Délice : définition de délice


Délice : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉLICE, subst. masc. sing.;DÉLICES, subst. fém. plur.

Plaisir d'une grande intensité et subtilité. Les délices de la chair et de l'âme (Flaub., Éduc. sentim.,t. 2, 1869, p. 280).
A.− Domaine physique :
1. Les mornes ivresses de la Vénus vulgaire, les capiteuses ardeurs de la Vénus noire, les raffinées délices de la Vénus savante, les criminelles audaces de la Vénus sanguinaire, ont laissé de leur ressouvenir dans les plus spiritualisés de ses poèmes [de Baudelaire]. Bourget, Essais de psychol. contemp.,1883, p. 5.
P. méton. Un petit palais qui est un délice architectural (Fromentin, Voy. Égypte,1869, p. 88).
B.− Domaine moral.Sensation toute neuve de se sentir veillée par cette virile sollicitude (...) elle s'y abandonnait avec délice (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 397):
2. M. de Saint-Lambert a parlé de lui, et le public l'a applaudi avec attendrissement. Son fils était dans un transport inexprimable. Il y a un délice, dans les jouissances qui ne nous sont pas personnelles, que toutes les satisfactions de l'amour-propre ne peuvent égaler. Staël, Lettres de jeunesse,1786, p. 63.
P. méton. Personne ou chose qui procure un délice moral. On [a] dit de l'empereur Titus, qu'il était les délices du genre humain (Ac.1798-1878).Elle a tout goûté, (...) toutes les délices épicées de notre âpre littérature moderne (Taine, Notes Paris,1867, p. 142).
SYNT. Pur délice; délices cruelles, ineffables, pures; délices de l'amour, du sentiment; lieu de délices; faire ses délices de; boire, écouter, plonger, respirer, savourer avec délices. PARAD. Synon. agrément, bonheur, délectation, plaisir, volupté; anton. cruauté, douleur, malheur, supplice.
Expr. Délices de Capoue (p. allus. aux quartiers d'hiver qu'Hannibal prit à Capoue). Il s'amollit pendant quelque temps dans les délices de Capoue (Balzac, Mais. Nucingen,1838, p. 642).Jardin des délices. Paradis terrestre. Avoir choisi (...) dans le jardin de délices d'Éden, le fruit qui donne la conscience du bien et du mal (Valéry, Variété IV,1938, p. 177).Être le(s) délice(s) (de qqn). Vous m'êtes un délice (...) Vous m'êtes un nectar (Verlaine, Œuvres poétiques complètes,Jadis et naguère, Paris, Gallimard, 1884, p. 215).Faire les délices (de qqn). Boileau, Racine et La Fontaine (...) font les délices des délicats (Joubert, Pensées,t. 2, 1824, p. 150).
Rem. 1. On rencontre délice(s) souvent associé à un terme quasi-anton. Je goûtais de suppliciantes délices à palper ce qu'il offrait à ma caresse (Gide, Et nunc manet, 1951, p. 1134). Délice(s) tend à perdre son sens propre pour devenir un simple quantitatif à valeur intensive, superlative. 2. a) Délice au sing. est parfois fém. Il allait à la mort dont il espérait faire sa dernière délice (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 23). b) Délices est gén. fém. au plur. sauf dans qq. formules comme un de mes plus grands délices (cf. Hanse 1949).
Prononc. et Orth. : [delis]. Enregistré au plur. ds Ac. 1694-1932; cf. aussi Fér. 1768, Fér. Crit. t. 1 1787, Nod. 1844. Étymol. et Hist. Ca 1120 fém. plur. (Psautier d'Oxford, éd. Fr. Michel, CXXXVIII, 10); ca 1175 sing. (Chr. de Troyes, Cligès, 4576 ds T.-L.). Empr. au lat. class. deliciae, -arum « voluptés, douceurs, jouissance » et « objet d'affection, amour ». Fréq. abs. littér. : 1 892. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 832, b) 2 008; xxes. : a) 2 509, b) 2 190.

Délice : définition du Wiktionnaire

Nom commun

délice \de.lis\ masculin au singulier & féminin au pluriel.

  1. Plaisir extrême.
    • Comment résister aux délices du bortsch, la soupe nationale, sorte de pot-au-feu, additionné de chou rouge et de crème fraîche, dont les marbrures glacées de rose et de blanc rappellent la page de garde d'un vieux bouquin. — (Andrée Viollis, Seule en Russie, de la Baltique à la Caspienne, Gallimard, 1927, rééd. 1929, p. 51)
    • Voilà un livre qui fera les délices de tous les orchidologues en même temps que ceux des amateurs de belles photos. — (Bulletin de l'Association pour l'étude taxonomique de la flore d'Afrique tropicale, n° 18 - 26, 1967, page 47)
    • La lecture de cet ouvrage est un pur délice.
  2. Chose délicieuse.
    • C'est chez la veuve Thorsdal que j'appris à savourer les délices de la cuisine islandaise. Le dîner se composait invariablement de poisson bouilli. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 45)
    • Ce gâteau est un délice. — Ces nougats sont un vrai délice. — Quel délice que cette musique !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Délice : définition du Littré (1872-1877)

DÉLICE (dé-li-s')

Au singulier ce mot est masculin, au pluriel il est féminin, étant de ces noms qu'on nomme hétéroclites et qui changent de genre en changeant de nombre.

  • 1S. m. sing. C'est un grand délice que de boire frais, Acad. Observ. sur Vaugelas, p. 272, dans POUGENS. Quel délice d'être avec des gens d'une société agréable ! ib. Je vous retrouve enfin, ô bonheur ! ô délice ! Rotrou, Bélis. II, 5. Il disait que chaque nouvel objet était un délice nouveau, Buffon, De la vue.
  • 2 S. f. plur. Plaisir qui ravit, transporte. Si quelqu'un, d'aventure, en délices abonde, Malherbe, I, 4. Il était sous Néron de toutes ses délices [parties de plaisir], Corneille, Othon, II, 4. Affranchis-le [mon cœur] de tous ses vices, Déracine ses passions, Efface les impressions Qu'y forment les molles délices, Corneille, Imit. III, 5. Les délices du soir font un triste matin, Corneille, ib. I, 20. Qu'ils aient moins d'aversion pour l'austérité de la mortification des sens qu'ils ne trouvent de charmes dans l'usage des délices vicienses du péché, Pascal, Comp. des chrét. Il n'y a rien de plus pernicieux à l'homme ni de plus dangereux pour le salut de son âme, que ce qui sert aux délices du corps, Bourdaloue, 6e Dim. après la Pentec. Domin. Vous qui goûtez ici des délices si pures, Racine, Esth. Prol. Ensuite, entrant dans la ville, il remarqua qu'il y avait beaucoup moins d'artisans pour les délices de la vie et beaucoup moins de magnificence, Fénelon, Tél. XXII. Vous qui vivez dans les délices, Massillon, Car. Riche. Il [Milton] transporte le lecteur dans le jardin des délices, Chateaubriand, Génie, II, II, 3.

    Les délices d'un lieu, d'un pays, ce qui le rend plein de douceur et de plaisir. Je connais aussi bien que personne les délices d'Espagne, Voiture, Lett. 35.

    Les délices de Capoue, quartiers d'hiver délicieux qu'Annibal prit à Capoue après la victoire de Cannes, et qui passent pour avoir amolli son armée. Tout cela porte assez à croire que Tite Live exagère les pernicieux effets des délices de Capoue, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 447, dans POUGENS.

    Par extension. C'est le duc de Villeroi qui est le général de cette petite armée ; ils sont dans le repos et les délices de Capoue, c'est le plus beau pays du monde, Sévigné, 293.

    Fig. Les délices de Capoue, délices où l'on s'oublie, où l'on s'amollit.

    Les délices de Baies, lieu renommé de la Campanie où les riches Romains allaient chercher le repos. Voilà devant vous le temple de la Sibylle de Cumes ; nous traversons les lieux célébrés sous le nom des délices de Baies, Staël, Corinne, III, 3.

  • 3Charmes. Craignez que de sa voix les trompeuses délices…, Rousseau J.-B. Ode s. la flatt.
  • 4 Par extension, vif sentiment de l'âme comparé aux délices du corps. Et s'il faut affronter les plus affreux supplices, Y trouver des appas, en faire mes délices, Corneille, Poly. I, 1. J'en fais toute ma gloire et toutes mes délices, Corneille, Sertor. III, 4. La reine, à la gêner prenant mille délices…, Corneille, Rodog. I, 6. En nous formant, nature a ses caprices ; Divers penchants en nous elle fait observer ; Les uns à s'exposer trouvent mille délices ; Moi j'en trouve à me conserver, Molière, Amph. II, 1. Seigneur, que ne pouvons-nous obtenir de votre bonté, si, comme nos prédécesseurs, nous faisons nos chastes délices de votre Écriture ? Bossuet, le Tell. Ceux dont la chasteté faisait les délices, Bossuet, Hist. II, 12. Souffrir et mourir pour Jésus-Christ, ce sont leurs plus chères délices, Bourdaloue, Myst. Pentecôte. Votre parole est devenue la joie et les délices de mon cœur, Sacy, Bible, Jérémie, XV, 16. Cette liberté qui fait les délices de la cour, Massillon, Or. fun. Conty. La différence qu'il y a des troupes françaises aux vôtres [en Perse], c'est que les unes, composées d'esclaves naturellement lâches, ne surmontent la crainte de la mort que par celle du châtiment ; au lieu que les autres se présentent aux coups avec délices et bannissent la crainte par une satisfaction qui lui est supérieure, Montesquieu, Lett. pers. 89. Conservons avec soin, augmentons le dépôt de ces nobles connaissances, les délices des êtres pensants, Laplace, Expos. V, 6.

    Lieu de délices, lieu où l'on se plaît infiniment. Tout cela ne me console pas d'être loin de Noisy ; c'est le lieu de délices pour moi, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 3 oct. 1684.

    Faire les délices, être les délices de quelqu'un, en être singulièrement chéri. Moi que du genre humain on nomme les délices, Corneille, Tite et Bérén. II, 1. Vous êtes les délices de mon cœur et de ma vie, Sévigné, 59. Ce nom devient les délices des Romains, Bossuet, Hist. I, 10. De Rome pour un temps Caïus fut les délices, Racine, Brit. I, 1. Pour entreprendre d'être les délices du peuple, Fénelon, Tél. XI. Il est les délices de ceux qui vivent avec lui, Fénelon, ib. XX. Il fit les plus chères délices du roi, Hamilton, Gramm. 11. Télémaque dont Minerve fait ses délices, Fénelon, Tél. XVII. Tout ce qui peut faire d'un homme les délices des autres hommes, Massillon, Or. fun. Conty. Il a gouverné Rome au milieu des supplices ; Il en était l'effroi, j'en serai les délices, Voltaire, Mort de César, I, 4.

    Faire, être les délices d'un lieu, en faire le charme, y jouir de la plus grande faveur. Mon fils est toujours les délices de Quimper, Sévigné, 399. Il a fait les délices de tous les pays, Hamilton, Gramm. 1. Vous faites les délices d'une cour toute jeune, Hamilton, ib. 6.

REMARQUE

Vaugelas et Marguerite Buffet condamnent délice au singulier masculin. Balzac l'a fait masculin au pluriel : Pour aller jouir avec vous de nos délices communs, liv. IV, lett. 9. Le genre de ce mot a varié, si bien que, l'anomalie s'étendant, il est devenu masculin au singulier, et féminin au pluriel.

HISTORIQUE

XIIIe s. Por ces delices oblient li pecheor nostre Seigneur, Psautier, f° 10.

XVe s. Tous les plaisirs… et plusieurs pompes et delices, Commines, V, 18.

XVIe s. Et nous sembloyt que nous fussions transportez es souveraines delices du ciel, Rabelais, Pant. V, 25. Les superfluitez et delices ioniques, Amyot, Lyc. 5. Les delices, estans destituées des choses qui les nourrissent, venoient à se faner petit à petit, et finablement à tomber d'elles mesmes, Amyot, ib. 14. Il lui recite les grandes delices dont il jouissoit aux champs, De Serres, 1001. Par ta mort, Adonis, toutes delices meurent, Ronsard, 795. Plongé en l'oysiveté et aux delices, Montaigne, I, 278.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « délice »

Étymologie de délice - Littré

Berry, dellice, ll mouillées ; du latin deliciae, au singulier delicium, de delicire, de de, et lacire, faire tomber dans un lacs (voy. LACS). Delicium, deliciae, en latin, expliquent sans doute le double genre en français.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de délice - Wiktionnaire

Du latin delicium, lorsqu’il est masculin singulier, et du latin deliciae lorsqu’il est féminin pluriel.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « délice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
délice delis play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « délice »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « délice »

  • ❏  Régis Walter, boulanger et biscuitier à Balgau (Les délices de maître Walter). , Commerce et services | Un panier cadeau ultra-local
  • Là où un non initié ne perçoit qu’un environnement décoratif ou des mauvaises herbes, le guide-nature voit un potager. Ce jour-là, Il s'écarte de la route pour cueillir un délice qu’il met dans une gourde remplie d’eau. "Maintenant, il faut que cela prenne le soleil toute la journée, et cela fait une infusion de fleurs de carottes. Cela devrait être pas mal, car elles ont un petit goût anisé, proche du poivre. Ça devrait être sympa", dit-il au magazine "13h15 le samedi" (replay), en se régalant d’avance. Franceinfo, VIDEO. Alimentation : 80% des 6 000 plantes sauvages qui poussent en France sont comestibles
  • On le sait avec les chouquettes, il suffit d’en manger une pour déclencher la gourmandise et se mette à les enchaîner fiévreusement. Alors quitte à se remplir le ventre avec ces délices sucrés, autant que ce soit avec celles du célébrissime chef pâtissier Pierre Hermé, non ? Biba Magazine, Attention délice ! : voici la recette des chouquettes par Pierre Hermé - Biba Magazine
  • L’article Alerte aux noix: un délice sain qui pourrait vous tuer est apparu en premier sur Agence SEO. Breakingnews.fr, Alerte aux noix: un délice sain qui pourrait vous tuer
  • Pratique. Pour passer commande, 06 45 26 28 13 (Fragrant délice) ou 02 33 47 75 90 (Le Chat qui boit). le Chat qui boit est situé 10, rue Gambetta, à Coutances. , A Coutances, Fragrant délice vous livre vos plats au Chat qui boit | Côté Manche
  • L’ennui, qui dévore les autres hommes au milieu même des délices, est inconnu à ceux qui savent s’occuper par quelque lecture. Heureux ceux qui aiment à lire. De Fénelon / Télémaque
  • Peut-être que Dieu n'eût pas souffert le péché, s'il ne faisait ses délices de notre repentir. De Paul-Jean Toulet / Les trois impostures
  • La chose la plus commune, dès qu'on nous la cache, devient un délice. De Oscar Wilde / Le Portrait de Dorian Gray
  • Ciel : lieu de délices que l'on dit être le Paradis et d'où nous arrivent aussi la pluie, la foudre, la grêle et les bombes. De Albert Brie / Le Mot du silencieux
  • L’ordre est le plaisir de la raison, mais le désordre est le délice de l’imagination. De Paul Claudel / Le Soulier de satin
  • Poésie et musique sont les suprêmes, délices des choses. Elles sont le bouquet de toutes les connaissances. De Georges Clemenceau / Le Voile du Bonheur (1901)
  • Les pensées, les passions, les délices sont délégués de l'amour, nourrissant sa flamme sacrée. De Samuel Taylor Coleridge / Amour, 1799
  • Lait et miel sont douceur, délices de l'intimité retrouvée. De Gilbert Durand / Les Structures anthropologiques de l'imaginaire
  • La coque du coco est dure : la chair est un délice. Pourquoi scruter le dehors quand le pur est au-dedans ? De Toukaram
  • L'amour donne le vertige, mais son vertige, si intolérable qu'il soit, est un délice infini. De Hubert Aquin / Neige noire
  • La tendance invétérée des individus à s’adonner aux délices de la société domestique n’est freinée que par le principe de réalité. De David Ricardo
  • Ambitieux par vanité, laborieux par nécessité, mais paresseux... Avec délices ! De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais / Le Mariage de Figaro
  • L'esprit conçoit avec douleur, mais il enfante avec délices. De Joseph Joubert / Pensées
  • Toutes les choses sont entièrement de nous. Il n'y a pas de plus grand délice que de découvrir cela en se cultivant soi-même. De Meng-Tsen
  • J’enseigne l’art de tourner l’angoisse en délice. De Georges Bataille / Somme athéologique

Traductions du mot « délice »

Langue Traduction
Corse piacè
Basque gozamenerako
Japonais 喜び
Russe восторг
Portugais deleite
Arabe بهجة
Chinois
Allemand freude
Italien diletto
Espagnol deleite
Anglais delight
Source : Google Translate API

Synonymes de « délice »

Source : synonymes de délice sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « délice »


Mots similaires