Création : définition de création


Création : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CRÉATION, subst. fém.

I.− L'acte, le fait de créer.
A.− [En dehors de l'ordre hum.]
1. Acte consistant à produire et à former un être ou une chose qui n'existait pas auparavant. Création organique, minérale. La vie (...) est donc composée de deux choses : la création vitale d'un organe, d'un organule, ou d'un organisme; puis la destruction normale et évolutive de cet organisme (C. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 159).Création de ce qui n'est pas (Hamelin, Éléments princ. représ.,1907, p. 174):
1. L'algèbre s'applique aux nuages; l'irradiation de l'astre profite à la rose; aucun penseur n'oserait dire que le parfum de l'aubépine est inutile aux constellations. Qui donc peut calculer le trajet d'une molécule? Que savons-nous si des créations de mondes ne sont point déterminées par des chutes de grains de sable? ... Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 80.
2. En partic. Acte par lequel Dieu a tiré du néant l'univers et les êtres vivants qui peuplent le monde. La création du monde; les six jours de la Création; chaque journée de la création. Les théories de la création (Janet, Obsess. et psychasth.,1903, p. 13):
2. ... d'un mot, l'homo faber ne peut en aucun cas devenir un homo creator, parce que n'ayant lui-même qu'un être reçu, il ne saurait produire ce qu'il n'est pas, ni dépasser dans l'ordre de la causalité le rang qu'il occupe dans l'ordre de l'être. La création est donc l'action causale propre de Dieu, elle lui est possible et elle n'est possible que pour lui. Gilson, L'Esprit de la philos. médiév.,t. 1, 1931, p. 94.
SYNT. La création de l'homme, des cieux et de la terre; le dogme de la Création; le récit jéhoviste de la Création, les deux récits de la Création, le livre de la Création.
Rem. Dans cette valeur, la Création (toujours avec l'art. déf.) s'écrit parfois avec une majuscule. La valeur ressort du cont. Mais à la place du subst. employé seul, on rencontre aussi le syntagme plus explicite : La Création du monde (Péguy, Porche myst., 1911, p. 173).
3. Spécialement
a) Création continuée. Doctrine philosophique défendue par Descartes, selon laquelle Dieu assure à tout moment l'existence des êtres et des choses qu'il a créés. Reproduction et conservation sont des idées semblables; la conservation n'étant (...) qu'une création continuée (Bonald, Législ. primit.,t. 2, 1802, p. 60).
b) Création continue
[Chez Bergson] Accroissement par suite de la durée, de la substance cosmique.
[Chez certains astronomes contemp.] Apparition constante de nouveaux éléments de matière qui expliquerait l'expansion de l'univers. Cf. l'idée d'une création continue (F. Hoyle, La Nature de l'Univers, p. 115 ds Foulq.-St-Jean 1962).
B.− [Dans l'ordre hum.]
1. Acte qui consiste à produire quelque chose de nouveau, d'original, à partir de données préexistantes. Création personnelle, réfléchie. Créations spontanées (Proudhon, Confess. révol.,1849, p. 76):
3. L'homme ne fait guère qu'inventer. Mais celui qui s'avise de la facilité, de la fragilité, de l'incohérence de cette génération lui oppose l'effort de l'esprit. Il en résulte cette merveilleuse conséquence que les plus puissantes « créations », les monuments les plus augustes de la pensée, ont été obtenus par l'emploi réfléchi de moyens volontaires de résistance à notre « création » immédiate et continuelle de propos, de relations, d'impulsions, qui se substituent sans autre condition. Valéry, Variété V,1944, p. 87.
2. En partic. Acte par lequel un artiste produit une œuvre. La création dans l'art; création spontanée, miraculeuse. Toute invention, toute création, toute divination de l'art doit avoir pour base l'étude, l'observation (Hugo, Han d'Islande,1823, p. 2).La création chez Stendhal (Mauriac, Le Bâillon dén.,1945, p. 407):
4. La mission du siècle est de créer, non seulement de se sauver, mais de se sauver en créant. C'est un siècle essentiellement artiste, ouvrier. Artiste, et en cela même il est prêtre aussi. Il y a dans la création artistique une force religieuse et moralisante, ce que le Moyen Âge a profondément ignoré. Michelet, Journal,1849, p. 52.
Spéc. [Princ. dans la lang. du théâtre] Première représentation d'une pièce, d'une œuvre qui n'avait pas encore été jouée. Création d'un opéra; création d'un oratorio, d'un film. Les décors de la création (Combat,19-20 janv. 1952, p. 2, col. 3):
5. La direction, prudente jusqu'au cynisme, a biffé tour à tour, sur l'affiche, les coûteuses vedettes de la création... Colette, L'Envers du music-hall,1913, p. 214.
3. P. ext. Acte par lequel est officiellement instaurée une institution, un organisme parlementaire, militaire, juridique, commercial, industriel, etc. Création d'une commission, d'un organisme international; création des tribunaux d'exception; création des conseils de fabrique, d'une section syndicale. La création de la nouvelle compagnie des Philippines (Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 354).L'hôpital des aveugles est une création des bourgeois d'Athènes (About, Grèce,1854, p. 346):
6. Dimanche 9. L'Empereur a beaucoup parlé de la création du Directoire; il l'avait installé, se trouvant alors commandant en chef de l'armée de l'intérieur. Cela l'a conduit à passer en revue les cinq directeurs dont il a donné les portraits et le caractère. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 749.
SYNT. Création d'abattoirs, d'ateliers, de bureaux, d'agences, de parcs; les créations d'emplois.
Spéc. [Dans l'ordre des techn.]
♦ Domaine de l'écon. et du comm.Création d'une monnaie, création d'un port. Création d'une ville (cf. Michelet, Chemins Europe,1874, p. 155).
♦ Domaine de la phys.Avec le sens de « production de » dans le syntagme création de paires. Production par un photon, d'une énergie qui se matérialise en deux électrons (d'apr. Musset-Lloret 1964).
♦ Domaine de la mode.Poursuivre sa création (Elle,18 oct. 1976, p. 63).
♦ Domaine de la sylvic. et de l'hortic.Avec valeur d'« aménagement » dans les syntagmes : création d'un peuplement, d'un sous-étage, d'un milieu. La création d'un jardin d'agrément (J. Decaisne, Ch. Naudin, Manuel de l'amateur des jardins,Paris, F. Didot frères, t. 2, 1862-1871, p. 31).La création d'un coin de verdure (Goncourt, Journal,1871, p. 754).
II.− P. méton. Objet, chose créé(e).
A.− [En parlant de ce qui émane d'une puissance transcendante (Dieu) ou d'une puissance immanente (la Nature)]
1. [Au sing. seulement et toujours avec l'art. déf.] Ensemble formé par l'Univers, la Terre et ce qui la peuple (à l'exclusion des aménagements apportés par l'homme à la Terre, etc.). Toute la création; la création immense; les animaux, les plantes de la création. L'imparfaite création (Delacroix, Journal,1854, p. 173).Aimer éperdument la création, le ciel, les fleurs (cf. Green, Journal,Le Bel aujourd'hui, 1955-58, p. 135):
7. Le poëte allemand comprend la nature, non pas seulement en poëte, mais en frère; et l'on diroit que des rapports de famille lui parlent pour l'air, l'eau, les fleurs, les arbres, enfin pour toutes les beautés primitives de la création. Staël, De l'Allemagne,t. 2, 1810, p. 190.
Rem. Dans les syntagmes du type tous les ... de la création, le compl., empl. d'une manière plais., a la valeur de : du monde; qui sont au monde. Tous les civils de la création, tous les mâles de la création. Une longue table sur laquelle sont accumulées toutes les productions de la création (Claudel, Sagesse, 1939, p. 1119).
2. [Au sing. et au plur., le déterm. pouvant être l'art. déf., l'art. indéf. ou l'adj. poss.] Tout élément particulier (être ou choses) de la création, formé par Dieu ou par la Nature. Des créations difformes, falotes, accomplies, étranges. Ma création auguste entre toutes [la nuit] (Péguy, Porche myst.,1911, p. 301):
8. ... de gros saules ébranchés se dressaient aux deux côtés de la haie, et, dessinant sur le ciel leurs mutilations bizarres, semblaient autant de créations hideuses... Sand, Valentine,1832, p. 44.
B.− [En parlant de ce qui résulte de l'exercice du pouvoir qu'a l'homme de produire qqc. de nouveau, d'original, au terme d'un acte créateur]
1. Élément résultant de l'exercice du pouvoir qu'a l'homme de transformer, de renouveler quelque chose.
a) [En parlant d'un être vivant] J'ose dire que je suis votre création. Vous avez fait de moi un nouvel homme (Augier, Fourchambault,1878, p. 109):
9. On voit paraître en l'homme des besoins qui ne dépendent pas de son espèce, mais au contraire qui s'opposent à elle. L'espèce est à présent satisfaisante. Alors, création de l'individu : l'individu est la plus étrange création de l'homme. Valéry, Mauvaises pensées et autres,1942, p. 216.
b) [En parlant d'une œuvre, d'un rôle] Interprétation originale d'une œuvre, d'un rôle par un artiste dont l'apport personnel les enrichit et les renouvelle. Une nouvelle création; être félicité de sa dernière création; une brillante création; une création de Cocteau :
10. J'aurais bien des pages à écrire si je voulais noter toutes les créations de madame Pasta. J'appelle créations de cette grande cantatrice certains moyens d'expressions auxquels il est plus que probable que le maestro qui écrivit les notes de ses rôles n'avait jamais songé. Stendhal, Vie de Rossini,1823, p. 151.
c) Domaine de l'hortic.Faire une création. Effectuer une plantation qui modifie un site, un paysage :
11. Si le paysage est gai, plantureux, vert et fleuri, vous devez faire une création sévère : des arbres à feuillage foncé et quelques fleurs pour les éclairer. Si au contraire les environs sont arides, agrestes, faites une création des plus riantes, avec une profusion de fleurs. Gressent, Traité complet de la création des parcs et jardins,1891, p. 69.
2. Résultat de l'exercice du pouvoir qu'a l'homme de construire, de former, avec le concours d'une faculté spécifiée, un produit qui s'insère parmi les choses déjà existantes.
a) En gén. Une création de l'esprit; une création du cœur; une création du sens esthétique. « Drôle de jeu » est un roman, − au sens où l'on dit romanesque − une fiction, une création de l'imagination (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 6):
12. ... cette tête [la Joconde] (...) dont les traits, mélodieusement noyés dans une vapeur violette, apparaissent comme une création du Rêve à travers la gaze noire du Sommeil. Gautier, Guide de l'amateur au Musée du Louvre,1872, p. 24.
13. [Selon Adler] la névrose est (...) une création de l'individu qui, découragé par une enfance malheureuse et délaissée, essaie par tous les moyens au sein de la société d'échapper à cette insécurité. Choisy, Qu'est-ce que la psychanalyse?1950, p. 229.
b) Spécialement
α) Domaine des B.-A.
Au sing. Produit issu de l'activité d'un artiste et portant la marque de celui-ci. Selon le contexte, création désigne :
Construction architecturale. Une création de style gothique; les créations de Le Corbusier. Le vieil architecte s'était distingué par une création du genre Pompadour (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 186).
Personnage fictif de théâtre, de roman. Une pure création de l'auteur. Ce Polyeucte qui n'a rien à voir avec la liturgie, qui est une pure création de l'art (Tharaud, Pour fid. de Péguy,1928, p. 10).
Forme musicale. La création d'un musicien. Le nocturne de Chopin est une création dont le style et la forme lui appartiennent en propre (Rougnon1935, p. 325).
Au plur. Tout produit portant la marque de l'artiste créateur. Convertir ses conceptions en créations (Cousin, hist. philos. mod.,t. 2, 1847, p. 173).
En partic. Œuvre littéraire, musicale, architecturale, etc., portant la marque originale de l'artiste. Les créations de l'Art antique; la plus spontanée des créations musicales. Une des créations les plus originales du pinceau de Gérard (Las Cases, Ste-Hélène,t. 2, 1823, p. 348).Dans les dernières créations de Raphaël l'influence de Léonard est bien difficile à discerner (La Tourette, L. Vinci,1932, p. 146).
β) Domaine des arts décoratifs et de la mode.Les créations modernes; les créations des bijoutiers parisiens; une création de Dior, de Cartier. Les intérieurs conçus par Ruhlmann manifestent un luxe et une richesse inégalables et nombre de ses créations sont des chefs-d'œuvre (A, B, C Décor,oct. 1976, p. 24):
14. Moi, je prends une distance vis-à-vis de la rue, car je tiens à être commercial par de vraies valeurs, de vraies créations (...) Ensuite je donne mes créations à des confectionneurs et ces modèles alors descendent dans la rue. Elle,18 oct. 1976, p. 63.
γ) Domaine des techn.Les créations de la chimie. À l'époque des Mérovingiens, de nouvelles créations culinaires apparurent (Ali-Bab, Gastronomie pratique,1907, p. 24).Les créations mathématiques (Ruyer, Esq. philos. struct.,1930, p. 248).Les nouvelles créations : aéronautique, artillerie (cf. Joffre, Mém.,t. 1, 1931, p. 93).
C.− P. anal. Tout élément produit par une entité abstraite à laquelle on attribue un pouvoir de création. Dans l'antiquité (...) les plus grands efforts de l'industrie humaine se rapportaient essentiellement à la guerre, qui y donna lieu à tant de créations vraiment prodigieuses, surtout pour l'état des sièges (Comte, Philos. posit.,t. 5, 1839-42, p. 133).La lutte des classes n'est pas une création du marxisme; c'est un fait qu'il observe (Lacroix, Marxisme, existent., personn.,1949, p. 10).
15. Madame Cardinal était une des premières pratiques de Cérizet, elle revendait de la marée. Si les Parisiens connaissent ces sortes de créations particulières à leur terroir, les étrangers n'en soupçonnent pas l'existence... Balzac, Les Petits bourgeois,1850, p. 190.
Prononc. et Orth. : [kʀeasjɔ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Début xiiies. creation del munde (Serm. Sapientia, 286, 6 ds T.-L.); spéc. 1688 création continuée (Mallebranche, Entretiens métaphysiques, VII ds Rob.); 2. xives. ms. « action d'établir pour la première fois » (Bersuire, B.N. 20312ter, fo61ads Gdf. Compl. : premiere creation des tribuns); 1364 creation d'escevins (Roisin, p. 176); 3. a) 1801 en parlant de l'imagination (Crèvecœur. Voyage, t. 2, p. 50 : ... son imagination exerçant toute sa puissance dans la création des présages les plus sinistres); 1810 (Staël, Allemagne, t. 2, p. 151 : pour les poètes, il faut que la création précède la parole); b) 1843 d'un rôle de théâtre (Balzac, Illus. perdues, p. 527). B. 1. 1790 « ensemble des êtres et choses créées » (Saint-Martin. Homme désir, p. 80); 2. 1791 « chose créée » (Volney, Ruines, p. 12 : les créations de la main de l'homme). Empr. au lat. creatio, class. « création, nomination »; à basse époque « action d'engendrer, procréation »; en lat. chrét. « création du monde » et « chose créée, créature ». Fréq. abs. littér. : 3 914. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 018, b) 4 540; xxes. : a) 4 396, b) 7 287.

Création : définition du Wiktionnaire

Nom commun

création \kʁe.a.sjɔ̃\ féminin

  1. (Didactique) Action de créer, de donner l’être, l’existence.
    • La première escarmouche se produit avec la discussion relative aux crédits nécessités par la création de deux ministères nouveaux : celui des Postes et Télégraphes et celui des Beaux-Arts. — (Alexandre Zévaès, Histoire de la Troisième République 1870 à 1926, Éditions Georges-Anquetil, 1926, p.209)
  2. (Par extension) Première représentation d’une œuvre d’art scénique ou musicale.
    • La création de l'œuvre fut cependant effectuée par Ernest Ansermet, qui dirigea la Symphonie à Bruxelles le 13 décembre 1930— (Guide de la musique sacrée, Fayard, 1992 → lire en ligne)
  3. (Au singulier) (Absolument) Univers, monde, ensemble des choses créées.
    • Il faut avouer, observa le général, que cet animal est un des plus intéressants de la création. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
    • Oui, nous l’admettons, la transformation des espèces et l’unité originaire du type, parce que le grand livre géognostique est là pour nous dire la marche progressive de la création. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
  4. (Par extension) Ce que l’homme invente, forme, établit.
    • Le Havre, tout le monde le sait, est une ville de création beaucoup plus récente que Rouen, une ville claire, ouverte, aérée, une ville rectiligne. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Cette union, que cimente jusqu’à la mort un crime entre complices — et qu’il considérait jadis à la légère comme une création gratuite de feuilletonniste — Jim tout à coup s’apercevait qu’elle existait, qu’elle formait l’élément primordial de sa vie. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • L'infanterie régulière, el-âsker, telle qu'elle existe aujourd'hui, est une création moderne entreprise par les sultans Mouley Abderrahman et Sidi Mohammed après la bataille de l'Isly et la guerre avec l'Espagne, puis achevée par Mouley El-Hassan. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 769)
    • Les chimistes organiciens, conscient de l’aspect ludique propre aux synthèses chimiques -[…]- se sont attelés par défi à la création d’hydrocarbures dont le squelette carboné correspond aux polyèdres régulier que sont les solides platoniques. — (Paul Depovere, Oh, la Chimie ! Paris : Dunod, 2004, p.125)
  5. (En particulier) Fondation de quelque institution, établissement de nouveaux emplois, de nouvelles fonctions, de nouvelles rentes, etc.
    • Ils font tous les deux partie de ce corps depuis sa création. - Ordonnance portant création d’un sous-secrétariat d’état.
  6. Institution fondée, fonction créée.
    • Les salles d’asile sont une création utile.
  7. Ouvrage d’art, composition littéraire.
    • C’est une belle création.
  8. Rôle qu’un acteur joue le premier ou qu’il renouvelle avec talent.
    • Ce rôle fut une de ses créations les plus personnelles.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Création : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CRÉATION. n. f.
Action de créer, de donner l'être, l'existence. La création du monde. La création de l'homme. Il se dit absolument de la Création du monde. Moïse est l'historien de la création. Depuis la création. Il désigne aussi l'Univers, l'ensemble des choses créées. L'homme est le roi de la création. Il se dit par extension en parlant de Ce que l'homme invente, forme, établit. La création d'un mot. Un mot de nouvelle création. La création d'un genre en littérature, en peinture. Il se dit particulièrement de l'Action de fonder quelque institution, d'établir de nouveaux emplois, de nouvelles fonctions, de nouvelles rentes, etc. Ils font tous les deux partie de ce corps depuis sa création. Ordonnance portant création de... La création d'un sous-secrétariat d'État. Il est cardinal de la création de Pie XI. Il se dit aussi de l'Institution fondée, de la fonction créée. Les salles d'asile sont une création utile. Il se dit encore d'un Ouvrage d'art, d'une composition littéraire. C'est une belle création. Il se dit particulièrement d'un Rôle qu'un acteur joue le premier ou qu'il renouvelle avec talent. Ce rôle fut une de ses créations les plus personnelles.

Création : définition du Littré (1872-1877)

CRÉATION (kré-a-sion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action de Dieu qui crée. La création du monde. Ceux que Dieu, par la régénération, a retirés gratuitement du péché (qui est le véritable néant, parce qu'il est contraire à Dieu, qui est le véritable être) pour leur donner une place dans son Église, après les avoir retirés gratuitement du néant au point de leur création pour leur donner une place dans l'univers, Pascal, Lettre, 1er avril 1648. La création, qui paraît être un acte arbitraire, suppose des règles aussi invariables que la fatalité des athées, Montesquieu, Esp. I, 1. Il y a des philosophes qui distinguent deux créations, celle des choses et celle de l'homme, Montesquieu, Lett. pers. 113. Femmes, anges mortels, création divine, Seul rayon dont la vie un moment s'illumine, Lamartine, Harm. IV, II.

    Absolument. Depuis la création. L'an 5000 de la création.

  • 2L'univers visible. Les merveilles de la création. C'est l'heure où la nature, un moment recueillie, Entre la nuit qui tombe et le jour qui s'enfuit, S'élève au créateur du jour et de la nuit, Et semble offrir à Dieu, dans son brillant langage, De la création le magnifique hommage, Lamartine, Méd. I, 16. Dans la création le hasard m'a jeté ; Heureux ou malheureux, je suis né d'une femme, Et je ne puis m'enfuir hors de l'humanité, Musset, Espoir en Dieu.
  • 3Action d'établir une rente, etc. La création de la rente trois pour cent.
  • 4Action d'inventer, de fonder, de produire, de nommer à un emploi. La création d'un genre littéraire. Le roman peut être considéré comme une création des modernes. Les créations de l'industrie. On a fait des créations d'un président et de quatre conseillers, Sévigné, 587.

    Cela est de sa création, c'est-à-dire il a imaginé, supposé la chose. Ces deux charges de proconsul et de maître de la milice sont purement de sa création [de l'abbé Dubos], Montesquieu, Espr. XXX, 24.

    Par extension, action de former un homme et de faire sa fortune. Ce maréchal [Bessières] devait son élévation à d'honorables services et à l'affection de l'empereur, qui s'était attaché à lui comme à sa création, Ségur, Hist. de Nap. IX, 3.

    Création d'un rôle, se dit, au théâtre, de celui qui le joue pour la première fois. Ce rôle est une de ses plus belles créations.

  • 5Résultat de la création, ouvrage d'art ou de littérature, établissement politique, social, etc. Ce tableau est une belle création. Les salles d'asile sont une création utile.

HISTORIQUE

XIIIe s. Pouvoirs et vouloirs et bontez, Ces trois sont en ung Dieu comptez, Creerent toute creoison, J. de Meung, Tr. 447.

XIVe s. La premiere creacion des tribuns, Bercheure, f° 61, recto.

XVe s. Ainsi fut cette grande et dure chevauchée departie, que le roi Edouard, le premier an de sa creation, fit contre les Escots, Froissart, I, I, 45. Chascun me fuit, ne nulz ne me parente ; Les riches voy [je vois] trop bien emparentez ; Ceulx ont indignacion De moi veoir, de qui creation [famille] Je sui estrais…, Deschamps, Poésies mss. f° 213, dans LACURNE.

XVIe s. Il y avoit eu erreur en leur creation, et ilz avoient esté induement esleus, Amyot, Marcel. 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Création : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CRÉATION, sub. f. (Métaphys.) La création est l’acte d’une puissance infinie qui produit quelque chose, sans la tirer d’une matiere préexistante. C’est une question assez problématique, si le dogme de la création a été soûtenu par quelques philosophes payens, ou si les docteurs Juifs & les Chrétiens sont les premiers qui l’ayent enseigné. Les savans sont partagés là-dessus : le sentiment de ceux qui soûtiennent la négative par rapport aux payens, paroît le plus vraissemblable. Nous ne craindrons point d’avancer sur la foi de leurs ouvrages, que tous les philosophes anciens ont crû que la matiere premiere avoit été de toute éternité. Cela paroît en ce qu’ils n’avoient même aucun terme dans leurs langues, ni aucune façon de parler, qui exprimassent la création & l’anéantissement. « Y a-t-il un seul physicien, demande Cicéron, qui saisisse, qui conçoive ce que c’est que créer & qu’anéantir » ? Aristote, en poussant ses spéculations plus loin, ajoûte que les premiers habitans du monde ont toûjours jugé que la matiere existoit par elle-même, & sans dépendre d’aucune cause extérieure. Si elle en dépendoit, disoient-ils, on ne pourroit la connoître que par quelqu’idée qui lui seroit étrangere, qui n’auroit aucun rapport avec elle ; & cette idée dégraderoit certainement la matiere du titre de substance qui lui appartient. L’éternité de la matiere leur servoit à sauver la bonté de Dieu aux dépens de sa puissance, & à expliquer d’une maniere en apparence moins révoltante l’origine du mal moral & du mal physique. « Peut-on croire, disoit Platon dans son Timée, que ce qui est mauvais & déreglé soit l’ouvrage de Dieu ? N’est-il pas le principe & la source de toute vertu, tant en lui-même que hors de lui ? S’il avoit trouvé plus de docilité dans la terre, plus de disposition à l’ordre, sans doute qu’il l’auroit remplie de toute sorte de bien. Tel est en effet son caractere, à moins qu’il ne trouve des obstacles invincibles ». Ils étoient persuadés en général, que si Dieu avoit tiré la matiere du néant, il l’auroit aisément pliée à sa volonté, au lieu de trouver en elle un sujet rébelle. Il avoit fait cependant, disoient-ils, pour mettre l’ordre dans le monde, tout ce qui pouvoit dépendre de sa sagesse ; mais elle se trouva trop contrariée, & ne put empêcher cet amas de desordres qui inondent l’univers, & de miseres, & de disgraces, auxquelles les hommes sont assujettis.

L’histoire de la création du monde étant la base de la loi de Moyse, & en même tems le sceau de sa mission, il est naturel de croire que ce dogme étoit universellement reçu parmi les Juifs : on regardoit même comme des hérétiques, comme des gens indignes de vivre dans le sein d’Israel, tous ceux qui disoient que la matiere est de niveau avec l’Etre souverain, qu’elle lui est coéternelle, & qu’elle ne tient point de lui son existence. Cependant comme malgré les censures, & même les punitions corporelles encore plus puissantes que les censures, il y a toûjours des esprits novateurs & incapables de plier, trois sortes de novateurs s’étoient glissés parmi les Juifs ; mais ils n’oserent bien se déclarer qu’après la captivité de Babylone, où apparemment ils apprirent à déguiser moins leurs sentimens. Le commerce des gens hardis, & qui pensent librement, inspire je ne sai quelle témérité qu’on n’auroit point de soi-même. Les uns soûtenoient qu’un monde plus imparfait avoit précédé celui-ci ; que celui-ci sera relevé successivement par une infinité d’autres, mais toûjours en diminuant de perfection : la durée de chaque monde doit être de 7000 ans ; & la preuve qu’ils en apportoient, preuve très-vaine, très-frivole, c’est que Moyse a commencé la Genese par la lettre beth, qui est la seconde de l’alphabet hébreu, comme pour annoncer qu’il donnoit l’histoire à lui seul connue du second monde. Les autres insinuoient le même système, auquel Spinosa a depuis donné l’apparence géométrique. Les derniers novateurs enfin, plus délicats que les autres, convenoient à la vérité que les anges, les hommes, avec le monde sublunaire, avoient été créés ; mais en même tems ils disoient qu’il y a plusieurs mondes, tous sortis de Dieu par voie d’émanation, tous composés de la lumiere céleste fort épaissie. Ce qu’il y avoit de plus remarquable dans ce système, c’est qu’on avançoit les deux propositions suivantes : l’une, que Dieu n’a pû se dispenser de créer plusieurs mondes, parce que sans cela il n’auroit point rempli toute l’étendue, ni du nom de Jehovah, qui signifie celui qui existe, ni du nom d’Adonaï, qui signifie celui qui commande à des sujets : l’autre, que l’origine de tous ces mondes n’a pû être ni avancée ni reculée, parce qu’ils devoient tous paroître dans le tems même où ils ont paru. Mais le moment marqué par la sagesse de Dieu, est le seul moment où il soit digne de lui d’agir. Tous ces systèmes enfantés par le libertinage d’esprit, sont infiniment au-dessous de la noble simplicité que Moyse a sû mettre dans son histoire.

Cependant quelques peres de l’Église ont jugé à propos d’ajoûter quelques réflexions au récit du législateur des Juifs ; les uns, pour mieux faire connoître la toute-puissance divine ; les autres, prévenus de je ne sai quelles propriété des nombres. « Quand Moyse assûre, dit S. Augustin, lib. II. de civit. Dei, que le monde fut créé en six jours, on auroit tort de s’imaginer, & que ce tems eût été nécessaire à Dieu, & qu’il n’eût pû le créer tout à la fois ; mais on a seulement voulu par-là marquer la solennité de ses ouvrages ». En effet, six a une distinction particuliere ; c’est le premier des nombres qui se compose de ses parties aliquotes, 1, 2, 3 : il y a même des Juifs qui ont adopté ce sentiment ; & Philon, auteur d’une assez grande réputation, & habile dans la connoissance de la loi judaïque, a traité de ridicule l’opinion qui admet la distinction des journées, qui n’est rapportée par Moyse que pour marquer quelqu’ordre qui donne une idée de génération.

Cette dispute ne faisant rien au fond de la religion, chacun peut indifféremment embrasser le sentiment qui lui paroîtra le plus probable, & pour lequel il aura plus d’inclination. Cependant je crois qu’à examiner avec un esprit philosophique les différentes opinions de la création momentanée ou de la successive, celle de la création dans un instant donne une plus grande idée de la puissance de Dieu, qui n’a pas besoin, comme un vil artisan, du tems & de la matiere pour perfectionner un ouvrage : il n’a qu’à dire que la lumiere se fasse, & la lumiere est faite ; fiat lux, & facta est lux. C’est dans cette prompte obéissance de la chose créée, que se manifeste la puissance du Créateur.

Sur ce principe on pourroit se persuader que tout ce que Dieu créa fut créé en un instant, ensemble, dans l’état le plus accompli où il devoit être créé. O Seigneur, dit un auteur inspiré, vous avez parlé, & toutes choses ont été produites ; vous avez envoyé votre esprit, & toutes choses ont été animées : nul ne résiste à votre voix. Pour la narration de Moyse, elle est liée avec tant d’ordre & de symmétrie, qu’elle pourroit aussi s’interpréter de cette maniere : Tout reçut en même tems la vie & l’existence. Mais si Dieu avoit voulu que les choses se succédassent les unes aux autres, après leur avoir imprimé la quantité de mouvement qui devoit subsister tant que le monde subsisteroit ; voici comme elles se seroient débrouillées, distribuées, arrangées. Ainsi les six jours ne sont que les six mutations par où passa la matiere pour former l’univers, tel que nous le voyons aujourd’hui. D’ailleurs le mot de jour, dans presque toute la Genese, ne doit point se prendre pour ce que nous appellons jour artificiel, mais seulement pour un certain espace de tems : ce qui est encore à observer en d’autres endroits de l’Ecriture, où les noms d’année, de semaine, de jour, ne doivent point être reçus au pié de la lettre. Ce qui peut donner encore du poids à ce sentiment, c’est que Moyse, après avoir fait séparément l’énumération des choses qui furent créées en six jours divers, il les réduit ensuite toutes à une seule journée, ou plûtôt à un seul instant fixe. En ce jour-la, dit-il, Dieu fit le ciel & la terre, & l’herbe des champs, &c.

Pour les docteurs Chrétiens, on peut dire en général que quelques-uns des premiers siecles ne sont pas bien clairs sur cet article. Saint Justin martyr, Tertullien, Théophile d’Antioche, ont soûtenu que dans la formation du monde, Dieu n’avoit fait que rappeller les choses à un meilleur arrangement : comme il est la bonté même, dit S. Justin, il a travaillé sur un sujet rébelle, informe, & il en a fait un ouvrage utile aux hommes. Quoique tous les philosophes modernes soient persuadés de la vérité de la création, il y en a cependant quelques-uns qui regardent la question, si Dieu a fait le monde de rien, ou s’il y a employé une matiere qui existoit éternellement, plûtôt comme une question philosophique, que comme une question de religion : ils soûtiennent que la révélation ne s’est point exprimée là-dessus d’une maniere positive. C’est le sentiment de deux auteurs anglois, dont l’un est Thomas Burnet, & l’autre Guillaume Whiston. Ils ont avancé que le premier chapitre de la Genese ne contenoit que l’histoire de la formation de la terre, & non du reste de l’univers qui subsistoit déjà. « En effet, remarque M. Whiston, lorsque Moyse raconte que pour manifester sa puissance Dieu créa le ciel & la terre, il n’entendoit que la terre que nous habitons & le ciel aérien, l’atmosphere qui l’enveloppe à une certaine distance. Moyse raconte ensuite que la terre étoit informe & toute nue, que les ténebres couvroient la face de l’abysme : quelle description plus énergique peut-on avoir du chaos ? Cette planete ainsi dépouillée passa par six revolutions avant que de recevoir la forme qui lui séoit le mieux. Une preuve démonstrative que l’écriture n’avoit en vûe que la formation de la terre, c’est que dans tous les endroits où elle parle de la fin du monde, ces passages ne doivent absolument s’interpréter que de la dissolution de cette même terre, & de la couche d’air qui l’environne. Ainsi l’ensemble de l’univers ne souffrit aucun changement, à notre globe près, où les élémens étoient confondus, où les principes des choses se trouvoient composés. Il y a plus : quand l’historien des Juifs prononce que le ciel & la terre furent créés ensemble, on doit sousentendre qu’ils le furent dans un tems antérieur ; mais que la terre étant devenue peu-à-peu chaos, Dieu lui rendit son premier lustre, son premier arrangement ; ce qui approchoit assez d’une nouvelle création ». Il est certain que la hardiesse de l’auteur anglois a quelque chose de frappant ; mais il faut avoüer qu’elle est dénuée de preuves.

Pour revenir aux anciens philosophes, ils ont tous cru que la matiere avoit été de toute éternité, & n’ont disputé entre eux que de la différence du tems où l’arrangement & l’ordre que nous voyons dans l’univers avoient commencé. Cela ne doit point nous paroître surprenant de leur part, ils croyoient bien que Dieu étoit lui-même matériel. On peut les ramener à trois classes différentes : les uns croyoient que la regle & la disposition que nous admirons aujourd’hui avoient été produites & formées par une premiere cause intelligente, qu’ils faisoient coéternelle avec la matiere ; les autres pensoient que le hasard & le concours fortuit des atomes avoient été, pour ainsi dire, les premiers ouvriers qui eussent donné l’ordre à l’univers ; il y en a eu enfin plusieurs qui ont soûtenu que le monde, tel que nous le voyons, étoit éternel, & que l’arrangement n’étoit point postérieur à la matiere.

Quand on réfléchit sur l’histoire du monde, & sur toutes les connoissances qu’on pouvoit tirer de tous les monumens de l’antiquité, il est difficile de s’imaginer qu’on ait pû croire que ce monde avoit été de toute éternité. Mais d’un autre côté quand on pense qu’il falloit que-la raison atteignît jusqu’à la création, on ne peut que plaindre l’esprit humain de le voir occupé à un travail si fort au-dessus de ses forces ; il étoit dans un détroit plein d’abysmes & de précipices. Car ne connoissant pas de puissance assez grande pour créer la matiere de l’Univers, il falloit nécessairement dire, ou que le monde étoit de toute éternité, ou que la matiere étant en mouvement l’avoit produit par hasard. Il n’y a point de milieu, il falloit prendre son parti, & choisir l’une ou l’autre de ces deux extrémités. C’est aussi à quoi on fut réduit ; & tous les Philosophes, excepté ceux qui attribuoient la formation de l’univers au mouvement des atomes, crurent que le monde étoit éternel.

Censorin, dans son traité du jour natal, parlant de l’éternité du monde, dit que cette opinion a été suivie par Pythagore, Lucain, & Archytas de Tarente, tous philosophes Pythagoriciens ; mais encore, ajoute-t-il, Platon, Xenocrate, & Dicéarque de Messine, & tous les philosophes de l’ancienne académie, n’ont pas eu d’autres sentimens. Aristote, Theophraste, & plusieurs célebres Péripateticiens ont écrit la même chose, & en donnoient ces raisons : 1°. que Dieu & la Nature ne seroient pas toûjours ce qu’il y a de meilleur, si l’univers n’étoit éternel, puisque Dieu ayant jugé de tout tems que l’arrangement du monde étoit un bien, il auroit differé de le produire pendant toute l’éternité : 2°. qu’il est impossible de décider si les oiseaux ont été avant les œufs, ou les œufs avant les oiseaux. De sorte qu’ils concluoient que le monde étant éternel, toutes choses avoient été & seroient dans une vicissitude mutuelle de générations. Les philosophes Grecs avoient été prévenus par les Egyptiens dans l’opinion de l’éternité du monde ; & peut-être les Egyptiens l’avoient-ils été par d’autres peuples dont nous n’avons aucune connoissance. Mais nous ne pouvons en être éclaircis ; car c’est en Egypte où nous découvrons les premieres traces de la Philosophie. Les prêtres étoient ceux qui s’y appliquoient le plus ; mais généralement tous les Egyptiens croyoient & admettoient deux divinités premieres & éternelles, le Soleil & la Lune, qui gouvernoient tout l’univers. Quoique ce système ne supposât point entierement le monde éternel, cependant il approchoit beaucoup de celui d’Aristote, en supposant l’éternité du Soleil & de la Lune. Il étoit beaucoup moins absurde que celui qui rendoit le hasard la cause de l’arrangement de l’univers ; au lieu que les deux premiers principes intelligens que supposoient les Egyptiens, leur faisoient trouver aisément la cause de l’ordre & de sa continuation. Ils n’étoient plus surpris de la justesse que nous appercevons dans le cours des astres & dans les arrangemens des saisons, puisque la regle avoit été faite & étoit encore conservée par des êtres intelligens & éternels.

Mais si le système de l’éternité du monde étoit plus suivi & mieux raisonné que celui des Epicuriens, le système de ces derniers avoit sur l’autre beaucoup d’avantages, que lui fournissoient les vestiges sensibles qu’on rencontroit par tout de la jeunesse & de la nouveauté du monde. Pour se tirer d’affaire, on avoit recours aux déluges & aux embrasemens. Mais rien n’est plus vain ni plus frivole que cette réponse ; car ces inondations & ces embrasemens n’ayant pû consumer que quelques contrées, puisqu’un déluge ou embrasement universel n’est possible que dans l’ordre surnaturel, le monde ne seroit pas retombé dans sa premiere enfance par ces desordres. Les nations conservées auroient reçu ceux qui seroient échappés à ces malheurs, & leur auroient communiqué leurs avantages. A supposer même que ces tristes restes du genre humain eussent subsisté seuls, & qu’ils eussent été engagés à repeupler la terre, ils n’auroient pas oublié les commodités nécessaires à la vie : quand même ils auroient voulu négliger la culture des arts & des sciences ; les maisons, les navires, le pain, le vin, les lois, la religion, étoient de ces choses nécessaires, qu’un déluge ou un embrasement ne pouvoit effacer de la mémoire des hommes, sans détruire entierement le genre humain. On auroit quelque monument, quelque tradition, quelque petit recoin dans l’histoire, qui nous laisseroient entrevoir ces inondations & ces embrasemens, au lieu qu’on ne les trouve que dans les conjectures ou dans la seule fantaisie des philosophes entêtés du système de la prétendue éternité du monde. Ainsi il faut nécessairement demeurer d’accord que toute l’histoire de l’Univers réclame contre cette absurdité.

Mais pourquoi tant d’habiles gens ont-ils embrassé un système si incompatible avec l’histoire ? Les raisons n’en sont pas difficiles à trouver. Il n’y avoit point de milieu entre le sentiment d’Epicure, qui attribuoit la formation de l’Univers au concours fortuit des atomes, & l’opinion de l’éternité du monde. Car la création n’a été connue que par la révélation ; la raison humaine n’avoit pas assez de force d’elle-même pour faire cette découverte. Ainsi étant réduits à la nécessité de choisir un monde éternel, ou un monde formé par l’aveugle hasard, ils trouvoient beaucoup moins de difficultés à prendre le parti de l’éternité, tout contraire qu’il étoit à l’histoire, contre le concours fortuit des atomes, qui tout téméraire & aveugle qu’il est, auroit formé néanmoins un ouvrage le plus sage & le plus constant que l’esprit humain se pût figurer, un ouvrage permanent, uniforme, & toûjours conduit par une sagesse simple dans ses voies & féconde dans ses effets.

A peser les difficultés, ils en trouvoient beaucoup moins dans leur système, & ils avoient raison. Mais comme d’un autre côté, ni l’histoire, ni les monumens du monde, ni la nouveauté des Sciences & des Arts, ne pouvoient s’allier avec ce système de l’éternité ; pressés qu’ils étoient de ces objections par les Epicuriens, ils coupoient ce nœud indissoluble par leurs inondations & leurs embrasemens inventés à plaisir, & démentis par l’histoire. C’est un misérable retranchement à l’impiété, de n’avoir que ce refuge imaginaire.

Il y a eu, à la vérité, des philosophes qui ont parlé d’un esprit, d’un Dieu. Mais ils ne laissoient pas de croire l’éternité du monde : les uns, parce qu’ils ne pouvoient concevoir une matiere créée, ni comment cet esprit auroit pû la disposer à sa volonté ; ensorte que le dieu qu’ils admettoient étoit un être inutile & sans action ; & les autres, parce qu’ils regardoient le monde comme une suite & une dépendance de Dieu, comme la chaleur l’est du Soleil. Les premiers raisonnoient ainsi : la matiere étant incréée, Dieu ne peut la mouvoir ni en former aucune chose ; car Dieu ne peut remuer la matiere ni l’arranger avec sagesse sans la connoître. Or Dieu ne peut la connoître s’il ne lui donne l’être. Car Dieu ne peut tirer ses connoissances que de lui-même ; rien ne peut agir en lui ni l’éclairer. Il ne connoît donc point la matiere, & par conséquent il ne peut agir sur elle. D’ailleurs comment auroit-il pû agir sur elle, & de quels instrumens se seroit-il servi pour cela ?

Ce sujet a servi quelquefois de raillerie aux plus beaux esprits du paganisme. Lucien, dans un de ses dialogues, dit qu’il y a des sentimens différens touchant l’origine du monde ; que quelques-uns disent que n’ayant point eu de commencement, il n’aura point aussi de fin ; que d’autres ont osé parler de l’auteur de l’univers, & de la maniere dont il a été formé : il pouvoit bien avoir en vûe les Chrétiens. J’admire, poursuit-il, ces gens par-dessus tous les autres, en ce qu’après avoir supposé un auteur de toutes choses, ils n’ont pas ajoûté d’où il étoit venu, ni où il demeuroit quand il fabriquoit le monde, puisqu’avant la naissance de l’univers on ne peut se figurer ni tems ni lieu. Cicéron s’est fort appliqué à détruire l’opinion de la formation de l’univers par une cause intelligente, dans son traité de la nature des dieux, qui est un ouvrage fait exprès pour établir l’athéisme. Il dit en se moquant, qu’on a recours à une premiere cause pour former l’univers, comme à un asyle. Ailleurs il demande de quel instrument ce Dieu se seroit servi pour façonner son ouvrage. Aristote se moque aussi d’Anaxagore, & dit, qu’il employe son mens comme une machine pour former le monde ; car Anaxagore étoit le premier des philosophes qui eût parlé de mens ou d’un être intelligent, pour mettre en ordre les corps ou la matiere qui subsistoit de toute éternité. Platon vouloit que les corps fûssent en mouvement quand Dieu voulut les arranger ; mais Plutarque, tout sage qu’il étoit, se moque de ce Dieu de Platon, & demande d’un ton ironique s’il existoit lorsque les corps commencerent à se mouvoir. S’il étoit, ajoûte-t-il, ou il veilloit, ou il dormoit, ou il ne faisoit ni l’un ni l’autre. On ne peut point dire qu’il n’ait pas existé, car il est de toute éternité. On ne peut point dire aussi qu’il ait dormi ; car dormir de toute éternité, c’est être mort. Si on dit qu’il veilloit, il demande s’il manquoit quelque chose à sa béatitude, ou s’il n’y manquoit rien. S’il avoit besoin de quelque chose, il n’étoit pas Dieu. S’il ne lui manquoit rien, à quoi bon former le monde ? Si Dieu gouverne le monde, ajoûte-t-il, pourquoi arrive-t-il que les méchans soient heureux pendant que les bons sont dans l’adversité ?

Les autres qui faisoient intervenir l’action de Dieu dans l’arrangement du monde, n’en soûtenoient pas moins son éternité. Car, disoient-ils, il est impossible que Dieu fasse autre chose que ce qu’il fait, à cause que sa volonté est immuable & ne peut recevoir aucun changement ; desorte qu’elle ne peut vouloir faire autre chose que ce qu’elle fait actuellement. On peut assûrer que ce sont là les seules raisons de l’impiété de tous les tems. Ce sont ces objections qui ont poussé les philosophes à parler de l’éternité du monde ; car n’ayant pû comprendre comment Dieu auroit pû agir pour former le monde, ni, supposé qu’il pût agir, comment il auroit laissé passer une éternité sans le créer, & le concevant d’ailleurs comme une cause qui agit nécessairement, ils se sont déterminés à croire que le monde étoit éternel, malgré la foi de toutes les histoires qui démentoient leur système.

Le sophisme de ces raisonnemens vient de ce qu’un être spirituel est difficile à connoître, & de ce que nous ne pouvons comprendre l’éternité. On est inquiet de savoir ce qu’a fait l’auteur de l’univers pendant cette éternité que le monde n’a pas existé. A cela je répons : si par le nom de Dieu vous entendez un corps, une matiere qui ait été en mouvement, on ne pourra satisfaire à votre question ; car il est impossible de se représenter une cause en action, une matiere en mouvement, un Dieu faisant ses efforts pour produire le monde, & ne pouvant le former qu’après avoir été une éternité en mouvement. Mais si on se représente Dieu comme un esprit, on apperçoit cet être dans ce que nous en connoissons par nous-mêmes, capable de deux actions fort différentes ; savoir, des pensées qu’il renferme dans son propre sein, & qui sont ses actions les plus naturelles ; & d’une volonté, par laquelle il peut encore produire des impressions sur les corps. C’est sa vie, son action. C’est ce qu’il faisoit avant de créer le monde par sa volonté, de même, à-peu-près, que nous voyons un homme long tems en repos, occupé de ses propres pensées, & concentré tout entier dans lui-même. Cela n’implique aucune contradiction, & ne renferme aucunes difficultés à beaucoup près comparables à celles qui se trouvent dans le système d’une matiere qui ait été en mouvement de toute éternité sans rien produire. Tout ce qu’on peut objecter se réduit à dire que la comparaison de l’homme réfléchissant sur lui-même & de Dieu renfermé en lui-même est fausse, en ce que l’homme discourt & que Dieu ne discourt point. L’esprit humain est occupé dans la méditation, parce qu’il passe du connu à l’inconnu, qu’il forme des raisonnemens, qu’il acquiert des connoissances, & que le spectacle de ses pensées est toûjours nouveau ; au contraire l’intelligence divine voit en un instant presqu’indivisible, & d’un seul acte, tout ce qu’il y a d’intelligible. La contemplation de Dieu est d’autant plus oisive, qu’il ne peut pas même se féliciter d’être ce qu’il est. Il n’y a aucune philosophie à l’occuper à méditer la production des mondes. Méditer la production d’un ouvrage, c’est la précaution raisonnable d’un être fini qui craint de se tromper. Donc nous ne savons quelles étoient les pensées de Dieu avant la création des mondes ; j’en conviens. Donc il n’y avoit point de Dieu ; je le nie : c’est mal raisonner que d’insérer la non-existence d’une chose, de l’ignorance où l’on est sur une autre.

Mais pourquoi le monde n’a-t-il pas été créé de toute éternité ? C’est que le monde n’est pas une émanation nécessaire de la divinité. L’éternité est le caractere de l’indépendance ; il falloit donc que le monde commençât. Mais pourquoi n’a-t-il pas commencé plutôt ? Cette question est tout-à-fait ridicule ; car s’il est vrai que le monde a dû commencer, il a fallu qu’une éternité précédât le tems ; & s’il a fallu qu’une éternité précédât le tems, on ne peut plus demander pourquoi Dieu n’a pas fait plutôt le monde. Il est visible que le tôt ou le tard sont des propriétés du tems & non de l’éternité : & si l’on supposoit que Dieu eût créé le monde plutôt qu’il n’a fait d’autant de millions d’années qu’il y a de grains de sable sur le rivage des mers, ne pourroit-on pas encore demander d’où vient qu’il n’auroit pas commencé plutôt ? Ainsi il suffit de dire qu’une éternité a dû le précéder, pour faire comprendre qu’il n’a été créé ni trop tôt ni trop tard.

Les philosophes s’embarrassoient de savoir si les oiseaux avoient été avant les œufs, ou les œufs avant les oiseaux ; & ne pouvant décider cette question, ils se sauvoient dans l’éternité du monde, & soûtenoient qu’il devoit y avoir une espece de cercle dans les semences, & que les œufs & les oiseaux avoient toûjours été engendrés & produits alternativement l’un par l’autre, sans que leur espece eût jamais eu ni origine ni commencement. Quand on suppose un créateur de l’univers, cette difficulté tombe aussitôt ; car on conçoit clairement qu’il créa toutes les especes d’animaux qui sont sur la terre, qui se conserverent ensuite par la génération. Mais la difficulté seroit beaucoup plus grande à supposer l’éternité du monde, parce que le monde étant en mouvement, il semble qu’il y ait de la contradiction à supposer un mouvement éternel. Car tout mouvement étant successif, une partie va devant l’autre, & cela ne peut compatir avec l’éternité. Par exemple, le jour & la nuit ne peuvent être en même tems, en même pays ; par conséquent il faut nécessairement que la nuit ait précédé le jour, ou que le jour ait existé le premier : si la nuit a précédé le jour, il s’ensuit démonstrativement que le jour n’est pas éternel, puisque la nuit aura existé auparavant ; il en est de même du jour.

Ces mêmes philosophes ont eu recours à l’éternité du monde, parce qu’ils ne pouvoient comprendre de quels instrumens Dieu se seroit servi, ni comment il auroit agi pour mettre la matiere de l’univers dans l’ordre où nous la voyons. Cette difficulté se seroit encore dissipée, s’ils eussent fait alternativement réflexion sur les mouvemens du corps humain, que nous déterminons par le seul acte de la volonté. On marche, on s’assied quand on veut. Pour remonter jusqu’à la premiere origine de ce mouvement & de ce repos, il faut nécessairement parvenir à l’acte de la volonté, On connoît bien par l’anatomie du corps humain, comment cette machine peut se mouvoir. On voit des os emboîtés les uns dans les autres, pour se tourner & pour se plier ; on voit des muscles attachés à ces os, pour les tirer ; on trouve des nerfs dans ces muscles, qui servent de canaux aux esprits animaux. On sait encore que ces esprits animaux peuvent être déterminés à couler d’un côté plûtôt que d’un autre, par les différentes impressions des objets ; mais pourquoi arrive-t-il que tant que la machine est bien constituée, ils sont toûjours disposés à se répandre du côté où la volonté les détermine ? Il n’y a sans contredit que le seul acte de ma volonté qui cause cette premiere détermination aux esprits animaux : donc la connoissance que l’homme a de lui-même, nous donne l’idée d’une cause qui agit par sa volonté. Appliquons cette idée à l’esprit éternel, nous y verrons une cause agissante par sa volonté, & cette volonté sera le seul instrument qu’il aura employé pour former l’univers.

La supériorité de l’esprit sur le corps ne contribuera pas peu à nous faire comprendre la possibilité de la création de la matiere. En effet, quand on considere la matiere par rapport à l’esprit, on conçoit d’abord sans aucune peine que la matiere est infiniment au-dessous de l’esprit ; elle ne sauroit l’atteindre, ni l’aborder, ni agir directement sur lui : tout ce qu’elle peut faire, ne va qu’à lui donner occasion de former des idées qu’il tire de son propre fonds. Mais quand on considere l’esprit par rapport à la matiere, on reconnoît en lui une supériorité & éminence de pouvoir qu’il a sur elle. L’esprit a deux facultés, par lesquelles il connoît & il veut. Par la connoissance il pénetre toutes les propriétés, toutes les actions du corps ; il connoît son étendue ou sa quantité, les rapports que les figures ont les unes avec les autres, & compose d’après cela la science des Mathématiques ; il examine les nombres & les proportions, par l’Arithmétique & l’Algebre ; il considere les mouvemens, & forme des regles & des maximes pour les connoître : en un mot, il paroît par les sciences qu’il n’y a point de corps sur lequel l’esprit n’exerce ou ne puisse exercer ses opérations.

Le pouvoir que l’esprit a sur le corps paroîtra encore plus sensiblement, si on considere la volonté ; c’est d’elle que dépend la premiere détermination des esprits animaux qui coulent dans mon bras. C’est déjà beaucoup d’avoir un mode du corps très-réel & très-positif, comme le mouvement, qui est produit par le seul acte de ma volonté. Si donc ma volonté peut produire une direction de mouvement, disons même un mouvement dans mon corps, il n’est pas impossible qu’une volonté en produise ailleurs ; car mon corps n’est pas d’une autre espece que les autres, pour donner lui-même plus de prise sur lui à ma volonté, qu’un autre corps : il n’est donc pas impossible qu’il y ait un esprit qui agisse par sa volonté sur l’univers, & qu’il y produise des mouvemens. Or si cet esprit a un pouvoir infini, rien n’empêche de concevoir qu’il ait pû créer la matiere par sa puissance infinie, qui est sa volonté. 1°. On ne sauroit douter qu’il n’y ait un Être qui agisse par sa volonté : c’est ainsi que notre esprit agit ; nous le sentons, nous en sommes intimement persuadés. D’un autre côté, il ne peut y avoir d’obstacle de la part du néant, car le néant ne peut agir. De plus nous connoissons & nous sentons que notre volonté produit chez nous des déterminations, des mouvemens qui n’étoient pas auparavant, & qu’elle tire, pour ainsi dire, du néant ; de sorte que tirer le mouvement du néant, ou en tirer la matiere, c’est une même espece d’opération, qui demande seulement une volonté plus puissante. Si cette opération de l’esprit est si difficile à saisir, c’est qu’on veut se la représenter par l’imagination : or comme l’imagination ne peut se former l’idée du néant, il faut nécessairement, tant qu’on se sert de cette faculté, se représenter un sujet sur lequel on agisse ; & cela est si véritable, qu’on a posé pour maxime qu’il faut approcher & toucher ce sujet sur lequel on agit, nemo agit in distans. Mais si l’on fait taire les sens & l’imagination, on trouve que ces deux maximes sont fausses. Quand je dis, par exemple, que de rien on ne peut rien faire, où est, je vous prie, le sujet sur lequel mon esprit s’exerce présentement ? De même, quand on considere attentivement l’opération d’une volonté, on conçoit clairement qu’elle doit produire elle-même son sujet, bien-loin qu’elle suppose un sujet pour agir : car qu’est-ce qu’un acte de volonté ? Ce n’est pas une émanation de corps, qui puisse ou qui doive toucher un autre corps pour agir ; c’est un acte purement spirituel, incapable d’attouchement & de mouvement : il faut donc nécessairement qu’il produise lui-même son effet, qui est son propre sujet. Je veux remuer mon bras, & à l’instant une petite écluse s’ouvre, qui laisse couler les esprits dans les nerfs & dans les muscles, qui causent le mouvement de mon bras. Je demande qui a causé l’ouverture de cette petite écluse ? C’est sans contredit l’acte de ma volonté. Comment l’a-t-il ouverte ? car cet acte n’est pas un corps, il n’a pû la toucher : il faut donc nécessairement qu’il l’ait produite par sa propre vertu.

Posons présentement une volonté infinie & toute-puissante : ne faudra-t-il pas dire que comme je conçois que je marche en vertu d’un acte de ma volonté, aussi la matiere doit-elle exister par une opération de cette volonté toute-puissante ? Un être qui a toutes les perfections, doit nécessairement avoir celle de faire & de produire tout ce qu’il veut.

Le fameux axiome, rien ne se fait de rien, est vrai en un certain sens ; mais il est entierement faux dans celui auquel les Athées le prennent. Voici les trois sens dans lesquels il est vrai. 1°. Rien ne peut sortir de soi même du néant, sans une cause efficiente. De ce principe découle cette vérité, que tout ce qui existe n’a pas été fait, mais qu’il y a quelque chose qui existe nécessairement & par soi-même : car si tout avoit été fait, il faudroit nécessairement que quelqu’être se fût fait, ou fût sorti de lui-même du néant. 2°. Rien ne peut être produit du néant par une cause efficiente, qui ne soit pour le moins aussi parfait que son effet, & qui n’ait la force d’agir & de produire. 3°. Rien de ce qui est produit d’une matiere préexistente, ne peut avoir aucune entité réelle qui ne fût contenue dans cette matiere ; de sorte que toutes les générations ne sont que des mélanges, ou de nouvelles modifications d’êtres qui étoient déjà. Ce sont les sens dans lesquels il est impossible que rien se fasse de rien, & qui peuvent être réduits à cette maxime générale, que le néant ne peut être ni la cause efficiente, ni la cause matérielle de rien. C’est-là une vérité incontestable, mais qui, bien-loin d’être contraire à la création ou à l’existence de Dieu, sert à les prouver d’une maniere invincible.

En effet, s’il étoit vrai en général qu’aucun être ne peut commencer à exister, il ne pourroit y avoir aucune cause qui fît quoi que ce soit : il n’y auroit point d’action ni de mouvement dans le monde corporel, & par conséquent aucune génération ni aucun changement. Or nous portons en nous-mêmes l’expérience du contraire, puisque nous avons le pouvoir de produire de nouvelles pensées dans notre ame, de nouveaux mouvemens dans notre corps, & des modifications dans les corps qui sont hors de nous. Il est vrai que les Athées restreignent leur assertion aux substances, & disent qu’encore qu’il puisse y avoir de nouveaux accidens, il ne se peut pas faire néanmoins qu’il y ait de nouvelles substances ; mais dans le fond ils ne peuvent rendre aucune raison solide pourquoi l’un est plus impossible que l’autre, ou pourquoi il ne peut y avoir aucun être qui fasse de nouvelles substances. Ce qui produit ce préjugé, ce sont les idées confuses que l’on emprunte de la production des choses artificielles, où tout se fait d’une matiere préexistante, à laquelle on donne seulement de nouvelles modifications. Nous nous persuadons mal-à-propos qu’il en est des productions d’un Etre infini, comme des nôtres ; nous en concluons qu’il n’y a aucune puissance dans l’univers qui puisse faire ce qui nous est impossible, comme si nous étions la mesure de tous les êtres : mais puisqu’il est certain que les êtres imparfaits peuvent eux-mêmes produire quelque chose, comme de nouvelles pensées, de nouveaux mouvemens & de nouvelles modifications dans les corps, il est raisonnable de croire que l’Etre souverainement parfait va plus loin, & qu’il peut produire des substances. On a même lieu de croire qu’il est aussi aisé à Dieu de faire un monde entier, qu’à nous de remuer le doigt : car dire qu’une substance commence à exister par la puissance de Dieu, ce n’est pas tirer une chose du néant dans les sens que nous avons ci-dessus reconnus pour impossibles. Il est vrai que la puissance infinie ne s’étend pas à ce qui implique contradiction ; mais c’est ici précisément où les adversaires de la création sont défiés de prouver qu’encore qu’il ne soit pas impossible de tirer du néant un accident ou une modification, il est absolument impossible de créer une substance : c’est ce qu’ils ne démontreront jamais.

2°. Si rien ne peut être tiré du néant dans le sens que nous soûtenons, il faut que toutes les substances de l’univers existent non-seulement de toute éternité, mais même nécessairement & indépendamment de toute cause ; or on peut dire que c’est-là effectivement faire sortir quelque chose du néant, dans le sens naturel auquel cela est impossible, c’est-à-dire faire le néant la cause de quelque chose : car, comme lorsque les Athées assûrent que rien ne se peut mouvoir soi-même, & qu’ils supposent en même tems que le mouvement a été de toute éternité, c’est-là tirer le mouvement du néant dans le sens auquel cela est impossible ; de même ceux qui font les substances existantes par elles-mêmes, sans que l’existence nécessaire soit renfermée dans leur nature, tirent du néant l’existence des substances.

3°. Si toutes les substances étoient éternelles, ce ne seroit pas seulement la matiere ou les atomes destitués de qualités, qui existeroient par eux-mêmes de toute éternité, ce seroit aussi les ames. Il n’y a point d’homme tant soit peu raisonnable, qui puisse s’imaginer que lui-même, ou ce qui pense en lui, n’est pas un être réel, pendant qu’il voit que le moindre grain de poudre emporté par le vent, en est un. Il est visible aussi que l’ame ne peut pas naître de la matiere destituée de sentiment & de vie, & qu’elle ne sauroit en être une modification. Ainsi si aucune substance ne peut être tirée du néant, il faut que toutes les ames humaines, aussi-bien que la matiere & les atomes, ayent existé non-seulement de toute éternité, mais encore indépendamment de tout autre être. Mais les Athées sont si éloignés de croire l’éternité de l’ame humaine, qu’ils ne veulent en aucune maniere admettre son immortalité ; s’ils avoüoient qu’il y eût des êtres intelligens immortels, ils seroient en danger d’être obligés de reconnoître une Divinité.

4°. La matiere n’est pas coéternelle avec Dieu, d’où il s’ensuit qu’elle a été créée : en voici la preuve. Ou la matiere est infinie dans son étendue, ensorte qu’il n’y ait aucun espace qui n’en soit absolument pénétré ; ou elle est bornée dans son étendue, de façon qu’elle ne remplisse pas toutes les parties de l’espace : or soit qu’elle soit finie, soit qu’elle soit infinie dans son étendue, elle n’existe pas nécessairement. 1°. Si elle est finie, dès-là elle est contingente : pourquoi ? parce que si un être existe nécessairement, on ne peut pas plus concevoir sa non-existence, qu’il n’est possible de concevoir un cercle sans sa rondeur, l’existence actuelle n’étant pas moins essentielle à l’être qui existe nécessairement, que la rondeur l’est au cercle. Or si la matiere est finie, & qu’elle ne remplisse pas tous les espaces, dès-lors on conçoit sa non-existence. Si on peut la concevoir absente de quelques parties de l’espace, on pourra supposer la même chose pour toutes les parties de l’espace ; il n’y a point de raison pour qu’elle existe dans une partie de l’espace plûtôt que dans toute autre : donc si elle n’existe pas nécessairement dans toutes les parties de l’espace, elle n’existera nécessairement dans aucune ; & par conséquent si la matiere est finie, elle ne sauroit exister nécessairement. Il reste donc à dire que l’éternité ne peut convenir à la matiere qu’autant qu’elle est infinie, & qu’elle remplit toutes les parties de l’espace, de sorte que le plus petit vuide soit impossible : or je soûtiens que la matiere considérée sous ce dernier aspect, ne peut exister nécessairement. Voici sur quoi je me fonde. La matiere qui compose le monde, doit être susceptible de mouvement, puisque le mouvement est l’ame & le ressort de ce vaste univers : or en admettant une fois une matiere infiniment diffuse, qui remplisse toutes les parties de l’espace, le mouvement devient alors impossible. Je pourrois faire valoir ici toutes les raisons qu’on allegue contre les Cartésiens, qui bannissent absolument le vuide de l’univers, & qui tâchent de concilier le mouvement avec le plein ; mais ce n’est pas là de quoi il est question. Les Cartésiens eux-mêmes seront les premiers à m’accorder que si la matiere existe nécessairement, le mouvement ne sauroit y être introduit de quelque maniere que ce soit : car d’où pourroit naître en elle le mouvement ? ou il seroit inhérent à sa nature, ou il lui seroit imprimé par quelque cause distinguée d’elle ; or on ne peut dire ni l’un ni l’autre. Que le mouvement lui soit naturel, ou qu’elle l’ait reçû de Dieu, peu importe ; ce qu’il y a de certain, c’est que ce mouvement une fois introduit dans la matiere, influera sur les parties qui la composent, les transportera d’un lieu à un autre lieu, les placera diversement les unes par rapport aux autres, en un mot en formera diverses combinaisons : or si la matiere est infinie & qu’elle existe nécessairement, tous ces déplacemens & toutes ces combinaisons, effets naturels du mouvement, deviendront impossibles : la raison en est que chaque partie de matiere existera nécessairement dans la partie de l’espace qu’elle occupe. Ce n’est pas le hasard qui l’aura placée là plûtôt qu’ailleurs, ni dans le voisinage de telles parties plûtôt que dans le voisinage d’autres : la même raison qui fait qu’elle existe nécessairement, fait aussi qu’elle existe dans un endroit plûtôt qu’ailleurs. C’est ici qu’a lieu la raison suffisante de M. Leibnitz. Donc si la matiere existe nécessairement, le mouvement devient impossible.

La création de rien est donc conforme à la raison ; elle éleve la puissance de Dieu au plus haut degré, & elle arrache jusqu’aux racines de l’athéisme. Cet Article est en grande partie de M. Formey.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « création »

Étymologie de création - Littré

Provenç. creatio, creazo ; espagn. creacion ; ital. creazione ; du latin creationem, de creare, créer. Creoison est formé suivant l'antique règle de changement, comme oroison ou oraison ; création a été refait sur le latin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de création - Wiktionnaire

(vers 1200) Du latin creatio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « création »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
création kreasjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « création »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « création »

  • Le Conseil d'Etat a débouté le 1er juillet le collectif d'associations de défense de l'environnement qui avait demandé l'annulation de la création de cette ZAC sur ces terres du Val-d'Oise, et donne raison à l'Etat. lemoniteur.fr, La justice valide la création d'une ZAC sur le Triangle de Gonesse
  • Pour ces décrets, la négociation doit déterminer quel pourcentage de leur chiffre d'affaires (l'Etat part sur une base de négociation de 25 %) ils doivent consacrer à la création française et européenne, et, dans ce montant, combien doit aller à l'audiovisuel et au cinéma. Ce qui ira au cinéma déterminera en grande partie comment on réforme la fameuse chronologie des médias du septième art issue d'un accord interprofessionnel, dit un connaisseur du sujet, mais dans un second temps seulement. La position de Netflix, qui veut réserver les films à ses abonnés sans passer par la salle, complique les choses. Amazon semble, lui, plus ouvert. Les Echos, Sprint final pour faire financer la création française par les Netflix & Co | Les Echos
  • Deux mois après la création de pistes cyclables à Nice, où en est-on ? , Nice : Opposition de riverains, action en justice… Deux mois après la création des nouvelles pistes cyclables, où en est-on ?
  • A partir du 2 juillet, « Plaine d’artistes », organisée par La Villette, réinvente la rencontre entre les artistes et le public en dévoilant les coulisses de la création. , Pleins feux sur les coulisses de la création
  • Le théâtre c'est en réalité la genèse de la création. De Antonin Artaud
  • La création, c'est l'exubérance de Dieu. De Vladimir Volkoff
  • La paix est une création continue. De Raymond Poincaré
  • La création a toujours besoin de hasard. De Jacques Godbout / Les Têtes à Papineau
  • Il n'y a pas de création sans épreuve... De Fernand Ouellette / La Mort vive
  • Tout acte de création est d’abord un acte de destruction. De Pablo Picasso
  • Le doute est père de la création. De Galilée
  • Mais que foutait Dieu, avant la création ? De Samuel Beckett
  • La seule critique définitive est la création. De Maurice Lemaître
  • La douleur est l'auxiliaire de la création. De Léon Bloy
  • Dieu n'est pas spectateur. Le seul Dieu qui soit est sans cesse impliqué dans le drame miraculeux et contradictoire de la création. Dieu est en quelque sorte noyé dans la création, et ne peut en être ni séparé ni distingué. De David Herbert Lawrence / Matinées mexicaines
  • Peut-être enfin que le rire n’est pas une création de Dieu, mais Dieu une création du rire ? De Michel Onfray / Lire, 1er mars 2015
  • L'homme est une création du désir, non pas une création du besoin. De Gaston Bachelard / La Psychanalyse du feu
  • Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu il le créa, homme et femme il les créa. , Ancien Testament, Genèse I, 27
  • Une œuvre d'art est un coin de la création vu à travers un tempérament. Émile Zola, Mes haines, Faure
  • L'homme vaut-il la peine de déranger un Dieu pour le créer  ? Paul Valéry, Mélange, Gallimard
  • Créer est aussi difficile que d'être libre. Elsa Triolet, La Mise en mots, Skira
  • Vivre, c'est naître lentement. Il serait un peu trop aisé d'emprunter des âmes toutes faites ! Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, Gallimard
  • Toute création est, à l'origine, la lutte d'une forme en puissance contre une forme imitée. André Malraux, Psychologie de l'art, Skira
  • La noble fonction d'un être qui inspire est d'inciter à une création qui ne lui ressemble pas, et qui le dépasse en tous sens. Georges Limbour, Cesare Feverelli, Gallimard
  • Ah ! les créations de l'homme, qu'elles tournent Aisément à la honte de leurs créateurs ! Patrice de La Tour du Pin, Une somme de poésie, Gallimard
  • J'espère prouver que la nature possède les moyens et les facultés qui lui sont nécessaires pour produire elle-même ce que nous admirons en elle. Jean-Baptiste de Monet, chevalier de Lamarck, Philosophie zoologique
  • Mêlez toute votre âme à la création ! Victor Hugo, Les Feuilles d'automne, Pan
  • La création se moque impitoyablement de la créature […]. Théophile Gautier, Mademoiselle de Maupin
  • Si terrible que soit la vie, l'existence de l'activité créatrice sans autre but qu'elle-même suffit à la justifier. Élie Faure, L'Esprit des formes, Pauvert
  • Le monde est créé pour être recréé. Georges Duhamel, Deux Hommes, Mercure de France
  • Je sais bien que le plus petit élan d'amour vrai nous rapproche beaucoup plus de Dieu que toute la science que nous pouvons avoir de la création et de ses degrés. Antonin Artaud, Héliogabale ou l'Anarchiste couronné, Gallimard
  • Il n'est point de création puissante qui ne se nourrisse de quelque monstruosité. Marcel Arland, Chronique de la peinture moderne, Corrêa
  • Si l'homme est véritablement le roi de la création, le chien peut, sans être taxé d'exagération, en passer pour le baron, tout au moins. Alphonse Allais, Pas de bile, Flammarion

Images d'illustration du mot « création »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « création »

Langue Traduction
Corse creazione
Basque sorkuntza
Japonais 創作
Russe создание
Portugais criação
Arabe تأسيس
Chinois 创建
Allemand schaffung
Italien creazione
Espagnol creación
Anglais creation
Source : Google Translate API

Synonymes de « création »

Source : synonymes de création sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « création »



mots du mois

Mots similaires