Excuser : définition de excuser


Excuser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EXCUSER, verbe trans.

I.− [Le suj. désigne une pers.]
A.− Exprimer des paroles ou faire des gestes visant à abolir les effets d'une faute ou d'un manquement vis-à-vis de quelqu'un. (Quasi-)synon. pardonner.
Rem. Ce verbe a un emploi performatif aux 1respers. de l'ind. présent.
1. [Le compl. désigne une pers.]
a) [Avec un compl. introduit par de + subst. ou inf. exprimant la faute ou le manquement] Il l'excuse de sa négligence. Il lui semblait si bon, elle l'aimait tant, qu'après l'avoir excusé de barbouiller de pareilles horreurs, elle en venait à leur découvrir des qualités, pour les aimer aussi un peu (Zola, Œuvre,1886, p. 116).Oh! Pardon! Monsieur! (le duc s'incline). Excusez-moi d'être en costume de voyage, je descends de chemin de fer et je ne me doutais pas qu'il y eût déjà réception ce soir (Feydeau, Dame Maxim's,1914, II, 6, p. 40):
1. − « C'est là », fit-il. « Oh, c'est très modeste... Vous m'excuserez de vous recevoir si simplement. » La maison était, en effet, de pauvre apparence... Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 937.
Part. passé employé comme adj. « Hé bien, Monsieur, je suis presque excusé d'être dans un salon puisque je vous y trouve » (Proust, Guermantes 1,1920, p. 203).
Emploi subst. Personne qu'on a ou qui s'est excusée. Il fera la proportion pour chacune des catégories que nous avons distinguées : sexe, âge, profession, quartier, dénominateur, on ne portera que les assujettis, on déduira les excusés (Traité sociol.,1968, p. 95).
b) [Avec un compl. introduit par pour exprimant la faute ou le manquement] Je te prie de m'excuser pour tout à l'heure, mais j'étais très pressé (Bourdet, Sexe faible,1931, III, p. 431).
c) [Sans compl. spécifiant la faute ou le manquement] Cher agneau, dit Malvina venant à mon secours, comme on le calomnie! − Ne l'excusez pas, ma belle; il est impardonnable (Reybaud, J. Paturot,1842, p. 191).« Oh! Ça, c'est la belle vie, pour sûr. Et qu'est-ce-qu'il y a comme gonzesses! M'excuserez, Madame Cartuywels. » (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 234):
2. ... − je vous prends à témoin des façons singulières de votre compagnon. Je suis ici chez moi, et je n'admets pas... − Il faut excuser mon camarade, Monsieur, − fit Morhange en s'avançant. − Ce n'est pas un homme d'étude, comme vous. Benoit, Atlant.,1919, p. 129.
Emploi pronom. réciproque. Jusqu'à minuit, une douzaine de messieurs avaient causé bas devant la cheminée, tous amis, tous travaillés par la même idée de paternité. Ils semblaient s'excuser entre eux, avec des mines confuses de maladroits (Zola, Nana,1880, p. 1412).
d) P. ell. du compl., fam. − Ma parole, c'est notre curé! dit-il. Excusez! Je ne m'attendais pas à votre visite, je ne pensais pas à vous... (R. Bazin, Blé,1907, p. 234).
Rem. Les demandes d'excuse : excusez-moi, vous m'excuserez, excusez, etc. sont souvent employées lorsqu'on veut contredire, interrompre poliment quelqu'un ou faire cesser une situation. Mais il n'est plus temps, ils se lèvent. Le Polonais reprend la parole : − C'est l'heure du polo. Excusez-nous. À bientôt, cher Monsieur : nous reparlerons de Racine (Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 68). Et puis il voyait qu'il ne pourrait pas, ce soir-là, s'entretenir sérieusement avec Philippe. Il se leva : − Excusez-moi, murmura-t-il, il faut que je parte (Arland, Ordre, 1929, p. 114) :
3. − Reprenons l'histoire dès le début, vieux farceur (...). Il est descendu au haut de la côte. Ça va. Le chemin mène droit au presbytère, pas moyen de se tromper, ça va encore. Jusqu'ici rien ne cloche, tout est clair. − Excusez, remarqua le gendarme. Il aurait pu bifurquer sur la droite, face à la rivière, par le raidillon. Bernanos, Crime,1935, p. 777.
2. [Le compl. désigne une réalité dont l'existence est considérée comme anormale ou fautive] Excuser l'absence de porte-manteaux; excusez mon style; il n'excuse aucune faute. Tu mériterais bien que je te tirasse (excusez le subjonctif) les oreilles pour ton « réintroniser », expression de droit canonique que tu me fourres là! (Flaub., Corresp.1852, p. 448).Excusez mon griffonnage, mais j'ai travaillé longuement et j'ai la vue fatiguée (Villiers de L'I.-A., Corresp.,1886, p. 150):
4. Elle excusa l'enfance du mauvais diable qui jadis avait fait sauter avec de la poudre le bénitier de l'église, à Sainte-Catherine-les-Arras. Adam, Enf. Aust.,1902, p. 64.
P. ell. du compl. Ici nous n'avons pu pendre qu'un père et son fils, que l'on prit endormis dans un fossé. Monseigneur excusera (Courier, Lettres Fr. et It.,1806, p. 719).Cet esthétisme d'emprunt n'était pour lui qu'un revêtement ingénieux pour cacher en révélant à demi ce qu'il ne pouvait laisser voir au grand jour; pour excuser, prétexter, et même motiver en apparence (Gide, Journal,1927, p. 847).
Loc. Excusez du peu! [S'emploie p. iron. pour exprimer son étonnement face à l'excès de qqn ou face au caractère outrancier d'une attitude ou d'un comportement] Par exemple, ce qui ne s'était jamais vu, il y avait vingt-cinq mille Français par terre. Excusez du peu! (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 183).Et puis comment diable voulez-vous qu'il moucharde? (...) il ne parle à personne et personne ne lui parle (...) S'il faut qu'il fasse des rapports avec ça, excusez du peu! (Sue, Myst. Paris, t. 8, 1843, p. 163).
B.− Dire des paroles ou faire des gestes interprétables comme des arguments montrant que l'auteur d'une action jugée incorrecte ne pouvait agir autrement qu'il l'a fait.
1. Emploi trans. Il s'efforçait vainement de l'excuser (Ac.).Ces jours-là, M. de Charlus relayait la princesse en allant chercher les nouveaux à la gare, excusait MmeVerdurin de ne pas être venue à cause d'un état de santé qu'il décrivait si bien que les invités entraient avec une figure de circonstance et poussaient un cri d'étonnement en trouvant la patronne alerte et debout (Proust, Sodome,1922, p. 1044).
2. Emploi pronom. réfl.
a) [Avec un compl. introduit par de exprimant une faute ou un manquement] Ils étaient arrivés dès l'aube et regardaient monter les vagues. Je m'excusai de m'être fait attendre (Gide, Voy. Urien,1893, p. 15).M. Thibault présenta les hommes. − « Je m'excuse de vous déranger, Monsieur », dit Mmede Fontanin, gênée par les regards dirigés sur elle, mais sans rien perdre de son aisance (Martin du G., Thib.,Cah. gr., 1922, p. 598).Il parlait à voix basse, et il s'en excusa en me montrant le mort, puis il m'offrit une chaise (Bosco, Mas Théot.,1945, p. 220):
5. − Je pars à une condition, c'est que vous viendrez dîner demain soir, Harriet sera contente de vous voir... Je m'excuse d'avoir avec moi une horrible créature : Miss Hitchener, mais elle nous quittera dans deux jours. Maurois, Ariel,1923, p. 132.
[Avec un compl. introduit par auprès de spécifiant le destinataire de l'excuse] Et, si quelque auteur se permet de les violer [les unités] encore, il a toujours soin de s'en excuser auprès du public (Sainte-Beuve, Tabl. poésie fr.,1828, p. 259).Il les lut avidement, maniant chaque feuille avec respect, (...) puis s'étant levé, s'excusait déjà auprès de ma grand'mère d'être resté aussi longtemps (Proust, J. filles en fleurs,1918, p. 866).
b) [Sans compl. exprimant la faute ou le manquement] La concierge sourit aussi d'un air embarrassé. − Alors, je m'excuse... excusez-moi, Monsieur... − Voilà qui est fait. Pas de lettres, naturellement. En ce cas, Madame Gerbois, je vous dis bonsoir (Estaunié, Ascension M. Baslèvre,1919, p. 59).
Dire en guise d'excuse. Après douze valses, son faux-col était une loque de linge plus molle encore que sa cravate blanche. Il s'excusa : − Cinq minutes, dit-il, et je reparais. Attendez-moi (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 60).Je suis abominablement en retard, s'excusa-t-il, mais j'ai rencontré, à la division coloniale, des camarades de promotion! Je ne pouvais pas m'en sortir! (Vercel, Cap. Conan,1934, p. 39):
6. Le président interrompit une seconde fois : « Prenez garde! Vous insultez Mmeveuve Flamèche, ici présente. » Renard s'excusa : « Pardon, pardon, c'est la passion qui m'emporte. » Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Trou, 1886, p. 579.
Proverbe. Qui s'excuse s'accuse.
[Avec un compl. introduit par auprès de spécifiant le destinataire de l'excuse] On le descendit alors, sans mot dire, par le moyen d'une échelle dressée. On était gêné. On s'excusait auprès de lui (Michaux, Plume,1930, p. 174).Mathilde revint, coiffée, le maquillage refait. − Oui, dit-elle, j'ai été idiote l'autre fois avec ton amie Chloé, je m'excuserai auprès d'elle (Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 191).
Rem. Cet emploi (B 2) est performatif aux 1respers. du prés. de l'indicatif.
C.− Emploi pronom. réfl. [Avec un compl. introduit par sur indiquant la cause pour laquelle on s'excuse] Vieilli. Alléguer quelque chose comme un motif pour lequel on présente des excuses (v. ce mot B). Il s'excusa sur sa myopie. Ils s'en sont excusés sur ce qu'ils n'avaient pas d'ordre; il s'en excuse sur sa maladie (Ac.).Je refusai quelque temps en m'excusant sur mon costume qui me rendait indigne de m'asseoir à leur table (Lamart., Confid.,1849, p. 298).Lemaître arriva rue Oudinot (chez Coppée) en retard. Guilleret, il s'excusait sur ce qu'il s'était attardé au salon (Barrès, Cahiers,t. 3, 1902-04, p. 13).M. Élie s'excusa sur ses rhumatismes pour n'aider pas Léon (Montherl.Célibataires,1934, p. 867):
7. Il commença par s'excuser sur l'inconvenance de l'heure. − Pardon, Madame, dit-il, après s'être assis entre Charles et Madame Dilois; pardon de me présenter si tard... Soulié, Mém. diable,t. 1, 1837, p. 111.
[Le compl. est introduit par là-dessus] Mais prendre l'avis de Gaspard lui avait coûté; et, maintenant, le cric et la charpente lui montraient bien son tort. C'était un peu tard. Gaspard s'excusa là-dessus à Anne-Marie (Pourrat, Gaspard,1930, p. 109).
Rem. Dans cet emploi, s'excuser semble n'être que constatif, c'est-à-dire employé pour rapporter un discours.
II.− [Le suj. désigne un inanimé] Servir d'excuse à quelque chose ou à quelqu'un. Sa maladie excuse sa paresse. Rien ne peut faire excuser une telle conduite (Ac.).Les sentiments exprimés dans votre lettre m'excuseront sans doute auprès de vous d'être à la campagne et de fuir Paris (Balzac, Corresp.,1839, p. 648).C'était au « tempérament artistique » de l'oncle Ben qu'on recourait et par égard pour ce fameux tempérament qui excusait tout, on acceptait sa sauvagerie, ses sautes d'humeur (Green, Journal,19, p. 279):
8. Encore une fois, ces contradictions n'excusent pas l'attitude des radicaux lillois, qui, eux, ont commis la contradiction suprême : celle d'affirmer la république, et de la livrer ensuite, en ressentiment de quelques outrages électoraux, les plus vains de tous. Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 28.
Prononc. et Orth. : [εkskyze], (j')excuse [εksky:z]. Cf. é-1. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1remoitié xiies. « justifier (ici, qqc.) en alléguant des excuses » (Psautier Oxford, 140, 4 ds T.-L., s.v. excusacïon); 2. ca 1274 « se mettre à l'abri d'un reproche, d'une sanction » (Adenet Le Roi, Berte, éd. A. Henry, 659); 3. 1283 « (d'une chose) servir d'excuse sei aager l'escuseroit (Ph. de Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 560); 4. 1668 « accepter de quelqu'un les raisons qu'il invoque pour se dispenser de faire quelque chose » (Racine, Plaideurs, II, 2). Empr. au lat. class. excusare « excuser, justifier, disculper ». Fréq. abs. littér. : 3 632. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 105, b) 4 102; xxes. : a) 6 197, b) 6 109. Bbg. Le Bidois Délire 1970, p. 212.

Excuser : définition du Wiktionnaire

Verbe

excuser \ɛk.sky.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (Pronominal : s’excuser)

  1. Disculper dans une certaine mesure, présenter une personne ou une action comme moins coupable qu’elle ne semble.
    • Il l’a excusé auprès de moi. Il s’efforçait vainement de l’excuser. On doit excuser les fautes de la jeunesse.
    • Il faut excuser ce léger oubli. Excusez l’état où je suis. Vous m’excuserez si je ne vous accompagne pas plus loin.
    • Rien ne peut faire excuser une telle conduite. et par extension: Rien n’excuse une telle conduite.
  2. Reconnaître une personne ou une action comme moins coupable qu’on ne l’avait cru, faire grâce.
    • Après l’avoir entendu, on ne peut s’empêcher de l’excuser.
  3. Autoriser quelqu’un à ne pas faire une chose, dispenser d'une obligation.
    • Il m’a invité à souper, je l’ai prié de m’en excuser.

Nom commun

excuser \Prononciation ?\

  1. Excuseur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Excuser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXCUSER. v. tr.
Disculper dans une certaine mesure, présenter une personne ou une action comme moins coupable qu'elle ne semble. Il l'a excusé auprès de moi. Il s'efforçait vainement de l'excuser. On doit excuser les fautes de la jeunesse. Il faut excuser ce léger oubli. Excusez l'état où je suis. Vous m'excuserez si je ne vous accompagne pas plus loin. Rien ne peut faire excuser une telle conduite. Par extension, Rien n'excuse une telle conduite. Il signifie aussi Reconnaître une personne ou une action comme moins coupable qu'on ne l'avait cru. Après l'avoir entendu, on ne peut s'empêcher de l'excuser. Il signifie encore Autoriser quelqu'un à ne pas faire une chose. Il m'a invité à souper, je l'ai prié de m'en excuser.

S'EXCUSER signifie Donner des raisons pour se disculper. Comment pourrait-il s'excuser d'une telle faute? Ils s'en sont excusés sur ce qu'ils n'avaient pas d'ordre. Il s'en excuse sur sa maladie. S'excuser sur un autre, Rejeter la faute sur un autre. S'excuser de faire une chose, Donner des raisons pour s'en dispenser. Il ne s'est point trouvé au rendez-vous : il a envoyé s'en excuser, s'excuser. On m'a prié de solliciter pour lui, je m'en suis excusé. Je vous prie de me tenir pour excusé. Excusez-moi. Terme de civilité dont on se sert ordinairement quand on contredit quelqu'un, ou lorsqu'on veut se dispenser de céder à quelque demande. Vous dites que j'ai fait telle chose; excusez-moi, je ne l'ai point faite, ou, absolument, Excusez-moi. Vous resterez avec nous? Excusez-moi, je ne puis. On dit aussi dans le même sens : Vous m'excuserez.

Excuser : définition du Littré (1872-1877)

EXCUSER (èk-sku-zé) v. a.
  • 1Donner les raisons qui peuvent disculper quelqu'un d'une faute, d'un manquement. Je ne vois pas comment on pourrait l'excuser [Dieu] de tromperie, si en effet ces idées [des objets extérieurs] étaient produites par d'autres causes que par des choses corporelles, Descartes, Médit. VI, 9. Je vous excusai fort sur votre intention, Molière, Mis. III, 5. Je ne m'étais chargé dans cette occasion Que d'excuser César d'une seule action, Racine, Brit. I, 2.

    Excuser une chose sur, la rejeter sur. Le monsieur sur la vue excuse ce défaut, Régnier, Sat. x.

    Excuser à, suivi d'un nom de personne ou de chose personnifiée, excuser envers, auprès de. Vous m'excuserez à lui si je ne lui écris, car le messager part, Malherbe, Lett. à Peiresc, 13 févr. 1611. Non, je te connais mieux, tu veux que je te prie, Et qu'ainsi mon pouvoir t'excuse à ta patrie, Corneille, Hor. II, 5. Ne viens point m'excuser l'action de cette infidèle, Molière, B. gent. III, 9.

  • 2Recevoir, admettre les raisons que quelqu'un allègue pour se disculper. Après l'avoir entendu, on ne peut s'empêcher de l'excuser. Vous m'excuserez sur l'humaine faiblesse, Molière, Tart. III, 3.
  • 3Excuser un juré, recevoir comme valables les motifs qui l'empêchent de siéger. Le président l'excusa comme malade.

    Se dit aussi dans les assemblées délibérantes pour les membres qui ne peuvent pas venir siéger.

  • 4Servir d'excuse, avec un nom de chose pour sujet. Rien n'excuse à présent votre cœur obstiné, Voltaire, Orphel. v, 4.
  • 5Pardonner, tolérer, par indulgence. Il faut excuser ce léger oubli. J'ai tant et si longtemps excusé tes excuses, Régnier, Élég. II. Je veux bien excuser son heureuse imprudence, Racine, Iphig. IV, 10. Excuse les transports de ce cœur offensé, Voltaire, Zaïre, III, 7.
  • 6Excuser quelqu'un de faire une chose, le dispenser de la faire. Il m'a invité à dîner, je l'ai prié de m'en excuser.

    Absolument. Être indulgent. Le rat [de ville]… Va, vient, fait les honneurs, le priant d'excuser, Chénier, Fable.

    Excusez-moi, vous m'excuserez, formules de civilité usitées quand on veut se dispenser de faire une chose, ou quand on contredit une personne pour laquelle on a de la déférence. Vous resterez avec nous ?- Excusez-moi, je ne le puis. Vous m'excuserez, si je ne vous accompagne pas plus loin. Monsieur, excusez-moi, je n'y puis rien comprendre, Racine, Plaid. II, 2.

    Absolument. Excusez. Ah ! seigneur, excusez, si, vous connaissant mal…, Corneille, Nicom. I, 3.

    Ironiquement. Excusez, excusez du peu, se dit pour exprimer son étonnement de l'outre-cuidance, de l'impertinence, de l'avidité de quelqu'un, etc.

  • 7S'excuser, v. réfl. Présenter ses excuses, ses raisons pour se disculper. Elle s'excusa sur ce qu'elle n'avait jamais vu le roi, Vaugelas, Q. C. liv. IV, dans RICHELET. Tu sais bien t'excuser, et n'admets point d'excuses Pour les faiblesses du prochain, Corneille, Imit. II, 3. Mais si pour s'excuser il nomme sa complice…, Corneille, Cinna, III, 1. Tout l'Érèbe entendit cette belle homicide S'excuser au berger qui ne daigna l'ouïr, Non plus qu'Ajax, Ulysse et Didon son perfide, La Fontaine, Fabl. XII, 24. Et vous vous excusez de m'avoir fait heureux ! Racine, Mithr. IV, 2.

    S'excuser sur une personne ou une chose, rejeter la faute sur cette personne ou cette chose. Vous excuserez-vous sur les suites inséparables d'une naissance illustre ? Massillon, Carême, Mélange.

  • 8S'excuser de faire une chose, s'en dispenser. Encore que les raisons pour lesquelles je l'avais prise [la résolution de publier un livre] fussent très fortes, mon inclination, qui m'a toujours fait haïr le métier de faire des livres, m'en fit incontinent trouver assez d'autres pour m'en excuser, Descartes, Méth. VI, 1. On dit que M. le prince s'est excusé de servir cette campagne ; je trouve qu'il fait fort bien, Sévigné, Lett. du 26 févr. 1676. Lorsque Mendose le voulut mener chez elle, il trouvait toujours quelque prétexte pour s'en excuser, Lesage, Diab. boit. 13.

    Absolument. Mais lorsque vous voudrez, sans elle, en disposer, N'aura-t-elle aucun droit, Seigneur, de s'excuser ? Corneille, Œdipe, I, 3.

  • 9Être excusé. Une telle action ne saurait s'excuser, Molière, Mis. I, 1.

    PROVERBE

    Qui s'excuse s'accuse, c'est-à-dire chercher à se justifier avant d'être accusé, indique qu'on se sent coupable.

HISTORIQUE

XIIe s. Pour ce, dame, vous loe [je vous conseille] à escuser Que cil ne soient ateint de l'heresie Qui desormais ne vous vorront [voudront] amer, Quesnes, Romancero, p. 108.

XIIIe s. Par iceste maniere bien [nous] vous escuserons [de ne pas vous montrer], Berte, LXXVII. Ce ne seroit pas sens, se je m'en escusoie [je niais être la reine], ib. CVI. S'il [un enfant] fesoit larrechin, il ne seroit pas jugiés, car ses ages [son âge] l'escuseroit, Beaumanoir, XVI, 10.

XIVe s. Vostre jeunesse vous excuse d'estre bien saige et vous excusera encores en toutes choses que vous ferez en intention de faire bien, Ménagier, Prologue. Plus tost s'escuse femme que vens ne voist [n'aille] ventant, Baud. de Seb. III, 301.

XVe s. Et estoye [je] du guet ceste nuit, car nul n'en estoit excusé, Commines, I, 9.

XVIe s. Je leur donne la victoire s'ils se peuvent excuser que ceste accusation de Christ ne s'adresse point à eux, Calvin, Instit. 951. Au-dessus du grand bastion d'en haut y avoit un grand chemin creux qui excusoit [dispensait] l'ennemy de faire tranchées, Du Bellay, M. 428. Vous suppliant escuzer la paine que vous donne à lire tant de fascheuses lettres, Marguerite de Navarre, Lett. 72. Mon ignorance m'excusera mieux sur ce que…, Montaigne, II, 107. Ils m'esleurent maire de leur ville [Bordeaux] ; je m'en excusai, mais… , Montaigne, IV, 149. D'Aubigné, ayant appris cette nomination, se rendit à Chastelleraud pour s'excuser de l'accepter [pour la refuser], D'Aubigné, Vie, CXI. Qui trop tost s'excuse de peché s'accuse, Genin, Récréat. t. II, p. 248. Tel se plaint qui n'a point mal ; tel s'excuse qui s'accuse, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 424.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « excuser »

Étymologie de excuser - Littré

Provenç. escusar ; espagn. excusar ; ital. scusare ; du latin excusare. Il faut revenir sur l'étymologie donnée à accuser : excuser, accuser, c'est tirer de cause, mettre en cause ; causa paraît donc bien être dans le mot. Mais, d'autre part, causa se rattache à cudere, frapper, pousser, dont le fréquentatif cusare est admis par les étymologistes latins comme radical de accusare et excusare ; causa se rapportant, pour la forme, à cudere, comme clausa à cludere, et, pour le sens, signifiant ce qui pousse, et figurément affaire juridique.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de excuser - Wiktionnaire

Mot provenant probablement du latin excusare signifiant « se justifier, s'expliquer ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de excuser - Wiktionnaire

Du latin excūsāre (« excuser »), infinitif présent actif de excūsō.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « excuser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
excuser ɛkskyze play_arrow

Conjugaison du verbe « excuser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe excuser

Évolution historique de l’usage du mot « excuser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « excuser »

  • Mercredi, la star de TikTok est revenue sur les réseaux sociaux après une semaine de pause pour s’excuser publiquement d’avoir partagé une vidéo exprimant son soutien à All Lives Matter, un slogan associé aux critiques du mouvement Black Lives Matter. News 24, Addison Rae rompt le silence des médias sociaux pour s'excuser pour toutes les vies - News 24
  • Et de quatre depuis le début de l’épidémie, mais cette fois, sans lyrisme, sans grandes envolées. Bien sûr, quand on n’a que des bonnes nouvelles à annoncer, inutile de délayer. Et pour une fois, c’est lui (et non pas son Premier ministre, toujours plus réservé sur le déconfinement) qui les dévoilait, ces bonnes nouvelles. Alors, attention, il y a eu quelques arrangements avec la réalité : les performances de la France en matière de lutte contre le Coronavirus ont été largement surestimées par le chef de l’État, et la stratégie de confinement dur a fait de la France le pays qui a le plus plongé dans la récession économique. L’appel à reprendre et à accélérer le retour au travail était donc vraiment indispensable. Mais l’état d’esprit général d’Emmanuel Macron, c’est : se réinventer, oui. Mais s’excuser, non ! L'Opinion, Emmanuel Macron n’a pas la culture de l’excuse – Politique | L'Opinion
  • Alors évidemment, s’instruire est une bonne chose. Mais le faire en lisant des citations du dictateur allemand, affirmant que le peuple juif contrôle le monde et fait en sorte de maintenir le peuple noir opprimé… Comment dire ? C’est plus que limite quand on veut lutter contre le racisme. Forcément, ce soutien absurde au joueur des Eagles a fait polémique. Mais Stephen Jackson a refusé de s’excuser, ne proposant qu’un message ambigu et hors-propos en réponse aux critiques : Parlons Basket, NBA - Stephen Jackson dérape complètement et refuse de s'excuser
  • Le président de Dare To Care, Eli Bissonnette, a tenu à s'excuser personnellement, jeudi, de ne pas avoir agi plus tôt dans cette affaire, tout en annonçant qu'il quittait ses fonctions au sein de l'entreprise qu'il a fondée en 2001. Radio-Canada.ca, Dénonciations en ligne : largué par sa maison de disques, Bernard Adamus s’excuse | Radio-Canada.ca
  • La colonisation a apporté des dispensaires, des hopitaux, des ecoles, des routes, des trains, des industries, la langue française pour pouvoir faire du commerce ou simplement se faire comprendre en dehors de son pays et bien d'autres choses encore. C'est de tout cela que la France doit s'excuser ? Le Figaro.fr, Colonisation de l’Algérie: «De quoi la France devrait-elle s’excuser?»
  • Les philosophes : ils ne savent pas comment excuser Dieu ; c'est pourquoi ou bien ils le nient, ou bien ils le prouvent : ce qui revient au même. En effet au lieu de chercher d'abord à le voir, ils commencent par le concevoir. De Jacques Rivière / De la foi
  • Les hommes ne sont pas très différents à propos des choses qu’ils considèrent comme mauvaises ; mais ils ont d’énormes différences d’opinion sur ce que l’on peut excuser. De Gilbert Keith Chesterton / Illustrated London News - 23 Octobre 1909
  • Une femme disait à un de ses amis pour s'excuser de ses amants : Qu'est-ce que vous voulez que je fasse quand il pleut et que je m'ennuie ? De Edmond et Jules de Goncourt / Idées et sensations
  • Quand un ministre s'exprime à la télé, on a toujours l'impression qu'il commence à s'excuser. De François Mitterrand / Le Canard enchaîné - 4 Mars 1992
  • Pour se faire excuser ses bassesses, ou pour les justifier, l'homme a besoin de savoir qu'il y a pire que lui. De Félix Leclerc / Carcajou ou le diable des bois
  • Il est facile de pardonner leurs erreurs aux autres ; cela demande plus de cran de les excuser d’avoir vu les nôtres. De Jessamyn West
  • Présenter aux femmes des motifs pour excuser leurs fautes, c'est le plus sûr moyen de leur en faire commettre. De Madame Roland / Mémoires
  • S'excuser, c'est un peu comme essayer de redonner de l'allure à un manteau élimé avec une brosse usée. De Leonard Flemming
  • Avant de blâmer, il faudrait toujours chercher à voir si l'on ne peut d'abord excuser. De Georg Christoph Lichtenberg / Le miroir de l'âme
  • Etre amoureux n'était qu'un joli mot pour excuser la chose. De Daphné du Maurier / L'auberge de la Jamaïque
  • Bacchus. Divinité complaisante inventée par les anciens pour excuser leurs excès de boisson. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • L'intention doit au moins faire excuser l'action. De Jean le Rond d’Alembert / Lettre au roi de Prusse
  • Il est plus aisé d'accuser un sexe que d'excuser l'autre. De Michel de Montaigne / Essais
  • Il faut s’excuser de bien faire, rien ne blesse plus. De Paul Valéry / Moralités

Traductions du mot « excuser »

Langue Traduction
Corse scusa
Basque aitzakia
Japonais 言い訳
Russe оправдание
Portugais com licença
Arabe عذر
Chinois 借口
Allemand ausrede
Italien scusa
Espagnol excusa
Anglais excuse
Source : Google Translate API

Synonymes de « excuser »

Source : synonymes de excuser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « excuser »



mots du mois

Mots similaires