La langue française

Chef

Définitions du mot « chef »

Trésor de la Langue Française informatisé

CHEF, subst. masc.

I.− Vx. Tête (cf. couvre-chef). Elle aussi fixait des yeux hagards sur les acteurs en branlant le chef (Musset, Le Temps,1831, p. 129).La couronne de France ne doit pas être sur le chef d'un hérétique [l'avocat Copin au cardinal de Bourbon] (Balzac, Œuvres diverses,t. 2, 1850, p. 524):
1. ... Cadet Blanchet (...) replanta son chapeau sur son chef, et sans rien dire de plus, s'en retourna auprès de la Sévère. G. Sand, François le Champi,1850, p. 79.
2. L'horloge sonne une heure et demie Et le chef de famille et de bureau Met son couvre-chef sur son chef Et s'en va Traverse la place de chef-lieu de canton Et rend le salut à son sous-chef Qui le salue... Prévert, Paroles,1946, p. 126.
Spéc. Reliquaire renfermant des ossements de la tête d'un saint :
3. L'usage était de prendre à témoin les chefs ou têtes de saints, reliques vénérées. Dans le Nord on jurait par le chef de saint Denis, etc. Mérimée, Portraits hist. et littér.,1870, p. 44.
Au fig. [Chef représente la pers. ou son pouvoir de décider ou de juger]
De son (propre) chef. Selon son jugement, de sa propre initiative. Faire qqc. de son propre chef. En prendre la responsabilité de l'exécution :
4. De cette partie-là [la première du Discours sur l'Histoire universelle], si j'avais à parler de mon propre chef et à dire ce qu'il m'en semble, je serais un peu embarrassé, je l'avoue. Sainte-Beuve, Nouveaux lundis,t. 9, 1863-69, p. 285.
Loc. prép. Du chef de. En vertu des droits de :
5. − N'avez-vous pas entendu tout à l'heure que je vous disais que j'étais riche, Maximilien, trop riche? J'ai du chef de ma mère, près de cinquante mille livres de rente; ... A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 832.
II.− Personne qui est à la tête de quelque chose.
A.− Personne qui tient le premier rang.
Chef de file (vx). L'homme qui est le premier d'une file de soldats. P. ext. Le navire qui tient la tête de la ligne.
Au fig. :
6. Ils [de jeunes paysans] étaient devenus les chefs de file d'un milieu qu'ils travaillaient à rendre adulte, qu'ils voulaient pleinement intégrer dans l'ensemble de la nation. M. Debatisse, La Révolution silencieuse,1963, p. 128.
Vx. Fondateur d'une dynastie, d'une maison, d'une institution, d'un ordre religieux :
7. Souverain par le choix des peuples, consacré par le chef de la religion, sanctionné par la main de la victoire, quel chef de dynastie rassembla jamais des titres aussi puissants, aussi nobles, aussi purs? Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 575.
P. ext. Chef d'école, chef de secte.
B.− Personne qui exerce un commandement, une autorité; qui a sous sa direction la responsabilité d'un service.
1. [Ordin. accompagné d'un déterm.] Chef d'entreprise, de bureau, d'équipe, de chantier, de rayon, d'atelier.
ART CULIN. Chef de cuisine ou, absol., chef. Celui qui dirige les cuisiniers d'un restaurant, d'un hôtel, d'une maison :
8. J'eusse souhaité que grand'mère eût aussi un chef, des marmitons, et des valets de pied − enfin le train de maison que décrit complaisamment cette bibliothèque d'enfant riche. Mauriac, La Robe prétexte,1914, p. 7.
INSTIT. POL. Chef d'État. Autorité suprême d'un pays :
9. Mon ordre, sachez-le, est que vous vous teniez parfaitement tranquilles. J'ai été chef d'État, je le serai peut-être encore : jamais je ne serai chef de conspiration contre mon peuple. Renan, Drames philos.,L'Eau de Jouvence, 1881, I, 5, p. 455.
Chef du gouvernement :
10. Par la place des Canons, retentissante d'enthousiasme, je me rendis au Petit Sérail où j'échangeai solennellement avec le chef du Gouvernement libanais, M. Alfred Naccache, des propos pleins d'optimisme. De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 170.
Chef de famille. Ce jeune homme, ayant des frères et des sœurs plus jeunes que lui, est devenu, par la mort de son père, chef de famille (Littré).
ART MILIT. ARM. DE TERRE, AVIAT. Officier ou sous-officier de divers grades. Chef de corps, de bataillon, d'escadron, chef d'état-major. MAR. Chef de division, d'escadre, de gamelle, de nage, de pièce, de quart, de section, du pilotage.
MUS. Chef d'orchestre. Musicien chargé de diriger l'orchestre :
11. Et l'école actuelle des chefs d'orchestre allemands est véritablement l'œuvre de Wagner. P. Lalo, La Mus.,1899, p. 372.
Au fig. Celui qui harmonise des mouvements épars pour en faire un tout cohérent :
12. ... il n'y a pas eu de chef d'orchestre dans cette guerre (...) chacun est entré dans la danse longtemps après l'autre... Proust, Le Temps retrouvé,1922, p. 794.
SCOUTISME. Chef de patrouille.
CH. DE FER. Chef de gare, de station, de dépôt; chef de train.
2. [Déterm. un subst.]
a) En valeur adj. Médecin-chef, adjudant-chef, sergent-chef, chef-comptable, chef-mécanicien.
P. abrév. Chef est l'appellation du sergent-chef, du maréchal des logis-chef.
b) Sous la forme d'une loc. adv. En chef. En fonction de chef. Rédacteur, ingénieur, général en chef :
13. Le gouvernement publiera ses décisions en ce qui concerne la nomination du commandant en chef français en Allemagne, du commandant en chef français en Autriche et des principaux fonctionnaires et militaires qui leur sont adjoints, ... De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 542.
3. En emploi abs. Personne qui exerce un commandement ou qui possède une grande aptitude au commandement. Un chef est un homme qui a besoin des autres (Valéry, Mauvaises pensées et autres,1942, p. 208):
14. Il avait, comme le Maréchal et ses apôtres, la mystique du chef, et c'est le chef qu'il aimait à faire honorer dans sa personne. Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 109.
Au fig. Comme un chef. Très bien.
III.− Partie d'un ensemble située en tête.
A.− Extrémité.
1. ANAT. Chef d'un muscle :
15. Ils [les muscles sterno-cleïdo-mastoïdiens] s'attachent en bas par deux chefs, l'un sur la clavicule, l'autre sur le sternum; ... L. Melchissédec, Pour chanter : ce qu'il faut savoir...,1913, p. 142.
2. BLAS. Chef de l'écu. Pièce honorable qui est en haut de l'écu. Chef bandé, barré, vergeté :
16. ... il [Benjamin de La Billardière] (...) avait exposé dans son cabinet ses armes encadrées (chef d'azur à trois étoiles, et deux épées en sautoir sur un fond de sable...). Balzac, Les Employés,1837, p. 118.
3. BOULANGERIE. Bout de pâte pour servir de levain.
4. CARR. Paroi d'une carrière.
5. CHIR. Chefs d'une bande, d'un bandage.
6. RELIG. Abbaye chef d'ordre ou simpl. chef d'ordre. Maison principale d'un ordre à laquelle sont rattachées toutes les autres.
7. TEXT. Chef d'une étoffe. Extrémité par laquelle on a commencé la fabrication d'une pièce d'étoffe.
B.− Au fig. Point principal dans la division d'un exposé. Toute la conduite de l'homme de guerre peut se ramener à deux chefs : les personnes et les choses (Proudhon, La Guerre et la Paix,1861, p. 269):
17. L'objet de la philosophie naturelle se réduit à ces deux chefs : premièrement, par une juste induction fondée sur l'observation, découvrir les lois de la nature, secondement, appliquer ces lois à l'explication des phénomènes. Cousin, Cours d'hist. de la philos. mod.,t. 4, 1847, p. 550.
Spéc., DR. Chefs d'accusation. Points principaux sur lesquels porte une accusation. Crime de lèse-majesté au premier, au second chef :
18. ... quand il s'est agi d'exploiter, les ouvriers avonnais ont demandé de tels prix, que monsieur Mariotte a été obligé d'en amener d'Auxerre, et ceux de La-Ville-aux-Fayes les ont battus. Il y a eu procès correctionnel sur le chef de coalition, et sur le chef de rixe. Balzac, Les Paysans,1844, p. 140.
Loc. adv. Au premier chef. Avant tout, au plus haut degré :
19. Ce qui intéressait l'abbé au premier chef, c'était la vérité, mais non pas une vérité littéraire − m'y voilà − la vérité tout court. Green, Journal,1950, p. 336.
Rem. On rencontre ds la docum. l'expr. de même sens au dernier chef, contamination probable avec au dernier point, au dernier degré. Il [Péguy] voulait établir, dans un prochain Cahier, que, dans une récente encyclique, le Pape avait écrit une phrase hérétique au dernier chef (J. et J. Tharaud, Pour les fidèles de Péguy, 1928, p. 117).
Prononc. et Orth. : [ʃ εf]. Historiquement [f] final s'était effacé devant s de flexion ou devant la consonne d'un mot suiv. À ce sujet cf. Bourc.-Bourc. 1967, § 170 et 172; cf. aussi Buben 1935, § 198 : ,,On prononce aujourd'hui [ʃ εf] au sing. et au plur.; l'f a été rétabli dans chef-lieu [ʃ εfljø], mais il est resté muet dans chef-d'œuvre [ʃ εdœ:vʀ]; l'ε ouvert en syllabe protonique libre s'explique par l'influence de la graphie. On peut signaler encore le mot technique chégros (fil poissé des cordonniers) qui est d'origine inconnue, mais dans lequel l'étymologie populaire a vu certainement un composé de chef, comme en témoigne l'orthographe du xvies. chefgros``. Cf. aussi Mart. Comment prononce 1913, p. 231 et Nyrop Phonét. 1951, § 213, pour lequel f se prononce de nos jours, même dans la combinaison bœuf gras mais que l'on dit toujours cerf-volant [sε ʀvɔlɑ ̃]. Cf. encore Fouché Prononce 1959, p. 479, pour lequel on prononce [bø] dans bœuf gras en face de [bœf] dans du bœuf bouilli, du bœuf salé. Cf. enfin Kamm. 1964, p. 192. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin du ixes. chieef « tête » (Eulalie, 22 ds Henry Chrestomathie), vx ds Fur. 1690; 2. 1172-74 « celui qui est à la tête de quelque chose » (G. de Pont Ste Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 5560); 1530 « fondateur d'une institution » (Lefevre d'Etaples ds Kunze); 1740 chef de cuisine (Ac.); d'où 1836 chef (Gozlan, Le Notaire de Chantilly, p. 279); 3. ca 1130 « bout, extrémité (d'une chose matérielle) » (Couronnement Louis, éd. E. Langlois2, 1014); 4. a) 2emoitié xiiies. « élément, point principal d'une chose » (B. de Condé, éd. A. Scheler, t. I, p. 318, 1469); 1648 « chapitre d'un écrit » (Retz ds Œuvres du Cardinal de Retz, éd. Feillet, Gourdault, Chantelauze, t. 10, p. 67); b) 1614 dr. chef d'accusation (Ordonnance royale d'apr. FEW t. 2, s.v. caput); 5. 1643 de son chef « de sa propre autorité » (Scarron ds Richardson, p. 50). Du lat. class. caput « tête » [par l'intermédiaire d'un lat. vulg. *capum, -i attesté au viies., v. TLL s.v. 384, 40-41], « extrémité (d'où début) », « ce qui est important (notamment d'un écrit) », « celui qui est à la tête de, auteur ». Fréq. abs. littér. : 14 500. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 20 915, b) 17 401; xxes. : a) 21 112, b) 21 799. Bbg. Bernitt (P. F.). Lat. caput und capum nebst ihren Wortsippen im Französischen. Kiel, 1905, 229 p. [Cr. Meyer-Lübke (W.). Literaturblatt für germanische und romanische Philologie. 1906, no11, pp. 370-371]. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 147, 306. − Perrot (Général). Vocab. milit. Banque Mots. 1972, no4, p. 207.

Wiktionnaire

Nom commun 1

chef \ʃɛf\ masculin

  1. (Vieilli) ou (Littéraire) Tête.
    • L’École Normale est une institution que les nations envient à la République : elle est une des têtes de la France qui est pourvue de chefs comme une hydre. — (Paul Nizan, Aden Arabie, chap. I., Rieder, 1932 ; Maspéro, 1960)
    • […] il hochait le chef, tout pareil à l’un de ces branle-tête que vendent les camelots dans les villes aux jours de grande foire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Note : le mot est encore couramment utilisé dans ce sens dans l'expression couvre-chef.
  2. (En particulier) Crâne d'un saint.
    • Arrivé à sa demeure de Dampierre, près de Langres, Gualon y dépose le chef de saint Mammès. — (Laurent Durnecker, « Saint-Mammès » (2006) dans Catherine Vincent (dir.), Inventaire des sanctuaires et lieux de pèlerinage chrétiens en France.)
    • […] Pour enrichir ce nouveau sanctuaire il y transféra, des catacombes où elles reposaient, les dépouilles des martyrs Sébastien, Gorgonius et Tiburce. Ce lui fut sans doute l'occasion de détacher du corps le chef de saint Sébastien pour le conserver séparément dans un vase précieux. — (P. Liebaert, « Le reliquaire du chef de Saint Sébastien » dans Mélanges d'archéologie et d'histoire, tome 33, 1913, page 479-492)
  3. Article ou point principal.
    • On parle souvent de la rapidité extraordinaire avec laquelle les Américains ont jeté leur voie ferrée à travers les plaines du Far-West. Mais, qu’on le sache, les Russes ne leur cèdent en rien de ce chef, […]. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. V, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Les divers chefs d’une loi. — Les principaux chefs d’une demande. — Sa doctrine se réduisait à trois chefs.
  4. (En particulier) (Par ellipse) (Droit) Motif ou raison d’un procès. → voir chef d’accusation
    • Appréhendé sur place par des témoins et le personnel de sécurité de l’université, l’homme a été placé en garde à vue mercredi pour le chef d’« assassinat ». — (L.Gam. avec AFP, Prof poignardé à mort à Courbevoie : Le suspect, un ancien élève, « obnubilé » par son renvoi, en voulait personnellement à la victime, 20 Minutes. Mis en ligne le 6 décembre 2018)
    • Or, les "Contenus" transmis à la plate-forme par l’utilisateur étant susceptibles de comprendre des données personnelles, la clause qui confère au fournisseur du service un droit de modification, d’agrégation sur tous les contenus générés par l’utilisation du service, sans informer précisément l’utilisateur la finalité des traitements, est illicite comme contraire aux dispositions de l’article 32-I de la Loi Informatique et Libertés précitée. Elle sera donc réputée non écrite de ce chef. — (Jugement n°RG 14/07300 du tribunal de grande instance de Paris)
  5. Initiative ; responsabilité.
    • Nos adversaires, les betteraviculteurs, simulent, d'un autre côté, de craindre de voir jeter sur le marché, déjà bondé d'alcool d'industrie, 5 à 600.000 hectolitres d'alcool de vin, et parfois même plus, et redoutent, de ce chef, de voir s'ajouter à la crise viticole celle des alcools, par la concurrence à bas prix qu'ils viendraient leur faire; […]. — (Bulletin de la Société industrielle et agricole d'Angers et du département de Maine-et-Loire, tomes 76-77, 1905, page 131)
    • Le non-paiement des cotisations sociales est constitutif d'infraction pénale dans le chef de l’employeur, ou de ses préposés et mandataires qui ont la responsabilité du paiement des cotisations. — (Jean-François Funck, Droit de la sécurité sociale, Larcier, 2006, p.167)
  6. Écu au chef d’argent (sens héraldique)
    (Héraldique) Nom donné au tiers supérieur d’un écu.
    • Duroie — d’azur, au cygne d’argent, becqué et membré de gueules, au chef d’or, chargé de trois merlettes de sable. — (Jacques-Paul Migne, Encyclopédie théologique, colonne 249, 1852)
    • Une statue d’abbé est appuyée contre le mur : un gros anneau au médius de la main droite, un menton long, des pommettes saillantes, [...], et un écusson qui est d’hermine à trois fasces au chef chargé d’un lambel à trois pièces timbré de la croix abbatiale. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 172, 2012)
  7. (Par extension) Toute partie principale d’un ensemble.
  8. (Par extension) (Arts) Bout par lequel l’on a commencé la fabrication d'une étoffe.
    • Le chef d’une étoffe.
  9. (Anatomie) Partie ventrue d’un muscle.
    • Le quadriceps est composé de quatre chefs.

Nom commun 2

chef \ʃɛf\ masculin et féminin identiques (pour une femme on peut dire : chef, cheffe, chèfe, cheffesse, cheftaine)

  1. Celui ou celle qui est à la tête d’un corps, d’une assemblée, etc., qui y a le premier rang et la principale autorité.
    • Sous un chef tel que ce chevalier, il n’y a point de lâches frayeurs, point de froides hésitations. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Un jour, la chef d’équipe m’a appelée. — (Souad, Brûlée vive, Oh ! Éditions, 2004, page 163.)
  2. (En particulier) Personne qui en commande d’autres. — Note : Le chef peut être autoproclamé, élu, imposé par une autorité, qui peut être elle-même considérée comme chef.
    • Pour lancer contre nous ces furieux prédicateurs, il faut que les chefs du clergé se soient sentis bien atteints. — (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, préface de la 3e édition, Hachette & Paulin, 1845, p.I)
    • C'est plutôt le contraire qui est vrai ou qui du moins renferme la plus forte part de vérité : maintes fois l'aristocratie mérita le nom de « kakistocratie », dit-il, qu'il soit empereur ou chef de bureau, dont Léopold de Ranke se sert dans son histoire. — (Elisée Reclus, L'évolution, la révolution et l'idéal anarchique, Paris : chez P.-V. Stock, 6e éd. 1906, p. 69)
    • Le grand jeune homme dégingandé, qui s’appelait Laurier, s’était apparemment institué chef en raison de sa position sociale et de ses aptitudes naturelles. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 390 de l’éd. de 1921)
    • Le vrai Lucien – il le savait à présent –, il fallait le chercher dans les yeux des autres, dans l'obéissance craintive de Pierrette et de Guigard, dans l'attente pleine d'espoir de tous ces êtres qui grandissaient et mûrissaient pour lui, de ces jeunes apprentis qui deviendraient ses ouvriers [...]. Lucien avait presque peur, il se sentait presque trop grand pour lui. Tant de gens l'attendaient, au port d'armes, et lui il était, il serait toujours cette immense attente des autres. « C'est ça, un chef, pensa-t-il. — (Jean-Paul Sartre, L'enfance d'un chef, 1938)
    • Ce chef de gouvernement capable de discuter avec Einstein la théorie de la relativité de l'espace et du temps emprunte à sa vie intérieure un incomparable prestige. — (Pierre Audibert, Les Comédies de la Guerre, 1928, p.84)
    • Les desservants peuvent, désormais, disparaître ; le peuple tiendra. […]. Il tiendra, car, de son sein, des chefs surgissent qui organisent un nouveau culte. — (Auguste Billaud, La Petite Église dans la Vendée et les Deux-Sèvres, 1800-1830, p.594, Nouvelles Éditions Latines, 1961)
  3. (En particulier) (Sens générique) Officier ou sous-officier de grade quelconque, quelquefois en apposition.
    • Il est toujours dangereux d'avoir plus d'esprit que son chef. — (Alfred Assolant, Aventures merveilleuses mais authentiques du capitaine Corcoran, 1867)
    • Maréchal des logis chef. Adjudant chef. Gardien chef.
    • Or je crois au contraire qu’un homme cultivé devrait refuser d’être officier ; […]. La tentation d’être un chef juste et humain est naturelle dans un homme instruit ; mais il faut savoir que le pouvoir change profondément celui qui l’exerce ; et cela ne tient pas seulement à une contagion de société ; la raison en est dans les nécessités du commandement, qui sont inflexibles. — (Alain, Souvenirs de guerre, page 235, Hartmann, 1937)
  4. (Marine) (Militaire) Vaisseau qui est le premier de la ligne de bataille, qui tient la tête de l’armée navale.
  5. (Figuré) Celui ou celle sous la conduite de qui on se place.
    • Le fourgon de tête […] est également pourvu d’une plate-forme et d’une passerelle. Un couloir intérieur permet au chef de train de le traverser pour atteindre le tender et la locomotive, si cela est nécessaire. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. IV, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • Moi, en tous cas, si j'étais chef de fabrication, ça irait pas comme ça, Monsieur, ça tournerait autrement rond que ça tourne, en tous cas, c'est pas malin d'avoir nommé le Charly à ma place! — (Narcisse Praz, Le rocher de Sisyphe, 1983, p.57)
  6. (Par extension) (Cuisine) Responsable de la cuisine dans un restaurant.
  7. (Par ellipse) Chef d’orchestre.
    • Quand le chef monta sur l’estrade, le pianiste leva les yeux et lui sourit. Puis il hocha la tête, et l'on entendit le frémissement des violons, la pulsion d'un pouls profond qui annonçait l’entrée du piano. — (Michel Benoît, Le Secret du treizième apôtre, Éditions Albin Michel, 2006, chap. 68)
  8. (Histoire) (Coloniale) Titre de titulaire d’une autorité traditionnelle.
  9. (Argot) (Familier) Terme utilisé pour s’adresser à un homme. Mec, Gars.
    • J'ai 30 ans , je suis un homme, et je ne supporte pas que parfois les gens dans la rue, m'appellent « chef » ou me tutoie....!!! — (commentcamarche.net, Ca va chef...!!!, lilou, 29 septembre 2009 → lire en ligne)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHEF. n. m.
Celui qui est à la tête d'un corps, d'une assemblée, etc., qui y a le premier rang et la principale autorité. Le Pape est le chef visible de l'Église. Le garde des sceaux est le chef de la justice. Le chef, les chefs de l'armée. Le chef, les chefs d'une peuplade. Être sous un chef. Chef de bandits. Chef de faction, de parti, de secte. Ils l'ont choisi pour chef. Élire un chef, des chefs. Il fut le chef de cette école célèbre. Il se dit particulièrement, dans un sens générique, des Officiers et sous-officiers de divers grades. Obéir à ses chefs. Ce soldat est estimé de ses chefs. Il osa porter la main sur son chef. Avoir de bons chefs. L'exemple des chefs encourage le soldat. Il signifie aussi Général d'armée. Il est du devoir d'un bon chef de... Chef de famille, se dit du Père, de la mère, du fils aîné, enfin de la personne qui a la responsabilité matérielle et morale de la famille. Chef d'escadron, Officier supérieur d'artillerie ou de cavalerie. Chef de bataillon, Officier supérieur d'infanterie du grade intermédiaire entre celui de Capitaine et celui de Lieutenant-colonel. Chef de poste, Officier ou sous-officier qui commande un poste, une garde. Chef d'état-major, Officier général ou supérieur qui commande l'état-major d'un corps d'armée. Chef d'état-major général, Officier général qui commande l'état-major de toute l'armée. Chef de peloton, de section, se dit, dans les exercices militaires, de Celui qui dirige les mouvements d'un peloton, etc. Chef de pièce, Le canonnier qui pointe et qui commande la manœuvre d'une pièce de canon. Chef de hune, Quartier-maître chargé de diriger le service de la hune dans un vaisseau. Chef de file, L'homme qui est le premier d'une file de soldats, soit à pied, soit à cheval. En termes de Marine, il se dit du Vaisseau qui est le premier de la ligne de bataille, qui tient la tête de l'armée navale. Il se dit figurément de Celui sous la conduite de qui on se place. Chef de division, Celui qui est à la tête de tous les employés d'une division, dans un Ministère, dans une administration. On dit dans un sens analogue Chef, sous-chef de bureau, et aussi Chef de service. Chef d'atelier, Celui qui dirige les travaux d'un atelier dans une manufacture. Chef de gare, Celui qui dirige une gare. Chef de train, Celui qui a la responsabilité de la marche d'un train. Chef d'orchestre, Celui qui dirige un orchestre. Chef de musique, L'officier qui dirige une musique de régiment. Chef d'attaque, Musicien chargé de conduire les chanteurs qui, dans un chœur, chantent la même partie. Chef d'emploi se dit, en termes de Théâtre, par opposition à Double et signifie Le plus ancien des acteurs qui remplissent les rôles d'un même emploi. Chef de claque, Celui qui donne le signal des applaudissements aux claqueurs. Chef de cuisine, d'office, ou absolument Chef, désigne le Cuisinier principal qui a les autres sous ses ordres. Par apposition, il s'emploie quelquefois comme une sorte d'adjectif. Maréchal des logis chef. Adjudant chef. Gardien chef.

EN CHEF, loc. adv. En qualité de chef. Commander une armée en chef. Ces deux généraux avaient commandé en chef. Général en chef. Commandant en chef. Ingénieur en chef. Être en chef dans une affaire, En avoir la principale direction. Greffier en chef, Le premier greffier dans une cour de justice, dans un tribunal.

CHEF signifiait primitivement Tête. Voyez COUVRE-CHEF. Il se dit encore, dans cette acception ancienne, à propos des Reliques. Le chef de saint Jean. Le chef de saint Denis. En termes de Blason,

CHEF désigne la Pièce qui est au haut de l'écu et qui en occupe le tiers. Par extension, en termes d'Arts, Le chef d'une étoffe, Le bout par lequel on en a commencé la fabrication. En parlant de Biens, d'héritages, de successions : De son chef, De son côté, par soi-même. Il a tant de bien de son chef. Succéder de son chef ou par représentation. On dit aussi Du chef de quelqu'un, Comme exerçant les droits de quelqu'un. Il a eu cette terre du chef de sa femme. Ils vinrent à la succession du chef de leur père. De son chef signifie aussi De sa tête, de son propre mouvement, de son autorité privée. Il a fait cela de son chef, sans en avoir reçu l'ordre. Je n'avance point cela de mon chef. Cet auteur ne dit rien de son chef. Il signifie encore Article, point principal. Chef d'accusation. Les chefs d'une accusation. Les divers chefs d'une loi. Les principaux chefs d'une demande. Sa doctrine se réduisait à trois chefs. En termes d'ancienne Jurisprudence criminelle, Crime de lèse-majesté au premier chef, Attentat, conspiration contre la personne du Prince. Crime de lèse-majesté au second chef, Attentat contre l'autorité du Prince ou contre l'intérêt de l'État. La fausse monnaie, l'intelligence avec les ennemis est un crime de lèse-majesté au second chef.

Littré (1872-1877)

CHEF (chèf ; au pluriel l's ne se lie pas : les chèf et les soldats ; cependant quelques-uns lient : les chèf-z et les soldats) s. m.
  • 1Tête. Le chef de saint Jean-Baptiste. Et que peut plus un corps dont le chef est à bas ? Rotrou, St Gen. V, 2. Je veille sur les miens, mes soucis les conservent, Comme le chef a soin des membres qui le servent, Corneille, Cid, II, 7. Le corps n'est non plus vivant sans le chef que le chef sans le corps, Pascal, Pensées, II, 17. Et son chef couronné De cent fleurs de lis d'or, Régnier, Épit. I. C'est sous cette croix terrible qu'elle baisse son chef sacré, Massillon, Car. Passion. La marque effroyable de royauté dont on l'a couronné déchire son chef auguste, Massillon, ib. L'onction fut répandue sur son chef sacré, Massillon, Or. fun. Villeroy. Le chef orné de longs cheveux en tresses, Voltaire, Ingénu, 1. Je creusai à mon général une fosse profonde, j'y réunis le tronc et le chef de Maurice, Chateaubriand, Mart. 230.

    Par mon chef, sorte de jurement autrefois en usage et qui, signifiant par ma tête, exprime qu'on met sa tête pour garant. Par mon chef, c'est un siècle étrange que le nôtre, Molière, l'Étour. I, 6.

    Par extension, tête de bétail. Il avait deux cents chefs de brebis. Il est vieux.

  • 2Principal. Abbaye chef d'ordre, ou, simplement, chef d'ordre, la principale maison de l'ordre, celle dont les autres dépendent.

    Terme de marine. Chef d'eau, synonyme de haute ou pleine mer.

  • 3Premier ancêtre. Le chef de la famille des Montmorency. Ma famille eut pour chef Un des fils de Pépin le Bref, Béranger, Carab.

    Chef de famille, celui qui tient le premier rang dans une famille. Ce jeune homme, ayant des frères et des sœurs plus jeunes que lui, est devenu, par la mort de son père, chef de famille.

    Chef du nom et des armes ou chef de nom et d'armes, celui qui est le premier de la branche aînée d'une grande famille.

    Terme de jurisprudence. Du chef, d'où un droit procède. Venir à une succession de son chef. Il a tant de biens du chef de son père. Il a eu cette terre du chef de sa femme. Notre prince a des dépendants, Qui, de leur chef, sont si puissants, Que chacun d'eux pourrait soudoyer une armée, La Fontaine, Fabl. I, 12. De son chef il ne devait rien, Bossuet, I, Pass. 1. Les enfants sont de leur chef associés à son droit, Rousseau, Écon. 3.

    De son chef, de son propre mouvement, de son autorité privée. J'ai été voir de mon chef M. de Lamoignon, Sévigné, 492. Vous m'écrivez de votre chef au coin du feu, Sévigné, 104. Monsieur, je vous respecte trop pour vous rien dire de mon chef qui vous déplaise, Regnard, Sérénade, 16. Il met de son chef des règles à tout ce qui nous est prescrit, Montesquieu, Esp. IV, 2. Au lieu de vous dire de mon chef ce que je pense, Rousseau, Ém. IV.

  • 4Celui qui est à la tête, qui dirige ou commande. Le pape est le chef de l'Église. Les chefs des douze tribus. Ces mutins ont pour chefs les gens de Laodice, Corneille, Nicom. V, 3. Elle avait encore gagné un maire de Londres dont le crédit était grand, et plusieurs autres chefs de la faction, Bossuet, Reine d'Anglet. L'homme de la nature est le chef et le roi, Boileau, Sat. VIII. Ils n'attendent qu'un chef contre la tyrannie, Racine, Mithr. III, 1. Je le fis nommer chef de vingt rois ses rivaux, Racine, Iph. III, 6. C'est [Benoît XIV] le pape des savants ; or les savants ne peuvent rien faire de mieux que d'avoir pour leur chef celui qui l'est de l'Église, Montesquieu, Correspond. 49.

    Le chef du jury, nom donné par extension à celui qui est désigné le premier pour faire partie du jury et qui doit porter la parole pour dire oui ou non.

    Chef, en parlant d'une femme. En mémoire de cet événement [l'affaire du Pruth], il voulut que la czarine instituât l'ordre de Ste-Catherine dont elle serait chef et où il n'entrerait que des femmes, Fontenelle, Czar Pierre.

  • 5Général d'armée. Il est du devoir d'un bon chef… C'est ce qu'a vu notre siècle ; et, ce qui est encore plus grand, il a vu un roi se servir de ces deux grands chefs [Condé et Turenne], et profiter du secours du ciel, Bossuet, Louis de Bourbon. De là vient ce parfait concert qui fait agir les armées comme un seul corps, ou, pour parler avec l'Écriture, comme un seul homme ; pourquoi comme un seul homme ? parce que, sous un même chef qui connaît et les soldats et les chefs comme ses bras et ses mains, tout est également vif et mesuré, Bossuet, ib.

    Les officiers des différents grades. Obéir à ses chefs. Cette ardeur qui des chefs passe aux moindres soldats Anime tous les cœurs, fait agir tous les bras, Corneille, Les victoires du roi.

    Chef de corps, colonel dans l'infanterie, chef de bataillon dans les chasseurs de Vincennes, etc. Le ministre enjoint aux chefs de corps…

    Chef d'escadron, de bataillon, officier qui commande un escadron, un bataillon.

    Chef de poste, celui qui commande un poste.

    Chef d'escadre, autrefois officier supérieur de marine qu'on nomme aujourd'hui contre-amiral.

  • 6 Terme d'artillerie. Chef de pièce, l'artilleur qui dirige la manœuvre d'une pièce et qui la pointe.
  • 7Chef de file, l'homme qui est le premier d'une file de gens de guerre à pied ou à cheval.

    Terme de marine. Le vaisseau qui est le premier de la ligne de bataille, qui tient la tête de l'armée.

    Fig. Chef de file, meneur. C'est lui qui est le chef de file de tous ces gens-là.

  • 8 Terme d'administration. Chef de division, de bureau, celui qui dirige le travail des employés d'une division, d'un bureau.

    Anciennement, chef de pont, synonyme de chableur.

  • 9Dans l'industrie, chef d'atelier, celui qui dirige les travaux d'un atelier.

    Chef industriel, chef d'industrie, chef d'un grand établissement industriel.

    Terme de corderie. Chef de roue, celui qui conduit la roue.

  • 10Au théâtre, chef d'emploi, celui qui remplit en chef les rôles de même caractère.

    Chef d'orchestre, celui qui dirige un orchestre.

    Chef d'attaque, musicien chargé de conduire les chanteurs qui, dans un chœur, chantent la même partie. Les chefs d'attaque marquent les entrées.

  • 11Dans les choses de la bouche, chef d'office, de cuisine, et, absolument, chef, celui qui préside à l'office, à la cuisine.

    Dans quelques cours, chef de gobelet, chef de fruiterie, le principal officier du gobelet, de la fruiterie.

  • 12En chef, loc. adv. En qualité de chef. Ingénieur en chef. Ayant commandé des armées en chef, Sévigné, 134.

    Être, travailler en chef dans une affaire, avoir la principale direction.

  • 13Article, division, point en discussion. J'ai réduit ce grand sujet à trois chefs, Bossuet, Aumône, 4. On peut classer la littérature sous ces trois chefs principaux : philosophie, histoire, éloquence, Chateaubriand, Génie, III, II, 1. Ces lois avaient plusieurs chefs et l'on en connaît trente-cinq, Montesquieu, Espr. XXIII, 21. Les chefs d'une requête, Patru, Plaid. 4, dans RICHELET. Voilà comme il parle sur tous ces chefs, et c'est sur quoi je m'imagine qu'il croit avoir le pouvoir de résister à la grâce, Pascal, Prov. 18. Si l'ambassadeur est lésé dans quelques chefs qui ont été réglés, La Bruyère, X. Elle n'approuvait pas la réformation d'Édouard en tous ses chefs, Bossuet, Var. 10. Ils vivaient sous la foi des anciennes prophéties qu'ils avaient vues s'accomplir si précisément à leurs yeux en tant de chefs, Bossuet, Hist. II, 5. Il y a grande apparence que vous gagnerez un chef de votre procès, Voltaire, Dial. 2.
  • 14Point d'accusation. L'accusation se réduisait à deux chefs, Bossuet, Conc. L'auteur ne dit rien sur ce dernier chef d'accusation, Bossuet, Préf. Un de leurs plus grands chefs d'accusation et où ils insistaient le plus était celui-ci…, Pascal, Prov. 19.

    Crime de lèse-majesté au premier chef, attentat, conspiration contre la personne du prince. Crime de lèse-majesté au second chef, attentat contre l'autorité du prince ou contre l'intérêt de l'État. Les crimes de lèse-majesté au premier chef, Pascal, Prov. 14. Dans le cas du crime de lèse-majesté au premier chef, Montesquieu, Espr. V, 15.

    Fig. Attaquer ce préjugé, crime de lèse-majesté au premier chef, Diderot, Princ. de polit. 58.

  • 15 Terme de manufacture. La tête d'une étoffe, le bout par lequel on a commencé à la fabriquer.

    Terme de chirurgie. Les chefs d'une bande, les bouts, les extrémités de la bande.

    Fig. Venir à chef, venir à bout… aucun d'eux ne put venir à chef De son dessein, La Fontaine, Rém. Jean Chatel n'a pas mis à chef son entreprise, Voltaire, Mœurs, 174. Il pense mettre à chef quelque belle entreprise, Régnier, Sat. IX. Cette tournure a vieilli, et venir à bout la remplace généralement.

  • 16Morceau de pâte réservé pour servir de levain.

    Côte à pic d'une carrière.

    La partie du devant d'un bateau.

  • 17 Terme de pêche. Chef de brême, brême rouge.
  • 18 En termes de blason, le chef est une pièce honorable qui occupe le tiers le plus haut de l'écu. La qualité en est déterminée par quelque autre mot, comme chef palé, chef bandé, etc.

HISTORIQUE

Xe s. Ad une spede [il] li roveret [commanda] tolir lo chief [tête], Eulalie. Un edre [lierre] sore sen cheve, Fragm. de Valenc. p. 468.

XIe s. Assez est miex qu'il i perdent les chefs [têtes], Ch. de Rol. III. Dist l'archevesque : je irai, par mon chef [par ma tête] ! ib. LXII. Je lui toldrai la courone du chef, ib. CLXXXIX. Et si [il] chevauche au premier chef davant, ib. CCXXX.

XIIe s. Au chef [sommet] d'une montagne, Ronc. p. 1. Clina son chief, ib. p. 7. En chief [tête] li lacent un haume poitevin, Ronc. p. 50. D'un chief en autre [de bout en bout] [il] lui a fraite [la targe] et croisie, ib. p. 58. Si chevauchez au primer chef devant, ib. p. 131. Les chez floris, mainte barbe i ont blance, ib. p. 134. Et son col blanc, son chief blond et luisant, Couci, V. À chief de tour [après tout] foloient li plus sage, Quesnes, Romancero, p. 86. Li uns consoille l'autre à quel chef pourront traire [à quelle fin ils pourront arriver], Sax. XXX. Il n'en venront à chief, mes cuers le senefie [l'annonce], ib. XXXII. E Adam e li clerc nen unt chief se deu nun, Th. le mart, 32. Bien vaigniés, dame, ce li a dit li rois. Diex vos saut, sire, dist la dame au chief blois, Raoul de C. 265.

XIIIe s. Perdue avoit la veue par une plaie qu'il avoit eue el chief, Villehardouin, XL. Adonc pristrent un parlement au chief [à la fin] du mois à Soissons, Villehardouin, XXV. Tel couronne [elle] ot ou chief, qui mout lui atalente, Berte, X. Dort la roïne Berte, sous son chief une pierre, ib. X. Ce fu par un lundi, au chief de la semaine, ib. L. Ains que de ceste chose à bon chief [nous] ne venons, ib. LXXVII. Par la lance saint Jacques ! dist li rois, fai ent çou qu'il te plaist : mais je croi que tu n'en venras à cief ; car Englois sont traïtour et felon, Ch. de Rains, 154. Et avint que Miles li esleus de Biauvais qui estoit ciés d'eaus [eux], s'en vot revenir en Franche, ib. 103. Mès le sens, qui le vuet acquerre, Tant cum il puet vivre sor terre, Fait à son mestre compaignie, Et miex vaut au chief [bout] de sa vie Qu'il ne fist au commencement, la Rose, 8364. À chief de piece [à la fin], ib. 2301. Nus ne vit onques nului qui en uzast, qui en venist onques à bon quief, Beaumanoir, XI, 26. Et cil afere fust renvoiez de chief au roi, por ce qu'il ne fust pas prové que le conseil à l'autre fust requis en tens convenable, Liv. de just. 48. Le chief seignor dou reiaume de Jerusalem peut fié [fief] doner dou demaine de sa seignorie, Ass. de J. I, 215. Quant il se retournoit et veoit que les Turs estoient entrés par l'autre chief [bout], il leur recouroit sus l'espée au poing et les en chaçoit, Joinville, 251. Le roy et nous alames jusques au chief [au bout] du courtil, Joinville, 285. Au chief de IX jours, les cors de nos gens que il avoient tuez vindrent au desus de l'yaue, Joinville, 235. Babyloine [le Caire] estoit le chief [la capitale] de tout le royaume d'Egypte, Joinville, 219. Le mestre s'agenoilla et tendit le chief de son mantel au roy, et abandonna au roy quanque il avoient à prenre pour s'amende, tele comme il la voudroit deviser [régler], Joinville, 268.

XVe s. Je la reprendrai [la chevauchée du duc de Lancastre] où je la laissai, car j'ai grand desir de la continuer et mettre à chef et conter comment elle se fit, Froissart, II, III, 82. Quand le duc d'Anjou vit qu'il n'en viendroit point à chef, Froissart, II, II, 20. Mais que vous me promettez que du corps mal ne lui ferez. Par mon chef, dit le comte, nennil, Froissart, I, I, 151. À nud chef, et la hart au col [Eustache de St-Pierre], Froissart, I, I, 321. Un escu d'azur à un chef d'argent, Froissart, I, I, 34. Sa banniere [du sénéchal de Carcassonne] qui estoit de gueules à un chef d'argent et à deux demi chevrons au chef, Froissart, I, I, 137. Or avint que, au chef de deux jours, ce tourment [tempête] cessa, Froissart, I, I, 18. Londres qui est le chef d'Angleterre, Froissart, I, I, 23. [Les chevaliers envoyés pour reconnaître les morts rapportent au roi] que onze chefs de princes estoient demeurés sur la place, Froissart, I, I, 295. Je tiens amans pour folz, ne leur desplaise, De travailler sans riens mener à chef, Orléans, Rondeau. Lequel sembloit aussi bien prince et grant chief de guerre comme nul autre que veisse, Commines, I, 6. À chef de piece [à la fin], ce desiré jour fut assigné, Louis XI, Nouv. I. Je ne doute pas que je n'en vienne bien à chef, Louis XI, ib. III. Elle lui va dire, de chef en chef et de bout en bout, tout le fait, Louis XI, ib. XI. Lors lui va conter, de chef en bout, l'avertissement et conseil, Louis XI, ib. XXVI.

XVIe s. Ce dist Paris : je suys le chef de France, Marot, J. V, 246. Comme si le chef et principal de toutes vertus eust esté, Calvin, Instit. 171. Pour aller veoir Jesus Christ nostre chef, Marot, I, 274. Ou si au chef lui trouvez attaché Chappeau de fleurs, qu'il luy soit arraché, Marot, I, 362. Et n'est doctrine escripte, ne verballe, Qu'un vrai poete au chef ne deust avoir, Marot, II, 169. Si luy a dit à chef de temps ainsi : Que cherches-tu en ce palais icy ? Marot, IV, 58. Ce jour premier fut la cause et le chef Et de la mort, et de tout le meschef, Du Bellay, J. IV, 11, recto. Un qui veit à chef de piece [à la fin] un sien esclave fuitif qui le suivit, La Boétie, 307. Le chef [commandant] d'une place assiegée, Montaigne, I, 23. Celuy qui debvoit conduire l'entreprinse à chef, estoit…, Montaigne, I, 127. Chrysippus et Zenon, chefs de la secte stoïcque, Montaigne, I, 240. Xantippus feit enterrer son chien sur un chef [cap] en la coste de la mer qui en a depuis retenu le nom, Montaigne, II, 135. De respondre à un propos où il y eust plusieurs divers chefs, il n'est pas en ma puissance, Montaigne, III, 54. Sur cette route, au chef [bout] de chasque journée, il y a de beaux palais, Montaigne, IV, 26. Leurs lieutenants leur ont mis à chef de grandes entreprinses, Montaigne, III, 90. Finablement, ayant conduit l'œuvre totale à chef, Amyot, Épît. Par le denombrement du peuple il fut trouvé cent trente mille chefz contribuans, en ce non compris les enfants orphelins ni les femmes vefves, Amyot, Publ. 23. Au long du port de Piroee à venir de devers le chef [cap] de Alcimus, Amyot, Thém. 58. Ce lieu estoit fatalement destiné pour estre une fois le chef de toute l'Italie, Amyot, Cam. 54. Les longs cheveux de ton beau chef doré, Amyot, Flamin. 25. Pendant qu'il avoit esté seul en chef capitaine, Amyot, Nicias, 38. Peu de jours après se presenta devant le chef [cap] de Caux trente cinq navires anglesches, Du Bellay, M. 595. La ligature ou bande retentrice se fait quelques fois avec un chef, ou avec plusieurs, Paré, VII, 5.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHEF. Ajoutez :
5Le commandant d'un escadron est un capitaine en premier ; le chef d'escadrons commande deux escadrons.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHEF, s. m. c’est proprement la partie de la tête qui seroit coupée par un plan horisontal qui passeroit au-dessus des sourcils. C’est dans l’homme la plus élevée ; aussi le chef a-t-il différentes acceptions figurées, relatives à la forme de cette partie, à sa situation, à sa fonction dans le corps humain. Ainsi on dit le chef d’une troupe ; le chef d’une piece d’étoffe, &c. Voyez ci-après les principales de ces acceptions.

Chef, (Jurisprud.) Ce terme a dans cette matiere plusieurs significations différentes, selon les autres termes auxquels il se trouve joint. Nous allons les expliquer par ordre alphabétique.

Chef d’accusation, c’est un des objets de la plainte. On compte autant de chefs d’accusation que la plainte contient d’objets ou de délits différens imputés à l’accusé.

Chef d’un arrêt, sentence, ou autre jugement, est une des parties du dispositif du jugement qui ordonne quelque chose que l’on peut considérer séparément du reste du dispositif. On dit ordinairement tot capita tot judicia, c’est-à-dire que chaque chef est considéré en particulier comme si c’étoit un jugement séparé des autres chefs ; de sorte que l’on peut exécuter un ou plusieurs chefs d’un jugement, & appeller des autres du même jugement, pourvû qu’en exécutant le jugement en certains chefs, on se soit réservé d’en appeller aux chefs qui font préjudice.

Chef-cens, est le premier & principal cens imposé par le seigneur direct & censier de l’héritage, lors de la premiere concession qu’il en a faite, & qui se paye en signe & reconnoissance de la directe seigneurie. On l’appelle chef-cens, quasi capitalis census, pour le distinguer du sur-cens & des rentes seigneuriales qui ont été imposées en sus du cens, soit lors de la même concession, ou dans une nouvelle concession, lorsque l’héritage est rentré dans la main du seigneur.

Le chef-cens emporte lods & ventes ; au lieu que le surcens, ni les rentes seigneuriales, n’emportent point lods & ventes, lorsqu’il est dû un chef-cens, la directe seigneurie de l’héritage étant en ce cas attachée particulierement au chef-cens.

La coûtume de Paris, art. 357. en parlant du premier cens l’appelle chef-cens, & dit que pour tel cens il n’est besoin de s’opposer au decret ; & la raison est, que comme il n’y a point de terre sans seigneur, on n’est point présumé ignorer que l’héritage doit être chargé du cens ordinaire, qui est le chef-cens.

Dans tous les anciens titres & praticiens, le cens ordinaire n’est pas nommé autrement que chef-cens, capitalis census. Voyez in donat. belgic. lib. I. cap. xviij. Il est dit dans un titre de l’évêché de Paris de l’an 1306, chart. 2. fol. 99. & 100. sub retentione omnis capitalis census. La charte d’Enguerrand de Coucy, sur la paix de la Fere, de l’an 1207, dit de fundo terræ & capitali. Dans plusieurs chartulaires, on trouve chevage pour chef cens. Et à la fin des coûtumes de Montdidier, Roye, & Peronne, on trouve aussi quevage, qui signifie la même chose, ce qui vient de quief ou kief, qui en idiome picard signifie seigneur censier. Voyez Brodeau, sur le tit. ij. de la coûtume de Paris, n. 15.

Chef de contestation, se dit de ce qui fait un des objets de contestation.

Chef, crime de lese-majesté au premier chef, est celui qui attaque la Majesté divine ; du second chef, c’est le crime de celui qui attente quelque chose contre la vie du Roi ; & au troisieme chef, c’est lorsqu’on attente quelque chose contre l’état, comme une conspiration ; tel est aussi le crime de fausse monnoie. On distingue ces crimes par premier, second, & troisieme chef, parce que les peines en sont reglées par différens chefs des reglemens. L’ordonnance de 1670, tit. j. art : 11. a consacré ce terme, en disant que le crime de lese-majesté en tous ses chefs est un cas royal. Voyez la confér. de Guénois, dans ses notes sur le titre du crime de lese-majesté.

Chef de demande, signifie un des objets d’une demande déjà formée en justice, ou que l’on se propose de former. Chaque chef de demande fait ordinairement un article séparé dans les conclusions de l’exploit ou de la requête ; cependant quelquefois les conclusions englobent à la fois plusieurs objets. Les affaires qu’on appelle de petits commissaires, font celles où il y a trois chefs de demande ; & les affaires de grands commissaires, celles où il y a au moins six chefs de demande au fond.

Chef de l’edit, premier & second chef de l’édit ou de l’édit des présidiaux : on entend par-là les deux dispositions de l’édit du mois de Janvier 1551, portant création des présidiaux. Le premier chef de cet édit est que les présidiaux peuvent juger définitivement par jûgement dernier & sans appel, jusqu’à la somme de 250 liv. pour une fois payer, & jusqu’à dix liv. de rente ou revenu annuel, & aux dépens à quelque somme qu’ils puissent monter. Le deuxieme chef de l’édit est qu’ils peuvent juger par provision en baillant caution, jusqu’à 500 livres en principal, & jusqu’à 20 livres de rente ou revenu annuel, & aux dépens à quelque somme qu’ils puissent monter, & en ce dernier cas l’appel peut être interjetté en la cour ; de sorte néanmoins qu’il n’a aucun effet suspensif, mais seulement dévolutif. On appelle une sentence au premier ou au second chef de l’édit, celle qui est dans le cas du premier ou second chef de l’édit. V. Edit des Présidiaux & l’article Présidiaux.

On se sert aussi des termes de premier & second chef, pour exprimer les deux dispositions de l’édit des secondes nôces. Voyez Edit des secondes noces & l’article Secondes noces.

Chef, (greffier en) voyez Greffier en chef.

Chef d’hommage, en Poitou, est la même chose que principal manoir ou chef-lieu, c’est-à-dire le lieu où les vassaux sont tenus d’aller porter la foi. Voy. la cout. de Poitou, art. 130 & 142. & Boucheul, ibid. Gloss. de Lauriere, au mot chef.

Chef d’hosties ou hostises, que l’on a dit aussi par corruption ostizes & ostiches, ne signifie pas un seigneur chef d’hotel ou chef de sa maison, comme on le suppose dans le dictionnaire de Trevoux au mot chef ; il signifie seigneur censier ou foncier, du mot chef qui signifie seigneur, & d’hostizes qui signifie habitation, tenement, terre tenue en censive. On en trouve plusieurs exemples dans les anciens titres & dans les anciens auteurs. Beaumanoir, chap. iij. des contremans, art. 26. dit que ostiches sont terres tenues en censive : c’est aussi de-là qu’a été nommé le droit d’ostize ou hostize, dont il est parlé en l’art 40. de la coûtume de Blois ; & c’est ainsi qu’on le trouve expliqué dans le traité du franc-aleu de Galland, ch. vj. de l’origine des droits seigneuriaux, p. 86. & 87. & dans le gloss. de M. de Lauriere, aux mots hostes & ostizes. Pontanus, art. 40. de la coûtume de Blois, verbo ostiziæ, p. 219. dit que c’est le devoir annuel d’une poule due par l’hôte ou le sujet au seigneur, pour son foüage & tenement ; car anciennement on comptoit quelquefois le nombre de feux par hostes ou chefs de famille, hospites, & du terme hoste on a fait hostize. Dans le petit cartulaire de l’évêché de Paris, qui étoit ci-devant en la bibliotheque de MM. Dupuy, & est présentement en celle du Roi ; on trouve fol. 51., un titre de Odo évêque de Paris, de l’an 1199, qui porte Terram nostram de Marnâ, in quâ nemus olim fuisse dignoscitur, ad hostisias dedimus & ad censum, tali modo quod qualibet hostisia habebit octo arpennos terra cultibilis, & unum arpennum ad herbergagium faciendum ; de illo autem arpenno in quo erit herbergagium, reddetur annuatim nobis, vel episcopo Parisiensi qui pro tempore fuerit, in nativitate beatæ Mariæ, unus sextarius avenæ ; in festo sancti Remigii, sex denarii Parisienses censuales ; & de singulis verò arpennis, in prædicto festo sancti Remigii, sex denarii censuales. Dans un autre titre du même Odo de l’an 1203, fol. 60. il est dit : Pro hostisiâ quæ fuit Guillelmi de Mondon, &c. V. Brodeau sur Paris, tit. des censives, n. 8.

Chef-lieu, est le principal lieu d’une seigneurie, où les vassaux sont obligés d’aller rendre la foi & hommage, & de porter leur aveu & dénombrement, & où les censitaires sont obligés d’aller porter les cens & passer déclaration. Le chef-lieu est ordinairement le château & principal manoir de la seigneurie : mais dans des endroits où il n’y a point de château, c’est quelquefois une ferme qui est le chef-lieu ; quelquefois c’est seulement une vieille tour ruinée : dans quelques seigneuries où il n’y a aucun château ni manoir, le chef-lieu est seulement une piece de terre choisie à cet effet, sur laquelle les vassaux sont obligés de se transporter pour faire la foi & hommage. Le chef-lieu appartient à l’aîné par préciput, comme tenant lieu du château & principal manoir. Voyez Aînesse, Préciput, Principal Manoir. Voyez l’auteur des notes sur Artois, pp. 86. 353. 362. Dans la coûtume du comté de Hainaut, la ville de Mons qui en est la capitale est appellée le chef-lieu. A Valenciennes, & dans quelques autres coûtumes des Pays-bas, ce terme de chef-lieu se prend pour la banlieue. Voyez Doutreman, en son hist. de Valencien. part. II. ch. jv. p. 279. & 280. Enfin il signifie encore la principale maison d’un ordre régulier ou hospitalier, ou autre ordre composé de plusieurs maisons : par exemple, la commanderie magistrale de Boigny près Orléans, est le chef-lieu de l’ordre royal, militaire & hospitalier de S. Lazare.

Chef-mets ou Chef-mois, (Jurispr.) en quelques coûtumes, est le principal manoir de la succession, comme en Normandie. Voyez aussi la coûtume de Surene, art. iij. Voyez le mot Mex. (A)

Chef du nom & armes, dans les familles nobles, est l’aîné ou descendant de l’aîné, qui a droit de porter les armes pleines, & de conserver les titres d’honneur qui concernent sa maison.

Chef-d’ordre, est la principale maison d’un ordre régulier ou hospitalier, celle dont toutes les autres maisons du même ordre dépendent, & où se tient le chapitre général de l’ordre. Les abbayes chefs-d’ordre sont toutes régulieres, telles que Cluny, Prémontré, Citeaux, &c. L’art. 3. de l’ordonnance de Blois veut qu’à l’égard des abbayes & monasteres qui sont chefs-d’ordre, comme Cluny, Citeaux, Prémontré, Grammont, le Val-des-Ecoliers, S. Antoine de Viennois, la Trinité dite des Mathurins, le Val-des-Choux, & ceux auxquels le droit & privilége d’élection a été conservé, & semblablement ès abbayes de Pontigny, la Ferté, Clairvaux, & Morimont, qu’on appelle les quatre premieres filles de Citeaux ; il y soit pourvû par élection des religieux profès desdits monasteres, suivant la forme des saints decrets & constitutions canoniques. Voyez ci-dev. au mot Chef-lieu, vers la fin.

Chef-seigneur, (Jurisp.) ce terme a différentes significations, selon les coutumes ; dans quelques-unes il signifie le seigneur suzerain ; dans d’autres il signifie tout seigneur féodal, soit suzerain ou simple seigneur censier ou foncier. Par l’art. 166. de la coûtume de Normandie, le chef-seigneur est celui seulement qui possede par foi & par hommage, & qui à cause dudit fief tombe en garde ; & comme tout fief noble est tenu par foi & hommage & tombe en garde, il s’ensuit que quiconque possede un fief noble est chef-seigneur, à l’exception des gens d’église, parce qu’ils ne tombent point en garde à cause de leurs fiefs nobles. Il suit aussi de cet article que tout chef-seigneur ne releve pas immédiatement du Roi, parce que cet article ne demande pas que le possesseur de fief tombe en garde royale, mais seulement en garde ; ce qui peut convenir à la garde seigneuriale comme à la garde royale. Voyez les coûtumes de Ponthicu, art. 110. Anjou, 201. & suiv. Maine, 216. & suiv. Norman. anc. ch. xjv. xxxjv. xxxvj. Et liv. I. de l’établissem. pour les prevôtés de Paris & d’Orléans. Le grand coûtum. liv. il. ch. xxvj. & liv. IV. ch. v. Galland, du franc-aleu, p. 78. Gloss. de Lauriete, au mot chef-seigneur.

Chef de sens, se dit d’une ville principale qui est en droit de donner avis aux autres villes & lieux d’un ordre inférieur qui lui sont soûmises : par exemple, la ville de Valenciennes est chef de sens de son territoire. Voyez les articles 145. & 146. de cette coûtume.

Chef d’une sentence, voyez ci-devant Chef d’un arrêt, sentence, &c. (A)

Chef d’escadre, (Marine.) c’est un officier général de la Marine, qui commande une escadre ou une division dans une armée navale : son rang répond à celui de maréchal de camp sur terre, avec lequel il roule lorsqu’ils se trouvent ensemble. La marque distinctive du chef d’escadre à la mer, est la cornette qui lui sert de pavillon. Voy. Cornette.

Le chef d’escadre, en l’absence du lieutenant général de la Marine, fait les mêmes fonctions, soit à la mer soit dans les ports. Voyez à l’article Lieutenant général.

Les chefs d’escadre ont séance & voix délibérative dans le conseil de guerre, chacun suivant leur ancienneté.

Autrefois en France on divisoit la marine du roi en six escadres, sous les titres de Poitou, de Normandie, de Picardie, de Provence, de Guienne, & de Languedoc ; mais cette division n’a plus lieu, & le nombre des chefs d’escadre n’est pas limité : actuellement il y en a quatorze en France. (Z)

Chef d’Académie, (Manege.) est un écuyer qui tient une académie, où il enseigne à monter à cheval. Voyez Académie. (V)

* Chef, s. m. (Blason.) se dit de la partie supérieure de l’écu, mais plus ordinairement d’une de ses parties honorables, celle qui se place au haut, & qui doit avoir le tiers de sa hauteur : elle peut être ou échiquetée, ou emmanchée, ou dentée, ou herminée, ou losangée, &c. Voyez ces mots.

Le chef est abaissé, quand la couleur du champ le détache du bord supérieur de l’écu, le surmonte & le retrécit ; surmonté, quand il est détaché par une autre couleur que celle du champ ; bandé, quand il a une bande ; chevronné, quand il a un chevron ; palé, quand il a un pal, &c. (Voyez Bande, Chevron, Pal, &c.) ; cousu, quand il est de couleur ; retrait, quand il a perdu une partie de sa hauteur ; soûtenu, quand il n’y a que les deux tiers de sa hauteur au-dessus de l’écu, & que le tiers inférieur est d’un autre émail. Voy. le Dictionn. de Trév.

* Chef, couper en chef, expression usitée dans les carrieres d’ardoise Voyez l’article Ardoise.

* Chef, (Boulang.) se dit du moreeau de levain plus ou moins gros, selon le besoin qu’on prévoit, pris sur celui de la derniere tournée, pour servir à la sournée suivante. Voyez Pain.

* Chef, (Coffret.) ce terme est, chez ces ouvriers, synonyme à brin ou à bout : ainsi quand il leur est ordonné de coudre les ourlets & trépointes des malles & autres semblables ouvrages à deux chefs de ficelle neuve & poissée, cela signifie à deux bouts ou à deux brins de ficelle, &c. Ainsi le chef n’est ni la ficelle simple, ni la double ficelle ; c’est un brin ou un bout de la ficelle double.

* Chef, (Manufact. en soie, en laine, & en toile.) c’est la premere partie ourdie, celle qui s’enveloppe immédiatement sur l’ensuple de devant, & qui servira de manteau à la piece entiere quand elle sera finie. Le chef des pieces en toile est plus gros que le reste ; celui des ouvrages en laine & en soie ne doit être ni plus mauvais ni meilleur, à moins que l’espece d’étoffe qu’on travaille ne demande qu’on trame plus gros, afin d’avoir en commençant plus de corps, & de résister mieux à la premiere fatigue de l’ourdissage. Les pieces de toile, de laine & de soie, s’entament par la queue, & le chef est toûjours le dernier morceau que l’on vend : la raison en est simple ; c’est que c’est au chef que sont placées les marques, qui indiquant le fabriquant, la qualité de la marchandise, celle de la teinture, la visite des gardes & inspecteurs, l’aunage, &c. ne doivent jamais disparoître.

* Chef, (Œconom. rustiq.) terme synonyme à piece ; ainsi on dit cent chefs de volaille, pour dire cent pieces de volaille. Il s’applique aussi aux bêtes à cornes & à laine, quand on fait le dénombrement de ce qu’on en a ou de ce qu’on en vend ; cent chefs de bêtes à cornes, cent chefs de bêtes à laine. Le mot chef ne s’employe cependant guere que quand la collection est un peu considérable, & l’on ne dira jamais deux chefs de bêtes à cornes.

Chef, terme de riviere ; c’est ainsi qu’on appelle la partie du devant d’un bateau foncet.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « chef »

Berry, ché ; wallon, chîf ; di chif à cowe, de chef en queue, du commencement à la fin ; provenç. cap ; espagn. xefe, chef ; cabo, bout ; ital. capo ; du latin caput, tête. Dans le vieux français, nominatif singulier, chés ou chiés ; régime, chef.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Cas régime, en ancien français, de chiés, chief, du latin caput (« tête »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chef »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chef ʃɛf

Évolution historique de l’usage du mot « chef »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chef »

  • Le chef du troupeau est un animal comme les autres. De Ani
  • Une armée qui élit son chef est déclarée rebelle. De Saint-Just
  • Agissez. Faites de votre vie un chef-d'oeuvre. De Anthony Robbins
  • Un chef écoute les avis d’un imbécile. De Proverbe mongol
  • Le changement de chef fait la joie des sots. De Proverbe roumain
  • Le seul chef-d'oeuvre, c'est vivre. De Gilbert Cesbron / Journal sans date
  • Le meilleur gouvernement est celui d'un seul chef. De Saint Thomas d’Aquin / Somme théologique
  • Comme chef de l'État, deux choses lui* avaient manqué : qu'il fût un chef ; qu'il y eût un État. Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, le Salut , Plon
  • On ne doit pas être soudain à juger les intentions de ces grands Chefs, car ils ont des considérations que l'effet découvre par après être autres que beaucoup n'eussent cuidé*. François de La Noue dit Bras de Fer, Discours politiques et militaires
  • Quand il fait chaud en quelque lieu, si le chef n'y va ou pour le moins quelque homme signalé, le reste ne va que d'une fesse et gronde qu'on les envoie à la mort. Blaise de Lasseran de Massencome, seigneur de Monluc, Commentaires, VII
  • Les hommes qui ont changé l'univers n'y sont jamais parvenus en gagnant des chefs ; mais toujours en remuant des masses. Napoléon Ier, Cité par Las Cases dans le Mémorial de Sainte-Hélène
  • Le chef ne s'occupe pas des vétilles. Anonyme,
  • Avoir trop de chefs ne vaut rien : qu'un seul soit chef, qu'un seul soit roi. Homère, L'Iliade, II, 204-205 (traduction P. Mazon)
  • Celui qui se conduit vraiment en chef ne prend pas part à l'action. LaoziLao-tseu, Tao-tö-king, LXVIII
  • Branler du chef n’est pas inconvenant. De José Artur
  • Un chef, c’est fait pour cheffer. De Jacques Chirac / Le Figaro Magazine - 20 Juin 1992
  • Au chef, il faut des hommes et aux hommes, un chef. De Proverbe africain
  • Il est plus facile de changer de chef que de faire changer le chef. De François Proust / Maximes à l’usage des dirigés et de leurs dirigeants
  • Quand les cons voleront, tu sera chef d'escadrille. De Anonyme
  • Tout chef politique doit avoir l'instinct du tueur ! De Françoise Giroud / La comédie du pouvoir
  • Toujours le chef est seul en face du mauvais destin. De Charles de Gaulle / Mémoires de guerre
  • Lorsqu'on craint les hommes, autant devenir leur chef ! De Jean Simard / Mon fils pourtant heureux
  • Le pari "lunaire" est un peu risqué pour un chef qui est au sommet de sa carrière et de la reconnaissance, mais l’Argentin qui est arrivé en France à l’âge de 25 ans et avait tout à prouver sait comment décrocher la lune. , Le chef du "meilleur restaurant du monde" fait un pari lunaire - La Libre
  • Peut-être Kabund se rappelle-t-il ce message envoyé à un lieutenant de Joseph Kabila quelques jours plus tôt. Selon plusieurs sources, le président par intérim de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) y reprochait à l’ancien chef de l’État de faire de l’ombre à son successeur en paradant dans son 4×4 sous les applaudissements de la foule. Ce SMS aurait-il précipité sa chute ? JeuneAfrique.com, RDC : Kabila, chef un jour, chef toujours ? – Jeune Afrique
  • Le chef de l’opposition malawite, Lazarus Chakwera, a remporté le scrutin présidentiel disputé mardi face au sortant, Peter Mutharika, dont la réélection en 2019 avait été annulée en raison de fraudes, a annoncé, samedi 27 juin, la commission électorale (MEC). Le Monde.fr, Le chef de l’opposition remporte le scrutin présidentiel au Malawi
  • Le chef de l’Etat conservateur sortant est arrivé en tête du premier tour de l'élection présidentielle dimanche en Pologne. Andrzej Duda s’opposera au candidat libéral lors du second tour le 12 juillet. , Pologne : Le chef de l’Etat sortant arrive en tête du premier tour de la présidentielle
  • Pas le mood pour aller au resto ce soir mais par contre une envie tenaillante de pâtes ? On a la solution, enfin, pas nous : le chef de l’Osteria Romana, Filippo La Vecchia qui propose un kit Carbonara pour préparer ses célèbres « pasta ». , Pour des carbonara gourmandes comme celles du chef Filippo La Vecchia - La Libre

Images d'illustration du mot « chef »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chef »

Langue Traduction
Anglais chief
Espagnol jefe
Italien capo
Allemand leiter
Portugais chefe
Source : Google Translate API

Synonymes de « chef »

Source : synonymes de chef sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chef »

Chef

Retour au sommaire ➦

Partager