Braquer : définition de braquer


Braquer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BRAQUER, verbe trans.

A.− [L'obj. désigne une arme, un fusil] Pointer :
1. Au midi, Bazeilles conquis, vide et morne, finissait de brûler, jetant de gros tourbillons de fumée et d'étincelles; pendant que les Bavarois, maîtres de Balan, braquaient des canons, à trois cents mètres des portes de la ville. Zola, La Débâcle,1892, p. 353.
P. anal. [L'obj. désigne tout autre instrument qu'une arme (jumelles, lorgnettes, etc.)] Diriger :
2. Il l'arrête, braquant sur elle sa pipe en terre, tandis que ses joues vernissées prennent une teinte brique. Bernanos, Nouvelle Histoire de Mouchette,1937, p. 1315.
Arg. Mettre en joue :
3. Ce mec, qui la veille, (...) braquait à la rigolade deux encaisseurs (...) [s'effrayait, dans ce restaurant luxueux,] davantage de la truelle à poissons (...) que d'un calibre qu'on aurait pointé contre lui! A. Simonin, Touchez pas au grisbi,1953, p. 179.
TECHNOL. [L'obj. désigne des pièces mobiles] Orienter en tournant :
4. Quand le semoir arrive au bout du rayage, l'homme décroche la chaîne (...) et fait tourner le semoir (...) en braquant l'avant-train... T. Ballu, Machines agricoles,1933, p. 23.
B.− P. métaph. ou au fig.
1. Au fig., fam. Braquer qqn.Le mettre dans de mauvaises dispositions, l'irriter :
5. Un parce que tout sec, catégorique, que ne suit nulle explication, voilà de quoi, certes irriter et braquer l'interlocuteur. A. Arnoux, Visite à Mathusalem,1961, p. 126.
Être braqué sur.Concentrer son attention sur. Braqué(e) sur ce malheureux manuscrit (S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 262).
Être braqué contre.Adopter une attitude d'opposition butée et partisane. Braqué contre le communisme (Mauriac, Le Bâillon dénoué,1945, p. 434).
Braquer qqn contre une pers., une chose. Lui faire adopter cette attitude d'opposition :
6. Thorez et Duclos, tant qu'ils tiendront le parti, braqueront contre lui, pour le grand bénéfice de la droite, tous ceux qui, dans la gauche française, ne renonceront jamais à l'indépendance nationale et à la liberté de l'esprit, et comme du vivant de Staline, la classe ouvrière demeurera confinée dans son ghetto. Mauriac, Bloc-notes,1958, p. 277.
2. Emploi pronom., fam. Se braquer.S'entêter dans l'opposition, s'obstiner.
Rem. On rencontre dans la docum. le part. passé adjectivé braqué. [En parlant des yeux, du regard] Fixé attentivement. Puis, un gros noir arrivait, haletant, comme un rapide entrant en gare, et tous les yeux braqués guettaient l'endroit où il allait tomber (Dorgelès, Les Croix de bois, 1919, p. 45).
PRONONC. : [bʀake], (je) braque [bʀak].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1546 « faire tourner (le plus souvent un chariot, un véhicule) dans une certaine direction » (Rabelais, Le Tiers livre, éd. M. A. Screech, Genève, 1964, Prol., 108); 2. a) 1561 « diriger une arme vers l'objectif » (J. Grévin, Théâtre complet et poésies choisies, Paris, Classique Garnier, 1922, p. 346); b) 1930 arg. « mettre en joue (qqn) » (Esn.); 3. 1798 fig. braqué « (d'une pers.) prévenu contre, opposé à qqc. » (Ac.). Étymol. obsc.; il semble cependant possible, en s'appuyant sur le doublet brater (dep. 1611, Cotgr.) et sur les formes dial. en partic. braster (Yonne) et brakhta (La Bresse) (FEW t. 1, pp. 484-485), de postuler un étymon b. lat. *brachitare « mettre en mouvement avec les bras », dér. de brachium « bras », avec suff. fréquentatif -itare sur le modèle de *movitare. L'alternance [k]/[t] de braquer / brater est difficile à expliquer; elle est, d'apr. FEW, loc. cit., comparable à celle de l'arg. fouquer « donner » (1596, Vie généreuse des Mercelots dans Sain. Sources Arg. t. 1, p. 147) pour foutre*. Bl.-W.5explique le fait par le caractère flottant de la prononc. des consonnes finales à l'époque de leur chute. L'hyp. d'une infl. de braque* (FEW, loc. cit., p. 485) n'est pas satisfaisante du point de vue sém.; celle d'une infl. de abraquer* ou de embraquer*, termes de mar., fait difficulté du point de vue chronol., ces mots n'étant attestés respectivement qu'en 1783 et 1687. L'hyp. d'un étymon ital. braccare « flairer » (REW3, no1268; Dauzat 1968, 2ehyp.) ne convient pas pour des raisons sémantiques.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 272. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 142, b) 506; xxes. : a) 423, b) 506.
DÉR.
Braqueur, subst. masc.a) Celui qui braque Assez, vilain braqueur de lorgnettes (Morand, 1900,1931, p. 154).b) Arg. ,,Voyou qui joue du révolver`` (Esn. 1966). 1resattest. 1931 braqueur de lorgnettes, supra; 1947 arg. « agresseur utilisant une arme à feu » (Esn.); dér. de braquer, suff. -eur2*.
BBG. − Lew. 1960, p. 12, 16, 135, 156 (s.v. braqueur). − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 63.

Braquer : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

braquer \bʁa.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se braquer)

  1. Tourner de façon à placer (une arme à feu, un instrument d'optique) dans une direction déterminée, pointer.
    • Les deux observateurs braquèrent alors la lunette de leur sextant sur l’astre qui montait encore. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Cette nuit, nous aperçûmes un voilier; cette rencontre était si extraordinaire dans ces parages infréquentés, qu'elle causa à bord un grand émoi ; toutes les lunettes étaient braquées sur le mystérieux navire. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 60)
    • […], on aperçoit, au fond de la baie, une longue ligne de murailles grises flanquées de tours et de bastions […]. Elles sont garnies de vieux canons, presque inoffensifs aujourd'hui, mais à la gueule toujours menaçante braquée sur la mer; […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 20)
    • Au moment précis où les mouchards accostaient les fugitifs et tendaient la main pour les saisir, Mme Hyde braqua sur eux le volumineux parapluie qu'elle tenait à la main et l'ouvrit subitement; […]. — (G. Lenotre, Femmes, amours évanouies: ouvrage orné de quatre héliogravures, Éditions Bernard Grasset, 1933, p. 133)
  2. (Figuré) (Familier) Tenir ses regards arrêtés sur quelqu’un ou sur quelque chose.
    • Braquer les yeux, braquer ses regards sur quelqu’un, sur quelque chose,
  3. (Argot) ou (Familier) Agresser, menacer avec une arme à feu, mettre en joue. → voir braqueur
    • Des fois, ils vont à la dure… quoique ça soye pas les mêmes équipes. La dure, c’est l’agression, l’attaque nocturne à main armée.
      — Et alors ?…
      —Haut les pognes ! Et ils vous braquent.
      — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • À presque 65 ans, il en avait vu d’autres et le petit wesh à casquette qui le braquait avec son flingue d'alarme allait s'en rendre compte fissa. — (Mathieu Janin, Moi, président, Le Serpent à plumes, 2016)
    • Il me suffirait de suivre le vieux, le long de la rue Mitjaville, sillonner dans les escaliers, exiger qu'il prenne du cash à la tirette de la Banque Populaire, et le braquer sans violence. — (Justine Bo, Onanisme, Éditions Grasset, 2019)
    • Un homme s’est mis à pleurer après avoir été enfermé dans un magasin de vins et spiritueux par le propriétaire qu’il tentait de braquer. — (Un homme pleure après avoir échoué à braquer un magasin de spiritueux, sur Gentside (www.gentside.com), publié par Maxime Lambert, le 4 avril 2009)
  4. (Familier) Brusquer, irriter.
    • « S’impliquer sans braquer les Russes : périlleux exercice pour Sarkozy » — (Titre du journal L’Union du 12 août 2008, http://www.lunion.presse.fr/index.php/cms/13/article/164626/)
    • J'ai envie de lui répondre quelque chose de cinglant, mais cela ne sert à rien de le braquer. — (Bernard Werber, Demain les chats, Albin Michel, « Le Livre de poche », 2016, p. 157)
  5. (Pronominal) Se bloquer, s’irriter obstinément, s’obstiner.

Verbe 2

braquer \bʁa.ke\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Lorraine) Briser, en parlant du chanvre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Braquer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRAQUER. v. tr.
Tourner de façon à placer dans une direction déterminée. Braquer un canon. Braquer une lunette. Fig. et fam., Braquer les yeux, braquer ses regards sur quelqu'un, sur quelque chose, Tenir ses regards arrêtés sur quelqu'un, sur quelque chose.

Braquer : définition du Littré (1872-1877)

BRAQUER (bra-ké) v. a.
  • 1Diriger un canon, une lunette du côté d'un objet. Braque tes lunettes, vieux sire [Jupiter s'apprêtant à lancer son foudre], Sur le front couronné par nous… De la candeur c'est le sourire, De la bonté c'est l'œil si doux ; Jupin ne mettrait-il en poudre Qu'une couronne de bluets ? Béranger, Bluets.
  • 2 Fig. Braquer ses regards sur quelqu'un, sur quelque chose, les tenir arrêtés sur quelqu'un, sur quelque chose.

HISTORIQUE

XVIe s. Il braqua si à propos une couleuvrine, que…, Montaigne, I, 49. La ville prise, ils braquent leurs pieces contre le chasteau, et tirerent plusieurs volées, Carloix, I, 39. … Et que les canoniers ne se lassent de tirer incessamment, sans bracquer ny myrer, mais seulement à coups perdus et en ruyne, Carloix, V, 25. Et quand [Charles-Quint à Metz] environné de tant de gonfanons, Fit braquer tout d'un rang cent pieces de canons, Ronsard, Poëmes, liv. I.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BRAQUER (bra-ké), v. a. En Picardie, biner les pommes de terre (comp. BRACAGE, au Supplément).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Braquer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BRAQUER un canon ou un mortier, (Artillerie.) c’est lui donner la position nécessaire pour tirer : mais on se sert plus communément du terme de pointer, pour exprimer la même chose. Voyez Pointer. (Q)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « braquer »

Étymologie de braquer - Littré

Génev. branquier ; bourguig. braiqué ; d'après Diez, de l'ancien scandinave brâka, qui signifie affaiblir, mettre dessous ; le sens laisse du doute sur cette étymologie, et on ne saisit pas bien l'enchaînement entre mettre dessous et diriger. Il y a dans l'anglais brake qui signifie la poignée d'une pompe ; le mot aurait-il passé de la marine dans le langage militaire ? enfin, comme le mot est récent, faudrait-il y voir un verbe formé de braque, avec la signification de chercher, pointer ?

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de braquer - Wiktionnaire

(XVIe siècle) Vraisemblablement du latin vulgaire *brachitare (« mettre en mouvement avec les bras »), dérivé de bracchium (« bras »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « braquer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
braquer brake play_arrow

Conjugaison du verbe « braquer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe braquer

Évolution historique de l’usage du mot « braquer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « braquer »

  • JUSTICE - Les faisceaux ne cessent décidément de se braquer sur le Parquet national financier, au coeur de nombreuses critiques dans les affaires Sarkozy, Kohler ou Fillon. Parmi les dernières révélations, Le Point a dévoilé jeudi que le PNF avait diligenté pendant près de six ans une enquête préliminaire sur de grands avocats parisiens, dont les fadettes ont été épluchées. Objectif: identifier la personne qui a informé Nicolas Sarkozy qu’il avait été placé sur écoute.  Le HuffPost, Affaire Sarkozy: Belloubet veut un rapport sur l'enquête du PNF | Le HuffPost
  • Dans la nuit du 2 au 3 octobre 2016, la star américaine, alors âgée de 36 ans, s’était fait braquer par cinq hommes dans une discrète résidence hôtelière de luxe à Paris, où elle était venue assister à la Fashion Week. Deux des voleurs l’avaient menacée avec une arme sur la tempe, avant de la ligoter, de la bâillonner, puis de l’enfermer dans la salle de bains. Les braqueurs avaient emporté plusieurs bijoux en diamant et en or, dont une pierre de 18,88 carats, évaluée à près de quatre millions d’euros. , Braquage de Kim Kardashian à Paris : le parquet demande les assises pour 12 suspects
  • retour à Marseille avec l'action de la Casa de Planet pour "braquer les déchets du covid"... www.maritima.info, La Casa de Planet se mobilise pour braquer les déchets du Covid à la Une du JT - Maritima.Info
  • Le 4 juin dernier, un jeune homme ganté et cagoulé a tenté de braquer le distributeur automatique de baguettes d’une boulangerie située à Châteaubriant, dans le département français de Loire-Atlantique. Metro, Une boulangère offre un emploi à celui qui a tenté de la braquer
  • Dans la ville de Canela, au Brésil, un adoles­cent sourd-muet et para­lysé a tenté de braquer une bijou­te­rie en braquant son faux pisto­let sur le gérant avec ses pieds, rappor­tait le Daily Mail jeudi 28 mai. Ulyces, Sourd-muet et paralysé, il tente de braquer une bijouterie au Brésil

Traductions du mot « braquer »

Langue Traduction
Portugais assaltar
Allemand ausrauben
Italien rapinare
Espagnol asaltar
Anglais rob
Source : Google Translate API

Synonymes de « braquer »

Source : synonymes de braquer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « braquer »



mots du mois

Mots similaires