La langue française

Dépiter

Sommaire

  • Définitions du mot dépiter
  • Étymologie de « dépiter »
  • Phonétique de « dépiter »
  • Évolution historique de l’usage du mot « dépiter »
  • Citations contenant le mot « dépiter »
  • Images d'illustration du mot « dépiter »
  • Traductions du mot « dépiter »
  • Synonymes de « dépiter »
  • Antonymes de « dépiter »

Définitions du mot dépiter

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉPITER, verbe trans.

Causer du dépit (à quelqu'un). Je suis dépité de voir un homme aussi original que vous abîmer son œuvre par de pareils enfantillages (Flaub., Corresp.,1879, p. 225):
1. Écarter soigneusement les contrariétés inutiles, et surtout ne pas laisser s'accumuler l'humeur sans y prendre garde. Ce qui dépite d'abord une femme c'est de n'être pas devinée ni comprise; ce dépit pourra bien se tourner en mépris et en colère. Amiel, Journal intime,1866, p. 131.
PARAD. a) Synon. contrarier, décevoir, désappointer, froisser, irriter, mécontenter. b) Anton. apaiser, calmer, contenter, satisfaire.
Emploi pronom. réfl. Concevoir, manifester du dépit. (Quasi-) synon. se fâcher, être chagriné :
2. ... il me semble que je deviens douce, que je m'attendris trop, que je n'ai plus ma vieille exécration d'autrefois; je me dépite, je me ronge, cela me fait plaisir et mal tout ensemble, le cœur me démange, ... Flaubert, La Tentation de St Antoine,1849, p. 324.
Fam. Se dépiter contre son ventre. Se priver de manger pour manifester son dépit (cf. J.-F. Rolland, Dict. mauv. lang., 1813, p. 51).
Rem. On rencontre ds la docum. l'emploi adj. dépitant, ante. Le vrai Cid ne ressemble presque en rien à celui de la légende (...) c'est là un désaccord assez dépitant et désagréable (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 7, 1863-69, p. 224).
Prononc. et Orth. : [depite], (je) dépite [depit]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1200 « mépriser » (Dialogue Grégoire, 10, 5 ds T.-L.) − xvies. ds Hug.; 2. 1310-40 être despitié « être irrité » (J. de Condé, Dits et Contes, II, 113, 73 ds T.-L.); ca 1450 se dépiter « s'irriter (contre quelque chose) » (Mistère Viel testament, éd. J. Rothschild, 38022). Dénominatif de dépit* « mépris » et « irritation »; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 56 (dépitant : 2).

Wiktionnaire

Verbe

dépiter \de.pi.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se dépiter)

  1. Remplir de dépit.
    • Cette rebuffade le dépita.
    • Cette perte l’a dépité, il n’a plus joué depuis.
    • Ne dépitez point cet enfant.
  2. (Pronominal) Concevoir du dépit, se fâcher, se mutiner.
    • Il s’est dépité de ce que vous lui avez dit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉPITER. v. tr.
Remplir de dépit. Cette rebuffade le dépita. Cette perte l'a dépité, il n'a plus joué depuis. Ne dépitez point cet enfant.

SE DÉPITER signifie Concevoir du dépit, se fâcher, se mutiner. Il s'est dépité de ce que vous lui avez dit.

Littré (1872-1877)

DÉPITER (dé-pi-té) v. a.
  • 1Causer du dépit à quelqu'un. Rien ne nous dépite davantage que de voir…, Pascal, Imag. 1.
  • 2Se dépiter, v. réfl. Concevoir du dépit. Contre sa fureur ma raison se dépite, Régnier, Sat. X. Un croquis informe sort de dessous sa main [de l'élève] ; il se dépite, Chateaubriand, Dessin, 273.

    Familièrement. Se dépiter contre son ventre, se priver de manger par dépit ou humeur ; et fig. refuser par dépit ce qu'on désire au fond.

REMARQUE

Dans le commencement du XVIIe siècle on donnait à dépiter le sens de braver, outrager, accuser. Où la troupe maudite Son seigneur attaché par outrage dépite, Malherbe, I, 4. Ah ! j'en rougis de honte et dépite mon âge…, Régnier, Élég. 4. Je semble dépiter… l'infortune, Régnier, Sat. VII.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et quant Mahommet se fu mis en la seigneurie du peuple, si despita son oncle et l'esloigna de li, Joinville, 260.

XVIe s. Ô que vous jourez bien ! je despite la dyablerie de Saulmur, de Doué, voyre, par Dieu, de Poictiers, en cas que ils puissent estre à vous parragonnez, Rabelais, Pant. IV, 13. Oudart renioyt et despitoyt les nopces, Rabelais, ib. IV, 15. J'ai un mari qui me fuit, qui me hait et me despite plus qu'une chambriere, Marguerite de Navarre, Nouv. X. Quand il s'en va, son aller nous despite [chagrine], Marot, III, 20. Cette poictrine que, despitée, tu bats si cruellement, Montaigne, I, 22. Je me suis souvent despité de veoir ez comedies italiennes tousjours un pedante pour badin, Montaigne, I, 138. Despité contre sa besogne, Montaigne, I, 254. Si je traduis, ma plume s'en despite D'estre asservie à tourner un ouvrage, Qui n'est pas mien, en un autre langage, La Boétie, 481. Son ambition faisoit qu'il se despitoit, courrouçoit et douloit quand il se sentoit mespriser, Amyot, Alc. et Cor. comp. 8. Vitri en sortant du mesme conseil, en jurant et despitant la causerie : il vaut bien mieux, dit-il, servir le brave Huguenot, D'Aubigné, Hist. III, 293.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉPITER. - REM. Ajoutez :

2. Au sens de défier, indiqué dans la remarque 1, dépiter prenait de avec l'infinitif. Cloriste dépite De les ravoir jamais, Corneille, Lexique, éd. Marty-Laveaux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dépiter »

Dénominal de dépit et -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Norm. et Berry, dépiter, défier, braver ; provenç. despechar, despeytar ; catal. despitar ; espagn. despechar ; ital. dispettare ; du latin despectare, de la préposition de, et spectare, regarder (voy. SPECTACLE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dépiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dépiter depite

Évolution historique de l’usage du mot « dépiter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dépiter »

  • Cette reconduction des délais se justifie par une situation épidémique non encore maîtrisée avec des entreprises qui ne sont pas encore pressées de faire dépiter tous leur personnel, rapporte Le360. Bladi.net, Maroc : vers une prolongation du confinement
  • Cette reconduction des délais se justifie par une situation épidémique non encore maîtrisée avec des entreprises qui ne sont pas encore pressées de faire dépiter tout leur personnel. Cette 3ᵉ prolongation sera officiellement annoncée par le chef du gouvernement, mercredi 10 juin, date coïncidant avec la fin de la 3ᵉ période de l’état d’urgence. Libre Opinion Guinée, Vers une prolongation du confinement au Royaume du Maroc | Libre Opinion Guinée
  • Les images font le tour de la toile. A Marseille, au moment où le coronavirus fait plusieurs centaines de morts sur le territoire français, des centaines de personnes se sont ruées devant l’Institut IHU du célèbre Didier Raoult  espérant se faire dépiter.  L’annonce a été faite par l’institut dans un communiqué. Le courrier du soir, En pleine guerre contre le Coronavirus, le Pr. Raoult défie l’Etat et dépiste des patients à Marseille - Le courrier du soir

Images d'illustration du mot « dépiter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « dépiter »

Langue Traduction
Anglais annoy
Espagnol molestar
Italien infastidire
Allemand nerven
Chinois 烦恼
Arabe تزعج
Portugais incomodar
Russe раздражать
Japonais いらいらさせる
Basque annoy
Corse fastidiu
Source : Google Translate API

Synonymes de « dépiter »

Source : synonymes de dépiter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dépiter »

Partager