, criant à haute voix : faites bien, mes freres, pour l’amour de Dieu : c’est pourquoi le nom de fate ben fratelli est demeuré à ces religieux dans l’Italie. (G)

Charité de la sainte Vierge, ordre religieux établi dans le diocese de Châlons-sur-Marne par Gui seigneur de Joinville, sur la fin du xiij. siecle. Cet institut fut approuvé sous la regle de S. Augustin par les papes Boniface VIII. & Clément VI. (G)

Charité, (sœurs de la) communauté de filles instituée par S. Vincent-de-Paul, pour assister les malades dans les hôpitaux, visiter les prisonniers, tenir les petites écoles pour les pauvres filles. Elles ne font que des vœux simples, & peuvent quitter la congrégation quand elles le jugent à propos. (G)

Charité, (dames de la) nom qu’on donne dans les paroisses de Paris à des assemblées de dames pieuses qui s’intéressent au soulagement des pauvres, & leur distribuent avec prudence les aumônes qu’elles font elles-mêmes, ou qu’elles recueillent. (G)

Charité, (écoles de) en Angleterre : ce sont, dit M. Chambers, des écoles qui ont été formées & qui se soûtiennent dans chaque paroisse par des contributions volontaires des paroissiens, & où l’on montre aux enfans des pauvres à lire, à écrire, les premiers principes de la religion, &c.

Dans la plûpart de ces écoles de charité, les aumônes ou fondations servent encore à habiller un certain nombre d’enfans, à leur faire apprendre des métiers, &c.

Ces écoles ne sont pas fort anciennes ; elles ont commencé à Londres, & se sont ensuite répandues dans la plûpart des grandes villes d’Angleterre & de la principauté de Galles. Voici l’état des écoles de charité dans Londres & aux environs de cette capitale, tel qu’il étoit en 1710.

Nombre des écoles de charité, 88.
  des garçons, 2181.
des filles, 1221.
garçons habillés, 1863. Accolade droite.png en tout 2977.
filles habillées, 1114.
garçons non-habillés, 373. Accolade droite.png en tout 501.
filles non-habillées, 128.

Remarquez que sur le total il y a eu 967 garçons & 407 filles, qu’on a mis en apprentissage.

Il y a eu semblablement à Londres une association charitable pour le soulagement des pauvres industrieux, qui fut instituée sous la reine Anne pour donner moyen à de pauvres manufacturiers ou à de pauvres commerçans, de trouver de l’argent à un intérêt modique & autorisé par les lois. On fit pour cet effet un fonds de 30000 livres sterling.

Nous avons en France dans plusieurs villes, & sur-tout à Paris, grand nombre d’établissemens de la premiere espece ; car, outre les écoles pour les enfans des pauvres, conduites par les freres des écoles chrétiennes, combien de maisons, telles que l’Hôpital-général, la Pitié, les Enfans-rouges, &c. ou l’on éleve des enfans pauvres ou orphelins, auxquels, quand ils sont en âge, on fait apprendre des métiers ? (G)

Charité chrétienne, (Hist. ecclés.) Henri III. roi de France & de Pologne, institua pour les soldats hors d’état de le servir dans ses armées, un ordre sous le titre de charité chrétienne. Le manoir de cet ordre étoit en une maison du faubourg saint Marceau ; & pour leur subsistance, il assigna des fonds sur les hôpitaux & maladreries de France : mais ce ne fut qu’un projet qui n’eut point son exécution. La mort funeste de ce prince fit échoüer cet établissement. Il étoit reservé à Louis XIV. de l’exécuter avec autant de grandeur qu’il l’a fait, par la fondation de l’hôtel royal des Invalides. Favin, liv. III. (G)

Charité, (la) Géog. ville de France dans le Nivernois, sur la Loire. Long. 20. 40. lat. 47. 8.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « charité »

Étymologie de charité - Wiktionnaire

Du latin, voir ci-dessus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de charité - Littré

Picard, carité ; provenç. caritat ; espagn. caridad ; ital. carità ; du latin caritatem, de carus (voy. CHER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de charité - Wiktionnaire

(2e moitié du Xe siècle) Du latin charitas (« cherté », « affection »), variante de caritas par rapprochement avec le grec ancien χάρις, kháris (« grâce », « beauté »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « charité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
charité ʃarite play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « charité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « charité »

  • Le nombre de personnes se disant victimes d’abus du père Finet, co-fondateur des Foyers de la charité décédé il y a trente ans, a presque doublé, indique le père modérateur de l’œuvre dans une lettre dont l’AFP a obtenu copie dimanche. , Faits-divers - Justice | Abus aux Foyers de la charité : le nombre de victimes présumées double quasiment
  • Après la charité lors du pic de l’épidémie, le gouvernement nous propose l’aumône dans le cadre de son Ségur de la santé. Après nous avoir forcés à faire tapisserie devant Nicole Notat pendant plus d’un mois, le ministre Olivier Véran entre en piste, mais c’est un flop. Mercredi, les syndicats catégoriels de médecins ont claqué la porte en publiant un communiqué très virulent, ce qui n’est pas leur habitude, expliquant, avec un langage plus châtié que le mien, qu’on se fout de leur gueule. Jeudi, c’était au tour des syndicats du personnel de voir enfin le ministre, dont ils ont exigé la présence pour qu’il mette sur la table une enveloppe financière adaptée aux revendications portées depuis de long mois. L'Humanité, Il y a urgence ! Le billet de Christophe Prudhomme. Charité puis aumône | L'Humanité
  • Hé bien, la charité, c’est exactement pareil. Dans la vie quotidienne, faire attention à l’autre est parfois extrêmement coûteux : respecter le besoin de silence de son colocataire alors que l’on brûle de lui raconter sa dernière aventure à force de gestes épiques et de grandes envolées lyriques, se lever dans le métro pour laisser sa place à une vieille dame – mais est-elle vraiment âgée, à la réflexion ? – quand on se sent épuisé par sa journée de travail, sourire sans trop d’arrière-pensées au conducteur qui vous coupe la route sans broncher, dire bonjour joyeusement en arrivant au bureau alors qu’un enfant maladroit – mais qu’il est godiche, celui-là ! – a renversé son chocolat chaud sur vos mocassins en nubuck tout neufs  qui vous ont coûté un bras… Aleteia : un regard chrétien sur l’actualité, la spiritualité et le lifestyle, La charité, c’est comme la salade de fruits
  • Ce qu'il y a de difficile dans la charité, c'est qu'il faut continuer. De Henry de Montherlant
  • Si la charité vient à manquer, à quoi sert tout le reste ? De Saint Augustin
  • La patience est la mère de la charité. De Sainte Catherine de Sienne / Lettre au frère Filippo de Vannuccio
  • Il faut toujours rendre justice avant que d’exercer la charité. De Nicolas de Malebranche / Traité de morale
  • La charité est souvent un fruit de l’orgueil. De Alfonso Di Lernia
  • La meilleur charité est la justice pour tous. De Proverbe anglais
  • La charité couvre la multitude des péchés. De Marcelle Brisson / Maman
  • La charité du pauvre est de ne pas haïr le riche. De Léon Tolstoï
  • La charité recouvre de nombreux péchés. De Proverbe anglais
  • Le mariage est une institution de charité. De Pierre Baillargeon / Commerce
  • La tolérance est la charité de l'intelligence. De Jules Lemaître
  • La plus grande charité envers les morts, c'est de ne pas les tuer une seconde fois en leur prêtant de sublimes attitudes. La plus grande charité, c'est de les rapprocher de nous, de leur faire perdre la pose. De François Mauriac / La Vie de Racine
  • La charité est le nœud de l'amour. bienheureux Jan Van Ruusbroec dit l'Admirable, De l'ornement des noces spirituelles, le quiétisme
  • La patience est la moelle de la charité. sainte Catherine, de Sienne [Caterina Benincasa], Lettere, A frere Filippo di Vannuccio
  • Bref, la foi, l'espérance et la charité demeurent toutes les trois, mais la plus grande d'entre elles, c'est la charité. , Saint Paul, Épître aux Corinthiens, Ière, XIII, 13
  • Par-dessus tout, la charité, en laquelle se noue la perfection. , Saint Paul, Épître aux Colossiens, III, 14
  • La feinte charité du riche n'est en lui qu'un luxe de plus ; il nourrit les pauvres comme des chiens et des chevaux. Jean-Jacques Rousseau, Correspondance, à M. Moulton
  • Tous les corps ensemble, et tous les esprits ensemble, et toutes leurs productions, ne valent pas le moindre mouvement de charité. Blaise Pascal, Pensées, 793 Pensées
  • La distance infinie des corps aux esprits figure la distance infiniment plus infinie des esprits à la charité, car elle est surnaturelle. Blaise Pascal, Pensées, 793 Pensées
  • Quelques-uns prennent pour de l'amitié ce qui est de la charité. Henry Millon de Montherlant, Les Prisonniers, Gallimard
  • Ce qu'il y a de difficile dans la charité, c'est qu'il faut continuer. Henry Millon de Montherlant, Les Jeunes Filles, Gallimard
  • Ce qu'il y a de plus horrible au monde, c'est la justice séparée de la charité. François Mauriac, L'Affaire Favre-Bulle, Grasset
  • Il faut toujours rendre justice avant que d'exercer la charité. Nicolas Malebranche, Traité de morale
  • Le cri du pauvre monte jusqu'à Dieu mais il n'arrive pas à l'oreille de l'homme. Félicité de La Mennais, Paroles d'un croyant
  • C'est proprement ne valoir rien que de n'être utile à personne. René Descartes, Discours de la méthode
  • Les contraires se connaissent l'un par l'autre : l'injustice de l'amour-propre se connaît par la justice de la charité. Jacques Bénigne Bossuet, Traité de la concupiscence
  • L'abnégation, la charité résultent le plus souvent d'un défaut de vie personnelle. Léon Blum, Nouvelles Conversations de Goethe avec Eckermann, Gallimard
  • Je me suis demandé souvent quelle pouvait être la différence entre la charité de tant de chrétiens et la méchanceté des démons. Léon Bloy, Le Sang du pauvre, Stock
  • La charité est l'organe de la parfaite connaissance. Maurice Blondel, L'Action, P.U.F.
  • La charité, comme la raison, est un des éléments de notre connaissance. Georges Bernanos, Sous le soleil de Satan, Plon
  • Celui qui demande la charité travaille plus pour son prochain que pour lui-même. Marcel Aymé, Clérambard, III, 7 , Grasset
  • - Il a eu sur la charité des pensées si touchantes, si nouvelles !- A-t-il dit qu'il ne fallait pas la faire ? Émile Augier, Le Fils de Giboyer, IV, 6 , Michel Lévy

Images d'illustration du mot « charité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « charité »

Langue Traduction
Portugais caridade
Allemand wohltätigkeit
Italien carità
Espagnol caridad
Anglais charity
Source : Google Translate API

Synonymes de « charité »

Source : synonymes de charité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « charité »


Mots similaires