La langue française

Détendre

Définitions du mot « détendre »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉTENDRE, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Vieilli. [L'obj. désigne une matière textile] Détacher un tissu qui était tendu. Détendre des tapisseries, des rideaux. La femme détendait la tente et la relevait (Stendhal, Amour,1822, p. 194).Le grand lit fut, tour à tour, tendu et détendu, à tous les coins de l'appartement (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 304).
P. ext. ,,Détendre une chambre, un appartement, ``(Ac. 1798-1932) ,,en ôter les tapisseries, le lit, les rideaux`` (Ac. 1798-1932).
Absol. On détend dans toutes les rues quand le Saint Sacrement est passé (Ac.1798-1932).
B.− Usuel
1. Relâcher ce qui était tendu. Détendre l'arc, les cordes, les liens, un ressort. Détendre [la corde d'un instrument de musique] qui rend des sons trop hauts (Joubert, Pensées,t. 2, 1824, p. 87).L'ancre fut mouillée, toute la chaîne filée, puis on se mit à virer au cabestan pour détendre les amarres du chalut (Maupass., Contes et nouv., t. 1, En mer, 1883, p. 96).
Proverbial et fig. Il faut quelquefois détendre l'arc, (Ac.1835, 1878)il faut donner quelquefois du relâche à l'esprit (Ac.1835, 1878),il faut donner de temps en temps un peu de détente à l'esprit (Ac.1932).
[L'obj. désigne une partie du corps]
a) Allonger un membre plié. Détendre les/ses jambes, les/ses bras.
b) Relâcher des muscles contractés par l'effort, la fatigue, toute tension physique, intellectuelle ou morale. Détendre les/ses muscles, les/ses nerfs, les/ses traits. Il y a [à Croisset] beaucoup de primevères et de violettes; leur vue te délassera, te détendra les nerfs (Flaub., Corresp.,1879, p. 240).
Détendre qqn :
1. État de liberté absolue, de confiance absolue qui doit raffermir ma petite malade, si quelque chose peut le faire. Je l'ai trouvée concentrée, armée et comme tendue. Je l'ai détendue peu à peu par l'excès de ma tendresse, la foi que je lui donne que, quoi qu'elle fasse, le charme sera le même. Michelet, Journal,1849, p. 59.
2. Au fig. Faire cesser un état de tension quelconque. Détendre sa force, sa surveillance; détendre son cœur, son esprit. Synon. relâcher :
2. S'il y a de la poésie dans l'atmosphère de Paris où tourbillonne un simoun qui enlève les fortunes et brise les cœurs, n'y en a-t-il donc pas aussi dans la lente action du sirocco de l'atmosphère provinciale qui détend les plus fiers courages, relâche les fibres et désarme les passions de leur acutesse? Balzac,Eugénie Grandet,1834,p. 261.
Rem. L'expr. détendre son esprit « se relâcher l'esprit après des occupations qui demandaient trop d'attention » figure ds Ac. à partir de 1798.
C.− P. anal., PHYS. et MÉCAN. Diminuer la pression d'un fluide. Détendre un gaz, la vapeur.
II.− Emploi pronom.
A.−
1. Relâcher sa tension (par mouvement, usure, rupture, etc.). Le ressort se détend. Synon. s'amollir; anton. se bander.L'arc se détendit, la flèche siffla (Verne, Île myst.,1874, p. 263).Le bandage avait dû se détendre, glissant, ne comprimant plus la plaie, ce qui avait occasionné une très abondante hémorragie (Zola, Débâcle,1892, p. 340).
P. métaph. :
3. Jamais de tiédeur, jamais d'oubli, jamais de relâchement possible à un esprit enfiévré comme était le mien. La corde était trop tendue pour se détendre d'elle-même, elle se serait plutôt brisée. Sand, Hist. vie,t. 3, 1855, p. 197.
2. [En parlant de la température] Devenir moins rigoureux. L'air se détendait; le soleil commençait à nous faire sentir ses douces influences (Dusaulx, Voy. Barège, t. 1, 1796, p. 288).
3. [En parlant du corps, du muscle qui relâche sa tension]
a) S'allonger. Anton. se contracter.Et tous deux, penchés au-dessus du lit, ils maintenaient Jeanne, dont les membres se détendaient avec des secousses brusques (Zola, Page amour,1878, p. 805).
b) Se relâcher dans une position de repos. Les muscles, les nerfs, les traits, le visage se détendent. Synon. s'assouplir, se dénouer, se déraidir, se reposer; anton. se crisper.À mesure que je parle, le visage de mon visiteur se détend, s'apaise, sourit (Green, Journal,1948, p. 225):
4. J'étais en tous cas, bien sûr que le visage de ma mère allait s'ouvrir, se détendre, redevenir pour toujours ce visage lisse et confiant dont mon enfance avait été illuminée. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le jardin des bêtes sauvages, 1934, p. 140.
[En parlant de la pers.] Synon. s'abandonner, se décontracter, se laisser aller, s'épanouir.Souvent à l'impératif :
5. Pour la première fois, Kate reposait contre un corps robuste qui l'épaulait, la gardait du vide, veillait sur elle et sur son cœur avec une sollicitude inconnue, d'un toucher presque matériel : − détendez-vous. Laissez tomber le bras, le gauche vous respirerez mieux. Peyré, Matterhorn,1939, p. 165.
Spéc. Prendre un temps de repos au cours de son travail, un temps d'activité physique au cours d'occupations sédentaires. Les enfants ont besoin de se détendre. Heureux de se détendre, ils rirent de bon cœur (Guèvremont, Survenant,1945, p. 243).
4. Au fig.
a) S'affaiblir, perdre sa vigueur. Synon. s'affaiblir.Les liens de race, de classe, de patrie se détendant, le grand lien de l'humanité se resserre (Vigny, Journ. poète,1840, p. 1145).
b) Devenir plus serein. L'atmosphère politique se détend.
B.− PHYS. et MÉCAN. [En parlant d'un fluide] Diminuer sa pression en augmentant de volume. C'est autour de l'organe de la machine dans lequel l'agent réfrigérant se détend ou se volatilise qu'il y a production de froid (Lar. mén.1926).
Prononc. et Orth. : [detɑ ̃:dʀ ̥], (je) détends [detɑ ̃]. Ds Ac. 1694 et 1718 à côté de la var. anc. destendre; ds Ac. 1740-1932 uniquement sous la forme moderne. Étymol. et Hist. Ca 1135 « relâcher ce qui était tendu » (Couronnement Louis, 1194 ds T.-L. : seit mes tres destenduz); fin xiiies. fig. (Vie de St Julien, 234 ds T.-L. : s'ire destendre); 1674 pronom. (Boileau, Art poétique, I ds Littré : Mon esprit aussitôt commence à se détendre). Empr. au lat. class.detendere « détendre » (tabernacula detendere) avec adaptation d'apr. tendre*. Fréq. abs. littér. : 575. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 259, b) 539; xxes. : a) 911, b) 1 386. Bbg. Gottsch. Redens. 1930, p. 312.

Wiktionnaire

Verbe

détendre \de.tɑ̃dʁ\ transitif ou pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se détendre)

  1. Relâcher ce qui était tendu.
    • Détendre une corde.
    • Détendre un arc.
    • Un ressort qui se détend.
    • Ce vêtement, il va se détendre, non ?
  2. (Figuré) Relâcher son esprit ; évacuer son stress.
    • — Calvâsse! vraiment? Je croyais que les correspondants parlementaires étaient détendus comme des coqs en pâte. — (Loraine Lagacé, Stratège, Stanké, 1992, vol. 1, p. 34)
  3. Détacher, enlever ce qui était tendu en quelque endroit, par exemple le linge.
    • Détendre une tapisserie.
    • Détendre des rideaux.
    • Environ un quart d'heure après Bardet vint me trouver dans mon rang ; il me dit tout bas: « Je viens d'aider Toinette et Marote à détendre. — (Nicolas Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, 1796), bibliothèque de la Pléiade, Tome 1, p. 735.
  4. (Par extension) (Vieilli) Ôter les tapisseries, les rideaux, etc., d’un lieu.
    • (Absolument) On détend dans toutes les rues quand Noël est passé.
  5. Démonter les tentes pour lever le camp.
    • Détendre le camp.
    • (Absolument) Après avoir fait toutes ces dispositions, après avoir reçu un officier prussien qui demandait à parlementer, et lui avoir montré le camp dans le plus grand ordre, il [Dumouriez] fit détendre à minuit, et marcher en silence vers les deux ponts qui servaient d’issue au camp de Grand-Pré. — (Adolphe Thiers, Histoire de la Révolution française, tome 2, livre VIII ; Furne et Cie éditeurs, Paris, 1846, page 301)
  6. (Cuisine) Fluidifier une préparation culinaire en y ajoutant un liquide.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉTENDRE. v. tr.
Relâcher ce qui était tendu. Détendre une corde. Détendre un arc. Un ressort qui se détend. Fig., Détendre son esprit après avoir été longtemps appliqué à quelque chose. L'esprit a parfois besoin de se détendre. Fig., Il faut quelquefois détendre l'arc, Il faut donner de temps en temps un peu de détente à l'esprit. Il signifie encore Détacher, enlever ce qui était tendu en quelque endroit. Détendre une tapisserie. Détendre des rideaux. Par extension, Détendre une chambre, détendre un appartement, En ôter, en détendre les tapisseries, le lit, les rideaux, etc. Absolument, On détend dans toutes les rues quand le Saint Sacrement est passé.

Littré (1872-1877)

DÉTENDRE (dé-tan-dr'), je détends, tu détends, il détend, nous détendons, vous détendez, ils détendent ; je détendais ; je détendis ; je détendrai ; je détendrais ; détends, détendons ; que je détende, que nous détendions ; que je détendisse ; détendant ; détendu v. a.
  • 1Relâcher ce qui était tendu. Détendre une corde, un arc, un ressort. On détendit le piége.

    Fig. Détendre l'arc, se donner quelque relâche d'esprit.

    Poétiquement. Le temps, la triste adversité Détend les cordes de ma lyre, Voltaire, Épît. 38.

    Fig. Faire cesser un état de tension morale ou intellectuelle. Ces discussions détendirent quelque peu les âmes irritées. Un prince qui a de pareils ministres… peut détendre la contention de son esprit, sans que ses affaires en pâtissent, Guez de Balzac, Avis écrit.

  • 2Détacher ce qui était tendu, déployé, dressé. Détendre une tapisserie, un lit. On le détendra [le tabernacle du témoignage], et on le dressera de nouveau dans le même ordre, Sacy, Bible, Nombres, II, 17.

    On dit dans le même sens, détendre un salon, une chambre à coucher. Va demain, le plus matin que tu pourras, me chercher un tapissier pour détendre mon cabinet et ma chambre, Marivaux, Pays. parv. t. I, 2e part. p. 63, dans POUGENS.

    Absolument. Défaire les tentures. On détendit après que le saint sacrement eut passé.

    Défaire les tentes d'un camp. On avait déjà détendu dans tout le camp. L'armée eut ordre de charger les gros bagages avec défense de détendre et de rien remuer, Saint-Simon, 47, 49.

  • 3Se détendre, v. réfl. Cesser d'être tendu, se relâcher. Un ressort qui se détend.

    Fig. Si le sens de vos vers tarde à se faire entendre, Mon esprit aussitôt commence à se détendre, Boileau, Art p. I.

    Se détendre se dit aussi du temps qui devient moins froid, de la température qui commence à s'adoucir. Le vent du nord a cessé, le temps s'est détendu.

    Dans le style du journalisme. Les rapports entre les cabinets de Vienne et de Paris se sont détendus, c'est-à-dire il n'y a plus entre eux l'hostilité, suite de différends.

HISTORIQUE

XIIe s. Plustost [le cheval] lui court que carraus destendus [lancés par l'arc], Ronc. p. 54.

XIIIe s. Et il s'en fu destornés vers Constantinoble, et avoit fait destendre très [tentes] et paveillons, Villehardouin, LXXI. Tangrés li fis Marquis n'i va plus demorant, Ains fait soner ses grailes, ses trés va destendant, Tout droit au castelet en sont venu errant, Ch. d'Ant. IV, 503. S'il veut porter arc et sajetes, port [qu'il porte] l'arc destendu et les sajetes en la main ou en forrel, Beaumanoir, LVIII, 13. Et se tans [mauvais temps] monte dont on destenge muelins, et il [le meunier] ne le destent, s'il en mesvient, damages en est sien, Tailliar, Recueil, p. 452. Li arz est tendus et tout prest de destendre, Fabliaux mss. t. II, f° 144, dans LACURNE.

XIVe s. Tant com chevaus peuent destendre [s'élancer], Guiart, Ms. f° 228, dans LACURNE. Au lundi matin se destendent, Touz ordenez comme à bataille, ib. f° 337. … Tu tenderas ton trebuchet, lequel se destendera tout par luy quand le chevreul tirera à la viande [pâture] que tu luy auras donnée, Modus, f° LXXI.

XVe s. Reboutez vos espées, et dites à vos archers qu'ils destendent les arcs ; car la ville est vostre sans coup ferir, Froissart, II, III, 43. Ainsy se detendit [sépara] cette armée, De la Marche, Mém. liv. I, p. 481, dans LACURNE.

XVIe s. Commençans jà à destendre leurs tentes, à serrer bagage, Amyot, Pomp. 6.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « détendre »

(Siècle à préciser) Du latin detendere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et tendre, v. a. ; provenç, destendre ; ital. distendere.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « détendre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
détendre detɑ̃dr

Évolution historique de l’usage du mot « détendre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « détendre »

  • L'art de jouer la comédie, c'est l'art de se détendre. De Charlie Chaplin / Ma Vie
  • La lecture est pour moi le contraire de l'écriture. Je n'ai pas de rites : c'est pour me détendre, rire, pleurer, rêver. De Nathalie Rheims
  • Les femmes et les chattes font ce qu’elles veulent, et les hommes et les chiens devraient se détendre et se faire à cette idée. De Robert Heinlein
  • Venez vous détendre auprès de nos chèvres 2020-07-08 09:00:00 09:00:00 – 2020-07-08 11:30:00 11:30:00 Hameau des Marches Ferme des Cabrioles Orcières Hautes-Alpes Unidivers, Venez vous détendre auprès de nos chèvres Orcières mercredi 8 juillet 2020
  • A chaque muscle du stress ses exercices dédiés. Pour détendre la mâchoire par exemple, Magali Bastos propose d'effectuer soi-même de petits massages circulaires, qui soulagent les muscles. "Il suffit même de tirer la langue pendant quelques secondes, ou de se laisser bailler en grand pour que la mâchoire commence à se détendre", ajoute-elle.  Europe 1, Dos, mâchoire : un programme de 5 semaines pour "détendre les muscles du stress"
  • VACANCES - Ça y est, c’est les vacances ! Le soleil, les apéros entre amis, la plage... L’occasion de se détendre et de profiter des bonnes choses. Le Huffington Post, Les petits plaisirs que s'accordent les nutritionnistes en vacances | Le Huffington Post LIFE
  • On effectue de petits pincements tout doux du centre du menton vers les oreilles sur toute la ligne de la mâchoire des deux côtés en même temps. Pas besoin de presser fort ni d’aller vite : le geste doit détendre. , 3 exercices de facial training pour détendre son visage après le port du masque
  • Beaucoup saute la case étirements, par souci de temps ou tout simplement par fatigue. C’est pourtant une erreur. Pensez donc à étirer toutes les zones musculaires que vous aurez travaillées. Mais attention, faites cela avec douceur, il s’agit ici de détendre le muscle. Profitez-en pour vous relaxer. parismatch.be, Voici ce que vous devez faire pour éviter les courbatures après le sport

Images d'illustration du mot « détendre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « détendre »

Langue Traduction
Anglais loosen
Espagnol aflojar
Italien rilassarsi
Allemand lösen
Chinois 松开
Arabe فك
Portugais afrouxar
Russe отпускает
Japonais 緩む
Basque loosen
Corse allughjà
Source : Google Translate API

Synonymes de « détendre »

Source : synonymes de détendre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « détendre »

Détendre

Retour au sommaire ➦

Partager