Déchoir : définition de déchoir


Déchoir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCHOIR, verbe intrans.

Littéraire
A.− Tomber dans un état inférieur à celui où l'on était, s'abaisser. Déchoir de; faire déchoir; ce serait déchoir. La préoccupation du rang, le souci de ne pas déchoir, hantaient ces familles (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, À cheval, 1883, p. 398).Le bourg n'accepterait pas (...) qu'elle [Noémi] déchût de son rang de veuve admirable (Mauriac, Baiser Lépreux,1922, p. 213):
1. De bonne heure ceux-ci [les enfants] sont sevrés de merveilleux, et plus tard, ne gardent pas une assez grande virginité d'esprit pour prendre un plaisir extrême à Peau d'Âne. Si charmants soient-ils, l'homme croirait déchoir à se nourrir de contes de fées... Breton, Les Manifestes du Surréalisme,1erManifeste, 1924, p. 31.
En partic. Tomber en décrépitude avec l'âge. La bonne fille (...). A déchu dans l'horreur d'une immonde vieillarde (Verlaine, Œuvres compl.,t. 3, Invect., 1896, p. 346).
Commencer à déchoir. Synon. usuel décliner (cf. Ac. 1932).
THÉOL. Perdre l'état de grâce (originelle). Tu fis tomber Adam et tu fis déchoir Ève (Hugo, Fin Satan,1885, p. 929).
B.− Au fig. Se dégrader, se défraîchir, s'altérer. Vaucogne n'en trouverait pas cinq mille francs, tellement il l'avait laissée déchoir [la maison] (Zola, Terre,1887, p. 486):
2. ... on pouvoit s'en fatiguer quelquefois [de Weimar], mais on n'y dégradoit pas son esprit par des intérêts futiles et vulgaires; et si l'on manquoit de plaisirs, on ne sentoit pas du moins déchoir ses facultés. Staël, De l'Allemagne,t. 1, 1810, p. 217.
P. métaph. littér., avec recours au sens étymol. Ce délire de croire que l'on peut cueillir son rêve, sans que la brusque cueillaison de ce corymbe chimérique n'en fasse déchoir les pétales au froid vent de la réalité (Gide, Corresp. [avec Valéry], 1891, p. 77).
Rem. 1. Déchoir est un verbe défectif qui se rencontre surtout à l'infinitif et au part. passé. Cependant, outre l'ex. du subj. chez Mauriac supra, on rencontre chez Flaubert (Corresp., 1852, p. 421) je ne déchoirai pas, et chez Proudhon (Guerre et paix, 1861, p. 91) une nation (...) ne périra, ne décherra même pas. 2. Le verbe se conjugue avec l'auxil. avoir quand il exprime une action et avec l'auxil. être quand il exprime un état résultant d'une action antérieure. État primitif de perfection, d'où la nature humaine est ensuite déchue par sa faute (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 29). Comme j'ai déchu de moi-même depuis l'an dernier! (Colette, Cl. Paris, 1901, p. 197). 3. On rencontre ds la docum. l'emploi trans., rare. Se consoler de leur déchéance avec ce qui les [les convertis] a déchus (Mauriac, Vie Racine, 1928, p. 239). Cet emploi n'est pas attesté par les dict. gén. du xixeet du xxes., à l'exception de Davau-Cohen 1972. Ds Fr. mod., t. 16, 1948, no2, p. 93, A. Thérive le signale comme un fait ,,d'observation courante, au moins depuis quelques années (...) au sens transitif de destituer ou, plus exactement, frapper de déchéance``.
Prononc. et Orth. : [deʃwa:ʀ], (je) déchois [deʃwa]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1100 « tomber dans un état inférieur à celui où l'on était; succomber, avoir le dessous » (Roland, éd. J. Bédier, 1628 : Mult decheent li nostre!); av. 1309 femmes dechues (Joinville, Hist. de St Louis, éd. N. de Wailly, p. 393); 1656 théol. déchoir de l'état de grâce (Pasc., Prov., 15 ds Littré); 2. ca 1100 « (d'une choses diminuer d'intensité, faiblir » (Roland, éd. J. Bédier, 2902). Du b. lat. dēcadēre « tomber » (class. dēcidĕre), de cadere « tomber », Vään. 1967, § 205. Fréq. abs. littér. : 155. Bbg. [Déchoir]. Intermédiaire (L') des chercheurs et des curieux. 1880, t. 13, p. 397. − Thérive (A.). Deux nouv. verbes : déchoir; rassir. Fr. mod. 1948, t. 16, pp. 93-94.

Déchoir : définition du Wiktionnaire

Verbe

déchoir \de.ʃwaʁ\ intransitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Tomber dans un état moins brillant, moins avantageux que celui où l’on était.
    • Déchoir de son rang, de son poste.
    • Il est bien déchu de son crédit, de sa faveur, de sa réputation.
    • Il est très déchu dans l’estime du public.
    • Depuis ce moment il a déchu de jour en jour.
    • Déchoir de ses espérances.
    • Ange déchu.
    • Prince déchu.
  2. (À la voix passive) Déposséder.
    • Peter Schwarber fut même déchu de ses droits de bourgeoisie et banni de la ville. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Au moment de mettre ce livre sous presse, je viens d’apprendre qu’effectivement, la Junte m’a « déchu » de la nationalité chilienne. — (Armando Uribe, Le livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, bas de page 223, Seuil, 1974)
  3. Diminuer, s’affaiblir, en parlant des choses.
    • Son crédit, sa fortune, sa réputation commencent à déchoir.
    • Dans la décadence de l’Empire romain, l’éloquence elle-même commença bientôt à déchoir.
    • Pouvoir déchu.
  4. Décliner, en parlant d’une personne avancée en âge, lorsque les facultés du corps ou de l’esprit commencent à s’affaiblir en elle.
    • Commencer à déchoir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Déchoir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉCHOIR. (Je déchois; nous déchoyons. Je déchus. Je décherrai. Que je déchoie. Que je déchusse. Déchu.) v. intr.
Tomber dans un état moins brillant, moins avantageux que celui où l'on était. Déchoir de son rang, de son poste. Il est bien déchu de son crédit, de sa faveur, de sa réputation. Il est très déchu dans l'estime du public. Depuis ce moment il a déchu de jour en jour. Déchoir de ses espérances. Ange déchu. Prince déchu. Être déchu d'un droit, d'un privilège, etc. En être dépossédé, l'avoir perdu. En parlant des Choses, il signifie Diminuer, s'affaiblir. Son crédit, sa fortune, sa réputation commencent à déchoir. Dans la décadence de l'Empire romain, l'éloquence elle-même commença bientôt à déchoir. Pouvoir déchu. Commencer à déchoir, se dit aussi d'une Personne avancée en âge, lorsque les facultés du corps ou de l'esprit commencent à s'affaiblir en elle. On dit plutôt aujourd'hui DÉCLINER.

Déchoir : définition du Littré (1872-1877)

DÉCHOIR (dé-choir), je déchois, tu déchois, il déchoit, et aussi, il déchet, nous déchoyons, vous déchoyez, ils déchoient ; je déchus ; je décherrai ; je décherrais (on dit aussi, régulièrement : je déchoirai, je déchoirais) ; déchois, déchoyons ; que je déchoie, que nous déchoyfons, que je déchusse ; point de participe présent ; déchu, déchue v. n.
  • 1Tomber dans un état inférieur à celui où l'on était. L'âge la fit déchoir, adieu tous les amants, La Fontaine, Fabl. VII, 5. Et comme celle-ci [aventure] déchet dans la peinture [perd à être peinte], La peinture déchet dans ma description, La Fontaine, Tabl. Du rang où notre esprit une fois s'est fait voir, Sans un fâcheux éclat nous ne saurions déchoir, Boileau, Épître VI. Voilà ce qui fit déchoir un roi d'ailleurs si juste, Fénelon, Tél. XI. Ma foi, quand un ouvrage a passé l'ordinaire, Si l'on ne veut déchoir, il ne faut plus rien faire, Montreuil, Lettre avec des vers parodiés d'Horace.

    Déchoir de, ne pas conserver. Je vous parlerai peut-être quelque jour, mes pères, de ce mélange confus d'opinions ; et on sera surpris de voir combien vous êtes déchus du premier esprit de votre institut, Pascal, Prov. 13. [Vertu] Sans laquelle ils sont en danger de déchoir de leur justice, Pascal, Prière. La perfidie du disciple qui déchoit de son apostolat, Massillon, Pass. 2. On pouvait hardiment le contredire, on aurait pu le convaincre sans déchoir un moment de sa familiarité et de sa bienveillance, Mairan, Éloges, Card. de Polignac. Après ces arrêts, achetés à très haut prix, il n'en sera que plus sûrement déchu de l'espoir de rien sauver de ce qui lui était dû, Raynal, Hist. phil. V, 22.

    Terme de théologie. Déchoir de l'état de grâce, perdre la grâce. Vous imposez à vos ennemis des crimes dont vous savez qu'ils sont innocents, parce que vous croyez le pouvoir faire sans déchoir de l'état de grâce, Pascal, Prov. 15. La question est non pas de savoir si on aura un jour cette grâce, mais si on peut déchoir un seul moment après l'avoir eue, Bossuet, Variat. XIV, § 46. Ne permettez pas que nous venions jamais à en déchoir, Bourdaloue, Annonc. de la Vierge, Myst. t. II, p. 149.

  • 2Diminuer, s'affaiblir. Son crédit commence à déchoir. Je crois que l'école a beaucoup déchu et qu'elle déchoira davantage, Diderot, Salon de 1767, Œuvres, t. XV, p. 36, dans POUGENS.

    Commencer à déchoir, avancer en âge.

  • 3Déchoir s'est dit autrefois en termes de marine pour dériver, sortir de la route.

REMARQUE

1. Déchoir se conjugue avec l'auxiliaire avoir quand il exprime une action : depuis ce moment il a déchu de jour en jour ; et avec l'auxiliaire être, quand il exprime un état : il y a longtemps qu'ils sont déchus de ces privilèges.

2. À la 3e personne du pluriel du présent de l'indicatif, on dit aujourd'hui déchoient seulement, bien qu'au singulier on dise encore déchet. Bossuet a dit déchéent : Ils ne déchéent pas de l'état de justification, Var. XIV, § 60.

3. Les formes en e sont une intrusion de la prononciation normande entre les formes en oi.

HISTORIQUE

XIe s. Dient Franceis : mout dechéent li nostre, Ch. de Rol. CXXI. Com decarrat ma force et ma baudur ! ib. CCIV.

XIIIe s. …Si ques il avient à le [la] fois que li heritage en empirent et dequieent, Beaumanoir, XXII, 1. Ces arcevesques et ces evesques qui ci sont, m'ont chargé que je vous die que la crestienté dechiet et font entre vos mains, Joinville, 290. Et pour ce je vous demant S'amie prent son amant, Et il li par mariage, S'amours en va decheant, Bibl. des Chartes, 4e série, t. V, p. 322.

XVe s. [Chacun était ému de pitié à la vue des six bourgeois de Calais agenouillés aux pieds d'Édouard] Et vraiement ce n'estoit pas merveille ; car c'est grand pitié de voir hommes descheoir et estre en tel estat et danger, Froissart, I, I, 321. Nonobstant ce jeune age, ne descheut pas en luy l'homme de si noble estat, Bouciq. I, ch. 18.

XVIe s. L'homme dechet et perit, si le seigneur oste de lui sa misericorde, Calvin, 93. Nul n'est admis à recevoir les benedictions de Dieu, sinon celui qui dechet et defaut par le sentiment de sa poureté, Calvin, Instit. 189. Ce desir tel quel, avant que se mettre en train, defaut, pour ce qu'il dechoit en vanité, Calvin, ib. 191. La nature de l'homme, combien qu'elle soit decheute de son integrité, et fort corrompue…, Calvin, ib. 194. Il la conferme et fortifie par la vertu de son esprit, à ce qu'elle ne vacille ou dechée, Calvin, ib. 244. Si plusieurs ne descheoyent de la foy commune, Jesus Christ n'eust point dit…, Calvin, ib. 429. Nous nions que jamais ils tombent ou dechoyent de la fiance qu'ils ont une fois conceue, Calvin, ib. 433. Elle a esté confermée par succession perpetuelle des evesques, à ce qu'elle ne descheust pas, Calvin, ib. 836. Selon que les choses deschoyent journellement de mal en pis, Calvin, ib. 909. Se voyant descheu de son esperance, Montaigne, I, 298. Il est descheu de la maistrise comme un enfant, Montaigne, II, 80. Il remplist le senat, qui estoit fort descheut et diminué d'hommes, Amyot, Publ. 20. Comme il se fust presenté à demander l'office de tribun du peuple, il en fut debouté et en descheut par les menées de Sylla, Amyot, Sertor. 5. Aux ulceres qui ont un an ou davantage, l'os necessairement se pourrit et dechet, Paré, t. III, p. 645. Que l'on face son compte, le bien se descheoir entre les mains des fermiers, De Serres, 53. Secourir les vignes langoureuses, descheantes et pleurantes, De Serres, 199. Le naturel des amandes est de se descheoir [diminuer] en confissant, De Serres, 858.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déchoir »

Étymologie de déchoir - Littré

Dé… préfixe, et choir ; provenç dechazer, descazer ; espagn. decaer ; portug. decahir ; ital. decadere. Le latin n'a pas decadere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de déchoir - Wiktionnaire

Du latin médiéval decadere, de cadere, « tomber », qui a aussi donné choir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « déchoir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déchoir deʃwar play_arrow

Conjugaison du verbe « déchoir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe déchoir

Évolution historique de l’usage du mot « déchoir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déchoir »

  • Alors que le Hirak dans son expression spontanée des premières semaines était particulièrement orienté dans sa lutte contre ce même despotisme par la dénonciation de la corruption de l’état et ses complicités avec les lobbys néocolonialistes, ces mauvaises consciences ne font rien d’autre que de vouloir déchoir les despotes en place au prix des mêmes relations néocoloniales au détriment de la souveraineté nationale. Club de Mediapart, Le « complotiste » Bensaada ne badine pas avec la souveraineté nationale | Le Club de Mediapart
  • Marine Le Pen a demandé à nouveau jeudi au gouvernement de "déchoir de leur nationalité par décret administratif" les jihadistes français partis combattre en Syrie, sur le modèle d'une décision prise dans ce sens par le Danemark pour ses ressortissants binationaux. Le Point, Marine Le Pen redemande de "déchoir de leur nationalité" les jihadistes français - Le Point
  • 12 députés provinciaux du Kasaï-central ont soulevé une motion de censure ce lundi 22 juin 2020 pour déchoir le Gouverneur Martin Kabuya Kabitanga. , mediacongo.net - Actualités - Kasaï-central : une motion de censure contre le Gouverneur Kabuya
  • La Cour européenne de justice a confirmé une décision de la justice française de déchoir de leur nationalité cinq hommes condamnés pour leurs liens avec un groupe terroriste. La décision de les déchoir de leur nationalité française avait été prise plusieurs années après leur libération. La Croix, La CEDH donne raison à la France sur la déchéance de nationalité

Traductions du mot « déchoir »

Langue Traduction
Corse decadimentu
Basque desintegrazio
Japonais 減衰
Russe распад
Portugais decair
Arabe تسوس
Chinois 衰变
Allemand zerfallen
Italien decadimento
Espagnol decaer
Anglais decay
Source : Google Translate API

Synonymes de « déchoir »

Source : synonymes de déchoir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déchoir »


Mots similaires