La langue française

Atterrer

Définitions du mot « atterrer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ATTERRER1, verbe trans.

A.− Vx, rare. [Le compl. d'obj. dir. désigne un animé] Mettre à terre, abattre :
1. Jason, toujours invulnérable, saisit un des taureaux par la corne, et d'un bras nerveux il l'amene près du joug et l'aterre; il en fait autant au second, et il les tient ainsi tous les deux abattus. Dupuis, Abr. de l'orig. de tous les cultes,1796, p. 279.
Rem. Dans l'ex. suiv. le sens fig. (infra B 2) rappelle peut-être discrètement la valeur étymol. du mot :
2. Considérant les monceaux de décombres à quoi les villes étaient réduites, traversant les villages atterrés, recueillant les suppliques des bourgmestres au désespoir, voyant les populations d'où les adultes masculins avaient presque tous disparu, je sentais se serrer mon cœur d'Européen. De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 206.
B.− Au fig.
1. Rare. [Le compl. désigne des pers., les puissants, des ennemis, ou bien, p. méton., une chose abstr., la puissance, l'autorité (de qqn, d'un pays)] Abattre, écraser, réduire à néant :
3. Nous serons pauvres à deux, mais c'est être riche. On a tant vanté le vrai bonheur dans les livres roses et dans les romances qu'on n'ose vraiment plus croire, ni dire, de crainte d'être banal, qu'il y a des baisers qui valent des pièces de cinq francs et des regards qui valent des billets de mille francs. C'est très triste, vraiment. Enfin, il est une raison qui vaut mieux que toutes celles-là et qui atterre toute objection : « Nous nous aimons! » Comprenne cela qui voudra. Tu aimes, tu le sentiras. Mallarmé, Correspondance,1862, p. 56.
2. Cour. [Le compl. d'obj. dir. désigne toujours une pers. ou une collectivité; fréq. au passif] Accabler quelqu'un; le mettre dans un état de consternation et d'affliction profondes (avec parfois une idée d'effroi) :
4. Atterré d'un tel accueil, confondu, devenu stupide, et comme un homme sur qui la foudre vient d'éclater et qu'elle aurait privé de tout sentiment, j'ai reculé pour reprendre la route que je venais de franchir... Latouche, L'Héritier, Dernières lettres de deux amans de Barcelone,1821, p. 105.
Rem. Dans l'ex. suiv., un emploi rare de atterré qui s'applique aux yeux et signifie « rempli d'atterrement » :
5. Les pauvres yeux atterrés se firent violence pour retenir leurs grosses larmes. De Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 404.
SYNT. Le dégoût, une idée, des mots, la mort, un regard, un spectacle atterrent; le désespoir atterre ma pensée; être atterré d'un tel accueil, par un dernier coup, d'un malheur si grand, du succès de qqn, sous une révélation soudaine, de tant d'audace, d'apprendre la disparition d'un ami.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [atε ʀe], j'atterre [ʒatε:ʀ]. Pt Rob. transcrit la 2esyll. de l'inf. avec [e] fermé (cf. aussi Land. 1834 et Fél. 1851). 2. Forme graph. − Les dict. mod. dont Ac. 1932 écrivent atterrer. 3. Hist. − Fér. 1768 indique qu'il faut prononcer un seul t et 2 rr. Cf. aussi Gattel 1841 qui recommande ,,r forte``. Ac. 1798 admet atterrer ou attérer (cf. aussi Land. 1834 : ,,attérer ou mieux atterrer``, et Besch. 1845). Ac. 1835, s.v. atterrer, signale que ,,quelques-uns écrivent attérer``. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graphie aterrer avec un seul t. Le reste des dict. donne atterrer. Lar. 19eet Nouv. Lar. ill. ajoutent : ,,on dit aujourd'hui atterrir.``
BBG. − Le Roux 1752.

ATTERRER2, ATTÉRER, verbe intrans.

A.− MAR. Arriver de la haute mer dans le voisinage d'une terre, et la reconnaître. Synon. plus mod. atterrir2* :
1. Atterrer ou atterrir, v. n. C'est découvrir la terre, en venir à vue, la reconnaître au bout d'un voyage de long cours. On dit, nous avons atterré sur Belle-Île, sur Ouessant, sur les Sorlingues, etc. Atterrissage et atterrir remplacent parmi les matelots en général, les mots atterrage et atterrer. Ils disent, à l'atterrissage; tel jour nous avons fait notre atterrissage, nous avons atterri sur Belle-Île, etc. Will.1831.
B.− P. ext.
1. MARINE
a) [Le suj. désigne un vaisseau, un bâtiment ou, p. méton., l'équipage] Venir à terre, aborder :
2. Il s'agit d'attérer à Saint-Domingue. Après la traversée de l'océan, venant d'Europe, et s'être mis en latitude du vieux cap de Saint-Domingue, on fait route à l'ouest jusqu'à ce que l'on reconnaisse la Grange. Ensuite on va reconnaître le Cap-français, et puis l'on côtoie l'île de Saint-Domingue jusqu'au môle Saint-Nicolas en passant entre la Tortue et le port de Paix. Baudry des Lozières, Voyage à la Louisiane,1802, p. 155.
3. Lorsqu'il [le Préfet] apprit qu'une chaloupe montée seulement de deux hommes était atterrée, il ne douta point qu'Armand ne fût un des deux naufragés, car tous les pêcheurs parlaient de lui comme de l'homme le plus intrépide à la mer qu'on eût jamais vu. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 2, 1848, p. 258.
Rem. Attesté ds Ac. 1798, DG.
b) [Le suj. désigne des choses diverses charriées par les flots de la mer] :
4. Je puis encore citer ces deux bouteilles, dont la première, jetée par un Anglais dans la baie de Cadix, fut pêchée sur les côtes de Normandie, avec une lettre adressée à Londres; et dont la seconde, mise à la mer à cent vingt lieues de la côte d'Espagne, a attéré sur le cap Prior avec une lettre à mon adresse. J'ai appris qu'une troisième bouteille avait été jetée, il y a plusieurs années, à deux cents lieues au nord de l'île-de-France, et qu'elle avait abordé dans cette île. Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 84.
Rem. La forme avec auxil. être (ex. 3) indique le résultat de l'action, l'état de chose consécutif à l'action.
2. AÉRON. Synon. anc. et inus. de atterrir :
5. − Une voix propose d'atterrer (...) : il n'y a plus une ombre d'hésitation quand celui d'entre nous qui s'est plus spécialement chargé de la boussole et des cartes déclare que la mer est à six lieues. Nadar, Mém. du Géant,1864, p. 349 (Guilb. Aviat. 1965).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1160 « renverser par terre » (Benoit, Ducs de Normandie, II, 14468 ds Gdf. Compl. : Eissi atterron les Normanz, les orgoillos, les sorquidanz), qualifié de ,,vieilli`` par DG; 1590 fig. « accabler » (Montaigne, III, 6 ds Hug. : Je ne me sens pas assez fort pour soustenir le coup et l'impetuosité de cette passion de la peur, ny d'autre vehemente. Si j'en estois un coup vaincu et atterré, je ne m'en releverois jamais bien entier); 2. 1153 mar. « prendre terre, aborder » (Wace, St Nicolas, éd. N. Delius, 860 ds T.-L. : Tut droit en sunt al port venu, Dont il estoient esmëu. A terre [lire Aterré] sunt, isnel le pas Vont al mustier saint Nicholas); av. 1307 « id. » (G. Guiart, Royaux Lignages, éd. Buchon, II, 9493, ibid. : Mes ele [la flotte des quatre nes] fiert sus un sablon, Ou les quatre ensemble serrees Sont a fine force aterrees); Littré et DG notent : ,,Les marins disent aujourd'hui atterrir``. Dér. de terre*; préf. a-1*; dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 365. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 447, b) 491; xxes. : a) 819, b) 412.
BBG. − Guilb. Aviat. 1965. − Jal 1848. − Le Clère 1960. − Pamart (P.). Mots de Chateaubriand. Vie Lang. 1969, p. 452. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Verbe

atterrer \a.te.ʁe\ ou \a.tɛ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Abattre, renverser par terre.
    • Ils en vinrent aux prises et il l’atterra sous lui.
    • Il attendit le taureau, le prit par les cornes et l’atterra. Il a vieilli dans cette acception.
  2. (Figuré) Accabler, affliger excessivement, consterner.
    • Il avait soutenu ses malheurs avec constance, mais ce dernier coup l’atterra.
    • Quant au célèbre compositeur Jean-Jacques Brinès, il semblait atterré devant ce nouveau et troisième cadavre de ténor. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. XX, Série noire, Gallimard, 1956, p. 181)
  3. (Marine) (Intransitif) Arriver de la haute mer dans le voisinage d’une terre et la reconnaître.
    • Nous atterrâmes sur Belle-Isle, sur Ouessant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ATTERRER (a-tê-ré) v. a.
  • 1Renverser par terre. Après un moment de lutte, il l'atterra sous lui.

    Fig. Se ralentir après l'avoir atterré, c'est lui faire reprendre ses forces, Bossuet, IV, Pâq. 1. Après l'avoir ainsi rabattu [l'orgueil] dans tous les endroits où il semblait vouloir s'élever, David l'atterre par ces paroles…, Bossuet, IV, Marie-Thér. Il n'est orgueil endurci Qu'à tes pieds elle [la fortune] n'atterre, Malherbe, II, 2. Tu me subjugues, tu m'atterres, ton génie écrase le mien, Rousseau, Hél. IV, 2. Atterre son orgueil et montre ta puissance à perdre également l'un et l'autre rival, Corneille, Médée, IV, 5. C'eût été pour le parti de M. du Maine le dernier désespoir de se voir privés de la massue qui avait si bien joué sur le jeune prince, et de laquelle ils se proposaient bien de l'atterrer sans ressource avant la fin de la campagne, Saint-Simon, 207, 33.

  • 2Jeter dans l'abattement, l'affliction, l'épouvante. Ce désastre les a tous atterrés. Le coup, le rude coup dont je suis atterré, C'est de me voir par vous ce rival préféré, Molière, D. Garcie, III, 2. Ce dernier coup du sort Atterre mon esprit luttant contre la mort, Voltaire, Triumv. III, 1. Çà, mesdames, qu'en pensez-vous ? C'est à vous de juger les coups. Quoi ! ce spectacle vous atterre ! Béranger, Box. Il semble que la consternation qui avait si longtemps atterré l'esprit des Génois eût passé dans les Allemands, Voltaire, Louis XV, 21.
  • 3 V. n. Terme de marine. Approcher de la terre, reconnaître un parage. Nous atterrâmes à la pointe de l'île. Les marins disent aujourd'hui atterrir.

HISTORIQUE

XIIe s. Cist Crestien m'ont trop mal atierié ; Li dex qu'il servent doit bien estre proisié, Li coronemens Looys, V. 1311. Le piler [pilier] e le chief qui'l [qui le] sustint atterrer, Th. le mart. 149.

XIIIe s. Moult [j'] ai veü et moult ai esprouvé, Mainte merveille eüe et endurée ; Mais ceste m'a le corps si ateré, Que je ne puis avoir longue durée, Anonyme, dans Couci. François lor courent sus, lances baissies, et fiert cascuns le sien, pour lui atierer, se il peüst, H. de Valenciennes, XXVI. Quant Renart se vit delivré, Et il vit celui aterré, Ren. 25054. Dans Hues de Saint-Pol estoit jà aterrés, Et ses chevaus ocis…, Ch. d'Ant. IV, 691. Por povreté, qui moi aterre, Rutebeuf, 24. Ains y est le monde et le dyable, Et char ensemble guerroiable, Que ta grace vainc et aterre, J. de Meung, Tr. 35.

XVe s. Ceux de dedans se defendirent moult longuement et en atterrerent et blesserent plusieurs, Froissart, I, I, 248.

XVIe s. Un pere atteré d'années et de maulx, Montaigne, II, 75. Il y a des maladies qui atterrent jusques à nos desirs et nostre cognoissance, Montaigne, III, 91. Le corps demeure cependant sans action, s'atterre et s'attriste, Montaigne, III, 290. Il sembloit que le bonheur voulut relever ceux qui avoyent esté atterrez, Yver, 704.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ATTERRER, v. neut. (Marine.) c’est prendre connoissance d’une terre en venant de la mer, ou y aborder. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « atterrer »

 Dérivé de terre avec le préfixe a-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. aterrar ; ital. atterrare ; de à et de terre. L'Académie, à côté de atterrer, écrit aussi attérer ; orthographe à rejeter, car terre étant le radical, c'est introduire une anomalie qui déroute.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « atterrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
atterrer atɛre

Évolution historique de l’usage du mot « atterrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « atterrer »

  • La lecture - difficile - du " commentaire " de M. MJL à propos de l’article de M. Marchal sur les conditions de l’abolition de l’esclavage en 1848, faisant suite à la prise de position de F. Vergès, répondant aux propos affligeants de celui qui nous sert de " Président " de la République, ne laisse de nous atterrer sur le niveau d’aliénation coloniale de certains Réunionnais, aujourd’hui en 2020. Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, A La Réunion, il y a encore trop de colonisés qui s’ignorent !! - Di sak na pou di - Infos La Réunion
  • Et malgré cette réussite sportive, l’ambiance a été sulfureuse au coup de sifflet final, un drapeau anti-Marcelo le représentant comme un âne a été déployé devant les joueurs, qui ont fini par s’énerver. Memphis Depay était clairement remonté, tandis que le Brésilien a envoyé quelques doigts d’honneur à la tribune. Une ambiance bien triste et qui a totalement gâché la fête. De quoi atterrer un Daniel Riolo qui ne comprend pas pourquoi le défenseur central est à ce point pris en grippe.  FootRadio.com, OL : Les supporters embrouillent Marcelo, ils n’ont que ça à faire ?
  • Fin mars, il a affiché des symptômes d’anorexie et d’asthénie physique. Il s’est fait soigner sans succès avant de rendre l'âme vendredi dernier et atterrer le même jour. Actualite.cd, Ebola en RDC : deux structures sanitaires fermées à Beni par les autorités | Actualite.cd
  • Axel Tréhin : Exact. J’étais plein vent arrière à 8-9 nœuds plutôt que sous spinnaker à 12-15 nœuds. Mais je ne me suis pas formalisé là-dessus : je savais que je perdais des milles mais j’imaginais que mes concurrents avaient aussi leur lot de galère… Il faut y croire jusqu’au bout car tout le monde a des soucis techniques à résoudre : il ne faut pas se laisser atterrer ! En plus, j’étais plus à l’Ouest donc moins rapprochant par rapport à l’arrivée que François (Jambou) ou Tanguy (Bouroullec) : au classement journalier, j’étais décroché. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, Mini-Transat. L’analyse d’Axel Tréhin, vainqueur surprise : « hier j’avais 40 milles de retard »
  • Enfin, bonne nouvelle, la Ville va doter BIXI des moyens de se procurer environ 2250 vélos électriques d’ici trois ans, dont 1000 dès l’an prochain – alléluia! Au fil des ans, le «deuil du 15 novembre» risque donc d’atterrer un nombre de Montréalais toujours plus important.    Le Journal de Montréal, Le deuil du 15 novembre | Le Journal de Montréal

Traductions du mot « atterrer »

Langue Traduction
Anglais to land
Espagnol aterrizar
Italien atterrare
Allemand landen
Chinois 降落
Arabe الى الارض
Portugais pousar
Russe приземлиться
Japonais に着く
Basque lurreratzeko
Corse sbarcà
Source : Google Translate API

Synonymes de « atterrer »

Source : synonymes de atterrer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « atterrer »

Atterrer

Retour au sommaire ➦

Partager