La langue française

Faiblir

Sommaire

  • Définitions du mot faiblir
  • Étymologie de « faiblir »
  • Phonétique de « faiblir »
  • Évolution historique de l’usage du mot « faiblir »
  • Citations contenant le mot « faiblir »
  • Traductions du mot « faiblir »
  • Synonymes de « faiblir »
  • Antonymes de « faiblir »

Définitions du mot faiblir

Trésor de la Langue Française informatisé

FAIBLIR, verbe intrans.

Devenir faible.
A.−
1. [Le suj. désigne une pers. ou une partie du corps] Perdre de ses forces, de sa résistance physique. Mon Dieu, mon Époux, ô sacré cœur du Sauveur, je faiblis (Jouve, Paulina,1925, p. 165).Il quitta le cadet, traversa la rue hors du champ de tir des assiégés. Il gagna le toit. L'homme qui s'accrochait au faîte faiblissait : il le remplaça (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 254):
1. Son noble front se penche vers la terre, ses membres foiblissent et se dérobent sous lui; sans courage et sans ressort, il tombe et attend dans une langueur invincible qu'un air plus doux le ranime... Nodier, J. Sbogar,1818, p. 110.
2. P. anal.
a) [Le suj. désigne une chose] Perdre de sa solidité. Le plancher faiblit de jour en jour (Lar. 19e) :
2. Des poutres avaient déjà faibli, son cousin lui mentait, en ne parlant que de deux ou trois planches déclouées. Zola, Joie de vivre,1884, p. 926
b) Au fig. Mollir, fléchir, céder.
[Le suj. désigne une pers.] Ah! Jonathan! Ma force ne me suffit pas pour te quitter; il faut aussi la tienne. Ne faiblis pas (Gide, Saül,1903, IV, 1, p. 357).Il (...) est parti, il reviendra demain... Il ne pouvait se détacher de moi, et j'avais peur de faiblir, je le repoussais de mes bras étendus (Colette, Vagab.,1910, p. 171):
3. ... je parlai des nombreux changements que j'avais été obligé de faire dans le commandement, dont beaucoup avaient été cruels à mon cœur, mais que j'avais exécutés sans hésitation. Et je déclarai que mon intention était de poursuivre sans faiblir cette épuration de nos cadres. Joffre, Mém.,t. 1, 1931, p. 478.
[Le suj. désigne une chose abstr.] J'ai là un petit papier..., dit le comte, sentant faiblir son courage (Montherl., Célibataires,1934, p. 774).
B.− P. ext. et au fig. Perdre de sa force, de sa puissance; diminuer (d'intensité, d'importance, etc.). La tempête, le vent faiblit. Sa voix faiblissait de plus en plus, n'était plus qu'un murmure de prière ardente (Zola, Conquête Plassans,1874, p. 1104).L'odeur des amandiers faiblissait dans la nuit dans la senteur de chocolat qui s'exhalait dès les premières maisons de Sérianne (Aragon, Beaux quart.,1936, p. 302):
4. ... un corps sans mouvement autre que celui d'une respiration oppressée, qui faiblissait dangereusement, par paliers. Arnoux, Seigneur,1955, p. 124.
[En parlant des facultés intellectuelles d'une pers.] Baisser, diminuer. Il [Malherbe] est de ceux, comme Buffon, qui n'ont pas faibli et dont le talent a duré et grandi jusqu'à la fin (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 13, 1863-69, p. 395).
Spécialement
Perdre de sa valeur, de son prix. Les moules et coquillages avaient un peu faibli, 56,750 kilos, [aux Halles] (L'Œuvre,10 fév. 1941).
[En parlant du vin] Perdre de sa force, de son bouquet. Ce vin faiblit (Ac.1835, 1878).
Rem. On rencontre ds la docum. faiblissement, subst. masc. Action de faiblir; état qui en résulte. La moindre faute, le moindre faiblissement de l'adversaire est épié, exploité aussitôt (Romains, Hommes bonne vol. 1938, p. 70). On s'explique, dans ces conditions, que le je-ne-sais-quoi puisse passer pour une illusion : c'est comme un faiblissement de l'esprit fort, un certain état de vague à l'âme (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 37).
Prononc. et Orth. : [fεbli:ʀ], [fe-]. Demi-long. de la voyelle de la 1resyll. ds Passy 1914. Timbre fermé ds Dub. et, à titre de var. ,,courante``, ds Warn. 1968. Ds Ac. dep. 1835. Étymol et Hist. 1. 1188 « faire perdre de sa vigueur, de sa force physique » trans. (Aimon de Varennes, Florimont, 2413 ds T.-L. : Mai flebis fut del sanc qu'il pert); « perdre de sa fermeté, de sa force morale » intrans. (Id., op. cit., 7634, ibid.); 1677 « perdre de sa valeur (en parlant des qualités intellectuelles) » (Corneille, Au Roi, Sur Cinna..., éd. Marty-Laveaux, t. 10, p. 312); 2. 1764 « perdre de sa force, de son intérêt » cette pièce ... faiblit de scène en scène (Volt., Comment. sur Corn., Rem. Othon ds Rob.); 1797 « perdre de son intensité » (Voy. Pérouse, t. 3, p. 96 : les vents passerent au Nord et faiblirent). Dér. de faible*; dés. -ir. Fréq. abs. littér. : 445. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 358, b) 872; xxes. : a) 720, b) 684.

Wiktionnaire

Verbe

faiblir \fe.bliʁ\ intransitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Devenir faible.
    • Le vent faiblit.
    • La voix faiblit.
  2. (Figuré) Diminuer.
    • L’engouement des Etats pour l’intelligence artificielle (IA) ne faiblit pas. — (Charles Thibout, Intelligence artificielle : « La Chine entend s’appuyer sur cette technologie pour déchoir les Américains de leur rang à l’horizon 2049 », Le Monde. Mis en ligne le 30 septembre 2019)
  3. Ne plus pouvoir résister, fléchir, céder.
    • Cette poutre faiblit, il faut la soutenir.
    • (Figuré) La première ligne de résistance faiblit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FAIBLIR. v. intr.
Devenir faible. Le vent faiblit. La voix faiblit. Fig., Son talent faiblit. Il signifie aussi Ne plus pouvoir résister, fléchir, céder. Cette poutre faiblit, il faut la soutenir. Fig., La première ligne de résistance faiblit.

Littré (1872-1877)

FAIBLIR (fè-blir) v. n.
  • 1Perdre de sa force, de son courage, de sa persévérance. Il sentit son courage faiblir. Il a faibli dans cette circonstance.

    Perdre de son mérite dans les arts ou dans les lettres. Personne ne goûtait mieux que Mme de Sévigné tout ce qu'il y avait d'excellent dans la Fontaine ; cependant elle sentait fort bien quand il faiblissait, Mém. de Trév. 1726, dans DESFONTAINES.

    Il se dit aussi des ouvrages mêmes. Ces fautes trop souvent répétées sont cause que cette pièce, admirablement commencée, faiblit de scène en scène et ne peut plus être représentée, Voltaire, Comm. sur Corn. Rem. Othon.

  • 2En parlant des choses, devenir faible. Ce vin faiblit. Le vent faiblit. La poutre faiblit dans le milieu.

    Terme de boulanger. La pâte faiblit, elle ne soutient pas la forme qu'on lui a donnée en la mettant en pains.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

REMARQUE

Faiblir, qui n'est pas dans Richelet, n'est dans le dictionnaire de l'Académie, qu'à partir de l'édition de 1740.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « faiblir »

(Siècle à préciser) Composé de faible et de la désinence -ir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Faible, et la terminaison ir ; génev. faibler. L'ancien français, qui n'avait pas faiblir, avait febloier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « faiblir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
faiblir feblir

Évolution historique de l’usage du mot « faiblir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « faiblir »

  • Alors que la propagation du virus ne cesse de faiblir en France, dirigeants et services RH constatent une baisse de la vigilance chez les employés. Le Figaro.fr, Dans les entreprises, le respect des mesures sanitaires à l'épreuve du temps
  • Le vent ne devrait quant à lui pas faiblir, soufflant en rafales jusqu’à 45 km/h sur la côte, comme à l’intérieur des terres. Ces rafales devraient faiblir en tout début de soirée. Du côté des températures, prévoyez 14°C au réveil à Caen et 25°C aux alentours de 14h.  , Météo du mardi 30 juin à Caen : la pluie fait son retour | Liberté Caen
  • En 1998, l'ex semi-professionnel de football, on le surnommait alors « Imam Beckenbauer », écopa de quatre mois de prison pour avoir cité un poème nationaliste : « Les minarets seront nos baïonnettes, les coupoles nos casques, les mosquées sont nos casernes, les croyants nos soldats ». C'est de Sainte-Sophie qu'il veut faire aujourd'hui une caserne. Le conseil d'Etat turc est en effet saisi d'une demande de faire à nouveau une mosquée de l'ex-basilique byzantine dont Mustafa Kemal fit en 1934 un « musée offert à l'humanité ». Effacer les traces des réformes libérales d'Atatürk est devenu une obsession pour l'ancien étudiant en histoire religieuse. La Croix estime que le symbole de ce changement de statut ne serait pas seulement religieux mais aussi politique. Le bâtiment ne rappelle-t-il pas aux Turcs « la victoire du sultan Mehmet II sur Constantinople et donc la puissance ottomane à son apogée » ? La puissance ottomane voilà l'autre obsession du fils de garde-côte d'un quartier pauvre d'Istanbul. Ainsi se place-t-il en position de force en Libye : « Nous y sommes pour défendre nos descendants, nos frères anatoliens » prétexte-t-il. Le Monde évoque la parure « néo-ottomane », sans « ancrage dans la réalité », de sa politique étrangère. Sa haine des Kurdes est toujours à vif. Son palais est quatre fois plus grand que le château de Versailles, sa folie répressive et totalitaire est démesurée. Les purges et les arrestations ont repris de plus belle, militaires, professeurs, étudiants, journalistes, députés, personne n'est épargné. La situation est d'autant plus tendue qu'Erdogan voit les sondages faiblir, les maires d'Istanbul et d'Ankara sont plus populaires que lui. Ses résultats économiques déçoivent, sa gestion du coronavirus aussi. Sophie avec lui ne veut plus dire sagesse. Les Echos, Recep Tayyip Erdogan. Querelle byzantine. | Les Echos
  • Réalisées par les services de Toulouse Métropole, de nouvelles pistes cyclables sont apparues à Colomiers durant la période de confinement, suscitant certaines interrogations de la part des riverains. "La couleur jaune qui leur est associée indique que ces aménagements sont temporaires", précise Jean-Michel Lattes, Vice-président de Toulouse Métropole en charge de la coordination des politiques de transport et de déplacement. "Parmi d’autres outils, il est en un, "l’urbanisme tactique", qui permet de profiter d’un évènement qui change la vie des gens, pour tester de nouvelles méthodes, de nouvelles pratiques". Durant le confinement, la circulation a diminué et les modes de déplacement "doux" ont connu un réel essor, qui ne semble pas faiblir. ladepeche.fr, Colomiers. De nouvelles pistes cyclables temporaires - ladepeche.fr

Traductions du mot « faiblir »

Langue Traduction
Anglais weaken
Espagnol debilitar
Italien indebolire
Allemand schwächen
Chinois 削弱
Arabe تضعف
Portugais enfraquecer
Russe ослабевать
Japonais 弱める
Basque ahultzeko
Corse indebolisce
Source : Google Translate API

Synonymes de « faiblir »

Source : synonymes de faiblir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « faiblir »

Partager