La langue française

Âpreté

Définitions du mot « âpreté »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÂPRETÉ, subst. fém.

Qualité de ce qui est âpre*.
A.− [En parlant de ce qui affecte les sens]
1. [En parlant de ce qui affecte la vue ou le toucher] L'âpreté d'un paysage, d'un climat, d'un visage :
1. « Plusieurs de ces rivières renferment des îles dont la végétation, la fraîcheur et la beauté constrastent merveilleusement avec la stérilité, la rudesse et l'âpreté des rivages. » Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 2, 1801, p. 267.
P. anal. :
2. Détendu d'abord, relâché dans tous ses membres par la complaisance et la vanité des confidences, son visage [de Feuerstein] reprenait peu à peu sa solidité, se reconstruisait, rétablissait sa carrure imposante, l'âpreté de ses contours... A. Arnoux, Le Chiffre,1926, p. 49.
2. [En parlant de ce qui affecte le goût ou l'odorat] L'âpreté d'un fruit, d'un alcool :
3. Une senteur forte s'était répandue, la senteur des simples dont sa robe se trouvait imprégnée, et qu'elle apportait dans sa chevelure grasse, défrisée toujours : le sucre fade des mauves, l'âpreté du sureau, l'amertume de la rhubarbe, mais surtout la flamme de la menthe poivrée, ... Zola, L'Œuvre,1886, p. 73.
4. Donc ce vin m'a amusé par une alliance − un peu celle que j'avais déjà décelée dans le Barbera de Sainte-Réparate, mais ici elle était plus brusque et plus rustique − d'âpreté et de fruité; d'une âpreté qui tend au goût caillouteux et même calcaire; d'une fruité qui tend au goût de framboise. Romains, Les Hommes de bonne volonté,La Douceur de la vie, 1939, p. 133.
3. [En parlant de ce qui affecte l'ouïe] L'âpreté des langues barbares :
5. Les Clarinettes (...) [instruments à anche simple] ont dans le médium une voix plus limpide, plus pleine, plus pure que celle des instruments à anche double dont le son n'est jamais exempt d'une certaine aigreur ou âpreté, plus ou moins dissimulées par le talent des exécutants. Berlioz, Traité d'instrumentation,1844, p. 134.
B.− Au fig.
1. [En parlant d'une pers. ou de son caractère, de son comportement]
a) [Quant aux biens matériels ou moraux] L'âpreté au gain :
6. Quelle âpreté les hommes mettent dans leurs intérêts du moment! Comme leurs prétentions leur paraissent importantes! Comme leur amour-propre s'agite! Comme ils attachent du prix à cette vie si passagère et si tôt oubliée! La conversation de ces hommes m'a suggéré d'autres réflexions encore sur l'arrogance de la propriété; mais je n'ai pas la force de les écrire; ... Constant, Journaux intimes,1805, p. 217.
7. ... elle [Françoise] ne resterait pas plus longtemps dans cette clinique, c'en était fini de ce détachement paisible; elle avait retrouvé toute son âpreté au bonheur. S. de Beauvoir, L'Invitée,1943, p. 218.
Rem. L'expr. âpreté au gain (cf. Ponson du Terrail, Rocambole, t. 2, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 213), moins figée que l'expr. adj. corresp. âpre au gain, peut s'employer avec certaines var. âpreté de gain ou du gain (cf. Huysmans, À rebours, 1884, p. 286), pour le gain (cf. Delécluze, Journal, 1825, p. 80).
b) [Envers soi-même ou autrui] :
8. ... elle avait restreint la dépense de l'intérieur, resserré sa maison, sa vie, celle de son enfant, avec la plus extrême parcimonie d'une avarice maniaque, et qui, venant d'elle, surprenait Honorine, ne pouvant y trouver d'autre explication qu'un caprice de malade et ne sachant ce que devenait l'argent de Madame. Cette âpreté, cette dureté impitoyable contre elle-même et les autres ne faisait que croître. E. et J. de Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 283.
2. [En parlant d'une manière d'agir, de sentir ou de s'exprimer] L'âpreté d'un parti-pris; l'âpreté du ton :
9. ... elle [l'œuvre de Jean de Meung] a beau n'être, du point de vue de l'art, que fatras et pot pourri, elle n'en est pas moins le produit d'une verve agile, qui surprend non seulement par la vigueur d'un style énergique jusqu'à l'âpreté, roulant avec impétuosité sur un fond rocailleux des formules dures comme des blocs, mais aussi, quand on tient compte des temps, par la hardiesse inattendue des idées. Faral, La Vie quotidienne au temps de st Louis,1942, p. 245.
PARAD. 1. (Quasi-) synon. acharnement, âcreté, acrimonie, agressivité, ardeur, austérité, brutalité, cruauté, crudité, cupidité, énergie, fanatisme, férocité, fureur, injure, intransigeance, méchanceté, opiniâtreté, persévérance, persistance, rigueur, sauvagerie, ténacité, véhémence, voracité. 2. Anton. amabilité, aménité, apaisement, bienveillance, bonhomie, calme, charme, civilité, clémence, cordialité, courtoisie, désintéressement, douceur, fadeur, gentillesse, grâce, langueur, mollesse, sérénité, tendresse.
Rem. 1. Âpreté s'emploie rarement à la forme plur. − qui tend à lui redonner une valeur concr. : il désigne alors moins une qualité que la manifestation extérieure de cette qualité; ainsi, au sens propre, il devient synon. de aspérité (cf. les âpretés de ces ravins [Hugo, La Légende des siècles, Le Petit roi de Galice, t. 1, 1859, p. 282]) et au sens fig., il peut désigner des manifestations de violence (cf. Barrès, Mes cahiers, t. 3, 1904, p. 232 : ,,que je m'explique certaines âpretés. Mon rire devant les duretés de la vie. On m'accuse de cruauté``). 2. On rencontre dans la docum. le néol. âpreur, subst. fém., synon. de âpreté (cf. Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 341) : ,,[une] fumée (...) dont l'âpreur vous raclait la gorge ...``). − Âpreur a pu s'employer aussi à propos d'un fruit (cf. J. Humbert, Nouv. gloss. genevois, 1852, p. 22).
PRONONC. ET ORTH. : [apʀ əte]. Les dict. de Fér. 1768 à Littré notent [ɑ:] post. long. Fér. Crit. t. 1 1787 rappelle ,,on écrivait autrefois aspreté``.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1190 aspreteit [ici, par métaph.] « qualité de ce qui est dur, pénible » (Sermons St Bernard, XII, 51, 5 ds Gdf. Compl. : Tu desires par aventure la santeit, mais tu redottes l'aspreteit de la medicine por ceu ke tu te sens et tenre et enfarm); 1237 aspreté (de la chaleur) (G. de Lorris et J. de Meung, Rose, éd. Fr. Michel, 1483 ds T.-L.); 2. fin xiies. fig. aspreteit « rudesse » (Dialogue Grégoire, éd. W. Foerster, Paris, 1876, 14, 14 : Dünkes icil del funz de sor cuer esgardanz sa aspreteit et sa durteit, la humiliteit et la suableteit de Libertin [asperitatem et duritiam suam]). Du lat. asperitas au sens propre dep. Varron, voir aspérité; également au sens 1 (Ovide, fast. 4, 88 ds TLL s.v., 822, 3); au sens 2 (Cicéron, Lael. 87, ibid., 822, 66); cf. mot savant aspérité*.
STAT. − Âpreté. Fréq. abs. littér. : 388. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 548, b) 627; xxes. : a) 671, b) 442. Âpreur. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Littré-Robin 1865. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1824.

Wiktionnaire

Nom commun

âpreté \ɑ.pʁə.te\ féminin

  1. Qualité de ce qui est âpre.
    • Le tannin, qui vient de la rafle, des pépins et des pellicules donne de l’âpreté ; c'est à ce principe qu'il faut rapporter la plus ou moins longue conservation du vin. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 136)
  2. (Figuré) Difficile, violent.
    • La société Serco, choisie pour bercer les passagers entre Londres en Edimbourg, gère, entre autres, les fourgons cellulaires britanniques, des prisons, des centres de rétention et des foyers de demandeurs d’asile. Sa réputation d’âpreté au gain et d’opacité est détestable. — (Philippe Bernard, Le train de nuit Londres-Edimbourg tourne au cauchemar, Le Monde. Mis en ligne le 5 juillet 2019)
    • L’âpreté des chemins rend les communications difficiles dans ce pays-là.
    • L’âpreté de son humeur, de son esprit le rend insociable.
    • L’âpreté d’une réprimande.
    • L’âpreté d’une discussion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÂPRETÉ. n. f.
Qualité de ce qui est âpre. L'âpreté des chemins rend les communications difficiles dans ce pays-là. L'âpreté du feu. L'âpreté du froid. L'âpreté des fruits. L'âpreté de son humeur, de son esprit le rend insociable. L'âpreté d'une réprimande. L'âpreté d'une discussion. Il a montré dans toute cette affaire une terrible âpreté au gain.

Littré (1872-1877)

ÂPRETÉ (â-pre-té) s. f.
  • Qualité de ce qui est âpre, au propre et au figuré. L'âpreté des chemins. L'âpreté au goût. L'âpreté du style. L'âpreté de la saison, Voltaire, Hist. de Russie, I, 17. Oui, jusque dans tes fers ton amant a porté Des monts qui l'ont nourri la sauvage âpreté, Delavigne, Paria, I, 2. Une âpreté de naturel, Saint-Évremond, II, 13. L'âpreté et la dureté qui exigent les revenus, Massillon, Disc. Syn. Avar. L'âpreté pour vos intérêts, Massillon, Disc. Syn. Divisions. Saint Bernard aplanissant non pas l'âpreté du sentier évangélique, mais celle des cœurs rebelles, Massillon, St Bernard. La voie du ciel conserverait toute son âpreté pour les justes, Massillon, Immut. Auteur de tous mes maux, dont l'âpreté rigide, Dont le cœur inflexible à ce coup m'a porté, Voltaire, Scythes, IV, 5. [Ils] Préféraient de nos mœurs la grossière âpreté Aux attentats commis avec urbanité, Voltaire, ib. I, 5.

HISTORIQUE

XIIe s. Si tu redotes l'aspreteit de la medecine, Saint Bernard, dans RAYNOUARD, aspre.

XIIIe s. … Il ot soif por l'aspreté Du chault et por la lasseté Qui li ot tolue l'alaine, la Rose, 1484.

XIVe s. Pour cause de ost, de chevauchée et de toute autre aspreté ou maniere de servitude, Du Cange, asperitas.

XVIe s. Il le fault rompre à la peine et aspreté des exercices, pour le dresser à la peine et aspreté de la cholique, du cautere, de la torture, Montaigne, I, 165. L'aspreté et malaisance du chemin, Amyot, P. Aem. 24. Si on trouve aspreté, c'est signe que l'os est rompu, Paré, VIII, 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « âpreté »

Provenç. asperitat, aspredad, aspretat ; anc. espagn. asperidad ; ital. asprità, de asperitatem, de asper (voy. ÂPRE). On a dit, dans l'ancien français, aspreur et aspresse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de âpre avec le suffixe -té.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « âpreté »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
âpreté aprœte

Évolution historique de l’usage du mot « âpreté »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « âpreté »

  • Un rêve devenu réalité se couvre de l'âpreté du concret et perd son cachet fantasmagorique. De Normand Reid / T'es fou l'artiste !
  • Les massacres prennent de plus en plus des caractères inter religieux, ce qui n’était pas le cas encore récemment dans la crise centrafricaine. Ce tournant est particulièrement inquiétant. Il pourrait bien attirer des combattants sahéliens qui ont bien d’autres préoccupations que la protection des parcours de transhumance. Ali Darassa Mahamat, ancien bras droit du rebelle peul Baba Ladde, avait déjà des contacts avec ses coreligionnaires nigériens. L’âpreté des combats, y compris contre la Minusca, les massacres, d’ampleur jusqu’ici inconnue, constituent des signaux qui éclairent un peu plus la Déclaration d’entente du 17 juin 2020. Mondafrique, Centrafrique, la connexion avec les groupes armés du Sahel - Mondafrique

Traductions du mot « âpreté »

Langue Traduction
Anglais harshness
Source : Google Translate API

Synonymes de « âpreté »

Source : synonymes de âpreté sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « âpreté »

Âpreté

Retour au sommaire ➦

Partager