La langue française

Culbuter

Définitions du mot « culbuter »

Trésor de la Langue Française informatisé

CULBUTER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Mouvement.
1. [Le compl. d'obj. désigne une pers.]
a) Faire tomber en renversant ou en poussant brutalement. Culbuter un piéton; culbuter qqn du haut en bas des marches, dans un fossé; être culbuté par une auto, un chien, un cycliste. Synon. renverser.Un choc qui vous assomme, un souffle qui vous culbute (Dorgelès, Croix bois,1919, p. 202).Le cheval prit peur, glissa, culbuta son charretier (Billy, Introïbo,1939, p. 195).Une carabine bien ajustée le culbuta (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 834):
1. ... sans me déranger de mon chemin, en passant, j'allongeai par la figure du citoyen Poulet un revers de main qui le culbuta, les jambes par-dessus la tête, sous la balustrade de l'octroi, et sa tartine de fromage blanc par-dessus le nez. Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 2, 1870, p. 141.
Emploi pronom. réciproque. Des ouvriers siciliens se battent et se culbutent dans le ruisseau (Gide, Journal,1925, p. 804).
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi trans. au sens de « précipiter d'un mouvement brusque » qui semble dérivé de l'emploi pronom. réciproque. Une rage culbuta les Prussiens vers lui (D'Esparbès, Lég. aigle, 1893, p. 117).
P. ext. (sens affaibli). Bousculer, pousser (des personnes) afin de se frayer un passage (sans qu'il y ait forcément chute). Des chiens aboyaient après lui [Manquet]; il culbutait sur son chemin des vieilles, des soldats, des gens en blouse (Arène, J. des Figues,1870, p. 68).Il aperçut les officiers, et, culbutant les buveurs, il s'élança (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Tombouctou, 1883, p. 219).
Emploi pronom. réciproque. Les élèves (...) se culbutaient devant les fenêtres pour voir M. le sous-préfet (A. Daudet, Pt Chose,1868, p. 120).
P. métaph. Une grosse écriture paysanne, avec des jambages qui se culbutaient (Zola, Page amour,1878, p. 857).
b) Spéc., fam. [Le compl. d'obj. désigne une femme] Renverser pour la posséder charnellement. Synon. sauter.Tandis qu'il s'en irait forniquer derrière les haies, culbuter des filles, en se moquant de ceux qui les avaient culbutées avant lui (Zola, Germinal,1885, p. 1440).On peut encore, à la rigueur, culbuter une femme, mais où voulez-vous qu'on prenne le temps, la liberté d'esprit nécessaires pour parler d'amour à une charmante enfant comme vous? (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 43).
Emploi pronom. réciproque. Il ne voulut jamais à cette place, dans son lit, crainte d'une surprise. L'échelle du fenil était près de là, ils grimpèrent, laissèrent la trappe ouverte, se culbutèrent au milieu du foin (Zola, Terre,1887, p. 96).
c) P. anal., dans un contexte milit. Mettre en déroute (de manière que les fuyards semblent comme tomber les uns sur les autres). Culbuter une armée, l'ennemi. Synon. battre, défaire, enfoncer, repousser.Les Vendéens étaient repoussés de Nantes (...) culbutés hors de Cholet (...) ils lâchaient pied à Châtillon (Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 83).Culbutant sur leur route les éléments ennemis qui, déjà, envahissent le terrain (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 31):
2. Il [Damour] s'enflammait, il croyait fermement que, si Paris entier, les hommes, les femmes, les enfants, avaient marché sur Versailles en chantant la Marseillaise, on aurait culbuté les Prussiens... Zola, Jacques Damour,1884, p. 319.
SYNT. Culbuter l'adversaire, un escadron, un poste, la première ligne ennemie, l'arrière, l'avant-garde, le centre d'une armée; culbuter une colonne ennemie dans les marais; être culbuté par l'ennemi, par une charge ennemie, par l'infanterie.
2. [Le compl. d'obj. désigne un obj.]
a) Faire tomber brusquement de manière à renverser. Culbuter une charrette, une brouette, un meuble. La patache n'avait pas été culbutée. Nonchalamment penchée dans le marécage, elle était encore fort habitable (Sand, Meunier d'Angib.,1845, p. 36).Ces gens fouillèrent tous les meubles (...) n'y trouvant rien, ils défoncèrent les placards, culbutèrent les commodes (A. France, Livre ami,1885, p. 91).Ils cubutent les deux arcades... Des pierres de taille comme des fétus! (Céline, Mort à crédit,1936, p. 536).
b) P. ext. Mettre en désordre, mettre sens dessus dessous comme si les objets tombaient les uns sur les autres. Une rafale de malheur s'était ruée sur cette maison et l'avait culbutée de fond en comble (Huysmans, En mén.,1881, p. 93).
B.− Au fig.
1. Domaine pol.[Le compl. d'obj. désigne une institution, un gouvernement, une loi, un ministère...] Renverser d'un mouvement précipité. Culbuter l'État, la république, la société. Lorsque la loi sera à peu près sur pied, nous la culbuterons à un tournant (Vogüé, Morts,1899, p. 126).Les académies disjointes et les empires culbutés (Claudel, Poète regarde Croix,1938, p. 37):
3. ... et ils [les candidats radicaux] entrent à la Chambre avec le parti pris et la résolution inébranlable de culbuter, sans se soucier du pays et du repos public, tous les cabinets... Barrès, L'Appel au soldat,1897, p. 194.
− Domaine des affaires.Mettre brutalement dans une situation opposée. Les ordres de vente et d'achat qui culbutent parfois les cours de Bourse dans le monde entier (Cendrars, Du Monde entier,Docum., 1924, p. 129).
2. P. anal. Mettre fin à quelque chose par une action brusquée. Du premier coup, M. Degas a culbuté les traditions de la sculpture comme il a depuis longtemps secoué les conventions de la peinture (Huysmans, Art mod.,1883, p. 248).Dire qu'avec un mensonge il [Marc] aurait pu arrêter ce supplice! (...) Mais (...) une révolte culbute ces regrets (Estaunié, Vie secrète,1908, p. 306).
En partic. Venir à bout d'une situation par une action brusquée. Dès qu'elle [Henriette] fut seule avec moi, je la saisis de nouveau dans mes bras, tâchant d'affoler sa raison et de culbuter sa résistance (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Morin, 1882, p. 852).
II.− Emploi intrans.
A.− [Le suj. désigne une pers. ou un animal]
1. Effectuer un mouvement de renversement vers l'avant ou l'arrière ou faire un tour complet sur soi-même en faisant une culbute. Synon. basculer.Voir les petits lapins foudroyés culbuter comme des clowns, (Maupass., Fort comme la mort,1889, p. 258).Les mouches (...) volent, se posent, culbutent et roulent (Genevoix, Boue,1921, p. 28).
P. métaph. [P. anal. avec le tour fait pendant la culbute] Les heures culbutent et je trouve encore le temps trop long (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1891, p. 72).
Rem. La docum. atteste un emploi substantivé du part prés. culbutant. Variété de pigeon domestique au vol rapide et qui fait des culbutes en volant. Dans ce groupe [les Culbutants allemands] on classe les Culbutants à long bec, les Culbutants à bec moyen et les Culbutants à bec court (G. Lissot, Pigeons domestiques et voyageurs, Paris, Flammarion, 1950, p. 94).
2. P. ext. Tomber, faire une chute en arrière ou en avant, la tête la première. Culbuter dans le fossé, dans le ravin. Synon. basculer, dégringoler, s'écrouler, tomber.Culbuter du haut en bas de l'escalier (Ac. 1835). ... la jambe droite fracassée par un éclat d'obus. Il culbuta sur le dos, en jetant un cri aigu de femme surprise (Zola, Débâcle,1892, p. 306).Ils soulevèrent le banc, et le vieux culbuta (Rolland, J.-Chr.,Révolte, 1907, p. 615).
P. métaph. Mais quand elle parlait, sa phrase culbutait dans une grammaire fantaisiste (Estaunié, Bonne-Dame,1891, p. 8).
Au fig. Se trouver brusquement dans une situation (critique). Il culbutait dans des catastrophes, chaque fois qu'il s'appliquait à réfléchir (Zola, Argent,1891, p. 9).
Spéc. Se précipiter dans un lieu en contrebas :
4. Je me souviens que lorsque nous emportâmes d'assaut la crête de Vimy, une alouette s'égosillait. Moi, je me suis arrêté dans ma course alors que mes camarades culbutaient déjà dans les tranchées allemandes (...) je me suis arrêté pour écouter chanter cette alouette. Cendrars, Les Confessions de Dan Yack,1929, p. 277.
B.− [Le suj. désigne un véhicule, une embarcation] Se retourner brusquement. Une embarcation qui culbute. Synon. capoter, chavirer, verser.L'avion, sans culbuter, a fait son chemin sur le ventre (Saint-Exup., Terre hommes,1939, p. 218).Son épaule nue (...) vient de jaillir hors du peignoir, enflée, livide. Elle explique qu'elle a dû porter sur une roue, lorsque la voiture a culbuté (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1421).
Rem. La docum. atteste les dér. suiv. a) Culbutage, subst. masc. Action de culbuter (cf. culbuteur B 1). Il est nécessaire, après le culbutage, de retirer le chariot en rétrogradant (Haton de La Goupillière, Exploitation mines, 1905, p. 262). b) Culbutée, subst. fém. Situation défavorable. Synon. culbute (en emploi fig.). Ce n'est pas à un tournant de l'histoire que (...) nous arrivons, mais nous avons l'impression très nette que nous arrivons à une culbutée (Péguy, Argent, 1913, p. 1305). c) Culbutement, subst. masc. Action de culbuter. Le culbutement à pas pressés du troupeau (A. Daudet, Sapho, 1884, p. 128). Astronaut. ,,Rotation aberrante [du satellite] sur lui-même autour d'un axe quelconque`` (Galiana Astronaut. 1963).
Prononc. et Orth. : [kylbyte]. Ds Ac. 1694-1932. Pour la forme culebuter, cf. les mêmes dict. avec les mêmes rem. que pour culbute. Étymol. et Hist. 1534 intrans. cullebuter (Rabelais, Gargantua, éd. Calder-Screech, I, XII, p. 250); 1546 trans. cullebuter (Rabelais, Tiers Livre, éd. Screech, prol., p. 11); 1601 culbuter au fig. « renverser » (Charron, Sagesse, I, 14 ds Littré). Composé tautologique des verbes culer* et buter*. Fréq. abs. littér. : 451. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 252, b) 649; xxes. : a) 1 554, b) 416. Bbg. Orr (J.). Qq. mises au point étymol. Mél. Dauzat (A.). Paris, 1951, pp. 245-256.

Wiktionnaire

Verbe

culbuter \kyl.by.te\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire une culbute ; tomber de soi-même.
    • En ce moment, les chiens se jetèrent de côté, le traîneau fut culbuté et le couple précipité dans la neige. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • De temps en temps, un des glisseurs perdait bien l’équilibre, culbutait et tous ceux qui suivaient prenaient la bûche derrière lui, roulant l’un sur l’autre parmi la neige fine qui vous glaçait les doigts et vous fichait l’onglée. — (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • […], il bondit sur le coffre et, au risque de culbuter, il détacha le grappin de son cabillot, puis courut au guiderope et fit de même. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 109 de l’éd. de 1921)
    • Quand éclata la masse, Alexis était debout sur la falaise, et, riant, montrait le bois qui se culbutait dans la rivière comme les glaces dans le bouscueil du printemps. — (Félix Antoine Savard, Menaud: maître-draveur, Fides, 1944, p. 45)
  2. (Transitif) Faire tomber quelqu’un ou quelque chose, renverser.
    • […], car il était aisé à la garnison de garder les bords de l’Aude, au moyen de la grande barbacane (…) qui permettait de faire des sorties avec des forces imposantes et de culbuter les assiégeants dans le fleuve. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  3. (Transitif) (Vulgaire) Faire l’amour, posséder sexuellement.
    • Pourquoi aurait-il échappé à la règle ? Combien de jouvencelles avait-il culbutées jadis ; combien de maris avait-il mis dans la situation où il se trouvait à l’heure actuelle ? — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  4. (Transitif) (Militaire) Rejeter en désordre.
    • La cavalerie culbuta l'infanterie ennemie.
  5. (Transitif) (Typographie) Retourner une feuille sur la même forme après l'avoir tiré à blanc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CULBUTER. v. intr.
Faire une culbute. Il fit un faux pas et culbuta du haut en bas de l'escalier. Il est aussi verbe transitif et signifie Faire tomber quelqu'un, le renverser. Il l'a poussé rudement et l'a culbuté. Il le culbuta de haut en bas des marches. La cavalerie culbuta l'ennemi.

Littré (1872-1877)

CULBUTER (kul-bu-té) v. a.
  • 1Faire faire la culbute à quelqu'un, le renverser violement. Il le culbuta du haut en bas de l'escalier. J'ai transi de vous voir passer de nuit cette montagne [Tarare] que l'on ne passe jamais qu'entre deux soleils et en litière ; je ne m'étonne pas si vos parties nobles ont été si culbutées, Sévigné, 21.

    Par extension. Culbuter l'ennemi, le rompre et le mettre en fuite. Caulaincourt répondit : vous m'y verrez tout à l'heure mort ou vif ; il part aussitôt et culbute tout ce qui lui résiste ; puis, tournant subitement à gauche avec ses cuirassiers, il pénètre le premier dans la redoute sanglante où une balle le frappe et l'abat, Ségur, Hist. de Napol. VII, 11. Dix mille chevaux russes, dans une rencontre d'avant-garde, avaient culbuté Sébastiani et sa cavalerie, Ségur, ib. VI, 1.

    Fig. Culbuter quelqu'un, le faire tomber du pouvoir ; ruiner son crédit. Une coalition dans le parlement culbuta le ministère tory. Les amis de Law tirèrent sur le temps et culbutèrent le garde des sceaux, Saint-Simon, 451, 114.

    Terme d'imprimerie. Se dit en parlant des feuilles que l'on met tout de suite en retiration sur la même forme et que l'on retourne in-octavo.

  • 2 V. n. Tomber, faire la culbute. Il fit un faux pas et culbuta. Heurtant une porte… ainsi [aussitôt] qu'elle obéit, je vins à culbuter, Régnier, Sat. X.

    Fig. Tomber du pouvoir ou de la richesse. Il faut relever d'anciennes familles qui relèveront la monarchie si elle culbute en Espagne, Courier, II, 267. Qu'un ministre culbute, Il doit tout, à l'en croire, emporter dans sa chute, Delavigne, la Popularité, IV, 3. La Touane et Sauvion, trésoriers de l'extraordinaire des guerres, culbutèrent et firent banqueroute, Saint-Simon, 92, 215.

  • 3Se culbuter, v. réfl. Faire la culbute. Et les petits en même temps, Voletants, se culebutants, La Fontaine, Fabl. IV, 22. (La Fontaine a écrit ici culebuter, comme il écrivait culebute ; voy. CULBUTE.)

HISTORIQUE

XVIe s. Les forts chevaux qui de peur tresbuscherent, Culebutans tous ensemble, arracherent Leurs cols du joug, Marot, IV, 72. Et d'où vient que l'yvrognerie, la morsure du chien enragé, une fievre ardente, un coup en la teste, une fumée montant de l'estomach, et autres accidens, feront culbuter et renverseront entierement le jugement…, Charron, Sagesse, I, 14.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CULBUTER. Ajoutez :

Terme de turf. Retomber en arrière, en voulant franchir une barrière.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « culbuter »

(XVIe siècle), cullebuter. Composé du moyen français culer, « frapper au cul », et de buter.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Cul, et buter ou bouter, mots qui d'ailleurs sont étymologiquement identiques.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « culbuter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
culbuter kylbyte

Évolution historique de l’usage du mot « culbuter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « culbuter »

  • «Il est assis là et le regarde culbuter tout le temps», a déclaré Mme Meredith. News 24, Le chat s'endort dans un LAVE-LINGE et est pris au piège pendant un cycle de 12 minutes - mais SURVIT - News 24
  • Au fil du temps chez le Canadien, la tradition victorieuse a pris le bord. L’option de donner une chance aux p’tits gars de chez nous a disparu. C’est maintenant au tour de la loyauté de culbuter. Le Journal de Montréal, MONSIEUR SAILLANT | Le Journal de Montréal
  • C’est surtout dans la capitale que les agressions ont lieu. À tout moment de la journée et de la nuit. Pas plus tard que mardi à 19h15, Nadine* rentrait chez elle après avoir récupéré son fils de 9 ans qui venait de passer l’après-midi chez son ami, rue Schéhadé (Achrafieh). Au niveau de Mikado, un magasin de fleurs situé à la rue Sélim Bustros (Tabaris), elle voit surgir devant elle un homme à la stature colossale, qui tente de lui arracher son sac à main. Elle se débat avec vigueur. « Je ne sais pas d’où j’ai puisé ma force », déclare cette banquière, attribuant son courage probablement au fait qu’elle tient à son téléphone portable qui, renfermant beaucoup d’éléments en rapport avec son travail, se trouvait dans le sac. La jeune femme relève que dans la ruelle qu’elle avait empruntée une minute auparavant, elle avait remarqué « deux motards, qui, étrangement, portaient des masques à valve en plein air ». Ce qui l’aurait donc poussée à être plus attentive. Elle ajoute que, par crainte d’être volée, elle s’est habituée depuis le début de la crise économique à tenir avec fermeté son sac lors de ses déplacements à pied. Serrant donc celui-ci fortement contre sa poitrine, elle lutte contre le colosse, qui la fait culbuter devant son fils effrayé et en pleurs, et criant « maman ». Même par terre, Nadine ne lâche pas prise, tandis que le malfaiteur monte à bord d’un deux-roues conduit par son complice venu à son secours. Traînant la jeune femme sur l’asphalte, sur une distance de 20 mètres, pendant que la moto roule à toute allure, l’agresseur continue à tirer sur le sac, et la jeune femme de même. « Au moment où je me suis dit qu’il fallait que je lâche prise, l’homme a dû penser la même chose et a donc abandonné. » Interrogé pour savoir quelle est l’attitude optimale à prendre dans une telle situation, Joseph Moussallem préconise de « ne pas opposer de résistance à tout prix ». L'Orient-Le Jour, Braquages, hold-up et cambriolages suscitent l’inquiétude des Beyrouthins - L'Orient-Le Jour
  • Cette image me revint souvent en songeant à la mère de Tahar Djaout. Je n’ai jamais pu m’empêcher de la retourner sous toutes ses facettes en me disant que cette dame, si durement éprouvée, a dû sûrement voir ce même croissant lunaire culbuter en son cœur. Je crois dur comme fer que durant des hivers, elle s’est s’interrogée sur ce doigt diabolique qui appuya sur la gâchette, à bout pourtant, pour exploser la tête de son cher enfant. Cette scène, j’en connais un bout, car je l’avais vue, à maintes reprises, déferler, image après image, sur le visage de ma défunte mère quand elle fixait son regard sur moi, priant pour ma survie. El Watan, De sang froid | El Watan

Images d'illustration du mot « culbuter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « culbuter »

Langue Traduction
Anglais tumble
Espagnol caída
Italien tumble
Allemand stürzen
Chinois 滚落
Arabe تعثر
Portugais tombo
Russe сушильная
Japonais 転倒
Basque vueltas
Corse tumble
Source : Google Translate API

Synonymes de « culbuter »

Source : synonymes de culbuter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « culbuter »

Culbuter

Retour au sommaire ➦

Partager