Affaiter : définition de affaiter


Affaiter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AFFAITER, verbe trans.

1. Arch. ou région. Préparer, ajuster; élever, instruire.
Rem. Attesté ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845 (affaitier), DG et Lar. 19e.
Affaité :
1. Gai, émoustillé, apprivoisé. Cet enfant est bien affaité. Préparé, disposé. Verr.-On. t. 1 1908, p. 17.
2. FAUCONN. Apprivoiser, dresser un oiseau de proie :
2. Un maître y démontrait à son élève l'art de dresser les chiens et d'affaîter [sic] les faucons, de tendre les pièges, comment reconnaître le cerf à ses fumées, le renard à ses empreintes, le loup à ses déchaussures, le bon moyen de discerner leurs voies, de quelle manière on les lance, où se trouvent ordinairement leurs refuges, quels sont les vents les plus propices, avec l'énumération des cris et les règles de la curée. G. Flaubert, Trois contes,La Légende de saint Julien l'Hospitalier, 1877, p. 88.
Rem. Sur la graph. affaîter, cf. infra prononc. et orth.
3. TANN., vx. Préparer, façonner les peaux.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [afεte] ou [-fe-]. Land. 1834 et DG transcrivent la 2esyllabe du mot avec [ε] ouvert, Gattel 1841, Nod. 1844 et Fél. 1851 avec [e] fermé. Passy 1914 donne la possibilité des 2 prononc. 2. Dér. et composés : affait, affaitage, affaitement, affaiteur. 3. Hist. − Le mot est écrit avec un accent circonflexe, sur i ds Besch. 1845, Pt Littré, Nouv. Lar. ill., Lar. 20e(forme correcte à la vedette, accent circonflexe dans l'article) et Quillet 1934. Besch. 1845 note à ce propos : ,,Dans les dictionnaires, on trouve affaîter et tous les mots qui en dérivent, écrits sans accent circonflexe sur l'i; nous croyons que c'est à tort, puisque cet accent se met sur faîte, faîtière, enfaîtement, enfaîter, etc.`` Besch. 1845 confond affaiter et affaîter (cf. infra) et cette confusion a entraîné l'erreur de qq. écrivains, typographes ou lexicographes. Ac. a toujours noté ce verbe sans accent circonflexe. Toutefois, il réserve par ailleurs une entrée à la vedette affaitier (pour le sens gén. de « instruire »).
Étymol. ET HIST. − Ca 1100 « arranger » (Roland, 215, Müller ds Gdf. : Si duist sa barbe, afaitad sun gernun), qualifié de vx langage ds Ac. Compl. 1842; emploi techn. : 1. ca 1180 cynégétique « dresser (un chien pour la chasse) » (Marie de France, Fables, éd. Warnke, 20, 22 ds T.-L. : Malement avreit enpleié Qu'il m'a nurri e afaitié [dit le chien]); 2emoitié xiiies. fauconn. « id. (un oiseau pour la chasse) » (Roman de la Rose, éd. Fr. Michel, 8270, ibid. : li loirres afaite Por venir au soir et au main Le gentil espervier a main); 2. ca 1200 part. passé adj., tann. « préparé, tanné (d'un cuir) » (D'Auberee, Richel. 1593, fo213 a ds Gdf. : ... Moufles bien curries, De novel afeties Aux espines cuillir). Du lat. pop. *adfactare, *affactare « mettre en état » dér. de factare, fréquentatif de facere; cf. a. cat. afaitar « orner » (Alc.-Moll); a. prov. afachar, terme de fauconn. et aussi de tanneur d'apr. le dér. a. prov. affachiador (Rayn.); a. esp. arechar « vanner, cribler » (Cor.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Canada 1930. − Chesn. 1857. − Dup. 1961.

Affaiter : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

affaiter transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Arts) Façonner le cuir.
  2. (Fauconnerie) Apprivoiser, dresser un oiseau de proie.
    • Il s'occupait à bien dresser ses lévriers rapides, ses énormes mâtins de Tartarie et ses griffons poilus, et à affaiter les gerfauts de Meuse. — (Lucien-Jean Bord, Jean-Pierre Mugg, L'arc des steppes, 2005)

Verbe 2

affaiter transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Architecture) Variante de affaîter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Affaiter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFAITER. v. tr.
T. d'Arts. Façonner le cuir. En termes de Fauconnerie, il signifie Apprivoiser, dresser un oiseau de proie.

Affaiter : définition du Littré (1872-1877)

AFFAITER (a-fê-té) v. a.
  • Terme de fauconnerie. Apprivoiser un oiseau de proie.

HISTORIQUE

XIe s. Il duist sa barbe, afaita son guernon, Ch. de Rol. 15.

XIIIe s. Li Cyrien avoient ce pont rompu, et li baron firent toute jor labourer l'ost, et le pont afaitier toute la nuit, Villehardouin, 74. Tantost à mangier lor afete Tel viande con ele pot, Ren. 24576. Car si cum li loirres [leurre] afaite, Por venir au soir et au main, Le gentil espervier à main…, la Rose, 7558. Ne fu [beauté] fardée ne guignée ; Car el n'avoit mie mestier De soi tifer ne d'afetier, la Rose, 1010. Chascun home qui sereit grant et fort, ou qui sereit champion afaitié, poreit par ce raembre moult de gens, Ass. de Jerus. 150. Par priere de affaictée demande, Interrogé se l'ung ou l'autre avoue, à ce respons, s'aucuns le me demande, Entre deux eaues comme le poisson noue [nage], Orléans, Ball. 105.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affaiter »

Étymologie de affaiter - Littré

Provenç. afaitar, afachar ; anc. espagn. afeitar ; portug. affeitar ; ital. affaitare ; du latin affectare, de ad, à, et factare, fréquentatif de facere, faire. Dans l'ancien français afaiter ou afaitier avait le sens général de préparer, disposer, et est, au fond, le même que affecter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de affaiter - Wiktionnaire

Doublet étymologique de affecter, du latin adfectare qui donne afaitier, afeter (« préparer, ajuster, dresser ») en ancien français mais aussi afaitar, afachar (« préparer, orner ») en ancien occitan, afaitar (« raser ») en catalan, afeitar (« raser »), ahechar (« trier, vanner »), afectar (« affecter ») en espagnol, afetar (« affecter ») en portugais, affettare (« trancher, affecter ») en italien. La graphie en fait est étymologique des dérivés de facio, elle n'influence pas affèterie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « affaiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affaiter afɛte play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « affaiter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affaiter »

  • « Les rapaces ne sont pas faciles à élever. C’est un art qui ne s’invente pas. Le mot pour dresser un rapace est “affaiter”. C’est un mot précis, car c’est une technique précise. En volerie, à peu près tous les rapaces peuvent être affaités. Il faut une autorisation pour chaque espèce. Pour la fauconnerie (la chasse au vol, NDLR), une quinzaine d’espèces sont utilisées, de l’aigle royal à l’épervier. » , Sortir Haute-Loire | «Élever des rapaces, c’est un art qui ne s’invente pas»
  • « Après des études de droit qui partaient de travers, j’avais dans l’idée de monter un élevage pour faire de la vènerie. » Aujourd’hui, André du Val a installé une école de fauconnerie dans le château familial de Guineau, à Grézillac. Une vieille bicoque et un grand terrain où il peut affaiter son « équipage » de vingt-deux faucons, hiboux, ou encore buses. SudOuest.fr, « À la droite du faucon »

Vidéos relatives au mot « affaiter »

Traductions du mot « affaiter »

Langue Traduction
Corse affaccà
Basque affait
Japonais 愛する
Russe affait
Portugais affait
Arabe علاقة
Chinois 事务
Allemand affait
Italien affait
Espagnol affait
Anglais affait
Source : Google Translate API

Synonymes de « affaiter »

Source : synonymes de affaiter sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires