Ébaudir : définition de ébaudir


Ébaudir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉBAUDIR, verbe.

Vieux
A.− Emploi trans. Mettre en allégresse, divertir, égayer. Il nous a ébaudis avec son récit extravagant (Ac.1932).
B.− Emploi pronom. réfl. S'égayer, se réjouir. La joie calme où s'ébaudissait mon âme. (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 79).Tout ce monde-là (...) ne demandait qu'à s'ébaudir, rigoler et chanter avec l'entrain canaille d'une flotte de canotiers de la Seine (A. Daudet, Nabab,1877, p. 213, 214).
Rem. 1. On rencontre surtout l'emploi pronom. 2. L'orth. arch. s'esbaudir est parfois empl. avec une valeur d'affectation ou d'ironie plus ou moins plaisante. L'âge (...) ne nous aide pas seulement à nous plaire au milieu des vivants, à nous esbaudir des raseurs, à nous émerveiller des idiotes (Mauriac, Journal 1, 1934, p. 86). Encore un petit coup à la bière... on pourra jamais se relever... alors ça sera beaucoup mieux... ils bavachent... ils s'esbaudissent tous les fainéants... (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 256).
Prononc. et Orth. : [ebodi:ʀ]. Demi-longueur de [o] ds Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1914. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 pronom. « être rempli de joie, d'ardeur » si s'esbaldissent Franc (Roland, éd. J. Bédier, 1524); ca 1160 trans. (Enéas, 675 ds T.-L.). Dér. de l'a. fr. bald, balt « joyeux » ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 96 : balz e liez), v. baud. Fréq. abs. littér. : 20. Bbg. Gir. t. 2. Nouv. Rem. 1834, p. 33.

Ébaudir : définition du Wiktionnaire

Verbe

ébaudir \e.bo.diʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’ébaudir)

  1. (Vieilli) (Familier) Mettre dans une joie bruyante et agitée. — Note : Il s’emploie surtout pronominalement.
    • Dans son numéro du 15 janvier 1899, le journal bimensuel parisien le Correspondant médical tirait la sonnette d’alarme en disant : « L’enfant boit ! […]. Les nourrices donnent du vin à leurs nourrissons et s’ébaudissent de leur exubérante gaîté. » — (Alberto Toscano, Critique amoureuse des Français, Fayard/Hachette littérature, 2009)
  2. (Vieilli) Susciter l’étonnement et l’admiration.
    • D’autres gamins, au débouché de la rue, viennent s’ébaudir devant les treuils qui enlèvent les pierres de taille. — (Léon Frapié, La rivale, dans Les contes de la maternelle, 1910, éditions Self, 1945, page 140)
    • Châteaubedeau s'ébaudissait royalement à voir le marquis coucher le nez sur son pot de chambre, tandis qu'il respirait, lui, le souffle agréable de Ninon. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 145)
    • L’empire romain, centralisé, indiscuté et unique a ébaudi les barbares par une architecture colossale de pierre, donc incorruptible, […]. — (Bulletin de la Commission royale des monuments et des sites, t. 3, 1973, page 152)
    • En 1845, New York s’ébaudissait devant le squelette d’Hydrargos, « le grand serpent des mers », long de 34 mètres. Albert Koch, qui exhibait sous ce nom le cétacé fossile Basilosaurus, avait pris soin de l’allonger en multipliant ses vertèbres, et l’imposteur fit fortune. — (Bernard Teyssedre, Le Diable et l’Enfer, Albin Michel, 1985, p.179)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ébaudir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉBAUDIR. v. tr.
Mettre dans une joie bruyante et agitée. Il nous a ébaudis avec son récit extravagant. Il s'emploie surtout pronominalement. Cette promenade fut pour nos enfants une belle occasion de s'ébaudir. Il est vieux et familier.

Ébaudir : définition du Littré (1872-1877)

ÉBAUDIR (é-bô-dir) v. a.
  • 1 Terme familier. Mettre en allégresse. Je voulais tant soit peu m'ébaudir les esprits, Scarron, Jodelet, IV, 4. J'ébaudirai Votre Excellence Par des airs de mon flageolet, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 1.
  • 2S'ébaudir, v. réfl. Devenir ébaudi. Allons nous ébaudir et dîner tous ensemble, Boursault, Mots à la mode, sc. 15. Pour n'avoir pas l'air d'un parent malheureux, je m'ébaudissais à la noce, Chateaubriand, Itin. II, 8.

HISTORIQUE

XIe s. Si s'esbaldissent Franc, Ch. de Rol. CXIV.

XIIe s. Pour nostre roi devons estre esbaudi [pleins de courage], Ronc. p. 56. Li estor [le combat] fu durement esbaudis, ib. p. 72. Ne pourquant il manja assez tout à loisir, E ad fait bel semblant pur les suens [siens] esbaudir, Th. le martyr, 47.

XIIIe s. Et quant il furent acreu de gent, si s'es baudirent plus, et chevauchierent plus seurement qui devant, Villehardouin, CLV. Car chascun qui de ses amors Oit [entend] parler, moult s'en esbaudit, la Rose, 2687.

XVe s. Pour esbaudir armes, et chevalerie accroistre, Monstrelet, I, 2.

XVIe s. L'yvresse donne aux personnes d'aage le courage de s'esbaudir en danse et en la musique, Montaigne, II, 19.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ébaudir »

Étymologie de ébaudir - Littré

Es- préfixe, et l'ancien adjectif baud, bald, hardi ; provenç. baut ; ital. baldo ; de l'anc. allem. bald, hardi ; angl. bold ; wallon, ebadi ; provenç. esboldir, esbaudir ; anc. ital. sbaldire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de ébaudir - Wiktionnaire

(Date à préciser) Dérivé de baudir avec le préfixe é- ; en ancien français esbaldir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ébaudir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ébaudir ebodir play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « ébaudir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ébaudir »

  • Et pourtant, il paraissait avoir retrouvé des couleurs. Lors de son interminable séquence de démocratie participative, il avait mouillé le maillot comme personne. Aucun chef d’Etat avant lui, n’avait osé un tel degré de réunionnite citoyenne. On découvrait chez lui un increvable coureur de fond de la politique, assumant le dialogue avec un flegme et une constance olympique. La France avait son Stakhanov de la palabre. Le locataire de l’Elysée, contre vents et marées, était en train de grignoter quelques points au baromètre de popularité. Oh, pas de quoi s’ébaudir, mais la dégringolade semblait enrayée. L'Obs, La dame de Nice et Macron Lagaffe
  • Comment ne pas s'ébaudir devant ce petit joyau ciselé d'une main de maître que l'on peut qualifier de « pépite de l'animation » ? Une pure merveille, que ce soit du point de vue graphique ou scénaristique. Cette œuvre cinématographique nous entraîne avec un ton tragi-comique dans les profondeurs du bien et du mal, au gré de la minutie artistique de Lorenzo Mattotti. Dessinateur de BD et illustrateur récurrent du magazine The New Yorker, l'italien signe là son premier film. Tout en finesse et pour notre plus grand plaisir, il continue à faire vivre nos héros de la littérature jeunesse dans un scénario haut en couleur. Les perspectives et les animaux sont formés de traits géométriques, anguleux. On s'émerveille devant ces somptueux paysages en 2D et 3D, entre mer et montagne, et on frémit devant les vérités portées par ce délicieux conte moral. Le film est évidemment une métaphore de la vie humaine où se nichent des réflexions sur le pouvoir, la richesse, la quête identitaire et le problème du vivre-ensemble... CINEMUR, La fameuse invasion des ours en Sicile, un délicieux conte moral [CRITIQUE]
  • Divertir, égayer, réjouir, distraire. Ne pas confondre avec le verbe «ébaubir» qui dérive pour sa part de «abaubir» (rendre bègue). Ne subsiste aujourd'hui que la forme adjectivale contenue dans l'expression «tout ébaubi»: admiratif, baba, ébahi, éberlué, épaté, étonné, médusé, surpris (...). Chacun peut donc rester tout ébaubi par un spectacle exceptionnel qui n'a cependant pas manqué de l'ébaudir. Le Figaro.fr, Des mots pour s'ébaubir ou pour s'ébaudir
  • À lire vos courriels, je comprends que, même accompagnée de nombreuses restrictions, une période de vacances est un besoin vital, une urgence nationale. Vous avez hâte de sortir de ce marasme, de cette ambiance morose et lourde, d’aller vous ébaudir dans un petit coin vert qui n’appartiendra qu’à vous. La Presse, Visite chez le coiffeur

Traductions du mot « ébaudir »

Langue Traduction
Corse daze
Basque daze
Japonais 眩惑
Russe ошеломлять
Portugais deslumbramento
Arabe دوخ
Chinois 发呆
Allemand benommenheit
Italien stordimento
Espagnol aturdimiento
Anglais daze
Source : Google Translate API


mots du mois

Mots similaires