Terrasser : définition de terrasser


Terrasser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TERRASSER, verbe trans.

I. − Qqn terrasse qqc.
A. − Former un amas de terre pour soutenir ou consolider un mur, un chemin. Grenoble est une mauvaise place (...) Elle n'a qu'un mur terrassé du côté de la plaine (Stendhal, Napoléon, t. 1, 1842, p. 336).
B. − AGRIC. Fouir profondément la terre; apporter de la terre, mettre une terre riche en engrais. C'est le premier homme du monde pour terrasser un arpent de vigne. Il amène, d'un bois non fort voisin de là, cinq cents charges de gazon ou terre de bruyère. Il la laisse mûrir à l'air, de temps en temps la vire, la remue avec cent à cent cinquante charges de fumier qu'il entremêle parmi; puis, ouvrant une fosse entre deux rangs de ceps, il y place ce terreau (Courier, Pamphlets pol., Gaz. vill., 1823, p. 180).Patiemment terrassés par plusieurs générations, les creux du rocher réfléchissent les rayons du soleil, et permettent de cultiver en pleine terre, à la faveur d'une température factice, les productions des plus chauds climats (Balzac, Grenadière, 1832, p. 225).
II.
A. − Qqn1terrasse qqn2
1. Jeter et maintenir à terre quelqu'un; abattre, renverser quelqu'un au cours d'une lutte.
a) Qqn1terrasse qqn2(de, par, etc. qqc.1).On le vit (...) courir vers les deux bourreaux avec la vitesse d'un chat tombé d'un toit, les terrasser sous deux poings énormes, enlever l'égyptienne d'une main (Hugo, N.-D. Paris, 1832, p. 402).Deux ou trois pirates (...) s'étaient relevés, et, se jetant sur Ayrton, ils essayèrent de le terrasser. Le vigoureux Ayrton se débarrassa de leurs étreintes (Verne, Île myst., 1874, p. 436).C'était une espèce de tournoi où les chevaux étaient les grands élèves chargés des plus jeunes grimpés sur leurs épaules. (...) ils fondaient les uns sur les autres, cherchant à terrasser l'adversaire par la violence du choc (Alain-Fournier, Meaulnes, 1913, p. 145).
Empl. pronom. réciproque. Alors commence une lutte comme celle de l'ange et de Jacob où ni l'un ni l'autre ne peuvent se terrasser (Vigny, Journal poète, 1840, p. 1145).
Part. passé en empl. subst. Saint Paul, le terrassé de Damas (Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p. 242).
Qqc.1terrasse qqn2.Je la trouvai sur son canapé, couchée comme si elle avait été foudroyée par la voix qui terrassa saint Paul (Balzac, Lys, 1836, p. 251).Vous adorez le poing qui vous bat, le genou qui vous terrasse (Louÿs, Aphrodite, 1896, p. 203).
b) [Le suj. et/ou l'obj. désignent un animal] Hercule terrassant l'Hydre de Lerne, le lion de Némée; saint Georges terrassant le dragon. En Crète, des hommes à cheval galopent après les taureaux et, arrivés à leur hauteur, leur sautent sur les cornes, se laissent tomber et les terrassent (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 410).
c) Littér. [Le suj. désigne une chose dressée à l'état normal] À l'entrée du boyau 97, en travers, un chêne terrassé tord son grand corps (Barbusse, Feu, 1916, p. 299).Un temple de brique effondré, terrassé par la végétation (Morand, Bouddha, 1927, p. 11).
2. Vaincre un adversaire dans une bataille. Quoi, des cohortes étrangères feraient la loi dans nos foyers? Quoi, des phalanges mercenaires terrasseraient nos fiers guerriers? (Chant de guerre pour l'armée du Rhin, 1792ds Hist. Fr. chans., p. 96).La Venise (...) qui mettait sous ses pieds les remparts de Ptolémaïde, d'Ascalon, de Tyr et abattait le croissant à Lépante (...); la Venise qui terrassait l'Orient ou lui achetait ses parfums (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 335).
Empl. pronom. réciproque. La bataille, où les armées se présentent en lignes, front contre front, et cherchent mutuellement à se terrasser, est l'acte suprême, héroïque de la guerre (Proudhon, Guerre et paix, 1861, p. 277).
3. [Dans un cont. métaph.] Terrasser l'hydre de la tyrannie, de l'hérésie, le monstre de l'ignorance. Dans les émotions violentes, on ne lit pas, on terrasse pour ainsi dire le papier qu'on tient, on l'étreint comme une victime, on le froisse, on enfonce dedans les ongles de sa colère ou de son allégresse (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 397).Donnez-moi [mon Dieu] la force de m'avouer mes mensonges. Terrassez les monstres de l'orgueil et de l'habitude (Cocteau, Aigle, 1946, II, 9, p. 374).
Empl. pronom. réciproque. La jeunesse, les associations secrètes, les écoles, au nom des principes, et la classe moyenne, au nom des intérêts, s'approchaient pour se heurter, s'étreindre et se terrasser (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 355).
B. − P. anal.
1. Qqc. terrasse qqn
a) [Le suj. désigne un mal ou ce qui le provoque, une épreuve] Abattre physiquement, ôter toute force, toute résistance physiques et, parfois, par conséquence, priver de sensation, de sentiment. Être terrassé par la douleur, la fièvre, la grippe; un mal, le sommeil terrasse. Maurice s'était endormi. L'attente, la fatigue, l'avaient terrassé, malgré la mort qui volait de toutes parts (Zola, Débâcle, 1892, p. 298).Au début de décembre, une reprise de son mal terrassa Bernard: un matin, il s'était réveillé grelottant, les jambes inertes et insensibles (Mauriac, Th. Desqueyroux, 1927, p. 241).
[P. méton. de l'obj.] Ce qui doit terrasser les constitutions les plus robustes, c'est ce repas unique de légumes (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 291).Il avait alors quatorze ans et le mal n'avait pas encore terrassé son énergie physique (Grousset, Croisades, 1939, p. 213).
P. exagér., au part. passé adj. Extrêmement fatigué. Synon. épuisé.Je me reproche bien vivement de ne pas avoir été m'informer de ses nouvelles. J'ai été si terrassé depuis quelque temps qu'elle aura bien voulu, j'espère, m'excuser et me pardonner (Chateaubr., Corresp., t. 2, 1809, pp. 333-334).Rentré à six heures trente un peu terrassé de ma journée d'hier (Gide, Carnets Égypte, 1939, p. 1069).
P. euphém. Faire mourir. Maman Fruhling était morte: une dernière attaque l'avait terrassée au pied de son lit (Martin du G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 808).Ce fut dans cette exploration des abords du Delta que le roi contracta la maladie qui devait le terrasser (Grousset, Croisades, 1939, p. 99).
b) Accabler moralement, ôter à quelqu'un toute résistance morale (et souvent physique), laisser sans possibilité de réagir. (Être) terrassé par la crainte, d'épouvante, d'étonnement, de surprise. La peur (...) lui coupait les jambes, le terrassant âme et corps, il ne réussit ni à soulever le fardeau, ni à le traîner (Fabre, Rom. peintre, 1878, p. 104).C'est du fond de mon lit, aussi, que je vous regrette le plus,sans défense contre mes souvenirs, terrassée d'ennui et d'impuissance (Colette, Vagab., 1910, p. 250).
2.
a) Qqn1terrasse qqn2(de, par, etc. qqc.1).Réduire quelqu'un à l'impuissance, rendre incapable de réagir, de répondre. Le Marquis: Eh bien, général, qu'avez-vous fait du républicain. Le Général: Je l'ai terrassé. Je ne m'étais jamais vu si fort dans la discussion (Fongeray, Soir. Neuilly, t. 2, 1827, p. 381).« Vous croyez que les socialistes voteront les crédits de défense nationale? »« Comme un seul homme, Monsieur! » s'écrie le Belge, terrassant son interlocuteur d'un regard flambant de défi (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 693).
Qqc.1terrasse qqn2.L'émotion avait cloué la mère immobile sur le lit d'où elle voulait s'élancer pour reprendre son enfant; mais son regard avait terrassé le père coupable... et Léon Rolland, fasciné, attiré, revint vers le lit, et déposa l'enfant toujours endormi dans les bras ouverts de sa femme (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 138).
b) [P. méton. de l'obj.] Qqn1terrasse qqc.2(de, par, etc., qqc.1).Triompher de quelque chose. Terrasser l'amour, le doute, l'ennui, l'orgueil, ses terreurs; terrasser l'iniquité. Pas une vertu que je n'aie sapée par le doute, pas une croyance que je n'aie terrassée par le rire (Flaub., Smarh, 1839, p. 9).Méline annonce à tous ses amis que, l'élection faite, il se retire. « Monsieur le Président, dira-t-il à Félix Faure, j'ai terrassé le socialisme, cela suffit à ma gloire (...) » (Clemenceau, Iniquité, 1899, p. 266).
Qqc.1terrasse qqc.2Ses fautes [de Condillac] sont relevées avec une rudesse, une raideur de conviction (...) qui interdisent le doute et terrassent la résistance (Taine, Philos. XIXes., 1857, p. 29).La vie inconsciente, de cette personnalité élémentaire qui menace sans cesse de terrasser l'effort spirituel (Mounier, Traité caract., 1946, p. 230).
Prononc. et Orth.: [tε ʀase], [te-], (il) terrasse [tε ʀas]. Homon. terrasse. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1552 « jeter à terre » (Rabelais, Quart livre, éd. R. Marichal, XLI, 25); b) av. 1589 fig. « abattre, réduire à néant » (J. A. de Baïf, Mimes, 1. IV, fo147 ro, éd. 1619 ds Gdf. Compl.); 2. 1547 « faire une terrasse » (J. Martin, trad. Archit. Vitruve, p. 101b), v. aussi Trév. 1752-71, s.v. terrasseur, subsiste au sens de « dresser et régler les terres pour faire un pavage » 1872 (Littré). B. 1. 1556 « soutenir par un amas de terre » (Beaugué, Guerre d'Ecosse, I, 7 ds Gdf. Compl.); 2. 1583 « remuer et transporter des terres, ici pour amender » (Gauch., Plais. des champs, p. 96 ds Gdf. Compl.); spéc. 1779-96 terrasser la neige « la couvrir de terre » (Saussure, Voyages dans les Alpes d'apr. Brunot t. 6, p. 1246); 1823 terrasser « couvrir les pieds de vigne » (P. L. Cour., Gaz. du vill., no4 ds Littré); 1904 intrans. (Nouv. Lar. ill.: Terrasser. Remuer, transporter la terre); 3. 1681 hérald. adj. terrassé « dont la pointe est occupée de terre couverte d'herbe (d'un écu) » (Menestrier d'apr. FEW t. 13, 1, p. 253b); 1690 (Fur.: Terrassé, se dit d'un arbre, ou d'une plante qui est représentée sur un escu comme ayant sa racine dans la terre. On le dit aussi de la pointe de l'Escu faite en forme de champ plein d'herbe). Dér. à l'aide de la dés. -er de terrasse « surface plane » pour A et « matière » pour B. Fréq. abs. littér.: 373. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 483, b) 619; xxes.: a) 699, b) 420. Bbg. Quem. DDL t. 3.

Terrasser : définition du Wiktionnaire

Verbe

terrasser \tɛ.ʁa.se\ ou \te.ʁa.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Soutenir, fortifier par un amas de terre.
    • On a fait terrasser cette muraille.
  2. Jeter quelqu’un de force par terre.
    • Il eut bientôt terrassé son agresseur.
  3. (Figuré) Vaincre ; abattre.
    • Moi aussi, les soirs trop chauds m’ont terrassée ; moi aussi, l’odeur musquée des foins, les roulades du rossignol m’ont livré à la folie, à la faute. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 10)
    • Ils […] s’empressèrent d’offrir au vainqueur l’aide de leurs bras pour terrasser ses ennemis. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Dès l'arrivée franchie, il a été terrassé par un arrêt cardiaque. Comme nous savons que c'est fréquent, il est tombé au pied d'une ravissante secouriste de la protection civile qui a commencé les gestes, et les médecins urgentistes du Samu ont été à ses côtés en moins de quatre minutes. — (Patrick Pelloux, On ne vit qu'une fois, Le Cherche-Midi, 2014)
    • « Kevin contre la GroKo », cela pourrait être le titre d'une épopée enfantine et chevaleresque où un jeune héros finit par terrasser le monstre et réveiller la belle princesse endormie. Mais c'est bien autre chose. — (Thomas Schnee, Kevin contre la GroKo, dans Marianne, n° 1092 du 16 au 22 février 2018, p. 44)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Terrasser : définition du Littré (1872-1877)

TERRASSER (tè-ra-sé) v. a.
  • 1Appuyer un amas de terre derrière une muraille pour la fortifier. Terrasser un mur. Terrasser un chemin.
  • 2Creuser, fouir la terre. Paul-Louis, sur les hauts de Véretz, fait des choses admirables, c'est le premier homme du monde pour terrasser un arpent de vigne, Courier, Gaz. du vill. n° 4.
  • 3Dresser et régler les terres pour faire un pavage.
  • 4Renverser, jeter à terre avec violence. Il terrasse lui seul et Guibert et Grasset, Et Gorillon la basse et Grandin le fausset, Boileau, Lutr. v. Ce n'est pas assez néanmoins pour obtenir la couronne [du combat à la lutte] ; il faut que le vainqueur terrasse au moins deux fois son rival, et communément ils en viennent trois fois aux mains, Barthélemy, Anach. ch. 38.
  • 5 Fig. Faire perdre courage, consterner. Il est presque impossible que de pareils coups fassent la même impression sur le coupable et sur l'innocent ; l'un est terrassé malgré lui-même par le témoignage de sa conscience ; l'autre en est soutenu et relevé, Fontenelle, Marsigli. Terrasser l'insolence, Lamotte, dans DESFONTAINES. Ma générosité le terrassa, l'anéantit devant moi, Marivaux, Marianne, 8e part.
  • 6Mettre quelqu'un dans l'impossibilité de répondre. Il [Corbinelli] me paraît étourdi et terrassé de votre esprit et de votre vivacité, Sévigné, 29 janv. 1685. Quoique M. Guglielmini avoue qu'il n'était pas encore entièrement sorti des sections coniques, il terrassait en géométrie son adversaire, Fontenelle, Guglielmini. Pourquoi me harceler par des prodiges, quand tu n'as besoin pour me terrasser que d'un syllogisme ? Diderot, Pens. philos. n° 50.
  • 7Se terrasser, v. réfl. à la guerre, se couvrir d'ouvrages de terre.

HISTORIQUE

XVIe s. Les ennemis estonnez et pressez fermerent leur porte, par laquelle ils ne firent aucune saillie depuis, tant que dura le siege, mais fut dès lors terrassée et condamnée, Beaugué, Guerre d'Escosse, I, 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « terrasser »

Étymologie de terrasser - Littré

Terrasse 1, dans le sens de sol, terrein.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de terrasser - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Dénominal de terrasse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « terrasser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
terrasser tɛrase play_arrow

Conjugaison du verbe « terrasser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe terrasser

Citations contenant le mot « terrasser »

  • A ce sujet, la franchise canadienne vient justement d’envoyer un sacré message. Ce samedi soir, elle vient de terrasser les Lakers : 107-92. Une solide prestation pour les Raptors, surtout pour leur premier match dans la bulle. Alors forcément, après la rencontre, LeBron James a eu des mots puissants pour eux. Parlons Basket, NBA - Le message de LeBron James pour les Raptors
  • À l'image d'un Dungeon Keeper, Necronator : Dead Wrong vous demande d'incarner les méchants afin de terrasser les gentils. Pas question de mener un saillant chevalier en armure à la victoire, votre but est de réveiller les morts afin de vaincre les "insupportables nunuches de l'Alliance Livmore". Jeuxvideo.com, Bande-annonce Necronator : Dead Wrong fait ses débuts sur Steam - jeuxvideo.com
  • Le 28 septembre 2006, le club réalise l’exploit de terrasser l’ogre allemand de Schalke 04, après une victoire 3-1 à Picot, et s’ouvre la voie des phases de poules de la Coupe UEFA. Après un début de parcours irréprochable (victoire 2-1 face au Wisla Cracovie et match nul 2-2 à Bâle), les Rouges et Blancs accueillent le Feyenoord Rotterdam et ses bouillants supporters. , Le "Savez-vous" du jour | Savez-vous pourquoi le centre-ville de Nancy fut paralysé en novembre 2006 ?
  • VIDEO. La pandémie du Covid 19 a bien failli le terrasser, mais les artistes et les organisateurs ont bataillé et tenu bon, pour pouvoir monter et présenter au public la troisième édition du Festival Annecy Paysages France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, Le Covid 19 n'a pas eu raison des oeuvres d'Art du festival "Annecy Paysages"
  • Les travaux du futur hôtel haut de gamme vont bon train route de Montflambert. Après avoir déboisé une partie de la parcelle, d’autres engins et camions ont fait leur apparition. Pour terrasser le site. C’est l’entreprise Pothelet basée à Pierry qui est en charge de ces travaux. Ils ont débuté lundi 6 juillet et devraient se poursuivre jusqu’au 25 juillet. «  Les travaux de construction prendront le relais Journal L'Union abonné, Futur hôtel de Mutigny : terrassement en cours
  • On peut terrasser son ennemi et le battre, mais il faut se garder de poser son pied sur sa poitrine pendant qu'il est à terre et fumer sa pipe. De Massa Makan Diabaté / Le Boucher de Kouta
  • Qu'est la force, sinon un moyen de terrasser l'autre ? De Anonyme

Images d'illustration du mot « terrasser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « terrasser »

Langue Traduction
Corse scunfitta
Basque porrot
Japonais 敗北
Russe поражение
Portugais derrota
Arabe يهزم
Chinois 打败
Allemand niederlage
Italien la sconfitta
Espagnol derrota
Anglais defeat
Source : Google Translate API

Synonymes de « terrasser »

Source : synonymes de terrasser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « terrasser »


Mots similaires