La langue française

Civiliser

Définitions du mot « civiliser »

Trésor de la Langue Française informatisé

CIVILISER, verbe trans.

A.− Vx ou littér. [Le compl. d'obj. désigne une pers.] Rendre plus civil, plus conforme aux exigences de la vie en société :
1. ... Miss Lydia s'était proposé une noble tâche, celle de civiliser cet ours [le jeune Orso] des montagnes (...). Depuis qu'elle avait pris la peine de l'étudier, elle s'était dit (...) que pour elle il serait glorieux de convertir un Corse. Mérimée, Colomba,1840, p. 27.
Emploi pronom. à valeur passive ou intrans. Se civiliser.Devenir plus apte à la vie en société, devenir plus raffiné. Ma grosse fille (...) commença (...) à se civiliser avec ses compagnes. Mais elle resta longtemps sauvage avec les personnes du dehors (G. Sand, Histoire de ma vie,t. 4, 1855, p. 309).
Rem. Les dict. gén. signalent en outre comme vieilli le sens jur. ,,Convertir en procès civil un procès qui se poursuivait au criminel`` (Cap. 1936).
B.− Usuel. [Le compl. désigne une collectivité (nation, peuple)] Faire passer d'une condition primitive à un état de plus haut développement matériel, intellectuel, social. Civiliser un peuple, un pays.
Rem. Il ne semble pas que le développement moral soit toujours impliqué dans le sémantisme du verbe (cf. aussi rem. sur civilisateur).
1. [Le suj. désigne une pers. ou un groupe de pers.] :
2. Sa grande idée [de Charlemagne] était d'en finir avec la Germanie, de dompter et de civiliser ces barbares, de leur imposer la paix romaine. Bainville, Histoire de France,t. 1, 1924, p. 37.
2. [Le suj. désigne une manifestation de l'esprit, une force hum. de nature intellectuelle ou spirituelle, éventuellement suggérée par le cont.] Jamais (...) il [l'auteur] ne perd un seul instant de vue le peuple que le théâtre civilise (Hugo, Marie Tudor,avertissement, 1833, p. IV):
3. Il a fallu l'alliance du stoïcisme et du platonisme dans le christianisme (...) pour civiliser les barbares. C'est en s'élevant vers la chasteté absolue, la pureté absolue, l'indépendance absolue, l'isolement absolu de l'humanité; c'est par la renonciation au monde, le célibat et les couvents, que le type humain s'est d'abord perfectionné. P. Leroux, De l'Humanité,t. 1, 1840, p. 97.
Péj. (au regard de la critique morale). Un peuple sauvage et pourri que nous civilisons, en lui donnant nos vices (A. Daudet, Tartarin de Tarascon,1872, p. 119).
Emploi pronom. à valeur passive ou intrans. Devenir civilisé :
4. ... les animaux se domestiquent, les enfants atteignent l'âge de raison, les sauvages se civilisent, les fous guérissent, les poètes s'oublient. Éluard, Donner à voir,1939, p. 92.
P. iron. Une étable fut construite (...) et compta bientôt plusieurs petits pécaris en train de se civiliser, c'est-à-dire de s'engraisser (Verne, L'Île mystérieuse,1874, p. 293).
Rem. On rencontre ds la docum. le part. prés. et adj. civilisant, ante. Qui vise à civiliser (supra B). Synon. péj. de civilisateur*. Alexandre Verri (...) exècre Napoléon, non pas pour sa manie de trôner, mais (...) pour ses réformes civilisantes (Stendhal, Rome, Naples et Florence, t. 1, 1817, p. 120).
Prononc. et Orth. : [sivilize]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1568 civilisé « rendu civil, sociable » (Loys Le Roy, Polit. d'Aristote, 75 ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 455); 2. fin xvies. dr. « porter un procès devant un tribunal civil » (Var. hist. et litt., V, 124 ds Hug.), répertorié dep. Cotgr. 1611, vielli ds Ac. 1835; 3. 1791 homme civilisé opposé à anthropophage (Volney, Les Ruines, p. 102). Dér. de civil*, suff. -iser. Fréq. abs. littér. : 119.
DÉR.
Civilisable, adj.a) Qui peut être rendu plus civil (supra A). P. métaph. [En parlant d'un animal ou d'un élément de la nature] Dont l'état sauvage initial peut être (re)dressé en vue des besoins ou de l'agrément de l'homme. La Seine, fleuve civilisable (Michelet, Journal,1833, p. 109).Il [le rossignol] est non-seulement le plus inspiré, mais le plus éducable, le plus civilisable, le plus laborieux (Michelet, L'Oiseau,1856, p. 252).b) Qui peut être civilisé (supra B). [sivilizabl̥]. 1reattest. fin xviiie-début xixes. (Cuvier ds Lar. 19e); de civiliser, suff. -able*. Fréq. abs. littér. : 2.

Wiktionnaire

Verbe

civiliser \si.vi.li.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre policé et sociable un peuple qui vit à l’état sauvage.
    • Le commerce des grecs a civilisé les barbares.
    • Les nations civilisées. c'est être libre
    • Ces peuples ne se civilisèrent que lentement.
    • Les deux personnages en scène sont un Nègre en costume de clown et un Blanc botté et coiffé d’un casque colonial. « Je vais te civiliser », dit le Blanc. « D’abord tu vas cirer mes bottes. Ensuite tu vas me porter sur ton dos. Puis tu vas chasser les mouches pendant que je mange. Enfin tu vas recevoir cinquante coups de bâton. » — (Michel Tournier, Pour saluer Gédéon, le petit canard jaune de Benjamin Rabier, dans Les vertes lectures, collection Folio, 2007, page 140)
  2. (Familier) Rendre plus affable, de manières plus douces.
    • Cet homme se civilise.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CIVILISER. v. tr.
Rendre policé et sociable un peuple qui vit à l'état sauvage. Le commerce des Grecs a civilisé les barbares. Les nations civilisées. Ces peuples ne se civilisèrent que lentement. Il signifie aussi familièrement Rendre plus affable, de manières plus douces. Cet homme se civilise.

Littré (1872-1877)

CIVILISER (si-vi-li-zé) v. a.
  • 1Autrefois rendre civile une matière criminelle. Civiliser un procès. Civiliser une matière criminelle.
  • 2Rendre civil, courtois. La société des dames l'a civilisé.

    Par plaisanterie, corriger, battre. À moi, rustaut, à moi, que je vous civilise, Scarron, Jodelet, I, 2.

  • 3Polir les mœurs, donner la civilisation. Le commerce des Grecs a civilisé les barbares. Je civilise autant que je peux les Allobroges, Voltaire, Lett. Albergati, 5 sept. 1760.
  • 4Se civiliser, v. réfl. Fig. et familièrement, s'apaiser, s'arranger. La querelle se civilise. Cette affaire se civilise. Locution prise du droit, où une affaire, de criminelle devenant civile, se civilisait et devenait moins grave.

    On dit, dans un sens analogue, qu'une nouvelle se civilise, pour exprimer que la chose annoncée est moins grave qu'on ne l'avait cru d'abord.

  • 5Devenir civilisé. Les peuples se civilisent lentement. La France a été longtemps barbare, et, aujourd'hui qu'elle commence à se civiliser, il y a encore des gens attachés à l'ancienne barbarie, Voltaire, Dialogues, 21.
  • 6Devenir poli. Cet homme se civilise.

HISTORIQUE

XVIe s. Il avoit quelque façon externe qui pouvoit n'estre pas civilisée à la courtisane, Montaigne, I, 147.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CIVILISER, (Jurisprud.) En termes de palais, civiliser une affaire, signifie recevoir un accusé en procès ordinaire, ou rendre civil un procès qui s’instruisoit auparavant comme criminel.

L’ordonnance de 1670, titre xx. de la conversion des procès civils en procès criminels, & de la réception en procès ordinaire, dit que s’il paroît avant la confrontation des témoins que l’affaire ne doit pas être poursuivie criminellement, les juges recevront les parties en procès ordinaire ; que pour cet effet ils ordonneront que les informations seront converties en enquêtes, & permettront à l’accusé d’en faire de sa part dans les formes prescrites pour les enquêtes ; qu’après la confrontation des témoins, l’accusé ne pourra plus être reçû en procès ordinaire, mais qu’il sera prononcé définitivement sur son absolution ou sur sa condamnation ; enfin que quoique les parties ayent été reçues en procès ordinaire, la voie extraordinaire sera permise si la matiere y est disposée.

Ainsi civiliser une affaire ou procès ; renvoyer les parties à fins civiles, ou les recevoir en procès ordinaire, est la même chose. Lorsque les charges paroissent legeres, on renvoye quelquefois les parties à l’audience ; mais l’affaire n’est pas pour cela civilisée, les informations demeurent toujours pieces secretes. Voyez Fins civiles, Procès ordinaire.(A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « civiliser »

De civil, avec le suffixe -iser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Civil.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « civiliser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
civiliser sivilize

Évolution historique de l’usage du mot « civiliser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « civiliser »

  • "Les races supérieures ont le devoir de civiliser les races inférieures", se justifie-t-il. À cela, Clémenceau répond vivement qu'il ne faut pas tenter de cacher la violence en utilisant hypocritement le prétexte de la civilisation. L'échange est vieux de 135 ans, mais rien ne semble avoir évolué. RTL.fr, Racisme : "Les extrémistes empêchent un débat apaisé", affirme Olivier Mazerolle
  • C’est pas demain qu’on va civiliser la médecine québécoise. La démocratie ne pèse pas lourd devant les seigneurs des actes à la cenne. La Presse, Peut-on civiliser les urgences au Québec ?

Traductions du mot « civiliser »

Langue Traduction
Anglais civilize
Espagnol civilizar
Italien civilizzare
Allemand zivilisieren
Portugais civilizar
Source : Google Translate API

Synonymes de « civiliser »

Source : synonymes de civiliser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « civiliser »

Civiliser

Retour au sommaire ➦

Partager