Secret : définition de secret


Secret : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

SECRET1, -ÈTE, adj.

A. − [En parlant des interrogations de la philos., des relig. ou des sc.] Qui est inconnaissable. Synon. impénétrable, insaisissable.Le docteur Caméristus (...) voyait dans la vie humaine un principe élevé, secret, un phénomène inexplicable qui se joue des bistouris, trompe la chirurgie, échappe aux médicaments de la pharmaceutique, aux x de l'algèbre, aux démonstrations de l'anatomie, et se rit de nos efforts (Balzac,Peau chagr., 1831, p. 254).
B. − Qui n'est connu que d'un nombre limité de personnes.
1. [En parlant de connaissances, d'informations réservées à des initiés, des confidents, des agents de la haute administration ou du gouvernement]
a) Qui appartient à un domaine ésotérique, occulte. Tradition secrète; rites secrets.
Sciences secrètes. Sciences telles que l'alchimie, la magie, la nécromancie. (Ds Ac. 1878, 1935).
Sociétés secrètes. Le problème des origines des sociétés secrètes médiévales et modernes est à peu près insoluble en raison de l'extrême complexité des données historiques, philosophiques et religieuses qu'il conviendrait d'analyser afin de pouvoir le comprendre (Encyclop. univ.t. 151973, p. 70).
b) ADMIN., DÉFENSE, ÉCON., POL. Qui est hautement confidentiel, caché à tous; qui se traite en sous-main. Anton. divulgué, public.Alliance, ambassade, assemblée, conspiration, correspondance, délibération, entrevue, expédition, intrigue, mission secrète; document, traité, tribunal secret; affaires, armes, instructions, négociations secrètes; ordres, renseignements secrets. D'après ce ministre, pour la parole de qui nous avons la garantie du colonel Henry le faussaire, à la Cour d'assises, le dossier ultra secret est comme le voile de Tanit: qui y touche périt. Si ce dossier est publié, c'est la guerre (Clemenceau,Vers réparation, 1899, p. 127).
Agent, envoyé, messager secret. Le soir, il projetait ces photographies agrandies pour y découvrir les visages d'agents secrets qu'il était souvent seul à connaître (Exbrayat,Mandolines et barbouzes, 1965, p. 67).
Conseil secret (du roi). ,,Conseil où l'on agitait les affaires les plus importantes, et où certains membres du conseil d'État seulement avaient droit de siéger`` (Ac. 1835, 1878). Cela fut délibéré, décidé en conseil secret (Ac. 1835, 1878).
Fonds secrets. ,,Fonds dont un gouvernement use sans être tenu d'en rendre compte`` (Ac. 1878, 1935).
Partie secrète (vieilli). ,,Personne qui agit, qui sollicite contre une autre, soit dans un procès, soit dans quelque autre affaire, et qui ne veut point paraître`` (Ac. 1798-1878). C'est sa partie secrète (Ac. 1798-1878).
Police secrète. Ensemble des policiers en civil dépendant des services officiels de police (Sûreté nationale, Préfecture de police). Il se rassoit et reparle de police secrète, de gens qui veulent le faire disparaître, etc. (Goncourt,Journal, 1871, p. 789).Empl. subst. La secrète (v. ce mot D).
Scrutin secret. Scrutin qui ne fait pas apparaître l'identité du votant. Il fallait d'abord que le peuple réuni votât au scrutin secret l'admission de l'étranger (Fustel de Coul.,Cité antique, 1864, p. 247).
Services secrets. Espionnage, contre-espionnage. Permettez-moi de vous présenter Mike Morton, agent des Services Secrets américains (Exbrayat,Le Quadrille de Bologne, Paris, Libr. des Champs-Élysées, 1961, p. 71).
Loc. adj. Top secret. Tout à fait confidentiel. Plan top secret à Washington pour contrecarrer l'espionnage téléphonique − super-sophistiqué des Soviétiques (L'Express, 18 juill. 1977, p. 40, col. 2).
c) Comité secret. ,,Assemblées réglées, lorsqu'elles excluent le public de leur salle, pour délibérer en secret`` (Ac. 1835, 1878). La chambre des députés s'est formée en comité secret (Ac. 1835, 1878). Le comité secret fut voté, et son ouverture fixée au 28 novembre (Joffre,Mém., t. 2, 1931, p. 403).P. ext., iron. Du moins mon départ allait permettre aux invités, une fois que le profane ne serait plus là, de se constituer enfin en comité secret. Ils allaient pouvoir célébrer les mystères pour la célébration desquels ils s'étaient réunis (Proust,Guermantes 1, 1920, p. 543).
d) INFORMATION
Langage secret; chiffre, code, message, répertoire secret. Système de communication incompréhensible à celui qui n'en possède pas la clef (d'apr. Commun. 1971).
Alphabets secrets. ,,Ces alphabets comportent la sténographie de notre dactylo, les hiéroglyphes et tous les alphabets crétois ou autres sur lesquels pâlissent les archéologues, faute de savoir de quoi il pouvait bien s'agir dans le message`` (d'apr. Commun. 1971).
2. [En parlant des choses de la vie privée] Mariage, rendez-vous secret; lettre secrète; desseins, projets secrets. En toute joie et liberté reprenons notre causerie. Cette causerie secrète, intime, dérobée, qui s'arrête au moindre bruit, au moindre regard (E. de Guérin,Journal, 1837, p. 119).
Tenir qqc. très secret. La voiture vous amènera... Tenez cela très secret et venez seules tout de suite (Pourrat,Gaspard, 1925, p. 252).
C. − [En parlant de qqc.]
1. Vieilli. Retiré. Vallon secret (Rob.).
2. Qui est caché. Synon. dérobé, discret, dissimulé.Couloir, passage, sentier secret. La ville, ravitaillée par des souterrains secrets, se riait de la famine (Lorrain,Sens. et souv., 1895, p. 247).
Escalier secret. ,,Escalier dérobé ménagé dans l'intérieur d'une habitation pour communiquer d'un appartement à un autre, lorsqu'on veut éviter de monter ou de descendre par le grand escalier`` (Jossier 1881).
Porte secrète. ,,Porte non apparente pratiquée dans un appartement ou au bas de la maison, pour passer d'une chambre à une autre, entrer ou sortir sans être vu`` (Jossier 1881).
Meuble, ressort, tiroir secret. Meuble, ressort, tiroir qui possède un mécanisme caché. Il reçoit des lettres qu'il me cache (...), Dans un tiroir secret du chiffonnier qui est dans le boudoir (Dumas père, Teresa, 1832, iv, 9, p. 212).Au fig. Richelieu sentait en M. de Saint-Cyran, sous son air réservé et taciturne, un ressort secret de puissance dont il tenait à s'assurer (Sainte-Beuve,Port-Royal, t. 1, 1840, p. 315).
D. − [En parlant de qqn] Qui garde pour lui ses sentiments, ses pensées, qui ne les partage pas naturellement ou volontairement. Synon. inhibé, introverti, pudique, réservé; anton. confiant, expansif, extraverti, ouvert.Caractère, enfant secret; âme, nature secrète. [Le duc de Reichstadt] était très-prudent, très-réservé et secret; il eût même été dissimulé s'il l'avait fallu (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t. 6, 1852, p. 55).C'était un grand maigre (...) qui demeurait secret, fermé, bouclé, cadenassé (Pourrat,Gaspard, 1922, p. 15).
Vieilli. Discret, qui sait se taire. Anton. bavard.C'est un homme à qui vous pouvez tout confier, il est fort secret. Vous n'êtes guère secret, vous redites tout (Ac.1798-1878).
P. iron., vieilli. Être secret comme un coup de canon. Être léger, inconsidéré.
,,Il est secret comme un coup de canon, comme un coup de tonnerre (Ac. 1798-1878). [Il] divulgue les choses qui lui ont été confiées`` (Ac. 1798-1878).
[En parlant de la vie intime de qqn, de ses sentiments, de ses pensées] Amour, désir, rêve secret; blessure, douleur, joie, passion, peine secrète. Je sauve ma conscience, ma vie secrète, ma pensée intime, mon être véritable, en l'environnant d'ombre et de silence (Amiel,Journal, 1866, p. 546):
1. J'étais fou tout à l'heure allons où tu voudras Non je n'ai jamais mal quand je t'ai dans mes bras Je vis pour ce soleil secret cette lumière Depuis le premier jour à jouer sur ta joue... Aragon,Rom. inach., 1956, p. 236.
Journal secret. V. journal II A.Ce manuscrit, que j'avais commencé comme un journal secret et qui est devenu ma confession, sera, si je ne reviens pas, la propriété de mon ami François Seurel (Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p. 357).
Au fig. Jardin secret. V. jardin D 2 a.
Spécialement
ESCR. Botte secrète. Moyen mis en réserve pour dominer un adversaire. V. botte3A.Au fig. Si Charrier se croyait à l'abri sous son titre de copropriétaire de journal (...) j'ai ma botte secrète: je lui rachète sa part (Augier,Effrontés, 1861, p. 386).
MÉD. Maladie secrète. Maladie sexuellement transmissible (dont on ne parle pas). Synon. maladie honteuse*.Ce médecin s'occupe particulièrement des maladies secrètes (Ac.1835, 1878).
VÉN. Chien secret. Chien qui suit la piste sans donner de la voix. (Ds Ac. Compl. 1842, DG, Quillet 1965).
E. − [En parlant de qqc. de mystérieux] Qui est au delà ou en deçà de la conscience, des paroles.
1. Qui est intime, personnel. Songe, souvenir secret; motif secret; nostalgie secrète. D'où viennent l'assurance et le sang-froid du guerrier, si ce n'est du sentiment secret, qu'il a en soi un autre être, après celui que les armes de l'ennemi peuvent lui enlever? (Saint-Martin,Homme désir, 1790, p. 293):
2. Elle a touché dans le cœur de l'homme un point unique, un point secret, un point mystérieux. (Elle a touché au cœur.) Un point inaccessible aux autres. On ne sait quel point comme plus intérieur et plus profond. Péguy,Porche Myst., 1911, p. 262.
2. Dont on ne peut rien dire; qui est inexprimable. Destinée secrète; monde secret. L'étonnante aventure des noces et sa mort projeta cet être peu secret dans la zone secrète (Cocteau,Enfants, 1929, p. 128):
3. La poésie puise aux sources intérieures et s'engage sur la voie mystérieuse de la descente en soi. Une œuvre réussie a toujours quelque chose de secret, d'insaisissable, fait appel « en nous à des yeux qui ne sont pas encore ouverts ». Béguin,Âme romant., 1939, p. 207.
REM.
Secrétivité, subst. fém.a) Rare. Tendance à la réserve, à la dissimulation. Vous impressionnez par votre hyperindividualisme, votre secrétivité, votre sélectivité, votre exclusivisme, votre passion (Elle, 6 janv. 1986, p. 54, col. 2).V. amativité ex. 1.b) Phrénol., vieilli. ,,Penchant qui, dans le système de Gall, répond à la discrétion et à la dissimulation`` (Guérin 1892).
Prononc. et Orth.: [səkʀ ε], fém. [-εt]. [-g-] ds Fér. 1768. Warn. 1968 [s(ə)-]. Martinet-Walter 1973 (au) secret [sə-]. Ac. 1694, 1718: secret, ete; dep. 1740: -ète. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1150 « qui se tait, qui est sur la réserve » (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 3075: La cort s'estut morne et secroie, Nu nel nie, nus ne l'otroie); xives. [ms.] « discret » (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. A. Hilka, 9086, leçon ms. U: Vaslez, je te cuit Molt preu et molt secré); 1380 secret (Les Cent ballades, éd. G. Raynaud, XXI, 22); 2. a) ca 1165 « situé à l'écart des lieux fréquentés » lieus segreiz (Benoît de Ste-Maure, Troie, 22169 ds T.-L.); ca 1230 cambres secrees (Chevalier aux deux épées, 2269, ibid.); 1344 palais et lieux secrez (doc. ds Isambert, Rec. anc. lois fr., t. 4, p. 502); b) 1529 [date de l'impression] « dissimulé à la vue » entree secrette (Bible en françois [trad. Guiart Des Moulins], Paris, J. Petit, t. 2, A. T., Daniel, XIV, 20, fol. CVIIb); 3. 1174-76 segré « (d'une chose) connu d'un petit nombre, caché » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 378: Il saveit sun conseil trestut le plus segré); fin xives. secret (Eustache Deschamps, Œuvres, éd. Queux de St-Hilaire, t. 5, p. 170); 1559 spéc. maladie secrete (Amyot, trad. Plutarque, Hommes illustres, Pélopidas, I, éd. G. Walter, t. 1, p. 618); 1690 sciences secrettes (Fur.); 4. 1565 « qui ne se manifeste pas, ne se laisse pas deviner » flamme segrette (Belleau, Bergerie, Esté [I, 208] ds Hug.). B. 1953 top-secret (P. Kenny, Secteur dangereux, p. 130 ds Höfler Anglic.). Empr. à l'adj. lat.secretus « spécial; distinct; à l'écart, solitaire, isolé; caché, secret ». Les formes secré, secrei, -oi; segré, segrei, -oi représentent des essais d'adapt. au fr. [-g-]. B. angl. top-secret, t. milit. d'orig. amér., comp. de l'angl. top « du plus haut niveau, le plus important », et secret, lui-même empr. au fr. (v. Rey-Gagnon Anglic.). Bbg. Quem. DDL t. 8 (s.v. remède secret).

SECRET2, subst. masc.

I.
A. − [À propos des interrogations de la philos., des relig. ou des sc.]
1. Ce qui est inconnaissable, que personne ne peut connaître. Synon. arcane, énigme, mystère.Le secret de l'au-delà, de l'éternité, de la mort, du temps, de la survie, de la vie après la mort; les secrets des galaxies, de la nature, de l'univers. Je te donnerai les clefs de l'existence. Là où je suis, c'est là éternellement qu'est le secret de ta naissance (Claudel, Messe là-bas, 1919, p. 508).Inutile d'aller au loin interroger le Sphinx pour lui demander son secret. En nous, ce secret se trouve bien plus vivant que dans le Sphinx, tout aussi grand, aussi inaccessible (Maeterl., Sablier, 1936, p. 20).
2. Ce qui constitue la réalité profonde, énigmatique, inexprimable de quelqu'un ou de quelque chose. Secret inconnaissable, intime, profond; secret de l'âme, de l'art, du cœur, de l'esprit, du génie. [Les aubépines] m'offraient indéfiniment le même charme avec une profusion inépuisable, mais sans me laisser approfondir davantage, comme ces mélodies qu'on rejoue cent fois de suite sans descendre plus avant dans leur secret (Proust, Swann, 1913, p. 137).Art et poésie ne sont pas seulement indispensables pour rompre le sceau du secret qui enferme la vie profonde et particulière de chacun, « la partie réelle et incommunicable de nous-mêmes », comme l'appelle Proust (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 237).
3. Ce qui peut être connu à force de recherches, par chance, par intuition ou à la suite d'une initiation. Le secret de l'atome, des civilisations disparues, des hiéroglyphes, des menhirs, des pyramides, des soucoupes volantes; le secret de l'Atlantide, des Bermudes, de l'île de Pâques, des Templiers; percer un secret. Quel secret [l'homme] ne dérobera-t-il pas à la nature? Demain, il libérera l'énergie intra-atomique, il voyagera dans les espaces interplanétaires (J. Rostand, La Vie et ses probl., 1939, p. 203):
1. ... les Égyptiens (...) étaient de prodigieux architectes, d'étonnants artistes, de profonds savants; les prêtres de Memphis et de Thèbes (...) étaient de la force de plusieurs Creuzer; mais nous finirons par déchiffrer leurs grimoires et leur arracher leur secret. Le grand Champollion a donné leur alphabet... Gautier, Rom. momie, 1858, p. 184.
Secret maçonnique. ,,Tout ce qui distingue le franc-maçon des autres hommes, (...) ce que connaît l'initié et qui ne peut être révélé au profane`` (Faucher 1981).
ALCHIM. Le secret des diverses opérations du Grand Œuvre n'a cessé d'être jalousement gardé (Caron, Hutin, Alchimistes, 1959, p. 132).Le secret des secrets est de faire la pierre des Sages (Symboles1969).
BIOL. Secret vital, secret de la vie. Secret vital: En 1953, les Anglais Watson et Crick, ont découvert l'acide désoxyribonucléique qui constitue le premier secret de la vie, le constituant essentiel des chromosomes (...). L'automatisme qui règle cette synthèse constitue le secret de la vie, le grand problème que doit résoudre la biologie moléculaire (Neyron1970).
B. −
1. [À propos d'informations concernant la vie pol., publ. ou professionnelle] Ce qui ne peut être connu ou compris parce que volontairement caché à ceux qui ne sont pas initiés ou confidents. Secret d'une arrestation, d'un complot, d'une intrigue; secrets de défense nationale; politique du secret. À peine s'était-il éloigné, qu'on découvrit le secret d'une attaque imprévue, que les partisans du roi allaient faire sur la Bourgogne, nonobstant la trève de Châlons (Barante, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 426).Il y a un secret! Un homme de votre âge ne réclame pas si âprement la mort d'une femme jeune, et belle, et douce, sans un secret (Montherl., Reine morte, 1942, ii, 1ertabl., 2, p. 176).
Secret bancaire. ,,Information confidentielle dont le banquier a connaissance à l'occasion de l'exercice de sa profession et que, sous réserve d'engager sa responsabilité, il ne doit pas révéler sauf à l'intéressé ou ses représentants et à certaines autorités (autorités monétaires, administration fiscale, juge pénal, notamment)`` (Sousi-Roubi Banque 1983).
Secret des débats; secret d'État, de gouvernement. Pour cacher ce grand secret d'état, ce n'était pas trop de l'inquisition et de la torture des plombs (Quinet, All. et Ital., 1836, p. 153).Iron. Elle avait toujours un secret d'état à vous révéler, un potentat à vous faire connaître, une aquarelle de maître à vous offrir (Proust, Sodome, 1922, p. 668).Faire un secret d'État de qqc. Le tenir strictement caché. L'administration actuelle de l'Opéra-Buffa fait un secret d'État du montant de ses recettes (Stendhal, Rossini, t. 2, 1823, p. 216).
Secret de guerre. C'est encore le cas d'une nation qui, par hypothèse, a pouvoir de disposition exclusif sur un secret de guerre ou une invention économique de portée révolutionnaire (Perroux, Écon. XXes., 1964, p. 47).
Secret médical. ,,Interdiction faite aux membres des professions de santé de divulguer des faits confidentiels appris dans l'exercice de leur profession`` (Sournia 1973).
Secret de notaire. Bon chien chasse de race, et elle est née, dit-on, d'une mère... mais cela est un secret de notaire, c'est sacré (Soulié, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 138).
Secret professionnel. ,,Obligation incombant à certaines personnes de ne pas révéler à des tiers ce qui leur a été confié à l'occasion de l'exercice de leur profession`` (Lemeunier 1969). Voilà le cas que fait du secret professionnel l'homme le plus haut placé dans la hiérarchie militaire, le ministre qui a la garde des secrets de l'armée (Clemenceau, Vers réparation, 1899, p. 71).
2. P. méton.
a) HIST. Secret du roi. ,,Organisme diplomatique parallèle que Louis XV dirigea personnellement à la fin de son règne, et à l'insu de ses ministres`` (Lar. Lang. fr.).
Vieilli. ,,Petit sceau dont on se servait pour les lettres et expéditions particulières`` (Ac. Compl. 1842). Le secret était quelquefois employé comme contre-scel du grand sceau ou sceau public (Ac. Compl.1842).
b) Secret (de la prison). Lieu séparé sans communication avec le reste de la prison dans lequel est confiné un prisonnier. Les rigueurs du secret. Le secret, hein? C'est dur, huit jours au secret. Aujourd'hui, nous avons supprimé le secret et vous aurez des visites (Camus, Justes, 1950, iv, p. 364).
Au secret, mise au secret. Au secret, au secret... mais je n'ai plus de place, les autres ont tout pris... À moins de le mettre dans le cachot de Bonnivard (A. Daudet, Tartarin Alpes, 1885, p. 208).Être, mettre au secret. Il nous a environnés de terreur et mis au secret. L'empereur ne se voit plus que dans un donjon (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 425).Au fig. Soudain, il m'apparaît que, seul de son espèce, ce sentiment enferme le cœur et le met au secret (J. Bousquet, Trad. du sil., 1935, p. 47).
Lever le secret. Permettre au prisonnier de ne plus être dans l'isolement total. Coquart m'a dit de lever le secret de l'abbé Carlos et d'élargir monsieur de Rubempré, mais il est trop tard (Balzac, Splend. et mis., 1846, p. 480).
Voiture du secret (vieilli). On emploie deux sortes de voitures pour le transport des prévenus; la voiture du service ordinaire ressemble à un omnibus: elle est commune; la voiture du secret ressemble à une diligence: elle a trois compartiments (Alhoy, Lurine, Prisons Paris, 1846, p. 9).
c) Secret(s) d'un art, d'un métier. Moyen technique, procédé connu d'une seule personne ou de quelques initiés. Synon. recette, truc (fam.).Secret merveilleux, rare, utile; secret d'une liqueur, des plantes, d'une recette de cuisine; secret du bleu des vitraux de Chartres. Je songeais à cette broderie. Je savais que mademoiselle en avait retrouvé le secret... On en voit encore un assez beau fragment à la sacristie (Zola, Rêve, 1888, p. 91).Quand les chevaliers de Godefroy de Bouillon eurent délivré le Saint-Sépulcre, les maçons chrétiens leur transmirent le secret, en récompense, et, de plus, toute leur science philosophique et alchimique (Adam, Enf. Aust., 1902, p. 202).
Avoir le secret de qqc. Probablement ces femmes avaient mêlé dans ma boisson quelques-unes de ces drogues assoupissantes dont elles ont le secret, car je ne m'éveillai que fort tard le lendemain (Mérimée, Carmen, 1845, p. 50).
Secret de fabrication, de fabrique. ,,Procédé de fabrication offrant un intérêt pratique ou commercial`` (Lemeunier 1969).
d) Secret (d'un meuble, d'une porte). Mécanisme caché qui ne joue que dans des conditions connues de certaines personnes. Secret d'une armoire, d'un écrin, d'une table; faire jouer le secret d'un meuble; tourner le secret d'une porte. Il y a un secret à ce tiroir, il paraît que vous le connaissez, ouvrez-le (Dumas père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 223).Timopht, en qui Pharaon avait confiance et qui connaissait le secret de la serrure, ouvrit la porte de pierre (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 316).
En partic. Secret d'un coffre-fort. Combinaison prévue pour rendre sa serrure inviolable. P. compar. L'indéchiffrable de la conscience menteuse, au contraire du secret d'un coffre-fort, ne se déchiffre pas grâce à un chiffre simple qu'il suffirait d'apprendre comme on apprend un mot de passe (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 39).
À secret. Muni d'un secret. Armes, livres, médaillon, serrure à secret. Leemans (...) se mit à examiner les tiroirs multiples, à secret, s'ouvrant les uns dans les autres par des ressorts cachés (A. Daudet, Rois en exil, 1879, p. 465).Fermer à secret. La porte fermait à secret: un chef-d'œuvre de serrurerie dont, un instant, il s'efforça en vain de débrouiller le mystère (Courteline, Ronds-de-cuir, 1893, p. 191).
Au fig. Les quelques pages de cette fin sont certainement une des suites les plus solides, les plus pures qu'ait jamais écrites M. Barrès. Aimons cette « tragédie à triple secret » (Thibaudet, Réflex. litt., 1936, p. 183).
P. méton. Cache, cachette. Elle serra dans un secret de sa table l'écrit de madame de Vandenesse (Balzac, Fille Ève, 1839, p. 184).Mise en présence des vingt-deux petits sacs d'héroïne que contient le double fond de sa valise, Béatrice (...) mettra en cause un certain Eddy (...), qui lui aurait confié la valise, dont bien sûr elle ignorait le secret (Paris-Match, Document, 29 janv. 1988, p. 24, col. 2).
e) Au fig.
Ensemble des moyens ingénieux, personnels, mis en œuvre pour venir à bout de quelque chose, pour y réussir. Synon. art de, truc (fam.).Il faut faire ce que j'ai déjà indiqué sous le nom de contre-épreuve. C'est là tout le secret de la médecine expérimentale (Cl. Bernard, Princ. méd. exp., 1878, p. 226).Quand on lui demanda plus tard le secret de sa réussite avec la reine, il répondit: « Je ne refuse jamais; je ne contredis jamais; j'oublie quelquefois » (Maurois, Disraëli, 1927, p. 236).
Iron. Il a trouvé le secret de se ruiner (Ac.).
Explication, raison cachée de quelque chose. Synon. clef.Secret de sa conduite, de son mensonge, de sa misère, de sa tristesse; secret du bonheur, de la joie. Il est dans le monde comme quelqu'un qui va s'en aller. C'est là le secret de sa cruauté (Alain-Fournier, Corresp.[avec Rivière], 1910, p. 196).
Ce qui donne son énergie, son efficacité à quelqu'un, à quelque chose. Secret d'un écrivain, d'un roi, d'un stratège. Le secret de l'art d'écrire, de la guerre, de la politique (Ac.1835, 1878).Apprenez-moi donc votre secret pour supporter l'existence (Flaub., Corresp., 1875, p. 180).Le secret d'une grande œuvre n'est pas ailleurs que dans cette force irrésistible de la vérité. Il y a un accent qui bouleverserait les plus indifférents (Green, Journal, 1941, p. 161).
C. − Événement, expérience, épisode, fait divers, histoires, sentiments qui sont gardés cachés, non révélés.
1. [À propos de ce qui concerne la vie personnelle, familiale, communautaire] Secret d'une maladie, d'une naissance. Je sentais la gravité du secret que ma mère m'avait confié dans un moment d'entraînement (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 432).On avait, naturellement, jugé inutile de leur faire part du mariage secret de Mathilde et de Jean Roussel, devenu Larsan. C'était là un secret de famille (G. Leroux, Parfum, 1908, p. 50).
Secret de la confession*.
2. [En parlant de ce qui concerne la vie privée]
a) Aveu, confidence faite à une autre personne. Secret à deux. Je voudrais une tendresse qui fût un secret entre deux êtres seulement, éternellement inconnu, caché comme le trésor de l'avare (Balzac, Corresp., 1836, p. 55):
2. S'il y a secret, il y a confidence, c'est-à-dire confiance: quelqu'un sait, quelqu'un a en dépôt une vérité sur laquelle il veille jalousement, mais qu'il partage néanmoins avec un autre... Ce qu'il y a de plus puissant dans le secret, ce n'est donc pas le mutisme qu'il impose, c'est la complicité qu'il crée entre ceux qui en sont porteurs: il est à la fois tacite et explicite, exclusif et confiant. Jankél., L'Ironie, 1964, p. 51.
Secret de l'oreiller. Confidence d'un couple dans l'intimité d'une chambre. V. oreiller ex. de Cendrars.
Petit secret. Confier un petit secret. Je vais vous dire un petit secret... Leur système est excellent, vous avez bien raison, mais il y a une malfaçon dans leur machine (Camus, État de siège, 1948, 2epart., p. 272).
En partic., vieilli. Discrétion. Les Jansénistes ont le don du secret. De ces querelles de famille et de ces troubles du désert rien ne transpirait au dehors (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 315):
3. Tous ces dieux, foyer, lares, mânes, on les appelait les dieux cachés (...). Pour tous les actes de cette religion il fallait le secret (...); qu'une cérémonie fût aperçue par un étranger, elle était troublée, souillée, funestée par ce seul regard. Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p. 38.
Être le tombeau des secrets. Le secret est une tombe et ce n'est pas pour rien que l'homme discret se vante d'être le tombeau des secrets (Bachelard, Poét. espace, 1957, p. 91).
b) [Secret non partagé avec quiconque] Secret d'un amour, d'un désir, des intentions, des pensées, d'un rêve, d'un vœu; emporter un secret dans la tombe; fermer ses lèvres sur un secret. Rose, dérobons à l'envie Le doux secret de notre vie. Viens aux champs couler d'heureux jours (Béranger, Chans., 1829, p. 46).Pourquoi ne pas me taire? Tout homme a son secret, toute âme a son mystère (Bornier, Fille Rol., 1875, ii, 1, p. 30).[Ma mère] semblait loin de ce monde, loin de nous tous, avec l'air d'avoir reçu en dépôt un secret incommunicable et d'avancer en glissant tout droit vers des régions inconnues (Green, Journal, 1946, p. 80).
c) Expressions
C'est mon/son secret. Quel soin dans la dissimulation! Cette copie, c'est son secret, un secret qui le brûle, qu'il gardera toute sa vie. Car jamais de son vivant il n'a avoué et même, interrogé, il a menti (Guéhenno, Jean-Jacques, 1952, p. 13).
Avoir un secret. Je suis contente d'avoir un secret que la grande Anaïs, Marie Belhomme, Luce Lanthenay et les autres ne soupçonnent pas (Colette, Cl. école, 1900, p. 171).
Ne pas avoir de secret(s) pour qqn. [Le suj. désigne une pers.] Paul n'a pas de secrets pour moi. Il me montre la moindre lettre qu'il écrit (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 1505).Ne pas avoir de secret(s) pour qqn. [Le suj. désigne une chose] La perfection technique des meubles Restauration a souvent été vantée (...) Placage, marqueterie, incrustation n'ont plus de secret pour les artisans d'alors (Viaux, Meuble Fr., 1962, p. 1144).
Être dans le secret de qqc. Germain était le domestique de confiance d'Armand, le seul qui fût dans le secret de la mystérieuse existence d'Andrea (Ponson du Terr., Rocambole, t. 2, 1859, p. 24).Vieilli. Être du secret. Ce que je te dis ne serait compris de personne, hormis de Mimi qui est du secret (E. de Guérin, Journal, 1835, p. 83).
Faire un secret à qqn. Je lui demanderai pardon à genoux de m'être mis en colère parce qu'elle m'a fait un secret (Stendhal, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 203).
Au plus secret. Au cœur de. Et voici que cette créature indifférente pénétrait tout à coup au plus secret de notre destin (Mauriac, Journal 2, 1937, p. 135).
En secret. Secrètement. S'aimer, s'écrire, se voir en secret. Elle me quitta brusquement, en me laissant persuadé qu'elle avoit en secret pour moi le sentiment le plus tendre et le plus vif (Genlis, Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 68).Dans l'intimité. Mais tout ce qui parlait en secret à l'âme le langage de l'âme, le contrefacteur ne l'a pas entendu, car la sienne est sourde (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 344).
Sous le secret, sous le sceau du secret. M. Francis avait été instruit par une voie sûre, mais sous le secret, que l'Espagne ne se déclarerait dans la guerre d'Amérique que pendant l'année 1780 (Chamfort, Caract. et anecd., 1794, p. 139).Mais, silence, n'est-ce pas? Je vous dis ça sous le sceau du secret. Elles jurèrent leurs grands dieux qu'elles seraient muettes (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 831).Vieilli. Sous secret. Le capitaine Maitland lut cette lettre de Napoléon, qu'il admira beaucoup, en laissa prendre copie à deux autres capitaines, sous secret, jusqu'à ce qu'elle devînt publique (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 26).
Être, mettre dans le secret des dieux. Posséder, faire partager un savoir important réservé à un petit nombre. Je puis très bien vous mettre dans le secret des dieux. Je sais que vous êtes discret, monsieur le colonel (Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 329).Je vais aller (...) lui demander si son mari croit que nous allons avoir la guerre, et si on peut compter sur le roi Théodose. Il doit savoir cela, n'est-ce pas, lui qui est dans le secret des dieux? (Proust, J. filles en fleurs, 1918, p. 513).
Le secret de Polichinelle (fam.). Faux secret, parce qu'il est connu de tous. Synon. secret de la comédie (Ac.).Sa liaison est publique (...). C'est le secret de Polichinelle (Augier, Effrontés, 1861, p. 279).
II. − CHAPELL. Solution de nitrate de mercure utilisée en chapellerie pour la confection du feutre. (Dict. xxes.).
Prononc. et Orth.: [səkʀ ε]. Prononc. anc. [-g-] ds Fér. 1768. Barbeau-Rodhe 1930: un secret [œ ̃skʀ ε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Déb. xiies. « ce qui doit être tenu caché, ne doit pas être révélé » (Benedeit, St Brendan, 1094 ds T.-L.: [Brendans] Ne deit querre le Deu secrei); [1316 seel du secré « petit sceau pour les affaires secrètes » (Comptes de Geoffroi de Fleuri, argentier de Philippe le Long ds Havard t. 4, p. 928)] 1691 sous le sceau du secret (Racine, Athalie, V, 1); 2. 1130-40 « ce qui ne peut être compris, connu; ce qui n'est pas apparent » (Wace, Conception N.D., 1526 ds T.-L.); 1174-87 (Chrétien de Troyes, Perceval, éd. F. Lecoy, 34: Dex, qui toz les segrez voit); 3. 1269-78 « moyen connu de quelques-uns pour obtenir un résultat » (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 5376: Neïs Tulles qui mist grant cure En cerchier secrez d'escripture); 4. 1355 « domaine, lieu caché, retiré » (Miracles de N.-D., éd. U. Robert, XVI, 814: en l'estroit secré du consire Divin); 1541 (Sainte Bible en françois [trad. Lefèvre d'Etaples], Anvers, Ant. des Gois, A.T. Ps. XXVI, fol. CCXXV d: [le Seigneur] me deffendera au secret de son tabernacle); 1734 spéc. « lieu séparé où on enferme un prisonnier » mis au secret (Lesage, Estebanille Gonzalès, 50 ds Littré); 5. 1496 « système, mécanisme employé pour la représentation d'un mystère » (doc. Arch. Saône ds Gdf. Compl.); 1690 secret (d'une machine, d'une serrure) (Fur.); 6. 1667 « discrétion, silence sur une chose confiée » garder le secret ici, fig. (Racine, Andromaque, III, 1); 1671 [dire une chose] sous secret (Pomey), supra A 1; 1690 le secret de la confession (Fur.); 7. 1690 « ce dont la connaissance est réservée à un petit nombre » être du secret des Grands (ibid.); 1775 être dans le secret (Beaumarchais, Barbier de Séville, III, 11). B. 1. Ca 1150 en secroi « sans témoin, à part » (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 4684); 2. 1669 en secret « au fond du cœur, sans manifestation extérieure » (Boileau, Epîtres, I, 35 ds Œuvres, éd. F. Escal, p. 105). C. 1875 « solution utilisée pour le secrétage (dér. s.v. secréter) » (Lar. 19e). Empr. au lat.secretum « lieu écarté, retraite, solitude », in secreto « à l'écart, sans témoin »; « pensées, paroles secrètes, secret ». C représente un empl. techn. de A, le procédé ayant longtemps été considéré comme confidentiel.
STAT.Secret1 et 2. Fréq. abs. littér.: 14 565. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 23 142, b) 16 162; xxes.: a) 20 044, b) 21 480.

Secret : définition du Wiktionnaire

Adjectif

secret \sə.kʁɛ\

  1. Qui n’est connu que d’une personne ou de fort peu de gens ; que l’on tient caché, dont on dérobe la connaissance aux autres.
    • Or, tout sage et expérimenté qu’il était, Coligny n’avait pu tenir secrète une si entière confiance […] — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre I)
    • Les Lettres à l’Étrangère […], ces lettres contiennent des aveux, voilés, il est vrai, des histoires obscures, sans doute, mais reconnaissables pour qui connaît un peu l’existence secrète de Balzac. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Les slavistes les plus autorisés ont immédiatement flairé les intentions secrètes du traducteur magyar. — (Ernest Denis, La Question d'Autriche ; Les Slovaques, Paris, Delagrave, 1917, in-6, p.96)
  2. (Histoire) Qualifiait les doctrines et pratiques occultes telles que l’astrologie, la magie, la nécromancie, etc.
    • Ce mage fit fortune dans les sciences secrètes.
  3. (En particulier) Qualifie un accès dérobé.
    • Escalier secret ; porte secrète.
  4. (Spécialement) Qualifie les fonds dont un gouvernement use sans être tenu d’en rendre compte.
  5. Qualifie les personnes qui savent se taire et tenir une chose secrète.
    • C’est un homme à qui vous pouvez tout confier, il est fort secret.
  6. (Chasse) Qualité d'un chien qui n'aboie pas.
    • Tout limier doit être secret, c'est-à-dire muet. — (Olivier Perrin, Encyclopédie de la vénerie française, édité par l'auteur, 1961)

Nom commun

secret \sə.kʁɛ\ masculin

  1. Information connue d’une seule personne ou d’un groupe réduit de personnes, qui est tenue d’être cachée, qu’il ne faut pas révéler.
    • La comtesse […] leur ordonna de s’agenouiller devant son lit, et, la voix basse, et sans autre témoin que Dieu, elle leur révéla un secret que personne n’entendit. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • […] c’était la confidente toute particulière de Marguerite, qui n’avait aucun secret pour elle, et l’on prétendait qu’au nombre des mystères qu’enfermait son incorruptible fidélité il y en avait de si terribles que c’étaient ceux-là qui la forçaient de garder les autres. — (Alexandre Dumas , La Reine Margot - I, 2, C. Lévy, 1886)
    • Une religion qui serait seulement faite de conventions extérieures, d’attitudes et de formes serait sans action sur la conscience et ne changerait rien aux secrets de la vie intime. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Jules Verne… lut-elle plaintivement. On ne peut pas le relire. Une fois qu’on a le secret, c’est fini. — (Colette, Le képi, Fayard, 1943 ; éd. Le Livre de Poche, 1968, page 129)
    • Quand ils se dirent « adieu », le renard révéla un secret au petit prince : on ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux. — (Antoine de Saint-Exupéry, Le Petit Prince, Gallimard, Paris, 1945)
    • Mais le secret qui, en ville – ne fut-il partagé que par trois personnes – ne tiendra pas dix minutes, peut tenir dix ans si ce sont trois cents paysans qui le défendent. — (Hervé Bazin, Chapeau bas, Seuil, 1963, Le Livre de Poche, page 124)
    • — C'est tellement beau, chuchota-t-elle.
      — Pourquoi parles-tu à voix si basse?
      — Parce que c'est si beau que c'est forcément un secret.
      — (Amélie Nothomb, Le Voyage d'hiver, Albin Michel, 2009, page 94)
  2. Discrétion, silence sur une chose confiée.
    • Je vous demande le secret.
    • Promettez-moi le secret.
    • Les affaires ont été traitées avec le plus grand secret.
  3. Moyen connu d’une seule personne ou de peu de personnes pour faire certaines choses, pour produire certains effets.
    • Nous voici à l'automne 1966. Cela fait trois ans et demi […] que le roi Constantin s’initie aux secrets de la lutte japonaise. Il a commencé par le jiu-jitsu, a continué avec le judo et maintenant, depuis un an, il s’adonne aux secrets de l'extraordinaire karaté. — (Vassilis Vassilikos, Z, 1966, traduit du grec par Pierre Comberousse, NRF Gallimard, 1967, page 66)
    • Un secret de fabrication, industriel, militaire.
    • Donner, communiquer, vendre, acheter un secret.
  4. (Figuré) Les moyens qu’on met en usage pour venir à bout de quelque chose, pour y réussir.
    • Le secret de plaire, de parvenir.
  5. (Serrurerie) Ressort particulier qu’il faut faire jouer, organe caché qu’il faut manœuvrer.
    • On ne peut ouvrir ce coffre-fort, si l’on n’en sait le secret.
    • Serrure à secret.
  6. Cachette pratiquée dans un coffre-fort, dans un secrétaire, dans un cabinet.
  7. Lieu caché, écarté.
    • Il vit retiré dans le secret de sa maison.
  8. (Justice) Lieu séparé où on enferme le prisonnier, en ne lui laissant de communication qu’avec le geôlier.
    • Mettre un prisonnier au secret, le tenir au secret.
    • J’ai su que Robert d’Artois était allé là-bas, et qu’il avait eu accès auprès de Madame de Bourgogne. C’est en contrevenance aux ordres. La reine, pour autant qu’on puisse la dire telle, est condamnée au mur, c’est-à-dire au secret. Aucun sauf-conduit ne vaut pour l’approcher s’il ne porte mon sceau, ou le tien. — (Maurice Druon, Les Rois maudits, tome 2, « La Reine étranglée », 1955)
  9. Solution de nitrate de mercure utilisée pour faciliter le feutrage des peaux de lapin en vue de la fabrication de chapeaux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Secret : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SECRET, ÈTE. adj.
Qui n'est connu que d'une personne ou de fort peu de gens; que l'on tient caché, dont on dérobe la connaissance aux autres. Affaire secrète. Résolution secrète. Négociation secrète. Entrevue secrète. Traité secret. Mariage secret. Les articles secrets d'un traité. Une passion secrète. Une secrète envie. Un commerce secret avec l'ennemi. Il a des raisons secrètes qui l'empêchent d'agir. Des vues secrètes. On ne peut pénétrer dans les desseins secrets de la Providence. Dieu connaît nos plus secrètes pensées. Faire jouer des ressorts secrets. Sciences secrètes se dit de Doctrines et pratiques occultes telles que l'astrologie, la magie, la nécromancie, etc. Maladie secrète, Maladie vénérienne. Escalier secret, Escalier dérobé. On dit dans la même acception : Porte secrète. Comité secret se dit des Assemblées lorsqu'elles excluent le publie de leur salle pour délibérer en secret. La Chambre des députés s'est formée en comité secret. L'Académie des Inscriptions se forma en comité secret après la séance. On a demandé le comité secret. Fonds secrets, Fonds dont un gouvernement use sans être tenu d'en rendre compte. Ennemi secret, Ennemi caché, qui se dissimule.

SECRET se dit aussi des Personnes qui savent se taire et tenir une chose secrète. C'est un homme à qui vous pouvez tout confier, il est fort secret.

Secret : définition du Littré (1872-1877)

SECRET (se-krè, krè-t' ; la prononciation ancienne était segret, segrète ; et plusieurs, surtout les vieillards, la conservent encore ; plusieurs, au XVIe siècle, écrivaient segret, voy. l'historique à SECRET, 2 ; au XVIIe siècle, Marguerite Buffet, Observ. p. 128, condamne la prononciation par g, mais Chifflet, Gramm. p. 125, l'approuve ; Mme de Genlis, dans Ad. et Th. t. III, p. 179, note segret comme une prononciation nouvelle : " Maintenant nous disons segret pour secret ; " mais, comme on voit, elle se trompe) adj.
  • 1Qui n'est pas divulgué, que l'on tient caché. Des agents secrets. Hélas ! rien aux jaloux ne peut être secret, Régnier, Élég. II. On les tient [les chrétiens] pour sorciers dont l'enfer est le maître ; Et sur cette croyance on punit du trépas Des mystères secrets que nous n'entendons pas, Corneille, Pol. IV, 6. L'amour aime surtout les secrètes faveurs, Molière, Fâch. III, 1. Il reçut des avis secrets que sa vie n'était pas en sûreté, Bossuet, le Tellier. J'ai craint, j'ai soupçonné quelques ordres secrets, Racine, Mithr V, 4. Les discours secrets doivent être regardés comme des pensées, Voltaire, Pol. et lég. Relat. mort de la Barre.

    Sciences secrètes, prétendues sciences, telles que la cabale, la magie, qui n'étaient connues que d'un certain nombre d'adeptes.

    Maladie secrète, maladie syphilitique.

    Il se dit aussi de toute maladie affectant des parties secrètes. Il [le Seigneur] ne punit les Philistins [qui avaient pris l'arche] qu'en les frappant d'une maladie secrète ressemblant aux hémorrhoïdes, Voltaire, Pol. et lég. Si l'intolérance est de droit divin.

    Remède secret, voy. REMÈDE.

    Le Chapelet secret du saint sacrement, petit écrit de trois ou quatre pages contenant des pensées affectueuses sur le mystère de l'eucharistie ; il était de la mère Agnès de Port Royal.

  • 2Il se dit des parties d'une habitation qui est fermée au public, qui n'est pas connue de lui. Escalier secret, escalier dérobé par lequel on peut monter dans les appartements d'une grande maison, au lieu de monter par le grand escalier.

    On dit dans le même sens : degré secret.

    Porte secrète, porte dérobée. Ma galère est au port toute prête à partir ; Le palais y répond par la porte secrète, Corneille, Nicom. V, 5.

    En un sens analogue. Je vois sourire Mes pénates secrets couronnés de rameaux, Chénier, Versailles.

  • 3Il se dit des assemblées quand elles se ferment au public. Comité secret, séance où une assemblée délibère à huis clos.

    Conseil secret du roi, conseil où l'on agitait les affaires les plus importantes, et où certains membres du conseil d'État seulement avaient droit de siéger.

    Sceau secret, ou, substantivement, le secret, petit sceau pour les lettres et expéditions particulières.

  • 4Fonds secrets, fonds dont un gouvernement use sans être tenu à en rendre compte ; ils sont destinés surtout à un service de police et de diplomatie.
  • 5Qui ne peut être pénétré. Vous n'aurez point pour moi de langages secrets, Racine, Brit. II, 3.
  • 6Qui se cache. Sentant que j'avais des ennemis secrets et puissants dans le royaume, Rousseau, Conf. X.

    Partie secrète, personne qui, agissant, sollicitant contre une autre dans un procès ou dans toute autre affaire, ne veut point paraître. C'est sa partie secrète.

    On dit dans le même sens : C'est son ennemi secret.

  • 7Il se dit des publications où l'on divulgue des particularités secrètes. Que je suis mécontent des Mémoires secrets de Bolingbroke ! je voudrais qu'ils fussent si secrets, que personne ne les eût jamais vus, Voltaire, Lett. d'Argental, 2 mai 1754. J'apprends qu'on vient d'imprimer en Hollande mes Lettres secrètes ; je crois en effet que ce recueil sera très secret, et que le public n'en saura rien du tout, Voltaire, Lett. à P. Rousseau, 19 nov. 1764.
  • 8Qui n'est pas apparent, visible. Tout cédait au charme secret de ses entretiens, Bossuet, Reine d'Anglet. C'était [dans la réforme anglaise] un dégoût secret de tout ce qui a de l'autorité, Bossuet, ib. Outre le rapport que nous avons du côté du corps avec la nature changeante et mortelle, nous avons une secrète affinité avec Dieu, Bossuet, Duch. d'Orl. Oui, vos moindres discours ont des grâces secrètes, Racine, Esth. III, 4.
  • 9Qui sait se taire, tenir une chose secrète. Au moins en a-t-il appris de meilleure heure à être secret, Guez de Balzac, le Prince, 23. Dom Carlos lui promit d'être secret, et entra vite dans le jardin, Scarron, Rom. com. I, 9. Vos amis et les miens, jusqu'alors si secrets…, Racine, Brit. III, 5. Ces deux capitaines… n'étaient pas assez secrets dans leurs entreprises, Fénelon, Tél. XVI. Il a une grande fille qu'on appelle Mlle Marianne, qui voudrait bien aussi se marier sans le dire à son père ; ils sont fort secrets dans cette famille-là, Dancourt, Foire Besons, sc. 16.

    Ironiquement. Il est secret comme un coup de canon, comme un coup de tonnerre, se dit d'un homme qui divulgue les choses qu'on lui confie.

    Qui cache sa conduite. Jeanne que vous voyez, dont on ne parle point, Qui fait si doucement la simple et la discrète, Elle n'est pas plus sage, ains elle est plus secrète, Régnier, Sat. XII.

    Terme de chasse. Chien secret, limier qui pousse la voie sans appeler.

    Lieu secret, lieu où ce qui s'y dit ne se répète pas. Il a eu l'intrépidité de le dire en pleine académie et dans des lieux tout aussi secrets, Rousseau, Lett. à Mme de Luxembourg, 12 déc. 1760.

HISTORIQUE

XVe s. En son temps il [le chevalier Guichart d'Angle] ot toutes ces nobles vertus que un chevalier doit avoir : il fut sage, secret, large, pieux, hardi, entreprenant et chevaleureux, Froissart, II, II, 118. Il [Hue le Depensier] envoya grant or et grant argent à plusieurs cardinaux et prelats, les plus secrets et les plus prochains du pape, Froissart, I, I, 111. Se nulz m'en scet dire aucun bien, Je le tendray [tiendrai] secret com prestre, Deschamps, Poésies mss. f° 247. Après vint la royne et ses secrettes pucelles [confidentes, affidées], Perceforest, t. VI, f° 95.

XVIe s. Toutes les secrettes pensées ne se peuvent communiquer aux enfants, Montaigne, I, 207. Le soudard luy confessa, que c'estoit une maladie secrette, qu'il ne luy ozoit bonnement declarer, Amyot, Pélop. 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. SECRET. Ajoutez :
10Société secrète, voy. SOCIÉTÉ au Dictionnaire.
11Le tribunal secret, la confession. Les crimes dont il n'y a que la pensée et l'intention sans exécution ne se recherchent pas ; cela est remis au tribunal secret, Duplessis, cité dans Lettres, etc. de Colbert, t. VI, introduction, p. XLII.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Secret : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SECRET, s. m. (Morale.) c’est toute chose que nous avons confiée à quelqu’un, ou qu’on nous a confiée dans l’intention de n’être pas révélée, soit directement, soit indirectement.

Les Romains firent une divinité du secret, sous le nom de Tacita ; les Pythagoriciens une vertu, & nous en faisons un devoir, dont l’observation constitue une branche importante de la probité. D’ailleurs, l’acquisition de cette qualité essentielle à un honnête homme, est le fondement d’une bonne conduite, & sans laquelle tous les talens sont inutiles. Si l’on ne doit pas dire imprudemment son secret, moins encore doit-on révéler celui d’autrui ; parce que c’est une perfidie, ou du-moins une faute inexcusable. Il convient même d’étendre cette fidélité, jusque vis-à-vis de celui qui y manque à notre égard.

Ce n’est pas tout ; il faut se méfier de soi-même dans la vie : on peut surprendre nos secrets dans des momens de foiblesse, ou dans la chaleur de la haine, ou dans l’emportement du plaisir. On confie son secret dans l’amitié, mais il s’échappe dans l’amour ; les hommes sont curieux & adroits ; ils vous feront mille questions épineuses dont vous aurez de la peine à échapper autrement que par un détour, ou par un silence obstiné ; & ce silence même leur suffit quelquefois pour deviner votre secret. (D. J.)

Secret, adj. (Phys. chambre de secrets, voyez Cabinets secrets.

Secret, (Médec.) en latin arcanum, en grec ἀπόρρητον, ἀποϰρύφον, μυστήριον, remede dont on tient la préparation secrette pour en relever l’efficacité & le prix.

On croiroit que la plûpart des hommes, très-sensés d’ailleurs pour leurs affaires, doivent avoir peu de confiance pour les prétendus secrets dans ces maladies reconnues incurables par tous les Médecins ; mais telle est la force de l’amour de la vie, qu’on s’abuse à cet égard ; ou peut-être telle est l’impudence de ces gens à secret, que leur trafic va toujours. Cette pratique est aussi ancienne que le monde, & ne finira qu’avec lui. Quoique ces prétendus secrets ne se trouvent communément par l’examen qu’une drogue fort connue, mal préparée, & quelquefois un poison lent, néanmoins on donne la confiance à ceux qui les possedent, & qui n’exigent de vous autre chose, que de n’être pas plus inquiets qu’ils le sont de votre guérison.

Si néanmoins l’on y faisoit quelque attention, on verroit que dans tous les pays, dans tous les siecles, & sans remonter si haut, dans celui où l’on vit, on a oui parler successivement des gens qui prétendoient avoir le même secret infaillible que cet homme auquel on est prêt de donner sa confiance. On se rappelleroit qu’on a toujours oui parler de gens qui faisoient les mêmes promesses, qu’on n’avoit pas de leur habileté des témoignages moins décisifs ; & que par l’évenement ces gens-là sont morts dans la misere, ou se sont trouvés n’être que des fourbes accrédités.

Je n’ignore pas que ceux qui les écoutent, & surtout les grands, plus communément dupes que les autres hommes, prétendent que de telles personnes qui se vantent de secrets, ne s’enrichissent pas par la jalousie des gens de l’art qui s’opposent à leur établissement, les dégoutent, les décréditent, & les empêchent d’exercer leurs talens ; mais ces moyens seroient bien foibles contre des succès véritables ; & il n’est pas possible que ceux qui les auroient en partage, ne triomphassent bien-tôt de tous les obstacles que l’envie pourroit leur opposer.

Nous ne présumons pas, malgré la force invincible de toutes ces raisons, de voir jamais passer le regne des secrets en Médecine. Il est doux de tout espérer d’une maladie mortelle ; la mort surprend sans s’être fait craindre ; on la sent plutôt qu’on n’a songé à s’y résoudre : notre ignorance, notre foiblesse, notre goût pour le merveilleux, l’amour de la vie qu’on nous promet, dont l’opération est active, dont le bien touche par le sentiment ; la séduction facile de l’imagination occupée de ce seul objet ; le penchant naturel pour ce qui flatte nos desirs ; l’espérance dont on nous berce ; l’abandon même des gens de l’art, qui ce dent sans regret aux instances du malade ; tout cela, dis-je, doit triompher des principes les plus évidens, des raisonnemens les plus solides ; & il faudroit être bien peu philosophe, pour s’en étonner.

Nous ne prétendons pas par toutes ces réflexions contre les faux possesseurs de prétendus secrets, nier la possibilité d’en trouver de vrais & d’excellens. Il n’est pas douteux que la Médecine peut faire des progrès à cet égard ; & c’est par cette raison, que l’Angleterre a promis de si belles récompenses à la découverte d’un remede contre la pierre. Mais ceux qui trouveront ce remede ou autre semblable, loin d’avoir à redouter l’envie ou la jalousie de personne, doivent être assurés de leur fortune, de leur gloire, & de leur immortalité. (D. J.)

Secret, (Marine.) c’est l’endroit du brûlot où le capitaine met le feu pour le faire sauter.

Secret, s. m. terme d’Organiste ; ce mot signifie la caisse, la layette où l’on réserve le vent pour le distribuer selon les besoins. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « secret »

Étymologie de secret - Wiktionnaire

(Adjectif) (c. 1175) Du latin secretus.
(Nom) (1110 en Poitou, répandu 1380) Du latin secretum, neutre de secretus. (c. 1140) segrei.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de secret - Littré

Lat. secretus, de secernere, mettre à part, de se, indiquant séparation, et cernere, distinguer, séparer, le même que ϰρίνειν (voy. CRISE) ; c'est la racine skar, allem. scheren, couper.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « secret »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
secret sœkrɛ play_arrow

Citations contenant le mot « secret »

  • Une fois arrivé au vaisseau, vous déclenchez alors les différentes parties constituant le défi secret. Millenium, Fortnite : défi secret vaisseau spatial de Siona, collecter les pièces manquantes - Millenium
  • Trois ans après cette déclaration, le New York Times revient à la charge et affirme que le programme secret du Pentagone existerait toujours. Fredzone, OVNIS : le programme secret du Pentagone ne serait pas tout à fait mort
  • Ce n’est un secret pour personne : face à la création d’une entreprise, les entrepreneur·e·s ne sont pas tou·te·s égaux·les. Celles ou ceux qui ont la chance d’avoir un pécule de côté ou le soutien financier de leur famille peuvent se permettre quelques dépenses de confort dans des outils bien utiles à leur business en devenir ; les entrepreneur·e·s qui ont la chance de rejoindre un incubateur puis un accélérateur accèdent bien souvent à toute une série d’avantages associés, qui leur donnent accès à des logiciels cruciaux pour acquérir la fameuse traction. Maddyness - Le Magazine sur l’actualité des Startups Françaises, Secret réunit toutes les offres dont les entrepreneur·e·s rêvent pour leur lancement
  • « Du lait, des œufs, du sucre, du kirsch et des fruits confits. La recette est on ne peut plus simple, n’importe qui peut la faire », explique Sébastien Himber avant d’ajouter : « Mais ce qui fait toute la différence, c’est la façon de turbiner (refroidir, NDLR) la glace et aussi le choix des ingrédients. Ce sont les matières premières, le kirsch et les fruits confits, qui sont secrets. , Culture - Loisirs | La glace Plombières, un dessert au secret bien gardé
  • Harry et Meghan fiancés en secret : ce gros mensonge révélé Gala.fr, Harry et Meghan fiancés en secret : ce gros mensonge révélé - Gala
  • C’est un rituel qu’Emmanuel Macron et son épouse savourent chaque été : un mois de confinement au fort de Brégançon, dans le Var. Dans ce nid d’aigle déserté par François Mitterrand et François Hollande mais très apprécié par Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy. Une demeure ultrasécurisée où le couple présidentiel peut se reposer et se divertir à l’abri des paparazzi. Hormis une ou deux balades sur les galets d’une plage voisine, rares seront leurs apparitions au cours des prochaines semaines. Citadelle imprenable, ce Camp David à la française permet aussi de garder le mystère. Aucune info ne devra filtrer de la bâtisse. Sauf naturellement quelques fuites bien orchestrées par le service communication de l’Élysée pour montrer que le chef de l’État reste en activité. Qu’il peaufine ses dossiers en recevant discrètement certains diplomates. Brégançon, lieu de villégiature où l’on entretient encore le culte du secret. midilibre.fr, Le culte du secret - midilibre.fr
  • Mon âme a son secret, ma vie a son mystère. De Alexis-Félix Arvers
  • Le secret des forts est de se contraindre sans répit. De Maurice Barrès
  • On ne force pas le secret. Ou le secret vient comme de lui-même à soi, ou bien le secret vous est interdit. De Victor-Lévy Beaulieu / L'Héritage
  • La difficulté pour une femme n'est pas de garder un secret, mais de garder secret qu'elle garde un secret. De Somerset Maugham
  • Un roman doit toujours contenir un secret. De Jean-Marc Roberts / Un début d'explication
  • Le secret est l’écrin du bonheur. De Alice Ferney / La conversation amoureuse
  • Lorsque le vin entre, le secret sort. De Le Talmud
  • Un flatteur est un ennemi secret. De Proverbe magyar
  • Écho et femme, le secret leur pèse. De Proverbe occitan
  • Qui conçoit en secret accouche en public. De Proverbe turc
  • Tout secret est une révolte. De Salim Barakat / Les Grottes de Haydrahodahus
  • Le secret excite la vénération. De Baltasar Gracian y Morales
  • Seul survit le coeur secret. De Howard Butten
  • Qui se venge en secret, en secret en fait gloire. De Pierre Corneille / Clitandre

Images d'illustration du mot « secret »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « secret »

Langue Traduction
Corse secretu
Basque sekretua
Japonais 秘密の
Russe секрет
Portugais segredo
Arabe سر
Chinois 秘密
Allemand geheimnis
Italien segreto
Espagnol secreto
Anglais secret
Source : Google Translate API

Synonymes de « secret »

Source : synonymes de secret sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « secret »


Mots similaires