La langue française

Séparé

Sommaire

  • Définitions du mot séparé
  • Étymologie de « séparé »
  • Phonétique de « séparé »
  • Citations contenant le mot « séparé »
  • Images d'illustration du mot « séparé »
  • Traductions du mot « séparé »
  • Synonymes de « séparé »
  • Antonymes de « séparé »

Définitions du mot séparé

Trésor de la Langue Française informatisé

SÉPARÉ, -ÉE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de séparer*.
II. − Adjectif
A. − [Corresp. à séparer 1reSection II A]
1.
a) [En parlant de choses concr.; avec subst. au plur.] Écartés les uns des autres; espacés les uns par rapport aux autres. Anton. rapprochés.
[Dans l'espace] Lorsque cette maladie commence, il s'élève sur la peau de petites pustules rouges, qui démangent plus ou moins, quelquefois séparées, souvent ramassées en plaques et presque imperceptibles (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 439):
1. Les villages peuvent présenter des types analogues à ceux de l'Europe, village carré du Japon, village ordonné de l'Inde où chaque rue groupait une caste déterminée (...), villages à maisons séparées, isolées dans leurs jardins rappelant les villages nébuleux du pays de Caux, sur les bourrelets alluviaux du delta du Tonkin... Meynier, Paysages agraires, 1958, p. 62.
[Dans le temps] Tac! Tac! Tan! Les coups de fusil, la canonnade. Au-dessus de nous, partout, ça crépite ou ça roule, par longues rafales ou par coups séparés (Barbusse, Feu, 1916, p. 11).
b) [En parlant de choses concr. ou abstr.; avec subst. au plur.]
α) Dissociés, disjoints les uns des autres. Anton. associés, assemblés, combinés.Bien que n'importe quel objet ou service puisse être utilisé à usage de cadeau dans les relations interpersonnelles, certains objets sont privilégiés en fait dans ce rôle: rares, nouveaux, dispendieux, superflus − étant entendu que ces caractéristiques peuvent se rencontrer jointes ou séparées (Traité sociol., 1968, p. 346).V. monotype III ex. de Gouriou.
β) Employés l'un après l'autre. Il faut travailler mains séparées d'abord, puis réunies (Selva, Techn. piano, t. 1, 1908, p. 40).
γ) [En parlant de signes d'écriture] Anton. de liés.[En imitant la capitale grecque] on courut (...) la chance d'avoir, dès l'origine, une écriture grecque d'imprimerie autonome, avec lettres séparées. Mais le prestige du livre manuscrit était tel que l'imprimerie dut imiter le manuscrit, et dans l'écriture et dans la présentation. On en revint au groupement de lettres de type minuscule, avec des ligatures (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 548).
2. [En parlant de pers.]
a)
α) À une certaine distance, à quelques pas l'un de l'autre. L'on va par la plaine de quarante arpents à la queue leu leu, sans paroles, par petits groupes (...) la femme et le mari séparés. À un vous de la femme, le mari, comprenant qu'il y a quelque chose de grave, se rapproche (Goncourt, Journal, 1860, p. 759).
β) Éloignés, tenus éloignés l'un de l'autre/les uns des autres. Si le mois de juillet 1830 eut ses héros, il eut en vous ses martyrs, ô mes braves compagnons! − Vous voilà tous à présent séparés et dispersés (Vigny, Serv. et grand. milit., 1835, p. 129).Nous écoutons un long cri contenu qui est celui des cœurs séparés (Camus, État de siège, 1948, 2epart., p. 249).[Le déterminé est un coll.] Le monde n'est plus peuplé que de couples séparés, d'amour déchiré, déchirant... (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 49).
[P. méton.] Francesco et Lucrèce passent leurs nuits séparées à rêver ensemble le bonheur futur de l'union (Durry, Nerval, 1956, p. 117).
γ) En partic.
Vivre séparé de qqn/qqc. Vivre à l'écart de, coupé de, sans lien, sans rapport avec. Nos législateurs ont eu foi (...) dans le caractère moralisateur de l'emprisonnement cellulaire (...). Ils ont cru, par un aveuglement dont il y a peu d'exemples, que l'homme pouvait s'élever au sentiment de ses devoirs envers ses semblables, à force de vivre séparé d'eux (L. Blanc, Organ. trav., 1845, p. 37).Le second peuple qui entra en Australie fut celui des aborigènes australiens, qui arrivèrent par la voie du détroit de Torrès et se répandirent sur le continent, puis furent isolés par la formation du détroit de Torrès. Pendant plusieurs siècles (...) [les aborigènes] vécurent séparés du reste du monde (Page, Dern. peuples primit., 1941, p. 42).
[P. méton.] On oppose l'Europe à l'Asie, l'Occident à l'Orient, le Nord au Midi. La vie séparée et stagnante (en apparence) qu'ont longtemps menée la Chine, le Japon et l'Inde, a contribué à ancrer l'idée que les démarches intellectuelles des Asiatiques sont irréductibles aux nôtres (Arts et litt., 1936, p. 56-10).
Être séparés dans le temps et dans l'espace. N'être ni de la même époque, ni de la même culture. L'art est un lieu de rencontre entre individus appartenant par ailleurs à des classes très variées; il est aussi un lien entre des individus séparés dans le temps et l'espace (Traité sociol., 1968, p. 292).
b)
α) [En parlant de deux conjoints ou de l'un d'entre eux p. réf. à l'autre] Qui a/qui ont cessé de mener la vie commune. Voici bientôt six semaines que je vis séparée de mon mari (Stendhal, Rouge et Noir, 1830, p. 440).
β) DR., cour.
Séparé de corps, ou absol., séparé (gén. en parlant de la femme). Autorisé par décision de justice à ne plus mener la vie commune. Pour sa fille dont elle ne voulait pas faire l'enfant d'une femme séparée, Mmed'Arlot évita tout éclat, garda les apparences d'un intérieur uni (A. Daudet, Évangéliste, 1883, p. 130).[Pour emprunter] les mineurs et les femmes mariées doivent être munis d'un pouvoir émané du tuteur ou du mari. Cette disposition ne s'applique pas toutefois aux femmes séparées de corps, depuis la loi du 6 février 1893, ni aux femmes séparées de biens (Dumont, Organ. Monts-de-Piété, 1905, p. 34).V. présentation B 1 b ex. de Goncourt.
Séparé de biens. Dont les biens personnels n'entrent pas dans la communauté, soit en vertu du contrat de mariage, soit à la suite d'une décision de justice. Cependant, la maison, les meubles étaient à elle, il logeait en garni chez elle, n'ayant à lui que ses effets, une malle qu'il aurait pu emporter sur un fiacre, séparé de biens depuis qu'il vivait du jeu (Zola, Argent, 1891, p. 107).
P. métaph. Pendant qu'elle mange debout, elle a avec moi des paroles mystérieuses sur Popelin, comme si elle ne le voyait pour ainsi dire plus et comme si elle en était tout à fait séparée de cœur (Goncourt, Journal, 1888, p. 852).
γ) P. ext. [En parlant d'un homme et d'une femme, d'un mari et de sa femme] Qui n'ont pas d'intimité physique. Jean se croyait l'unique coupable; elle se haïssait de n'être pas une épouse selon Dieu. Jamais ils n'échangèrent un reproche même muet, mais d'un regard se demandaient l'un à l'autre pardon. Ils décidèrent de réciter ensemble leur prière; ennemis dans la chair, ils s'unissaient dans cette imploration du soir; leurs voix au moins pouvaient se confondre; côte à côte et séparés, ils se rejoignaient dans l'infini (Mauriac, Baiser Lépreux, 1922, p. 177).
3. [En parlant de pers. ou de choses]
a)
α) Qui forme une unité distincte, avec ses caractères propres, sans relation, sans lien de dépendance avec autre chose. À Moissac, l'abbaye a déterminé l'apparition de la ville, mais c'étaient deux petits mondes voisins, entièrement séparés (P. Lavedan, Urban., 1926, p. 48).Je ne suis pas un innocent, je connais le mal. À l'âge où les enfants ne sont que jeux, rires et chansons, j'avais déjà senti que nul ne compose avec lui, que la justice et l'injustice sont deux univers séparés (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1468).
[Avec subst. au sing. ou au plur.] C'est en effet ce qu'est l'adagio: non un morceau séparé, complet en soi, mais une introduction au dernier morceau, une transition d'esprit, − mais dont le sens est profond (Rolland, Beethoven, t. 1, 1937, p. 128).[P. méton.] Protestation contre l'idée séparée que l'on se fait de la culture, comme s'il y avait la culture d'un côté et la vie de l'autre; et comme si la vraie culture n'était pas un moyen raffiné de comprendre et d'« exercer » la vie (Artaud, Théâtre et son double, 1938, p. 14).
[Avec adv. ou compl. prép. désignant les circonstances ou le domaine de l'action] Que gouvernement et parlement collaborent mais demeurent séparés quant à leurs responsabilités et qu'aucun membre de l'un ne puisse, en même temps, être membre de l'autre. Telle est la structure équilibrée que doit revêtir le pouvoir (Constitution de 1958 dsDoc. hist. contemp., p. 203).L'entreprise peut être le résultat d'un processus de création et de développement unique, ou résulter de la fusion de plusieurs entreprises initialement séparées (Traité sociol., 1967, p. 267).
[En oppos. avec distinct, pour mettre l'accent sur l'absence de relation] Il ne faut pas confondre ces deux choses, être distinct et être séparé de l'expérience. La raison est distincte en soi de l'expérience, elle n'en est point séparée (Cousin, Philos. Kant, 1857, p. 154).[Lessing] ne conçoit plus qu'un dieu transcendant ne soit pas étranger au monde. Distinct de l'univers et séparé de l'univers sont pour lui expressions synonymes (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1261).V. distinct A 2 ex. de Tr. Bernard.
β) En partic.
− Dans le domaine relig. ou mystique.Qui (s') est détaché d'un substrat corporel ou autre; qui en est dépourvu. Intellect séparé. Ces créatures (...) détachées de la matière, c'est-à-dire, les anges bons et mauvais, et les âmes séparées (Ozanam, Philos. Dante, 1838, p. 249).
PHILOS. [En parlant d'un attribut de l'être] Qui est (considéré comme) sans lien avec un autre attribut de l'être. Rejetant la distinction réelle de l'essence et de l'existence dans les êtres finis, (...) [Averroès] ne pouvait pas y recourir pour résoudre le problème de la simplicité divine, et la fameuse question des attributs séparés (Théol. cath.t. 4, 11920, p. 1219).V. essence1ex. 3.
b) [En parlant d'une pers. ou d'un groupe]
α) Qui (s')est exclu d'une communauté politique ou religieuse; qui n'en fait plus partie en raison de divergences d'idées ou de situation; qui forme une unité distincte de la première. Je crois que les libéraux séparés verraient plus juste, s'ils pouvaient comprendre qu'elle est, entre nous, la cause de la séparation [une conception différente de la liberté] (Veuillot, Odeurs de Paris, 1866, p. 12):
2. Ces Français [dont nous parlons tout au long de l'histoire de France], ne devrions-nous pas, à toutes les époques, nous soucier de dire qui ils étaient − de préciser ce que nous nommons Français à une certaine date, et ce que nous excluons de la France, et quels étaient, sur les points importants qui nous retiennent, les sentiments des exclus, des Français séparés? L. Febvre, Entre Benda et Seignobos, [1933] ds Combats, 1953, p. 98.
β) Qui ne fait pas partie d'un groupe en raison de sa vision personnelle des choses. L'œuvre de Mallarmé, exigeant de chacun une interprétation assez personnelle, n'appelait, n'attachait à soi que des intelligences séparées, conquises une à une, et de celles qui fuient vivement l'unanimité (Valéry, Variété III, 1936, p. 13).
γ) [P. réf. à l'unité primordiale] Qui n'est pas fondu dans le tout. Ici s'insèrent, dans cette philosophie, les méditations sur l'unité primordiale et la multiplicité des êtres séparés, par lesquelles doit s'expliquer l'état actuel de la nature et de l'humanité. (...) la donnée primitive [pour les mystiques de tous les temps] est l'unité divine, d'où ils se sentent exclus et où ils aspirent à rentrer par la voie de l'union mystique (Béguin, Âme romant., 1939, p. 68).
4. [P. méton.]
a) Qui concerne, qui est réservé à un seul des éléments d'un ensemble. Synon. distinct, particulier, propre, spécifique; anton. commun.
α) Particulier, propre à une personne ou à une collectivité. Chacun [des don Juan] avait autrefois sa légende séparée. Avec le temps, toutes se sont fondues en une seule (Mérimée, Âmes purg., 1837, p. 298).[L']admission [des élèves étrangers] est soumise aux mêmes conditions d'âge et d'examen que les candidats français, mais ils font l'objet d'un classement séparé (Encyclop. éduc., 1960, p. 174).
β) Particulier, propre à une chose. La « copie de travail » ou première épreuve positive du film (...) est constituée par deux bandes séparées dont l'une porte l'image et l'autre le son (Arts et litt., 1936, p. 88-12).Il y a une grande bibliothèque, et des services séparés qui fournissent aux députés les publications françaises et étrangères les plus récentes (Lidderdale, Parlement fr., 1954, p. 116).
b) Qui implique l'action disjointe des divers membres d'un groupe ou de certains d'entre eux. Les chambres auront le droit, par délibérations séparées prises dans chacune à la majorité absolue des voix (...) de déclarer qu'il y a lieu de reviser les lois constitutionnelles (Lois constitutionnelles, 1875ds Doc. hist. contemp., p. 38).Je n'hésite pas à le dire: est-ce qu'une action commune serait bien souhaitable? Certes, il faut agir; il faut qu'on les retrouve [ces enfants]; mais est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux que nos recherches fussent séparées? (Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 599).
En partic. Négociation séparée. Négociation conduite par ou avec une seule partie. Les taux des conventions ne déterminent pas les salaires. Mais ils les influencent. Chaque département guette Paris − et si l'on signe à Paris en dernier lieu pour éviter l'effet de diffusion, un autre prend sa place. Les négociations séparées sont donc rattachées les unes aux autres par des liens de fait, sinon par des liens de droit (Reynaud, Syndic. en Fr., 1963, p. 172).
Paix séparée. V. paix I B déf. et ex. de Sartre.
B. − [Corresp. à séparer 1reSection II B; en parlant des élém. d'un ensemble hétérogène] Que l'on extrait d'un ensemble pour le regrouper éventuellement dans un sous-ensemble avec les éléments de même nature. Son logis d'hiver serait (...) une anfractuosité de roc bien nettoyée, soigneusement matelassée de mousse et de feuilles sèches, distribuée en compartiments égaux, en greniers distincts où s'entasseraient côte à côte et séparées ses provisions diverses (Pergaud, De Goupil, 1910, p. 137).
Détaché d'un tout. J'ai des raisons de penser que, tout en déclinant notre concours sous forme d'une grande unité, ils pourraient être amenés à nous le demander bientôt sous forme d'éléments séparés. Ils solliciteraient, par exemple, le renfort de la légion étrangère, ou bien celui de nos chars, ou bien celui d'un groupe d'artillerie (De Gaulle, Mém. guerre, 1954, p. 636).
C. − [Corresp. à séparer 1reSection II C; en parlant de fractions contiguës d'espace] Délimités par l'interposition entre eux d'un élément matériel. Chaque rangée consiste en un long banc, garni de velours rouge, dont le dos forme pupitre pour les occupants de la rangée supérieure. Elle est divisée en places séparées et numérotées, chaque député ayant son propre siège et son propre pupitre (Lidderdale, Parlement fr., 1954, p. 138).
Prononc.: [sepaʀe]. Fréq. abs. littér.: 4 135. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8 357, b) 4 302; xxes.: a) 4 262, b) 5 585.

Wiktionnaire

Adjectif

séparé \se.pa.ʁe\

  1. Qui est différent, distinct.
    • Ils n’habitent point ensemble, ils ont des logements séparés.
    • Ces deux personnes ont leurs intérêts séparés.
  2. (Topologie) Se dit d’un espace topologique tel que, pour tous points distincts x et y, il existe deux ouverts disjoints contenant respectivement x et y.

Forme de verbe

séparé \se.pa.ʁe\

  1. Participe passé de séparer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SÉPARER. v. tr.
Désunir des parties d'un même tout qui étaient jointes ensemble. Un seul coup lui sépara la tête du corps, d'avec le corps. Séparer les chairs d'avec les os. L'écorce de cet arbre s'est séparée du bois. Il signifie encore Faire que des personnes, des animaux, des choses qui étaient unis ne soient plus ensemble.. La fortune, l'absence, la mort les a séparés. Séparer le mâle de la femelle. La tempête avait séparé les vaisseaux. Après avoir causé quelque temps ensemble, se séparèrent, ils se sont séparés. Il est tard, il faut nous séparer. Se séparer l'un de l'autre. Séparer deux hommes, deux animaux qui se battent, Faire cesser leur combat, en les éloignant l'un de l'autre. Séparez-les, ils vont se tuer. La nuit sépara les combattants. Séparer deux amis, Faire cesser leur amitié. On travaillerait en vain à le séparer de moi, à nous séparer. L'intérêt les a séparés. En termes de Jurisprudence, Séparer de biens un mari et une femme, Ordonner en justice qu'il n'y aura plus entre eux communauté de biens; et Les séparer de corps, Ordonner en justice qu'ils n'habiteront plus ensemble. Une femme séparée de corps, séparée de biens. Se marier séparés de biens, Convenir, par le contrat de mariage, qu'il n'y aura pas de communauté de biens entre les époux.

SÉPARER se dit également en parlant de Certaines choses et de certaines personnes qui étaient mêlées, confondues les unes avec les autres et dont on fait le départ. Séparer dans la cave le vin vieux du nouveau. Séparer le bon grain d'avec le mauvais. Au dernier jour, les bons seront séparés d'avec les méchants. Il signifie aussi Partager, diviser. Séparer les cheveux sur le front. Séparer une cour en deux par un mur. À cet endroit, le chemin se sépare en deux. Celte rivière se sépare en plusieurs bras. Il se dit aussi de Ce qui est placé entre des choses de manière à les empêcher d'être réunies. Le mur qui sépare ces deux maisons. Le sentier qui sépare ces deux propriétés. Cette rivière sépare ces deux provinces. Les Pyrénées séparent la France de l'Espagne. Fig., La ligne qui sépare le naïf du trivial, le sublime du boursouflé. Il se dit encore de la Distance dans l'espace et dans le temps. Une longue route nous sépare encore du terme de notre voyage. Bien des siècles nous séparent des origines de notre nation. Il signifie également Faire cesser les communications, en parlant d'une Armée. Par ses habiles manœuvres il sépara l'ennemi de sa base d'opérations, de ses magasins. Il signifie, au figuré, Considérer à part, mettre à part. Je ne sépare pas mes intérêts des vôtres. Il signifie également Rendre distinct. La raison sépare l'homme de tous les animaux.

SE SÉPARER se dit particulièrement d'un Corps, d'une compagnie qui cesse de rester assemblée, ou de tenir ses séances, par quelque cause que ce soit. Immédiatement après cette délibération, l'assemblée se sépara. La clôture de la session ayant été prononcée, la Chambre se sépara. L'armée se sépara, Elle cessa de tenir la campagne, et les divers corps retournèrent dans leurs quartiers, dans leurs cantonnements, etc. En termes de Jurisprudence, Se séparer de corps ou de biens se dit lorsqu'Un mari ou une femme obtient en justice sa séparation de corps ou de biens. En termes de Chasse, Le cerf cherche par des bonds à se séparer de sa voie ou, simplement, à se séparer, Il cherche à interrompre la trace, les émanations odorantes qui dirigent les chiens. Le participe passé

SÉPARÉ s'emploie adjectivement et signifie Qui est différent, distinct. Ils n'habitent point ensemble, ils ont des logements séparés. Ces deux personnes ont leurs intérêts séparés.

Littré (1872-1877)

SÉPARÉ (sé-pa-ré, rée) part. passé de séparer
  • 1Désuni, disjoint. Mon Dieu, me quitterez-vous ? que je n'en sois pas séparé éternellement ! Pascal, Amulette. Ma pensée n'a pas été un moment séparée de vous ; je vous ai suivie partout, Sévigné, à Mme de Grignan, 13 déc. 1676. De mes braves amis la moitié séparée A marché sur les pas du courageux Osmin, Racine, Bajaz. V, 9. Mais, du sol maternel une fois séparée, Sa feuille se flétrit et meurt décolorée, Delille, Én. X.

    Absolument. Séparé se dit des Églises, des sectes séparées du catholicisme. L'erreur est d'associer des sectes séparées à des promesses qui, originairement, ont été données à la tige d'où elles se sont détachées, Bossuet, 6e avert. 64.

    Mener un cheval les rênes séparées, le guider en tenant une rêne de chaque main.

  • 2Mis, placé à part, isolé. Notre bon abbé… a un commerce tout séparé avec vous, qui roule sur les fruits de votre bon pays [Semur], Sévigné, à Guitaut, 5 mars 1683. Une terre inconnue et déserte, séparée de bien loin du commerce et de la société des hommes, Bossuet, 2e sermon, Quinquagésime, Préambule. Dans un lieu séparé des profanes témoins, Je mets à les former [de jeunes filles] mon étude et mes soins, Racine, Esth. I, 1. Du reste des humains je vivais séparée, Racine, ib.
  • 3Il se dit des gens qui ne sont pas ensemble. Ces temps de barbarie étaient le siècle d'or, non parce que les hommes étaient unis, mais parce qu'ils étaient séparés, Rousseau, Orig. des langues, 9.

    Séparé de corps, séparé de biens, se dit d'époux entre lesquels est intervenu un jugement de séparation de corps, de biens. Mme de Germeuil est séparée de son mari, et absolument bannie de la société, Genlis, Ad. et Th. t. III, p. 343, dans POUGENS. La femme séparée soit de corps et de biens, soit de biens seulement, Code Nap. art. 1449.

    Se marier séparés de biens, convenir par le contrat de mariage qu'il n'y aura point communauté de biens entre les époux.

  • 4Différent, distinct. La nature et l'amour ont leurs droits séparés, Corneille, Rod. IV, 3. Ce sont deux questions fort séparées, Pascal, Prov. XI. Tous les auteurs du temps nous ont montré les vaudois et les albigeois comme deux sectes séparées, Bossuet, Var. XI, 91. Tombant incessamment sur les uns ou sur les autres de ces barbares qui avaient leurs intérêts séparés, il les défit entièrement, Fléchier, Hist. de Théod. I, 9. Aucun n'avait d'enclos ni de champ séparé, Boileau, Sat. X.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

SÉPARÉ. Ajoutez :
5Teint séparé, expression maintenant obscure pour nous, synonyme probablement de teint démêlé, qui se dit en Suisse pour teint débrouillé. Émile a les yeux touchants, le teint séparé, délicat, uni, Saint-Évremond, t. II, Idée de la femme qui ne se trouve point.

Voy. à DÉMÊLÉ dans le Dictionnaire un exemple de Saint-Simon où teint démêlé est expliqué autrement, probablement à tort.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « séparé »

Participe passé adjectivé de séparer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « séparé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
séparé separe

Citations contenant le mot « séparé »

  • Ne pleurons pas nos amis, c'est une grâce que nous fait la mort de nous séparer d'eux avant que la vie ne les ait séparés de nous. De Robert de Montesquiou
  • Que d’époux ne sont séparés que par le mariage ! De Alfred Capus
  • "On ne se lâche plus": séparés quatre mois à cause du confinement, ce Niçois et sa fiancée racontent leur épreuve Var-Matin, "On ne se lâche plus": séparés quatre mois à cause du confinement, ce Niçois et sa fiancée racontent leur épreuve - Var-Matin

Images d'illustration du mot « séparé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « séparé »

Langue Traduction
Anglais separate
Espagnol separar
Italien separato
Allemand trennen
Chinois 分离
Arabe منفصل
Portugais separado
Russe отдельный
Japonais 分ける
Basque aparteko
Corse separatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « séparé »

Source : synonymes de séparé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « séparé »

Partager