Inquiéter : définition de inquiéter


Inquiéter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INQUIÉTER, verbe trans.

I.
A. − Déranger quelqu'un, le troubler dans sa quiétude physique. Dès qu'il est dans son cabinet, il ne veut pas qu'on l'interrompe, qu'on l'inquiète (Ac.).Quel amour que celui d'une mère!... Comme tout l'inquiète! Elle n'a plus de repos ni jour ni nuit; le moindre cri l'éveille (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 368):
1. Sans que personne m'inquiétât, je suis allé m'asseoir dans le bosquet un peu délaissé mais charmant qui règne sur le devant du château. Barrès, Cahiers, t. 7, 1909, p. 319.
Inquiéter le foie. Et dedans La gorge il [un vin] met de la joie, De même qu'il rend au cœur Sa vigueur, Sans inquiéter le foie (Ponchon, Muse cabaret,1920, p. 53).
Littér. [Le compl. d'obj. désigne qqc.] Faire bouger. Il prit son couteau qu'il avait entre les dents, (...) s'arc-bouta au rocher, avec un effort désespéré pour retirer son bras. Il ne réussit qu'à inquiéter un peu la ligature, qui se resserra (Hugo, Travaill. mer,1866, p. 370).
P. ext., spéc.
1. Domaine jur.Poursuivre quelqu'un, lui créer des difficultés en contestant son droit de posséder ou de faire quelque chose. Être inquiété dans sa liberté. On ne m'a jamais inquiété dans la possession de cette maison, de cette terre (Ac.). Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi (Déclar. droits hommeds Doc. hist. contemp.,1789, p. 49).On ne sait s'il [Béranger] sera inquiété : je ne le crois pas. Il a pourtant chanté des choses qui ne se peuvent dire en prose (Courier, Lettres Fr. et Ital.,1821, p. 908).Quantité de personnes de tous rangs furent compromises, inquiétées; quelques-unes emprisonnées (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 533).En 1770, le comte Adam-Philibert de Custine (...) devient propriétaire de la manufacture et parvient, grâce à ses puissantes protections, à fabriquer de la porcelaine sans être inquiété (G. Fontaine, Céram. fr.,1965, p. 60):
2. Il seroit d'ailleurs difficile de l'inquiéter à Venise, où il est, pour une classe immense, un objet de reconnoissance, d'affection, et, pour ainsi dire, de culte. La proscription de Lothario, si jamais il avoit donné lieu d'y penser, seroit peut-être le signal d'une révolution... Nodier, J. Sbogar,1818, p. 131.
2. TECHN. MILIT. Mener une action agressive contre quelqu'un, contre un groupe, une population, la force militaire d'un pays. Synon. assaillir.Je suis persuadé que de là, on inquiéterait les défenseurs de ce fort, avec un feu de mousqueterie (Voy. La Pérouse,t. 4, 1797, p. 93).Les Sardes inquiètent la division Sérurier par des reconnaissances offensives (Foch, Princ. guerre,1911, p. 70):
3. À Maunoury et à French, je demandai de pousser de part et d'autre de l'Ourcq, droit au nord, tandis qu'à l'extrême gauche, le corps de cavalerie Bridoux chercherait à inquiéter constamment les lignes de retraite de l'ennemi... Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 418.
Être inquiété par.Être menacé par. Bientôt, je me suis vu entouré, inquiété par des hommes et des femmes en haillons sordides qui tous, me demandaient la même aumône : un verre de gin (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 34).
B. − Au fig. Déranger quelqu'un dans sa quiétude mentale, morale, psychique. Anton. pacifier, rassurer.Inquiéter l'âme, la conscience.
1. [Correspond à inquiet B 1 et inquiétude B 2; avec une valeur positive, féconde] Éveiller, stimuler; p. ext. faire prendre conscience. Inquiéter l'esprit de qqn. En effet, disait-il chemin faisant, cet ouvrage a du feu, il remue, il inquiète (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 242).Deux, trois idées, du fond des âges viennent inquiéter, battre mon cœur (Barrès, Cahiers, t. 7, 1909, p. 306):
4. Avec la poésie, l'imagination se place dans la marge où précisément la fonction de l'irréel vient séduire ou inquiéter − toujours réveiller − l'être endormi dans ses automatismes. Bachelard, Poét. espace,1957, p. 17.
Emploi pronom. Ce peuple (...) s'intéresse à la liberté du monde; il s'inquiète des malheurs les plus lointains. L'humanité tout entière vibre en lui (...). Dans le bal ou la bataille, aucun ne s'électrise plus vivement du sentiment de la communauté, qui fait le vrai caractère d'homme (Michelet, Introd. Hist. univ.,1831, p. 462).
Intriguer. Subitement, je l'inquiétais, je l'intriguais. Alors que tout, dans mes récits, indiquait combien ma vie était tranquille et simple (Giraudoux, Simon,1926, p. 104).
2. [Correspond à inquiet B 2 et inquiétude B 2 b; avec une valeur négative, destructrice] Remplir de nervosité, d'anxiété, d'angoisse. Inquiéter l'âme de qqn. Cette proposition du comte inquiéta mortellement la duchesse, et non sans cause (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 416).La maladie avait grandement influé sur son caractère. Toutes choses l'inquiétaient, la mettaient de mauvaise humeur, l'irritaient (Reider, MlleVallantin,1862, p. 32).La souplesse de fauve, la félinité du prince l'inquiétait : elle pressentait de terribles griffes sous ses regards, ses gestes, ses mots de velours (Péladan, Vice supr.,1884, p. 41):
5. La Turquie, qu'Hitler espérait inquiéter suffisamment pour la faire adhérer à l'Axe et lui servir de pont entre l'Europe et l'Asie, ne risquait plus d'être investie et, du coup allait s'affermir. De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 179.
3. Donner de la préoccupation, du souci, de la peur. Inquiéter ses parents. Nous fûmes entourés de baleines; on s'apercevait qu'elles n'avaient jamais été inquiétées; nos vaisseaux ne les effrayaient point (Voy. La Pérouse,t. 2, 1797, p. 49).Elle l'inquiétait cependant; car elle toussait quelquefois, et avait des plaques rouges aux pommettes (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 205).Quelquefois, le grand-père et l'oncle se montraient vêtus de longues redingotes à brandebourgs. Ils étaient alors d'autres gens. Leurs allures inquiétaient (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 45).Il y a en Russie un million de Russes blancs qui inquiètent beaucoup le parti (Green, Journal,1931, p. 50):
6. Je ne dissimule point qu'Électre m'inquiète. Je sens que les ennuis et les malheurs abonderont du jour où elle se déclarera, comme tu dis, dans la famille des Atrides. Giraudoux, Électre,1937, I, 3, p. 57.
II. − Emploi pronom.
A. − Au sens physique. S'agiter, ne pouvoir rester en place. Il cherche, il s'inquiète, il s'agite, il erre dans ses pensées. De ce moment, il s'arrête, il se repose, il est au fond de sa destinée (Lamart., Raphaël,1849, p. 3).
Rare. [Correspond à inquiet A et inquiétude A; le suj. désigne une chose] Un lac était d'une pureté si parfaite (...) que l'on se serait cru soudain au bord d'un royaume étrange et calme, d'une tranquillité sidérale, tout à coup éloigné de tout ce qui, feuille ou branche, bouge et s'inquiète (Gracq, Beau tén.,1945, p. 73).
B. − Se faire du souci pour quelqu'un, pour quelque chose. Synon. se faire du mauvais sang, se tracasser; anton. se rassurer.S'inquiéter de l'avenir, de la disparition, de la santé de qqn; s'inquiéter de la nourriture, du vêtement; s'inquiéter à tort.
S'inquiéter de qqn, pour qqn.Tu devrais t'inquiéter d'Henriette! Ne la laisse pas toute seule! (Bernstein, Secret,1913, III, 3, p. 33).Mes parents s'inquiétaient pour moi d'un long voyage, plein de fatigues et de périls (France, Vie fleur,1922, p. 518):
7. Il ne sait pas ce que c'est que d'aimer un peuple, le peuple, que de s'inquiéter pour chaque petit gars dans le maquis, pour chacun de nos courriers qui transportent les tracts, pour nos « Jean » perdus dans le brouillard... Triolet, Premier accroc,1945, p. 348.
S'inquiéter de qqc., pour qqc.S'inquiéter pour des riens. Pourquoi nous inquiéterions-nous d'un tel état de choses? Cela n'est-il pas rassurant au suprême degré? (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 325).Elle avait un cœur sentimental et était toujours en train de s'inquiéter du tiers et du quarte [sic] (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 84).
Absol. Un remous fit plonger l'avion, qui trembla fort. Fabien se sentit menacé par d'invisibles éboulements. (...) il s'agissait de vivre vingt minutes à peine dans ce béton noir. Et pourtant le pilote s'inquiétait (Saint-Exup., Vol nuit,1931, p. 112).
[À la forme négative] Ne s'inquiéter de rien. Être insouciant. Dans la nouvelle crise je prends la résolution d'être un sage passager et de ne m'inquiéter de rien (Alain, Propos,1931, p. 1024).Ne pas s'inquiéter. MrFogg répondait qu'elle n'eût pas à s'inquiéter, et que tout s'arrangerait mathématiquement! (Verne, Tour monde,1873, p. 84).
C. − [Avec un sens atténué] Se préoccuper de, porter de l'intérêt à quelqu'un, à quelque chose. S'inquiéter des goûts de qqn, de la mode du jour. On s'inquiétait bien du passage des lunes : on calculait avec la chute des grandes pluies (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 130).C'est surtout depuis la guerre (...) que les nations se sont inquiétées du déboisement devenu catastrophique dans certaines régions du globe (Forêt fr.,1955, p. 5):
8. Je voudrais savoir si je ne... (...) détone pas trop dans la symphonie. À qui d'autre demanderais-je cela, Pasteur? − Un pasteur n'a pas à s'inquiéter de la beauté des visages, dis-je, me défendant comme je pouvais. Gide, Symph. pastor.,1919, p. 896.
Je m'inquiète de votre affaire. Je m'en occupe. Il passait sa vie à chercher la solution des problèmes sociaux. Il s'inquiétait de statistique, d'économie politique, d'institutions charitables, en faveur desquelles il dépensait quelque peu. Il organisait des sociétés d'ouvriers pour l'instruction des basses classes, favorisait les lavoirs, les ouvroirs, les caisses d'épargne (Gobineau, Pléiades,1874, p. 160).
[À la forme négative] Sans s'inquiéter de qqn. Sans lui prêter aucune attention. Je l'ai encore aperçu au café du commerce, tantôt, qui battait les cartes, sans plus s'inquiéter de son ami que du grand Turc! (Zola, Bête hum.,1890, p. 263).
En partic. [Correspond à inquiet B 1 et inquiétude B 2 a en partic. la nature de l'intérêt est d'ordre intellectuel, philos., métaphysique] S'inquiéter de la réalité de la matière. S'inquiéter si Dieu existe ou non (Rolland, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 242):
9. À l'heure où j'écris, le ciel est magnifique, (...) le monde roule mélodieusement, et parmi toutes ces harmonies quelque chose de triste et d'alarmé circule : l'esprit de l'homme, qui s'inquiète de tout cet ordre qu'il ne comprend pas. M. de Guérin, Journal,1834, p. 219.
REM.
Inquiéteur, subst. masc.,hapax. Celui qui inquiète. Belle fonction à assumer : celle d'inquiéteur. De ce monde si imparfait, et qui pourrait être si beau, honni celui qui se contente! L'ainsi soit-il, dès qu'il favorise une carence, est impie (Gide, Journal,1935, p. 1224).
Prononc. et Orth. : [ε ̃kjete], (il) inquiète [ε ̃kjεt]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1170 « troubler de son repos, tourmenter » (Rois, éd. E.R. Curtius, I, XXVIII, 15, p. 56 : purquei m'as inquieted e traveilled e que seie resuscited [I Sam., XXVIII, 15 quare inquietasti me ut suscitarer?]); spéc. 1479 dr. « troubler qqn ds la possession de qqc. » (Lettres de Louis XI, VIII, 1 ds Bartzsch, p. 80); 2. 1611 « harceler, tourmenter de manière hostile » (Cotgr.); 3. 1645 « troubler en suscitant de l'inquiétude » (Corneille, Théodore, III, 5); 4. 1677 s'inquiéter sur « s'enquérir de, s'occuper de connaître qqc. » (Sévigné, Lettres, éd. É. Gérard-Gailly, t. 2, p. 341). Empr. au lat. imp.inquietare « troubler, inquiéter, agiter ». Fréq. abs. littér. : 4 088. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 946, b) 7 191; xxes. : a) 7 590, b) 5 602.

Inquiéter : définition du Wiktionnaire

Verbe

inquiéter \ɛ̃.kje.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’inquiéter)

  1. Rendre inquiet. Note : ne se dit qu’en parlant de l’âme.
    • Cette nouvelle m’inquiète.
    • Cette pensée m’inquiète.
    • Ce qu’il vient d’apprendre l’inquiète.
    • Le caractère de cet enfant inquiète beaucoup ses parents.
    • Son avenir l’inquiète.
    • S’inquiéter d’un rien.
    • C’est un homme qui s’inquiète aisément, qui s’inquiète sur sa santé.
    • De quoi vous inquiétez-vous ?
    • C’est un homme sans souci, qui ne s’inquiète de rien.
  2. Ne pas laisser en repos.
    • Ce cruel usage fut aboli en 1161, par l’évêque Guillaume, qui menaça d’excommunier tous les clercs qui inquiéteraient les juifs. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  3. Troubler quelqu’un dans la possession d’une chose, lui faire un procès, lui chercher querelle.
    • On ne m’a jamais inquiété dans la possession de cette maison, de cette terre.
    • Si l’on m’inquiète, je ferai assigner mon vendeur en garantie.
    • On l’inquiéta sur la légitimité de sa naissance, sur sa noblesse, sur sa religion.
  4. (Pronominal) S'occuper, se préoccuper.
    • À onze heures du soir, quelques-uns s'inquiétèrent de préparer le souper. — (Sylvain Tesson, Une vie à coucher dehors, Gallimard (folio), 2009, p. 31.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Inquiéter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INQUIÉTER. v. tr.
Rendre inquiet. Dans ce sens, il ne se dit qu'en parlant de l'Âme. Cette nouvelle m'inquiète. Cette pensée m'inquiète. Ce qu'il vient d'apprendre l'inquiète. Cela m'inquiète fort peu. Le caractère de cet enfant inquiète beaucoup ses parents. Son avenir l'inquiète. S'inquiéter d'un rien. C'est un homme qui s'inquiète aisément, qui s'inquiète sur sa santé. De quoi vous inquiétez-vous? C'est un homme sans souci, qui ne s'inquiète de rien. Il signifie aussi Ne pas laisser en repos. Dès qu'il est dans son cabinet, il ne veut point qu'on l'interrompe, qu'on l'inquiète. Sa cavalerie inquiétait continuellement l'ennemi. Il signifie particulièrement Troubler quelqu'un dans la possession d'une chose, lui faire un procès, lui chercher querelle. On ne m'a jamais inquiété dans la possession de cette maison, de cette terre. Si l'on m'inquiète, je ferai assigner mon vendeur en garantie. On l'inquiéta sur la légitimité de sa naissance, sur sa noblesse, sur sa religion.

Inquiéter : définition du Littré (1872-1877)

INQUIÉTER (in-ki-é-té. La syllabe é prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : J'inquiète ; excepté au futur et au conditionnel : j'inquiéterai, j'inquiéterais) v. a.
  • 1Priver de repos, de quiétude, agiter. Et depuis qu'une fois elle [l'ardeur de régner] nous inquiète, Corneille, Nicom. II, 1. Dans le temps même où les huguenots attiraient une attention sérieuse, le jansénisme inquiéta la France plus qu'il ne la troubla, Voltaire, Louis XIV, 37.
  • 2Susciter quelque mauvaise affaire, quelque trouble. Il est inquiété pour une vieille affaire politique. Il avait pris la sage précaution d'envoyer à Larisse brûler tous ses papiers, afin que les Romains ne fussent point en état d'inquiéter aucun de ses amis, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 276, dans POUGENS. Il n'était pas aussi facile qu'on le croyait d'inquiéter l'auteur de Zaïre, d'Alzire, de Mérope et de Mahomet, Marmontel, Mém. III.

    Troubler quelqu'un dans la possession d'une chose. On l'inquiète sur la légitimité de son titre. Il fut inquiété dans la possession de cette terre.

    Absolument. Si l'on m'inquiète, je ferai assigner mon vendeur en garantie.

  • 3Faire des démonstrations hostiles, des attaques pour troubler une armée, une province, une ville forte. Fabius jugea bien qu'Annibal serait obligé de prendre pour son retour le même chemin par lequel il etait venu, et qu'il serait facile de l'inquiéter dans sa marche, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 424, dans POUGENS. Ces agrestes guerriers dont l'audace indiscrète Pourrait inquiéter leur marche et leur retraite [des Perses], Voltaire, Scythes, IV, 1. Les Turcs étaient toujours maîtres de la Hongrie jusqu'à Bude, et inquiétaient le reste, Voltaire, Ann. Emp. Charles-Quint, 1556. Comme les chaloupes chargées de cet approvisionnement pouvaient être inquiétées, il fallut poster, pour les soutenir, un corps de quinze cents hommes…, Raynal, Hist. phil. IX, 16.
  • 4Causer de l'agitation, en raison d'une crainte quelconque. Et qui n'a pas pour feindre assez de liberté Tant que pour son objet il est inquiété, Corneille, Théod. III, 5. Il ne faut pas inquiéter un pénitent sur le passé, Bossuet, Lett. abb. 12. L'avenir l'inquiète et le présent le frappe, Racine, Esth. II, 3.

    Absolument. Enfin son talent [de Hume], sa réputation deviennent assez éclatants pour inquiéter sur ses doctrines, Villemain, Littér. fr. 18e siècle, 2e part. 3e leçon.

  • 5S'inquiéter, v. réfl. Avoir l'esprit agité, en raison de quelque crainte. Et de quoi s'inquiète un cœur qui la méprise ? Corneille, Sertor. IV, 1. Votre zèle pour moi s'est trop inquiété, Molière, Tart. III, 3. Vous avez très bonne grâce de vous inquiéter sur la conservation d'une personne si considérable [le cardinal de Retz], et à qui vous devez tant d'amitié, Sévigné, 26 août 1677. Un songe (me devrais-je inquiéter d'un songe ?), Racine, Athal. II, 5. Cléopatre ne s'inquiétait pas plus des superstitions de l'Égypte qu'Hérode de celles de la Judée, Voltaire, Défense de mon oncle, ch. XX.

HISTORIQUE

XIIe s. Fist Samuel al rei : Pur quei m'as inquieted e traveilled e que seie resuscited ? Rois, p. 110.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « inquiéter »

Étymologie de inquiéter - Littré

Provenç. et espagn. inquietar ; ital. inquietare ; du lat. inquietare, de inquietus, inquiet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de inquiéter - Wiktionnaire

Du latin inquietare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « inquiéter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
inquiéter ɛ̃kiete play_arrow

Conjugaison du verbe « inquiéter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe inquiéter

Citations contenant le mot « inquiéter »

  • C'est le rôle de l'artiste de s'inquiéter où le monde va. De Claudy Mailly / Le cortège
  • S'inquiéter du temps passé, c'est gaspiller celui qui vient. De Anonyme
  • Quand les saucisses commencent à mordre les chiens, on peut s'inquiéter. De Demarquet
  • Si le problème a une solution, il ne sert à rien de s'inquiéter. Mais s'il n'en a pas, alors s'inquiéter ne change rien. De Proverbe tibétain
  • Il faut s'inquiéter de ne point s'inquiéter. De Cardinal Newman

Traductions du mot « inquiéter »

Langue Traduction
Corse preoccupa
Basque kezka
Japonais 心配
Russe беспокойство
Portugais preocupação
Arabe قلق
Chinois 担心
Allemand sorge
Italien preoccupazione
Espagnol preocupación
Anglais worry
Source : Google Translate API

Synonymes de « inquiéter »

Source : synonymes de inquiéter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « inquiéter »



mots du mois

Mots similaires