La langue française

Paresse

Définitions du mot « paresse »

Trésor de la Langue Française informatisé

PARESSE, subst. fém.

A. −
1. Au sing. Propension à ne rien faire, répugnance au travail, à l'effort physique ou intellectuel; faiblesse de caractère qui porte à l'inaction, à l'oisiveté. Synon. cosse2(pop.), fainéantise, flemmardise (fam.), flemme (fam.); anton. ardeur, courage.Donne-t-on l'aumône à celui qui pourroit travailler? Ce seroit entretenir sa paresse; et l'homme est condamné à manger son pain à la sueur de son front (Saint-Martin, Homme désir, 1790, p.267).
SYNT. Effroyable, excessive, extrême, grande, horrible, incurable, incorrigible, invicible paresse; paresse naturelle; habitudes de paresse; inclination à la paresse; favoriser la paresse; combattre, dompter, secouer, vaincre la/sa paresse; montrer, témoigner de la paresse; vivre dans la paresse; reprocher à qqn sa paresse; accuser qqn de paresse.
Par personnification. Assis au banc des cancres qui occupait le fond de la classe, il affrontait un professeur impuissant et donnait à trente-cinq élèves le spectacle de la paresse triomphante (Green, Autre sommeil, 1931, p.15).
RELIG. CATH. Un des sept péchés capitaux. Le péché de la chair est la source (...) de tous les péchés (...). L'orgueil, l'avarice, la paresse, la colère et l'envie sont sa postérité bien-aimée (A. France, Thaïs, 1890, p.277).V. colère ex. 3.
Loc. verb. vieillie. Relever qqn du péché de paresse. Obliger quelqu'un (par des ordres, des reproches, des menaces) à travailler. Je t'ai bien relevé, je le relèverai bien du péché de paresse (Ac.).
Proverbe. La paresse est la mère de tous les vices. Synon. de l'oisiveté est la mère de tous les vices (v. mère1I C 4 b).
2. P. méton., littér., souvent au plur. Comportement, attitude qui manifeste cette disposition. Cette apathie de Charles, ces paresses de tout le jour, cette indifférence de son corps à toute chose, ce sommeil les yeux ouverts alarmèrent la vieille domestique (Goncourt, Ch. Demailly, 1860, p.387).Vautrer ses paresses sur les banquettes d'un estaminet (Zola, Fortune Rougon, 1871, p.127).
B. − P. ext.
1. Au sing.
a) [À propos d'une pers.] Manque d'énergie en face d'une activité quelconque. Synon. apathie, indolence, inertie, lenteur, négligence, nonchalance; anton. activité, ardeur, courage, cran (fam.), énergie, promptitude, zèle.Les ouvrières ne se pressèrent pas, engourdies d'une torpeur de paresse, les bras abandonnés sur leurs jupes (Zola, Assommoir, 1877, p.551).
Paresse à, de + verbe à l'inf.Paresse à écrire. Je me retrouve à Paris avec une paresse indicible à me remuer, à sortir de chez moi (Goncourt, Journal, 1875, p.1084).Par paresse de se mouvoir, il y prit bientôt ses repas [à la brasserie] (Maupass., Contes et nouv., t.2, M. Parent, 1886, p.612).Si (...) vous éprouvez une faiblesse générale, des lourdeurs de tête et une certaine paresse à vous lever, l'hésitation ne sera plus permise et nous commencerons le traitement (Romains, Knock, 1923, ii, 4, p.12).
b) [À propos d'un sentiment] Littér. Indifférence, inertie. Paresse d'âme:
1. Il songeait: «Nicole est mort.» Il regardait cet événement avec une sorte de paresse du coeur. «Le détachement n'est pas une conquête du sage, se dit-il (...)». Il se sentait atteint par l'indifférence, comme d'un froid mortel qui attaque le centre de l'être, tarit la vie avec la source du sentiment. Chardonne, Chant Bienh., 1927, p.123.
c) Solution de paresse. Solution qui demande un moindre effort. Synon. solution de facilité*:
2. Mais avoir d'avance consenti pour la France de si grands sacrifices, ç'avait été, somme toute, recourir à une solution de paresse, −ce qui cadre assez bien avec le caractère nonchalant et parfois si indifférent du prince. Madelin, Talleyrand, IV, XXIX, 1944ds Rob.
2.
a) Au sing. Goût du farniente; désir passager de ne rien faire. Paresse agréable, aimable, heureuse, molle, voluptueuse. Pourvu que j'occupe un poste d'où nos regards puissent commodément se croiser, j'oublie tout le reste et tombe dans l'émotion de la rêverie. Vos reproches seuls et votre volonté pourraient me décider à rompre cette douce paresse (M. de Guérin, Corresp., 1837, p.258).Il était pris d'une paresse dont il ne pouvait pas absolument s'arracher, une paresse singulière, dans laquelle il passait tout son temps à suivre le vol des martinets sur le bleu du ciel (Goncourt, Journal, 1883, p.264).Pour la première fois depuis des années, des années, ils s'abandonnèrent à la paresse. Jusqu'à midi, ils restèrent couchés, se parlant d'un lit à l'autre, la porte de leur chambre ouverte (Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p.903).
b) P. méton., littér., souvent au plur. Attitude qui montre cette disposition; moment où elle se manifeste. Synon. mollesse(s), indolence, langueur(s), nonchalance(s).La paresse d'un geste, d'un regard. Elle me faisait aussi penser, avec sa robe de chambre d'un violet chinois et ses paresses mélancoliques, à ces Chinoises qui rêvent sur un balcon de bambou (Goncourt, Journal, 1866, p.258).Cet azur des dimanches parisiens qui évoque les longues promenades au bord de l'eau (...), les paresses et les vagues sommeils sur les herbes rôties des fortifications... (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, 2etabl., 3, p.82).
P. métaph. Ce matin-là, le jour avait des paresses, se traînait au bord de l'horizon (Zola, Fortune Rougon, 1871, p.252).
3. Lenteur nonchalante.
a) [À propos d'une pers.] Il parlait lentement, avec une certaine paresse qui donnait du charme aux phrases et une certaine hésitation de la langue un peu lourde qui soulignait la justesse colorée des mots (Maupass., Contes et nouv., t.2, Peur, 1884, p.960).
b) [À propos d'une faculté intellectuelle] Paresse d'esprit, intellectuelle. Lenteur d'esprit qui empêche une compréhension rapide des choses ou une application dans la réflexion. La plupart tiennent, par affection réelle ou par paresse intellectuelle, aux vieilles croyances qui nous viennent de nos aïeux (Le Dantec, Savoir!1920, p.35).L'état psychique est constitué par la torpeur intellectuelle, la paresse d'esprit (Codet, Psych., 1926, p.68).
c) Littér. [À propos d'un élément de la nature] Les ondantes paresses D'une eau de fleuve ensoleillé très lent et las (Régnier, Sites, 1887, p.127).On avait (...) le coup d'oeil du fleuve lent et gras, sinueux, noirâtre (...) laissant çà et là, dans sa paresse de cours d'eau des plaines, un banc de boue (Van der Meersch, Empreinte dieu, 1936, p.25).
C. − MÉD. [À propos d'un organe] Réaction anormalement lente ou incomplète. Synon. atonie, inertie.Paresse intestinale, musculaire; paresse pupillaire. S'ils [les cataplasmes] atténuaient la douleur, ils n'avaient pas sur la paresse des organes l'action que la religieuse avait espérée (Martin du G., Thib., Sorell., 1928, p.1136).
Prononc. et Orth.: [paʀ εs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Ca 1155 peresce «disposition habituelle à ne pas travailler» (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 10743); ca 1160 parece (Eneas, 2406 ds T.-L.); 2. ca 1170 «manque d'énergie pour faire quelque chose» ne m'est perece de + inf. (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 6266); 1663 paresse à (Molière, Critique de l'Ecole des femmes, 2); 3. 1678 «lenteur intellectuelle» (La Rochefoucauld, Maximes, 487 ds Rob.); 4. 1856 méd. «fonctionnement anormalement lent» paresse musculaire (Hugo, Contempl., t.1, p.189). Du lat. pigritia «paresse; paresse de l'estomac», dér. de piger «qui répugne à, paresseux, indolent» avec changement du suff. -itia > ( a. prov. pereza) en -icia et passage de per- en par- prob. dû à l'action du r. Fréq. abs. littér.: 1345. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1504, b) 2191; xxes.: a) 1915, b) 2110.

Wiktionnaire

Nom commun

paresse \pa.ʁɛs\ féminin

  1. Tendance à éviter toute activité, à refuser tout effort consenti par les autres lambdas, disposition habituelle à ne pas travailler, nonchalance, négligence des choses qui sont de devoir, d’obligation.
    • On souhaite la paresse d'un méchant et le silence d'un sot. — (Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort, Maximes et pensées, caractères et anecdotes)
    • Une peste de psychologue, que mes parents m'avaient emmené voir sur le conseil d'une prof complètement tarée, avait parlé de « nonchaloir oriental » pour expliquer ces accès de paresse. — (Bernard Du Boucheron, Long-courrier, Éditions Gallimard., 2013)
    • Le pauvre n'est plus tout à fait l'image du Christ sur terre mais un profiteur sans vergogne et paresseux, dont la paresse est fortement combattue ; une ordonnance de 1351 de Jean II condamne les vagabonds qui refusent de poursuivre une activité salariée. — (Dominique Ancelet-Netter, La Dette, la dîme et le denier: Une analyse sémantique du vocabulaire économique et financier au Moyen Âge, Presses Univ. du Septentrion, 2010, p. 82)
    1. Se dit d’une faiblesse de tempérament qui porte à se dispenser de faire tout ce qui demande un peu d’effort.
      • C’est par paresse qu’il ne va jamais se promener.
      • Le théâtre est à ma porte ; si je n’y vais pas, c’est la paresse qui m’en empêche.
      • Paresse d’esprit, certaine lenteur, certaine nonchalance d’esprit, qui empêche de concevoir promptement ou de s’appliquer avec force, avec persévérance.
    2. Amour du repos, du loisir, tranquillité du corps et de l’esprit.
      • Paresse aimable.
      • Une douce paresse.
      • Ce poète a chanté la paresse.

Forme de verbe

paresse \pa.ʁɛs\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de paresser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de paresser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de paresser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de paresser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de paresser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PARESSE. n. f.
Disposition habituelle à ne pas travailler, nonchalance, négligence des choses qui sont de devoir, d'obligation. Paresse incorrigible. Perdre toutes ses affaires par paresse, par sa paresse. La paresse est un des sept péchés capitaux.

PARESSE se dit familièrement, dans une acception moins stricte, d'une Certaine faiblesse de tempérament qui porte à se dispenser de faire tout ce qui demande un peu d'effort. C'est par paresse qu'il ne va jamais se promener. Le théâtre est à ma porte; si je n'y vais pas, c'est la paresse qui m'en empêche. Paresse d'esprit, Certaine lenteur, certaine nonchalance d'esprit, qui empêche de concevoir promptement ou de s'appliquer avec force, avec persévérance.

PARESSE se prend quelquefois dans une acception favorable et signifie Amour du repos, du loisir, tranquillité du corps et de l'esprit. Paresse aimable. Une douce paresse. Ce poète a chanté la paresse.

Littré (1872-1877)

PARESSE (pa-rè-s') s. f.
  • 1Propension à ne pas travailler. C'est se tromper que de croire qu'il n'y ait que les violentes passions, comme l'ambition et l'amour, qui puissent triompher des autres ; la paresse, toute languissante qu'elle est, ne laisse pas d'être souvent la maîtresse, La Rochefoucauld, Max. 266. Nous avons plus de paresse dans l'esprit que dans le corps, La Rochefoucauld, ib. 487. L'orgueil ou la paresse, qui sont les deux sources de tous les vices, Pascal, Pens. XII, 11. Par le travail on charmait l'ennui, on ménageait le temps, on guérissait la langueur de la paresse, Bossuet, Anne de Gonz. Il méprisa ces âmes oisives qui n'apportent d'autre préparation à leurs charges que celles de les avoir désirées… et qui n'achètent ces titres vains d'occupation et de dignité que pour satisfaire leur orgueil et pour honorer leur paresse, Fléchier, le Tellier. L'ennui est entré dans le monde par la paresse ; elle a beaucoup de part à la recherche que font les hommes des plaisirs, du jeu, de la société, La Bruyère, XI. Subjuguant la paresse engourdie, Lâche tyran qui n'entraîne après lui Que l'ignorance et le stupide ennui, Rousseau J.-B. Ép. II, 6. Examinez toutes les nations, et vous verrez que, dans la plupart, la gravité, l'orgueil et la paresse marchent du même pas, Montesquieu, Espr. XIX, 9. Ma paresse était moins celle d'un fainéant que celle d'un homme indépendant qui n'aime à travailler qu'à son heure, Rousseau, Conf. IX.

    La paresse est un des sept péchés capitaux.

    Familièrement et fig. Relever quelqu'un du péché de paresse, le remettre vivement à son devoir.

  • 2Un acte de paresse. Je n'ai point reçu de vos lettres… et quoique… je sois assurée… que ce désordre vienne d'un laquais et d'une paresse, je n'ai pas laissé d'être toute triste et toute décontenancée, Sévigné, 14 févr. 1685.
  • 3Faiblesse de tempérament qui porte à ne pas agir. Pendant que la paresse et la timidité nous retiennent dans notre devoir, notre vertu en a souvent tout l'honneur, La Rochefoucauld, Max. 169. Vous connaissez l'homme et sa paresse naturelle à soutenir la conversation, Molière, Critique, 2. Le mérite en repos s'endort dans la paresse, Boileau, Épître VII. L'on fait l'aveu de sa paresse en des termes qui signifient toujours son désintéressement et que l'on est guéri de l'ambition, La Bruyère, XI. Les femmes guérissent de leur paresse par la vanité ou par l'amour, La Bruyère, III. Si je voulais ériger mes vices en vertus, j'appellerais ma paresse une indolence philosophique, Lesage, Gil Bl. III, 1.
  • 4Amour du repos, humeur paisible. La paresse a ses douceurs.
  • 5Lenteur. Vous avez vu l'Espagne et surtout les Gaulois Par des ambassadeurs accuser ma paresse, Racine, Mithr. III, 1.

    Fig. Où donc est ce grand cœur dont tantôt l'allégresse Semblait du jour trop long accuser la paresse ? Boileau, Lutr. II.

    Paresse d'esprit, lenteur, nonchalance d'esprit qui empêche de concevoir promptement ou de s'appliquer avec force. Nous disons que c'est la paresse d'esprit qui ôte le goût des bons livres et même des romans, Sévigné, 10 déc. 1688.

SYNONYME

PARESSE, FAINÉANTISE. La fainéantise est plus que la paresse. Le fainéant ne fait rien ; le paresseux ne travaille qu'à regret, avec lenteur.

HISTORIQUE

XIe s. Vostre parecce, Rolant, mar [à mal] là [nous] veïsmes, Ch. de Rol. CXXIX.

XIIIe s. Valor qui leur defent mauvaistié et paresse, Audefroi le Bastard, Romancero, p. 25. Toute l'estoire voil porsuivre, Jà peresce ne m'iert [ne me sera] d'escrivre, la Rose, 3516. Il ne me sera jà à peresce, Que me face une forteresce Qui les roses clorra entor, ib. 3633. En toz les cas où ses sires perdroit par sa tricerie ou par sa fole pereche, Beaumanoir, IV, 22.

XVIe s. Brief il ne luy mesadvint jamais par sa paresse, ny par se trop arrester et estre subject à son plaisir, Amyot, Anton. et Démétr. 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PARESSE, s. f. (Morale.) nonchalance qui empêche l’homme de travailler, de vaquer à ses affaires, & de remplir ses devoirs.

Un poëte anglois a peint cette reine du monde comme une indolente divinité :

A careless deity
No probleme puzzle his lethargick brain :
But dull oblivion guards his peaceful bed,
And lazy fogs bedew his gracious head.
Thus at full length, the pamper’d monarch lay,
Fatt’ning in case, and slumb’ring life away.

De tous nos défauts, celui dont nous tombons le plus aisément d’accord, c’est de la paresse ; parce que nous nous persuadons qu’elle tient à toutes les vertus paisibles ; & que, sans détruire les autres, elle en suspend seulement les fonctions. De-là vient qu’elle regne souverainement dans ce qu’on appelle le beau monde ; & si quelquefois on trouble son empire, c’est plutôt pour chasser l’ennui, que par goût pour l’occupation.

L’esprit contracte aussi facilement l’habitude de la paresse que le corps. Un homme qui ne va jamais qu’en voiture, est bien-tôt hors d’état de se servir de ses jambes. Comme il faut lui donner la main pour qu’il marche, de même il faut aider l’autre à penser, & même l’y forcer ; sans cela, l’homme craignant l’application, soupire vainement après la science qui est pour lui une plante succulente, mais dont il n’a pas le courage d’exprimer le suc. L’esprit ne devient actif que par l’exercice ; s’il s’y porte avec ardeur, il trouve celui des forces & des ressources, qu’il ne connoissoit pas auparavant.

Au surplus la paresse de l’esprit & du corps, est un vice que les hommes surmontent bien quelquefois, mais qu’ils n’étouffent jamais. Peut-être est-ce un bonheur pour la société que ce vice ne puisse pas être déraciné. Bien des gens croient que lui seul a empêché plus de mauvaises actions, que toutes les vertus réunies ensemble. (D. J.)

Paresse, Fainéantise, (Synon.) La paresse est un moindre vice que la fainéantise. Celle-là semble avoir la source dans le tempérament, & celle-ci dans le caractere de l’ame. La premiere s’applique à l’action de l’esprit comme à celle du corps ; la seconde ne convient qu’à cette derniere sorte d’action. Le paresseux craint la peine & la fatigue, il est lent dans ses opérations, & fait traîner l’ouvrage. Le fainéant aime à être desœuvré, il hait l’occupation, & fuit le travail. Girard. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « paresse »

Provenç. pereza, pareza ; cat. peresa ; esp. pereza ; du lat. pigritia. Entre pigritia et paresse, la forme perece fait l'intermédiaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin pigritia qui donne pigrizia en italien, preguiça en portugais, pereza en espagnol et occitan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « paresse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
paresse parɛs

Citations contenant le mot « paresse »

  • La paresse est nécessaire. Il faut la mêler à sa vie pour prendre conscience de la vie. Jacques Boutelleau, dit Jacques Chardonne, L'Amour, c'est beaucoup plus que l'amour, Albin Michel
  • Faut-il réagir contre la paresse des voies ferrées entre deux passages de trains ? Marcel Duchamp, Marchand du sel, Le Terrain vague
  • Où finit la paresse, où commence la contemplation ? Jean Dutourd, Doucin, Gallimard
  • Ainsi la paresse est mère. Elle a un fils, le vol, et une fille, la faim. Victor Hugo, Les Misérables
  • Il y a une foule de sottises que l'homme ne fait pas par paresse et une foule de folies que la femme fait par désœuvrement. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • L'ennui est entré dans le monde par la paresse. Jean de La Bruyère, Les Caractères, De l'homme
  • Il y a bien autant de paresse que de faiblesse à se laisser gouverner. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Du cœur
  • Nous avons plus de paresse dans l'esprit que dans le corps. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Si notre époque, si notre civilisation courent à une catastrophe, c'est encore moins par aveuglement que par paresse et par manque de mérite. Jules Romains pseudonyme littéraire devenu ensuite le nom légal de Louis Farigoule, Les Hommes de bonne volonté, Montée des périls , Flammarion
  • La paresse fait tourner les moulins. Georges Schéhadé, Rodogune Sinne, Éditions G.L.M.
  • Je me surmène de paresse. De Jules Renard / Journal - 1897
  • La paresse est l’oreiller du diable. De Proverbe scandinave
  • Le travail pense, la paresse songe. De Jules Renard / Journal
  • Le scrupule, une maladie comme la paresse. De Jules Renard / Journal
  • La stérilité de sentiment nourrit la paresse. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • La constance est la paresse du coeur. De Etienne Rey / De l'Amour de Stendhal
  • La paresse mène où elle veut bien. De Claude Robitaille / Le temps parle et rien ne se passe
  • Rien n'est plus fatigant que la paresse. De Antoine de Rivarol
  • Le remords est le meilleur stimulant pour la paresse. De Tristan Bernard
  • Où finit la paresse, où commence la contemplation ? De Jean Dutourd / Doucin
  • La paresse chemine si lentement que la pauvreté la rattrape. De Benjamin Franklin
  • La religion est une fatigante solution de paresse. De Emil Michel Cioran
  • Un cerveau plein de paresse est l’atelier du diable. De Proverbe italien
  • La paresse et l'oisiveté, c'est contagieux ! De Anton Tchekhov / Oncle Vania
  • Après le confinement, osez créer votre potager et bénéficiez de son abondance en devenant les jardiniers paresseux du XXIe siècle ! Dans « L’Été comme jamais », Dorothée Barba reçoit des personnalités révélant qu’au jardin comme au potager, la paresse est de mise, il suffit d’observer et de suivre la Nature. France Inter, Mon jardin déconfiné, épisode 3 : à jardinier paresseux, potager heureux !
  • Certains pensent irrémédiablement qu’on est flemmard, oisif ou paresseux, et qu’on n’a pas tout à fait du coup la même place qu’eux dans la société, et ce même si on abat la même quantité de travail qu’eux, mais on n’en parle pas assez, on ne le montre pas assez. Vous avez remarqué surtout quand on bosse de chez soi, comment il faut toujours mettre en avant le fait qu’on travaille auprès des autres, comme une sorte de gage de qualité? Le Huffington Post, Depuis le confinement, je prends mon temps, et ça n'est pas de la paresse, c'est vital - BLOG | Le Huffington Post LIFE
  • Jamais, étrangement, on ne remet en question la dépendance des secteurs « clés » de l’économie à une main-d’œuvre mal rémunérée ; jamais n’interroge-t-on la qualité des emplois offerts ou les conditions de vie des travailleurs pour qui la PCU représente un gain salarial. On se rabat plutôt sur l’idée que les salariés sont par nature paresseux et profiteurs, et qu’il est en ce sens indispensable de les maintenir dans l’âtre de la pauvreté pour les contraindre à l’emploi. Qu’ils ne reçoivent pas un sou de plus que ce qui leur est dû ! Le Devoir, Paresseux et profiteurs | Le Devoir
  • ÉDITORIAL. Il faut lutter à tous les niveaux contre l’oreiller de paresse de la pensée que représentent les complots. D’abord en refusant de céder à leurs séduisantes facilités, mais sans les mépriser pour autant Le Temps, Le complot, cet oreiller de paresse de la pensée - Le Temps
  • Pendant ce temps, l’impérieuse Chantal met au pas la gendarmerie guyanaise. Une bande de pieds nickelés à côté desquels l’adjudant Gerber et le maréchal de logis Fougasse font figure de foudres de guerre. Et encore: les gendarmes de Saint-Tropez mettent du cœur à l’ouvrage quand leurs collègues d’outre-mer, placés sous le commandement du lieutenant colonel Raspaillès (Jonathan Cohen), un imbécile heureux, un jean-foutre de première classe, ajoutent la paresse à l’impéritie et à la stupidité. Ils réussissent à imprimer un avis de recherche frappé de nullité: la photo d’un inconnu flanquée d’une question: «Avez-vous vu Blarbe?» Ils finissent par suivre Chantal dans la jungle… Le Temps, «Terrible Jungle» ou tristes tropiques pour rire - Le Temps
  • L’abus d’alcool a une grande influence sur le développement de nombreuses maladies, notamment les cancers, les maladies cardiovasculaires et digestives, les maladies du système nerveux et troubles psychiques. L’alcool peut également être à l’origine des difficultés sanitaires plus courantes telles que la fatigue, la paresse, la tension artérielle trop élevée, problèmes de mémoires et de nombreux cas d’accidents de circulation. , Consommation : Brazzavillois et Ponténégrins boivent de plus en plus d’alcool | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo

Images d'illustration du mot « paresse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « paresse »

Langue Traduction
Anglais laziness
Espagnol pereza
Italien pigrizia
Allemand faulheit
Chinois 懒惰
Arabe الكسل
Portugais preguiça
Russe лень
Japonais 怠惰
Basque nagikeriaren
Corse pazza
Source : Google Translate API

Synonymes de « paresse »

Source : synonymes de paresse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « paresse »

Paresse

Retour au sommaire ➦

Partager