La langue française

Nonchalance

Sommaire

  • Définitions du mot nonchalance
  • Étymologie de « nonchalance »
  • Phonétique de « nonchalance »
  • Citations contenant le mot « nonchalance »
  • Traductions du mot « nonchalance »
  • Synonymes de « nonchalance »
  • Antonymes de « nonchalance »

Définitions du mot nonchalance

Trésor de la Langue Française informatisé

NONCHALANCE, subst. fém.

A. −
1. Manière d'être ou d'agir caractérisée par l'absence d'énergie, de zèle, de soin, due à l'insouciance, l'indifférence. Synon. apathie, laisser-aller, négligence.Non que le jeune homme fût vêtu avec recherche; au contraire, il affectait une certaine nonchalance: sa cravate était à peine nouée, ses mains quelque peu tachées de cambouis (Roy,Bonheur occas.,1945, p. 21).Il existe des nonchalances, des paresses et des fantaisies fécondes. La tension obstinée vers le but enlève à la pensée subalterne une parure qui nous était familière (David,Cybern.,1965, p.41):
1. Il était nonchalant, voilà. La nonchalance avait été son grand mal, son défaut, son vice. Combien de gens ratent leur vie par nonchalance. Il est si difficile à certaines natures de se lever, de remuer, de faire des démarches, de parler, d'étudier des questions. Maupass., Contes et nouv., t. 1, Regret, 1883, p.904.
2. P. méton. Attitude, apparence (affectée) qui marque ce caractère. La nonchalance de sa mise quelque peu poudreuse et chiffonnée (Milosz,Amour. initiation,1910, p.15).
B. − Manque de rapidité, d'entrain, de fermeté; lenteur et mollesse des gestes, des attitudes. Synon. indolence, langueur, lenteur.Sa bouche, où scintille un ivoire riant, Comme pour écouter, s'ouvre avec nonchalance (Sainte-Beuve,Poés.,1829, p.106).À la nonchalance de leurs pas et aux parfums qui s'exhalent, Antoine reconnaît des patriciennes (Flaub.,Tentation,1874, p.82):
2. Les hommes prenaient le pas tant bien que mal, et calaient leur fusil dans le creux de leur épaule, avec une nonchalance adroite de vieux grognards, qui n'en sont plus à surveiller craintivement leur maintien. Romains,Hommes bonne vol.,1938, p.93.
En partic. Grâce indolente. Son visage doucement meurtri du matin, l'espèce de lenteur, de nonchalance heureuse que l'amour donnait à ses gestes (Sagan,Bonjour tristesse,1954, p.70).
C. − Au plur., littér.
1. Plaisirs dus à l'indifférence, l'insouciance. Je m'abandonnais à cette vie facile, pleine de tièdes nonchalances (Du Camp,Mém. suic.,1853, p.163).Je me réveillerai, et les lois et les moeurs auront changé (...), le monde, en restant le même, me laissera à mes désirs, joies, nonchalances (Rimbaud,Saison enfer,1873, p.226).
2. Mollesse et abandon du corps. Revenu à la rampe de Tortoni appuyer mes nonchalances et ma superbe (Barb. d'Aurev.,Memor. 2,1838, p.286).Les parfums lubriques et les nonchalances de leurs corps grêles ou pesants (Adam,Enf. Aust.,1902, p.476).
Prononc. et Orth.: [nɔ ̃ ʃalɑ ̃:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Av. 1270 (Livre de Jean d'Ibelin ds Assises de Jérusalem, éd. Beugnot, t.1, p.103); fin xiiies. (Jean de Meun, Testament ds Rose, éd. Méon, t.4, p.24). Dér. de nonchalant*; suff. -ance*. Fréq. abs. littér.: 243. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 234, b) 301; xxes.: a) 289, b) 497.

nonchalance « caractère de celui qui est nonchalant »

Wiktionnaire

Nom commun

nonchalance \nɔ̃.ʃa.lɑ̃s\ féminin

  1. Laisser-aller, négligence, apathie.
    • Elle était sobre, très propre et n’ayant d’autre défaut que beaucoup de paresse, la nonchalance régnant dans toutes ses actions et dans toute sa personne, malgré l’air de vivacité que ses yeux annonçaient. — (Donatien Alphonse François de Sade, Les Cent Vingt Journées de Sodome, ou l’École du libertinage, 1785, introduction)
    • Pour le reste, il avait laissé les choses suivre leur cours, et quand le vieux caissier, le vénérable Savourdin, bonhomme à lunettes d’or et à cravate blanche, le priait chaque soir de vérifier la caisse, il s’acquittait de cette besogne avec une nonchalance véritablement inexplicable. — (Hector Malot, Cara, E. Dentu, 1878, 1re partie, chap. 2)
  2. Mollesse, langueur, indolence.
    • Le soleil des tropiques, en brunissant son visage, ne lui avait point donné cette vivacité de geste et de parole qui s’unit chez les créoles à une nonchalance souvent pleine de grâce. — (Victor Hugo, Bug-Jargal, 1818-1826, chap. 2)
    • Penchés comme en une nonchalance de rêve sur les petits murs terreux, les amandiers pleurent leurs larmes blanches sous la caresse du vent... — (Isabelle Eberhardt, Pleurs d’amandiers, 1903)
  3. (Littéraire) (Au pluriel) Relâchement, insouciance où l’on se complaît.
    • Ou je me réveillerai, et les lois et les mœurs auront changé, — grâce à son pouvoir magique, — le monde, en restant le même, me laissera à mes désirs, joies, nonchalances. — (Arthur Rimbaud, Une saison en enfer, M. J. Poot, Bruxelles, 1873, p. 25)
    • Mais non. Ce qu’il voulut, c’est arracher tous ceux
      Qui vivaient engourdis, orgueilleux, paresseux,
      À l’égoïsme obscur, aux mornes nonchalances,
      Pour les jeter, chantants et fiers, parmi les lances,
      Ivres de dévouement, épris de mourir loin,
      Dans cet oubli de soi dont tous avaient besoin !
      — (Edmond Rostand, La Princesse lointaine, G. Charpentier et E. Fasquelle, 1895, acte I, scène 2)

Nom commun

nonchalance

  1. Nonchalance, nonchaloir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NONCHALANCE. n. f.
Caractère de celui qui est nonchalant. Il laisse ses affaires en désordre par nonchalance. Il s'est fait tort par sa nonchalance. Il fait tout avec nonchalance. Il signifie aussi Mollesse, abandon. Elle marche, elle parle avec nonchalance, avec une certaine nonchalance qui n'est pas sans grâce. Il se dit aussi de Ce qui est fait avec nonchalance. Mathurin Régnier a dit du poète que ses nonchalances sont ses plus grands artifices.

Littré (1872-1877)

NONCHALANCE (non-cha-lan-s') s. f.
  • 1Disposition de celui qui ne se soucie de rien ; manque de soin. Contre ceux qui, sur la confiance de la miséricorde de Dieu, demeurent dans la nonchalance sans faire de bonnes œuvres, Pascal, Pens. XXIV, 32, note 1, éd. HAVET. Les défauts de Montaigne sont grands… il inspire une nonchalance du salut, sans crainte et sans repentir, Pascal, ib. XXIV, 24. De telles nonchalances pour ce qui vous regarde, Sévigné, 17 mars 1680. Allant à la mort avec la même nonchalance qu'il aurait continué de vivre, Diderot, Claude et Nér. II, 65. À la seconde, au plus tard à la troisième génération, les Tartares, les Turcs, les Persans, les Européens mêmes prennent la nonchalance indienne, Raynal, Hist. phil. V, 34.
  • 2Mollesse, abandon. Les nonchalances sont ses plus grands artifices [de la beauté], Régnier, Sat. IX. La nonchalance embellit une petite chose, et en gâte toujours une grande, Diderot, Pensées sur la peint. Œuv. t. XV, p. 231, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIIe s. Pour quoi l'on pert aucune fois sa querelle par nonchalance, As. de Jérus. 103. Li un les lessent perdre [les femmes] par droite nonchalance, Li autre par bobant, li autre par enfance, J. de Meung, Test. 469.

XVIe s. Afin qu'ils ne se flattent point en leurs pechez par nonchalance de son jugement [de Dieu], Calvin, Instit. 238. Entre ce bas et vil soing et cette profonde nonchalance laissant tout aller à l'abandon, Montaigne, I, 282. Le vice contraire à la curiosité, c'est la nonchalance, Montaigne, II, 42.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NONCHALANCE, s. f. (Gramm.) paresse, négligence, indolence, mollesse, foiblesse d’organisation, ou mépris des choses, qui laisse l’homme en repos, dans les momens où les autres se meuvent, s’agitent & se tourmentent On devient paresseux, mais on naît nonchalant. La nonchalance ne se corrige point, surtout à un certain âge. Dans les enfans, l’accroissement fortifiant le corps, peut diminuer la nonchalance. La nonchalance qui introduit peu-à peu le desordre dans les affaires, a des suites les plus facheuses. La nonchalance est aussi accompagnée de la volupté. Elle ne répond guere au plaisir, mais elle l’accepte facilement. Les dieux d’Epicure sont des nonchalans, qui laissent aller le monde comme il peut. Il s’échappe des ouvrages de Montagne une nonchalance que le lecteur gagne sans s’en appercevoir, & qui le tranquilise sur beaucoup de choses importantes ou terribles au premier coup d’œil. Il regne dans les poésies de Chaulieu, de Pavillon, de la Fare, une certaine nonchalance qui plaît à celui qui a quelque délicatesse d’esprit. On diroit que les choses les plus charmantes ne leur ont rien coûté, qu’ils n’y mettent aucun prix, & qu’ils souhaitent d’être lus avec la même nonchalance qu’ils écrivoient. Il faudroit prêcher aux turbulens la nonchalance, & la diligence aux nonchalans. C’est par un coup ou frappé en sens contraire, qu’on modere la chute d’un corps en mouvement, ou frappé dans la direction qu’il suit lentement, qu’on accélere sa vitesse : pour peu qu’on hâtât les uns, ou qu’on arrêtât les autres, ils auroient la vîtesse qui convient aux choses de la vie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nonchalance »

Nonchalant ; provenç. nonchalansa.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du préfixe non- et du verbe chaloir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nonchalance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nonchalance nɔ̃ʃalɑ̃s

Citations contenant le mot « nonchalance »

  • Toujours dans le domaine de la nonchalance… tout est parfait dans la prochaine vidéo. Le tir, le style vestimentaire, la réaction. Balle Courbe, Les Drôleries du vendredi : vive la nonchalance - Balle Courbe
  • L'Italien noie ses soucis dans la nonchalance, le Français dans les chansons et l'Allemand dans la boisson. De G. Cahier / Proverbes et aphorismes
  • Le génie a des nonchalances, mais une prestesse de grand fauve. Le génie est une paresse attentive. On guette sans cesse et l'on trouve une fois par surprise. De Marcel Jouhandeau / Essai sur moi-même
  • « Ce qui m'a marqué c'est surtout la nonchalance de l'homme, reprend ce témoin. Pas énervé, il n'a ni crié, ni insulté personne, il a juste donné des grands coups avec un marteau de chantier et aspergé l'étude notariale avec un énorme bac de peinture blanche. » leparisien.fr, Suresnes : en plein jour, il saccage la façade des notaires - Le Parisien
  • Malgré sa nonchalance, Virgil van Dijk enchaine les performances XXL depuis sa signature à Liverpool. Le défenseur néerlandais a osé la comparaison avec Roger Federer.  Le 10 Sport, Tennis | Tennis : Quand Virgil van Dijk se compare à... Roger Federer !

Traductions du mot « nonchalance »

Langue Traduction
Anglais nonchalance
Espagnol indiferencia
Italien noncuranza
Allemand nonchalance
Chinois 不平衡
Arabe اللا مبالاة
Portugais indiferença
Russe бесстрастность
Japonais 不貞
Basque nonchalance
Corse nonchalance
Source : Google Translate API

Synonymes de « nonchalance »

Source : synonymes de nonchalance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « nonchalance »

Partager