La langue française

Justifier

Définitions du mot « justifier »

Trésor de la Langue Française informatisé

JUSTIFIER, verbe trans.

Rendre, déclarer juste.
I.
A. − Qqn, qqc. justifie qqn
1. THÉOL. Rendre juste ,,comme la grâce fait du pécheur`` (Marcel 1938); restituer au pécheur son innocence originelle. Jésus a été la victime propitiatoire [selon saint Paul]; sa mort a été la rédemption que Dieu a acceptée pour les péchés du monde, les œuvres de la Loi n'ayant pu justifier le monde (Renan, St-Paul,1869, p. 464).Il n'y a qu'un seul Dieu qui justifie Juifs et païens par la foi (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1020).Richelieu a fait conduire Saint-Cyran à Vincennes parce que ce dernier ne croyait pas que l'attrition fût suffisante pour justifier le pécheur (Green, Journal,1956, p. 190).
2.
a) Déclarer juste; disculper, innocenter. Luisa, désespérée : (...) tout le monde l'accuse (...). Lorenzino (...) lui montrant le crucifix : Celui-là le justifiera! (Dumas père, Lorenzino,1842, III, 8, p. 259).V. douleur ex. 2 :
1. Au milieu de la place de l'Étoile, (...) ils ont fait de ce pauvre mort (...) l'idole qui dit toujours oui, chargée de justifier le monde comme il va, comme ils veulent qu'il aille. Guéhenno, Journal homme 40 ans,1934, p. 227.
[Avec un compl. second.] Qqn, qqc. justifie qqn de qqc.
Disculper quelqu'un d'une accusation sans fondement. L'opinion unanime (...) de tous ceux qui ont été à même de me connaître ou de me suivre, me justifierait assez d'une telle inculpation. Un intrigant! moi (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 642).
Trouver juste, excuser l'acte, le comportement de quelqu'un. Je voyais bien que les gens à mon service étaient souvent plus paresseux que fatigués, mais leur apathie ne me justifiait pas de mon inaction (Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 158).La faute originelle − la faute de la femme par excellence − écrasait les autres au point de justifier Dieu des cruautés de l'enfer (Estaunié, Empreinte,1896, p. 67).
b) Emploi pronom. réfl. Se disculper, prouver son innocence, le bien-fondé de sa conduite. Il n'y a pas de honte à se justifier, fût-ce devant des juges sans foi. L'innocent qui se justifie rend plus témoignage à la vérité qu'à lui-même (Bernanos, Dialog. Carm.,1948, 5etabl., 12, p. 1712).Il avait compromis tout le monde. Il sentit le besoin de se justifier (Guéhenno, Jean-Jacques,1952, p. 83):
2. Il voulut parler, jamais peut-être il n'avait été prêt à un aussi grand effort d'explication, il n'avait jamais éprouvé certes un tel désir de se justifier... Roy, Bonheur occas.,1945, p. 430.
[Avec un compl. second.]
[Le compl. désigne une pers.] Se justifier auprès de qqn.Quand on a fait des enfants si mal portants, on devrait savoir les soigner! dit-il. Paroles profondément injustes; mais son amour-propre le poussait à se justifier aux dépens de sa femme (Balzac, Lys,1836, p. 67).Ma pauvre enfant, tu n'as pas besoin de te justifier à mes yeux, ni de cela ni d'autre chose. Je suis ta mère : tu seras toujours innocente pour moi (France, Dieux ont soif,1912, p. 227).Les croyants se justifient devant Dieu, les laïques devant l'humanité, les marxistes devant la révolution (Abellio, Pacifiques,1946, p. 144).
[Le compl. désigne l'accusation ou l'objet de l'accusation] Se justifier d'une accusation, d'un reproche; se justifier d'un meurtre. Celui-ci, trop vrai pour se justifier d'une faute qu'il n'a pas faite, trop bon pour en accuser un autre, gardoit le silence (Cottin, C. d'Albe,1799, p. 113):
3. Sous le rapport de la langue, je profite peu. Mais beaucoup sous celui des livres. J'en ai déjà trouvé plusieurs à moitié prix de ce qu'ils coûteraient à Paris. Cela payera, je l'espère, une partie de mon voyage. Je l'ai écrit à mes tantes, pour me justifier de cette dépense. Michelet, Journal,1828, p. 710.
3. P. ext. Donner à quelqu'un sa raison d'être, lui donner raison dans son attitude. Beaucoup de femmes trouvent (...) dans leur grossesse une merveilleuse paix, elles se sentent justifiées (Beauvoir, Deux. sexe, t. 2, 1949, p. 313).Quand on chapitre un homme, on aime rencontrer chez lui quelque résistance qui vous justifie et vous excite (Arnoux, Double chance,1958, p. 114).
[Avec un compl. second.] Qqn, qqc. justifie qqn dans qqc.Par les mythes et les contes qu'il élit il vérifie son pressentiment. Leur allégation universelle le justifie dans son affabulation la plus intime (Durry, Nerval,1956, p. 127).
Justifier qqn à/de + inf.Donner à quelqu'un le droit de, des raisons de. C'est là le fond de la joie d'amour, lorsqu'elle existe : nous sentir justifiés d'exister (Sartre, Être et Néant,1943, p. 439).C'est ce respect et ce maintien de la légitimité républicaine qui nous ont justifiés et nous justifient à exercer le pouvoir pour conduire le pays dans la guerre (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 346).
B. − Qqn, qqc. justifie qqc.
1. Déclarer conforme à la justice. L'esprit humain avait (...) besoin de cette (...) fausse hypothèse pour justifier les voies de la Providence (P. Leroux, Humanité, t. 2, 1840, p. 974).
[Avec un compl. second.] Qqn, qqc. justifie qqc. de qqc.Éviter à quelque chose une critique possible. Toute grande célébrité dans les lettres a sa raison, bonne ou mauvaise, qui la motive, l'explique et la justifie du moins de l'absurdité (Sainte-Beuve, Tabl. poés. fr.,1828, p. 67).
2.
a) Prouver le bien-fondé de quelque chose; fournir des arguments en faveur de quelque chose; trouver des raisons valables à quelque chose.
α) [Le compl. désigne un fait, un acte, une attitude] Si les passions ne justifient pas le mal, elles l'excusent, elles l'expliquent, elles font concevoir pourquoi il existe (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 649).Il fut reconnu possesseur d'une somme de soixante francs dont il ne put justifier la provenance (France, Orme,1897, p. 193).C'est seulement lorsque j'ai agi que cette clairvoyance entre en jeu pour justifier à mes yeux ce que j'ai fait (Martin du G., Thib., Consult., 1928, p. 1126):
4. ... quelle persévérance dans l'incompréhension, quelle politique de haine et de mauvais vouloir il a fallu pour obtenir de quoi justifier les brutalités, les exactions et les sévices. Gide, Voy. Congo,1927, p. 832.
SYNT. Justifier une action, une décision, une démarche, une dépense, une entreprise, une intervention, une mesure, un procédé, une résolution; justifier une absence, une audace, un écart, un égarement, une faiblesse, une maladresse, une volte-face; justifier un blâme, un éloge, un refus, un reproche; justifier une agression, un assassinat, une calomnie; justifier la force, le meurtre, la trahison, la (non-)violence; justifier sa conduite, sa foi, sa présence, sa réputation.
Proverbe. La fin justifie les moyens. V. fin1ex. 5.
En partic. Justifier son existence, sa vie, sa condition. Lui donner son sens véritable. Nous sommes des maisons de prière, la prière seule justifie notre existence (Bernanos, Dialog. Carm.,1948, 2etabl., 1, p. 1585).Non seulement l'ingratitude, mais l'échec de son fils sera le démenti de tous ses espoirs : comme dans le mariage ou l'amour, elle remet à un autre le soin de justifier sa vie (Beauvoir, Deux. sexe, t. 2, 1949, p. 340):
5. ... tout ce pourquoi les hommes acceptent de se faire tuer, au delà de l'intérêt, tend plus ou moins confusément à justifier cette condition [la condition d'homme] en la fondant en dignité : christianisme pour l'esclavage, nation pour le citoyen, communisme pour l'ouvrier. Malraux, Cond. hum.,1933, p. 348.
β) [Le compl. désigne un sentiment] Il ne lui manquait rien de ce qui peut inspirer l'amour, de ce qui le justifie et de ce qui le perpétue (Balzac, Langeais,1834, p. 245).Depuis la Libération il vivait dans une espèce d'euphorie que rien ne justifiait (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 121):
6. Ma joie naissait du sentiment obscur de cette hostilité, car elle justifiait l'antipathie dure, sournoise, qui avait animé mon cœur spontanément, dès que je l'avais vu, dès qu'il m'avait parlé. Bosco, Mas Théot.,1945, p. 242.
SYNT. Justifier une appréhension, une attirance, une crainte, une inquiétude, une préférence, un pressentiment, une prévention, un soupçon; justifier la confiance, le découragement, l'enthousiasme, l'espérance, la haine, le pessimisme, la sévérité.
γ) [Le compl. désigne une manifestation de l'activité intellectuelle] Les exemples foisonnent dans la littérature actuelle qui corroborent cette hypothèse et justifient cette analogie (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 16).Il n'en faut pas croire le titre de ce recueil; on ne trouvera rien ici qui le justifie (France, Génie lat.,1909, p. 11).Un certain nombre de certitudes à partir desquelles on peut justifier ou récuser certaines des solutions stratégiques proposées (Beaufre, Dissuasion et strat.,1964, p. 112):
7. ... dire que la négation est en elle-même un acte positif justifiait par avance toutes les sortes de négation et annonçait le cri de Bakounine et Netchaiev : « Notre mission est de détruire, non de construire. » Camus, Homme rév.,1951, p. 181.
SYNT. Justifier une assertion, un choix, une conclusion, une définition, une hypothèse, un jugement, une observation, une opinion, un précepte, un principe, un pronostic, une supposition; justifier une clause, une sentence, une thèse; justifier ses dires.
Absol. V. injustifiable ex. 2.
Qqn justifie qqc. par qqc.Des chefs d'industrie (...), toujours prêts à justifier par des argumens les œuvres de leur cupidité (Say, Écon. pol.,1832, p. 380):
8. Il prétendit, une fois de plus, justifier l'intervention britannique au Levant par la responsabilité que son pays, suivant lui, assumait dans tout l'Orient. De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 194.
Justifier que + subj. :
9. ... comment justifier que deux Franciscains : saint Jean de Capistran et saint Joseph de Cupertino aient, chacun, une messe entière, propre, et que leur frère en saint François, saint Bernardin de Sienne qui est, je présume, là-haut leur égal, ne dispose que d'un évangile et d'une oraison à part? Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 174.
Emploi pronom. réfl. indir. Qqn se justifie qqc.Se donner des raisons valables pour quelque chose. Canalis, pris jeune par la belle duchesse de Chaulieu se justifia donc à lui-même ses affectations en se disant qu'elles plaisaient à cette femme dont le goût faisait loi (Balzac, Modeste Mignon,1844, p. 188).Durtal réfléchissait et se sortait alors des arguments plus valides, des raisons plus péremptoires pour se justifier ses appréhensions (Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 13).
Emploi pronom. passif. Qqc. se justifie (par qqc.).Trouver sa raison d'être (dans quelque chose). L'inégalité des conditions ne peut se justifier ni par l'antériorité d'occupation, ni par la supériorité de talent, de service, d'industrie et de capacité (Proudhon, Propriété,1840, p. 310).N'était le nom de rue aux Jongleurs qui devait bien se justifier de quelque manière, il semblerait que les jongleurs aient été rares à Paris (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 109).Réalisme et forme ne se justifient que par leur solidarité avec l'âme d'un artiste créateur (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 223).V. chemin ex. 1 :
10. L'usage que Rimbaud fait du langage se justifie uniquement par cette volonté de saisir ce que ne saisit aucun autre des moyens dont nous disposons. « J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable. » Béguin, Âme romant.,1939, p. 386.
b) En partic.
α) Qqc. justifie qqc.Servir de preuve matérielle à quelque chose. Le livret matricule est une pièce très importante qui justifie l'existence de l'intéressé et les droits qui en découlent (Lubrano-Lavadera,Législ. et admin. milit.,1954,p. 68).
β) Emploi trans. indir. Qqn justifie de qqc.Faire, fournir la preuve (matérielle) de quelque chose. Justifier d'un apport, d'une créance, d'une rente; justifier d'un grade, d'un diplôme, d'une qualification, d'un temps de service; justifier de son identité, de son insolvabilité. Les vagabonds qui ne peuvent justifier d'aucun moyen d'existence (Say, Écon. pol.,1832, p. 496).Pouvez-vous justifier de l'authenticité de ce que vous dites? (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 398).Les candidats doivent justifier des connaissances et des qualités leur permettant de bénéficier utilement de l'enseignement considéré (Encyclop. éduc.,1960, p. 212).V. alimentaire ex. 7 et extrême ex. 5 :
11. Ce dernier don, une mort courte, est libéralement octroyé à bon nombre (...) de jeunes ouvrières qui naquirent tard et ne peuvent justifier d'un tempérament assez fort pour résister à l'hiver. Michelet, Insecte,1857, p. 302.
Rem. On relève avec le même sens la loc. justifier avoir (fait) qqc. Nul ne peut être investi de fonctions publiques, même électives, s'il ne justifie avoir satisfait aux obligations imposées par la présente loi (J.O., Loi rel. recrut. arm., 1928, p. 3810). Le certificat de stage délivré (...) aux personnes qui justifiaient avoir enseigné pendant trois ans au moins dans les écoles autorisées à recevoir des stagiaires (Encyclop. éduc., 1960, p. 68).
II. − IMPRIMERIE
A. − Justifier les lignes (d'un texte) ou, absol., justifier. Donner aux lignes la largeur requise en aménageant convenablement les espaces entre les mots, tout en veillant à la coupure normale de ceux-ci en fin de ligne, de façon à ce que les marges de droite et de gauche soient régulières. Machine à justifier (v. cicéro B, Civilis. écr., 1939, p. 806). Un système de comptage et d'avance automatique permet de justifier la ligne (Encyclop. Sc. Techn.,t. 6, 1971, p. 857).
Justifier un composteur. Il [le typographe] commence par justifier son composteur, c'est-à-dire à en régler la largeur utile suivant la largeur prévue pour sa composition (Valotaire, Typogr.,1930, p. 22).
P. anal. La bibliographie est reléguée à la dernière page, dans un coin. On justifie avec elle, je veux dire qu'on l'allonge ou qu'on la raccourcit selon les besoins du numéro (Zola, Doc. littér., Crit. contemp. 1881, p. 265).
B. − Justifier les caractères d'imprimerie. S'assurer de leur conformité avec le modèle. (Ds Littré, DG).
Prononc. et Orth. : [ʒystifje], (il) justifie [ʒystifi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1remoitié xiies. « déclarer quelqu'un juste, le reconnaître innocent » (Psautier Oxford, 81, 3 ds T.-L.); b) 1564 « faire paraître juste » (Indice et rec. universel de tous les mots principaux des livres de la Bible ds FEW t. 5, p. 85 b); 2. a) 1368 « prouver, établir un fait » (Ordonnances des Roys de France, t. 5, p. 135); b) 1587 « prouver la vérité d'une opinion, d'un jugement » justifier de « apporter la preuve de quelque chose » (Cholières, Apresdisnee, II, Du Mariage ds Œuvres, éd. Ed. Tricotel, II, 86); c) 1670 « confirmer après coup » (Boss., Reine d'Anglet. ds Littré); 3. 1521 typogr. « équarrir les matrices et en égaliser la profondeur en passant la lime sur la surface » (E. Coyecque, Inventaire sommaire d'un minutier parisien pendant le cours du xvies., I, 48 ds Wolf Buchdruck, p. 29). Empr. au lat. chrét.justificare « traiter avec justice; déclarer quelqu'un juste » dér. du lat. justus, v. juste. Fréq. abs. littér. : 2 949. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 579, b) 1 976; xxes. : a) 3 095, b) 5 713.

Wiktionnaire

Verbe

justifier \ʒys.ti.fje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se justifier)

  1. (Vieilli) Montrer, prouver, déclarer que quelqu’un est innocent, qu’il ne mérite pas de châtiment, de blâme.
    • Il a été justifié de ce crime. — Cela le justifie pleinement. — Justifier la mémoire de quelqu’un. — Vous ne parviendrez point à le justifier de cette faute, à le justifier.
    • (En parlant des actions, des paroles, etc.) Je dois justifier ma conduite, mes actions. — Vous ne sauriez justifier un tel procédé, une telle faute. — Je veux me justifier de ces accusations, de ces calomnies.
  2. (Par analogie) Faire qu’une chose soit juste, légitime.
    • Il explique ainsi que si la réglementation du bruit des tondeuses à gazon n'a pas par nature de dimension transnationale, une intervention de l'Union peut tout de même être justifiée conformément à l’exigence de la réalisation du marché intérieur. — (Martin Gennart, Le contrôle parlementaire du principe de subsidiarité: Droit belge, néerlandais et luxembourgeois, Bruxelles : Éditions Larcier, 2013)
    • Les qualités du défunt justifient bien les regrets de ses amis. — Il justifie, par sa conduite, la sévérité qu’on a déployée contre lui. — L’intérêt public ne saurait justifier une telle violation des lois.
  3. (Par extension) Prouver, faire voir qu’une chose n’était pas fausse, erronée, mal fondée.
    • On disait que ce conseil était dangereux, mais l’événement l’a justifié. — Il n’a point justifié les espérances qu’on avait conçues de lui. — Vous avez justifié ma confiance.
  4. Montrer la vérité de ce qu’on avance, de ce qu’on allègue.
    • Justifier un fait. — Ce que j’avance, je puis le justifier par des faits.
    • Il justifiait sa noblesse de père en fils, depuis quatre cents ans, par des titres authentiques.
    • Note : (Droit) On dit aussi: Justifier de quelque chose.
    • Il devra justifier de sa qualité. — Il justifia du dépôt, en produisant un récépissé. — Justifier de son hypothèque par le certificat du conservateur.
  5. (Religion) Rendre juste par l’action de la grâce.
    • Dieu l’a justifié par sa miséricorde.
  6. Adam essayant de se justifier auprès de Dieu.
    (Pronominal) (Réfléchi) Expliquer les raisons de ses actes.
    • Done Elvire — Voyons de quel air vous saurez vous justifier. — (Molière, Don Juan, acte I, scène III)
    • Ces messieurs me catalogueraient définitivement et toute démarche de ma part afin de me justifier ne servirait qu’à aggraver la situation. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  7. (Imprimerie) (Typographie) Donner à une ligne la longueur qu’elle doit avoir, à une page le nombre de lignes qu’elle doit avoir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

JUSTIFIER. v. tr.
Montrer, prouver, déclarer que quelqu'un est innocent, qu'il ne mérite point de châtiment, de blâme. Il a été justifié de ce crime. Cela le justifie pleinement. Justifier la mémoire de quelqu'un. Vous ne parviendrez point à le justifier de cette faute, à le justifier. On le dit également en parlant des Actions, des paroles, etc. Je dois justifier ma conduite, mes actions. Vous ne sauriez justifier un tel procédé, une telle faute. Je veux me justifier de ces accusations, de ces calomnies. Il signifie, par analogie, Faire qu'une chose soit juste, légitime. Les qualités du défunt justifient bien les regrets de ses amis. Il justifie, par sa conduite, la sévérité qu'on a déployée contre lui. L'intérêt public ne saurait justifier une telle violation des lois. Il signifie, par extension, Prouver, faire voir qu'une chose n'était point fausse, erronée, mal fondée. On disait que ce conseil était dangereux, mais l'événement l'a justifié. Il n'a point justifié les espérances qu'on avait conçues de lui. Vous avez justifié ma confiance. Il signifie encore Montrer la vérité de ce qu'on avance, de ce qu'on allègue. Justifier un fait. Ce que j'avance, je puis le justifier par des passages de l'Écriture sainte. Il justifiait sa noblesse de père en fils, depuis quatre cents ans, par des titres authentiques. On dit aussi Justifier de quelque chose, surtout en termes de Jurisprudence. Il devra justifier de sa qualité. Il justifia du dépôt, en produisant un récépissé. Justifier de son hypothèque par le certificat du conservateur. Il signifie, en termes de Théologie, Rendre juste par l'action de la grâce. Dieu l'a justifié par sa miséricorde. Nous sommes justifiés par le sang de JÉSUS-CHRIST. Il signifie spécialement, en termes d'Imprimerie, Donner à une ligne la longueur qu'elle doit avoir, à une page le nombre de lignes qu'elle doit avoir.

Littré (1872-1877)

JUSTIFIER (ju-sti-fi-é), je justifiais, nous justifiions, vous justifiiez ; que je justifie, que nous justifiions, que vous justifiiez) v. a.
  • 1Faire qu'une chose soit juste. Ne pouvant fortifier la justice, on a justifié la force, afin que le juste et le fort fussent ensemble, et que la paix fût, qui est le souverain bien, Pascal, Pensées, VI, 7, éd. HAVET.

    Terme de théologie. Donner la justice de la grâce, faire qu'une personne soit juste. Jésus-Christ est venu… appeler à la pénitence et justifier les pécheurs, Pascal, Pens. XX, 8. Calvin soutient que la grâce une fois reçue ne se peut plus perdre : ainsi qui est justifié et qui reçoit une fois le Saint-Esprit, est justifié, et reçoit le Saint-Esprit pour toujours, Bossuet, Var. IX, § 5. Ces tribunaux de miséricorde [le confessionnal] qui justifient ceux qui s'accusent, Bossuet, Reine d'Anglet. L'ardeur qui justifie et que Dieu vous envoie, Boileau, Ép. XI.

  • 2Faire qu'une chose soit légitime, fondée en raison. Le sonnet que je vous envoie n'est rien moins qu'une consolation ; mais j'ai cru qu'il fallait en user de la sorte avec vous, et que c'est consoler un philosophe que de lui justifier ses larmes et de mettre sa douleur en liberté, Molière, Sonnet à la Mothe le Vayer, sur la mort de son fils. Dans cette affliction [la peste]…, où l'horreur d'une mort prochaine semble justifier les infidélités que l'on se fait les uns aux autres, Fléchier, Duc de Mont. Les services que chacun d'eux rend tous les jours dans ses fonctions justifient assez le jugement qu'en a fait le prince, Fléchier, Lamoign. Il faut bien une fois justifier sa haine, Racine, Andr. II, 5. Justifiez la foi que je vous ai donnée, Racine, Bajaz. II, 1. Rien ne leur est plus ordinaire que de justifier leurs plaintes par l'excès de leurs afflictions, Massillon, Avent, afflict. Je pars, je vais... . Justifier les pleurs que vous versez pour moi, Voltaire, Œdipe, IV, 4. Si quelque chose pouvait justifier la cruauté avec laquelle les Anglais traitèrent leur roi, Voltaire, Mœurs, 176.
  • 3Mettre hors d'inculpation, en parlant des choses. Il a justifié sa conduite. Justifier la mémoire de quelqu'un. Je parle d'un homme sage qui ne sortit jamais de ses devoirs, qui n'a besoin de grâce ni d'apologie, et en qui il n'y a point eu d'erreur à plaindre ni de faute à justifier, Fléchier, Duc de Mont. Que ne justifie-t-on pas quand on le veut ? D'Alembert, Lett. à Voltaire, 31 juill. 1762.

    Faire l'apologie. On justifie quelquefois les plus abominables actions qu'on ne voudrait pas avoir faites, Voltaire, Russe à Paris, note S.

    Se justifier quelque chose, mettre cette chose hors d'inculpation devant sa propre conscience. Le cœur se justifie bientôt ce qui le captive, Massillon, Carême, Tiéd. 2. Nous ne sommes ingénieux qu'à nous justifier à nous-mêmes notre mollesse, Massillon, Myst. Pentec.

  • 4Mettre hors d'inculpation, en parlant des personnes. Ce n'est qu'en m'imitant que l'on me justifie, Corneille, Rodog. II, 3. [Ils] Croiront que votre amour m'a seul justifié, Corneille, Nicom. IV, 1. Ces montagnes de morts… Sont les titres affreux dont le droit de l'épée, Justifiant César, a condamné Pompée, Corneille, Pompée, I, 4. Il suffit d'avoir justifié Escobar contre une telle accusation, Pascal, Prov. XI. Et, loin sur ses défauts de la mortifier [une pénitente], Lui-même [le directeur] prend le soin de la justifier, Boileau, Sat. X. Vous le dirai-je enfin, Rome le justifie [Néron contre les accusations d'Agrippine], Racine, Brit. I, 2. Je crains votre douleur plus que votre colère ; Avant la fin du jour vous me justifierez, Racine, Bérén. III, 3. Et ta mort [de Bajazet] suffira pour me justifier [devant Amurat], Racine, Bajaz. II, 1. Vénus, par votre orgueil si longtemps méprisée, Voudrait-elle à la fin justifier Thésée ? Racine, Phèd. I, 1.
  • 5Donner raison à, avec un nom de chose pour régime. Il n'a point justifié les espérances qu'on avait conçues de lui. Je suis ravie que la suite ait si bien justifié votre goût, Sévigné, 2. Quand cette pieuse princesse servait l'Eglise, elle croyait servir l'État, elle croyait assurer au roi des serviteurs, en conservant à Dieu des fidèles ; l'expérience a justifié ses sentiments, Bossuet, Reine d'Anglet. L'événement a justifié sa prophétie, Bossuet, Hist. II, 9. Et mon bonheur justifiera mon choix, Voltaire, Nan I, 9.

    Il se dit avec un nom de personne. Le duc [d'Enghien] conçut un dessein où les vieillards expérimentés ne purent atteindre ; mais la victoire le justifia devant Rocroy, Bossuet, Louis de Bourbon.

    Il se dit avec que. L'événement a justifié que Moïse n'avait pas parlé de lui-même, Bossuet, Hist. II, 3.

  • 6Prouver la vérité d'une chose. Justifier un fait. Je vous justifierai le contraire. Pour vous justifier la plus sincère foi Qu'un fidèle vassal eut jamais pour son roi, Rotrou, Bélis. V, 5. Et pour justifier à tout le monde l'innocence de ma conduite, Molière, Tart. 1er placet au roi. La vérité d'un avenir est justifiée par les plus pures lumières de la raison, Massillon, Carême, Avenir.

    Il se dit avec que. … Laissez-nous, de votre nom suivis, Justifier partout que nous sommes vos fils, Racine, Mithr. III, 1.

    En termes de jurisprudence, on dit justifier de. Il devra justifier de sa qualité. Il a justifié du payement en montrant la quittance.

  • 7 Terme d'imprimerie. Donner à une ligne la longueur qu'elle doit avoir. Cette ligne n'a pas été bien justifiée.

    Absolument. Cet ouvrier justifie avec exactitude.

    Justifier l'interligne, le rendre juste.

    Terme de fondeur. Comparer le caractère nouvellement fondu avec la lettre modèle.

  • 8Se justifier, V. réfl. Se mettre hors d'inculpation. Viens mourir avec moi pour te justifier, Corneille, Cinna, IV, 6. Parlez, don Juan, et voyons de quel air vous saurez vous justifier, Molière, D. Juan, I, 3. C'est aux vrais dévots que je veux partout me justifier sur la conduite de ma comédie, Molière, Préf. de Tartufe. Quand je vis qu'ils [Port-Royal] s'étaient si bien justifiés de toutes ces hérésies, que vous ne pûtes plus les accuser d'aucune erreur contre la foi, Pascal, Prov. XVII. Notre ami [M. de Pompone] demanda s'il ne pourrait point voir Sa Majesté, et se justifier à son maître de sa conduite, Sévigné, 13 déc. 1679. Il ne fut pas dit un seul mot, dans cette assemblée, de l'assassinat du duc d'Orléans ; le duc de Bourgogne, son meurtrier, qui avait mis les Parisiens dans son parti, vint hardiment se justifier, non pas devant le parlement, mais au palais du roi même, à l'hôtel de Saint-Paul, devant tous les princes du sang, les prélats, les grands officiers, Voltaire, Hist. parl. ch. VI.

    Être justifié. Sans craindre aucun reproche sur une conduite qui se justifiait assez d'elle-même, Hamilton, Gramm. 5.

  • 9En théologie, obtenir la justification. Que celui qui est juste se justifie encore, et que celui qui est saint se sanctifie encore, Bossuet, Ét. d'orais. VI, 5.

SYNONYME

JUSTIFIER, DÉFENDRE. L'un et l'autre veut dire travailler à établir l'innocence de quelqu'un. Justifier suppose que l'inculpation a été mise à néant ; défendre suppose seulement qu'elle a été combattue. Cicéron défendit Milon, mais il ne put parvenir à le justifier.

HISTORIQUE

XIIe s. Serat dunkes li hom en la semblance de Deu justifiiez ? Job, p. 488.

XIVe s. Et semble que l'une et l'autre partie ait droit et se justiefie assés, Oresme, Eth. 256. Graces et remissions empetrées de parties par devers nous qui seront justifiées devront estre interinées au proffit des impetrans selon leur forme et teneur, Ordonn. des rois de Fr. t. V, p. 135.

XVIe s. Son zele ne le justifiera pas qu'on ne le doyve justement accuser d'estre profanateur de verité, Lanoue, 70. Voilà comment on est prompt à cercher des eschappatoires pour se justifier de sa coulpe, Lanoue, 158. Celui est dit estre justifié devant Dieu, qui est reputé juste devant le jugement de Dieu et est agreable pour sa justice, Calvin, Inst. 569. Il bailla ses lettres aux ephores, cuidant bien par icelles estre justifié des principales et plus dangereuses charges que l'on pourroit mettre sus, Amyot, Lysand. 37.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

JUSTIFIER, v. act. (Gram.) il a plusieurs sens. Il signifie quelquefois prouver une vérité, comme dans cet exemple ; elle a bien justifié la maxime, qu’il est plus commun de n’avoir point eu d’amans que de n’en avoir eu qu’un. Absoudre, comme dans celui ci ; le tems & sa conduite le justifieront de cette accusation, & la calomnie retombera sur celui qui l’a faite. Mettre dans l’état de justice ; c’est par la mort de J. C. que nous sommes justifiés.

Justifier, v. act. (Fondeurs de caracteres d’Imprimerie.) se dit des matrices pour fondre les caracteres d’Imprimerie, après qu’elles ont été frappées, c’est de les limer proprement, non-seulement pour ôter les foulures qu’a fait le poinçon, en s’enfonçant dans le cuivre ; mais encore pour polir & dresser le cuivre de la matrice, de façon qu’en la posant dans le moule, elle y forme la lettre de ligne, d’approche, & de hauteur en papier. Voyez Approche, Hauteur.

Justifier, terme d’Imprimerie, c’est tenir les pages également hautes, & les lignes également longues entre elles. Pour justifier les pages, il ne faut pas qu’il y ait plus de lignes à l’une qu’à l’autre. Les lignes se justifient dans un composteur monté pour donner la longueur précise que l’on desire, pour qu’elles soient extrémement justes, il ne faut pas que l’une excede l’autre, & la propreté de la composition exige que tous les mots soient espacés également. Voyez Composteur, & Justification.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « justifier »

Provenç. justifiar, justifiquar ; esp. justificar ; ital. giustificare, du lat. justificare, de justus, juste, et facere, faire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin justificare (« rendre juste »), composé de justus (« juste ») et de facere (« faire, rendre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « justifier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
justifier ʒystifje

Citations contenant le mot « justifier »

  • Si terrible que soit la vie, l'existence de l'activité créatrice sans autre but qu'elle-même suffit à la justifier. Élie Faure, L'Esprit des formes, Pauvert
  • L'homme essaie de justifier le Dieu auquel il croit. Jean Grenier, L'Existence malheureuse, Gallimard
  • Nulle raison ne pourrait justifier le mensonge. De Anton Tchekhov / Lettre - 2 janvier 1900
  • Comprendre, c'est presque justifier. De Primo Levi / Si c'est un homme
  • La vertu s'avilit à se justifier. De Voltaire / Oedipe
  • Les intellectuels ont un problème : ils doivent justifier leur existence. De Noam Chomsky
  • Se justifier, tel est le premier devoir envers soi-même. De Jacques Languirand / Tout compte fait
  • Rien ne peut justifier le développement de la pensée raciste. De Jacques Chirac / Antilles - Avril 1995
  • Chercher à se justifier quand on n’est pas coupable, c’est s’accuser. De Proverbe arabe
  • Quand on veut justifier une mauvaise action, on trouve toujours de bons arguments. De André Maurois / Les roses de septembre
  • Mieux vaut obéir sciemment à ses passions qu'avilir sa raison à les justifier. De Jean Rostand / Pages d'un moraliste
  • Mon plus grand luxe est de n’avoir à me justifier auprès de personne. De Karl Lagerfeld / VSD - 28 mars 2002
  • En ce monde, la moitié des théories n’ont pas d’autre raison que celle de justifier nos actes. De Pavel Vejinov / Sombre nuit
  • Presque toute vie d'homme est corrompue par le besoin qu'il a de justifier son existence. De Henry de Montherlant / Pitié pour les femmes
  • Liberté ? Nom donné le plus souvent à tous les sentiments inutiles. Ou à une dispersion à justifier. De Michel Chevrier / Un bleu éblouissant
  • C'est l'instinct qui nous permet de trouver les réponses. La raison nous permet de les justifier. De Olivier Blanchette
  • La menace principale qui pèse sur nos démocraties réside dans leur incapacité à justifier de façon forte leur propre politique. De Luc Ferry
  • S’il n’est plus nécessaire de justifier d’un motif impérieux pour voyager à destination de l’Hexagone, certaines conditions sanitaires restent cependant maintenues, comme le contrôle de la température avant d’embarquer ou le port du masque dans l’aérogare et dans l’avion.  Le St Martin's Week, COVID-19 • Les nouvelles règles de la continuité territoriale | Le St Martin's Week
  • Cette vigueur sera mise en danger demain lorsque le géant de la diffusion en continu basé à Los Gatos, en Californie, publiera ses résultats du deuxième trimestre, les investisseurs cherchant à justifier cette impressionnante progression des actions et la durabilité de la relance due à la pandémie. Investing.com France, Les résultats T2 de Netflix ce soir vont-ils justifier la hausse de 60% ? | Investing.com
  • Droit dans ses bottes. Interrogé sur un éventuel retour de l'Impôt sur la fortune (ISF), supprimé en 2018, Emmanuel Macron l'a écarté lors de son interview télévisée mardi 14 juillet. Pour justifier son inflexibilité, le président a minimisé le coût de la suppression de l'ISF, qui aurait été moins importante que prévu grâce au retour en France de certains ménages. Et a assuré que cette disparition aurait stimulé l'investissement, un effet dont le pays ne saurait se passer au moment de relancer son économie après la crise du Covid-19. Mais les estimations disponibles montrent un coût au moins aussi important qu'annoncé, tandis que l'effet positif de la réforme sur l'économie est très incertain. Marianne, ISF : entre coût minimisé et bénéfices hypothétiques, les contorsions de Macron pour justifier sa suppression
  • Quand la régie explique de son côté et ce depuis décembre condamner des « comportements qui ne peuvent se justifier, même dans le cadre d'un mouvement social ». leparisien.fr, Nouvelle mobilisation de la CGT au centre bus de Vitry : «ça pourrait durer des années» - Le Parisien
  • Cette bonne santé financière rend le plan social difficile à justifier en interne, auprès de la presse, et surtout en justice si les licenciements venaient à être contestés. Interrogé par "Capital", l’avocat de l'intersyndicale Roger Koskas explique : “D’un point de vue juridique, un licenciement pour motif économique doit être justifié soit par une activité déficitaire, soit par une volonté de maintenir la compétitivité de l’entreprise. Lorsque l’activité de l’entreprise dans le même champ d’activité est globalement profitable, alors les prud’hommes peuvent considérer le licenciement comme abusif. Le salarié licencié a alors droit à des indemnités pour licenciement sans cause réelle ni sérieuse. Des dizaines d’entreprises ont été condamnées pour cela, de Goodyear à Henkel. Dans la crise actuelle, la position d’une entreprise qui licencie alors qu’elle est profitable est encore moins défendable, car la solidarité nationale devrait être réservée aux entreprises au bord de la faillite, ou au moins déficitaires”. Capital.fr, BFM TV, RMC : le tour de passe passe de Patrick Drahi qui aidera à justifier le plan social - Capital.fr

Traductions du mot « justifier »

Langue Traduction
Anglais to justify
Espagnol para justificar
Italien giustificare
Allemand rechtfertigen
Chinois 证明
Arabe لتبرير
Portugais justificar
Russe оправдывать
Japonais 正当化する
Basque justifikatzeko
Corse per ghjustificà
Source : Google Translate API

Synonymes de « justifier »

Source : synonymes de justifier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « justifier »

Justifier

Retour au sommaire ➦

Partager