La langue française

Bouffon, bouffonne

Sommaire

  • Définitions du mot bouffon, bouffonne
  • Étymologie de « bouffon »
  • Phonétique de « bouffon »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bouffon »
  • Citations contenant le mot « bouffon »
  • Traductions du mot « bouffon »
  • Synonymes de « bouffon »
  • Antonymes de « bouffon »

Définitions du mot bouffon, bouffonne

Trésor de la Langue Française informatisé

BOUFFON, ONNE, adj. et subst.

I.− Emploi subst.
A.− Vx. Comédien qui joue la farce, la pantomime. Il fut aussi [Molière], dit-on, élève de Scaramouche, le bouffon italien (Léautaud, Le Théâtre de Maurice Boissard,t. 1, 1926, p. 141).
P. ext. Bouffon de cirque, de foire :
1. Les actions comiques sont des gestes seulement et ne veulent jamais tromper personne; aussi personne ne plaindra Géronte dans son sac, et bâtonné par Scapin, ni le Médecin malgré lui, pas plus qu'on ne plaint le bouffon de cirque des faux soufflets qu'il reçoit. Alain, Système des beaux-arts,1920, p. 163.
B.− Personnage à l'apparence le plus souvent grotesque attaché à la personne d'un roi ou d'un haut personnage, chargé de l'amuser par ses facéties ou ses moqueries à l'égard de la cour. Bouffon de cour, du gouverneur, du pacha :
2. ... pour un bouffon la métaphore risquée est de droit et (...) le propre d'un fou de cour, c'est de dire çà et là des choses étranges et folles par l'expression, vraies et sages par la pensée. Hugo, Correspondance,1839, p. 569.
C.− P. ext. et au fig.
1. Personne qui aime à faire rire la compagnie :
3. Par la suite, le personnage de Wasselin ne laissa pas de l'amuser. « C'est un bouffon, disait père avec un mépris souriant. Il est insupportable, mais impayable. » G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Notaire du Havre, 1933, p. 82.
En partic. Auteur spécialisé dans le comique de bas étage :
4. Venu après Molière, Larivey aurait sans doute égalé Regnard, et il ne fut que le premier des bouffons. Sainte-Beuve, Tabl. hist. et crit. de la poésie fr. et du théâtre fr. au XVIes.,1828, p. 233.
2. Souvent péj. Rustre, homme sans délicatesse. On parle d'un plat bouffon, d'un homme sans délicatesse, sans aucune considération (Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 2, 1812, p. 302).
De même. Servir de bouffon. Faire rire à ses dépens.
Rem. S'emploie plus rarement au fém. Perse reconnaissait dans Eglé, la bouffonne / Qui se barbouille avec des mûres (Hugo, La Légende des siècles, Des idylles, t. 4, 1877, p. 800). De même faire la bouffonne, une petite bouffonne.
II.− Emploi adj.
A.− Qui provoque le rire par son côté comique, généralement peu délicat ou ridicule.
1. [En parlant d'une pers., de son expr.] Notre grand homme était, dans ce moment, bouffon à force de pontifier... (E. et J. de Goncourt, Journal,1892, p. 315).
SYNT. Un bouffon personnage; un entrain, un esprit, un humour, un sérieux bouffon; la fantaisie, la gaîté, l'humeur, l'ironie, la joie, la mine, la verve bouffonne.
2. [En parlant d'une chose]
a) Synon. de burlesque, cocasse, comique, grotesque :
5. ... il [le chanoine] faisait un recueil de toutes les anecdotes bouffonnes, mais chastes, qu'il avait pu récolter dans sa tournée : une espèce de dictionnaire de la gaieté ou d'encyclopédie du rire à l'usage de la famille et des voisins. Lamartine, Les Confidences,1849, p. 331.
[En parlant d'une œuvre littér. ou artistique] Qui est du genre bouffon.
P. ell., emploi subst. Le bouffon :
6. On y disait très nettement que le romantisme n'était autre chose que l'alliance du fou et du sérieux, du grotesque et du terrible, du bouffon et de l'horrible, autrement dit, si vous l'aimez mieux, de la comédie et de la tragédie. Musset, Lettres de Dupuis et Cotonet,1836, p. 661.
SYNT. Une anecdote, un couplet, un discours, une image, une pièce, une plaisanterie, une satire, un style, un vaudeville bouffon(ne); une grandiloquence, une solennité bouffonne; expr. je trouve cela bouffon; c'est bouffon; cf. également afféteries ex. 11 et amuseur ex. 2.
b) Incompatible avec la réalité. Synon. extravagant, invraisemblable :
7. Un snobisme particulier aux Français (...) englobe sous le nom de cette province [les Flandres] à peu près imaginaire tout un capharnaüm d'erreurs historiques, géographiques et artistiques assez bouffonnes. Toulet, Notes sur l'art,1920, p. 89.
SYNT. Une affaire, une erreur, une idée, une proposition, une situation bouffonne; en arriver à un degré bouffon, à des proportions bouffonnes.
B.− Plus rarement. Synon. de bouffe, par réf. à opéra bouffe.Musique bouffonne, théâtre bouffon; le livret d'un opéra bouffon (Stendhal, De l'Amour,1822, p. 299).
P. ell. Les Bouffons. Le théâtre bouffon. Avoir une loge aux Bouffons, aller aux Bouffons, je ne renouvellerai ni ma loge à l'Opéra, ni aux Bouffons (Balzac, Correspondance,1835, p. 629).
Rem. 1. Nombreuses autres attest. chez Balzac (Physiologie du mariage, éd. pré-originale, 1826, p. 118; La Peau de chagrin, 1831, p. 83 et Le Père Goriot, 1835, p. 44); chez J.-J. Ampère (Correspondance [avec Mmede Récamier], 1827, p. 455); Delécluze (Journal, 1825, p. 132, 167); Jouy (L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 3, 1813, p. 187); Mmede Staël, (Lettres de jeunesse, 1789, p. 281). 2. On rencontre dans les dict. gén. le subst. masc. bouffonneur, synon. de bouffon* I B, attesté avec les mentions suiv. : ,,v. lang.`` dans Ac. Compl. 1842, ,,autrefois`` dans Besch. 1845 et Lar. 19e, sans mention partic. dans Littré, ,,inus.`` dans Guérin 1892, ,,vieilli`` dans Nouv. Lar. ill., ,,vx`` dans Lar. 20eet sans mention partic. dans Quillet 1965.
PRONONC. ET ORTH. : [bufɔ ̃], fém. [-ɔn]. Enq. : /bufõ/. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. boufon avec un seul f.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Subst. « personnage dont le rôle est de faire rire » a) 1530 buffon au théâtre (C. Marot, Coll. d'Erasme, l'abbé et la femme sçavantes, fo6 vo, éd. s.d. dans Gdf. Compl.); av. 1560 bouffon (Du Bellay, VI, 40 vodans Littré); b) 1549 à la cour (H. Estienne, Dial. I, 84 dans Sar., p. 11); av. 1614 bouffon du roy (Brantôme, XII, 56, ibid.); 2. id. 1611 « celui qui cherche à faire rire » (Cotgr.); p. ext. 1694 « celui qui fait rire à ses dépens » servir de bouffon (Ac.); 3. 1680 adj. « gaillard, plaisant » (Rich.); emploi subst. « le genre bouffon » (Boil., Art Poét. I, 93). Empr. à l'ital. buffone attesté dans Batt. au sens 1 b dep. la 2emoitié du xiiies.; au sens 1 a dans T. Campanella [1568-1639]; au sens 2 dep. 1483; emploi adj. dep. 1659, ibid. L'ital. buffone est dér. de la racine onomatopéique buff- qui exprime le gonflement des joues, v. bouffer; cf. lat. médiév. bufo « railleur, diseur de bons mots », 2emoitié xiiies. Bertholdus Ratisbonensis dans Mittellat. W. s.v., 1605, 60.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 503. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 931, b) 936; xxes. : a) 600, b) 480.
BBG. − Hagnauer 1968, p. 130. − Hope 1971, p. 166, 169. − Sar. 1920, p. 11. − Wind 1928, p. 122, 183, 206.

Wiktionnaire

Adjectif

bouffon \bu.fɔ̃\ masculin

  1. (Histoire) Qualifie un genre théâtral du Moyen Âge.
    • Le drame bouffon, la farce, appartiennent plus en propre au moyen-âge, mais encore ici il y a un certain rapport de filiation entre les acteurs des tréteaux du moyen-âge et les derniers histrions de l’antiquité. — (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des Deux Mondes, tome 19, 1839)
  2. Qui fait rire par extrême ridicule.
    • La veulerie des hommes de ce temps fut si grande que parfois la substitution du nouveau personnel à l’ancien prenait des allures bouffonnes. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. V, La Grève générale politique, 1908, p. 237)
    • L’humanité n’est pas simple, il faut en prendre son parti ; et toute tentative de simplification, d’unification, de réduction par le dehors sera toujours odieuse, ruineuse et sinistrement bouffonne. — (André Gide, Nouveaux Prétextes, 1910)
    • Feydeau raconte les bouffonnes exigences de la Censure théâtrale qui, par exemple, lui fait remplacer par un civil, dans une de ces pièces, un général péruvien. — (Michel Corday, L’Envers de la guerre : journal inédit 1914–1916, Flammarion, 1932, p. 151)
  3. Qualifie ce qui est comique dans les ouvrages de l’esprit.
    • Le genre, le style bouffon.

Nom commun

bouffon \bu.fɔ̃\ masculin (pour une femme on dit : bouffonne)

  1. (Histoire) Personnage dont la fonction était d’amuser la cour des nobles.
    • C’était à cette partie du bonnet de Wamba que l’on avait cousu les sonnettes, et cette circonstance, aussi bien que la forme de sa coiffure et l’expression moitié folle, moitié futile de sa figure, servait à le désigner comme appartenant à la classe des bouffons domestiques, ou railleurs, qu’on nourrissait dans les maisons des riches pour chasser l’ennui de ces heures languissantes qu’ils étaient obligés de passer dans leurs châteaux. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Vieilli) Personnage de théâtre dont l’emploi est de faire rire.
    • […] la pauvre désolée ne trouvait plus rien qui l’égayât. En vain avait-on mandé des quatre coins du monde les plus fameux baladins, bateleurs, bouffons, turlupins, pîtres, grimaciers, grotesques et farceurs. — (Charles Deulin, « Les Trentes-Six Rencontres de Jean du Gogué », in Cambrinus et autres Contes, XIXe siècle)
  3. (Par extension) (Péjoratif) (Par dénigrement) Personne qui prend à tâche de faire rire.
    • Cet acteur est un bouffon assez amusant.
    • C’est un excellent bouffon.
    • Faire le personnage de bouffon.
    • Il se plaît à faire le bouffon.
  4. (Injurieux) (Péjoratif) Personne stupide ou ridicule.
    • […] et Noémie ne cessa de chuchoter des nouvelles sérieuses ou fantaisistes qu'elle avait rapportées de Marseille. Une cité de barjaqueurs, de bouffons, de chapacans, de farfantiers, de glandouilleurs et autres bidonasses. — (Jean Anglade, La soupe à la fourchette, Paris : le Grand livre du mois, 1994, chap. 10)
    • N'importe quel clampin de bistrot, d'aède de comptoir a plus de talent et de sensibilité que ces bavasseurs glumeux, ces bouffons de l'art officiel, castrats du sérail de la bien-pensance, créatures de la gauche culturellement proprette. — (Eugène Durif, Sale temps pour les vivants, Éditions Flammarion, 2001, p. 17)
    • J’avais fait le poireau de neuf heures du matin jusqu'à dix heures, avant que l'autre bouffon de dealer s'amène. Je l'imaginais qui devait prendre son petit déj’ peinard pendant que je me pelais le jonc à l’attendre. — (Éric Maravélias, La faux soyeuse, Éditions Gallimard, 2016)
  5. (Par ellipse) Genre, style bouffon, en parlant des ouvrages de l’esprit.
    • Le bouffon.
  6. Peut désigner un fou aux échecs.
  7. (Belgique) (Familier) Gourmand, personne qui ne pense qu’à manger.
    • Quel bouffon ! Tu viens de te taper trois sandwiches et t’as encore la dalle !

Forme d’adjectif

bouffonne \bu.fɔn\

  1. Féminin singulier de bouffon.

Nom commun

bouffonne \bu.fɔn\ féminin (pour un homme on dit : bouffon)

  1. (Histoire) Personnage dont la fonction était d’amuser la cour des nobles.
  2. (Vieilli) Personnage de théâtre dont l’emploi est de faire rire.
  3. (Injurieux) (Péjoratif) Personne stupide ou ridicule.

Forme de verbe

bouffonne \bu.fɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bouffonner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bouffonner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe bouffonner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe bouffonner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe bouffonner.

Forme d’adjectif

bouffonne \bu.fɔn\

  1. Féminin singulier de bouffon.

Nom commun

bouffonne \bu.fɔn\ féminin (pour un homme on dit : bouffon)

  1. (Histoire) Personnage dont la fonction était d’amuser la cour des nobles.
  2. (Vieilli) Personnage de théâtre dont l’emploi est de faire rire.
  3. (Injurieux) (Péjoratif) Personne stupide ou ridicule.

Forme de verbe

bouffonne \bu.fɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bouffonner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bouffonner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe bouffonner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe bouffonner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe bouffonner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOUFFON. n. m.
Personnage de théâtre dont l'emploi est de faire rire. On le dit, par extension et par dénigrement, d'un Homme qui prend à tâche de faire rire. Cet acteur est un bouffon assez amusant. C'est un excellent bouffon. Faire le personnage de bouffon. Il se plaît à faire le bouffon. Un mauvais, un insipide bouffon. On l'emploie aussi au féminin. Faire la bouffonne. C'est une petite bouffonne. Servir de bouffon, Être dans quelque société un objet de moquerie, de risée. Je vois bien, dit-il, que je sers ici de bouffon. On dit de même, Je ne prétends pas être votre bouffon. Suis-je donc votre bouffon? Il s'emploie aussi comme adjectif. C'est un personnage bouffon. Avoir la mine bouffonne, l'humeur bouffonne. Discours bouffon. Style bouffon. Aventure bouffonne. Cela est bouffon, très bouffon. On dit aussi, en parlant des Ouvrages de l'esprit, Le genre, le style bouffon et, par ellipse, Le bouffon.

Littré (1872-1877)

BOUFFON (bou-fon) s. m.
  • 1Personnage de théâtre dont l'emploi est de faire rire. Cet acteur est un bouffon assez amusant. Le bouffon du roi.

    Fig. Un auteur dont les plaisanteries sont quelquefois excessives. Si Horace est le premier des faiseurs de bonnes épîtres, Rabelais, quand il est bon, est le premier des bons bouffons, Voltaire, Lettr. Mme du Deffant, 12 avril 1760.

  • 2 Par dénigrement, celui qui cherche à amuser par ses plaisanteries. Il se plaît à faire le bouffon.

    Servir de bouffon, être un objet de moquerie.

    Au féminin, une bouffonne. C'est une petite bouffonne.

HISTORIQUE

XVIe s. Les propos de tous ces beuveurs, Que vous avez, buffons, baveurs, Vous font-ils frenatique [fou] ? Marot, IV, 165. C'est à ce mestier là que des biens on amasse, Non à celui des vers, où moins y a d'acquet Qu'au mestier d'un bouffon ou celui d'un naquet [homme de rien], Du Bellay, J. VI, 40, verso. La bouffonne [plaisante] Atrie, D'Aubigné, Hist. II, 337.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BOUFFON, s. m. (Hist. anc. & littér.) comédien, farceur qui divertit le public par ses plaisanteries ; qui fait & qui dit des quolibets pour faire rire les spectateurs, & attraper de l’argent. Voyez Mime, Pantomime, Burlesque.

Ménage après Saumaise, dérive ce mot de buffo. On nommoit ainsi en latin ceux qui paroissoient sur le théatre avec les joues enflées pour recevoir des soufflets ; afin que le coup fît plus de bruit, & excitât davantage à rire les spectateurs. Quelques-uns dérivent ce mot d’une fête qui fut instituée dans l’Attique par le Roi Erechtée, à l’occasion d’un sacrificateur nommé Buphon, lequel après avoir immolé le premier bœuf sur l’autel de Jupiter Polyen, ou gardien de la ville, s’enfuit sans aucun sujet si soudainement, qu’on ne put ni l’arrêter, ni le trouver. La hache & les autres ustensiles du sacrifice furent mis entre les mains des juges, pour leur faire leur procès : les juges déclarerent la hache criminelle & le reste innocent. Toutes les autres années suivantes on fit le sacrifice de la même sorte. Le sacrificateur s’enfuyoit comme le premier, & la hache étoit condamnée par des juges. Comme cette cérémonie & ce jugement étoient tout-à-fait burlesques, on a appellé depuis bouffons & bouffonneries toutes les autres momeries & farces qu’on a trouvées ridicules. Cette histoire est rapportée dans Cælius Rhodiginus, lib. VIII. c. vj. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bouffon »

(1530) Emprunté à l’italien buffone, de buffa (« plaisanterie »), du radical *buff- (« gonflement des joues »).
(Belgique) De bouffer, au sens de « manger ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ital. buffone, de buffare, railler, proprement bouffer (voy. ce mot) ; parce que celui qui dit des bouffonneries dit des choses que l'on compare au bruit qui s'entend quand on bouffe ou souffle, et, plus probablement, parce que l'art des bouffons consistait anciennement à faire des grimaces, dont la plus fréquente était de grossir ses joues.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bouffon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bouffon bufɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « bouffon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bouffon »

  • La vie est bouffonne si on ne la supporte pas à deux. De René Chicoine / Circuit 29
  • Dans une dispute il y a deux bouffons ; dès que l’un cède, les deux y trouvent leur compte. De Proverbe chinois
  • Les moralistes sont toujours bouffons, et souvent comiques quand on regarde ce qu’ils sont eux-mêmes. De Paul Léautaud / Journal littéraire
  • J'ai eu une quarantaine de procès, j'ai été expulsé de la télévision publique, j'ai risqué de perdre un oeil lors d'une manifestation... C'est le prix que paie le bouffon, celui qui dit la vérité. De Dario Fo / L'Express 26 janvier 2006
  • J'ai toujours été..., en italien on dit "un topo"... un rat, oui, un rat de bibliothèque, engloutissant toutes les lectures ­possibles, de la littérature à la tradition populaire, des clowns aux bouffons de la commedia dell'arte De Dario Fo / Le Monde des livres, 5 juin 2015
  • Jean-Marie Bigard "bouffon" : Elie Semoun fracasse ses ambitions politiques ! Public.fr, Jean-Marie Bigard "bouffon" : Elie Semoun fracasse ses ambitions politiques !
  • Un des trois piliers du monde devenu le bouffon d'une putain. William Shakespeare, Antoine et Cléopâtre, I, 1, Philon Antony and Cleopatra, I, 1, Philon
  • Que d'éternelles et incurables douleurs dans la gaieté d'un bouffon ! Quel lugubre métier que le rire ! De Victor Hugo / Choses vues
  • Un bouffon est un sage qui a découvert très jeune que savoir rire de soi, c'est commencer à se découvrir. De Maurice Robert Lalonde / Ailleurs est en ce monde
  • Voici donc la mélodie, vénéneuse et bouffonne, de la chair exhibée, offerte, captée. L’indécence des corps tordus, défaits, cambrés, remodelés, traversés. L’illumination de la fièvre, de la débauche, du débordement. De Guy Scarpetta
  • Mais ce qui a changé dans cette version 2019, c’est la langue - ou les langues - pour coller à la réalité biennoise. "La particularité c'est le multilinguisme, c'est une sorte de marque de fabrique", souligne Pascale Güdel qui tient le rôle de la bouffonne. "Ce n'est pas la première fois que l'on voit des spectacles bilingues ici. Tout le monde sait un petit peu les deux langues, ça permet de mettre les communautés ensemble." rts.ch, "Bouffon", farce médiévale bilingue jouée à Nidau jusqu'à mi-septembre - rts.ch - Berne
  • Entre vestiges polluants de la guerre froide, convoitises énergétiques ou stratégiques et, bien sûr, réchauffement climatique, sommes-nous en train de perdre le Nord ? Ses habitants, humains et non humains, ne l’ont-ils pas déjà perdu ? Le monde arctique n’est-il plus qu’une marchandise à saisir avant liquidation, comme le suggère l’initiative bouffonne du président Trump, acquéreur potentiel du Groenland ?La fascination est ancienne pour le monde hyperboréen, cette terre d’aventure. Mais l’aventure elle-même a changé de sens. Nos « passions polaires » n’ont plus grand-chose à voir avec celles des explorateurs d’antan. C’est ce que nous enseignent les analyses et les témoignages des modernes voyageurs, anthropologues, écrivains, cinéastes, qui partent aujourd’hui vers le Pôle. Non pour le « découvrir » ou l’arpenter, mais pour recueillir la leçon de ceux qui l’habitent, témoigner du désastre écologique, s’y perdre – et parfois y renaître. , Critique n° 875 : "Perdre le Nord ? Passions polaires"
  • « J’ai totalement mal interprété un précédent tweet, ce qui m’a menée à me conduire en bouffonne. Désolée Nicki Minaj et Cardi B si vous en entendez parler. Je peux continuer à vous aimer toutes les deux », a-t-elle répondu. , Sofia Vergara et Joe Manganiello fêtent leurs six ans de mariage... Sia s'excuse d'avoir confondu Cardi B et Nicki Minaj...
  • Voici donc la mélodie, vénéneuse et bouffonne, de la chair exhibée, offerte, captée. L’indécence des corps tordus, défaits, cambrés, remodelés, traversés. L’illumination de la fièvre, de la débauche, du débordement. De Guy Scarpetta
  • La vie est bouffonne si on ne la supporte pas à deux. De René Chicoine / Circuit 29
  • Un des trois piliers du monde devenu le bouffon d'une putain. William Shakespeare, Antoine et Cléopâtre, I, 1, Philon Antony and Cleopatra, I, 1, Philon
  • Le bouffon est historiquement un « fol » qui fait rire le roi et rire du roi. Fol naturel, véritable faible d’esprit, ou fol professionnel dont le métier est de faire rire. Beaucoup furent célèbres, comme Triboulet, qui amusa Louis XII et François Ier et inspira le Rigoletto de Verdi. Rendons ici hommage à un grand bouffon contemporain qui vient de s’éteindre, Guy Bedos, dont la verve n’épargnait personne et qui, comme ses illustres prédécesseurs, faisait rire – parfois jaune – les présidents et fut l’ami d’au moins un, François Mitterrand. Témoignage Chrétien, Tragiques bouffons - Témoignage Chrétien
  • 18 sculptures et 100 dessins de Léopold Chauveau sont présentés au musée d’Orsay pour plonger les visiteurs dans un monde fantastiques peuplé de créatures  hybrides, maladroites et  attachantes. Parallèlement à son activité de médecin, embrassée par obligation familiale mais qu’il n’apprécie guère, Léopold Chauveau s’est réfugié en autodidacte dans un univers artistique étrange, aussi singulier qu’original.  Il s’initie à la sculpture vers 1905 et  modèle essentiellement des monstres  toujours empêtrés, surpris d’être de ce monde. Avec son regard de chirurgien, il invente des mécanismes physiques  improbables, bancales, des postures étranges. Certaines créatures rappellent un peu les gargouilles  médiévales, d’autres semblent avoir subi des influences japonaises.  En dessin, Léopold Chauveau  adopte un trait synthétique, précis et incisif pour représenter ses personnages dans un style naïf, dans des décors simplifiés mais explicites. À partir des années 1920, il imagine des paysages monstrueux : étendues antédiluviennes et désertiques où évoluent des monstres  biomorphes  qui se plient à des activités étranges. Il a aussi illustré de grands classiques- L’Ancien et le Nouveau Testament, les Fables de La Fontaine- dont il a parfois revisité le texte comme pour le Roman de Renard. Il a également crée des histoires fantastiques d’animaux et d’enfants. Au début des années 1930,  il manifeste son antifascisme dans le récit illustré, Le Bouffon Babriot, qui conte avec humour noir, la montée  sur le trône d’un bouffon doté de bon sens, qui renverse la hiérarchie militaire et prône la paix. Et toutes ces réalisations sont exposées et explicitées, dans l’exposition du musée d’Orsay. , L’expo de la semaine : « Au pays des monstres »
  • Parlons d’un sujet politique délicat : Jean-Marie Bigard. Les fines gueules diront que ça ne sent pas le jasmin. Et pourtant, depuis que ce bougre a reçu un coup de fil de Sa Majesté Monsieur le Président de la République Emmanuel Macron, la gueule dudit Bigard s’est installée dans les médias et réseaux sociaux, au point que certains esprits pétulants suggèrent qu’il pourrait être candidat à la présidentielle. "Candidat du peuple, candidat anti-élites", rien que ça ! Loin de moi de la jouer bégueule. Au centième Ricard, on peut très bien rire à ses bouffonneries, y trouver cette part de bon sens qui jaunit le fond des verres. Entre copains – et pour peu que les copines se soient retirées dans un coin pour causer fringues –, on peut même s’esclaffer à la gaudriolerie et au machisme lourdingue qui fait les bons Gaulois (j’arrête sous peine de m’attirer les foudres castratrices de Miss Foresti). ladepeche.fr, Bigard, l’anti-élites - ladepeche.fr
  • En musique une blanche vaut deux noires … Hamilton, ton futur combat est là … et l’excision ? Hamilton, tu n’en penses rien? … bouffon F1only.fr - l'actu de la F1 en 2020, F1 - Lewis Hamilton est très remonté contre Helmut Marko [MAJ] | F1only.fr - l'actu de la F1 en 2020
  • Il serait même aisé de tirer quatre ou cinq conclusions solides : des convenances débilitantes ; une médiocrité spirituelle ; une bourgeoisie bouffonne, une disposition à la courtisanerie ; un manichéisme total. Si l’on observe en profondeur, on se rend compte que les mêmes forces d’inertie, qui agissent depuis longtemps sur le corps social et l’exposent à tous les jougs, continuent leur travail de sape, en s’emparant de la technologie. Il faut y voir clair. Si l’on regarde les choses de près, qu’est-ce qui fait tendance ? Un vieil esprit, au fond réactionnaire. En examinant les forces qui nous modèlent, nous parvenons à comprendre notre mouvement en tant que peuple. Nos ressorts psychologiques. Et ainsi, pouvons-nous répondre à cette question : pourquoi sommes-nous dans une situation sociale si mauvaise ? SenePlus, LE SANG ANONYME | SenePlus

Traductions du mot « bouffon »

Langue Traduction
Anglais buffoon
Espagnol bufón
Italien buffone
Allemand narr
Portugais palhaço
Source : Google Translate API

Synonymes de « bouffon »

Source : synonymes de bouffon sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bouffon »

Partager