Effondrer : définition de effondrer


Effondrer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EFFONDRER, verbe trans.

I.− Emploi trans., rare
A.− [Le compl. désigne le sol, un édifice, quelque chose de construit, un échafaudage d'objets quelconques] Briser en défonçant, en faisant s'écrouler. Effondrer le terrain. Jetant bas à coups de pic les colosses des piliers, entamant une corniche et effondrant les galeries (Du Camp, Nil,1854, p. 240).Les torpilles tombent, par volées, effondrant, défonçant tout (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 238).Mon patron effondra quelques piles, feuilleta quelques chemises (Arnoux, Chiffre,1927, p. 126).
Spéc., AGRIC. Défoncer, labourer profondément des terres. Les terres pierreuses doivent être souvent effondrées (Ac.).
B.− P. métaph. ou au fig. [Le compl. désigne des sentiments, une réalité intellectuelle, spirituelle] Provoquer l'écroulement, réduire à néant. C'était elle [Berthe] qui lui avait pour toujours effondré ses énergies et ses espoirs (Huysmans, En mén.,1881, p. 272).La réalité ne pardonne pas qu'on la méprise; elle se venge en effondrant le rêve, en le piétinant (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 48).Cette poésie effondre tous ces éléphants mathématiques auxquels nous essayons scientifiquement de faire supporter le poids du ciel (Giono, Poids du ciel,1938, p. 93).
Rem. On rencontre ds la docum. un seul emploi trans. fig. suivi d'un compl. désignant une pers., avec le sens de « abattre, accabler ». Ma mère, d'entendre des choses semblables, ça l'effondrait totalement (Céline, Mort à crédit, 1936, p. 370).
C.− Spéc., ART CULIN. [Le compl. désigne une volaille] Vider avant de mettre à cuire.
Rem. Qualifié de ,,vieilli`` ds Ac. 1835, 1878, absent de Ac. 1932 et des dict. gén. récents.
II.− Emploi pronom.
A.− [Le suj. désigne le sol, un édifice, un élément d'édifice, quelque chose de construit, un empilement d'objets quelconques] S'écrouler sous un poids excessif, une poussée brutale, un manque d'appui. Balcon, charpente, chemin, mur, remblai, toit qui s'effondre. Des piles d'assiettes s'étaient effondrées et brisées sur le parquet (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 238).Une maison (...) dont la façade s'était effondrée dans la rue, toutes les pièces à ciel ouvert (Malraux, Espoir,1937, p. 857).Un abri venait de s'effondrer en ensevelissant une escouade (Romains, Hommes bonne vol.,1938, p. 21).
En partic., GÉOL. [Le suj. désigne le sol, un terrain, etc.] S'affaisser brusquement sous l'effet d'une secousse sismique, de l'action des eaux souterraines, etc. (cf. effondrement II A) :
1. C'est une région qui, après avoir été plissée, s'est fracturée en s'effondrant en partie. Les couches ont été tordues et ployées, parfois jusqu'au renversement complet. Ces dislocations sont en partie enfouies dans l'affaissement général de la contrée. Elles se traduisent par ces brisures brusques qui semblent aboutir, vers l'est, à un même champ d'effondrement. Vidal de La Blache, Tabl. de la géogr. de la France,1908, p. 340.
B.− [Le suj. désigne une pers.]
1. [L'effondrement est physique]
a) Tomber brutalement, lourdement, s'abattre. S'effondrer sans connaissance; s'effondrer dans un fauteuil. La tante à Bébert s'effondrait de droite à gauche au hasard des chaises et des escaliers (Céline, Voyage,1932, p. 344).Van Bergen s'était reculé, tourné de côté. Et il décochait en arrière un coup de talon formidable. Gomar le reçut en pleine poitrine. Il battit des bras, vacilla, s'effondra sur le dos, dans un fracas de chaises et de bancs culbutés (Van der Meersch, Empreinte dieu,1936, p. 126).
Rem. On rencontre ds la docum. un seul emploi avec un sujet désignant un animal. Elle [une chatte] s'effondra sur le flanc d'un ronron sourd, et m'offrit son ventre sans défense (Colette, Maison Cl., 1922, p. 227).
En partic. Tomber mort ou blessé. Tirer dessus, en traître, par derrière. Pan! dans la nuque, et ils s'effondreraient (Mauriac, Myst. Frontenac,1933, p. 132).Le sang sembla jaillir de la tête d'un milicien qui s'effondra à droite de Garcia (Malraux, Espoir,1937, p. 541).[Le sujet désigne une armée, une troupe] Céder devant l'offensive adverse. L'armée autrichienne s'effondrait misérablement (Joffre, Mém.,t. 2, 1932, p. 303).Le front allemand de Normandie achève de s'effondrer (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 287).
b) S'écrouler, s'abandonner sous l'effet d'une émotion, d'une douleur. S'effondrer de chagrin, de désespoir. Ne pouvant mieux faire que pleurer, elle s'effondra sur une chaise en cachant son visage dans ses mains (Aymé, Uranus,1948, p. 282):
2. ... ce Voussois, il n'a pas été gentil avec moi (...) il m'a bien contrarié (...) Ah! monsieur, ah!... Il ouvrit deux ou trois fois de suite la bouche sans proférer un son, semblable au poisson qui meurt au fond des barques puis il poussa une sorte de long mugissement et s'effondra dans les bras de Pierrot en sanglotant bien fort. Queneau, Pierrot mon ami,1942, p. 215.
En partic., ds le domaine du sp.Être victime d'une défaillance soudaine au cours d'un effort. Coureur qui s'effondre. Tout champion est voué à l'échec (...) le boxeur vieilli s'effondrera devant un boxeur plus jeune (Jeux et sp.,1968, p. 1172).
2. Au fig. [L'effondrement est moral, psychol.] Céder à l'abattement, perdre toute énergie, cesser de lutter. À la pensée d'avoir à pénétrer dans une de ces maisons je m'effarais et m'effondrais de timidité (Céline, Voyage,1932, p. 257).L'affaire allait mal, était perdue. (...) Camille s'effondrait. Il parut si faible que l'autre fut en même temps mépris et pitié pour lui (Drieu La Roch., Rêv. bourg.,1939, p. 59).
C.− P. métaph. ou au fig.
1. [Avec l'idée de destruction, d'anéantissement matériel, physique] Se briser, disparaître, s'écrouler.
a) [Le suj. désigne une société, un élément social, une institution] La peste établie dans une cité, les cadres réguliers s'effondrent, il n'y a plus de voirie, d'armée, de police, de municipalité (Artaud, Théâtre et double,1938, p. 28).Tout s'effondrait, la tradition de la famille, l'aînesse, l'amour fraternel (Nizan, Conspir.,1938, p. 183):
3. ... ceux qui étaient fidèles à la république de Weimar devaient-ils s'en détourner et promettre leur foi à Hitler, en 1933, parce que la première s'était effondrée sous les coups du second? Camus, L'Homme révolté,1951, p. 180.
b) [Le suj. désigne un bien matériel, une entreprise financière, une fortune] J'ai voulu boucher avec des opérations improvisées, (...) celles-ci se sont effondrées (L. Daudet, Ariane,1936, p. 155):
4. Quand plusieurs générations, dit-il, ont édifié patiemment une fortune et qu'on la voit s'effondrer en quelques années d'une démagogie financière qui s'en prend systématiquement aux porteurs de rentes, il n'y a pas de quoi être fier de son pays! H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 224.
2. [Avec l'idée de suppression, disparition de ce sur quoi repose l'acceptabilité, la validité de qqc.] Perdre tout fondement, toute valeur.
a) [Le suj. désigne une idée, une théorie, des propos] Le système harmonieux du monde, les justifications idéalistes, tous ces établissements de la philosophie s'effondrent sous les chocs d'une vie mutilée et durement pressée (Nizan, Chiens garde,1932, p. 156).Accusations ridicules et qui s'effondrent au premier témoignage entendu (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1403).Chaque recette qu'un théoricien a cru pouvoir proposer de la beauté s'est toujours effondrée (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 392).
b) [Le suj. désigne un sentiment, une valeur morale, une espérance] Dans le vide que laissait l'amour de l'âme en s'effondrant, l'amour du corps trouvait sa place (Montherl., Songe,1922, p. 181).Elle crut voir s'effondrer tous ses espoirs (Green, Malfaiteur,1955, p. 242):
5. Nous vivons une époque probablement unique dans l'histoire du monde, où le monde passé au crible voit ses vieilles valeurs s'effondrer. La vie calcinée se dissout par la base. Et cela sur le plan moral... Artaud, Le Théâtre et son double,1938, p. 139.
3. [Avec l'idée de mouvement descendant, de chute, d'abattement, etc.]
a) [Le suj. désigne un phénomène atmosphérique, le ciel, les astres] S'abaisser, tomber. Nous rencontrâmes un orage qui soudain s'effondra (Morand, Ouvert la nuit,1922, p. 17).La lueur rouge du soleil s'allongea d'un coup, (...) le jour décomposé qui précède de quelques instants la nuit des Tropiques s'effondra sur la clairière (Malraux, Voie roy.,1930, p. 198):
6. Le temps déplaçait lentement les vastes agglomérations d'étoiles. Il renversait la nuit comme une toile noire couverte de grains de maïs. Le ciel s'effondrait avec une grandiose lenteur autour de la pointe dorée de l'ourse. Des étoiles nouvelles montaient de l'est. Giono, Batailles dans la montagne,1937, p. 301.
b) Usuel. [Le suj. désigne une valeur cotée en bourse, des rentes, une monnaie] Subir une baisse du cours importante et brutale. Toutes les banques du monde s'adressèrent, comme toujours, à la place de Londres, et la livre attaquée de tous côtés s'effondra (Morand, Londres,1933, p. 291).À quoi bon mieux payer les gens si la monnaie s'effondre et si l'état fait faillite? (De Gaulle, Mém.,1959, p. 36).
Rem. 1. On rencontre ds la docum. un emploi fig. de s'effondrer pour noter l'impression auditive produite par un son lointain qui s'estompe, qui baisse d'intensité. Le long appel blanc : trois sifflements se tendent; s'étirent, s'effondrent (...) « Un train! un train! » (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 248). 2. Les emplois fig. ne sont attestés que ds les dict. gén. récents (sauf Lar. 20e) et Ac. 1932.
Prononc. et Orth. : [efɔ ̃dʀe], (j')effondre [efɔ ̃:dʀ ̥]. Transcrit avec [ε] ouvert à l'initiale, [εfɔdʀe] sous l'influence des lettres redoublées ds Littré et à titre de var. ds Warn. 1968. Le verbe est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1150 trans. esfondrer « enfoncer, briser » (Roman de Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 3457); 1690 pronom. « s'écrouler » (Fur.); 2. a) 1846 trans. « décourager, abattre » (Balzac, Cous. Bette, p. 250); 1862 pronom. « céder à l'abattement » (Hugo, Misér., t. 1, p. 431); 1877 part. passé adj. (A. Daudet, Nabab, p. 113); b) 1856 pronom. fig. « être anéanti, disparaître » (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., p. 81 [l'édifice social]); c) 1886 pronom. fin. « subir une baisse (prix, cours) » (Zola, Œuvre, p. 177); d) 1915 pronom. « tomber mort ou blessé » (Benjamin, Gaspard, p. 141). B. 1379 trans. « vider (un animal) » (J. de Brie, Bon berger, éd. Lacroix, p. 83 ds IGLF : [les loups] effondrent les ventres des brebis); 1393 (Ménagier de Paris, t. 2, p. 133, éd. J. Pichon : effondrez-le [le lièvre]). C. 1704 trans. agric. « remuer la terre » (Trév.). Du lat. vulg. *exfunderare « défoncer », dér. avec le préf. ex- (é-*) de fundus, -i (fond*), qui a connu en b. lat. une flexion -eris et -oris (v. affondrer et Arnaldi, s.v. fundus). Fréq. abs. littér. : 450. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 49, b) 284; xxes. : a) 925, b) 1 160. Bbg. Quem. Fichier.

Effondrer : définition du Wiktionnaire

Verbe

effondrer \e.fɔ̃.dʁe\ pronominal ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’effondrer)

  1. (Vieilli) (Agriculture) Remuer, fouiller des terres profondément, en y mêlant de l’engrais.
    • Les terres pierreuses doivent être souvent effondrées.
  2. Défoncer, rompre, faire crouler.
    • Trois jours durant, trois nuits d’horreur, la mer franchit les digues, effondra la falaise, balayant tout dans son irrésistible furie, éventrant les champs saccagés, renversant les chaumières et laissant sur le rivage, lorsqu’elle s’apaisa, un monstre comme seul en peut produire l’Enfer. — (Henri Mériot, Les Belles Légendes de Saintonge, La Découvrance éditions, page 115 (évantrant modifié en éventrant, coquille probable))
    • Le feu ayant gagné la chambre à coucher, le plancher s’effondra.
    • Cette voûte s’est effondrée.
    • (Figuré)Le fragile édifice du crédit, – qui avait des proportions que nul n’avait prévues, et qui avait tenu dans une dépendance réciproque des centaines de millions d’hommes, sans que personne s’en rendît clairement compte, – s’effondra dans la panique. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 249 de l’éd. de 1921)
    • […] : la plaque tectonique de droite qui recouvre la télé depuis 1995 au moins s’est effondrée. Enfin presque, pasque faut pas déconner non plus. — (Raphaël Garrigos & Isabelle Roberts, Cire-pompes et circonstances, dans Libération (journal) des 10 & 11 mars 2012, p.XVI)
  3. (Vieilli) (Figuré) Vider les volailles ou les poissons.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Effondrer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EFFONDRER. v. tr.
T. d'Agriculture. Remuer, fouiller des terres profondément, en y mêlant de l'engrais. Les terres pierreuses doivent être souvent effondrées. Il signifie le plus souvent Défoncer, rompre, faire crouler. Effondrer un coffre, une armoire, un tonneau. Le feu ayant gagné la chambre à coucher, le plancher s'effondra. Cette voûte s'est effondrée. Fig., Je vis s'effondrer mes espérances, mes projets.

Effondrer : définition du Littré (1872-1877)

EFFONDRER (è-fon-dré) v. a.
  • 1 Terme d'agriculture. Remuer la terre à une certaine profondeur en y mêlant des engrais.
  • 2Briser en enfonçant. Effondrer une futaille, un coffre, une armoire. Dans ces contrées, les neiges séjournent longtemps sur les terres ; elles filtrent au travers de leurs parties les moins solides, qu'elles pénètrent profondément, qu'elles délavent et effondrent, Ségur, Hist, de Napol. V, 1.

    Accabler par la surcharge. Effondrer un plancher.

  • 3Effondrer une volaille, la vider.
  • 4Tirer à la rame, outre mesure, une étoffe de laine, un drap.
  • 5S'effondrer, v. réfl. Manquer par le fond, s'écrouler. La voûte de la paroisse de Saint-Barthélemy s'est effondrée il y a deux jours, Bachaumont, Mém. secrets, t. XXXIV, p. 361, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIe s. Del gros du poing li a tele donnée, à pou [à peu de chose près] la gorge ne lui a effondrée, Bat. d'Aleschans, V. 6830. E fist abatre le vergier où l'um li soleit sacrefier, e fist esfundrer la cave ù l'um le enuroit [honorait], Rois, 302.

XIIIe s. Nus barillier ne doit faire fust effondré nuef [faire neuf un fût effondré], Liv. des mét. 103. Il avoit bien huit cent persones en la nef qui touz feussent sailli es galies pour leur cors garentir, et ainsi les eussent effondrées, Joinville, 283.

XIVe s. Se un lievre est pris et que l'en le vueille garder, effondrez le et lui ostez les entrailles, Ménagier, II, 5.

XVe s. Il avoit deux cents compagnons à tout [avec] hoyaux et grands pics de fer et autres instrumens pour effondrer le mur, Froissart, I, I, 237. C'est le clou de mon doigt qui est effondré [crevé] ; je suis demi gari, Louis XI, Nouv. XCV.

XVIe s. Faictes mouvoir sur ces fleuves marins, Barques et nefs, galleires, brigandins, Pour effondrer les escumeurs coursaires, Marot, J. V. 66. Il y avoit gens qui eussent en charge d'effondrer aux caves tous les vaisseaux à vin, Paré, III, p. 707. Il arrosa de vin la victime immolée, Effondra le taureau, entrailles et jambons De sel bien saupoudrez jetta sur les charbons, Ronsard, 842. Un gros effondré [un gros mangeur], Oudin, Curios. fr.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Effondrer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

EFFONDRER, v. act. (Jardinage.) une terre, un jardin, c’est renverser la terre sens-dessus-dessous, y mettant au fond un lit de fumier & la comblant des meilleures terres du pays. On peut encore mettre à part celles du dessus, pour les jetter dans le fond, & mettre les mauvaises dessus, qui, par ce remuement & les bons engrais qu’on leur donnera, deviendront comme les autres. Ce travail s’est fait de tous tems ; Ciceron, de senect. lib. VI. en a fait mention. Voyez Améliorer. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « effondrer »

Étymologie de effondrer - Littré

Ef- pour es- préfixe, et fond ; provenç. esfondrar, esfondar, efundar. L'r dans esfondrer est épenthétique, comme le montre le provençal qui a la forme régulière esfondar.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de effondrer - Wiktionnaire

Du latin vulgaire exfunderare, de fundus, « fond ». (XIIe siècle): esfondrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « effondrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
effondrer efɔ̃dre play_arrow

Conjugaison du verbe « effondrer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe effondrer

Évolution historique de l’usage du mot « effondrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « effondrer »

  • S'ils veulent annexer, cela signifie qu'ils sont prêts à détruire l'Autorité palestinienne. Entendez-moi bien ! Cela ne veut pas dire que nous déciderons de la dissolution de l'Autorité palestinienne, mais que celle-ci ne pourra pas tenir face aux effets et à l'impact de l'annexion. Elle s'effondrera. Elle sera détruite. Actuellement, elle est responsable des salaires, de l'éducation, de la santé, du ramassage des ordures. Toutes choses qui seront de la responsabilité de Netanyahou. Cela étant, la destruction de l'Autorité palestinienne est en cours depuis 2010, lorsqu'il a remis en place l'administration militaire sur l'ensemble de la Cisjordanie et Gaza. Il n'a, depuis, conclu aucun accord avec nous. Et mon job a, alors, consisté à recevoir leurs documents et à leur présenter nos demandes. Je suis devenu l'intermédiaire entre mon peuple et eux. Lui, Netanyahou s'est arrogé le droit de me donner trois réponses, au choix : oui, non, ou « nous allons examiner la chose ». Eh bien, désormais, c'est terminé. Il a les budgets. Il collecte les taxes. Il payera les salaires, ramassera les ordures ; il s'occupera de nos enfants dans les rues. Il sera responsable de chaque Palestinien ou Israélien tué. Le Point, Annexion de la Cisjordanie : « L'Autorité palestinienne va s'effondrer » - Le Point
  • Le plancher de la salle de bain, qui se trouvait au dessus de la salle à manger menaçait lui aussi de s’effondrer. Une équipe spécialisée de Rennes est intervenus pour sécuriser les lieux et éviter que le plancher ne s’affaisse. , Vitré : le plafond s'effondre dans la salle à manger, un drame évité | Le Journal de Vitré
  • Ils risquent de s’effondrer et présentent « un danger immédiat » pour les piétons selon deux arrêtés pris par la mairie de Toulouse les 8 et 23 juin 2020. , Toulouse. Ils risquent de s'effondrer : trois immeubles vont être détruits dans un même quartier | Actu Toulouse

Images d'illustration du mot « effondrer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « effondrer »

Langue Traduction
Corse cascà
Basque kolapso
Japonais 崩壊
Russe коллапс
Portugais colapso
Arabe انهيار
Chinois 坍方
Allemand zusammenbruch
Italien crollo
Espagnol colapso
Anglais collapse
Source : Google Translate API

Synonymes de « effondrer »

Source : synonymes de effondrer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « effondrer »



mots du mois

Mots similaires