La langue française

Réjouir

Sommaire

Définitions du mot réjouir

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉJOUIR, verbe trans.

A. − Empl. trans.
1. Vieilli. Procurer du divertissement, de l'amusement. Synon. amuser, divertir, égayer.Pendant trois semaines entières il réjouit les moissonneurs, hommes et femmes par ses farces (Maupass.,Contes et nouv., t. 1, 25 francs, 1888, p. 252).Il était si bel à voir, et il s'en tirait si habilement, qu'on se pressait (...) dans les châteaux où il était mandé par les seigneurs désireux de réjouir leur compagnie (Adam,Enf. Aust., 1902, p. 31).
2. Procurer de la joie, du plaisir, de la satisfaction. Synon. faire plaisir*, enchanter, ravir; anton. attrister, désoler, chagriner, peiner.
[Le suj. désigne une pers.] Ta lettre (...) était trop courte; tu aurais dû réjouir ton pauvre vieil oncle par quelque chose de plus abondant (Flaub.,Corresp., 1862, p. 6).Tu m'as réjoui en chantant (Barrès,Cahiers, t. 3, 1903, p. 144).
Réjouir qqn de qqc.Synon. régaler.Je me fais l'effet d'une ménagère qui (...) médite sur les plats dont elle réjouira les siens (Saint-Exup.,Pilote guerre, 1942, p. 352).
[Le suj. désigne un inanimé] L'heure de l'apéritif réjouissait les aubergistes, heureux de l'entrée de tout ce monde (Hamp,Champagne, 1909, p. 128).
[P. méton.] Réjouir le cœur de qqn. Je me suis rappelé une phrase de Mahomet: « Il y a deux choses que j'aime, les femmes et les parfums; mais ce qui réjouit mon cœur plus que tout, c'est la prière » (Barrès,Greco, 1911, p. 146).
3. [Le compl. désigne un organe des sens] Procurer une sensation agréable. Réjouir l'œil. Un vin qui réjouit la lèvre qui le boit (Lamart.,Harm., 1830, p. 417).Il possédait des chiens bleus de Gascogne, renommés pour leur gorge sonore, qui réjouissaient son oreille de leur musique ardente (Pesquidoux,Livre raison, 1925, p. 111).
B. − Empl. pronom.
1. Vieilli
a) Se divertir, s'amuser. Se réjouir aux dépens de qqn. Le duc avait réuni à cette occasion les chevaliers des environs, pour se réjouir avec eux, et leur donner des fêtes pendant plusieurs jours (Montalembert,Ste Élisabeth, 1936, p. 69).
b) JEUX (jeu de la bête). ,,Changer la retourne qui fait l'atout, lorsque tous les joueurs sont passés, ce qui peut avoir lieu jusqu'à trois fois`` (Ac. 1835, 1878).
2. Éprouver de la joie, du plaisir, de la satisfaction. Nous devons nous réjouir, ma mère: il y a de bonnes nouvelles (A. France,Dieux ont soif, 1912, p. 228).
P. métaph. Des brises tièdes passaient dans l'air, les bourgeons se réjouissaient sur les arbres; la nature était en fête (Du Camp,Mém. suic., 1853, p. 36).
[Avec un compl. introd. par]
[à + subst.] Berthe se réjouissait à l'idée de retrouver son amie d'enfance (Chardonne,Épithal., 1921, p. 342).
[à + inf.] Nous rencontrâmes cinq camarades qui (...) se réjouissaient à citer le nom familial de tel commerçant de la localité (Barrès,Homme libre, 1889, p. 7).
[de + subst.] Je vous apporte des fleurs, voisin, − disait-il, − nous sommes des hommes, mais pourquoi interdire aux hommes de se réjouir des fleurs? (Triolet,Prem. accroc, 1945, p. 205).
[de + inf.] Je me réjouis de vous avoir rencontrée (A. France,Lys rouge, 1894, p. 196).
Se réjouir de ce que + ind.Yves se réjouit de ce que Jean-Louis protestait vivement (Mauriac,Myst. Frontenac, 1933, p. 115).
Se réjouir que + subj.Chaque année je me réjouis que la source du bois (...) ne soit pas encore captée (Barrès,Cahiers, t. 9, 1912, p. 296).
REM.
Réjouissement, subst. masc.Joie, satisfaction. Synon. réjouissance (v. ce mot I A).Ces fêtes sont un véritable réjouissement (Gyp,Cœur Ariane, 1895, p. 112).Cette joie stupide sur son vilain visage, la justice dans son cœur, ce réjouissement sur sa face! (Claudel,Soulier, 1944, 1repart., 1rejournée, 9, p. 977).
Prononc. et Orth.: [ʀeʒwi:ʀ], (il) réjouit [-ʒwi]. Ac. 1694: resjouïr; 1718: rejouir; dep. 1740: réjouir. Étymol. et Hist. Ca 1170 trans. resjoïr (Chrétien de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 4178); 1176-81 réfl. (Id., Chevalier au lion, éd. M. Roques, 4854). Dér., à l'aide du préf. re-*, de l'a. fr. esjoïr, fr. mod. éjouir*. Fréq. abs. littér.: 1 780. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 347, b) 2 849; xxes.: a) 2 919, b) 2 284.

Wiktionnaire

Verbe

réjouir \ʁe.ʒwiʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se réjouir)

  1. Donner de la joie.
    • Tout venait de s'écrouler en elle et autour d'elle, et rien n'avait plus le pouvoir de toucher son cœur, de le réjouir ou de l'attrister. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • On saura aussi et on révérera les courtisanes sacrées ayant réjoui le plus grand nombre d’hommes ou de femmes. Et leurs noms, gravés sur le marbre, seront conservés pour la postérité. — (Renée Dunan, Ces Dames de Lesbos, 1928)
  2. (Pronominal) Éprouver de la joie, du plaisir.
    • L'artiste, le poète et le touriste se réjouissent ici d'un pittoresque qui fait le désespoir de l'agriculteur. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Elle se réjouissait de revoir la ville, Gasbieha, de bavarder, de rire peut-être, d'écouter d'autres histoires que les commérages des femmes de fellahs. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    • Je m'assis et écrivis une lettre cordiale: monsieur Saito se réjouissait à l'idée de jouer au golf le dimanche suivant avec monsieur Johnson et lui envoyait ses amitiés. — (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 10)
  3. (Pronominal) Se féliciter, éprouver une vive satisfaction de quelque chose.
    • Encore étendus dans notre foin, endoloris, il nous faut raisonner, pour nous rappeler que l'Alsace dort près de nous, et nous en réjouir. — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Intérieurement, le prêtre se réjouissait : il allait regrouper ses ouailles pas tellement impies, en vérité. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  4. (Pronominal) Passer le temps agréablement, se divertir.
    • Se réjouir avec ses amis.
  5. (Pronominal) (Suisse) Avoir hâte
    • Je me réjouis de te revoir !
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉJOUIR. v. tr.
Donner de la joie. Cette nouvelle doit vous réjouir. Cela réjouit tout le monde. Cette couleur réjouit la vue. Absolument, Voilà un air qui réjouit. Réjouir la compagnie aux dépens de quelqu'un, Amuser une compagnie par des plaisanteries qui portent sur une personne présente ou absente.

SE RÉJOUIR signifie Éprouver de la joie, du plaisir. Je me réjouis de lui apprendre cette bonne nouvelle. Je me réjouis de l'aller voir. Il signifie aussi Se féliciter, éprouver une vive satisfaction de quelque chose. Je me réjouis avec vous de cette bonne fortune. Personne ne s'en réjouit plus que moi. Je me réjouis de vous voir en si bonne santé. Il signifie encore Passer le temps agréablement, se divertir. Se réjouir avec ses amis. Le participe passé

RÉJOUI s'emploie adjectivement. Une figure réjouie, Une figure gaie. Il s'emploie aussi substantivement, dans le langage familier, pour désigner une Personne grasse, d'une physionomie gaie et de bonne humeur. Un gros réjoui. Une grosse réjouie.

Littré (1872-1877)

RÉJOUIR (ré-jou-ir) v. a.
  • 1Donner de la joie. Il ne faut pas priver la jeunesse de ce qui peut la réjouir.

    Donner du divertissement. Il fit venir des musiciens pour réjouir la compagnie. Nous voyageons un peu gravement ; M. de Coulanges nous eût été bon pour nous réjouir, Sévigné, 16 juillet 1672. La gaieté de Pomenars était si extrême, qu'il aurait réjoui la tristesse même, Sévigné, 70. Et tel mot, pour avoir réjoui le lecteur, A coûté bien souvent des larmes à l'auteur, Boileau, Sat. VII.

    Réjouir la compagnie aux dépens de quelqu'un, amuser une compagnie par des plaisanteries sur quelqu'un présent ou absent.

  • 2Causer une sensation agréable. Le vin réjouit le cœur. Le vert de ces prés réjouissait la vue. La peinture que vous me faites de vos orages, est tellement belle et poétique, que mon imagination en a été réjouie, Sévigné, 594. Ce sont [les rois dans leur enfance] des soleils dans leur orient, qui réjouissent les yeux, et qui ne les éblouissent pas encore, Fléchier, Duch. de Mont. S'il passait près de nous quelque paysan retournant au travail, ses outils sur l'épaule, je lui réjouirais le cœur par quelques bons propos, par quelques coups de bon vin qui lui feraient porter plus gaiement sa misère, Rousseau, Émile, IV.

    Fig. Elle [Céluta] s'élevait en pensée au séjour des anges, tandis qu'elle était attachée à la terre, semblable au palmier qui réjouit sa tête dans la rosée du ciel, mais dont le pied s'enfonce dans un sable aride, Chateaubriand, Natch. 2e partie.

  • 3Se réjouir, v. réfl. Éprouver de la joie. J'ai reconnu qu'il n'y avait rien de meilleur que de se réjouir et de bien faire pendant sa vie, Sacy, Bible, Ecclésiaste, III, 12. Pour moi je me réjouirai dans le Seigneur, je tressaillirai de joie en Dieu mon sauveur, Sacy, ib. Habacuc, III, 18. Comme le Seigneur s'est réjoui vous accroissant, vous bénissant, vous faisant du bien, il se réjouira de la même sorte en vous ruinant, en vous ravageant, en vous accablant, Bossuet, Sermons, Ferveur de la pénitence, 2. C'était une des maximes du prince de Condé qu'il fallait craindre les ennemis de loin, pour ne les plus craindre de près, et se réjouir à leur approche, Bossuet, Louis de Bourbon. Réjouissez-vous : pensez à votre salut ; il n'est rien de plus doux que le plaisir et la piété, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 16 oct. (sans date). Ton Dieu n'est plus irrité ; Réjouis-toi, Sion, et sors de la poussière ; Quitte les vêtements de ta captivité, Et reprends ta splendeur première, Racine, Esth. III, 9.
  • 4Éprouver une vive satisfaction. Les ennemis personnels de M. de Turenne, n'osant s'affliger de la prospérité d'un homme qui ne leur avait jamais donné la misérable consolation de se réjouir d'une de ses fautes, Fléchier, Tur. L'on veut le bien de ses amis ; et, s'il arrive, ce n'est pas toujours par s'en réjouir que l'on commence, La Bruyère, IV. Il y a une loi naturelle, et elle ne consiste ni à faire le mal d'autrui, ni à s'en réjouir, Voltaire, Dial. XXIV, 4.

    Il se dit par compliment, dans le même sens. Je me réjouis du succès que vous venez d'obtenir.

    Se réjouir de quelque chose, s'en faire un plaisir. Je me réjouis de lui apprendre cette bonne nouvelle.

  • 5Passer le temps agréablement, se divertir. Cette société sait se réjouir sans dissipation. Gélaste : Vous allez là [au théâtre] pour vous réjouir, et vous y trouvez un homme qui pleure… est-ce ainsi que l'on doit contenter ceux qui vont là pour se réjouir ? - Ariste : Ne dites point qu'ils y vont pour se réjouir ; dites qu'ils y sont pour se divertir, La Fontaine, Psyché, I, p. 95. Le monde se réjouira, disait Jésus-Christ à ses apôtres : les enfants du siècle courront, en dansant, en poussant des cris de joie, se précipiter dans l'abîme, Massillon, Confér. Fuite du monde.

    Avec ellipse du pronom personnel. Laissons, laissons réjouir le monde, et ne lui envions pas sa prospérité, Bossuet, Sermons, Providence, I.

  • 6Se moquer de. M. le Prince, n'étant plus retenu par la crainte de la puissance ébranlée [du cardinal], se réjouissait [moquait] de ses défauts avec M. le duc d'Orléans, La Rochefoucauld, Mém. 75.
  • 7Se réjouir, au jeu de la bête et à d'autres jeux, se dit quand, tous les joueurs ayant passé, on change la retourne qui fait l'atout.

HISTORIQUE

XIIIe s. Li cuers [le cœur] de chascun s'en resjoïssoit moult durement, Villehardouin, LX. Caroles [danses], vieles, romans I peüst on assez oïr, Qui les amans font resjoïr, Lai du conseil.

XIVe s. Aler nous faut à Burs ; je sai bien qu'il y a Un bon conseil pour moi, qui nous resjoïra, Guesclin. 8532.

XVe s. Ainsi comme la deesse Aurora, par son esjoyssement à son lever, rent resjoys les cueurs des voyens…, Christine de Pisan, Charles V, I, 16.

XVIe s. Le pape dedans Rome en ce fait se resjoye ; Car cloches fist sonner, et faire feux de joye… Le roy d'Espaigne aussi, toutefois esbahy, Selon sa contenance se montroit resjouy, Marot, J. V, 141. Peuples l'honoroient, Enfans se resjoient, Estandars portoient, Marot, J. V, 174. Les discours de la philosophie ont accoustumé d'esgayer et resjouir ceux qui les traictent, Montaigne, I, 175. La mechanique fut premierement mise en avant par Architas et Eudoxus, en partie pour resjouir et embellir un peu la science de la geometrie par ceste gentillesse, Amyot, Marcel. 21. Il ne se rejouit point de voir son ennemy en adversité, non plus qu'il ne luy avoit onques porté envie en sa prospertié, Amyot, Arist. 64. Il envoyoit souvent convier ses voisins à venir soupper avec luy, et se resjouissoit avec eux, Amyot, Caton, 52.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉJOUIR, v. act. (Gram.) c’est donner de la joie ; se réjouir, c’est en recevoir. Voyez l’article Joie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « réjouir »

Re…, et éjouir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1718)[1] Dérivé de éjouir avec le préfixe re-[2] ; en ancien français resjoïr[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réjouir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réjouir reʒwir

Citations contenant le mot « réjouir »

  • Il ne faut jamais se réjouir de sa journée avant d'avoir mis son bonnet de nuit. De August Strindberg / La Saga des Folkungar
  • Rire, c'est se réjouir d'un préjudice, mais avec bonne conscience. De Friedrich Nietzsche / Le Gai Savoir
  • Les malheureux devraient se réjouir de leur excellent estomac au lieu de se plaindre, quant il y a tant de millionnaires gastralgiques. De Jean Anouilh
  • La conscience ne vous interdit pas de faire ce que vous ne devriez pas, elle vous empêche de vous en réjouir. De Cleveland Amory
  • Nicolas Sarkozy peut se réjouir : sa cote de popularité est intacte Gala.fr, Nicolas Sarkozy peut se réjouir : sa cote de popularité est intacte - Gala
  • Aujourd'hui, les Français croient autant en l'État qu'en leurs dirigeants, c'est-à-dire assez peu, comme durant toutes les périodes difficiles de notre histoire. C'est inquiétant, mais il y a là aussi une partie de la solution : fortifier l'État est un puissant levier d'unité nationale. Plutôt que de gloser sur « l'État profond » pour s'inquiéter d'un fantasmatique « pouvoir des bureaux », on devrait plutôt se réjouir d'avoir une armée de fonctionnaires dévoués, loyaux et bien formés, auxquels les citoyens font confiance. C'est l'un de nos principaux actifs. Aux responsables politiques de le faire davantage fructifier. Le Point, Clavreul : « On devrait se réjouir d'avoir une armée de fonctionnaires dévoués » - Le Point
  • Je ne peux donc que me réjouir de voir que le décret a enfin été signé par le nouveau ministre de l’Intérieur. Je suis heureuse que les pompiers de ma circonscription et du SDIS 77 avec qui j’ai longuement échangé puissent recevoir cette prime. , Seine-et-Marne ► La députée Stéphanie Do se réjouit de la revalorisation de la prime de feu des pompiers

Images d'illustration du mot « réjouir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réjouir »

Langue Traduction
Anglais rejoice
Espagnol alegrarse
Italien rallegrarsi
Allemand jubeln
Chinois
Arabe نبتهج
Portugais alegrar
Russe веселись
Japonais 喜ぶ
Basque pozten
Corse ralegra
Source : Google Translate API

Synonymes de « réjouir »

Source : synonymes de réjouir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réjouir »

Partager