La langue française

Pleurard, pleurarde

Définitions du mot « pleurard, pleurarde »

Trésor de la Langue Française informatisé

PLEURARD, -ARDE, subst. et adj.

Fam. et péj.
A. − Subst. et adj. (Celui, celle) qui pleure ou pleurniche sans cesse, qui se lamente ou se plaint à tout propos. Synon. chialeur (pop.), geignard, pleurnicheur, pleurnichard.−Oui, mademoiselle; quand je suis allée m'informer ce matin pourquoi il ne venait pas, ce vieux pleurard m'a dit: Je ne peux pas me lever, j'ai mal partout (Kock, Pucelle, 1834, p.263).Le dimanche, elle avait un petit frère pleurard à traîner dans les toujours mêmes rues aux boutiques fermées (Romains, Hommes bonne vol., 1939, p.126):
. Quatre-vingt-treize est bien mort, il n'y a plus de républicains. Maintenant, les hommes d'en haut sont des avocats pleurards; les hommes d'en bas, des voyous faisant de la casse politique, brisant tout dans un état, comme dans la maison où ils entrent en gardes nationaux. Goncourt, Journal, 1870, p.691.
B. − Adjectif
1. [En parlant des attitudes, des expressions, du comportement de qqn] Qui exprime l'affliction, qui cherche à susciter la compassion. Synon. plaintif, geignard.Intonation, face pleurarde; oeil, visage pleurard. [Henriette] s'était docilement résignée à épouser cet homme de cinquante ans, vigoureux, débrouillard, autoritaire, à la mine pleurarde, qui l'adorait (L. Daudet, Songe, 1920, p.219).Il ne reprit conscience qu'au bruit de ses pas dans le vestibule −bruit qui, au premier étage, déclencha un gémissement; une voix pleurarde et ensommeillée appela Cadette (Mauriac, Baiser Lépreux, 1922, p.153).Il perd contenance et ses grosses lèvres s'avancent d'un air pleurard. Puis il baisse la tête et regarde une dizaine de cartes postales sans dire mot (Sartre, Nausée, 1938, p.54).
2. P. anal. [En parlant d'une sonorité, d'une ligne mélodique] Qui rappelle le gémissement plaintif des pleurs. On entendait les sons pleurards de l'orgue de Barbarie, arrivant par bouffées, avec le vent (Moselly, Terres lorr., 1907, p.44).
3. P. anal. [En parlant d'une chose, en partic. d'un vêtement] Qui a une apparence miséreuse, lamentable. Son châle à franges maigres et pleurardes semblait couvrir un squelette, tant les formes qu'il cachait étaient anguleuses (Balzac, Goriot, 1835, p.18).
C. − Adj., au fig.
1. [En parlant d'un créateur, d'une oeuvre artist., d'une production littér.] Qui cherche par des moyens faciles à susciter l'émotion, qui traite de sujets larmoyants. Style pleurard. La race ridicule des incompris, des poëtes pleurards dont la muse a toujours les yeux rouges et les cheveux mal peignés (Murger, Scènes vie boh., 1851, p.9).J'ai pour ces Hugo, ces Lamartine la plus respectueuse admiration, une admiration que je voudrais dire filiale, mais ils n'obligent pas ma raison. Ils sont de grandes forces sentimentales. Je ne les admire pas s'ils deviennent de grandes forces pleurardes (Barrès, Cahiers, t.6, 1908, p.334).
2. [En parlant d'une idée, d'un sentiment] Qui est empreint de sensiblerie, larmoyant. Nous ne voudrions pas frotter nos habits à leurs haillons, notre ennui tranquille à leur tristesse pleurarde et bête (Vallès, Réfract., 1865, p.8).La sentimentalité pleurarde, dont il faisait étalage, ne ressemblait en rien au sentiment (Gyp, Raté, 1891, p.150).
Prononc. et Orth.: [ploeʀa:ʀ], fém. [-aʀd]. Att. ds Ac. dep. 1835 (1835 et 1878 au masc.). Étymol. et Hist. 1552 (Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, chap.21, p.116). Dér. de pleurer*; suff. -ard*. Fréq. abs. littér.: 65.

Wiktionnaire

Adjectif

pleurard \plœ.ʁaʁ\ ou \plø.ʁaʁ\

  1. Qui marque une lamentation.
    • Il fait tant d’embarras, continuait le vieux d’une voix pleurarde, qu’il n’y a rien à faire avec lui. — (Léon Tolstoï, Maître et Serviteur, 1895 ; traduit du russe par Boris de Schlœzer, p. 127)
    • « Moi, je l’aimais, vous m’entendez, je l’aimais. »
      Était-ce son ton pleurard ou sa demi-ivresse ? Ce subit aveu me glaça de honte.
      — (Marcel Arland, Terre natale, 1938, réédition Le Livre de Poche, page 168)
    • Coiffé d’un haut-de-forme et vêtu d’un costume noir qui lui donnait l’allure d’une sorte de croque-mort, les yeux pleurards, le nez morveux, il tenait à la main une chandelle prête à s’éteindre et toute coulante. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 32.)
    • [...] ; ce fut Ringo qui dit d'un ton pleurard : « Bon Dieu, Bayard ! C'est toute l'armée ! » — (William Faulkner, L'Invaincu, trad. René-Noël Raimbault & Charles-P. Vorce, éd. Gallimard, 1949, rééd. Folio, p. 34)

Nom commun

pleurard \plœ.ʁaʁ\ ou \plø.ʁaʁ\ masculin (pour une femme on dit : pleurarde)

  1. (Familier) Celui qui pleure à tout propos et souvent sans motif.
    • C’est un ennuyeux pleurard.
    • Il y a des grâces d’état pour les jolis garçons ; mais moi, un grand pleurard ! — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 130)

Nom commun

pleurarde \plœ.ʁaʁd\ féminin

  1. Personne (de sexe féminin) qui pleure à tout propos et souvent sans motif (équivalent féminin de pleurard).

Forme d’adjectif

pleurarde \plœ.ʁaʁd\

  1. Féminin singulier de pleurard.

Nom commun

pleurarde \plœ.ʁaʁd\ féminin

  1. Personne (de sexe féminin) qui pleure à tout propos et souvent sans motif (équivalent féminin de pleurard).

Forme d’adjectif

pleurarde \plœ.ʁaʁd\

  1. Féminin singulier de pleurard.

Nom commun

pleurarde \plœ.ʁaʁd\ féminin

  1. Personne (de sexe féminin) qui pleure à tout propos et souvent sans motif (équivalent féminin de pleurard).

Forme d’adjectif

pleurarde \plœ.ʁaʁd\

  1. Féminin singulier de pleurard.

Nom commun

pleurarde \plœ.ʁaʁd\ féminin

  1. Personne (de sexe féminin) qui pleure à tout propos et souvent sans motif (équivalent féminin de pleurard).

Forme d’adjectif

pleurarde \plœ.ʁaʁd\

  1. Féminin singulier de pleurard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PLEURARD, ARDE. n.
Celui, celle qui pleure à tout propos et souvent sans motif. C'est un ennuyeux pleurard. Il s'emploie aussi adjectivement. Un ton pleurard.

Littré (1872-1877)

PLEURARD (pleu-rar ; le d ne se prononce pas et ne se lie pas : un pleu-rar ennuyeux) s. m.
  • Celui qui pleure, se plaint, gémit souvent et sans sujet. Voilà bien du train pour un pot de fleurs ! combien te faut-il, pleurard, avec ta giroflée ? Beaumarchais, Mar. de Fig. II, 21.

HISTORIQUE

XVIe s. Viens icy nous aider, grand veau plourart, Rabelais, IV, 21. Aultrement ce seroit une armée de medecins et de pleurars, Montaigne, I, 90.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pleurard »

(Siècle à préciser) Mot dérivé de pleur avec le suffixe -ard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pleurer ; wallon, plorâ, pleuraû.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « pleurard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pleurard plœrar

Citations contenant le mot « pleurard »

  • Maud Crayon travaille dans un cabinet d'architecte parisien. Son patron, odieux, ne lui a jamais signé de contrat, ce qui ne l'empêche pas de la rudoyer sans cesse, et de la sous-payer. Séparée d'un mari bon à rien, Martial, qui l'a plaquée pour une autre, elle ne lui ouvre pas moins son lit quand il déboule, pleurard, parce que sa Sybille lui fait la tête. Mais elle ne peut jamais compter sur lui quand son travail l'empêche de rentrer à temps pour s'occuper de leurs deux enfants, pré-adolescents, dont elle a la garde. Bref, Maud est une femme délicieuse, mais plus qu'un peu déboussolée, qui ne sait vraiment pas se défendre. Déjà submergée sous les problèmes, elle est sur le point de craquer en se découvrant, en plus, enceinte d'un troisième enfant, conséquence de sa faiblesse envers son ex. C'est le moment que choisit le destin pour faire basculer sa carrière : à la suite d'une sorte de tour de magie et d'un incroyable quiproquo, une maquette conçue en une nuit pour un projet banlieusard d'aire de jeux pour enfants est choisie par la Mairie de Paris pour le réaménagement du parvis de la cathédrale Notre-Dame. Voilà Maud sacrée grande gagnante d'un concours très médiatique, et responsable d'un chantier au budget pharaonique. Son patron change d'attitude, les journalistes ne la quittent plus. Parmi eux, à sa grande surprise, elle découvre un ancien amour de jeunesse, Bacchus, toujours très séduisant. De plus en plus écartelée sur le plan sentimental, la fragile quadra se noie dans l'ampleur d'un projet qui la dépasse, au milieu d'un cénacle d'édiles et de collègues tous aussi snobs que surexcités. Résultat : un projet d'un modernisme avant-gardiste vaguement surréaliste qui fait pousser des hurlements à toute la presse et envoie, sous la pression d'une opinion publique « scandalisée », la malheureuse architecte devant la justice. Heureusement, Bacchus est toujours là ! Les Echos, « Notre dame » : les malheurs de Maud | Les Echos

Traductions du mot « pleurard »

Langue Traduction
Anglais crybaby
Espagnol llorón
Italien piagnucolone
Allemand heulsuse
Chinois 哭泣的婴儿
Arabe ابك عزيزي
Portugais chora bebê
Russe плакса
Japonais 赤ちゃんを泣き
Basque crybaby
Corse chiancinu
Source : Google Translate API

Synonymes de « pleurard »

Source : synonymes de pleurard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pleurard »

Pleurard

Retour au sommaire ➦

Partager