Réprouver : définition de réprouver


Réprouver : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉPROUVER, verbe trans.

A. − [L'obj. désigne des pers., des attitudes, des actes, etc.] Condamner sévèrement ce qui est considéré comme répréhensible. Synon. blâmer.C'est en grande partie à l'affaissement du sens moral, à des complaisances honteuses pour ce qu'au fond la conscience réprouve, que nous devons nos malheurs (Viollet-Le-Duc, Archit., 1872, p. 255).
− Dans le domaine relig.Condamner (ce qui est jugé contraire au dogme). Il s'agit de réprouver l'erreur protestante qui n'attribue de valeur aux sacrements que par la foi qu'ils provoquent dans l'âme (Théol. cath.t. 14, 11939, p. 605).Au IVesiècle, le synode de Laodicée réprouve l'attribution de pouvoirs surnaturels aux pierres précieuses (Metta, Pierres préc., 1960, p. 98).
[En parlant d'une divinité] Exclure, rejeter. Le jongleur déclara que l'étranger (...) étoit réprouvé du Grand Esprit (Chateaubr., Natchez, 1826, p. 319).
THÉOL. ,,Destiner aux peines éternelles`` (Littré). Synon. maudire, damner.
B. − P. ext.
1. [L'obj. désigne une création de l'esprit] Récuser ce qu'on trouve particulièrement mauvais. Synon. désapprouver, désavouer.Plusieurs morceaux annotés au crayon (...) démontrent à quel point un compositeur, qu'un directeur force à travailler à coups de papier timbré, peut faire preuve d'insigne mauvais goût en écrivant, contraint et forcé, des choses qu'il réprouve lui-même (L. Schneider, Maîtres opérette fr., 1924, p. 211).
Réprouver que.Désapprouver fortement que. [Mes amis espagnols] réprouvent que (...) Realito, transportant dans sa littérature le saint délire de la chorégraphie, invoque à tout bout de champ les glorieux ancêtres (Montherl., Pte Inf. Castille, 1929, p. 669).
2. Rare. [Dans le domaine du concr.] Critiquer fortement, dénoncer. Nos échanges intellectuels se bornent à des exclamations qui veulent être gaies ou qui réprouvent l'état des routes (Colette, Entrave, 1913, p. 28).
Prononc. et Orth.: [ʀepʀuve], (il) réprouve [-pʀu:v]. Ac. 1694, 1718: reprouver; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. 1100 « reprocher quelque chose à quelqu'un » (Roland, éd. J. Bédier, 768); 2. a) 1remoit. xiies. « écarter, rejeter, blâmer » (Psautier d'Oxford, 117, 21 ds T.-L.); b) déb. xives. théol. « rejeter et destiner aux peines éternelles » (Jean Chapuis, Le Thresor, éd. Méon, 1399). Du lat. eccl. reprobare « rejeter, condamner quelque chose, quelqu'un », dér. de probare « trouver bon; faire approuver; démontrer, prouver », préf. re-marquant un mouvement en sens contraire. Fréq. abs. littér.: 207. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 312, b) 94; xxes.: a) 367, b) 340.
DÉR.
Réprouvable, adj.Qui peut, qui doit être réprouvé. Synon. blâmable.[Rimbaud] arrivait avec ce bagage précieux (...) des descriptions vertigineuses vraiment géniales, le Bateau Ivre, les Premières Communions, chef-d'œuvre à mon gré d'artiste, parfois bien réprouvable pour mon âme catholique (Verlaine, Œuvres posth., t. 2, Crit. et conf., 1896, p. 272). [ʀepʀuvabl̥]. Att. ds Ac. dep. 1878. 1reattest. reprovable (Nicole Oresme, Ethiques, III, 26, éd. A. D. Menut, p. 227); de réprouver, suff. -able*.
BBG.Thomas (A.) Nouv. Essais 1904, p. 111.

Réprouver : définition du Wiktionnaire

Verbe

réprouver \ʁe.pʁu.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rejeter une chose, la condamner.
    • Ce sera là chose utile, vu le manque à peu près total d’investigations sérieuses sur l’origine et sur l’histoire de ces idées si réprouvées, si persécutées et qui sont, malgré tout, le dernier mot, la dernière pensée et la dernière espérance de tant d’hommes nobles et courageux qui savent agir et mourir pour elles. — (Michel Bakounine, Œuvres, tome I, Introduction par Max Nettlau, édition P.-V Stock, 1907, p. xiii)
    • S’il ne tomba pas à genoux pour s’humilier devant Dieu et l’adorer, c’est qu’il réprouvait les solutions faciles. — (René Barjavel, Le diable l’emporte, 1948, p. 32.)
    • L’église a réprouvé cette doctrine.
    • Ce sont des choses que la morale réprouve.
    • Il est réprouvé de tous les gens de bien.
  2. (Théologie) Condamnations que Dieu prononce contre ceux qu’il rejette.
    • Dieu réprouva Saül pour sa désobéissance.
  3. Simplement blâmer, désapprouver sévèrement.
    • Un honnête homme réprouvera toujours de pareilles actions.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Réprouver : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉPROUVER. v. tr.
Rejeter une chose, la condamner. L'Église a réprouvé cette doctrine. Ce sont des choses que la morale réprouve. Il est réprouvé de tous les gens de bien. Il se dit spécialement, en termes de Théologie, des Condamnations que Dieu prononce contre ceux qu'il rejette. Dieu réprouva Saül pour sa désobéissance. Il signifie aussi simplement Blâmer, désapprouver sévèrement. Un honnête homme réprouvera toujours de pareilles actions. Le participe passé

RÉPROUVÉ s'emploie comme nom et se dit de Ceux que Dieu rejette. Être du nombre des réprouvés. Il n'y a qu'un réprouvé qui puisse parler de la sorte. Fam., Avoir un visage de réprouvé, une figure, une face de réprouvé, Avoir quelque chose d'effrayant, de sinistre dans la physionomie.

RÉPROUVÉ se dit, par extension, de Ceux que la société rejette et qui entrent en guerre avec elle.

Réprouver : définition du Littré (1872-1877)

RÉPROUVER (ré-prou-vé) v. a.
  • 1Rejeter, condamner. Que la réforme ne pense pas s'excuser sur ce qu'elle pense à la fin avoir condamné en France et en Angleterre, par ses plus fameux écrivains, les guerres civiles de religion… car les réprouver quelque temps pour y revenir après, c'est bien montrer qu'on a honte de son erreur, mais c'est montrer en même temps qu'on ne veut pas s'en corriger, Bossuet, 5er avert. 1. Les saints anges protecteurs du temple déclarèrent hautement qu'ils l'abandonnaient, parce que Dieu, qui y avait établi sa demeure pendant tant de siècles, l'avait réprouvé, Bossuet, Hist. II, 8. Dieu réprouverait un culte où le cœur n'aurait point de part, Bourdaloue, Serm. 20e dim après la Pentecôt. Domin. t. IV, p. 210. A-t-il aimé le monde, lui [Jésus-Christ] qui l'a réprouvé ? Massillon, Carême, Mauv. riche. Il [le jésuite Lainez] disputait cependant dans cette assemblée [le colloque de Poissy] qu'il réprouvait, Voltaire, Mœurs. 171. Le bon sens rejette ces absurdités, et l'équité réprouve ces calomnies, Voltaire, Fragm. sur l'hist. VII. Le comique, qui était encore à la mode dans nos premiers opéras, est réprouvé aujourd'hui, Voltaire, Lett. Chabanon, 6 fév. 1770.
  • 2 Terme de théologie. Destiner aux peines éternelles. Les Juifs sont ennemis pour l'amour de vous ; si Dieu les a réprouvés, ç'a été, ô gentils, pour vous appeler, Bossuet, Hist. II, 7. Combien d'ancêtres de Jésus-Christ ont été réprouvés de Dieu, parce qu'avec cette qualité d'ancêtres de Jésus-Christ, ils n'ont pas laissé d'être des impies et des infidèles ! Bourdaloue, Instruct. Octave de l'Assompt. Exhort. t. II, p. 309. C'est notre foi, si jamais nous avons le malheur d'être réprouvés, qui dictera elle-même l'arrêt de notre réprobation, Bourdaloue, Jugem. dern. 1er avent, p. 54.

HISTORIQUE

XIe s. Mon escient, [ils] nel me reproveront [reprocheront], Ch. de Rol. LX. Et reprover [honte, reproche] à trestoux vos parenz, ib. CXXVII.

XIIIe s. Par Dieu, vassal, mar vous vint en pensé Quant vous m'avez reprové mon eage, Quesnes, Romancero, p. 109. Vié honte [vieille honte], quant on la repreuve, Est aussi laide come neuve, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 739. Il nous reprouvera par ordre, Si com l'evangile recorde, Et bons et mauvais jugera, J. de Meung, Tr. 1399. Li marchis Bonifaces… li reprovoit sovent le grant servise qu'il li avoient fait, Villehardouin, XCII. Ce oï dire en reprovier [proverbe], Que l'en ne puet faire espervier En nule guise d'ung busart, la Rose, 3711.

XIVe s. Il reprouve ci l'oppinion de ceulx qui mettent felicité en richesses, Oresme, Eth. VI (10).

XVIe s. Les jugements de communauté de peuple sont souventes fois à reprouver comme deraisonnables, Boucic. III, 14. Gens superstitieux et reprouvés, Monstrelet, II, 65.

XVIe s. …Ains estoit sa compagnie et sa conversation fort plaisante et fort aggreable aux femmes, si en cela nous ne voulons reprouver le tesmoignage de la courtisane Flora, Amyot, Pomp. 76. Le peuple luy donna audience telle, qu'il apparoissoit qu'il ne reprouvoit ny n'approuvoit trop ce qui avoit esté fait, Amyot, César, 85. Ainsi ceux que Dieu laisse en elisant, il les reprouve, Calvin, Inst. 757. Richesses, presents… et telle aultre basse marchandise qu'ils reprouvent, Montaigne, I, 211.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Réprouver : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉPROUVER, (Critiq. sacrée.) c’est rejetter une chose ou une personne dont on s’étoit d’abord servi ; la pierre que les architectes ont réprouvée (reprobaverant), est devenue la principale pierre de l’angle. Matt. xxj. 42. Cette pierre angulaire est J. C. Réprouver veut dire encore juger mal de quelqu’un, le condamner ; ainsi les réprouvés, dans l’Ecriture, sont les méchans, les impénitens que Dieu condamne. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « réprouver »

Étymologie de réprouver - Wiktionnaire

Du latin reprobare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de réprouver - Littré

Wallon, r'prové ; provenç. reproar, reprobar ; espagn. reprobar ; port. reprovar ; ital. reprovare ; du lat. reprobare, de re, indiquant retrait, et probare, approuver (voy. PROUVER). Reprouvier a signifié proverbe, le proverbe devenant facilement une leçon, un reproche.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « réprouver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réprouver repruve play_arrow

Conjugaison du verbe « réprouver »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe réprouver

Citations contenant le mot « réprouver »

  • Pour un fonds musulman, cela peut se traduire par éviter d'investir dans des entreprises qui tirent leurs revenus de la vente d'alcool, de porc ou des jeux de hasard, mais aussi par la volonté d'obéir à des règles plus philosophiques. Par exemple, l'islam tend à réprouver les intérêts banquaires, parfois considérés comme une manière haram de faire fructifier son argent. korii., Les fonds d'investissement religieux ont le vent en poupe | korii.
  • Et d’expliquer que ces essais «entretiennent, en outre, un sentiment de peur à travers le monde et suscitent la méfiance et le doute dans les relations entre les hommes et les peuples». Mohammed V a déclaré ainsi réprouver «de tels essais, quel que soit l’Etat qui les entreprend et quelle qu’en soit la puissance». , Charles de Gaulle, Mohammed V et les essais nucléaires en Algérie    
  • Le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Ahmed Réda Chami, a vivement reproché au gouvernement de n’avoir pas pris en considération les recommandations de son institution, regrettant notamment ses atermoiements dans l’encaissement des impôts dus par les grands entrepreneurs. Ces derniers, ajoute-t-il, se dérobent à leur obligation de payer les impôts ou trichent dans la déclaration de leurs bénéfices, privant ainsi la trésorerie de l’Etat de plusieurs milliards. Et le même intervenant de réprouver le retard pris dans la réforme fiscale que le gouvernement avait annoncée lors d’une précédente édition des Assises nationales sur la fiscalité.   fr.le360.ma, Chami accuse le gouvernement d'indulgence avec les grands fraudeurs du fisc | www.le360.ma
  • Certains grincent des dents face à ces dénonciations et soutiennent que le moyen choisi nuit à la présomption d’innocence, qu’il faut déposer une plainte. Pourtant, la réputation d’une personne visée par une plainte est rarement épargnée jusqu’à une condamnation, en dépit de la présomption d’innocence. Et si la société n’attend plus une condamnation officielle pour réprouver les auteurs allégués d’inconduites sexuelles, c’est peut-être à force de constater que le système ne permet pas toujours d’obtenir justice pour ces agressions qui se déroulent dans l’intimité et qui peuvent difficilement être prouvées hors de tout doute raisonnable, ou parce que certains comportements inacceptables ne sont pas nécessairement criminels. La Presse, Dénonciations d’agressions sexuelles: votre cri a été entendu
  • En effet, bien qu’on puisse instinctivement réprouver voire abhorrer l’acte du suicide, une éthique libérale rigoureuse doit réprouver toute restriction de la liberté d’autrui à des fins paternalistes, autrement dit pour son propre bien. Nul ne doit davantage être maître de ma propre vie que moi-même. Dans ce cas, pourquoi autrui pourrait-il décider à ma place de ma vie ou de ma mort  ? Contrepoints, Légalisation des armes à feu : le débat interdit | Contrepoints
  • L’incompréhension de la situation a conduit le joueur à réprouver le contrat, altéré et sous-évalué par rapport aux premières propositions. Le joueur ne garde aucune inimitié avec l’enseigne de Championship : « Mais ce qui est fait est fait. Hier, j’étais très énervé, aujourd’hui, je regarde vers l’avant. Je suis en fin de contrat à Niort, avec mes agents, on va trouver un projet qui me correspond. J’ai confiance.  » Actufoot, Le transfert de Thibault Vion (Niort) vers Hull City a été avorté !
  • Ma théorie se borne à utiliser les passions réprouvées telles que la nature les donne, et sans y rien changer. Charles Fourier, Théorie de l'unité universelle

Traductions du mot « réprouver »

Langue Traduction
Corse mustrà
Basque reprehendi
Japonais 叱る
Russe порицать
Portugais reprovar
Arabe وبخ
Chinois 责备
Allemand tadeln
Italien riprendere
Espagnol reprender
Anglais reprove
Source : Google Translate API

Synonymes de « réprouver »

Source : synonymes de réprouver sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réprouver »


Mots similaires