La langue française

Effarer

Sommaire

  • Définitions du mot effarer
  • Étymologie de « effarer »
  • Phonétique de « effarer »
  • Évolution historique de l’usage du mot « effarer »
  • Citations contenant le mot « effarer »
  • Traductions du mot « effarer »
  • Synonymes de « effarer »
  • Antonymes de « effarer »

Définitions du mot effarer

Trésor de la Langue Française informatisé

EFFARER, verbe trans.

A.− [Le compl. désigne une pers., un animal, la vue] Frapper d'un trouble qui égare, rend hagard, hébété. Synon. affoler, stupéfier.Qu'a-t-on pu vous dire qui vous ait si fort effaré? (Ac.1798-1932).Et l'infini terrible effara ton œil bleu! (Rimbaud, Poés.,1871, p. 47):
1. On voit que ce recommandable seigneur se sent grand par lui-même (...) et qu'il ne cherche pas à effarer le pauvre aubergiste par des semblants d'opulence, par des étalages de paquets, ... Hugo, Le Rhin,1842, p. 289.
Emploi pronom. réfl. Devenir hagard. Un homme sujet à s'effarer (Ac.1798-1878).Synon. s'affoler.Le cheval s'effarait, bondissant de côté, manquant de jeter le cavalier contre un arbre (Pourrat, Gaspard,1931, p. 229).Tu vas pas quand même t'effarer pour des fariboles pareilles (Céline, Mort à crédit,1936, p. 689):
2. Enfin, Jacques ouvrit les paupières. Ses regards troubles se portèrent sur elles, tout à tour, sans qu'il parût les reconnaître. Elles ne lui importaient pas. Mais ses yeux ayant rencontré, à quelques mètres, la machine qui expirait, s'effarèrent d'abord, puis se fixèrent, vacillants d'une émotion croissante. Zola, La Bête humaine,1890, p. 230.
B.− P. anal., littér. [Le compl. désigne un inanimé concr.] Troubler, rendre comme fou. Un coup de tonnerre ébranle la maison, une chanson de mousquetaire effare l'escalier (Veuillot, Odeurs de Paris,1866, p. 68).Un vent frais qui enfilait la galerie balayait l'air chaud sous le vitrage, effarait les lanternes de couleur (Zola, Nana,1880, p. 1265).Les candélabres, dont une croisée ouverte effarait les flammes, allumaient les pièces d'argenterie et les cristaux (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 188).
Emploi pronom. réfl. (avec personnalisation du sujet). Les arbres s'effaraient pleins d'une vague horreur (Hugo, Quatre vents esprit,1881, p. 257).Les bougies s'effarèrent, sous le vent de la fenêtre grande ouverte (Zola, Dr Pascal,1893, p. 114).
Prononc. et Orth. : [efaʀe], (j')effare [efa:ʀ]. Transcrit avec [ε] ouvert à l'initiale ds Barbeau-Rodhe 1930 et, à titre de var., ds Warn. 1968. Cette prononc. s'explique par l'influence graph. des lettres redoublées sur la voyelle précédente. Le verbe est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. [1. Ca 1200 Preudom qui si ies efferes « troublé, bouleversé » (Jean Bodel, Le Jeu de saint Nicolas, éd. A. Henry, 488); xiiies. effaree (Eneas, éd. J. Salverda de Grave, 615, leçon ms. G, picardisant)]; 2. 1611 effarer « frapper de terreur » (Cotgr.); 1895 au fig. c'est surtout effarant (Huysmans, En route, t. 1, p. 188). Étymol. obscure; peut-être doublet, avec métathèse du r (pic. à l'origine), d'esfreer, esfraer (v. effrayer), où l'e du rad., devant r, serait devenu a sous l'infl. de farouche. L'hyp. d'un dér. du lat. class. ferus (cf. fier) ou celle d'un empr. au lat. class. efferatus (d'où a été empr., au xvies., efferé ds Gdf. et Hug.) part. passé d'efferare « rendre farouche », font difficulté notamment du point de vue sém. 1 est une altération pic. de esfreé (mod. effrayé), cf. éd. cit., pp. 195-196. Fréq. abs. littér. : 189.
DÉR.
Effarade, subst. fém.,vx. État d'une personne effarée. Synon. usuel effarement.Les autres compagnons dispersés, mourants de faim et de soif, erraient dans les corridors, les escaliers, les cours du château, au milieu de l'effarade des maîtres du logis, et des apprêts de leur évasion (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 475). [efaʀad]. Pour [ε] ouvert, à l'initiale, cf. effarer. 1reattest. 1848 id.; du rad. de effarer, suff. -ade*. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Darm. 1877, p. 81 (s.v. effarade).

Wiktionnaire

Verbe

effarer \e.fa.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’effarer)

  1. Troubler tellement une personne ou un animal que son air et ses yeux ont quelque chose de hagard, frapper de quelque trouble moral qui se peint sur la physionomie.
    • Des lapins trottaient déjà et j’effarai des oiseaux. — (Colette, Le képi, Fayard, 1943 ; éd. Le Livre de Poche, 1968, p. 109).
    • Les oiseaux innombrables nichent dans les falaises escarpées, et effarés par la sirène des navires, s'envolent en nuages bruyants. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • J'ai rencontré, parmi mes camarades de réserve, de hauts fonctionnaires, des chefs de grandes entreprises privées. Tous , comme moi, s’effaraient d'être contraints à des besognes paperassières que, dans le civil, ils auraient abandonnées aux plus modestes de leurs sous-ordres. — (Marc Bloch, L'étrange défaite, chap. 3 : La déposition d'un vaincu, 1940)
  2. Frapper de terreur, effrayer.
    • Il est venu tout effaré nous dire cette nouvelle.
    • Pourquoi vous effarer de si peu de chose ?
  3. (Pronominal) Devenir hagard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EFFARER. v. tr.
Troubler tellement une personne ou un animal que son air et ses yeux ont quelque chose de hagard. Qu'a-t-on pu vous dire qui vous ait si fort effaré? Visage effaré. Air effaré. Il est venu tout effaré nous dire cette nouvelle. Pourquoi vous effarer de si peu de chose?

Littré (1872-1877)

EFFARER (é-fa-ré) v. a.
  • 1Frapper de quelque trouble moral qui se peint sur la physionomie.
  • 2S'effarer, v. réfl. Devenir effaré. On chercha les lois, on ne les trouva plus ; l'on s'effara, l'on cria, l'on se les demanda, Retz, II, 101.

HISTORIQUE

XIVe s. Li rois touz effarés respont et touz pleins d'ire, Girart de Ross. V. 3175.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

EFFARER. - HIST. XIVe s. Ajoutez : Sire roi Guiteclin, n'aiés chiere effarée, Tristan de Nanteuil, ms. V. 18823.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « effarer »

(Vers 1200) Preudom qui si ies efferes, « troublé, bouleversé » — (Jean Bodel, Le Jeu de saint Nicolas), (XIVe siècle) Sire roi Guiteclin, n'aiés chiere effarée — (Tristan de Nanteuil).
Étymologie obscure :
  1. Apparenté[1] à l’occitan esferar (« effrayer, effaroucher ») ; du latin efferare (« rendre sauvage »), de ferus (« farouche ») qui donne efferé.
  2. Peut-être[2] doublet, avec métathèse du r, de l’ancien français esfreer, esfraer (« effrayer »), avec l’influence de farouche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. esferar, effrayer, effaroucher ; du latin efferare ; de e- préfixe, et ferus, farouche.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « effarer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
effarer efare

Évolution historique de l’usage du mot « effarer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « effarer »

  • Partout, Rivera peint l’humanité en marche, les espoirs des hommes, le surgissement de l’industrie et la terre féconde avec la frénésie d’un Michel-Ange. Il ne voit pas d’antagonisme entre ses convictions et les rouages d’un Monde Nouveau. Son Amérique est celle de Dos Passos et des prolétaires, le terreau d’une future Révolution. Et il veut « rendre plastique le rythme somptueux qui va de l’extraction de la matière (…) à l’élaboration de l’objet fini ». Frida contemple avec ferveur cette force tellurique qui l’emporte dans ses rêves. Ses commanditaires, eux, finissent par s’effarer du message politique, jusqu’au « clap » de fin provoqué par l’apparition du portrait de Lénine au milieu de la fresque de la RCA : les Rockefeller remercient Rivera et effacent l’oeuvre. Connaissance des Arts, Frida Kahlo : artiste rebelle, légende mexicaine | Connaissance des Arts
  • « Et vous, vous auriez aimé faire partie de la commission nationale d'investiture de La République en marche ? » Cette question n'aurait pas dû surprendre ce ministre censé faire « travailler la poutre de la majorité », au répertoire débordant d'élus locaux à courtiser en vue des élections municipales. Pourtant, au beau milieu d'un bruyant troquet proche de l'Assemblée, le voilà qui s'esclaffe, à deux doigts de recracher son ristretto. Avant de s'effarer. Il se penche alors ostensiblement, s'assure de l'absence d'oreilles curieuses autour de la table et, calmement, murmure : « Non, mais ça... Le Point, Municipales : LREM en marche vers la défaite ? - Le Point
  • Céline Dion n’en finit pas de nous effarer avec son nouveau style et ses tenues excentriques assumées, au point de devenir une véritable icône de la mode. Ce week-end, elle est à Paris à l’occasion de la Fashion Week et a déjà pu montrer un petit aperçu de ses tenues. Mais ce samedi, elle est allée encore plus loin avec un outfit coloré et surtout … sans pantalon. parismatch.be, Face à la canicule, Céline Dion se balade sans pantalon dans Paris
  • Mr. Oehler s’est dit effarer par l’irresponsabilité des joueurs et ceux qui ont organisé le match. "Quelqu’un devait avoir les clés pour ouvrir le stade Paco-Matéo. On a le sentiment qu’ils ne risquent rien (…) Ils ne se rendent pas compte du cluster qu’on risque d’avoir", s’est-il alarmé. Linfo.re, Strasbourg: un match de foot réunit plus de 300 personnes - LINFO.re - France, Faits divers
  • L’entrée dans cette nouvelle décennie nous en fait voir de toutes les couleurs. Il suffit d’ouvrir les journaux et de jeter un œil sur les réseaux sociaux pour s’effarer ensemble face à l’ampleur des dégâts. Feux dévastateurs en Australie, importantes inondations en Indonésie, dernières canicules estivales en Europe. Oui, la hausse des températures s’accélère fortement. Non, ces variations ne sont pas liées à des causes «naturelles».  N’en déplaise aux climatosceptiques, ce sont les activités humaines, avec en tête de liste les émissions de gaz à effet de serre, qui ont un impact significatif sur la concentration de CO2 dans l’atmosphère. Dans ce contexte préoccupant, 2019 a été, en Suisse, marquée par la grève du climat et la grève des femmes*. On observe au même moment le retour d’une lutte aux slogans tapageurs, celle de l’écoféminisme, fruit de la rencontre entre ces deux combats. Né il y a quarante ans, ce courant de pensée se positionne contre les violences faites aux femmes* et pour la protection de l’environnement. Différents visages incarnent la philosophie écoféministe avec de multiples facettes. Tendances théoriques et idéologiques d’une part avec entre autres la littérature comme moyen d’action militant ou la recherche universitaire. Solutions pratiques d’autre part, avec d’innombrables initiatives pour un retour à la terre et à l’autosuffisance, et le combat pour une justice sociale. Il n’existe pas un, mais des écoféminismes, qui sont autant de terreaux riches et fertiles pour la défense de la planète et de l’égalité.  En ce début 2020, j’observe que le mouvement fait des émules aux quatre coins du monde et je pense évidemment à Greta Thunberg, qui vient de fêter ses 17 bougies le jour de la grève du climat devant le Parlement suédois. Cette jeune militante mondialement célèbre a déclaré un jour aux représentants des gouvernements: «Votre inaction détruit notre futur.» Comme elle, je considère qu’il est grand temps d’agir et j’ai la certitude que nos petits gestes individuels ne suffisent plus. Ne pas rester les bras ballants, tel sera notre défi de citoyen-ne-s avec cette question fondamentale que nous devons nécessairement nous poser: à titre individuel et universel, comment puis-je prendre soin de mon environnement, des autres et de la société? Si l’on regarde la réalité en face, on ne peut pas penser le féminisme sans l’écologie, et là est probablement la solution à l’équation. Dans l’urgence climatique de plus en plus présente, il s’agit de sortir les mains de nos poches, de repenser notre rapport à la nature, de traiter le problème à sa racine afin d’ouvrir un nouveau champ des possibles. Pour cette année et toutes celles à venir, donnons-nous enfin le droit d’être solidaires au monde vivant. Changeons collectivement les règles. Eveillons les consciences. Au-delà de tout, surmontons notre égoïsme, en nous engageant activement et en surfant sur ces grandes vagues, vertes et violettes. , Alerte verte et violette. Par Marie Berceron
  • Face à un tel constat, il ne faut pas s’en effarer. Il faut sortir de l’émotion et pousser plus loin la réflexion. Il faut se poser la question de savoir : quelle est la santé économique de la Côte d’Ivoire ? Le même Gon Coulibaly nous avait dit que la Côte d’Ivoire avait un taux de croissance de 7,5%, elle « est en passe de réaliser son deuxième miracle économique ». Afriksoir, Coronavirus Côte d’Ivoire et mesures wouya wouya : « Où est donc passée la 5è économie du monde ? » – Afriksoir

Traductions du mot « effarer »

Langue Traduction
Anglais frighten
Espagnol asustar
Italien spaventare
Allemand erschrecken
Chinois 吓唬
Arabe أرعب
Portugais amedrontar
Russe стращать
Japonais 怖がらせる
Basque beldurtu
Corse spaventatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « effarer »

Source : synonymes de effarer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « effarer »

Partager