La langue française

Rompu

Définitions du mot « rompu »

Trésor de la Langue Française informatisé

ROMPU, -UE, part. passé et adj.

I. − Part. passé de rompre*.
II. − Adjectif
A. − Qui a été brisé, enfoncé, détruit. Yves assurait que ces planches étaient les membres rompus des pins: déchiquetés, pelés vivants, ils embaumaient, ces corps sacrés des martyrs (Mauriac, Myst. Frontenac, 1933, p. 103).
BLAS. Arme, pièce rompue. Arme, pièce brisée. Chevron rompu. Dont la pointe du bout est coupée. (Dict. xixeet xxes.).
PEINT. Couleur, ton rompu(e). Couleur mélangée, ton atténué. Si vous prenez un rouge, le sien [de Rubens], il vous est aisé d'en dicter la formule: c'est du vermillon et de l'ocre, fort peu rompu, à l'état de premier mélange (Fromentin, Maîtres autrefois, 1876, p. 60).La Japonaise « comme il faut » a des robes (...) dont les tons sont cherchés dans les colorations de nature (...) les plus éloignées de ce que l'Europe appelle des couleurs franches (...) toutes couleurs rompues et charmeresses pour l'œil d'un coloriste (E. de Goncourt, Mais. artiste, t. 1, 1881, p. 205).
P. anal. Fait de pièces, de morceaux détachés. J'ai une autre idée: faire un volume très rompu − prose, vers assez mêlés − comme un cahier très artificiel de travaux, sans qu'on se fixe à être plus spécialement poète qu'autre chose (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1912, p. 426).
B. − Dont la continuité est brisée, interrompue. Il lui fallut quelques minutes pour renouer le fil rompu de ses idées (Gautier, Rom. momie, 1858, p. 288).
[En parlant d'une suite d'escaliers interrompus par des paliers] Enfin nous arrivâmes, par une suite d'escaliers rompus, à une sorte de terrasse crevassée qui portait un pâté de maisons fort anciennes (Sand, Lettres voy., 1835, p. 200).
[En parlant de pers.] Mariage rompu. L'hôtel est déjà suffisamment chargé de drames d'amour, de fiançailles rompues et de congrès inutiles pour s'occuper de conflits (Fargue,Piéton Paris, 1939, p. 230).
MATH., vx. Nombre rompu. Nombre fractionnaire. (Dict. xixeet xxes.).
MUS. Cadence rompue. La cadence rompue qui a lieu quand l'accord de la dominante ne va pas sur l'accord parfait tonal mais sur un autre accord (Rougnon1935, p. 136).
Loc. fig. À bâtons rompus. Sans suite logique. J'ai été très pourchassé tous ces jours-ci (...), de sorte que j'ai écrit à bâtons rompus (Gobineau, Corresp.[avec Tocqueville], 1850, p. 122).Nous n'allons pas loin dans notre repas, et laissant la boîte aux trois quarts pleine, avec une belle miche à peine entamée, nous allumons des cigares et nous causons à bâtons rompus en regardant autour de nous (T'Serstevens, Itinér. esp., 1933, p. 209).
C. − Qui éprouve une fatigue musculaire intense, brisé de fatigue. Rompu de fatigue. J'ai la tête malade, le cœur vide, j'ai d'ordinaire ce qu'on appelle le caractère gai, mais il y a des vides là-dedans, des vides affreux où je tombe brisé, rompu, anéanti! (Flaub., Souv., 1841, p. 56).Parfois, les reins rompus, les membres lourds (...), l'excès même de ma fatigue m'empêchait de m'assoupir (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 72).
D. − Rompu à.Très habile, parfaitement exercé dans un domaine particulier. Rompu à la discipline militaire. Il faut que je devine la science des femmes rompues à ce manège (Sand, Villemer, 1861, p. 51).Il lui saisit un pied, inspecta le sabot et y découvrit une grande épine d'acacia eburnea dont il fit l'extraction avec l'habileté d'un homme rompu à ce genre de travaux (Duhamel, Suzanne, 1941, p. 177).
REM.
Rompu, subst. masc.,banque. ,,Fraction de capital inférieure à la valeur nominale unitaire d'un titre. Rompu de souscription ou d'attribution, rompu de groupement`` (Bern.-Colli 1981).
Prononc.: [ʀ ɔ ̃py]. Fréq. abs. littér.: 1 838. Fréq. rel. littér.: xixe. s.: a) 2 421, b) 2 627; xxes.: a) 2 855, b) 2 624. Bbg. Dossiers de mots. Néol. Marche. 1977, n o3, pp. 113-114. − Quem. DDL t. 21.

Wiktionnaire

Forme de verbe

rompu \ʁɔ̃.py\

  1. Participe passé de rompre.

Nom commun 1

rompu \ʁɔ̃.py\ masculin

  1. (Droit) Lors d’une opération de création et attribution de parts gratuites, valeur fractionnaire correspondant au rapport entre la valeur nominale d’une action nouvelle, et la valeur nominale d’une action ancienne.

Adjectif

rompu \ʁɔ̃.py\

  1. (Par analogie) (Figuré) Être extrêmement fatigué, brisé par la fatigue ou par une émotion.
    • Être rompu de fatigue.
    • J’ai les jambes rompues à force de marcher.
    • Elle ne dit pas un mot et s’en alla ; mais, sitôt qu’elle fut seule, elle s’affaissa au bord du chemin, les jambes rompues ; et elle resta là jusqu’à la nuit. — (Guy de Maupassant , Histoire d’une fille de ferme, dans La maison Tellier, 1891, collection Le Livre de Poche, page 99.)
  2. (Figuré) Être fort exercé, expérimenté dans une activité.
    • Être rompu à faire une chose, aux affaires, aux calculs, etc.
    • Si rompu que je sois à m’observer moi-même, si maniaque que soit mon goût pour ce genre amer de contemplation, il y a sans nul doute des choses qui m’échappent. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 24.)
    • Le conflit s'enlise face à la guérilla menée par des combattants rompus au terrain. — (Olivier Tallés – Le jour où l'Armée rouge se retira - Journal La Croix, page 3, 2 janvier 2015)
    • S'il n'est pas condamné à l'exil, il (Kerenski) est rompu à la clandestinité, à repérer les mouchards et à déjouer les filatures. — (Bernard Chambaz - 17, 2017, éd. du Seuil, p.10)
  3. (Héraldique) Se dit d'une pièce (en particulier un chevron) ou d’un meuble longiligne présentant une rupture dans la continuité de sa représentation et laissant voir le champ. À rapprocher de brisé, découplé, fendu et tronçonné.
    • D’or à un chevron rompu de sable, qui est de la commune de La Bastide-de-Lordat de l’Ariège → voir illustration « chevron rompu »
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ROMPRE. (Je romps, tu romps, il rompt; nous rompons. Je rompais. Je rompis. J'ai rompu. Je romprai. Je romprais. Romps. Que je rompe. Que je rompisse. Rompant. Rompu.) v. tr.
Séparer en deux parties, briser, mettre en pièces. Rompre un bâton, une baguette. Rompre son pain. Un coup de vent a rompu le grand mât. Il ne faut pas trop charger cette poutre, de peur qu'elle ne vienne à se rompre. Les essieux de la voiture se rompirent. Le fleuve rompit ses digues. Il menaçait de lui rompre bras et jambes. Se rompre une veine. Se rompre une côte. Il fit un effort qui lui rompit les reins. En tombant de cheval, il s'est rompu le cou. En termes de Joutes et de Tournois, Rompre une lance, rompre la lance, Briser une lance en courant ou en combattant contre quelqu'un. Ils rompirent deux lances, trois lances. Fig., Rompre une lance, rompre des lances avec quelqu'un, contre quelqu'un, Disputer en règle avec lui sur quelque sujet. Fig., Rompre une lance pour quelqu'un, Prendre le parti de quelqu'un, le défendre. J'ai rompu bien des lances pour vous. Fig., Rompre en visière à quelqu'un, Lui dire en face et brusquement quelque chose de désagréable, le contredire en face. Alceste, dans le Misanthrope, brûle de rompre en visière à tout le genre humain. Fig., Rompre ses fers, ses chaînes, S'affranchir, s'évader, se mettre en liberté. Rompre ses fers, ses chaînes, ses liens signifie aussi Se dégager d'une passion, d'un attachement. Il est délivré de cette passion, il a rompu ses chaînes, ses liens. Fig., Rompre la glace, Faire naître entre deux ou plusieurs personnes la sympathie, la cordialité qui manquait. Fig., Rompre la tête, rompre les oreilles à quelqu'un, Faire trop de bruit autour de lui. Ces enfants sont trop bruyants, ils me rompent la tête. Il signifie aussi importuner par des discours inutiles. Vous nous rompez toujours les oreilles, la tête de la même chose. Rompre les chemins, Rendre les chemins impraticables. Les pluies, le dégel, les charrois ont rompu les chemins. Il est vieux. Fig., Rompre le fil de son discours, Quitter tout à coup la suite de son discours et entrer dans un autre sujet. On dit aussi à un interrupteur : Ne rompez pas le fil de mon discours. Fig., Rompre la paille. Voyez PAILLE. En termes de Guerre, Rompre la ligne ennemie, La briser, l'enfoncer, la mettre en désordre. La première ligne des ennemis fut rompue. Rompre le combat, Cesser la lutte et se retirer en bon ordre. En termes militaires, Rompre les faisceaux, Défaire les faisceaux en reprenant les fusils. Rompez les faisceaux! Rompre les rangs se dit d'une Troupe qui reçoit de son chef la permission de ne plus garder les rangs. Rompez les rangs! On dit aussi absolument en ce sens Rompre. Le colonel a donné l'ordre de rompre. Un supérieur dit à un soldat qu'il congédie : Allez, rompez! En termes de Gravure, Rompre une planche, La briser ou la rayer de manière qu'elle ne puisse plus servir.

ROMPRE signifie aussi Interrompre, arrêter, détourner. Rompre le vent. Rompre le cours de l'eau. Rompre la vague. Rompre l'eau à un cheval, Interrompre un cheval quand il boit, l'obliger à boire à différentes reprises, ou encore Couper l'eau de l'abreuvoir avec la main. Rompez l'eau à votre cheval, qui a trop chaud. En termes de Chasse, Rompre les chiens, Les arrêter, les empêcher de suivre une voie. Fig., Rompre les chiens, Interrompre une conversation ou une discussion que l'on juge mal engagée. Fig., Rompre le dessein, les desseins de quelqu'un, Empêcher qu'il n'exécute son dessein, qu'il ne réussisse dans les mesures qu'il avait prises. Fig., Rompre un enchantement, En détruire l'effet, s'en délivrer, ou en délivrer quelqu'un.

ROMPRE s'emploie au figuré en parlant d'Amitié, de relations, d'alliance, de traité, etc., et signifie Détruire, faire cesser, rendre nul. Rompre une amitié. Rompre la paix. Rompre des négociations. Rompre les relations qu'on avait avec quelqu'un. Rompre tout commerce de lettres. Rompre un traité, une alliance, un marché. Rompre un mariage, Rompre un projet de mariage.

ROMPRE s'emploie absolument dans le sens de Renoncer à l'amitié, aux liaisons qu'on avait avec quelqu'un. Ils ont rompu. Ils ont rompu ensemble. Ils ont rompu avec éclat. Il a rompu pour une bagatelle avec son meilleur ami. Il signifie aussi figurément Interrompre. Rompre une conversation. Sa présence rompit notre entretien. Rompre l'équilibre. Rompre un tête-à-tête, Survenir entre deux personnes. Rompre le silence, Cesser de se taire. Rompre le pas, Cesser de marcher au pas. Rompre la mesure d'un vers, rompre la cadence, Interrompre la régularité de la mesure, de la cadence. En termes de Peinture, Rompre une couleur, La mêler d'une autre couleur pour en adoucir l'éclat, pour varier l'effet. Des tons rompus.

ROMPRE signifie encore figurément Manquer à une obligation, cesser pour toujours ou momentanément de la remplir. Rompre le clôture religieuse. Rompre le carême. Rompre sa règle, ses vœux. Rompre son serment, ses engagements. Rompre le jeûne, Enfreindre la loi du jeûne, soit en prenant quelque nourriture avant l'heure prescrite, soit en usant d'aliments défendus. Rompre son ban, Ne pas garder son ban, sortir des lieux où l'on était relégué, rentrer dans le pays d'où l'on était banni.

ROMPRE signifie encore figurément Dresser, exercer, accoutumer, plier. On l'a mis dans tel emploi pour le rompre aux affaires, au travail. Rompre la main d'un jeune homme à l'écriture; le rompre à l'écriture. Se rompre à la fatigue, au travail, aux affaires.

ROMPRE est aussi verbe intransitif et signifie Se casser, se briser. Ne chargez pas trop cette poutre, elle romprait. Son épée rompit à la poignée. Prov. et fig., Il vaut mieux plier que rompre, Il vaut mieux céder que de se perdre. On dit dans le même sens : Il rompra plutôt que de plier, Il périra plutôt que de céder.

ROMPRE signifie, en termes d'Escrime, Reculer. Le participe passé

ROMPU s'emploie adjectivement. Être rompu de fatigue, Être extrêmement fatigué. On dit absolument dans le même sens : Être rompu. Avoir les jambes rompues, Avoir les jambes très fatiguées. J'ai les jambes rompues à force de marcher. Fig., Être rompu aux affaires, aux calculs, etc., Y être fort exercé. On dit de même Être rompu à faire une chose.

À BÂTONS ROMPUS, Locution adverbiale dont on se sert en parlant des Choses qui se font ou qui se disent avec de fréquentes interruptions et à diverses reprises. Travailler à quelque chose à bâtons rompus. Je n'ai pu m'occuper de cette affaire qu'à bâtons rompus. Il ne m'en a parlé qu'à bâtons rompus.

À TOUT ROMPRE, Locution adverbiale dont on se sert pour exprimer la violence des applaudissements recueillis par un orateur, un acteur et en général un ouvrage lu ou prononcé en public. Cet acteur, cet orateur a été applaudi à tout rompre. On applaudit cette scène à tout rompre.

Littré (1872-1877)

ROMPU (ron-pu, pue) part. passé de rompre
  • 1Mis en fragments. Dont le rabat est sale et la chausse rompue, Régnier, Sat. II. On a trouvé, dans les fossés de la place, un de nos soldats qui y était demeuré avec une jambe rompue… nu, exposé à l'air et sans manger, Pellisson, Lett. hist. t. I, p. 361. Je ne vous demande point… si votre montre va bien ; vous me diriez qu'elle est rompue, Sévigné, 27 oct. 1677. Suspendez par la patte un oiseau de rivière sur un buffet, au-dessous supposez des biscuits entiers et rompus, Diderot, Salon de 1766, Œuv. t. XIII, p. 125.

    Fig. C'est ainsi qu'ils [les frères de Bohême] se séparèrent des calixtins ; voilà comme ils sont disciples de Jean Hus ; morceau rompu d'un morceau, schisme séparé d'un schisme, Bossuet, Var. XI, 174.

    Terme de blason. Se dit des armes ou des pièces brisées, et des chevrons dont la pointe d'en haut est coupée.

  • 2 Terme de marine. Bâtiment rompu, bâtiment très arqué.
  • 3 Terme d'équitation. Train rompu, allure qui tient du traquenard et de l'aubin.
  • 4Qui est gâté, détruit, en parlant de voies de communication. Nous avons eu ici des glaces et des neiges insupportables ; les rues étaient de grands chemins rompus d'ornières, Sévigné, 27 févr. 1679. Le lendemain elle ordonna à son neveu d'accompagner les voyageurs jusqu'à un pont qui, étant rompu depuis peu, était devenu un passage dangereux, Voltaire, Zadig, 20.
  • 5Mis en déroute, défait. Nos ennemis communs attendent avec joie Qu'un des partis défait leur donne l'autre en proie, Lassé, demi-rompu, vainqueur, mais, pour tout fruit, Dénué d'un secours par lui-même détruit, Corneille, Hor. I, 4. Un soldat romain devait vaincre ou mourir : par cette maxime les armées romaines, quoique défaites ou rompues, combattaient et se ralliaient jusqu'à la dernière extrémité, Bossuet, Hist. III, 6.
  • 6Détruit, rendu nul. Et quand tout notre effort se trouvera rompu, Corneille, Pomp. V, 4. L'étoile est changée, le sort est rompu pour les Grignans, Sévigné, 26 juin 1680. Par l'arrivée des Romains, tout équilibre fut rompu, Montesquieu, Rom. 5.
  • 7Vin rompu, vin qui a perdu sa finesse et son bouquet.
  • 8Il se dit d'un mariage, d'un projet, d'une partie qui ne se font pas. Le mariage de l'abbé d'Effiat n'est point fait, comme on me l'avait mandé ; il demande du temps pour y penser, et je crois cette affaire rompue, Sévigné, 1er nov. 1671. Le voyage de Villers-Cotterets est rompu, Sévigné, 21 oct. 1676. Je suis consolée d'une partie de Trianon rompue, puisque vous n'y auriez pas été, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 87, dans POUGENS. Le comte a si bien fait que tout était rompu, Destouches, Glorieux, V, 1.

    Avoir une côte rompue se trouve dans Mme de Sévigné en parlant d'un mariage manqué, par allusion à la côte d'Adam. Il avait envie d'être amoureux d'une Mlle de la Coste ; il faisait tout ce qu'il pouvait pour la trouver un bon parti ; mais il n'a pu ; cette affaire a une côte rompue, Sévigné, 20 oct. 1679.

  • 9Réfracté. Les rayons sont diversement, ou réfléchis, ou rompus, Malebranche, Rech. vér. Éclairc. sur la lum. t. IV, p. 388, dans POUGENS.
  • 10 Terme de peinture. Ton rompu, celui qui s'élève ou se dégrade, pour figurer l'ombre avec plus ou moins d'intensité. Couleur rompue, celle qui participe d'une autre couleur, en vertu d'un reflet.
  • 11 Terme de littérature. Saccadé, en parlant de l'harmonie du style. Il n'y a rien qui rabaisse davantage le sublime que ces nombres rompus, et qui se prononcent vite, tels que sont les pyrrhiques, les trochées et les dichorées qui ne sont bons que pour la danse, Boileau, Longin, Subl. ch. 33. Le style… impétueux dans la colère, rompu dans la fureur, Marmontel, Œuv. t. V, p. 209.
  • 12Interrompu. Tout commerce est quasi rompu [à cause des mauvais chemins] dans cette province, Sévigné, 8 fév. 1690. Il n'est pas besoin de remonter plus haut [que le schisme des évêques anglais qui ont gardé leurs siéges] ; dès ce moment, la chaîne est rompue, le caractère de séparation est ineffaçable, Bossuet, 1re instr. past. 13.

    Propos rompus, voy. PROPOS, n° 5.

  • 13Dispersé, clos avant le temps. L'assemblée de Cologne [un congrès] n'est point rompue, Sévigné, 10 nov. 1673.
  • 14 Terme d'arithmétique. Anciennement, nombre rompu, fraction. Nous avons remarqué que toute quantité peut être considérée comme un nombre entier ou comme un nombre rompu : un sou, nombre entier par rapport au denier, est un nombre rompu par rapport à la livre, Condillac, Lang. calc. II, 10.

    Puissances rompues, puissances fractionnaires. On ne peut exprimer les puissances rompues ou les racines 1/2, 1/3, 1/4 etc. de plusieurs nombres que par des suites infinies, Buffon, Ess. arith. mor. Œuv. t. X, p. 184.

  • 15Bâtons rompus, pièces de compartiment dans les vitres et dans d'autres ouvrages.

    Sorte de tapisserie représentant plusieurs bâtons rompus et entremêlés.

    À bâtons rompus, loc. adv. Voy. BÂTON.

  • 16Être rompu de fatigue, être extrêmement fatigué. On va bien loin, dit-on, quand on est las ; mais, quand on a les jambes rompues, on ne va plus du tout, Sévigné, 88.
  • 17 Fig. Exercé. Le vieux Spada, rompu et corrompu dans les affaires, Retz, t. IV, liv. V, p. 44, dans POUGENS. La facilité que vous trouvez en elle [Pauline] à vous servir de petit secrétaire, avec une main toute rompue, une orthographe correcte, Sévigné, 11 mai 1689. Quand ils [les écoliers] seront un peu rompus par l'habitude dans les premiers éléments, Rollin, Traité des Ét. I, 1. Ces artisans, ces soldats, qui assistaient à toutes les délibérations publiques [à Athènes], étaient rompus dans les affaires et entendaient à demi-mot, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 583, dans POUGENS. [Le marquis d'Acy] C'étoit un homme sans nulle pédanterie et fort rompu au grand monde, Saint-Simon, 24, 29.

    Être rompu aux affaires, y être fort exercé. [Zélis] Protége l'univers, et, rompue aux affaires, Fournit vingt financiers d'importants secrétaires, Gilbert, Le XVIIIe s.

    On dit de même : être rompu à faire une chose.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ROMPU.
14Nombre rompu. Ajoutez :

Substantivement. Le rompu, la fraction qui reste sur un compte. Art. 10 : Pour toutes ces répartitions on négligera le rompu n'atteignant pas 1 franc, Statuts de la Société coopérative de consommation des forges nationales de La Chaussade, du 31 déc. 1871. Il y a une manutention considérable [en vendant les allumettes par fractions de kilogr.] ; et vous savez que, dans le commerce de détail, ce n'est pas le commerçant qui paye le rompu, Journ. offic. 28 janv. 1875, p. 740, 2e col.

18 Populairement, cul rompu, homme estropié des hanches, des jambes, et marchant en cul-de-jatte. On dit que cet homme-là a servi ; c'est donc dans les culs rompus
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ROMPU, (Gram.) participe du verbe rompre. Voyez l’article Rompre.

Rompus, pierre des, (Hist. nat. Icthyolog.) lapis ossifragus ; c’est un des noms que les Naturaliste ont donné à la substance appellée plus communément osteocolle. Voyez cet article.

Rompu, adj. (Arithm.) nombre rompu est la même chose que fraction. Voyez Nombre & Fraction. (E)

Rompu, (Rayon.) en Optique, est la même chose que rayon refracté. Voyez Refracté.

Rompu, en terme de Blason, se dit des pieces ou armes brisées, & des chevrons dont la pointe d’enhaut est coupée. Ainsi l’on dit : il porte d’argent, au chevron rompu, entre trois molettes, &c.

Blanlus en Touraine, d’azur au chevron rompu d’or, accompagné de trois étoiles d’argent.

Rompue, couleur, (Peint.) couleur nuancée d’une autre couleur. On appelle couleur rompue, dit M. de Piles, celle qui est diminuée & corrompue par le mélange d’une autre, (excepté du blanc, qui ne peut pas corrompre, mais qui peut être corrompu.) On peut dire, par exemple, qu’un tel azur d’outre-mer est rompu de laque & d’ocre jaune, quand il y entre un peu de ces deux dernieres couleurs, & ainsi des autres. Les couleurs rompues, ajoute-t-il, servent à l’union & à l’accord des couleurs, soit dans les tournans des corps & dans leurs ombres, soit dans toute leur masse. Titien, Paul Véronèse, le Rimbrant, ont employé avec beaucoup d’art les couleurs rompues.

Couleur rompue & couleur composée, sont mots synonymes ; en parlant d’une draperie d’un jaune-clair, qui est ombrée d’une laque obscure, quelques-uns disent que cette draperie est rompue de rouge ; ce n’est pas parler correctement : il faut dire, cette draperie est ombrée de laque, parce que ces deux couleurs sont séparées. Or le mot de rompu ne se dit au sens propre, que de deux couleurs mêlées l’une dans l’autre. Les Italiens disent rottura di colori. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Phonétique du mot « rompu »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
rompu rɔ̃py

Citations contenant le mot « rompu »

  • A navire rompu, tous les vents sont contraires. De Proverbe italien
  • On peut nouer un fil rompu, mais il y aura un noeud au milieu. De Proverbe persan
  • C'est toujours par l'ennui et ses folies que l'ordre social est rompu. De Alain / Propos sur le bonheur
  • Le meilleur moment des amours N'est pas quand on a dit : je t'aime ; Il est dans le silence même A demi rompu tous les jours. De Sully Prudhomme / Stances et poèmes
  • Dès qu'il existe un secret entre deux coeurs qui s'aiment, dès que l'un d'eux a pu se résoudre à cacher à l'autre une seule idée, le charme est rompu, le bonheur est détruit. De Benjamin Constant / Adolphe
  • Quand l'eau déborde, les digues sont rompues ; quand le coeur déborde, l'entente est rompue. De Proverbe malgache
  • Les amitiés renouées demandent plus de soins que celles qui n'ont jamais été rompues. De François de La Rochefoucauld
  • Comme la croûte des pâtés, les promesses sont faites pour être rompues. De Jonathan Swift
  • Une corde rompue peut être renouée, mais le noeud se sentira. De Proverbe persan
  • Les regrets sont vains lorsqu’il est trop tard. La digue est rompue, les flots passent, ils brassent des boues. Ce qui compte, c’est demain. De Abbé Pierre / Faim et Soif, 1957
  • Des dizaines de leurs fans dévoués ont déclaré avoir été choqués par la scission. On a même écrit: «Si Benny et Alondra ont rompu, je ne crois pas à l’amour». Betanews.fr, Alondra Dessy et Benny Soliven ont-ils rompu? Les fans pensent que les stars se sont séparées après les publications sur Twitter! - . - Betanews.fr
  • L'actionnaire de l'ASNL assure que le contact avec la holding de Manchester City pour un rachat du club est « suspendu mais pas rompu », alors que le groupe émirati discute aussi avec l'ESTAC à Troyes. France Football, Foot - Ligue 2 - Nancy - Jacques Rousselot (Nancy) : « Ce n'est pas rompu avec City Football Group » - France Football
  • Après quelques semaines d'idylle, Tina Louise a rompu avec Brian Austin Green. , Harcelée sur les réseaux sociaux, la petite amie de Brian Austin Green a rompu avec lui
  • Victime de harcèlement sexuel, la journaliste Angéla Kpeidja a rompu le silence en mai dernier. A travers une publication sur sa page Facebook, elle a dénoncé des actes présumés de viols et de harcèlement à l'Office de radiodiffusion et télévisions du Bénin. L’affaire avait défrayé la chronique. A travers l'association «N'ayez pas peur», elle entend désormais lutter contre ce fléau et offrir l'opportunité aux femmes victimes de dénoncer leurs agresseurs. Un reportage de Xavier FAGBOHOUN. VOA, La journaliste béninoise Angéla Kpeidja mène le combat pour les victimes de harcèlement sexuel
  • L'Allemand (44 sélections), titulaire indiscutable tout au long du Mondial au Brésil, a évolué durant plus d'une décennie à Schalke 04 et avait rompu à l'amiable en juin son contrat avec le Lokomotiv Moscou. Les Echos, Allemagne: le champion du monde Benedikt Höwedes prend sa retraite | Les Echos

Images d'illustration du mot « rompu »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « rompu »

Langue Traduction
Anglais broken
Espagnol roto
Italien rotto
Allemand gebrochen
Chinois 破碎
Arabe مكسورة
Portugais quebrado
Russe сломаны
Japonais 壊れた
Basque hautsi
Corse rottu
Source : Google Translate API

Synonymes de « rompu »

Source : synonymes de rompu sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « rompu »

Rompu

Retour au sommaire ➦

Partager