Blesser : définition de blesser


Blesser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BLESSER, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1. [L'agent, exprimé ou non, est un être vivant] Causer, involontairement ou avec l'intention − en général − de nuire, une blessure; au passif, recevoir une blessure. Blesser mortellement, à mort, grièvement; il la frappa de nouveau et la blessa jusqu'au sang (Montalembert, Hist. de Ste Élisabeth de Hongrie,1836, p. 238):
1. Cependant, ses trois autres compagnons avaient réussi à se jeter dans le canot, et déjà ils faisaient force de rames, tandis que les hommes de Koupriane, entrés dans l'eau jusqu'à la poitrine, déchargeaient leurs revolvers dans la direction des fuyards... Ceux-ci, peut-être dans la crainte de blesser Natacha, ne répondirent point aux coups de feu. G. Leroux, Rouletabille chez le tsar,1912, p. 147.
[L'objet désigne un arbre, une plante, etc.] Faire une entaille. On obtient ces sucs en blessant les plantes (Deschamps d'Avallon, Compendium de pharm. pratique,1868, p. 144).
Emploi abs. :
2. En certaines parties de l'Afrique du Sud, le vol était un délit d'ordre privé et la partie lésée était indemnisée, mais blesser ou tuer était un crime et l'on payait l'indemnité au chef, et non à la victime ou à sa famille. R.-H. Lowie, Manuel d'anthropol. culturelle,1936, p. 313.
2. [L'agent est une chose]
a) Occasionner une blessure. La boue et les gravillons frottent, râpent et blessent la peau qui s'infecte (E. Garcin, Guide vétér.,1944, p. 138):
3. Il ne verra longtemps dans les puissances élémentaires que des causes insensibles et quelquefois nuisibles. La terre blesse ses pieds; il court risque de se noyer dans l'eau; l'air et les vents l'offensent... Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 133.
b) Causer de la douleur, faire mal :
4. Ferdinand présentait des revendications gémissantes au sujet d'une paire de chaussures qui le blessaient. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Notaire du Havre, 1933, p. 105.
P. ext. Frapper désagréablement, produire une sensation pénible. La lumière la blessa, elle souffla la bougie (Zola, Le Rêve,1888, p. 130):
5. Mozart disait : « ... même dans les situations horribles la musique ne doit jamais blesser les oreilles et cesser d'être de la musique ». E. Delacroix, Journal,t. 1, 1852, p. 290.
6. Le jeune homme, la fenêtre fermée, s'assit, baissa un peu l'abat-jour car la lumière blessait ses yeux, puis il s'expliqua posément. Barrès, Sous l'œil des Barbares,1888, p. 208.
B.− Au fig.
1. Blesser qqn.
Littér. Toucher, atteindre par (les traits de) l'amour; marquer profondément. Car Vénus l'a blessé [Pluton] soudain des mêmes traits (Moréas, Poèmes et sylves,1896, p. 229):
7. Toi qui blessas Vénus, ah, si Vénus te blesse, Diomède, bénis sa force et sa faiblesse. Toulet, Les Contrerimes,1920, p. 125.
Offenser, choquer, déplaire, faire du mal :
8. À la fin, se levant de sa chaise et se promenant par le cabinet, le comte fort embarrassé, se prit à enfiler des protestations. − Loin de lui l'intention de blesser la personne à qui cette lettre était adressée! Comment l'avait-elle pu supposer? Bourges, Le Crépuscule des dieux,1884, p. 65.
9. S'il ressentait comme des offenses personnelles les mesures les plus générales, c'est qu'elles le blessaient au vif, dans son instinct profond de chef de guerre, cet instinct des routiers qui se débandaient, le combat fini, et retrouvaient au moins la liberté, à défaut de la bataille! Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 91.
Loc. proverbiale. C'est là que le bât blesse (qqn). C'est là la cause des désagréments, des inquiétudes :
10. Nous écririons donc comme tout le monde, quitte à compiler comme quelques autres, n'était certain lieu où le bât nous blesse. Musset, Lettres de Dupuis et Cotonet,1837, p. 748.
Emploi abs. :
11. ... non seulement elles [les vieilles filles] blessent, mais elles éprouvent du plaisir à blesser, et à faire voir à leur victime qu'elles l'ont blessée. Balzac, Le Curé de Tours,1832, p. 180.
12. Certains jours, il ne voulait pas parler; ou il avait des accès de malice diabolique, il cherchait à blesser. R. Rolland, Jean-Christophe,Dans la maison, 1909, p. 1011.
2. Blesser qqc.
Blesser la vue, les regards de qqn. Importuner, déplaire :
13. Ainsi il a été convenu que l'empereur pourrait aller désormais dans l'île; que l'officier que les instructions attachaient à sa personne n'exercerait qu'une surveillance lointaine, qui ne pourrait blesser les regards de l'empereur; ... Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 288.
[En parlant de sentiment, de tout ce qui peut correspondre à des normes : pudeur, vraisemblance, bon goût, etc.] Aller contre. Honoré avait déjà oublié les paroles coupables qui blessaient la pudeur de son frère (Aymé, La Jument verte,1933, p. 143):
14. Son style [de Victor Hugo] pourtant ne blesse jamais la grammaire ni le vocabulaire de la langue, et ne présente ni mots, ni tours inusités. Sainte-Beuve, Premiers lundis,t. 1, 1869, p. 186.
Blesser l'amour-propre de qqn.
Blesser les intérêts. Léser, porter préjudice :
15. L'abolition de la servitude faite de manière à ne blesser les droits de personne, est tellement difficile, qu'il y a un siècle que le Danemarck y travaille sans avoir achevé ce bel ouvrage. Bonstetten, L'Homme du Midi et l'homme du Nord,1824, p. 38.
16. La loi est uniforme, les mœurs, les terres, les intelligences ne le sont pas; or, l'administration est l'art d'appliquer les lois sans blesser les intérêts, tout y est donc local. Balzac, Le Médecin de campagne,1833, p. 59.
C.− Emploi pronom. Se faire une blessure, se faire du mal. Mais Gustave se meurt, madame : il s'est blessé, En tombant de cheval (Dumas Père, Christine,1830, IV, 3, p. 259).
P. métaph. :
17. ... ces malheureux personnages de Racine ... même quand ils ne sont pas ennemis, même quand ils ne se battent pas, ils se blessent toujours. Ils sont naturellement blessants. Ils blessent par métier, par office, par nature. Péguy, Victor-Marie, Comte Hugo,1910, p. 778.
Prononc. : [blεse] ou [ble-], (je) blesse [blεs]. [ε] ouvert pour l'inf. dans Barbeau-Rodhe 1930 (qui transcrit la forme pronom. avec plusieurs possibilités : səblεse, sb-, zb-) et dans Pt Lar. 1968 (cf. aussi Nod. 1844 et Littré). [e] fermé dans Dub. et Pt Rob.; Warn. 1968 réserve la prononc. avec [ε] au lang. soutenu, celle avec [e] au lang. cour. À ce sujet, cf. également Buben 1935, § 51. Pour Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 1 1787 : ,,Le 1erè [est] moyen entre l'ouvert et le fermé``. Enq. : /bles/ (il) blesse.
Étymol. ET HIST. − 1. Mil. xies. blecier « meurtrir (des olives, des fruits, pour les faire mûrir) » (Raschi, Gloses dans Levy Trésor), encore attesté dans les dial. du Nord et de l'Est, notamment le liég. blessi « broyer, piler » (Haust), le suisse romand (Genève) blyési « amollir (un fruit), blettir » (Pat. Suisse rom., s.v. blesser); ca 1100 blecer « mettre à mal, porter atteinte à (qqn) » (Roland, éd. Bédier, 590); 2. 1165-70 « porter une blessure à qqn » (Chr. de Troyes, Erec et Enide, 3792 dans T.-L.); 1176 fig. (Id., Cligès, 2119, ibid.); 2etiers xiies. paroles blesantes (Everard de Kirkham, Distiques de Caton, str. 102adans Gdf. Compl.); 1541 « enfreindre, offenser » (Calv., Instit., 103 dans Littré). D'un gallo-roman *blettiare « meurtrir » dér. du subst. a.b.frq. corresp. au subst. a.h.all. bleizza « ecchymose suscitée par un coup; trace d'une blessure, cicatrice » (Steinmeyer, Sievers, Die althochdeutschen Glossen, 2, 198, 61 dans Karg-Gasterstädt et Frings, s.v. bleizza) et attesté lui-même dans le composé frq. freobleto, frioblitto « plaie qui s'étend » (Pactus legis salicae, éd. Eckhardt, II, 1, 65 Titel-Text, art. XVII, § 7, p. 176); ce subst. a.b.frq. est aussi à rapprocher de l'adj. ags. blate « pâle, blême » (ca 1000, Cod. Vercell., I, 63 dans NED, s.v. blate). Blesser, au sens 2, a supplanté l'a.fr. nafrer, navrer* un peu plus anc. que lui en ce sens (Roland), également d'orig. germ. Voir aussi blèche et blet.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 886. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 388, b) 2 961; xxes. : a) 2 480, b) 2 050.
BBG. − Goug. Mots t. 1 1962, pp. 260-264. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 298. − Sigurs 1963/64, p. 37, 97.

Blesser : définition du Wiktionnaire

Verbe

blesser \blɛ.se\ ou \ble.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se blesser)

  1. Frapper d’un coup qui fait une contusion, une plaie, une fracture.
    • Il a été blessé d’un coup d’épée, d’un coup de bâton, d’un coup de pierre. Quand il est question de la Guerre, il ne se dit que de Coups qui font une plaie ou une fracture.
    • Cet officier n’a point encore fait de campagne qu’il n’ait été blessé.
    • Il n’a pas été blessé, il n’a reçu qu’une contusion.
  2. Occasionner, par choc, pression ou frottement, quelque plaie ou contusion.
    • Le canot bascule sur le berthon, se met à glisser vers l'avant écrasant une trentaine de personnes et blessant grièvement à la jambe Isaac Lehmann. — (Philippe Masson, Les Naufrageurs du Lusitania et la guerre de l'ombre, Albin Michel, 1985, page 117)
    • Le joug peut blesser les jeunes bœufs.
    • Cette selle blesse mon cheval.
  3. (Par extension) Causer seulement quelque gêne, quelque douleur.
    • Ces souliers me blessent.
    • Vous ne savez pas où le bât le blesse. Voir bât.
  4. (Figuré) Causer une impression désagréable à la vue, à l’ouïe.
    • Les couleurs trop éclatantes blessent la vue.
    • Ces objets hideux blessent les regards.
    • Ce son blesse l’oreille.
  5. Au sens moral, Offenser, choquer, déplaire, navrer.
    • Qu’a donc ce discours qui vous blesse ?
    • Je ne vois rien là qui puisse blesser.
    • Son orgueil en fut blessé.
  6. (Figuré)
    • Blesser quelqu’un au cœur, L’offenser dans ses affections, dans ses sentiments les plus chers.
    • Ces images, ces paroles blessent la pudeur, Sont contraires à la pudeur.
    • Blesser les convenances, la vraisemblance, Faire ou dire quelque chose de contraire aux convenances, ou qui s’écarte de la vraisemblance.
    • Blesser les usages, les règles, les principes, le goût, etc.
  7. Faire tort, faire préjudice, porter dommage.
    • Jeanne n’était pas de la fête parce que, me dit-on, sa présence, contraire au règlement, aurait blessé l’égalité si nécessaire à maintenir entre tant de jeunes élèves. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. .)
    • Cela ne blesse personne.
    • La clause de cette transaction, de ce contrat blesse mes intérêts.
    • Blesser l’honneur, la réputation de quelqu’un, blesser l’amitié, blesser la bonne foi, la justice, etc., Faire quelque chose contre l’honneur, contre la réputation de quelqu’un, contre ce qu’on doit à l’amitié, à la bonne foi, à la justice, etc.

se blesser pronominal

  1. Se faire du mal à soi-même par accident, par mégarde ou à dessein.
    • Prenez garde de vous blesser en maniant cette arme.
    • Ce poltron s’est blessé lui-même légèrement pour faire croire qu’il a pris part au combat.
    • Il s’est blessé en tombant.
  2. (Par euphémisme?) (Désuet) Faire une fausse couche.
    • Elle pensait que si Louise attendait un enfant, elle n'oserait jamais donner l'élan nécessaire au volant de crainte de se « blesser », comme on disait alors, c'est-à-dire de risquer une fausse couche. — (Monique de Huertas, Louise de La Vallière, éditions Pygmalion/Gérard Watelet, Paris, 1998, page 76)
  3. (Figuré) S’offenser de quelque chose.
    • C’est un homme qui se blesse d’un rien.
    • C’est un homme qui se blesse aisément, qui se blesse de tout.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Blesser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BLESSER. v. tr.
Frapper d'un coup qui fait une contusion, une plaie, une fracture. Blesser quelqu'un; le blesser légèrement, grièvement, dangereusement; le blesser à mort. Il a été blessé d'un coup d'épée, d'un coup de bâton, d'un coup de pierre. Quand il est question de la Guerre, il ne se dit que de Coups qui font une plaie ou une fracture. Cet officier n'a point encore fait de campagne qu'il n'ait été blessé. Il n'a pas été blessé, il n'a reçu qu'une contusion. Il signifie également Occasionner, par choc, pression ou frottement, quelque plaie ou contusion. Il est tombé sur une pierre qui l'a blessé à la tête. Le joug peut blesser les jeunes bœufs. Cette selle blesse mon cheval. Il signifie, par extension, Causer seulement quelque gêne, quelque douleur. Ces souliers me blessent. Fig. et fam., Vous ne savez pas où le bât le blesse. Voyez BÂT. Il signifie au figuré Causer une impression désagréable à la vue, à l'ouïe. Les couleurs trop éclatantes blessent la vue. Ces objets hideux blessent les regards. Ce son blesse l'oreille. Il signifie, au sens moral, Offenser, choquer, déplaire. Qu'a donc ce discours qui vous blesse? Je ne vois rien là qui puisse blesser. Un tel procédé le blesserait, l'a blessé profondément, l'a blessé au vif. Son orgueil en fut blessé. Blesser quelqu'un dans son honneur. Fig., Blesser quelqu'un au cœur, L'offenser dans ses affections, dans ses sentiments les plus chers. L'ingratitude de son fils l'a blessé au cœur. Ces images, ces paroles blessent la pudeur, Sont contraires à la pudeur. Blesser les convenances, la vraisemblance, Faire ou dire quelque chose de contraire aux convenances, ou qui s'écarte de la vraisemblance. On dit de même Blesser les usages, les règles, les principes, le goût, etc. Il signifie aussi Faire tort, faire préjudice, porter dommage. Cela ne blesse personne. La clause de cette transaction, de ce contrat blesse mes intérêts. Blesser l'honneur, la réputation de quelqu'un, blesser l'amitié, blesser la bonne foi, la justice, etc., Faire quelque chose contre l'honneur, contre la réputation de quelqu'un, contre ce qu'on doit à l'amitié, à la bonne foi, à la justice, etc.

SE BLESSER signifie Se faire du mal à soi-même par accident, par mégarde ou à dessein. Prenez garde de vous blesser en maniant cette arme. Ce poltron s'est blessé lui-même légèrement pour faire croire qu'il a pris part au combat. Il s'est blessé en tombant. Ils se sont blessés l'un l'autre. Il signifie aussi figurément S'offenser de quelque chose. C'est un homme qui se blesse d'un rien. C'est un homme qui se blesse aisément, qui se blesse de tout. Le participe passé

BLESSÉ se prend aussi comme nom. Avoir soin des blessés. Les morts et les blessés.

Blesser : définition du Littré (1872-1877)

BLESSER (blè-sé) v. a.
  • 1Faire une plaie, une contusion, une fracture, une écorchure. Blesser légèrement. Il fut blessé au bras. Sans qu'aucun des leurs fût blessé. Connaître quel organe intérieur a été blessé. Les liens blessent les bras. De peur que le bœuf ne se blesse la cuisse. Blesser, en bêchant, les racines d'un arbre. La selle blessait le cheval. Des souliers qui me blessent furieusement, Molière, le Bourg. gent. II, 8. … plus d'un héros Dans le soulier qui le blesse Peut regretter ses sabots, Béranger, Gueux.

    Absolument. Car enfin l'intention de celui qui blesse ne soulage point celui qui est blessé, Pascal, Prov. 7.

  • 2Toucher, en parlant des passions, et surtout de l'amour. La pitié qui me blesse Sied bien aux plus grands cœurs et n'a point de faiblesse, Corneille, Poly. I, 1. Fuyez un ennemi qui sait votre défaut, Qui le trouve aisément, qui blesse par la vue, Et dont le coup mortel vous plaît quand il vous tue, Corneille, Poly. I, 1. Vous voulez rendre compte à l'objet qui vous blesse De la bonté d'Octave et de votre faiblesse, Corneille, Cinna, III, 2. La main qui me blessait a daigné me guérir, Corneille, Rodog. IV, 3.
  • 3Causer une impression désagréable. Blesser la vue ou les yeux. Une amertume persistante qui blesse le goût. Phèdre ici vous chagrine et blesse votre vue, Racine, Phèd. I, 1. êtes-vous trop pour moi ? suis-je trop peu pour vous ? C'est m'offrir, et ce mot peut blesser les oreilles, Corneille, Sertor. II, 2. Ce grand prince vous sert et vous servira mieux Quand il n'aura plus rien qui lui blesse les yeux, Corneille, Nicom. IV, 2. Il n'a devant les yeux que sa chère Troyenne ; Tout autre objet le blesse, Corneille, Andr. II, 3.
  • 4Offenser, choquer. Haïr ceux qu'on a blessés. Blesser quelqu'un par d'amères railleries. Blesser les oreilles par des paroles désagréables. S'il y a dans ma lettre quelque chose qui vous blesse. J'espère le dire sans blesser ce personnage. Oenone, il peut quitter cet orgueil qui te blesse, Racine, Phèd. III, 1. Ici tous les objets vous blessent, vous irritent, Racine, Athal. II, 3.

    Blesser quelqu'un au cœur, l'offenser dans ses sentiments les plus chers. Apprends donc que Lélie A pu blesser mon cœur par une perfidie, Molière, Sgan. 19.

  • 5Causer un tort, un préjudice, un dommage. Les clauses de ce contrat blessent mes intérêts. Sans blesser l'intérêt général. Contre un si grand rival j'agis à force ouverte, Sans blesser son honneur, sans pratiquer sa perte, Corneille, Nicom. III, 8. Ceux mêmes dont ma gloire aigrit l'ambition, M'arracheront peut-être un pouvoir qui les blesse, Racine, Iphig. I, 1. Parle, et, sans espérer que je blesse ma gloire, Voyons comme tu sais user de la victoire, Racine, Alex. V, 3. Ah ! sans doute, l'horreur d'une action si noire Vous guérit d'un amour qui blessait votre gloire, Voltaire, Zaïre, IV, 5.
  • 6Enfreindre, pécher contre. Son langage blessait les convenances. Blesser la pureté de la langue. Il ne put agir ainsi sans blesser sa conscience. Sans blesser la charité et votre conscience mortellement, Pascal, Lettr. 7. Sans toutefois blesser la vérité, Pascal, Prov. 6. Celui qui blesse la vérité offense les dieux, Fénelon, Tél. III. Je sais que, sans blesser l'honneur le plus sévère, Je ne puis m'affranchir des mains de votre père, Racine, Phèd. V, 1. Malheur à qui, du ciel blessant les priviléges, Foule aux pieds ses décrets arbitres des humains ! Voltaire, Œdipe, III, 1.
  • 7Se blesser, v. réfl. Se faire une blessure. Il s'est gravement blessé avec son fusil.

    Se blesser l'un l'autre. Dans ce duel, les deux adversaires se sont blessés.

  • 8 Fig. S'offenser. C'est un homme susceptible qui se blesse facilement.
  • 9En parlant d'une femme, faire une fausse couche. Si l'on parle de se blesser à cinq mois, Sévigné, 62. Lorsqu'elle [l'électrice de Brandebourg] apprit que l'électeur [de Saxe] s'était fait catholique, elle en fut outrée au point qu'elle s'en blessa, Saint-Simon, 47, 60.

PROVERBES

Vous ne savez pas où le bât le blesse, vous ne savez pas quelle pensée, quel ennui le tourmente. Jusqu'au revoir, adieu, beau courrier offensé. - Ce n'est pas là, coquine, où le bât m'a blessé ; Mon cœur est plus navré de ton humeur sévère, Regnard, le Distr. II, 1.

HISTORIQUE

XIe s. La gent de France iert blecée et blesmie, Ch. de Rol. XLIII.

XIIe s. S'il chiet [tombe], jà ne se blecera ; que [car] Deux sor lui sa main tendra, Liber psalm. p. 285.

XIIIe s. Amis, vo grant beautés, vos sens, vostre prouesse M'ont si feru d'un dart d'amour qu'au cuer me blece…, Audefroi le Bastard, Romancero, p. 13. Nostres sires Diex redrece les bleciez que deables avoit navrez, Psautier, f° 176. Ensi remest li assaus devers nostre gent, et mout en i ot de bleciés et de navrés, Villehardouin, LXXVII. Estes-vous mout blecie ? nel me devez celer, Berte, XVII. Sachiez qu'ele n'en bleça mie, Quant ele dist : biaus douz amis, Tout ont mon cuer el vostre mis Cist douz mot…, Lai de l'ombre. Et quant aucuns à honor monte Par son sens ou par sa proece, C'est la chose qui plus la [l'envie] blece, la Rose, 250. On doit moult penre garde se li oirs est moult bleciés du testament, Beaumanoir, XII, 37. Et estoit [la reine] en trop grant peril de mort, pource qu'elle estoit bleciée d'un enfant qu'elle avoit eu, Joinville, 281.

XIVe s. Mais Bertran en jura, oiant tous les plus haus : Qui sans estre blecié retourra [retournera] es praiauls, Encroer le fera plus haut que une saux [saule], Guesclin. 20199.

XVe s. Si ne blesserez mie, la gentillesse ni la noblesse de vous, Froissart, I, I, 242. Le dieu d'amours me courut seure, Et me trest de la droitte fleche, Dont les plus amoureux il bleche, Froissart, Espin. amour. Quant j'ay par vous aucun mal qui me blesse, Je l'endure par le conseil d'Espoir, Orléans, Ball. 19. S'il est aucun qui soit prins de tristesse, Voise veoir [qu'il aille voir] son douz maintenement ; Je me fais fort que le mal qui le blesse Le laissera pour lors soudainement, Orléans, Ball. 9.

XVIe s. Cela ne blesse en rien nostre foy, Calvin, Instit. 103. Se sentant blecé à mort d'une arquebusade, Montaigne, I, 6. Je les veoy d'une veue moins blessée de passion qu'un aultre, Montaigne, I, 103. J'ay veu tel grand blecer la reputation de sa religion pour…, Montaigne, I, 224. Il vouloit bien assommer, mais non pas blecer, et pourtant ne combattoit que de masse, Montaigne, I, 323. Le son de nos mots blece la pureté de leurs aureilles, Montaigne, III, 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « blesser »

Étymologie de blesser - Wiktionnaire

De l’ancien français blecier et, plus avant, du gallo-roman *blettiare, « rendre blet (voir ce mot), meurtrir ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de blesser - Littré

Wallon, blèsî ; namurois, blèser ; provenç. blessament, blessedura, blessure ; d'après Diez, du moyen allemand bletzen, rapiécer, bletz, lambeau de cuir, où le sens de mettre en pièces (escuz bleciez, boucliers rompus, dans le Chevalier au lion), puis celui de blesser.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « blesser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
blesser blɛse play_arrow

Conjugaison du verbe « blesser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe blesser

Évolution historique de l’usage du mot « blesser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « blesser »

  • L’homme âgé de 36 ans venait de se blesser gravement dans un de ses champs situé au lieu-dit Le Ronceret à Vaudry (Vire Normandie/Calvados). , A Vire Normandie, un agriculteur gravement blessé et héliporté à Caen | La Voix le Bocage
  • Une photo du fonctionnaire de la brigade territoriale de contact de L’Haÿ-les-Roses, la paupière ensanglantée a été partagée par Linda Kebbab, déléguée nationale SGP Police FO qui considère que les mortiers d’artifice ne sont pas uniquement utilisés à des fins de provocation mais bien dans le but de blesser des collègues. 94 Citoyens, L'Haÿ-les-Roses : un policier blessé à l’œil par un mortier d'artifice | 94 Citoyens
  • Les jeunes victimes vont bien. Elles ont été évacuées par précaution car elles étaient choquées. « D'après les premiers témoignages, le contrevenant n'a pas agi intentionnellement pour blesser la foule. C'était vraiment une tentative de fuite », termine Eric de Valroger. leparisien.fr, Compiègne : une voiture fend la foule et blesse deux personnes - Le Parisien
  • Ce dimanche, l’ailier madrilène a connu une entrée en jeu très compliquée avant même de se blesser. Une nouvelle déception pour un joueur annoncé partant depuis de longs mois, alors qu’il lui reste deux ans de contrat au sein de la Maison Blanche. Et cela ne risque pas d’améliorer sa relation avec son entraîneur Zinedine Zidane.   RMC SPORT, Real Madrid: Gareth Bale encore blessé
  • Le jeune homme, déjà condamné notamment pour des faits de violences et de trafic de stupéfiants, a assuré avoir bu une grande quantité d’alcool, tout en présentant un taux d’alcoolémie très faible. Il a assuré ne pas se souvenir du type d’arme utilisé pour se blesser à la main droite, selon une source proche de l’enquête. , Faits divers : un blessé par balles lié aux récents règlements de comptes d'Ajaccio
  • N’oubliez surtout pas de boire pendant l’effort. 2% de déshydratation augmentent de 10% le temps de réaction. Ce qui signifie que vous allez être moins performant. Mais surtout, vous risquez davantage de vous blesser. Europe 1, 3 conseils pour reprendre une activité physique sans se blesser
  • Qu'est-ce que le métier de paysagiste ? Participer à l'inscription des équipements collectifs dans le paysage, en essayant de le blesser le moins possible, de réintroduire du végétal, de relancer une sorte de dialogue entre le bâti et le planté. De Erik Orsenna / Le Monde de l'éducation - Juillet - Août 2001
  • Dans tous les maux qui nous arrivent, nous regardons plus à l'intention qu'à l'effet. Une tuile qui tombe d'un toit peut nous blesser davantage mais ne nous navre pas tant qu'une pierre lancée à dessein par une main malveillante. De Jean-Jacques Rousseau / Les Rêveries du promeneur solitaire
  • La non-violence est une arme puissante et juste, qui tranche sans blesser et ennoblit l’homme qui la manie. C’est une épée qui guérit. De Martin Luther King / Why we can’t wait
  • J’ai fait des erreurs, je me suis parfois égarée, j’ai pu blesser, mais je ne joue pas la comédie et j’ai toujours été sincère. De Valérie Trierweiler / Merci pour ce moment
  • La seule vertu c'est d'aider les autres. Il n'existe pas d'autre vertu. le seul péché, c'est de blesser les autres. Il n'existe pas d'autre péché. De Tukaram Maharaj
  • La séparation et le divorce sont des poignards à deux tranchants : il faut s’en blesser d’un côté pour les enfoncer de l’autre. De Proverbe chinois
  • C'est blesser un peuple au plus profond de lui-même que de l'atteindre dans sa culture et sa langue. De François Mitterrand
  • Un compliment est un cadeau qu’on ne doit pas jeter négligemment, à moins de vouloir blesser celui qui vous l’a donné. De Eleanor Hamilton
  • Il y a des mots qui, sans chercher à blesser, sont plus douloureux que des coups : ils meurtrissent l'âme et tuent l'espérance. De Anonyme
  • Le sage équarrit sans blesser Incline sans porter atteinte Rectifie sans faire violence Et resplendit sans aveugler. De Lao-Tseu / Tao Te King
  • Pour ne point rougir devant sa victime, l'homme qui a commencé par la blesser, la tue. De Honoré de Balzac / Le médecin de campagne
  • Il faut faire mourir l'orgueil sans le blesser. Car si on le blesse, il ne meurt pas. De Antoine de Rivarol
  • Il ne faut pas blesser une bête : on la caresse ou on la tue. De Jacques Chirac / L’Année Chirac : l’avenir à bras-le-corps
  • Les gens ne peuvent pas se blesser eux-mêmes aussi profondément qu’ils peuvent blesser les autres. De Thomas Rogers / Jerry Engels

Traductions du mot « blesser »

Langue Traduction
Portugais magoar
Allemand verletzen
Italien ferire
Espagnol herir
Anglais hurt
Source : Google Translate API

Synonymes de « blesser »

Source : synonymes de blesser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « blesser »



mots du mois

Mots similaires