La langue française

Inertie

Sommaire

  • Définitions du mot inertie
  • Étymologie de « inertie »
  • Phonétique de « inertie »
  • Citations contenant le mot « inertie »
  • Traductions du mot « inertie »
  • Synonymes de « inertie »
  • Antonymes de « inertie »

Définitions du mot inertie

Trésor de la Langue Française informatisé

INERTIE, subst. fém.

A. − Domaine sc. et techn.
1. MÉCAN. et PHYS. Propriété qu'ont les corps, la matière, de ne pouvoir par eux-mêmes, changer l'état de repos ou de mouvement dans lequel ils se trouvent. Un corps (...), en vertu de son inertie dans le champ d'attraction terrestre, se déplace selon une parabole (Ruyer, Esq. philos. struct.,1930, p. 266).Le seul principe d'inertie permet de définir, en mécanique classique, une restriction de la relativité du mouvement (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 149):
1. Ces molécules, étant électrisées, ne peuvent se déplacer sans ébranler l'éther; pour les mettre en mouvement, il faut triompher d'une double inertie, de celle de la molécule elle-même et de celle de l'éther. H. Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 195.
Force d'inertie. Résistance qu'un corps oppose au mouvement et qui est proportionnelle à sa masse. Les forces d'inertie sont susceptibles de communiquer à un corps d'épreuve une accélération indépendante de ce corps d'épreuve (Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 2, 1964, p. 166).
Moment d'inertie. ,,Masse d'un point matériel multipliée par le carré de la distance du point à l'axe de rotation`` (Sc. 1962). On désigne par : K, le moment d'inertie de la masse stationnaire par rapport à l'axe de rotation (Rothé, Géophys.,1943, p. 330).
2. CHIM. Propriété d'un corps de ne pas réagir au contact d'un autre corps. Elle [la cellophane] présente une grande inertie vis-à-vis des agents chimiques, se montre 4 000 fois moins perméable à l'hydrogène que le caoutchouc (C. Duval, Verre,1966, p. 119).
3. ÉLECTR. Synon. de masse électromagnétique :
2. Tout se passe donc comme si, en vertu de sa charge, la particule possédait une inertie supplémentaire, autrement dit une masse supplémentaire, auxquelles on donne le nom d'inertie ou de masse électromagnétique. MmeP. Curie, Radioactiv., t. 1, 1910, p. 65.
4. PAPET. Propriété d'un papier, d'un carton, de résister à l'humidité et de rester bien plat. L'emploi de la charge est, selon certains fabricants, d'une utilité absolue pour obtenir une inertie parfaite du papier (Chelet, Lithogr.,1933, p. 282).
B. − P. ext. [En parlant d'un être vivant]
1. PHYSIOL. Perte de la contractilité des muscles d'un organe. Inertie intestinale, vésicale. Ses jeûnes systématiques excessifs, qui semblaient aussi refroidir son sang et frapper d'inertie les organes digestifs (Michelet, Journal,1857, p. 348).
Inertie utérine. Insuffisance ou absence des contractions de l'utérus au début de l'accouchement; absence de la rétraction de l'utérus après l'accouchement. (Dict. xixeet xxes.).
P. ext. État caractérisé par une absence de mouvement et de vie. Synon. immobilité.Inertie d'un mourant. Garder avec l'agilité d'un clown l'inertie d'un cadavre (Blondel, Action,1893, p. 9):
3. Sarcelotte (...) se laissait soulever sans résistance, se prêtait mollement à l'étreinte, écœurait l'homme et le déconcertait par cette inertie de mannequin. Mais, soudain, rassemblant ses muscles, (...) il coulait contre le ventre de l'adversaire, (...) il poussait des épaules avec des saccades violentes... Genevoix, Raboliot,1925, p. 272.
2. Au fig.
a) État d'abattement, caractérisé par une absence de réaction(s) et un manque d'énergie physique ou morale. Synon. apathie, atonie, prostration; anton. action, activité, énergie, entrain, fougue, vigueur.Demeurer, vivre, être plongé dans une complète, profonde inertie; s'arracher à, sortir de son inertie. Fanny (...) suspectait malgré elle l'inertie, la langueur, même la pâleur de cet enfant imprégné de secret (Colette, Seconde,1929, p. 112):
4. ... dans l'inertie absolue où elle vivait, elle prêtait à ses moindres sensations une importance extraordinaire; elle les douait d'une motilité qui lui rendait difficile de les garder pour elle, et à défaut de confident à qui les communiquer, elle se les annonçait à elle-même... Proust, Swann,1913, p. 50.
PSYCHOPATHOL. Absence d'activité et d'initiative provoquée soit par un état morbide, soit par des médicaments. Inertie motrice; inertie psychique. Plus la maladie se prolonge, plus elle s'aggrave et plus on voit augmenter cette inertie caractéristique (Janet, Obsess. et Psychasth.,1903, p. 353):
5. On retrouve cette même bonne conscience spontanée chez les sujets d'asile, dont l'inertie et la déchéance mentale ont évacué toute autre perspective spirituelle qu'une extase béate et inefficace. Mounier, Traité caract.,1946, p. 691.
b) Résistance passive et volontaire qui consiste principalement à s'abstenir d'agir ou à refuser toute contrainte physique ou morale. En toutes choses, il opposait aux volontés de son père une force d'inertie, et croyait avoir fait beaucoup s'il avait retardé le moment où il serait contraint d'obéir (Mérimée, Hist. règne Pierre le Gr.,1864-68, p. 539).Les Mazelle (...) s'entêtaient à ne pas céder [à leurs filles], non dans des explications violentes, mais par leur inertie bonasse, une sorte de vague ensommeillement, qui, croyaient-ils, lasserait son caprice (Zola, Travail, t. 2, 1901, p. 165).
POL. Absence de réaction et d'initiative, état d'immobilisme. Inertie de la démocratie, de la République, du gouvernement. On cause de l'inertie du gouvernement, du mécontentement produit dans la population par l'absence de l'action du général Trochu (Goncourt, Journal,1870, p. 701):
6. Depuis quelques années, l'industrie était prospère. Une crise éclata. Ces accidents sont périodiques. Plusieurs mauvaises récoltes étaient cause de celle-ci. Mais il faut bien blâmer le gouvernement. L'opposition se plaignit de l'inertie des ministres. Maurois, Disraëli,1927, p. 310.
Prononc. et Orth. : [inε ʀsi]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1. 1370-72 inhertie « absence de mouvement » (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, p. 337, n. 7), attest. isolée; 1648 (Descartes, Lettre au marquis de Newcastle ds Œuvres, éd. A. Bridoux, p. 1299 : une sorte d'inertie qui dépend de la quantité de la matière); 2. 1720 force d'inertie (M. Coste, Traité d'optique [trad. de l'angl. de Newton], p. 539 ds Mack. t. 1, p. 163; inertiae vis chez Newton, ibid.). Empr. au lat.inertia « inertie, inaction, indolence », proprement « ignorance de tout art, incapacité », dér. de iners (inerte*). Fréq. abs. littér. : 581. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 612, b) 468; xxes. : a) 890, b) 1 161.

Wiktionnaire

Nom commun

inertie \i.nɛʁ.si\ féminin

  1. (Didactique) État de ce qui est inerte.
    • Principe d’inertie.
  2. (Chimie) Absence de réaction chimique en présence d’une substance
  3. (Physique) Résistance passive qu’opposent les corps du fait de leur masse au changement de l’état de repos ou de mouvement dans lequel ils se trouvent.
    • Buridan attaque la métaphysique du mouvement du Stagirite. Au principe aristotélicien : «  Tout mobile est mû par un moteur distinct de lui », […], il substitue le principe d’inertie ou de conservation de l'impulsion, en l'absence de toute force appliquée. […],: le véritable moteur d'un mobile n'est autre que l'impulsion (impetus) déposée en lui par la force qui l'a lancé. — (Louis Rougier, Histoire d'une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, éd.1966)
    • En physique, l'inertie est la tendance pour un objet à conserver sa vitesse en l'absence de force extérieure. Si vous lancez une balle dans l'espace, elle n'arrêtera jamais sa lancée, sauf si un objet comme une planète l'attire par gravité. En démographie, ce terme sert à illustrer le fait que les mouvements sont dans ce domaine généralement très lents. — (Argument, vol. xxii, n° 1, automne-hiver 2019-2020, pp. 70-71)
  4. (Figuré) Résistance passive d’une personne, qui consiste principalement à ne pas obéir, à ne pas exécuter ce qui est commandé.
    • Il oppose à toutes les réclamations la force d’inertie.
    • Il rencontra dans la nation une force d’inertie qui neutralisa toutes ses mesures.
    • Dans l’hypothèse où les textes en vigueur n’ont été que partiellement appliqués, peut-on en fournir l’explication (mauvaise information, inertie, complexité, manque de moyens, textes d’application pris avec retard ou inefficaces) ? — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
  5. (Figuré) Manque absolu d’activité ou d’énergie.
    • Rester dans une complète inertie.
    • Être plongé dans une profonde inertie.
    • Tirez-le de cette inertie.
    • Vivre dans un état d’indifférence et d’inertie.
    • Tomber, languir dans l’inertie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INERTIE. (TIE se prononce CIE) n. f.
T. didactique. État de ce qui est inerte. Principe d'inertie. Spécialement, Force d'inertie, La propriété qu'ont les corps de rester dans leur état de repos ou de mouvement, jusqu'à ce qu'une cause étrangère les en tire. Il signifie, figurément, Résistance passive, qui consiste principalement à ne pas obéir, à ne pas exécuter ce qui est commandé. Il oppose à toutes les réclamations la force d'inertie. Il rencontra dans la nation une force d'inertie qui neutralisa toutes ses mesures.

INERTIE se dit, figurément, du Manque absolu d'activité ou d'énergie. Rester dans une complète inertie. Être plongé dans une profonde inertie. Tirez-le de cette inertie. Vivre dans un état d'indifférence et d'inertie. Tomber, languir dans l'inertie.

Littré (1872-1877)

INERTIE (i-nèr-sie) s. f.
  • 1 Terme scientifique. Etat de ce qui est inerte ; défaut d'aptitude à changer spontanément d'état.

    Terme de physique. Propriété qu'ont les corps de ne pouvoir modifier d'eux-mêmes l'état de mouvement ou de repos dans lequel ils sont. Tout corps, étant indifférent de lui-même au repos et au mouvement, et ayant cette inertie qui est un attribut de la matière, suit nécessairement la ligne dans laquelle il est mû, Voltaire, Phil. New. III, 4. Cette tendance de la matière à persévérer dans son état de mouvement ou de repos est ce que l'on nomme inertie ; c'est la première loi du mouvement des corps, Laplace, Expos. III, 2.

    Force d'inertie dans les corps, résistance au mouvement qui ne vient que de leur masse et qui est proportionnelle, comme la pesanteur, à la quantité de matière qui leur est propre. Elle [la boule] est soutenue par mon plancher, et vous donnez à mon plancher libéralement la force d'inertie ; inertie signifie inactivité, impuissance ; or n'est-il pas singulier qu'on donne à l'impuissance le nom de force ? Voltaire, Dict. phil. Force physique.

    Fig. Force d'inertie, résistance passive qui consiste principalement à ne pas obéir aux ordres qui prescrivent une action. Il rencontra dans la nation une force d'inertie qui arrêta toutes ses mesures.

  • 2 Terme de médecine. Inertie de la matrice, état de cet organe qui, après l'expulsion du fœtus, ne revient pas sur lui-même, et ne resserre ni ne rapproche ses parois.
  • 3Manque d'activité intellectuelle ou morale. Si une grande application de l'esprit compense souvent le défaut de pénétration, c'est que l'application est une force qui se déploie sur les organes et en surmonte l'inertie, Bonnet, Ess. analyt. âme, ch. 23. Il retombe promptement dans son inertie naturelle, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 80, dans POUGENS.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

INERTIE, s. f. (Géom.) voyez Force d’inertie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « inertie »

Du latin inertia.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. inertia, de iners, inerte.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « inertie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
inertie inɛrsi

Citations contenant le mot « inertie »

  • La force d’inertie, c’est la puissance du larvaire. De Amélie Nothomb / Métaphysique des tubes
  • Les masses sont l'inertie, la puissance du neutre. De Jean Baudrillard / Le Monde de l'éducation - Juillet - Août 2001
  • L'inertie seule est menaçante. Poète est celui-là qui rompt pour nous l'accoutumance. De Saint-John Perse
  • Ce n’est pas la technique qui représente le vrai danger pour la civilisation, c’est l’inertie des structures. De Louis Armand / Plaidoyer pour l'avenir
  • En science comme ailleurs, l’inertie intellectuelle, la mode, le poids des institutions et l’autoritarisme sont toujours à craindre. De Hubert Reeves / Patience dans l’azur
  • La loi de l'inertie s'applique à l'imagination : nous ne pouvons pas croire que demain différera d'aujourd'hui. De Arthur Koestler
  • La conviction certaine que l'on pourrait si l'on voulait est cause d'inertie chez maints bons esprits. De Georg Christoph Lichtenberg / Aphorismes
  • Le président de la ligue italienne (LBA) Umberto Gandini tire la sonnette d’alarme. Pour lui, l’inertie du gouvernement ne permet pas aux équipes de Serie A de reprendre normalement leur préparation pour la nouvelle saison. Basket Europe, Italie: Le président de la ligue s'inquiète de l'inertie du gouvernement | Basket Europe
  • Le bureau d'études soulignes que le groupe reste peu affecté par la crise sanitaire en raison notamment de la typologie et de la qualité de ses clients et de contrats pluriannuels, mais également du fait de la forte inertie liée à ce type de services. Capital.fr, WEDIA bondit après la publication de ses revenus semestriels - Capital.fr
  • Le Tribunal cantonal critique sévèrement l’inertie de l’Office d’exécution des sanctions dans le suivi d’un détenu incarcéré depuis plus de 30 ans et pour lequel aucune thérapie sérieuse ou effort de resocialisation n’a été mis en œuvre. «Cela n’est pas acceptable», souligne la décision Le Temps, A Neuchâtel, le coup de gueule des juges contre un abandon carcéral - Le Temps

Traductions du mot « inertie »

Langue Traduction
Anglais inertia
Espagnol inercia
Italien inerzia
Allemand trägheit
Chinois 惯性
Arabe التعطيل
Portugais inércia
Russe инертность
Japonais 慣性
Basque inertzia
Corse inerzia
Source : Google Translate API

Synonymes de « inertie »

Source : synonymes de inertie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « inertie »

Partager